Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

I. Recrutements, parcours, sociabilités

Adrien Dufrayer (1823-1888)

Matthieu de Oliveira

Texte intégral

1Fils d’un polytechnicien (1808) devenu régisseur de la manufacture royale d’armes de Charleville après un passage dans l’armée, Adrien Dufrayer apparaît comme l’archétype de ces polytechniciens de l’Inspection des Finances au xixesiècle. Sorti 154e sur les 158 élèves de la promotion 1843 de l’École polytechnique, il ne peut prétendre à une carrière prestigieuse d’ingénieur de l’État, démissionne immédiatement et se choisit un autre destin professionnel.

2C’est donc au ministère des Finances qu’il fait carrière. Commis dès la fin 1845, il passe avec succès le concours de l’Inspection en 1848 et en gravit progressivement les échelons : sous-inspecteur en 1850, inspecteur de 3classe en 1853, de 2classe en 1858. Le renouvellement des générations aux Finances, à l’œuvre au cours des années 1860, lui permet bientôt d’accéder aux postes à responsabilité. Le voilà chef de bureau et chevalier de la Légion d’honneur en 1863, puis sous-directeur au secrétariat général en 1865. Mais c’est sans doute son ralliement à la IIIeRépublique qui lui permet d’atteindre le sommet de la hiérarchie administrative : la « démission », le 4 septembre 1870, d’André Napoléon Haudry de Janvry, secrétaire général du ministère des Finances depuis 1864, fait de Dufrayer son successeur naturel (25 janvier 1871) et le premier inspecteur des Finances secrétaire général depuis 1855. Demeuré en fonctions pendant toute la Commune, il fait la preuve de son sang-froid et de son adhésion à la République, selon Adolphe Thiers. Nommé conseiller d’État (en service extérieur) à la section des Finances à l’été 1872, il est promu commandeur de la Légion d’honneur en 1873. C’est enfin lui que le gouvernement choisit pour remplacer Hercule Guillemot, en poste depuis 1848 et dont le gouvernement a enfin obtenu le départ à la retraite, à la tête de la Caisse des dépôts et consignations.

3En poste de 1874 à 1881, il est le premier inspecteur des Finances à exercer les fonctions de directeur général de cette institution financière et accompagne sa mutation dans son rôle de gestion de l’épargne populaire drainée par les caisses d’épargne. Le décret du 23 août 1875 autorise en effet les perceptions et autres bureaux de recette à recueillir les dépôts des particuliers, ce que confirme et renforce la loi du 9 avril 1881 créant la Caisse nationale d’épargne. À la Caisse des dépôts et consignations, il est secondé, à partir de 1876, par Félix Jac, autre inspecteur des Finances (concours 1855) et par ailleurs son beau-frère, nommé chef du service de la Caisse nationale des retraites pour la vieillesse. Rappelé en 1881 au secrétariat général du ministère des Finances, il remplace celui-là même qui lui avait succédé à ce poste, Paul Musnier de Pleignes, autre inspecteur des Finances. Il meurt en fonctions.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540