Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

I. Recrutements, parcours, sociabilités

Les inspectrices des Finances de 1945 à nos jours : les éclats du plafond de verre

Sylvie Schweitzer

Texte intégral

1Observer la place des femmes au sein de l’Inspection des Finances conduit à énoncer une évidence : des postes de pouvoir, symboliques comme réels, les femmes ont été longtemps écartées. En témoigne la place des femmes en politique comme en économie, mais aussi dans les grands corps. Quand un décret de 2010 demande l’application de quotas dans les conseils d’administration des entreprises, l’État lui-même n’applique pas ces directives.

La préhistoire

2Ce refus de la présence des femmes se lit d’abord dans l’organisation des cursus académiques, longtemps pensés au masculin. Il faut attendre l’entre-deux-guerres (1924) pour que les enseignements dispensés dans tous les lycées publics de filles conduisent aux baccalauréats, donc aux universités. Et 1974 pour que tous les lieux d’enseignement soient mixtes, permettant ainsi aux filles de faire litière des antiennes leur expliquant qu’elles ne possèdent pas, par « nature », les mêmes compétences que les garçons, qu’il s’agisse de la compréhension des problèmes généraux comme de l’autorité sur l’autre. Sans compter la prééminence obligée que tiendraient, dans l’échelle de valeurs féminines, le mariage et la maternité.

3Lorsqu’en 1946, il pose les bases de l’Éna – d’ailleurs pensée non mixte lors des premiers débats qui remontent à 1936 –, Michel Debré énonce cet ensemble de contraintes sociales dans le premier numéro de la Revue administrative :

« L’entrée à l’École des jeunes filles et des jeunes femmes est le prétexte à quelques discussions, parfois passionnées. Certains ministères acceptent les candidats de sexe féminin, d’autres les rejettent ; d’autres encore prévoient une limitation de leur nombre ou des concours spéciaux. Le Conseil d’État, la Cour des comptes, les services d’Inspection, la carrière préfectorale les écartent. […] L’aptitude au commandement, la capacité de manier d’importantes affaires, le comportement vis-à-vis de graves problèmes politiques sont autant ­d’éléments qui d’ordinaire ne sont pas favorables aux femmes ».

4Le mariage lui-même est considéré comme un handicap, sans doute tant à cause des incapacités civiles liées au statut d’épouse que des obligations familiales et des représentations sociales : « À certains postes de la hiérarchie, une femme mariée peut difficilement être acceptée ». Et le rapport d’Anne-Marie Colmou sur les femmes dans la haute fonction publique mentionne qu’il précise plus tard :

« Lorsque j’annonçai mon projet, un grand silence s’établit. La petite minorité favorable observa la majorité hostile. Une femme au Conseil d’État ! À la Cour des comptes ! À l’inspection des Finances ! Telles étaient les pensées et bientôt les propos ».

Une petite minorité

5Sans doute faut-il d’abord compter. En 2009, on recense, sur les 1 217 membres que compte l’Inspection depuis les origines du corps, seulement 35 femmes. C’est peu. Même si on entame le recensement avec l’ouverture de l’Éna, le compte reste nul jusqu’en 1974, quand aucun texte ne justifie une telle exclusion. Nommée au tour extérieur, Nicole Briot devient alors la première inspectrice, au moment où Florence Hugodot devient la première sous-préfète et Françoise Chandernagor-Jurgensen la première conseillère d’État. L’année suivante, Élisabeth Bukspan est la première à choisir l’Inspection à sa sortie de l’Éna, puis, trois ans plus tard, Véronique Hespel. En tout et pour tout, entre 1974 et 2009, 26 jeunes énarques. En face, on décompte 228 hommes, 163 issus de l’Éna et 65 au tour extérieur. Pour ce tour extérieur, après Briot, nommée le 1er juin 1974 par Valéry Giscard d’Estaing, lui-même inspecteur, il faut ensuite attendre dix ans : une femme est nommée en 1984 (Marie-Claude Contensou, qui meurt quatre ans plus tard), une en 1985 et une autre en 1989. Depuis lors, loin de compenser la présence des hommes, les nominations se sont limitées à quatre (1997, 2002, 2008, 2009). La mixité introduite en 1974 n’a guère conduit à la parité, observation qui se confirme pour d’autres grands corps.

6Doit-on lire ces disparités à l’aune du nombre des élèves sorties de l’Éna, en émettant l’hypothèse d’un vivier de femmes insuffisant pour permettre leur recrutement ? De fait, les femmes qui intègrent l’Éna sont rares dans les deux premières décennies qui suivent sa création (une cinquantaine entre 1945 et 1965), validant l’interprétation sociologique qui veut qu’à la rareté des carrières envisageables réponde la rareté des candidates, idée qui ­s’applique tout autant à l’IGF, où les « sorties » se font longtemps dans le secteur public comme privé, réputé très mal tolérer la mixité, qu’il s’agisse des grandes banques, des sociétés d’assurances, des grandes entreprises. Cependant, les femmes sont bien un quart des effectifs de l’Éna à partir des années quatre-vingt et, de surcroît, à partir de 1999, le nombre de femmes sorties dans la botte croît : 35 % en 1999, 45 % en 2004 ou 50 % en 2008. Par ailleurs, les ressources sociales et académiques de ces inspectrices ne diffèrent pas de celles de leurs confrères masculins. Filles des classes aisées, avec des mères éventuellement actives, deux (sur 27) ont un père inspecteur et cinq en ont épousé un, souvent camarade de promotion de l’Éna. Quant aux parcours académiques, qui les contestera ? Deux polytechniciennes (1981 et 1996), qui entrent à l’Inspection en 1987 et 2003, côtoient deux agrégées d’histoire non-normaliennes, pour une fontenaysienne et deux ulmiennes, dont Élisabeth Lulin, majore à Ulm, à l’agrégation de lettres modernes, à l’IEP et enfin à l’Éna (1991). Si le parcours par l’IEP est une constante, six inspectrices sont aussi, de surcroît, passées par HEC ou l’École supérieure de commerce de Paris. À ressources analogues des énarques, donc, choix de « sortie » différents, avec, par exemple, ces orientations vers le Conseil d’État, dans une stratégie d’évitement des Finances, ce lieu de pouvoir reconnu et incontestable, avec de parfois curieuses justifications : « L’inspection des Finances était trop liée pour moi à l’argent et j’ai horreur des chiffres », explique l’une d’elles dans l’enquête menée par Olivia Bui-Xuan. Il est vrai que l’indiscutable rareté des inspectrices crée longtemps quelques désagréments, comme le manque de crédibilité, en particulier auprès des agents contrôlés.

7Les années de tournée, qui imposent une forte mobilité géographique, mettent en lumière les différences entre hommes et femmes, puisque les éventuelles grossesses sont très présentes. La saga des inspectrices mentionne que Françoise Chandernagor-Jurgensen, majore de l’Éna en 1969, tentée par l’IGF et peut-être dissuadée, aurait reculé face à la tournée. Mais aussi que, vingt ans plus tard, les deux maternités successives de Marie-Christine Lepetit (X 1981, Éna 1987) sont si transgressives que se raréfient dès lors les propos intimant « de ne pas tomber enceinte durant la tournée ». Il faut dire que le chef du Service d’alors, Pierre Gisserot, souhaite vivement que les inspectrices puissent mener de front la tournée et d’éventuelle(s) maternité(s). Il se trouve être, il est vrai, l’époux d’Hélène Gisserot, une des premières énarques (1960), qui a opté pour la Cour des comptes, où elle devient la première femme procureure générale, en 1993. Succédant à Yvette Roudy comme secrétaire d’État à la condition féminine (1986-1988), elle est aussi l’une des artisanes de la fameuse Quatrième Conférence mondiale sur les femmes de Pékin (1995).

Les carrières

8Au début du xxie siècle, les carrières menées par les inspectrices ne peuvent se comparer à celles des inspecteurs et confirment des observations sociologiques menées pour d’autres professions. Ainsi, très peu d’inspectrices passent par les cabinets ministériels et encore moins par ceux du ministère des Finances. Bukspan est deux fois, mais seulement pour quelques mois, en 1995, directrice du cabinet d’Yves Galland, ministre de l’Industrie, puis ministre délégué aux Finances et au Commerce extérieur. Nathalie Coppinger reste un an et demi, en 2001-2002, au cabinet du secrétaire d’État au Commerce extérieur François Huwart et fait un passage éclair (trois semaines) comme directrice de son cabinet. Anne Bolliet est directrice-adjointe de celui de Jean-Claude Gayssot, ministre de l’Équipement, des Transports et du Logement, durant plus de deux ans, en 1999-2001, tout comme Anne Paugam-Mingasson l’est chez Charles Josselin, ministre délégué à la Coopération et à la Francophonie, en 2001-2002. Il faut bien sûr excepter là le parcours de Frédérique Bredin (quatrième femme à intégrer l’Inspection en 1980), la fille de Jean-Denis Bredin (vice-président du parti des Radicaux de gauche à la fin des années soixante-dix), députée-maire dans la Seine-Maritime et deux fois ministre de la Jeunesse et des Sports entre 1991 et 1993, dans les gouvernements d’Édith Cresson et de Pierre Bérégovoy.

9Quant aux carrières prestigieuses, on ne dénombre pour l’instant aucune inspectrice directrice du Trésor, ou directrice du Budget et seulement depuis 2004 une directrice de la Législation fiscale, Marie-Christine Lepetit, devenue en 2012, la première femme à diriger le service de l’Inspection. Pressentie pour diriger le Budget en 1998, à 32 ans, Élisabeth Lulin le décline pour fonder sa propre société, Paradigmes et caetera, après un passage à l’Insee. Rares sont d’ailleurs les inspectrices qui créent leur propre entreprise et, par ailleurs – manque de sollicitations ? –, une grande proportion de femmes est ou revient à l’Inspection, contrairement à leurs confrères. Sur les vingt inspectrices recrutées avant le xxie siècle (dont une est décédée), deux seulement ont été démissionnaires et trois sont ­détachées (au FMI, à la Banque postale et à la Caisse des dépôts). Autrement dit, un « pantouflage » ­quasi-inexistant pour les femmes, quand il se rencontre chez plus de la moitié des inspecteurs.

10Néanmoins, le xxie siècle marque un tournant, avec une présence des femmes nettement accentuée, tendance confirmée dans les autres lieux de formation supérieure et les carrières auxquels ils conduisent. Les fortes mutations de la condition des femmes dans les sociétés occidentales (mixité des lieux d’enseignement, contrôle de la maternité, égalité des droits civils, pressions pour la mixité), depuis le milieu des années soixante-dix, portent leurs fruits. Quand, depuis 1984, à peu près une énarque chaque année choisit l’Inspection, le rythme s’accélère depuis 2004 – deux femmes en 2004, 2006, 2007, 2008, 2011, trois en 2010 –, soit plus ou moins la parité, avec une année qui fait date, 2005, avec cinq femmes et… aucun homme. « On a cru à un gag ! », commente Nicole Briot. Cette jeune génération – qui, contrairement à ses aînées, vit la mixité depuis l’enfance – tient des discours coutumiers des jeunes cadres supérieures : un étonnement teinté d’incrédulité face à l’histoire des discriminations entre les hommes et les femmes, un déni de l’éventuelle poursuite de ces discriminations sur les lieux de travail, des hésitations face à la maternité, censée oblitérer les carrières. Certes, pour ces jeunes inspectrices, il est encore trop tôt pour juger de leurs destins professionnels. Mais certains parcours sont novateurs : Delphine Sahuguet d’Amarzit (Éna 1996, elle a 23 ans) est déjà passée par les cabinets des ministres de l’Économie et des Finances comme conseillère – cabinet de Nicolas Sarkozy, Hervé Gaymard, Thierry Breton –, voire par celui de François Fillon, Premier ministre, avant de retrouver la direction du Trésor en 2009 et d’accéder au grade d’inspectrice générale à 37 ans. Marguerite Bérard-Andrieu, majore de l’Éna en 2004, fille de deux énarques – le père est préfet, la mère est ancienne conseillère de Raymond Barre et Jacques Chirac et a fondé son entreprise d’investissement MHB – est, en 2010, directrice du cabinet de Xavier Bertrand, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé. Elle a épousé Thomas Andrieu, petit-fils du résistant André Postel-Vinay (inspecteur des Finances en 1938) : c’est un camarade de l’Éna et il a choisi le Conseil d’État. Amélie Verdier, elle aussi de la promotion 2004, d’abord chef de bureau de la politique budgétaire à la direction du Budget, est, en 2010, chargée de mission auprès du directeur du Budget.

11Ces jeunes femmes auront-elles, comme elles le diagnostiquent, des carrières similaires à celles de leurs camarades ? L’égalité entre les sexes, si hautement proclamée et soutenue par des lois, se réalisera-t-elle, faisant fi d’une organisation sociale multiséculaire ? L’IGF cessera-t-elle d’être, avec la carrière préfectorale, un dense « plafond de verre » de la haute fonction publique ? En effet, les chiffres qui montrent la féminisation de la Cour des comptes et du Conseil sont ici encore loin d’être atteints. Si on se plaît à imaginer que l’heure de la parité va sonner, il reste évident, en 2011, que des entreprises comme Terra Femina, d’ailleurs créée par Véronique Morali (entrée à l’Inspection en 1986), restent indispensables.

Bibliographie

Schweitzer Sylvie, Femmes de pouvoir. Une histoire de l’égalité professionnelle en Europe, xixe-xxie siècle, Paris, Payot, 2010, 280 p.

Ottenheimer Ghislaine, Les Intouchables. Grandeur et décadence d’une caste : l’Inspection des Finances, Albin Michel, 2004, 443 p.

Bui-Xuan Olivia, Les femmes au Conseil d’État, Paris, L’Harmattan, 2001, 251 p.

Charron Isabelle, « Les femmes dans les grands corps de l’État », mémoire de maîtrise, science politique (sous la dir. de Pierre Sadran), IEP de Bordeaux, 1999, 108 p.

Colmou Anne-Marie, L’encadrement supérieur de la fonction publique : vers l’égalité entre hommes et femmes, Paris, La Documentation française, 1999, 170 p.

Sources

Debré Michel, « La réforme de la fonction publique », Revue de l’École nationale de l’administration, 1/1948.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540