Version classiqueVersion mobile

Économie sociale et solidaire

 | 
Florence Jany-Catrice
, 
Nicolas Matyjasik
, 
Philippe Mazuel

L’économie sociale et solidaire, une voie alternative ?

L’entrepreneuriat social, perspectives et impacts

Rosabeth Moss Kanter

Texte intégral

1On raconte qu’un professeur allemand, venu présenter un nouveau type d’appareil qui non seulement était miraculeux, mais en plus fonctionnait, aurait dit : « C’est vrai, dans la pratique, cela fonctionne, mais en théorie » ? Peut-être s’agissait-il du smartphone, mais là n’est pas le propos. Pour ma part, je m’intéresserai dans mon intervention à décrire des choses qui, dans la pratique, fonctionnent, et laisserai le soin à mes éminents collègues de vous parler des théories qui peuvent aider à mieux appréhender la société.

2Nous assistons aujourd’hui à la montée en puissance d’une nouvelle forme, hybride, de structure, dont la vocation est d’apporter des solutions à des problèmes. Elle constitue le nouvel horizon et si elle n’a pas encore investi tous les domaines d’activité, elle n’en est pas moins, de mon point de vue, très puissante. J’ai nommé l’entreprise de l’économie sociale, dirigée par des entrepreneurs sociaux. Elle s’inscrit bien dans notre époque. Tout d’abord, en effet, ce phénomène est totalement en phase avec les valeurs des nouvelles générations : la jeunesse souhaite, bien sûr, avoir un travail qui lui permette de gagner sa vie, mais aussi qui ait du sens, un impact et change le cours des choses pour la collectivité. Ensuite, ce phénomène s’inscrit dans un contexte général de développement des réseaux sociaux, à la fois formidables outils participatifs, outils d’expression des préoccupations citoyennes et outils d’organisation d’initiatives collectives. Enfin, le développement des entreprises de l’économie sociale s’inscrit également dans un contexte de réduction de la sphère publique dans tous les pays, à l’exception peut-être de Cuba, pour cause de finances publiques dégradées mais aussi de reconnaissance par les pouvoirs publics, indépendamment de leur couleur politique, de l’efficacité du secteur privé et de la capacité d’innovation des entrepreneurs, véritables forces de proposition. C’est ainsi par exemple qu’aux États-Unis, sous l’impulsion d’Hillary Clinton, le Département d’État a mis en place un important service chargé de développer les partenariats mondiaux comme nouvelle forme de diplomatie, l’aide extérieure traditionnelle ayant vocation à être remplacée par l’investissement dans des projets d’entrepreneurs susceptibles de promouvoir la paix dans le monde.

3J’enseigne à Harvard et plus précisément à la Harvard Business School. S’il y a un sujet sur lequel les spécialistes des affaires et ceux de la gestion publique sont totalement en phase, c’est bien sûr celui de l’entreprise de l’économie sociale et de l’entrepreneuriat social. La Harvard Business School et la Kennedy School of Government se rejoignent, en effet, sur l’importance de leur rôle. Pour les besoins de mon intervention d’aujourd’hui, je définirai l’entreprise de l’économie sociale comme « une initiative privée prise dans l’intérêt général et ayant pour objectif la création de structures présentant une utilité sociale ». L’esprit d’entreprise est très présent dans les projets de ce type : ces structures sont créées par des individus se sentant investis d’une mission et défendant certaines valeurs. L’importance du secteur de l’économie sociale est difficile à mesurer du fait du manque d’indicateurs mais une chose est certaine : il se développe. Les entreprises de l’économie sociale partagent des caractéristiques communes avec les organisations sans but lucratif – nombre d’entre elles n’ont d’ailleurs pas de but lucratif – mais aussi avec les PME qui, elles, appartiennent à l’économie marchande. Elles se situent à l’intersection des deux. Le secteur non lucratif est très développé, en France comme aux États-Unis, contrairement à ce que les pourcentages apparemment faibles pourraient laisser penser. Selon certaines études, il représenterait 9,2 % de l’emploi salarié aux États-Unis. Il est vrai que cela inclut les secteurs de la santé et de l’enseignement supérieur puisque, dans mon pays, ces prestations sont largement assurées non par le secteur public, mais par le secteur non lucratif. J’ai été surprise de constater qu’en France, ce secteur a, avec 9 % de l’emploi salarié total, un poids similaire. Il faut donc en conclure qu’il est important partout sauf, comme je l’ai dit, à Cuba.

4Pour autant, le secteur non lucratif ne représente pas partout le même pourcentage du PIB, à supposer, au regard de la teneur du débat précédent, que cet agrégat conserve une quelconque valeur… Si le secteur non lucratif représente respectivement 7,2 % et 7,3 % du PIB aux États-Unis et au Canada, en France, cette proportion tombe à 4,2 %, soit environ deux fois moins. Néanmoins, je pense que la France va rattraper les États-Unis et le Canada. D’un autre côté, ces pourcentages ne recouvrent que les entreprises sans but lucratif, que je distinguerai un peu plus loin d’autres types de structure.

5Aujourd’hui, dans de nombreux pays, les pouvoirs publics reconnaissent l’importance du rôle des PME et des entrepreneurs. Ils y voient un moteur de la création d’emploi même si, à mon avis, cela est surtout vrai de celles qui appartiennent à l’économie nomade par opposition à l’économie sédentaire. Au départ, il y a un porteur de projet qui crée son entreprise et a à cœur de développer son activité. En revanche, à la différence des structures sans but lucratif et des entreprises de l’économie sociale, les PME sont souvent une force sociale conservatrice. Cela peut s’expliquer par leur caractère sédentaire ou local mais aussi par leur hantise de l’État. Les PME estiment que l’État leur impose des choses et ont donc tendance à adopter une attitude conservatrice. Reste que les entreprises de l’économie sociale diffèrent des organisations sans but lucratif proprement dites et diffèrent aussi des PME. Je les distinguerai d’autres types d’entités puis, dans un second temps, vous parlerai de leur impact au travers de quelques exemples et vous expliquerai en quoi elles sont un puissant outil participatif et une solution potentielle à certaines des problématiques que nous avons évoquées ce matin.

De la singularité des entreprises de l’économie sociale

6Les entreprises de l’économie sociale, y compris celles qui n’ont pas de but lucratif, sont à distinguer en premier lieu des organisations caritatives. Même si elles ont une composante philanthropique, leur vocation première est l’apport de solutions et pas seulement le soulagement d’une souffrance. Au risque de tomber dans la caricature, je dirais que nombre d’organisations caritatives sont l’émanation d’organisations religieuses et ont pour but de venir en aide à des personnes en souffrance, pas nécessairement de changer la société pour éradiquer le problème de la souffrance.

7Dans mon esprit, – vous me pardonnerez un peu d’humour anglais – « réparer n’est pas changer ». Souvent, les organisations caritatives traditionnelles reçoivent des financements philanthropiques ou des surplus. Ainsi, il arrive que des entreprises informatiques donnent du matériel de seconde main à des personnes qui n’auraient pas eu les moyens de se le procurer autrement. Pour moi, ce n’est pas cela qui va réellement changer les choses, qui va contribuer à apporter des solutions à un problème. Seules les entreprises d’un nouveau type peuvent le faire. Laissez-moi illustrer mon propos par un exemple, qui, je crois, est assez éclairant. Une jeune étudiante en art et design industriel se passionnait pour la cause des sans-abri. Dans le cadre de son projet d’études (car le fait est que de plus en plus, dans mon pays du moins, les étudiants ont à travailler sur des problèmes concrets), elle a été amenée à rencontrer des sans-abri qui, dépourvus de vêtements et de couvertures, souffraient beaucoup du froid. Elle a donc conçu un vêtement servant à la fois de couverture et de manteau. Elle a trouvé dans un refuge pour sans-abri des volontaires pour tester sa création. Elle a pu constater que non seulement son projet suscitait souvent un grand intérêt chez ces personnes, mais aussi que ces dernières avaient beaucoup de talent. Elle a donc créé une entreprise fabriquant ces couvertures-manteaux, dont les salariés étaient des sans-abri. L’entreprise, qui s’est développée depuis, vend sa production mais bénéficie également de financements philanthropiques du fait qu’elle n’a pas de but lucratif. Cette étudiante, loin de se contenter de soulager un peu la souffrance des sans-abri, apporte donc une solution à un problème. Elle crée de l’emploi tout en venant en aide à ses salariés. C’est là une différence entre les entreprises de l’économie sociale et les organisations caritatives traditionnelles.

8Les entreprises de l’économie sociale sont également à distinguer des mouvements, qui, certes, mobilisent des citoyens autour d’une cause, mais ont aussi tendance à être dans la protestation ou dans l’opposition, à vouloir bousculer l’ordre établi. Les entreprises de l’économie sociale, pour leur part, disent leur volonté de mettre en place les changements et de créer des structures alternatives. Même si elles ont une forme commerciale, leur vocation est d’apporter une solution à un problème sociétal par l’action et non par la seule protestation. C’est ainsi que l’on assiste, partout dans le monde, à la naissance de mouvements prônant la consommation de produits alimentaires locaux en réponse aux inquiétudes en matière de sécurité alimentaire et d’environnement. De nombreux entrepreneurs sociaux ont créé des entreprises incroyables. Par exemple, dans le domaine agricole (et pas seulement dans le contexte de l’agriculture urbaine, qui représente un phénomène important), à Milwaukee, dans le Wisconsin, un entrepreneur, très inquiet pour l’environnement et déplorant la disparition de certaines espèces de poissons d’eau douce dans les lacs, a créé une société d’élevage de poissons, Urban Aquaponics, sur des sites industriels en friche situés dans des quartiers déshérités de Milwaukee. Il s’agit d’un écosystème fonctionnant en circuit fermé : les déchets de poisson servent d’engrais pour la culture biologique de légumes, une partie de cette culture servant à alimenter les poissons. Voilà un exemple de jeune entreprise ayant réussi à apporter une solution à un problème environnemental majeur et suscité un intérêt partout dans le monde. Notre entrepreneur a été invité à se rendre en Inde pour faire la démonstration de sa technique. Au final, tout est donc parti du postulat « nous voulons produire localement, nous allons donc agir sur l’environnement ». Et c’est une entreprise sociale qui s’est attaquée au problème.

9J’ai aussi prévu de vous dire un mot des coopératives et de vous expliquer en quoi elles se différencient des entreprises de l’économie sociale. La coopérative est un type de société au service de ses membres. L’année 2012 a, d’ailleurs, été déclarée Année internationale des coopératives par l’Assemblée générale des Nations unies. À cette occasion, j’ai été amenée à m’exprimer sur le sujet lors de nombreuses manifestations internationales. Selon l’Association internationale des coopératives, la France compte trois des cinq coopératives les plus importantes. Ce n’est pas rien ! Elles appartiennent toutes au secteur financier. Le Crédit agricole est ainsi la première banque coopérative du monde. Songeons à l’impact que les coopératives ont sur la société. Au départ, les coopératives de services financiers étaient au service de leurs membres et des caisses de crédit mutuel, entre autres. Cependant, les membres des coopératives ont le plus souvent une attitude très passive et les coopératives sont à leur service, pas nécessairement à celui de la collectivité. Je précise, toutefois, que les coopératives ont mieux résisté à la crise que d’autres types d’établissements financiers, parce qu’elles ont mieux su gérer les risques, qu’elles se sont montrées plus prudentes et, enfin, parce que leurs membres votent sur la stratégie. Elles ne sont pas pour autant plus innovantes. Je suis en train de rédiger une étude sur les caisses Desjardins du Québec, l’un des plus grands groupes financiers coopératifs au monde et en tout cas numéro un au Canada. Il jouit d’une très bonne réputation. Le groupe est l’émanation de très petites caisses situées dans de très petites collectivités rurales et ne pouvait dans ces conditions faire autrement que d’ajouter la responsabilité sociale à ses valeurs. À l’instar des actionnaires d’entreprises publiques, ces caisses n’en étaient pas moins très attachées au rendement de leurs placements et pas nécessairement animées par la volonté de servir les intérêts d’autrui.

10Les coopératives occupent par conséquent une place importante dans le paysage et constituent assurément une forme de gouvernance alternative au capitalisme. Dans la distribution, la coopérative est une forme de structure très répandue en Europe. Migros est ainsi une grosse coopérative. Aux États-Unis, on ne compte plus les coopératives de distribution alimentaire qui se préoccupent d’impact social et environnemental, de qualité des aliments et de recyclage. Et pourtant, les entreprises du secteur marchand sont en train de les rattraper et parfois même d’aller encore plus loin dans l’intégration de ces préoccupations, car elles sentent que les valeurs des consommateurs ont évolué et souhaitent capter la clientèle qui se reconnaît dans ces valeurs. À Singapour, 55 % des habitants sont membres d’une coopérative. Ces chiffres sont, certes, un peu faussés par le fait que la plus grande chaîne de distribution est une coopérative issue d’un mouvement syndical. Les syndicats à l’origine du mouvement s’étaient, en effet, aperçus que l’achat groupé était une façon de mettre un terme au cartel du riz. Les membres des coopératives de distribution alimentaire sont en général passifs. Les coopératives agricoles et, notamment, les coopératives de producteurs, représentent, elles aussi, un phénomène très important. Je tiens d’une source locale que Frontera, la plus grande coopérative laitière au monde, située en Nouvelle-Zélande, vient d’introduire ses titres en Bourse. Ainsi, lorsqu’elles grandissent, on ne peut guère dire que les coopératives ont un fonctionnement différent de celui d’autres structures. Cependant, même si elles ne se confondent pas avec les entreprises de l’économie sociale, elles partagent néanmoins certaines de leurs caractéristiques.

11Les entreprises de l’économie sociale sont donc un peu à part et sont, par ailleurs, à rapprocher de nouveaux concepts, comme celui de responsabilité sociale de l’entreprise, très en vogue. Cela désigne, sous différentes appellations, le fait pour une grande entreprise de donner une dimension sociale à son activité parce qu’elle l’estime importante. Dans un article écrit pour la Harvard Business Review, je posais la question de savoir dans quelle mesure les grands groupes ont une conception différente des choses. Ma conclusion est celle-ci : de plus en plus, les grandes entreprises – et je ne parle pas ici des grands groupes bancaires mais des grands groupes industriels ou tertiaires hors secteur bancaire – s’inscrivent dans une logique sociale et institutionnelle à long terme différente des autres et estiment qu’elles ont une responsabilité sociale. Prenons, par exemple, ce grand groupe cimentier mexicain, désormais de dimension mondiale, qui a réalisé des acquisitions majeures en France et est en concurrence frontale avec le numéro un du marché français. Il a une activité de dépollution et investit dans de petites enseignes de bricolage pour leur permettre de vivre aux côtés des grandes chaînes. Ainsi, l’importance croissante des valeurs et de l’économie sociale incite les grands groupes à œuvrer au changement de la société ; ils investissent dans ces entreprises de l’économie sociale et, bien sûr, dans les fondations.

12Ces dernières sont souvent créées par des particuliers fortunés. Elles participent à faire évoluer la société et à promouvoir la solidarité sociale. D’une certaine façon, Bill Gates, à travers la fondation qui porte son nom, contribue grandement à la redistribution des richesses en faveur de causes sociales et l’on peut considérer que sans ces fondations, peu d’entrepreneurs sociaux seraient en mesure de créer de nouvelles structures dans les secteurs sanitaire, social ou éducatif. On peut trouver de nombreuses analogies avec le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, qui, alors qu’il n’était encore qu’un gamin, fit don de plusieurs millions de dollars à des écoles publiques des États de New York et du New Jersey. Bref, les fondations créent de la valeur pour le secteur public.

13L’entreprise de l’économie sociale et l’entrepreneuriat social ont donc des caractéristiques communes avec les organisations caritatives, mais ne sont pas non plus tout à fait identiques, de même qu’ils diffèrent un peu des mouvements sociaux car ils ne sont pas tant dans la contestation que dans la mise en place de structures pérennes. Les entreprises de l’économie sociale ont également certains points en commun avec les coopératives, entre autres.

Impacts des entreprises de l’économie sociale

14Venons-en maintenant à l’impact des entreprises de l’économie sociale, en particulier en termes de promotion de la participation citoyenne, ce qui me conduit à vous inviter à militer pour des réformes facilitant la création de ce type d’entreprise et favorisant leur pérennité, mais j’y reviendrai dans ma conclusion. Car les entreprises de l’économie sociale ont, à certains égards, un impact très important.

15Tout d’abord, sur l’innovation. Les entreprises de l’économie sociale ont là-dessus un impact absolument crucial. Elles s’appuient souvent sur les mécanismes du marché pour résoudre des problèmes, en testant les solutions pour qu’elles répondent aux besoins des utilisateurs, pas parce qu’elles sont imposées d’en haut. Autrement dit, ces solutions sont ascendantes, validées par les utilisateurs, et ces derniers paient souvent pour pouvoir en bénéficier, même lorsqu’elles proviennent d’organisations sans but lucratif. Ces innovations ascendantes peuvent changer considérablement le cours des choses pour la collectivité, car elles créent des moyens de résoudre des problèmes. En réalité, toute entreprise, quelle que soit sa nature, ne réussit que lorsqu’elle s’attache à résoudre un problème sociétal. Les problèmes sociétaux constituent désormais en eux-mêmes le nouvel horizon des jeunes entrepreneurs créatifs. En effet, c’est à eux de déterminer comment les aborder et les résoudre. Si, de surcroît, ils voient leur créativité rémunérée et bâtissent une grande entreprise qui emploie un grand nombre de personnes, c’est un plus. Mais la résolution de problèmes sociétaux est à la base de leur action.

16Sans les entrepreneurs, l’Inde ne disposerait pas d’un système de communication d’urgence. J’ai entendu dire que dans l’État d’Andhra Pradesh, ils avaient mis au point le premier dispositif de ce type, entièrement numérique. Après avoir investi dans le projet, les pouvoirs publics ont repris les commandes de cette initiative, puis l’ont mise au service de l’intérêt général. Ainsi, il est de plus en plus fréquent que des entrepreneurs sociaux soient à l’origine d’innovations dans l’Administration ou le secteur public. Dans le domaine de la santé, les applications logicielles, les dossiers médicaux électroniques ou encore les bases de données médicales sont des systèmes et moyens qui ont souvent été créés par des entrepreneurs, travaillant parfois pour des hôpitaux, et sont repris aujourd’hui par le secteur public. Dans le domaine de l’éducation, une révolution numérique s’apprête à voir le jour, avec les plates-formes collaboratives de cours gratuits en ligne (Massive Open On-Line Courses – MOOC). J’ai l’exemple de cet entrepreneur, qui a fréquenté l’école où j’enseigne et a conçu de courtes vidéoconférences multidisciplinaires pour remplacer le tutorat. Ou encore celui de la Khan Academy, que sa forte expansion n’empêche pas de s’attacher à répondre aux lacunes du système éducatif et de réduire les inégalités en permettant aux laissés-pour-compte de l’éducation, ou aux habitants de régions défavorisées, d’accéder à un enseignement de grande qualité. Nous devrions voir émerger d’autres entrepreneurs de ce type au cours des prochaines années. Certains ont fondé de grandes entreprises qui, un peu d’ailleurs comme les mouvements sociaux, parviennent à défier l’ordre établi. Certes, les entreprises classiques résistent face à eux, mais ces entrepreneurs constituent une source de créativité capitale pour la société. Je pourrais citer nombre d’autres exemples : en Californie, une jeune femme a monté une entreprise innovante qui vise à accroître les taux de survie des nouveau-nés dans les régions où le taux de mortalité infantile et les taux de naissances prématurées sont élevés, un enjeu crucial. Elle a conçu un incubateur chauffé en toile de faible coût, qui peut être mis en place n’importe où, même dans les pays développés dont les populations défavorisées sont également confrontées à ce problème du fait de la montée des inégalités. Tout le monde a aussi entendu parler de la banque Grameen spécialisée dans le microcrédit. Certes, cette banque applique des taux d’intérêt élevés et Muhammad Yunus, qui s’est vu décerner le prix Nobel, a perdu en crédibilité, mais il n’en demeure pas moins un entrepreneur social qui a mis au point un mécanisme financier permettant à des femmes pauvres, par le biais de groupes de solidarité, de lancer et de développer de petites affaires, comme des magasins de couches au Brésil. Dans ce pays, j’ai d’ailleurs visité des micro-entreprises financées par le microcrédit dans le cadre d’un partenariat entre une organisation sans but lucratif, ACCION International, et une grande banque nationale. C’est donc un mécanisme de marché qui est ici à l’œuvre et qui permet de résoudre des problèmes grâce à des solutions ascendantes. La frontière entre organisations sans but lucratif et entreprises marchandes est, certes, très floue dans ce secteur et beaucoup hésitent à faire le choix ou non du profit. Il y a, par exemple, ce thé glacé bio en bouteille vendu aux États-Unis et appelé « Honest Tea » (avec un bon jeu de mots en anglais sur « honesty »), ou encore ce service de covoiturage, « ZipCar ! ZipCar », lancé à l’origine pour promouvoir des valeurs environnementales fortes (réduction de la pollution, diminution du nombre de voitures et baisse de la consommation) et qui vient d’être vendu à Avis pour un prix élevé. Ces entreprises qui ont un impact social fort ont aussi créé de la richesse et des emplois. Alors comment les évaluer ? Pour l’un des chercheurs de mon programme de formation en cours de développement à Harvard, il s’agit d’une question démographique. Dans des pays développés comme le nôtre, une grande partie de la population atteint l’âge de la retraite et vit encore vingt à trente ans après avoir quitté le monde du travail même si dans votre pays, l’âge légal du départ à la retraite peut être plus tardif. C’est une vraie révolution démographique. Comment employer et occuper toutes ces personnes ? Mon idée, c’est de les faire travailler comme entrepreneurs sociaux, pour créer un impact social et apporter des solutions. Je citerai l’exemple de l’entrepreneur français Laurent Adamowicz, ancien P-DG du groupe Fauchon. Il participe à mon programme à Harvard. Sa jeune société, baptisée « Bon’App », propose une application smartphone de conseils nutritionnels. Je fais partie du comité consultatif de son entreprise. Nous avons longuement débattu pour savoir si celle-ci devait être une organisation sans but lucratif axée sur sa mission sociale, une meilleure santé par une meilleure nourriture, ou bien une entreprise marchande qui, en se développant, pourrait avoir un impact social réel. Ce que je veux dire, c’est que si nous ne visons pas la croissance de manière générale, ne souhaitons-nous pas néanmoins le développement de bonnes actions qui touchent le plus grand nombre ?

17L’impact sur l’innovation est donc extrêmement important. Certaines sociétés commerciales, qui sont par ailleurs parmi les plus grandes de la planète, mettent en place des filiales sans but lucratif pour mener à bien une mission d’entrepreneuriat social. Procter & Gamble en a créé une pour la consommation d’eau potable baptisée « Children’s Safe Drinking Water » (Accès à l’eau potable pour les enfants), IBM en a établi plusieurs, dont l’une s’appelle « World Community Grid » (grille de calcul publique et mondiale). Elle met une puissance de calcul considérable au service de certains projets scientifiques les plus importants au monde, pour le bien de l’humanité tout entière. La frontière est donc bel et bien floue, mais ces entreprises génèrent de l’innovation et j’aurais tendance à dire que si nous considérons une croissance importante comme un progrès, et que l’on souhaite que le progrès soit diffusé au plus grand nombre, alors les entreprises de l’économie sociale sont au cœur de ce processus.

18Les entreprises de l’entreprise sociale exercent aussi une forte influence sur l’engagement citoyen et la maîtrise, par les citoyens, de leur propre destin. Dans le livre qu’il avait rédigé à l’occasion de son séjour aux États-Unis à l’aube de la nouvelle démocratie, De la démocratie en Amérique, Alexis de Tocqueville ne parlait pas de notre administration fédérale mais des associations locales, particulièrement nombreuses, et du fait remarquable que les citoyens s’organisaient entre eux pour résoudre leurs problèmes. Eh bien, cette tradition perdure aujourd’hui. L’engagement citoyen, tout comme l’entreprise sociale, permet aux gens de résoudre leurs problèmes à leur façon. En conséquence, de multiples associations locales voient le jour, et certaines produisent des innovations puis deviennent des modèles nationaux.

19Je fais partie du conseil d’administration d’une de ces associations innovantes. Baptisée « City Year », elle a servi de modèle à Unis-Cité en France. Elle rassemble des jeunes qui, pendant une année, font leur service national en travaillant principalement dans des écoles. Cette association, regroupant des citoyens ordinaires et établie à Boston, a aussi inspiré notre programme de service national, « Americorps ». Des programmes similaires existent désormais dans plusieurs pays étrangers ainsi que dans vingt-quatre villes américaines. Le Royaume-Uni veut en proposer une déclinaison dans toutes les villes britanniques. Il s’agit bien d’engagement citoyen ! Les entrepreneurs sociaux qui ont lancé City Year ont recruté des gens pour faire leur service civique en répondant aux besoins des écoles. Ce programme sensibilise donc aux problèmes sociaux pour faire participer les citoyens à leur résolution. L’engagement citoyen est essentiel, et il est frappant d’observer que l’inauguration du président Obama a commencé par un jour de service national. Obama lui-même a participé à un projet de bénévolat dans une école, dans le cadre de City Year, l’association dont je fais partie à Washington. Nous voulons donc des entreprises sociales situées à l’avant-garde d’une citoyenneté éclairée et active, qui ne se décharge pas des problèmes sur les autres ; nous voulons que cela devienne un état d’esprit, une culture, la culture de l’entrepreneuriat assorti d’une conscience sociale.

Vers une conscience sociale ?

20Cette façon de résoudre les problèmes sociétaux par une forme alternative de capitalisme, c’est donc notre objectif, notre horizon : celui d’un entrepreneuriat assorti d’une conscience sociale, d’une « prise de conscience », même si ce concept reste difficile à saisir pour l’instant. Prenez l’un des participants à mon programme de perfectionnement destiné aux cadres supérieurs (Advanced Leadership Program) à Harvard. Cet homme, de nationalité suisse, a été le président pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique d’une très grosse multinationale. Il a suivi notre programme pour savoir comment organiser ses années de service civique à venir (nous définissons cette période comme une phase de « volontariat », avant ou après la retraite suivant les pays). Bref, à son entrée sur le territoire américain, il s’est présenté aux agents du service des douanes et de protection des frontières qui lui ont demandé, comme ils le font habituellement, quelle était son activité ; cet homme, qui se rendait souvent aux États-Unis, a répondu qu’il était étudiant à Harvard. Devant ce gentleman aux cheveux grisonnants, à l’air distingué mais âgé, les agents ont répliqué : « Vous ? Mais qu’est-ce que vous étudiez là-bas ? » Il a répondu qu’il suivait des cours pour devenir entrepreneur social. L’agent des douanes lui a alors lancé : « Vous voulez dire “gigolo” ? Je ne savais pas qu’il existait des formations pour ça ! »

21De toute évidence, le terme est donc méconnu… Sinon, cette anecdote parfaitement authentique n’aurait pu se produire ! Les autres participants au programme, qui travaillent sur des questions comme la protection des données numériques, ont déjà rejoint l’Administration britannique ou d’autres administrations européennes. L’un d’eux a monté une nouvelle organisation sans but lucratif pour stockage anonyme et sécurisé de données. Donc de l’entrepreneuriat assorti d’une conscience sociale… Un autre, toujours dans mon programme, travaille sur une énergie de substitution peu coûteuse destinée au Liberia, qui pourrait servir de modèle à l’Afrique entière. Cette activité a une dimension commerciale, car des lampes solaires sont vendues aux populations démunies, mais à un prix accessible puisqu’il s’agit d’une organisation sans but lucratif.

22La culture de l’entrepreneuriat, c’est donc un état d’esprit. Il s’agit d’aider les grandes entreprises à penser et à agir différemment. Cela ouvre une porte aux aspirations des jeunes qui veulent changer le cours de choses, tout en ayant un emploi comme tout le monde. Rappelons que près de 10 % de la population active des États-Unis, 9,2 % pour être précis, travaillent déjà dans le secteur non lucratif. Je vous parle donc d’un nouveau secteur d’importance majeure. Les fondements théoriques ne sont pas encore tout à fait posés, mais l’une des réalités structurelles et institutionnelles de ce secteur est qu’il dépend, d’une part, des entreprises marchandes du secteur privé, d’autre part, du secteur public pour son financement. Il ne se développe donc pas indépendamment de ces deux mondes, même s’il tente de conjuguer les atouts de chacun d’eux. Les entreprises sociales les plus performantes doivent, bien sûr, reposer sur des partenariats solides, car les difficultés, en effet, sont grandes. Comment démarrer ? Où trouver les capitaux nécessaires pour se lancer ? On peut collecter, bien sûr, des fonds à droite à gauche, auprès des fondations, des amis et des parents, mais dans la plupart des cas ce sont les pouvoirs publics qui permettent le financement de départ.

23Aux États-Unis, le Département fédéral de l’Éducation met en œuvre un programme baptisé « i3 », « Investments in Innovations », qui investit dans les projets les plus innovants issus du secteur privé non lucratif à condition qu’ils fassent la preuve de leur impact social, obligation à laquelle ne sont pas tenues les organisations caritatives, en tout cas traditionnelles. Pour recevoir un investissement des pouvoirs publics, qui reste une source de financement primordiale, ces projets doivent donc produire des résultats tangibles.

24Je mentionnerai aussi, bien sûr, les Social Impact Bonds (obligations à impact social), instruments inventés en partie au Royaume-Uni et qui permettent aux entreprises ayant une utilité sociale d’accéder aux marchés financiers par de l’émission d’emprunts obligataires. Leur pari est, par exemple, que vingt ans plus tard, les coûts supportés par la collectivité du fait de la violence ou de la délinquance baisseront et que la population carcérale diminuera, ou bien encore que la lutte contre l’échec scolaire portera ses fruits. Ces jeunes entreprises ont donc besoin d’un capital d’amorçage pour démarrer et de fonds pour survivre, faire la preuve de leur impact mais également se développer. Or elles n’ont pas accès aux marchés financiers pour mener à bien leur mission, d’où l’intérêt de ces Social Impact Bonds.

25Si par exemple Frontera, la plus grande coopérative laitière du monde, peut mettre des titres en circulation, c’est notamment parce qu’elle peut mettre en jeu les capitaux apportés par ses membres ; ceux-ci sont des producteurs qui escomptent un rendement. Les entreprises de l’économie sociale doivent donc trouver un moyen de lever des fonds. Les Social Impact Bonds peuvent constituer ce levier et sans doute devons-nous encourager cette économie à impact social. Le Département d’État américain lui-même a tenu une grande conférence en avril dernier sur l’impact social et l’économie mondiale à impact social. Comment donc encourager l’investissement, tant privé que public, dans l’entrepreneuriat social innovant ?

26Le professeur Seabright a, lui aussi, évoqué la nécessité pour les petites structures de trouver un financement… Car elles ont les mêmes besoins que tout le monde ! À City Year, on dit que beaucoup de choses sont bien plus importantes dans la vie que l’argent, mais toutes ces choses ont un coût, elles aussi. Il est très difficile d’atteindre des objectifs sociaux sans mécanisme de financement. Bien sûr, on peut stimuler l’investissement dans l’entrepreneuriat social, de manière innovante, en organisant des concours sur les réseaux sociaux, ou un vote sur Twitter pour choisir qui obtiendra l’argent d’une fondation pour bâtir une entreprise sociale, par exemple, mais ces efforts ne suffiront pas. Il faut aussi construire des partenariats avec un secteur public qui doit prendre conscience qu’il ne peut pas tout diriger, tout gérer, ni produire de l’innovation tout seul. Il doit s’associer au secteur privé. Sans oublier, bien sûr, l’indispensable participation des jeunes – ou des moins jeunes, comme ceux dont j’ai parlé – qui souhaitent se consacrer à une mission sociale et changer le cours du monde en créant une entreprise.

Auteur

Professeure titulaire de la chaire Ernest L. Arbuckle de la Harvard Business School, Rosabeth Moss Kanter est spécialisée en stratégie, innovation et conduite du changement. Elle préside l’Harvard University Advanced Leadership Initiative, une collaboration entre plusieurs écoles professionnelles d’Harvard pour appuyer les dirigeants à mettre en œuvre leurs compétences. Elle est internationalement reconnue pour son premier ouvrage Men and Women of the Corporation, publié en 1977, qui introduit le concept d’« empowerment » (le pouvoir d’agir), suggérant une décentralisation du pouvoir dans les entreprises. Elle a été désignée comme une des « cinquante femmes les plus influentes du monde » (Times of London), et une des « cinquante penseurs les plus influents dans le monde des affaires » (Accenture and Thinker 50). Auteure et co-auteure de 18 best-sellers, Rosabeth Moss Kanter a reçu 23 doctorats honorifiques, plusieurs mentions d’honneurs et de nombreux prix pour ses publications (par exemple, le prix Harvard Business Review du cabinet Mckinsey). Son dernier ouvrage, SuperCorp : How Vanguard Companies Create Innovation, Profits, Growth, and Social Good, publié à l’automne 2009, présente des entreprises qui incarnent le nouveau capitalisme humaniste et durable.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search