Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

I. Recrutements, parcours, sociabilités

Nicole Briot (1938-)

Sylvie Schweitzer

Texte intégral

1En 1974, l’entrée de Nicole Briot (Éna 1970) à l’IGF est marquée d’une double originalité. La plus remarquable, et la plus remarquée à l’époque, tient au fait qu’elle est une femme, la première. Et pourtant, aucun obstacle d’ordre réglementaire ne s’est jusque-là opposé à une féminisation du corps. La deuxième originalité, sans doute la plus marquante pour le fonctionnement interne de l’IGF, est l’institution, en 1973, du « tour extérieur », dont elle est également la première à bénéficier. Dès lors, l’IGF s’aligne sur les autres grands corps et n’est plus réservée aux plus brillant(e)s ancien(e)s élèves de l’Éna, même si des réticences s’expriment en son sein. Le tour extérieur est supposé altérer l’homogénéité du corps, compliquer la gestion du service, en raison d’une diversification des âges et des origines, voire compliquer les ­sorties au terme de la tournée.

2Il n’est donc pas aisé, à l’examen de la carrière de Briot, de faire la part de ce qui est imputable au fait qu’elle soit une femme, à son parcours antérieur, voire à d’autres données. Si, comme d’autres inspectrices de cette génération, elle n’est pas avare d’anecdotes survenues au cours de sa tournée comme lors des vérifications menées dans les services, parce que ses interlocuteurs marquent leur surprise d’avoir affaire à une femme, c’est au terme des quatre années de tournée que les différences d’avec ses pairs sont les plus marquées.

3Plus âgée que ses camarades de la promotion 1974 (elle a 36 ans lors de sa nomination), elle a, nantie d’une licence en droit et d’un diplôme de l’IEP et avant d’intégrer l’Éna, débuté un parcours administratif au ministère de l’Agri­culture : de 1961 à 1966, elle participe à la gestion budgétaire de la direction générale du Génie rural et à l’établissement de l’inventaire des aides publiques à l’agriculture, dans le cadre de la mise en place du Marché commun. À sa sortie de l’Éna, Briot renforce sa spécialité budgétaire, d’abord par une affectation d’un an à la direction du Budget du ministère des Finances (au titre de « l’année sociale »), ensuite en choisissant de rejoindre le ministère des Affaires culturelles, où elle prend la responsabilité du budget au sein de la direction de l’administration générale. Ainsi, même si les quatre années passées à l’Inspection élargissent ses champs d’expérience et de compétence, les « sorties » traditionnelles, notamment dans les directions du ministère, ne sont pas nécessairement ­adaptées à son cursus.

4Dès 1978, sa carrière s’infléchit donc vers des institutions culturelles peu coutumières de l’Inspection des Finances. Elle part à l’INA, dont elle devient la secrétaire générale, puis la directrice générale (1978-1982). Ensuite, directrice au ministère de la Coopération (rattachée en 1981 au ministre des Relations extérieures), des Politiques de développement entre 1982 et 1984, ses fonctions se rapprochent des champs traditionnels de l’Inspection, avec la présidence de la Commission des marchés à terme des marchandises (1984-1988), ses fonctions de ­Commissaire du gouvernement auprès du Conseil supérieur des expert-comptables (1993-2006), comme sa participation à divers conseils et commissions. Parallèlement, et sans discontinuer, Briot garde de solides attaches avec le ministère de la Culture, comme administratrice de divers établissements publics (Réunion des musées nationaux, Académie de France à Rome, musée Guimet), mais aussi présidente de l’École du Louvre, ou vice-présidente de la Commission de contrôle (puis de classification) des films cinématographiques. Elle cesse ses ­fonctions en 2006.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540