Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

I. Recrutements, parcours, sociabilités

Le recrutement social et intellectuel des inspecteurs des Finances entre 1974 et 2005

Luc Rouban

Texte intégral

1Entre 1974 et 2005, 234 inspecteurs des Finances ont été recrutés selon deux voies de recrutement : le passage par l’Éna en réunit environ les trois quarts (172, soit 73,5 %), alors que le tour extérieur est utilisé pour 62 inspecteurs, soit 26,5 % du flux d’entrée. Le tour extérieur a été créé pour les inspecteurs de 2e classe (une nomination pour trois énarques) par le décret du 14 mars 1973 et a permis l’entrée de la première inspectrice des Finances en 1974, Nicole Briot. Le passage par l’Éna est lui-même le fait presque exclusif des lauréats du concours externe (163 inspecteurs), alors que le concours interne n’est qu’une voie accessoire (8 recrutements en tout) et que le troisième concours, créé par l’article 23 de la loi du 11 janvier 1984 (loi d’Anicet Le Pors, portant statut général de la Fonction publique de l’État), n’est représenté que par un seul recrutement. Ces premières indications tendent à montrer que l’accès à l’Inspection ne s’est guère démocratisé sur une période qui voit pourtant la gauche arriver au pouvoir pour la première fois sous la Ve République.

2C’est là l’une des deux questions qui dominent en effet le recrutement de cette période charnière qui voit l’État se désengager de la vie financière après avoir voulu la commander. On peut chercher à savoir si l’extraction sociale des membres de l’Inspection a évolué, alors même que des changements sociopolitiques importants interviennent en l’espace de quelques années. Les orientations politiques générales ont-elles de l’influence sur le recrutement social des grands corps ? Autrement dit : l’histoire administrative est-elle seulement un morceau d’histoire politique ?

3Une autre interrogation naît des transformations de grande ampleur qui touchent la politique financière de l’État. Des années quatre-vingt aux années quatre-vingt-dix, la libéralisation générale du secteur bancaire, impulsée par l’Union européenne, mais relayée par les élites françaises et poursuivie par le gouvernement Jospin de 1997, succède à une période de nationalisations sans précédent depuis la Seconde Guerre mondiale, issues des projets politiques du Programme commun de 1972. La conversion des élites de l’État au libéralisme (à la française, impliquant toujours une présence étatique) se traduit-elle par une évolution des filières d’accès à l’Inspection et des types de formation ?

4On a choisi d’organiser la temporalité des recrutements par grands cycles sociopolitiques, même si l’exercice peut paraître un peu formel. Le faible nombre de recrutement annuel ne permet pas, en effet, de mener une analyse sociologique sérieuse sur une base ponctuelle. Aussi a-t-on distingué la période 1974-1981, qui reste celle du libéralisme notabiliaire giscardien, la période 1982-1989, durant laquelle les projets de la gauche se mettent en place, la période 1990-1997, qui reste marquée par le désengagement de l’État et la libéralisation de l’économie, et la période 1998-2005, qui voit le libéralisme se transformer de maladie honteuse en affichage volontariste.

Le profil social

5Force est de constater que les profils sociaux n’évoluent guère. On a pu reconstituer les origines sociales des inspecteurs (profession du père) à hauteur de 95 %, à partir, notamment, du fichier Excel établi pour le dictionnaire, des fiches du Who’s Who, de celles de la Société générale de presse, mais aussi d’une multitude de sources, telles que les portraits réalisés dans les journaux ou sur les sites Internet des entreprises. On a choisi de ne retenir que les informations sûres, ou du moins plausibles, mais il reste bien évidemment toujours une marge d’incertitude car on ne sait pas si la profession paternelle n’a pas évolué dans le temps ou si son intitulé ne recouvre pas des différences appréciables de situation sociale (cas classique de l’agriculteur, qui va du petit exploitant au grand céréalier, élu local et membre d’un syndicat professionnel).

6Une première analyse peut être faite selon une grille classique distinguant les professions supérieures des professions intermédiaires et des professions modestes ou peu qualifiées. Comme le montre le tableau 1, la proportion des inspecteurs issus des catégories supérieures ne descend jamais en dessous de 70 % (celles-ci constituent 15 % dans l’ensemble de la population française). Le seul moment de relative démocratisation est la période 1990-1997, mais on voit également qu’elle correspond à la montée en force du tour extérieur. Or, en moyenne, les recrues du tour extérieur proviennent, à hauteur de 19 %, des catégories populaires, contre 14 % pour celles qui ont passé le concours interne de l’Éna et 3 % pour celles qui ont passé le concours externe. Le seul pic de recrutement par le concours interne de l’Éna est celui de la période 1982-1989 (on y retrouve les huit cas concernés), mais sans qu’il ait d’effet sensible sur la distribution des profils sociaux.

Tableau 1. Modes de recrutement et profils sociaux ( %)

Moyenne 1974-2005

1974-1981

1982-1989

1990-1997

1998-2005

Éna externe

70

84

63

68

67

Éna interne et 3e concours

4

0

12 (N =8)

0

2

Tour extérieur

27

16

25

32

31

Origine populaire

8

6

9

7

8

Origine moyenne

18

16

17

24

14

Origine supérieure

74

78

73

70

78

7La prédominance des catégories supérieures conduit à mener une analyse centrée sur elles. Pour ce faire, on a repris les modalités utilisées par Nathalie Carré de Malberg afin de permettre des comparaisons sur le long terme, même si certaines catégories ont évolué dans le temps (c’est notamment le cas des cadres supérieurs d’entreprise, qui ne participent plus, dans les années 1990-2000, aux « fractions possédantes »).

Tableau 2. Répartition du recrutement social à l’entrée à l’IGF en catégories spécifiques ( %)

Moyenne 1959-1973

Moyenne 1974-2005

1974-1981

1982-1989

1990-1997

1998-2005

Fractions possédantes

18

20

27

25

8

14

Haute fonction publique

19

21

18

19

26

22

Bourgeoisie libérale

15

16

22

14

11

17

Moyenne bourgeoisie possédante

24

15

14

11

23

14

Moyenne fonction publique

13

13

8

15

19

9

Petite fonction publique

3

4

6

8

2

2

Petits salariés du privé

7

7

4

8

7

9

Inconnus

1

5

0

2

5

14

Tableau 3. Profil social de l’ensemble des inspecteurs âgés de moins de 66 ans ( %)

1974

2005

Catégories supérieures

69

76

Catégories moyennes

25

18

Catégories populaires

6

7

Fractions possédantes

26

18

Haute fonction publique

17

22

Bourgeoisie libérale

12

16

Moyenne bourgeoisie possédante

17

17

Moyenne fonction publique

18

13

Petite fonction publique

5

3

Petits salariés du privé

4

7

Inconnus

1

5

8La comparaison entre la période 1959-1973 et la période 1974-2005 montre surtout ­l’affaissement du recrutement en provenance de la moyenne bourgeoisie possédante – où l’on trouve de nombreux cadres d’entreprises –, ce qui correspond à la disparition de l’effet promotionnel de l’Éna (compensé par l’effet du tour extérieur dans les années quatre-vingt-dix). Par ailleurs, la période 1990-1997 voit les profils évoluer puisque l’on trouve bien moins d’héritiers des cadres dirigeants de banques ou d’industries et bien plus d’enfants de hauts fonctionnaires. Les flux d’entrée ne modifient qu’en partie la composition sociale du corps, qui accumule et mêle les classes d’âge. Mais une comparaison en deux tranches chronologiques de la situation d’ensemble des inspecteurs de moins de 66 ans au 1er janvier 1974 et au 1er janvier 2005 confirme cette évolution. On voit néanmoins que la part des représentants des catégories supérieures n’a cessé d’augmenter.

9Apparemment, cette évolution se fait aux dépens des recrues issues de la moyenne et petite fonction publique. L’Inspection tend alors à devenir un lieu de reconversion des élites du public vers le privé, grâce aux possibilités de pantouflage, alors que les élites du privé intègrent de plus en plus souvent les entreprises de manière directe.

Le profil universitaire

10Ce nouvel investissement des élites du public vers le secteur privé, ou du moins sa potentialité, est facilité par l’évolution des formations universitaires. On peut remarquer la progressive disparition des formations juridiques et surtout du binôme classique « droit + Sciences Po Paris », comme la part déclinante en moyenne de Sciences Po Paris (mais qui n’est nullement compensée par une présence plus forte des anciens des IEP de province). La part des anciens normaliens augmente légèrement, tout comme celle des polytechniciens. En revanche, la proportion des anciens de grandes écoles de commerce explose, tout comme le binôme « école de commerce + Sciences Po Paris », ces filières éclipsant celle des diplômes en économie, sans doute moins opérationnels sur le plan professionnel et dont les titulaires ne sont pas suivis à la sortie de leurs études. Cette préparation aux fonctions financières du secteur privé indique que le pantouflage est inscrit très en amont dans les stratégies de carrière. L’investissement dans l’Inspection n’est considéré que comme un tremplin ou un effet d’aubaine en fonction du classement obtenu à la sortie de l’Éna.

11La répartition sociale des types de formation montre enfin que la formation juridique classique reste surtout l’apanage des représentants des classes populaires et moyennes, ce qui explique sa présence fréquente chez les recrues du tour extérieur. Chez les énarques, même les enfants d’avocats les évitent (1 cas sur 5). En revanche, le passage par les écoles de commerce est discriminant sur le plan social et concerne le quart des représentants des classes supérieures. On observe cependant un autre phénomène : ce sont les enfants de hauts fonctionnaires qui fréquentent le plus, en proportion, les écoles de commerce (33 %) avec les enfants de cadres du secteur privé (35 %), avant ceux des membres des « fractions possédantes », c’est-à-dire des patrons de la banque et de l’industrie (27 %). La hiérarchisation sociale comme la reconversion public/privé se jouent ici : sur les 30 inspecteurs énarques ayant un père membre d’un grand corps, treize, soit 44 %, ont fait une école de commerce. Un degré plus bas, on constate qu’un seul inspecteur, des neuf qui ont un père « seulement » cadre supérieur de la fonction publique, a suivi le même parcours. Aucune recrue du tour extérieur n’est passée par une école de commerce. C’est dire que le redéploiement des élites se fait à l’intérieur des filières classiques du recrutement.

12Les années quatre-vingt constituent un tournant dans cette évolution. On peut certes y voir la part prise par des stratégies d’adaptation au marché des grandes carrières ou même aux attentes de l’Éna (on peut en dire autant de l’attrait pour Sciences Po Paris dans les années quatre-vingt-dix, à la mesure de la réorganisation de son offre d’enseignement). Mais on peut également y voir la réaction à la politisation des postes de direction au ministère des Finances, et donc la réorientation des jeunes vers des stratégies de formation « multicartes ».

Tableau 4. Évolution des filières de formation par voie de recrutement ( %) – Données cumulables

Moyenne 1959-1973

Moyenne tour ex.
1974-2005

Moyenne Éna
1974-2005

Éna
1974-1981

Éna
1982-1989

Éna
1990-1997

Éna
1998-2005

Diplôme en droit

58

44

26

42

27

21

13

Diplôme en économie

31

23

15

20

10

19

10

Sciences Po Paris

76

76

62

73

31

81

70

IEP province

4

4

1

0

2

0

3

Droit + Sciences Po

49

49

19

37

18

14

8

École de commerce + Sciences Po

5

0

15

7

12

26

15

Polytechnique

12

12

9

5

16

5

10

ENSAE

0

11

2

5

0

0

5

École normale supérieure

4

4

10

12

14

7

5

École de commerce

6

0

29

20

35

33

28

Bibliographie

Rouban Luc, « L’Inspection générale des Finances, 1958-2000. Quarante ans de pantouflage », n° 31 des Cahiers du Cevipof, juin 2002, 155 p. consultable en ligne : http://www.cevipof.com/fr/les-publications/les-cahiers-du-cevipof .

Auteur

Directeur de recherche du CNRS au Centre d’études de la vie politique française (IEP)

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès ouvert
Liseuse ePub PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Accès exclusif

Offert par