Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dictionnaire historique des inspecteurs des Finances 1801-2009

 | 
Fabien Cardoni
, 
Nathalie Carré de Malberg
, 
Michel Margairaz

I. Recrutements, parcours, sociabilités

Recrutement et profil socio-intellectuel des inspecteurs des Finances, 1847-1973

Nathalie Carré de Malberg

Texte intégral

1Pour être inspecteur des Finances, de 1847 à 1946, il faut, sauf exception, avoir été reçu à un examen d’aptitude – ou premier concours – pour la nomination d’adjoint à l’Inspection des Finances, puis, après deux (ou trois) ans de « tournée », il faut avoir été admis, après un examen de capacité – ou deuxième concours –, au grade d’inspecteur de 3e (puis 4e) classe, l’entrée directe au grade d’inspecteur n’ayant concerné que sept inspecteurs avant 1877, trois entre 1918 et 1946.

2Avec la création de l’Éna par l’ordonnance du général de Gaulle le 9 octobre 1945, supprimant le concours d’adjoint, et jusqu’à la création du tour extérieur à l’Inspection en 1973, il faut, sauf exception là aussi, avoir réussi un des deux concours d’entrée de l’Éna, l’un ouvert aux diplômés de l’enseignement supérieur, l’autre aux fonctionnaires de l’État, puis être en mesure, après trois ans (puis 28 mois) de scolarité gratuite et rémunérée, de pouvoir choisir à la sortie le corps de l’Inspection. Avec la décolonisation, 17 fonctionnaires issus de la France d’outre-mer sont intégrés directement de 1958 à 1968.

3Mais dans un cas comme dans l’autre, il faut aussi être un homme dans cette période, être en mesure d’acquérir les diplômes exigés et avoir été informé et séduit par les carrières offertes. Or, aussi bien les lois et règlement qui régissent ces concours, que l’accès à l’enseignement supérieur, la notoriété du corps ou les perspectives de carrière ont évolué avec le temps. Dès lors, au sein des différentes strates sociales ayant accès aux diplômes exigés, le profil social et intellectuel des inspecteurs s’est nécessairement modifié. Il reste à prendre la mesure de ces changements pour répondre aux questions que soulève la fabrication des élites en France, au xixe comme au xxe siècle :

  • L’Inspection est-elle, depuis le milieu du xixe siècle, une « chasse gardée » de la grande ou bonne bourgeoisie parisienne, comme le dénoncent les partis de gauche, et y a-t-il à travers eux, accaparement de l’État par un groupe social privilégié ?

  • Les modalités de l’ancien concours, spécifique et par cooptation, favorisent-elles les candidats les mieux pourvus en avantages hérités, justifiant la réforme de 1945 ? Ou, au contraire, l’Inspection des Finances est-elle, avant l’Éna, un creuset social au sein des différentes bourgeoisies, un mécanisme d’intégration des classes moyennes, qui expliquerait aussi bien sa pérennité que sa légitimité ?

  • L’ambition des pères de l’Éna de démocratiser la haute fonction publique a-t-elle atteint son objectif à l’Inspection, qui refuse le tour extérieur jusqu’en 1973 ? Le passage par cette école a-t-il modifié le profil intellectuel ?

4À ces questions, des réponses partielles et par période ont déjà été données par différents auteurs, à commencer par Christophe Charle et Emmanuel Chadeau pour le xixe siècle, par nous pour le premier xxe siècle, par Jean-François Kesler, Pierre Lalumière et Dominique Chagnollaud pour les années cinquante à soixante-dix, par Michel Bauer, Bénédicte Bertin-Mourot et Luc Rouban pour la fin du xxe siècle. En faire la synthèse sur la longue durée s’est heurté à la diversité des classifications et des sources utilisées par les différents auteurs et nous a conduit à recoder toutes les informations nominatives pour les 726 inspecteurs entrés entre 1847 et 1973. Pour autant, nos résultats (et nos pourcentages, qui ne portent que sur les données connues) souffrent de plusieurs biais qu’il faut garder présents à l’esprit. Autant, pour la période 1892-1947, les dossiers de candidature ou de personnels consultés sont fiables, ne serait-ce qu’en raison des enquêtes préfectorales, autant on doit regretter que les notices des inspecteurs énarques de ce dictionnaire n’aient pas été rédigées à partir des dossiers des énarques, mais très majoritairement tirées du Who’s Who, donc déclaratives et non vérifiées. D’autres biais sont à signaler : par souci d’homogénéité, nous avons retenu le lieu de naissance, dont tous les chercheurs savent bien qu’au xixe et dans la première moitié du xxe siècle, il ne représente pas toujours le lieu de scolarité, indicateur plus important. Les naissances provinciales peuvent être d’opportunité, chez les grands parents, ou éphémères, liées à la mobilité des pères fonctionnaires, officiers surtout ; pour les périodes les plus anciennes ou les plus récentes, les informations annexes, notamment sur les grands parents, la mobilité du père, le lieu de la scolarité, voire la conscience d’appartenance transmise par les témoins, qui permettent de donner au plus près la position sociale réelle à l’entrée dans le corps, ont manqué, laissant une plus large place à l’interprétation subjective de l’auteur.

Évolution des conditions du recrutement et des perspectives de carrière

5Un examen d’aptitude à l’Inspection des Finances est mis en place pour la première fois par un arrêté ministériel du 27 septembre 1847. Même si le mot n’apparaît qu’en 1885, cet examen est en réalité un concours puisque le nombre de places d’adjoint est limité par arrêté et varie chaque année, et puisque l’admission se fait par ordre de mérite. Pour se présenter à cet examen, il faut satisfaire aux conditions fixées cinq ans plus tôt par l’article 3 de l’ordonnance royale du 28 mars 1842, c’est-à-dire : être âgé de 22 ans au moins, de 30 ans au plus ; être licencié en droit ou sorti admissible de l’École polytechnique ; avoir plus de deux ans de service dans l’administration des Finances (un an pour les polytechniciens) ; justifier d’un revenu personnel ou d’une pension des parents de 2 000 francs par an. Un pourcentage – changeant – des vacances est réservé aux fonctionnaires des Finances expérimentés, qui doivent passer quand même le second concours à partir de 1860. Ces conditions ne varient plus guère jusqu’en 1885, si ce n’est la liste des services administratifs ou la satisfaction des obligations militaires. La réforme de 1885 supprime l’exigence du revenu minimum et, par l’article 24 du décret du 19 janvier, pose un nouveau principe dans l’administration des Finances : l’ouverture du concours aux non-fonctionnaires, principe brièvement interrompu entre 1892 et 1900. Un décret de 1896 enlève à la faculté de droit son monopole : le concours est désormais ouvert aux licenciés ès lettres et ès sciences, mais n’accorde aucun avantage aux diplômés de l’École libre des sciences politiques, en dépit des demandes de son directeur Émile Boutmy.

6Entre 1900 et 1936, des modifications mineures et provisoires sont apportées, notamment pour favoriser les anciens combattants – auxquels ont été réservés les concours de 1917 et 1918. Par ailleurs, le nombre de places ouvertes aux concours 1919‑1922 triple, en moyenne, afin de compenser les pertes de la guerre et l’absence de concours en 1915 et 1916. En 1936, le gouvernement du Front populaire cherche à corriger les inconvénients présumés de la cooptation, puisque le jury et la préparation sont en effet du ressort exclusif de l’Inspection, et le 15 novembre 1936, Vincent Auriol prend par décret, puis arrêté du 4 février 1937 plusieurs mesures afin de « rétablir l’équilibre entre tous les candidats, donner à tous les mêmes possibilités, donner aux concours toutes les garanties de publicité, renforcer les garanties d’impartialité ». Pour alléger le poids des connaissances techniques et lutter contre la durée excessive de préparation au concours, qui avantage les catégories sociales les plus aisées, une nouvelle épreuve de culture générale sur l’actualité est ajoutée à l’écrit et à l’oral ; le jury compte désormais trois non-inspecteurs ; un passage de cinq ans dans les administrations dépendant du ministère des Finances pourra désormais compenser, au premier concours, l’absence de diplômes universitaires dans les limites d’âge restées inchangées, mais aucun reçu ne sortira de cette nouvelle filière ; enfin le 2e concours est réservé aux seuls adjoints.

7La guerre suspend le concours en 1940. En 1941, 1942 et 1943, les deux concours de l’Inspection des Finances et de la Cour des comptes fusionnent ; les candidats à l’Inspection y gagnent la possibilité de se présenter trois fois, comme il était possible pour la Cour des comptes, ce dont profitera notamment le jeune Delmas, qui n’est pas encore Chaban. En 1943, les diplômes de grandes écoles militaires ou civiles, publiques ou privées, ouvrent l’accès au concours : l’École centrale des arts et manufactures, l’École spéciale militaire et l’École navale en février, l’École nationale de la France d’outre-mer, l’École des hautes études commerciales en mars et l’École libre des sciences politiques en mai. À la Libération, aux concours normaux s’ajoutent deux concours, en septembre 1945 et septembre 1946, réservés aux empêchés du fait des hostilités.

8Mais pour être définitivement inspecteur des Finances, encore faut-il réussir le deuxième concours. L’ordonnance du 28 mars 1842 l’impose après deux ans de tournée de vérifications et l’étend, à partir du décret du 31 mai 1860, aux fonctionnaires des Finances, auxquels était réservée, depuis 1842, une partie des vacances dans la 3e classe (4e classe en 1860). Cet accès direct est autorisé par décret du 1er septembre 1900 (à la demande du vice-président du Conseil d’État en 1879) aux auditeurs de 2e classe du Conseil d’État et de la Cour des comptes (disposition supprimée en 1937). Aucun membre du Conseil n’en bénéficiera et un seul de la Cour. Entre 1892 et 1946, six adjoints ont été refusés et six autres ajournés à ce deuxième concours.

9Ce n’est pas le lieu ici d’évoquer la préparation, dans les grandes et petites écuries dirigées par les seuls inspecteurs des Finances, ni les épreuves, leur contenu et leur déroulement. On se contentera seulement de rappeler l’importance et la difficulté du « premier jour », comptant pour 40 % de l’écrit, portant sur une question générale d’ordre économique, financier ou administratif et exigeant un entraînement intensif et le respect de règles non écrites, comme « Pas de nom, pas de dates, pas de nombre ». L’objectif de cette épreuve a été défini par Dominique Leca dans son canular d’un « premier jour » sur le « premier jour » : « Les qualités exigées de cette composition sont donc en apparence contradictoires. Le fond ne doit pas choquer un technicien. La forme ne doit pas rebuter un profane ». Et même si en 1937, la jaquette est supprimée au bénéfice du veston, pantalon rayé, le décor de la grande salle à manger Napoléon III du ministère des Finances et le rituel restent impressionnants. Concours difficile donc, mais inégalement, compte tenu de l’augmentation des places après 1918 et après 1944 et de l’inflation des candidats, à la mesure des débouchés accrus dans ­l’administration, le secteur public ou privé après la Première Guerre et jusqu’à la Seconde Guerre.

10Le taux de réussite est de 19,5 % en moyenne de 1892 à 1946, mais il passe de 25,6 % pour les concours 1912-1921 à 16,1 % en 1922-1931, puis 11,2 % en 1932-1939, et remonte à 24 % pour les deux promotions 1942 et 1944. Il reste donc redoutable, mais l’est moins que celui de l’École normale supérieure, lettres, dont Jean-François Sirinelli a calculé le taux de réussite, dans les années vingt, entre 10 et 18 %. Nous avons montré, dans nos travaux, que les témoignages a posteriori augmentent systématiquement la difficulté de ce concours en minimisant le pourcentage de reçus. S’y ajoute chez beaucoup la perception – fausse, on le verra – d’un profil social des candidats grand bourgeois, jugé impressionnant. Leur sincérité individuelle n’est pas en cause, mais leur entrée dans le corps, qui a changé leur destin, et leur orgueil commun d’appartenir à une élite fondée sur une sélection sévère ont exagéré la réalité. Comme dit, en 1990, l’un d’eux (promotion 1942), qui a préféré garder l’anonymat : « Par une espèce de miracle que je n’ai jamais compris, les portes de l’Inspection se sont ouvertes et ma vie a été transformée, pour reprendre le genre de raisonnement que font mes camarades et que je trouve parfaitement exact. » À cet égard, il faut aussi rectifier la réputation d’un concours permettant d’exclure les candidats juifs. D’une part, Pierre Birnbaum, auquel nous avons montré la liste de tous les candidats, n’a pas remarqué de nom de famille juive parmi les refusés jusqu’à la fin des années trente. Par ailleurs, Maurice Bloch, puis Jean-Frédéric et François Bloch-Lainé, Jacques Rueff, Guillaume Guindey, François-Didier Gregh et Hervé Alphand attestent, par leur réussite, que le concours n’est pas la cause de la faible présence de candidats d’origine juive.

11Avec l’Éna et l’ouverture plus large de l’accès à la haute fonction publique, les chances de réussite à l’Éna sont beaucoup plus faibles, 8,54 % de reçus, selon Thomas Bottomore, pour les années 1945-1951. La grande nouveauté avec l’Éna, par rapport à l’ancien concours, est la rémunération des élèves, mais les exigences scolaires restent les mêmes. En 1945, 1946 et 1947, trois concours spéciaux, moins sélectifs, sont réservés aux empêchés et jusqu’en 1958, on peut se présenter un nombre de fois illimité. Ensuite, c’est trois fois maximum et non deux fois, comme pour l’ancien concours. Les épreuves continuent de privilégier la culture générale « des idées et faits politiques, économiques et sociaux depuis le xviiie siècle ». Kesler a bien montré que la part du « premier jour », imité des anciens concours, diminue au fil des ans et des réformes, et que la dimension historique introduite au concours de l’Éna disparaît en 1971. En revanche, l’information sur l’Éna et sur ses débouchés se développe avec la mise en place d’une véritable politique de communication au sein de l’École, tandis que le corps de l’Inspection prend grand soin d’attirer les élèves avant l’amphi garnison et lors de la « retape ». Les ajustements successifs de la scolarité, le plus souvent à la demande des énarques, visent à l’adapter aux besoins nouveaux de l’administration, comme l’ont bien montré Marie-Christine Kessler en 1978 et Kesler en 1985, mais les conditions d’entrée ne changent pas jusqu’en 1973.

12À la sortie, le choix des carrières – et donc de l’Inspection – s’effectue selon le rang de classement. Ce choix est lié au prestige, qui se mesure en termes de primes, certes, mais surtout en termes de débouchés. Dans les toutes premières années, résultat peut-être des projets de fusion avec le contrôle financier, l’Inspection fait moins recette. Kesler note que l’Inspection accueille en 1947 le 28e, en 1948 le 16e, en 1949 le 12e. Mais très vite, la hiérarchie d’avant-guerre revient et l’Inspection avec le Conseil d’État sont choisis par les premiers (avec l’exception de la promotion Charles de Gaulle en 1972, dans la foulée des engagements des élèves après 1968). À cet égard, rien n’a changé depuis le début du siècle et plus encore depuis les années vingt, avec l’expansion de l’État, et en particulier du ministère des Finances, dans l’administration et la vie des entreprises, et, comme avant, les inspecteurs énarques ne ­choisissent ­l’Inspection que pour en sortir.

13En 1945, l’Inspection, pour des raisons évidemment différentes, a écarté et le tour extérieur, pourtant en vigueur dans les deux autres grands corps, et l’entrée des femmes, pourtant admises à l’Éna. En 1973, l’entrée directe à l’Inspection au grade de 2e classe, dans les limites d’une place sur quatre, est imposée, mais l’IGF obtient d’en contrôler l’accès par la mise en place d’un comité de sélection (de cinq membres, dont trois inspecteurs, jusqu’en 1985) qui propose une liste au choix du ministre. En 1974, la première femme est nommée au tour ­extérieur et l’année suivante, une énarque choisit l’IGF (voir infra, l’article de Sylvie Schweitzer).

L’origine géographique et administrative

14Nuançons d’abord un cliché à la vie dure en rappelant que les inspecteurs nés à Paris ont toujours été minoritaires. Selon les données fournies par ce dictionnaire en 2010, 35 % sont nés à Paris, mais la part des naissances parisiennes a fluctué, passant de 32 % au xixe à 39 % de 1901 à 1946, pour redescendre à 32 % de 1947 à 1973. Ce pourcentage est toujours bien supérieur à la croissance de la population parisienne, mais égal à celui de l’ensemble des élèves de l’Éna de 1947 à 1982, avec une différence, soulignée par Kesler, entre les énarques du concours étudiants, parisiens de naissance à 41 %, et ceux du concours fonctionnaires, à 24 % seulement. Notons la présence de onze provinciaux sur les dix-sept intégrés directement. De 1892 à 1946, les provinciaux ne sont ni des ruraux ni des notables de petits bourgs, mais sont nés dans des grandes villes dotées de grands lycées, et les départements les mieux représentés sont : le Rhône, la Seine-Maritime, la Haute-Garonne, le Nord, les Bouches-du-Rhône et la Gironde. Par ailleurs, la répartition de ces parents parisiens fait apparaître, comme on pouvait s’y attendre, une prédominance des quartiers résidentiels (6e, 7e, 8e, 16e et 17e, avec plus de 10 % des inspecteurs). Domination confirmée sur les deux siècles par les annexes de ce dictionnaire qui donnent l’arrondissement de naissance de 267 inspecteurs parisiens.

15En droit, on l’a vu, l’accès des fonctionnaires directement au second concours de l’Inspection a toujours existé, l’expérience administrative étant même obligatoire pour le premier concours jusqu’en 1901 (sauf une courte période de 1885 à 1896). L’Éna n’a donc innové via le concours interne qu’en ouvrant ses portes, donc celles de l’Inspection, à tous les fonctionnaires et pas seulement à ceux des Finances. Dans la réalité, de 1892 à 1946, un inspecteur sur cinq est déjà fonctionnaire lorsqu’il se présente au premier concours, mais cette moyenne cache une forte évolution : 85,1 % de candidats fonctionnaires en 1892-1901, 30 % en 1902-1911, 10 % dans les années vingt et trente, puis 20 % pendant la Seconde Guerre mondiale. La longueur de la préparation et la crainte d’échouer en ont, en effet, conduit certains à ­s’assurer un emploi dans l’administration centrale via le concours du rédactorat, qui n’exige que le baccalauréat.

16Avec le concours interne de l’Éna, on aurait pu penser que la part des anciens fonctionnaires à l’Inspection se serait accrue. Il n’est est rien. Kesler l’a bien montré, ils ne sont que seize énarques issus du concours interne, contre 152 inspecteurs du concours externe, à sortir assez bien pour choisir l’Inspection entre 1945 et 1982. Même en y ajoutant les neuf inspecteurs déjà fonctionnaires qui ont préféré passer le concours externe et les 17 inspecteurs venus de l’outre-mer intégrés directement, on voit bien que le recrutement de l’Inspection par l’Éna n’a guère profité aux fonctionnaires (14 % des inspecteurs de 1946 à 1973).

Évolution du profil socioprofessionnel (tableaux 1, 2 et 3)

17Pour traiter de la délicate et toujours discutée question de la composition sociale du corps, les catégories socioprofessionnelles ont été regroupées d’abord par strates sociales (ou groupes sociaux), grande et bonne bourgeoisie, moyenne bourgeoisie, petite bourgeoisie. Ces catégories, qui tiennent compte à la fois du patrimoine, du revenu, du capital social et intellectuel et du lieu de résidence, ont permis la comparaison avec les historiens des autres périodes. Mais l’origine professionnelle a aussi été classée selon la nature des sources de revenus du père – fractions indépendantes, libérales, fonctionnaires et salariées – et selon le secteur d’activité professionnelle du père : neuf secteurs en tout.

18On l’a dit, les exigences scolaires de l’ancien concours comme celles de l’Éna supposent que les inspecteurs aient fait de longues et bonnes études. Or celles-ci, en France, sont largement dépendantes du milieu social d’origine, en dépit de la politique des bourses ou de la rémunération des élèves de quelques grandes écoles, comme l’X, Normale sup ou l’Éna. C’est donc au sein des différentes bourgeoisies que se recrutent massivement les diplômés de l’enseignement supérieur et donc les inspecteurs. Il n’y a quasiment pas de représentants des classes laborieuses ou populaires. Sur 125 ans, près de quatre inspecteurs sur dix n’appartiennent pas à la grande et bonne bourgeoisie. L’Inspection des Finances a donc constitué une passerelle pour les classes moyennes, dont la stratégie d’ascension sociale se situe bien en amont du concours, mais ce passage est beaucoup plus rare et plus difficile pour la petite bourgeoisie. Surtout, leur répartition au sein de ces bourgeoisies a évolué, au point que la moyenne importe moins que les changements opérés au cours de trois périodes bien différenciées.

19Durant le second xixe siècle (1847-1900), lorsque le concours, peu connu, est encore réservé (sauf pendant dix ans) aux fonctionnaires et que les emplois occupés par les inspecteurs restent majoritairement limités aux fonctions de contrôle, la grande et bonne bourgeoisie y est minoritaire (40 %), la moyenne bourgeoisie domine (53 %). Nos résultats rejoignent ceux de Charle et Chadeau, pour lequel « La carrière à l’Inspection a apporté des satisfactions de promotion ou de garantie sociale […]. L’État a rempli les missions sociales que lui fixaient les réformateurs du xixe : s’assurer le concours des privilégiés en les attachant à son service et élargir le cercle des dirigeants du pays en recrutant hors des familles portées au faîte de la société civile. » La présence de la petite bourgeoisie à l’Inspection – 6 % – est déjà symbolique

20Dans la première moitié du xxe siècle, la répartition s’inverse, les classes dirigeantes représentent 52 %, avec un maximum de 59 % dans les années vingt, et, inversement, la moyenne bourgeoisie recule à 45 %, avec un creux à 38 % dans les années vingt. Non seulement l’exigence de l’expérience administrative n’est plus requise, mais la notoriété de certains inspecteurs et les débouchés croissants dans les entreprises, dans les grandes directions, dans les cabinets et les institutions financières publiques changent l’image de l’Inspection aux yeux des élites, attirant davantage les catégories sociales dominantes. Précisons qu’entre 1892 et 1946, 18,2 % des candidats et 20 % des adjoints détiennent les signes extérieurs de la noblesse (particule ou château). La présence de la petite bourgeoisie reste symbolique à 4 %, avec une augmentation, lors des concours de guerre, à 6 %.

21Cette petite bourgeoisie est sous-représentée par rapport aux autres concours de grandes écoles, comme l’École normale supérieure ou l’École polytechnique, et plus encore par rapport à la population des lycées, même à la fin de cette période. Mais même si l’Inspection est un corps qui a tendance à se refermer dans l’entre-deux-guerres, la part de la moyenne (et petite) bourgeoisie, qui représente encore plus d’un inspecteur sur trois, atteste qu’on est bien loin de l’image fustigée par la gauche dans les années trente ou à la Libération. Ajoutons que de 1892 à 1946, pour la moyenne bourgeoisie (37,5 %), le tri croisé reçus/refusés sur l’échantillon laisse apparaître un taux de réussite au concours assez supérieur ; le concours en lui-même n’est donc pas un pur instrument de reproduction.

22Depuis 1946, l’Éna a-t-elle tenu ses promesses de démocratisation ? Au vu des chiffres du tableau 1, on pourrait croire à un vrai recul des classes dominantes (grande et bonne bourgeoise), qui passent de 52 % à 34 %. Mais deux biais viennent nuancer ce changement apparent. D’une part, ils comprennent les 17 inspecteurs issus des administrations de la France d’outre-mer et non de l’Éna, dont trois sont issus de la petite bourgeoisie, treize de la moyenne, un seul de la bonne bourgeoisie. D’autre part, ils comprennent les trois promotions des concours de l’Éna, réservés aux candidats empêchés du fait des hostilités et d’origine plus modeste. Avec l’Éna, la part de la petite bourgeoisie reste très symbolique (9 %), même si elle double. Mais quels que soient les biais, la moyenne bourgeoisie reste la grande gagnante de la réforme en représentant 57 % des effectifs. Le concours interne de l’Éna, plus ouvert socialement, aurait pu contribuer à la démocratisation espérée puisque sur les seize inspecteurs issus du concours interne de l’Éna, la moitié vient de la petite bourgeoisie commerçante ou agricole, un quart de la moyenne bourgeoisie et l’autre quart des classes dirigeantes. Mais le petit nombre de ces énarques déjà fonctionnaires qui ont pu choisir l’Inspection à la sortie a rapidement mis fin aux illusions de ses fondateurs.

23À cet égard, l’introduction du tour extérieur, en 1973, a un peu servi la démocratisation car, comme le montre Rouban (voir, infra, son article), les inspecteurs des Finances issus de la fonction publique présentent un profil social plus modeste. Ce mouvement s’est encore accentué avec la grande réforme d’octobre 2006, qui transforme partiellement l’Inspection en corps de débouchés pour des fonctionnaires expérimentés. Le profil par genre ne se modifie que lentement puisque Sylvie Schweitzer compte 34 femmes entrées à l’IGF entre 1974 et 2009, pour 228 hommes, soit 15 %, mais cinq sur cinq en 2005 (voir, infra, son article).

24D’autres changements sociaux dans le recrutement, sur ce siècle et demi, sont à signaler, à commencer par l’hérédité administrative. Dans le classement par nature de revenus, les fils de fonctionnaires constituent la fraction la plus représentée chez les inspecteurs sur le siècle et demi, avec 43 % en moyenne. Mais leur part décline, passant de 49 % au xixe à 43 % sur le premier demi-siècle, puis à 36 % depuis 1946. Au sein de la fonction publique, la part des parents hauts fonctionnaires reste stable, de l’origine à 1946, autour de 25 %, mais elle décroît ensuite à 14 % dans les années cinquante et à 11 % dans les années soixante, et les grands corps cessent de dominer cette catégorie. Les inspecteurs ayant des membres de leur famille dans les grands corps, 16 % en 150 ans, (Cour des comptes, Conseil d’État, Quai d’Orsay) suivent la même évolution : 15 %, 22 %, puis 7 %. Même élargie aux membres de la famille plus ou moins proche, on ne peut vraiment pas parler d’hérédité à l’Inspection : 14 % sur le siècle et demi ont de la famille à l’Inspection, 12 % au xixe, 21 % dans le premier xxe siècle et 5 % seulement depuis 1947. Quant à parler de dynastie, comme ont pu l’écrire quelques journalistes à partir de quelques noms plus ou moins célèbres, les Bizot, Georges-Picot, Sergent, Margerie, Vincenot, Machart, Célier, Chalendar, Bloch-Lainé, (et Schweitzer ou Hannezo après 1973), les chiffres nous ramènent à la réalité : 28, soit 4 %, sont fils ­d’inspecteurs ­(successivement, pour chaque période : 5 %, 3 % et 3 %).

25Plusieurs autres constats s’imposent. Alors que les fractions indépendantes, patrons, mais aussi rentiers ou commerçants, se maintiennent à 27 %, les cadres salariés augmentent régulièrement (4 %, 17 %, 26 %), à l’image de la société française, mais la part des professions libérales décline régulièrement depuis la Première Guerre. Le tableau par secteur d’activité montre sans surprise le déclin des pères militaires, la résistance des pères fonctionnaires des Finances ou enseignants, l’explosion du secteur économique financier ou industriel. Rappelons que pour les promotions 1892-1946, les meilleurs taux de réussite se trouvaient chez les fils de fonctionnaires des Finances (les plus concernés par la mobilité sociale interne) et chez les fils d’enseignants du secondaire.

Évolution de leur formation supérieure (tableau 4)

26On ne s’étonnera pas, puisque la licence en droit (avec l’X) est devenue obligatoire en 1842, que les juristes de formation soient les plus nombreux (74 %), alors même que la filière juridique n’est pas la meilleure formation pour réussir le concours, puisque le tri croisé reçus/refusés, entre 1892 et 1946, fait apparaître un taux de réussite plus élevé chez les non-juristes, polytechniciens pour l’essentiel. Cette hégémonie du droit dans la formation supérieure des jeunes inspecteurs n’implique d’ailleurs pas nécessairement une empreinte intellectuelle durable car, selon les témoignages pour l’entre-deux-guerres, ils n’assistent pas aux cours et préparent les examens avec les polycopiés et les manuels, appris en quelques semaines. La filière juridique décline indiscutablement avec l’Éna, avec 66 % dans les années soixante et malgré sa surreprésentation chez les 17 inspecteurs intégrés. Nous comptons dans les juristes les étudiants en économie politique (les futurs économistes) car l’économie était alors une discipline auxiliaire du droit. Il faut attendre 1957 pour que les facultés de droit deviennent « de droit et de sciences économiques » et 1959 pour que soit créée la licence de sciences économiques. Depuis le début du siècle, 29 % des inspecteurs juristes sont formés à ­l’économie ­politique et ils constituent la moitié des docteurs en droit. Ces inspecteurs docteurs en droit, quasi inexistants au xixe (4 %), sont 19 % d’une guerre à l’autre, mais disparaissent chez les énarques en raison de l’allongement de la durée des études imposée par l’Éna. Ce que le corps a gagné en formation polyvalente, pour ne pas dire encyclopédique, via l’Éna, il l’a sans doute perdu en capacité d’analyse approfondie sur un sujet pointu ­d’économie politique.

27C’est Sciences Po qui paraît le grand bénéficiaire, après 1946, du recul des docteurs en droit chez les inspecteurs. En effet, contrairement à la légende, démentie par nos travaux et ceux de Lalumière, Sciences Po était, avant l’Éna, bien loin de détenir le monopole du recrutement des inspecteurs. Le premier inspecteur diplômé date de 1896, et ils sont six à le devenir avant 1900. De 1901 à 1939, la progression est inexorable, passant de 38 % de 1901 à 1914 à 43 % dans les années vingt, 69 % dans les années trente, mais reculant à 55 % dans les promotions de guerre, avec ses contraintes de zones et ses concours spéciaux, alors même que le diplôme n’est reconnu, pour présenter le concours, qu’en 1943. Sur cette période de 1892 à 1946, le tri croisé refusés/reçus montre même un taux de réussite légèrement inférieur pour les diplômés de l’École. Mais dès les débuts de l’Éna, le nouvel IEP retrouve sa place et les taux de l’avant-guerre progressent à nouveau jusqu’à 74 % dans les années soixante (3 % des inspecteurs seulement venant des IEP de province). L’hégémonie de cette école parisienne des beaux quartiers, intimidante en dépit des bourses offertes, a contribué certainement à l’échec de l’ouverture sociale de l’Éna, et par là de l’Inspection (entre 7 et 20 % des admis par le concours interne de l’Éna sont diplômés de Sciences Po, selon Kesler).

28Depuis 1973, Rouban montre bien que si cette domination ne cesse pas, elle subit la rude concurrence des écoles de commerce, HEC notamment. Celles-ci forment seulement 4 % des inspecteurs jusqu’en 1973 (le premier inspecteur passé par HEC est Deschamp, promotion 1899), mais 29 % de 1973 à 2005, évolution à rapprocher de celle des pantouflages. La part des littéraires, inexistante avant 1900, importante, avec 28 %, pendant le premier xxe siècle, résiste bien, avec un inspecteur sur cinq depuis 1945. Ces inspecteurs littéraires ne sont évidemment quasiment jamais de purs littéraires. Il s’agit d’une formation complémentaire qui accompagne généralement la filière juridique. De là à faire de la rue d’Ulm la marraine de l’Inspection, comme le disait en souriant Emmanuel Mönick, entré en 1920, il y a un pas qu’on ne peut franchir. Le premier normalien lettres de l’Inspection est Camille Vignal, reçu à l’ENS en 1893 et à l’Inspection en 1903, après avoir été commis des Douanes. La présence de quelques normaliens (littéraires au sens large) dans notre période – André Diethelm, Erik Haguenin, Guillaume Guindey, Dominique Leca, pour les plus anciens, Pierre Moussa, Roger Fauroux, Alain Juppé pour les plus jeunes – ne reflète pas la dure réalité des statistiques : entre 1847 et 1973, 18 inspecteurs, soit 2,5 %, sortent de la rue d’Ulm. On est loin des 10 % de normaliens de la période suivante, dénombrés par Rouban, qui correspondent à la volonté de l’École de s’ouvrir vers l’entreprise et contribuent aussi, mais modestement, à l’ouverture sociale.

29L’Éna provoque une autre régression au sein de l’Inspection, celle des scientifiques, polytechniciens pour l’essentiel. Constituant entre un quart, avant 1914, et un cinquième des entrants, avant 1946, ils ne sont plus que 2 % dans les années cinquante et seulement 13 % de 1958 à 1973. Si l’Éna a partiellement compensé l’ouverture sociale du corps, qui passait avant, entre autres par l’École polytechnique, l’heureuse diversité intellectuelle qui caractérisait le corps avant 1946 en a en revanche pâti, contribuant peut-être à un cloisonnement accru des élites administratives et scientifiques.

30D’une manière générale, le cumul des diplômes, rare du temps où l’expérience administrative était un préalable obligatoire, est devenu majoritaire dès lors que le concours a été ouvert aux seuls étudiants. La double filière droit/Sciences Po, qui se met en place au début du xxe siècle, concerne 48 % des inspecteurs entrés entre 1901 et 1946 et passe, avec l’Éna, à 55 %, avec une tendance à la boulimie intellectuelle des surdiplômés dans les années trente (32 %), avec plus de trois filières suivies. Mais rappelons que quelles que soient l’époque et leur formation universitaire, le point commun de la formation de tous les inspecteurs des Finances est la méthode intellectuelle acquise au cours des premières années dans les cadres, en tournée de vérification dans toute la France (et en Algérie) auprès de leurs anciens, ­sanctionnée depuis 1860 et jusqu’à 2006 par le deuxième concours.

31Deux questions importantes demeurent : le profil social et les réseaux hérités, d’une part, la formation intellectuelle et les réseaux acquis au cours de leurs études, d’autre part, constituent-ils des facteurs d’explication suffisants des différents types de carrière ou bien faut-il chercher aussi ailleurs les causes de la réussite inégale des membres de l’Inspection ? La place manque pour répondre, les travaux aussi. Mais notre ouvrage et les autres articles de ce dictionnaire mettent en évidence bien d’autres facteurs au moins aussi, sinon plus, efficaces que l’origine socioprofessionnelle. Nous avons en effet montré qu’au premier xxe siècle, la force d’intégration du corps l’emporte assez vite sur les diversités d’origine et de formation, et que les écarts de carrière relèvent davantage du talent, bien sûr, mais aussi des filières suivies dès la fin de la tournée, du parrainage administratif ou politique et de la conjoncture du marché de l’emploi, sans négliger le hasard, que les intéressés mettent si souvent en avant.

Bibliographie

Carré de Malberg Nathalie, Le Grand État-Major financier : les inspecteurs des Finances 1918-1946, les hommes, le métier, les carrières, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2011, 710 p.

Rouban Luc, « L’Inspection générale des Finances, 1958-2000. Quarante ans de pantouflage », n° 31 des Cahiers du Cevipof, juin 2002, 155 p. consultable en ligne : http://www.cevipof.com/fr/les-publications/les-cahiers-du-cevipof.

Chagnollaud Dominique, Le premier des ordres. Les hauts fonctionnaires, xviiie-xxe siècle, Paris, Fayard, 1991, 399 p.

Chadeau Emmanuel, Les inspecteurs des Finances au xixe siècle (1850-1914). Profil social et rôle économique, Paris, Économica, 1986, III-184 p.

Kesler Jean-François, L’Éna, la société et l’État, Paris, Berger-Levraut, 1985, 584 p.

Charle Christophe, « Naissance d’un grand corps. L’Inspection des Finances à la fin du xixe siècle », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 42, avril 1982, p. 3-17.

Lalumière Pierre, L’Inspection des Finances, Paris, Presses universitaires de France, 1959, VIII-228 p.

Annexes

Tableau 1. Origine socioprofessionnelle du père

Tableau 1. Origine socioprofessionnelle du père

Tableau 1 (suite). Origine socioprofessionnelle du père

Tableau 1 (suite). Origine socioprofessionnelle du père

Établi à partir d’un recueil raisonné de données d’octobre 2010 pour le dictionnaire et avec la collaboration de Boris Hazoumé.

Tableau 2. Nature des revenus du père

Tableau 2. Nature des revenus du père

Établi à partir d’un recueil raisonné de données d’octobre 2010 pour le dictionnaire et avec la collaboration de Boris Hazoumé

Tableau 3. Secteur d’activité du père

Tableau 3. Secteur d’activité du père

Établi à partir d’un recueil raisonné de données d’octobre 2010 pour le dictionnaire et avec la collaboration de Boris Hazoumé.

Tableau 4. Diplômes et filières

Tableau 4. Diplômes et filières

Tableau 4 (suite). Diplômes et filières

Tableau 4 (suite). Diplômes et filières

Établi à partir d’un recueil raisonné de données d’octobre 2010 pour le dictionnaire et avec la collaboration de Boris Hazoumé.
N.B. : Les inspecteurs étant pluridiplômés, les données cumulées font plus de 100 %.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Origine socioprofessionnelle du père
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3595/img-1.png
Fichier image/png, 115k
Titre Tableau 1 (suite). Origine socioprofessionnelle du père
Légende Établi à partir d’un recueil raisonné de données d’octobre 2010 pour le dictionnaire et avec la collaboration de Boris Hazoumé.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3595/img-2.png
Fichier image/png, 25k
Titre Tableau 2. Nature des revenus du père
Légende Établi à partir d’un recueil raisonné de données d’octobre 2010 pour le dictionnaire et avec la collaboration de Boris Hazoumé
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3595/img-3.png
Fichier image/png, 56k
Titre Tableau 3. Secteur d’activité du père
Légende Établi à partir d’un recueil raisonné de données d’octobre 2010 pour le dictionnaire et avec la collaboration de Boris Hazoumé.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3595/img-4.png
Fichier image/png, 97k
Titre Tableau 4. Diplômes et filières
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3595/img-5.png
Fichier image/png, 103k
Titre Tableau 4 (suite). Diplômes et filières
Légende Établi à partir d’un recueil raisonné de données d’octobre 2010 pour le dictionnaire et avec la collaboration de Boris Hazoumé.N.B. : Les inspecteurs étant pluridiplômés, les données cumulées font plus de 100 %.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3595/img-6.png
Fichier image/png, 60k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540