Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

I. Recrutements, parcours, sociabilités

Philippe Thomas (1918-2006)

Hervé Joly

Texte intégral

1En s’appuyant sur sa formation initiale de polytechnicien, Philippe Thomas est devenu, jusqu’à la nationalisation de 1982, l’un des premiers inspecteurs des Finances devenu P.-D.G. d’un très grand groupe industriel.

2Thomas est issu d’une famille de petits industriels. Son père, ingénieur centralien, a repris la maison familiale de constructions métalliques et de serrurerie à Paris. Lui-même intègre l’École polytechnique en 1937 pour en sortir à un bon rang (13e). Mobilisé en septembre 1939, il est fait prisonnier en juin 1940, mais réussit à s’évader en septembre. Faute de pouvoir, dans le contexte particulier de l’Occupation, intégrer une école d’application d’un corps technique, il se fait embaucher comme ingénieur par l’entreprise Alais, Froges & Camargue (AFC), devenue, en 1951, Pechiney. Il est employé comme stagiaire à l’usine électrochimique de Saint-Auban (Basses-Alpes). Il fait une nouvelle campagne militaire de février à août 1945 avant de réussir, l’année suivante, dès sa première tentative, le concours normal de l’Inspection. Après sa tournée, il travaille, en 1948, quelques mois au Contrôle général des territoires occupés, puis rejoint le cabinet des ministres du Commerce et de l’Industrie, d’abord du socialiste Robert Lacoste, comme chargé de mission, puis du centriste Jean-Marie Louvel, comme conseiller technique en 1949, puis directeur de cabinet en 1951. Ce cabinet s’avère être un vivier remarquable de futurs grands patrons (Ambroise Roux à la CGE, Philippe Mallet chez Suez, etc.) pour de jeunes membres des grands corps. Il le quitte en avril 1952 pour retrouver son ancien employeur, Pechiney.

3Le détour par la haute administration se révèle très rentable : il est recruté comme adjoint au directeur de la division électrométallurgique. Dès 1955, il devient, dans le cadre de l’organisation multidivisionnaire mise en place sur les conseils d’un cabinet américain, directeur de l’une des sept grandes divisions de la compagnie, l’électrothermie, avec la responsabilité de l’usine de Chedde, en Haute-Savoie, et du service commercial chargé de la vente des chlorates et des ferros. Les applications atomiques s’ajoutent ensuite à son portefeuille. En 1959, il se voit confier la mission de redresser la filiale de chimie organique Organico pour pouvoir la vendre, ce qui est fait en 1964, à la Société nationale des pétroles d’Aquitaine. L’année suivante, il est promu directeur général adjoint et il s’inscrit, derrière son aîné Pierre Jouven (X 1928 Mines), dans la filière pour devenir P.-D.G. En 1968, il devient directeur général lorsque Jouven remplace Raoul de Vitry comme P.-D.G. En 1971, la fusion avec Ugine Kuhlmann ne remet pas en cause l’ordre de succession ; le nouveau venu Jacques Desazars de Montgailhard (Éna 1946) s’inscrit au troisième rang. Thomas succède donc à Jouven en 1975. À 57 ans, il se retrouve à la tête d’un des plus grands groupes industriels français, Pechiney Ugine Kuhlmann (PUK), qui emploie plus de 100 000 salariés. C’est aussi l’un des plus internationalisés, avec de nombreuses implantations à l’étranger, notamment dans la production d’aluminium. En 1977, le chiffre d’affaires réalisé hors de France dépasse 50 %. Le groupe reste bénéficiaire jusqu’en 1980, mais Thomas en garde la structure, héritée de la fusion avec Ugine Kuhlmann. Si celle-ci lui a permis d’acquérir un monopole de la production d’aluminium en France, elle a lesté le groupe de nouvelles activités chimiques, alors que Pechiney avait cédé les siennes, en association avec celles de Saint-Gobain, à Rhône-Poulenc en 1969, et d’une branche aciers spéciaux qui sont des facteurs de pertes. Pendant son mandat, Thomas supprime plus de 10 000 emplois, mais il conserve le caractère congloméral. Le résultat global fortement négatif apparu en 1981 ne le met pas en situation de pouvoir résister à la nationalisation de février 1982. Il est écarté par le gouvernement socialiste et remplacé par un homme du nucléaire (P.-D.G. de la Cogéma), Georges Besse. Dans le cadre d’une grande restructuration de l’ensemble du secteur public élargi, Pechiney se recentre alors sur l’aluminium et la transformation, en cédant Ugine-Aciers à Sacilor et les activités chimiques à Elf-Aquitaine, Charbonnages de France et Rhône-Poulenc. Thomas s’est entre-temps retiré des affaires. Il ne réapparaît furtivement qu’en mars 1986, dans une tribune libre à la une du quotidien Le Monde : à la veille des élections législatives, il constate que, à l’encontre des ambitions initiales de faire du secteur nationalisé un instrument de la défense de l’emploi, la continuité l’a emporté dans la gestion des entreprises. Il a l’honnêteté de souligner le lourd héritage reçu de la gestion privée par le gouvernement de gauche et l’importance des fonds publics investis par l’État dans ces entreprises par rapport à ce qu’apportaient les actionnaires privés. S’il approuve le principe des privatisations défendues par l’opposition, il insiste sur la nécessité de les mener à un rythme prudent, en procédant plutôt par des augmentations de capital progressives que par des cessions massives. L’essentiel est pour lui que les entreprises s’émancipent de « la tutelle des technocrates de l’administration et des cabinets ministériels, jeunes gens intelligents, parfois même surdoués, et toujours bien intentionnés ». Un autoportrait critique du jeune haut fonctionnaire qu’il a été ? Sa position mesurée n’est pas entendue par le gouvernement Chirac, qui procède à des privatisations massives.

4Thomas a un fils polytechnicien (X 1962), Alain, qui intègre le corps des Mines. Il pantoufle également dans le secteur privé à 37 ans, comme directeur du plan à la branche électronique automobile de Matra, mais il revient dans son administration d’origine huit ans plus tard.

Bibliographie

Cailluet Ludovic, « Stratégies, structures d’organisation et pratiques de gestion de Pechiney des années 1880 à 1971 », thèse pour le doctorat d’histoire (sous la dir. d’Henri Morsel), université Lumière-Lyon II, 1995, 3 vol. 

Beaud Michel, Danjou Pierre et David Jean, Une multinationale française : Pechiney Ugine Kuhlmann, Paris, Le Seuil, 1975, 287 p.

Sources

Thomas Philippe, « Vous avez dit privatisation ? », Le Monde, 12 mars 2006, p. 1.

Auteur

Directeur de recherche (habilité) du CNRS au Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (Lyon)

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par