Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

I. Recrutements, parcours, sociabilités

Les polytechniciens de l’Inspection

Matthieu de Oliveira et Hervé Joly

Texte intégral

1Les inspecteurs des Finances diplômés de l’École polytechnique constituent une minorité significative qui mérite une étude particulière. Comment évolue leur recrutement dans le temps ? Peut-on considérer qu’il s’agit d’une élite de l’Inspection, qui connaîtrait une réussite particulière, notamment dans le monde des affaires ?

Au xixe siècle, la revanche des artilleurs

2Jusqu’en 1847 et l’introduction du concours de recrutement, le ministre dispose, on le sait, de toute latitude pour choisir ceux qu’il estime aptes à devenir inspecteurs des Finances. Tout au plus le ministre Jean-Georges Humann décide-t-il, en 1842, que les impétrants doivent avoir entre 22 et 30 ans, compter deux ans de service et disposer d’une licence de droit ou se prévaloir de leur titre d’ancien élève de l’École polytechnique, précisant qu’ils doivent être « sortis admissibles dans les services du gouvernement [et] ayant au moins un an de service dans l’administration des Finances ». Entre 1801 et 1914, 79 anciens élèves de l’École polytechnique rejoignent les rangs de l’Inspection des Finances (on pourrait y ajouter Étienne Chauvy, admissible au concours), soit un peu plus de 12 % des 644 inspecteurs en activité au cours de cette période. Ce total masque pourtant d’importantes disparités, puisque seuls 14 d’entre eux intègrent l’Inspection avant la mise en place du concours (et 6 seulement avant 1842). Ils sont rejoints par 18 autres (anciens) polytechniciens avant l’avènement de la IIIe République, les plus nombreux (47) rejoignant l’Inspection entre 1870 et 1914. Le premier en date est Denis Bernard (X 1794 !), qui présente la particularité d’être le seul représentant du corps des Ponts et Chaussées à rejoindre l’Inspection. Directement nommé inspecteur général en 1813, il connaît le maniement des fonds publics pour avoir exercé les fonctions d’inspecteur de la Monnaie du Caire pendant l’expédition d’Égypte, puis de payeur d’Armée sous l’Empire. À partir de 1848, on compte au moins un ancien polytechnicien dans près des deux tiers des promotions d’inspecteurs (et jusqu’à trois lauréats en sept occasions, le concours 1914 allant jusqu’à recruter cinq « X »). Les promotions étant peu nombreuses, les polytechniciens représentent bien souvent plus de la moitié des nouveaux inspecteurs, la proportion grimpant à l’occasion aux deux tiers (1891), aux trois quarts (1881), atteignant même les 100 % en 1883 et 1884 (mais il n’y a alors qu’un seul lauréat !).

3Comment expliquer cette réorientation professionnelle majeure ? Ce choix (pour autant que c’en fut un) est-il profitable aux inspecteurs en terme d’ascension professionnelle et/ou sociale ? Pour dire les choses autrement, peuvent-ils se prévaloir, au terme de leur trajectoire, d’une « carrière » digne de ce nom, marquée par les signes de reconnaissance par lesquels l’administration sait reconnaître la valeur de ses agents les plus méritants ?

4Une part notable des polytechniciens de l’Inspection semble avoir passé le concours sur injonction familiale, voire par mimétisme : on recense en effet 22 (anciens) polytechniciens comptant au moins un membre de leur famille parmi les anciens élèves de l’École, le plus souvent leur père (11 cas recensés, dont Philippe Amiot X 1907, fils d’un ingénieur en chef des Mines, X 1866) et/ou un frère (8 cas, dont 6 aînés). Les voilà donc tenus de suivre un exemple parfois pesant et qui ne correspond pas forcément à leurs aspirations, alors que d’autres voient en Polytechnique un moyen d’ascension sociale que leurs facilités scolaires leur permettent d’atteindre, à l’image d’Edmond Sénéchal (X 1873), fils d’un gardien-chef de maison d’arrêt. Dès lors que l’objectif du concours est atteint, pourquoi donc se détourner d’une carrière prestigieuse d’ingénieur de l’État ? Principalement parce que cette fonction demeure inaccessible.

5C’est en effet le médiocre rang de sortie qui explique probablement la décision de ces polytechniciens de quitter l’Armée, à laquelle ils sont désormais destinés, pour rejoindre les services civils, et ici financiers, de l’État. On l’a dit, aucun (ou presque) ne sort dans la « botte » et ils sont même six à sortir dans le dernier décile, ce qui les contraint à « accepter » les toutes dernières places en école d’application. Le mieux classé, Paul Hermite (X 1896), sort dans le premier décile et opte pour le Génie maritime, à une époque où celui-ci s’apparente à un grand corps. Dans leur immense majorité, les autres n’ont d’autre choix que le génie et plus encore l’artillerie (50 % du corpus, mais 90 % de ceux qui vont en école d’application). Il reste que près de la moitié des polytechniciens de l’Inspection (43 %) ont démissionné dès la fin de leur scolarité pour s’engager dans une autre carrière qu’ils espèrent plus favorable, bientôt rejoints par ceux qui abandonnent la vie de caserne au bout de quelques mois à quelques années.

6Le concours de l’Inspection leur offre finalement une échappatoire assez prestigieuse pour ne pas avoir le sentiment de déroger, tout en leur assurant d’assez bonnes chances de succès, confirmées par les résultats des concours annuels. Cette réorientation peut également s’expliquer par la proximité que certains futurs inspecteurs entretiennent avec les finances publiques : Marc Lafon (X 1876) est le fils d’un percepteur devenu trésorier-payeur général, alors que Paul Jobert (X 1861) est le fils d’un receveur des Domaines et Gabriel Chanove (X 1886) celui d’un percepteur des Contributions directes. Elle procède en tout cas d’une stratégie assumée, dès lors qu’en plus d’être des « forts en maths », 10 anciens polytechniciens peuvent également se prévaloir d’une licence en droit, acquise semble-t-il après leur passage par l’X. L’un d’eux, Émile Paturet (X 1876 et IF 1883), y ajoute même une licence en sciences, alors que Charles Picot appelé Charles Georges-Picot en 1910 (X 1886 et IF 1891) et Jules Corréard (X 1894 et IF 1899) sont diplômés de l’École libre des sciences politiques. Les autres suivent la voie, plus traditionnelle mais tout aussi efficace, du surnumérariat (pour 28 d’entre eux) ou, dans le meilleur des cas, obtiennent un poste de commis (24 cas), plus rarement de rédacteur (5), au ministère des Finances.

7Une fois l’Inspection des Finances ralliée et la période probatoire achevée, c’est la carrière classique qui s’ouvre, du moins pour ceux qui demeurent en fonctions. Ils sont en effet 9 à démissionner, une nouvelle fois, et selon des profils semble-t-il assez variés. Le cas le plus original étant sans conteste celui de Jules Mailly (X 1851 et IF 1855), qui démissionne dès 1856 – il est encore adjoint – pour devenir directeur du chemin de fer d’Alais à Bessèges et finalement entrer comme novice chez les Lazaristes en 1859, ayant désormais trouvé sa voie après de nombreuses hésitations. Les autres quittent l’Inspection à des moments variés de leur carrière, et le plus souvent pour rallier le secteur privé, selon les cas encore assez jeunes pour y faire carrière (Georges Piœrron de Montdésir démissionne dès 1863 pour devenir industriel du papier ; Georges Thorel, adjoint en 1905, rejoint la direction financière de Saint-Gobain en 1911) ou entamer une « seconde carrière » (Emmanuel Vergé quitte l’Inspection en 1928 et termine P.-D.G. de la Société Didot-Bottin en 1943 ; Marcel Malzac démissionne en 1930 pour les chemins de fer). Les autres gravissent successivement les échelons de l’Inspection, jusqu’aux plus hautes fonctions et aux plus hauts grades : plus d’un quart des inspecteurs polytechniciens devient ainsi directeur général, aux Finances ou dans un autre ministère, alors que 38 % d’entre eux atteignent le grade d’inspecteur général (honoraires compris). Et dans leur immense majorité, à hauteur de plus de 92 %, ils peuvent arborer avec fierté la Légion d’honneur, la plupart (30) étant promus officiers, quinze autres commandeurs et quatre autres accédant aux grades supérieurs de l’ordre.

8Au total, ce qui pouvait apparaître comme un échec, certes relatif, au terme de la scolarité à l’École polytechnique, se mue en rebond professionnel, le plus souvent gagnant. À l’âge où la plupart de ces inspecteurs des Finances d’un type un peu particulier sont ainsi honorés par leurs supérieurs, rares sont leurs collègues restés dans l’artillerie, le génie, voire même les Mines ou les Ponts et Chaussées à pouvoir se prévaloir d’une telle reconnaissance sociale et professionnelle.

1917-1987 : déclin quantitatif après 1947 et réussites individuelles

9Au xxe siècle, deux grandes phases, avant et après l’Éna, doivent bien sûr être distinguées pour les inspecteurs polytechniciens.

10De 1917 (première promotion d’adjoints à l’Inspection après deux années d’interruption du fait de la guerre) à 1946, les polytechniciens conservent la possibilité de passer le concours. Ils sont 37 à y parvenir, soit une proportion de 15,6 % des inspecteurs, à peu près constante pendant l’ensemble de la période, mais légèrement supérieure par rapport à l’ensemble du siècle précédent, en baisse toutefois par rapport à la période 1870-1914. La part de ceux issus des corps militaires tend à décliner, avec moins d’un tiers. Quatre autres avaient intégré des corps civils, dont un, pour la première fois, les Mines (Claude Gruson), auxquelles il a renoncé comme ingénieur-élève pour préparer le concours de l’Inspection. Les plus nombreux (24) sont ceux qui ont démissionné dès la sortie de l’École polytechnique, dans des promotions d’après-guerre où cette pratique se multiplie. Parmi les 30 dont les rangs de sortie sont connus (jusqu’à la promotion 1934 de l’X), les classements sont souvent modestes, sans être médiocres, avec deux seulement parmi les dix premiers (outre Gruson, un issu de la très restreinte et particulière promotion 1916 de l’X), six parmi les 50 premiers, quinze parmi les 100 premiers et trois seulement après la 200e place. L’Inspection leur offre là encore une intéressante filière de rattrapage. Le passage du concours est, comme pour la période précédente, souvent précédé d’autres études non scientifiques : au moins douze ont obtenu une licence en droit, quatre sont diplômés de l’École libre des sciences politiques. L’âge médian d’obtention du premier concours de l’Inspection est de 26 ans, avec un écart qui varie de 23 à 31 ans. Quelques-uns seulement ont eu le temps d’avoir une activité professionnelle dans l’intervalle, comme rédacteurs au ministère des Finances, ou dans l’industrie privée comme ingénieurs pour Philippe Thomas (Pechiney) ou Jean Rioust de Largentaye (L’Air liquide). Les professions paternelles, si elles traduisent des origines bourgeoises, ne prédisposent pas particulièrement à l’Inspection, avec notamment des officiers de l’armée ou des professions libérales. On trouve toutefois quelques industriels ou administrateurs de sociétés, et surtout deux ­inspecteurs des Finances, dont l’un, Francis Pignerol, est également le fils d’un polytechnicien.

11La propension à pantoufler des inspecteurs polytechniciens semble encore plus forte que la moyenne. Ils sont en effet deux tiers (25 sur 37) à avoir travaillé au moins un temps pour une entreprise, avant 45 ans pour la plupart (21) d’entre eux. La grande majorité (16) travaille dans la banque, avec de nombreuses carrières jusqu’au sommet de leur établissement, surtout dans le secteur public, à l’image de Bernard Clappier (gouverneur de la Banque de France), Maurice Lauré (P.-D.G. de la Société générale), Jean Saltes (P.-D.G. du Crédit national) ou Ludovic Tron (président de la BNCI). Dans le secteur privé, Paul Baudouin a été P.-D.G. de la Banque de l’Indochine avant que son passé vichyste ne l’en écarte. Jacques Barnaud est, lui, redevenu associé-gérant de Worms & Cie après une parenthèse vichyste. Jack Francès a fait de la petite Banque La Hénin une composante importante du groupe Suez. On trouve aussi quelques très belles carrières dans l’industrie, à une époque où rares sont encore les inspecteurs à s’y risquer, comme Charles-Albert de Boissieu (gérant de Schneider), Marcel Macaux (P.-D.G. de CFAL) ou Philippe Thomas (P.-D.G. de Pechiney, où il a débuté avant l’Inspection). Les autres, même s’ils n’atteignent pas le sommet de la hiérarchie, ont des parcours plutôt aboutis dans des entreprises ou des organisations patronales. Il n’y a guère que Pierre Douffiagues, dont le pantouflage est subi du fait de sa suspension à la Libération, qui connaît une carrière plus tourmentée. En revanche, les onze qui font toute leur carrière dans l’administration (un douzième décédant au front en 1939) s’y distinguent moins. Aucun n’accède ainsi à une direction ministérielle.

12À partir de 1947, l’accès à l’Inspection des Finances ne peut plus se faire qu’en deux temps (hors la filière des seize polytechniciens devenus, à partir des années quatre-vingt, inspecteurs au tour extérieur, non pris en compte ici) : il faut d’abord intégrer l’Éna, puis en sortir « dans la botte ». Ce double obstacle a semblé très difficile à franchir puisque pour les premières promotions, jusqu’en 1966, ils ne sont que cinq à y être parvenus, sur un total de 138 inspecteurs recrutés, soit un pourcentage de 3,6 %, bien inférieur à la période antérieure. Et encore, trois d’entre eux n’ont pas eu à passer le concours d’entrée : une affectation directe à l’Éna leur a été offerte à la sortie de Polytechnique. Cette possibilité a été donnée à partir de 1948 à un, puis, dès l’année suivante, à deux polytechniciens par an, à condition qu’ils soient classés dans le premier tiers de leur promotion (parmi les 100 premiers, en gros, à l’époque). Ils ne sont que sept à en avoir profité (un en 1948, deux en 1951, un en 1952, un en 1954, un en 1956 et un en 1958, sortis de la 11e à la 78e place), faute de candidats intéressés, jusqu’à ce que le débouché soit interrompu en 1958. Parmi eux, trois, Valéry Giscard d’Estaing (X 1944, sorti 21e en 1948), Paul Mentré (X 1954, sorti 11e en 1956) et Patrick Bréaud (X 1956, sorti 78e en 1958), ont ensuite intégré l’Inspection. La possibilité a été rétablie en 1963, toujours avec la même exigence de classement, mais, cette fois-ci, elle a été, à une exception près en 1967, systématiquement saisie : jusqu’à la suppression de cette filière sans concours en 1986, ce sont 45 polytechniciens des promotions 1961 à 1983 qui ont ainsi intégré l’Éna. Cette école a acquis auprès des polytechniciens un prestige plus grand qui lui permettait dorénavant, sans concurrencer toutefois l’accès privilégié au corps des Mines, d’attirer les élèves classés entre la 11e et la 100e places, donc de préférence, éventuellement, à des débouchés dans d’autres corps civils pourtant recherchés, comme les Ponts et Chaussées ou les Télécoms. En revanche, seul un cinquième de ces intégrés directs (9 sur 45) est ensuite entré à l’Inspection, beaucoup devant se contenter de postes d’administrateurs civils. Mais cette filière directe n’était pas exclusive : ils sont aussi sept (dont une femme) à être devenus inspecteurs après avoir passé le concours de l’Éna. En tout, ces seize polytechniciens représentent ainsi 13,6 % des inspecteurs des promotions correspondantes (1967-1987), soit, malgré l’existence d’une filière réservée, un pourcentage inférieur à la période d’avant l’Éna. La suppression de cette filière en 1986 réduit ensuite fortement l’accès des polytechniciens à l’Inspection. Il faut attendre 1997 (X 1991) pour en retrouver un. La tendance s’accélère cependant dans la période récente, avec six autres (dont trois venus du corps des Ponts et une seconde femme), entre 2001 et 2006, sur 31, soit une proportion d’un cinquième, proche de celle d’avant l’Éna, qui serait à confirmer dans la durée. Comme pour leurs prédécesseurs, leur jeune âge (moins de 28 ans) reflète le fait qu’ils sont tous issus du concours externe.

13Les inspecteurs polytechniciens passés par l’Éna, dont la carrière est déjà assez avancée (entrée jusqu’en 1987), traduisent une remarquable réussite. Ils sont encore particulièrement nombreux à pantoufler en entreprise (17 sur 21), pour beaucoup jusqu’au plus haut niveau, qu’il s’agisse de la banque (Michel Pébereau, Philippe Lagayette, Paul Mentré, Frédéric Oudéa, etc.), des assurances (Yves Mansion, Gérard Machet de La Martinière) ou de la communication (Marc Tessier et, un temps, Jean-Marie Messier…). L’industrie ne les attire plus guère, et les quelques-uns qui s’y risquent n’y restent pas durablement. Deux autres ont fait des carrières politiques, Valéry Giscard d’Estaing et Philippe Auberger (député de l’Yonne). Les deux seuls à être restés dans l’administration occupent des postes de haut niveau : en 2010, Bruno Bézard est directeur général de l’Agence des participations de l’État, et Marie-Christine Lepetit était ­directrice de la législation fiscale à la DGI, avant de devenir en 2012 chef du Service de l’IGF.

14Même si la filière polytechnicienne est devenue plus restreinte à l’Inspection dans la deuxième moitié du xxe siècle, elle connaît, surtout depuis le passage obligatoire par l’Éna, une réussite remarquable. La prédestination à l’entreprise, bancaire plus qu’industrielle, est une autre constante.

Bibliographie

Belhoste Bruno, La formation d’une technocratie. L’École polytechnique et ses élèves de la Révolution au Second Empire, Paris, Belin, 2003, 507 p.

Rouban Luc, « L’Inspection générale des Finances, 1958-2000. Quarante ans de pantouflage », n° 31 des Cahiers du Cevipof, juin 2002, 155 p., consultable en ligne : http://www.cevipof.com/fr/les-publications/les-cahiers-du-cevipof

Charle Christophe, « Les polytechniciens dans les élites de la République. Méritocrates, hommes nouveaux et notables (1880-1914) », dans Belhoste Bruno, Dahan-Dameldico Amy, Pestre Dominique et Picon Antoine (dir.), La France des X. Deux siècles d’histoire, Paris, Économica, 1995, (398 p.) p. 87-101.

Chadeau Emmanuel, « Les inspecteurs des Finances et les entreprises 1869-1968 », dans Lévy-Leboyer Maurice (dir.), Le patronat de la seconde industrialisation, cahier n° 4 du Mouvement social, Paris, Édition ouvrières, 1979, p. 247-259.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540