Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

I. Recrutements, parcours, sociabilités

Marcel Macaux (1907-1966)

Hervé Joly

Texte intégral

1Marcel Macaux est le premier inspecteur des Finances devenu un grand patron de la sidérurgie française. Son père Henri, fils d’un cordonnier, a fait une spectaculaire ascension sociale en intégrant le corps des Mines comme major de Polytechnique. En congé dans le groupe Lyonnaise des eaux et de l’éclairage en 1911 comme directeur de la Société nouvelle du gaz de Saint-Étienne, ce dernier devient, en 1928, président, puis P.-D.G. des importantes Papeteries Navarre. Son fils entre également à l’École polytechnique en 1926, mais il n’en sort que 71e. Démissionnaire faute de pouvoir intégrer un grand corps, il prépare et réussit le concours de l’Inspection des Finances en 1933. Sa carrière administrative, très brève, se réduit à un poste de chargé de mission à la sous-direction du Contrôle financier et des participations publiques de la direction du Budget à partir de mai 1936, qui lui vaut notamment d’être désigné rapporteur spécial du Conseil supérieur des transports. Dès novembre 1938, à 31 ans, il demande sa mise en disponibilité pour ­intégrer la Société des aciéries et forges de Firminy comme secrétaire général à la direction parisienne. Il n’effectue qu’un bref retour dans l’administration dans le cadre de la mobilisation, d’avril à juin 1940, comme chef de cabinet de son camarade de l’Inspection Paul Baudouin, sous-secrétaire d’État à la présidence du Conseil et secrétaire du Cabinet de guerre et du Comité de guerre, mais il ne le suit pas sous Vichy et démissionne du corps dès 1941. Devenu veuf avec trois enfants d’un premier mariage, il se remarie ensuite avec la veuve d’un camarade polytechnicien, mort en service commandé au Génie maritime, elle-même fille de ­polytechnicien et mère de cinq enfants.

2Intégrer l’entreprise sidérurgique de la Loire en 1938, où il renoue ainsi avec le passé stéphanois de son père, était un pari osé. La société a frôlé la faillite en 1931 à la suite de la défaillance de son banquier, le Comptoir Lyon-Alemand. Leur animateur commun, André Vincent, a dû se retirer de la présidence, comme de celle de la Banque nationale de crédit, également affectée. L’effectif du principal établissement de Firminy est réduit de 4 136 salariés en 1931 à 2 879 en 1936. En 1935, les pertes cumulées dépassent 20 millions de francs. Les actionnaires, qui se partagent un capital dispersé, sont privés durablement de dividende. En 1938, l’entreprise réalise un bénéfice net de 24 millions, qui est prudemment mis en réserve. L’étroitesse de la direction offre cependant de belles perspectives au jeune inspecteur. Le directeur général en poste depuis 1910, le polytechnicien Marcel Dumuis, a repris également la présidence en 1931. À 65 ans, il concentre, comme P.-D.G. avant l’heure de la loi de 1940, tous les pouvoirs. Macaux s’impose rapidement comme son dauphin. Dès 1942, il devient son adjoint à la direction générale, mais doit patienter jusqu’en 1952 pour lui succéder comme P.-D.G. Entre-temps, la société a repris, depuis l’exercice 1948, une distribution régulière de dividendes. Mais Macaux, très investi dans les commissions de préparation du Plan, a pris conscience de la nécessité de rationaliser et de spécialiser l’usine de Firminy, qui s’avère difficilement gérable. L’encadrement s’y heurte à un pouvoir syndical fort. Après s’y être opposé en 1948, c’est lui qui prend, au printemps 1953, l’initiative de proposer le grand regroupement des usines de la Loire. Le moment est favorable après le retrait du patriarche Théodore Laurent de la présidence des Forges et aciéries de la Marine. Les apports de Firminy, de Marine et des Éts Jacob Holtzer donnent naissance à la Compagnie des ateliers et forges de la Loire (CAFL), qui rassemble 14 000 salariés. Macaux tient seulement à garder au sein de sa société la gestion directe des deux usines extérieures, Saint-Chély-d’Apcher en Lozère et Les Dunes près de Dunkerque, qui emploient à peine 2 000 personnes, ainsi que de quelques filiales mineures de construction mécanique. Les dirigeants de Marine acceptent d’autant mieux cette solution qu’elle leur donne la majorité dans le nouvel ensemble. C’est donc l’ingénieur du corps des Mines Henri Malcor qui devient le P.-D.G. de la CAFL. Macaux en est le vice-P.-D.G. Le duo de ces deux quadragénaires (Malcor est l’aîné d’un an) s’avère très complémentaire. Le premier « s’occupe plus particulièrement de la réalisation du programme d’investissement et des questions de production ». Le second, « Inspection des Finances oblige, se charge de la plupart des négociations financières avec la direction du Trésor et les banques » (Philippe Mioche). L’entreprise obtient l’aide de l’État et de la CECA pour mener un important programme de restructuration sans licenciements. Membre du Réarmement moral, une association qui prône la disparition de la lutte des classes, Macaux s’efforce aussi de promouvoir une philosophie des relations sociales fondée sur la négociation continue entre les partenaires. Mais en 1960, lorsque Firminy doit finalement apporter ses derniers actifs à la CAFL, la balance penche en faveur de Marine. Malcor devient P.-D.G. du nouveau holding Marine-Firminy, alors que Macaux n’est que vice-président du conseil. À la CAFL, les mêmes échangent leur poste. Macaux prend le titre de P-D.G., mais il se consacre plus à des fonctions extérieures : déjà trésorier de la Chambre syndicale de la sidérurgie française, il devient président de l’Association des cadres et dirigeants de l’industrie pour le progrès social et économique (ACADI), qui rassemble des dirigeants de grandes entreprises marqués par l’idéologie saint-simonienne. Dans une branche dominée par le corps des Mines, il n’est pas considéré comme un industriel à part entière. En 1965, la maladie l’oblige à s’éloigner de ses fonctions avant de l’emporter l’année suivante, à 59 ans. Il échappe ainsi à l’irréversible déclin de la sidérurgie de la Loire, après sa fusion avec celle du Creusot en 1970.

Bibliographie

Bonin Hubert, La Banque nationale de crédit. Histoire de la quatrième banque de dépôts française en 1913-1932, Paris, Plage, 2002, 236 p.

Mioche Philippe et Roux Jacques, Henri Malcor. Un héritier des maîtres de forges, Paris, Éditions du Centre national de la recherche scientifique, 1988, 349 p.

Auteur

Directeur de recherche (habilité) du CNRS au Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (Lyon)

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par