Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

I. Recrutements, parcours, sociabilités

Véronique Morali (1958-)

Sylvie Schweitzer

Texte intégral

1Née en 1958, Véronique Morali est de ces générations de femmes qui bénéficient d’une nouvelle donne sociale : 1965, modification du code civil et fin de la dépendance des épouses (liberté de travailler comme d’ouvrir un compte en banque sans l’autorisation de leur conjoint) ; 1967, loi Neuwirth sur la liberté de la contraception ; 1974, loi Veil sur l’IVG ; 1974 encore, mixité obligatoire de tous les lieux d’enseignement et de formation (enseignement secondaire, grandes écoles).

2Fille d’un directeur de société, elle fait ses études secondaires au lycée La Folie Saint-James de Neuilly et intègre Sciences Po. En sortant de la rue Saint-Guillaume, elle entre en 1980-1981 au cabinet de René Monory, alors ministre de l’Économie et des Finances, et c’est là qu’elle croise le monde des fonctionnaires de Bercy, et tout particulièrement celui des inspecteurs des Finances. Elle intègre pourtant d’abord l’École supérieure de commerce de Paris, dont elle sort diplômée en 1983, tout en faisant sa maîtrise de droit privé, avant d’opter pour l’Éna. Sortie quinzième de la promotion Denis Diderot (1986), elle choisit, de façon très assumée et délibérée, cette IGF qui lui paraît en tout point la voie la plus adaptée à ses attentes : missions de proximité et sur le terrain, rythme de vie trépidant, possibilité d’aventures entrepreneuriales, dès lors qu’après la tournée s’ouvrent des choix multiples qui rebattent les cartes des aspirations et ambitions individuelles. Elle a alors 28 ans et est la cinquième femme à choisir ce corps (après Élisabeth Bukspan, Véronique Hespel, Frédérique Bredin et Nathalie Coppinger).

3Pour elle, le réseau tissé au sein de l’IGF représente une force et un atout, et la variété des profils des inspecteurs, une source d’inspiration. Sa vie privée en porte également la marque puisqu’elle se marie avec François Mongin, un énarque de la promotion précédente (Léonard de Vinci, 1985, nommé IGF en 2007). Mais c’est Frédéric Oudéa (X 1981, Éna 1987, porté en 2009 à la tête de la Société générale), un autre inspecteur des Finances, qui est le père de ses deux filles. En 1990, après la tournée, Morali quitte l’IGF – comme d’ailleurs quatre de ses six camarades de promotion – pour rejoindre Marc Ladreit de Lacharrière (Éna 1970), alors directeur général de L’Oréal, qu’il va quitter pour créer sa propre entreprise, FIMALAC. De cette société qui s’est spécialisée, depuis la fin des années quatre-vingt-dix, dans le secteur des services financiers (notation, analyse de risques…) et le secteur immobilier, Morali est la première salariée et, pour l’instant, seule directrice générale pendant dix-huit ans. Ce choix est à l’époque jugé très pionnier et atypique, puisque cette inspectrice des Finances choisit non pas de rejoindre l’administration, en particulier le ministère des Finances, ou un grand groupe, mais un « entrepreneur ».

4En 2007, Morali crée sa propre entreprise, ­Terrafemina, site éditorial et plate-forme de services et de productions de contenus pour les entreprises. Sa vocation est de proposer des programmes d’action axés sur la promotion des diversités, de la mixité et plus généralement la conduite du changement dans les entreprises. Parallèlement, Morali exerce d’autres fonctions au service des marchés, comme membre du Conseil des bourses de valeur pendant trois ans et au sein de conseils d’administration de grands groupes étrangers (Tesco-PLC) et français (FIMALAC, Eiffage, Valeo, Club Med). Vice-chairman de Fitch Ratings, elle est depuis 2010 administrateur de Coca-Cola Enterprise, à Atlanta, de Publicis groupe (CAC 40) et de la Compagnie financière Edmond de Rothschild. Entre 2005 et 2010, et sur la sollicitation de Laurence Parisot (première femme élue à la présidence du Medef), Morali préside la commission du dialogue économique du Medef. Elle est également présidente de l’association Force femmes, qui a pour vocation d’aider les femmes de plus de 45 ans à retrouver un emploi, et co-chairman de l’antenne française, créée en 2009, du Women corporate directors (WCD), cette puissante association américaine qui regroupe des femmes administratrices de sociétés ou qui cherchent à le devenir.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540