Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

I. Recrutements, parcours, sociabilités

Jules Bienaymé (1796-1878)

Matthieu de Oliveira

Texte intégral

1Inspecteur des Finances dans les cadres pendant vingt-trois ans, Jules Bienaymé est avant tout un esprit scientifique de talent qui contribue largement à renouveler les approches théoriques en matière de probabilités et de statistiques, aux applications pratiques nombreuses dans le domaine des assurances sociales. Il n’en a pas moins été marqué, tout au long de son existence, par une proximité familiale et professionnelle avec la haute fonction publique financière.

2Il se trouve en effet au cœur d’un vaste réseau de fonctionnaires des Finances. Il est ainsi le fils de Jean-Charles, sous-chef de bureau à l’administration des Droits réunis. Sa tante paternelle, Marie Victoire, épouse Charles de Bully, inspecteur général du Trésor en 1801, puis payeur général du Trésor et de la 16e division militaire à Lille de 1804 à 1815. De son côté, Philippe Nicolas Harmand, directeur des pensions sous l’Empire, puis premier commis pour la Dette publique de 1814 à 1821, est assez proche du couple Bienaymé pour signer comme témoin l’acte de naissance du futur inspecteur. Et à la fin des années 1820, les deux frères Bienaymé épousent chacun une des deux sœurs Harmand. Avec cette double alliance, ils deviennent les beaux-frères d’Adrien Harmand (directeur du Personnel 1851‑1859) et de Georges Harmand (inspecteur général des Finances en 1839, contrôleur central du Trésor public en 1856 et directeur de la Dette inscrite en 1862), et les oncles de Philippe Harmand (inspecteur général des Finances en 1866, directeur par intérim du Mouvement général des fonds en 1877).

3Après de brillantes études au lycée de Bruges (département de la Lys), où son père se trouve en poste sous l’Empire, puis au lycée Louis-le-Grand, Bienaymé se destine à l’École polytechnique et obtient la quatrième place au concours de 1815. Mais ayant participé à la défense de Paris dans une compagnie de volontaires en 1814, il est, avec les autres élèves de la même promotion, victime du licenciement collectif consécutif à la fermeture (temporaire) de l’École, dont les élèves sont considérés comme trop bonapartistes par la monarchie nouvellement restaurée. Il lui faut donc s’engager dans une autre carrière, alors même que son père meurt (1816). Il accepte, dans un premier temps, un emploi de bureau aux Finances avant d’exercer les fonctions, plus conformes à ses vœux, de répétiteur de mathématiques à l’École militaire de Saint-Cyr en 1818. Un désaccord de nature scientifique avec le mathématicien Simon Denis Poisson (1781-1840) le pousse à abandonner ce poste pour finalement rejoindre le ministère des Finances comme surnuméraire, puis commis en 1820. C’est sans doute grâce à la protection de ses proches qu’il est nommé, en 1825, agent extraordinaire de l’Inspection, pour ensuite en gravir tous les échelons jusqu’au grade d’inspecteur général, atteint en 1836, tout en étant fait officier de la Légion d’honneur (1844).

4Placé d’office à la retraite en 1848, il est mis à la disposition du ministère de l’Agriculture et du Commerce et y remplit des missions ponctuelles en 1851 et 1852, mais il lui est désormais loisible de se consacrer à ce qui l’intéresse vraiment : les mathématiques, et en particulier les probabilités. Nommé professeur de statistiques à la Sorbonne en 1850, il s’inscrit dans la continuité des travaux de Pierre-Simon de Laplace et Poisson, sans pour autant partager toutes leurs conclusions. Ses travaux portent en particulier sur la méthode des nombres carrés, qu’il généralise, et sur la loi des grands nombres, dont il propose une démonstration simple avec l’inégalité de Bienaymé-Tchebychev, du nom du mathématicien russe avec lequel il partage la paternité de la formule. Il est également le correspondant actif et parfois critique de mathématiciens tels qu’Adolphe Quételet, Antoine Cournot ou Gabriel Lamé.

5Intéressé dès 1839 par le principe des intérêts composés, c’est avant tout dans le domaine des statistiques démographiques que ses travaux trouvent une application pratique, au point qu’il est considéré comme l’un des pères fondateurs de l’actuariat. Ses conclusions lui assurent d’ailleurs le rôle de conseiller-expert en statistique auprès du gouvernement de Napoléon III. Ses travaux sont signalés par l’Académie des sciences, qui fait de lui un de ses membres libres en 1852 et lui confie, pendant plus de vingt ans, la responsabilité d’évaluer les propositions des candidats à son prix de statistique. Membre fondateur de la Société mathématique de France (1872), il en assure la présidence en 1875.

Bibliographie

Actes de la journée du 21 juin 1996 consacrée à Irénée-Jules Bienaymé, n° 138 des Cahiers du Centre d’analyse et de mathématiques sociales, série « Histoire du calcul des probabilités et de la statistique », n° 28, Paris, École des hautes études en sciences sociales – Centre national de la recherche scientifique, s. d., 124 p.

Auteur

Maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Lille III-Charles-de-Gaulle

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par