Version classiqueVersion mobile

Économie sociale et solidaire

 | 
Florence Jany-Catrice
, 
Nicolas Matyjasik
, 
Philippe Mazuel

(Re)penser l’économie ?

Les besoins de l’être humain dans la société : l’économie sociale et solidaire est-elle capable d’y répondre ?

Paul Seabright

Texte intégral

L’espèce humaine dans la préhistoire

  • 1 Seabright (P.), La société des inconnus : histoire naturelle de la collectivité humaine, Genève, éd (...)

1L’économie sociale et solidaire est souvent décrite comme une économie plus humaine. Alors qu’est-ce que c’est d’être humain ? C’est une question à laquelle je m’intéresse beaucoup dans mes recherches et je la situe il y a très longtemps. Les débats qui m’intéressent se situent il y a dix-vingt mille ans, à l’aube de nos civilisations où nous vivions dans des petits groupes. Je pense que l’on en sait beaucoup plus maintenant, grâce aux travaux en archéologie et en anthropologie sociale, sur les conditions dans lesquelles nos ancêtres ont grandi, ont évolué. Nous savons beaucoup mieux ce que c’est que d’être humain, c’est-à-dire quels sont les besoins en termes de vie, en termes d’épanouissement psychologique et humain auxquels nos relations économiques sont censées répondre. Nous mesurons davantage combien nos économies modernes trahissent ces besoins importants qui sont au cœur de notre existence sociale1.

2Il a été de mode, il y a trente à cinquante ans, de dire que la nature humaine était infiniment plastique, qu’il n’y avait absolument pas de nature humaine. Nous savons maintenant que, même si la culture joue un rôle très important dans la formation de notre nature, il y a tout de même un certain nombre de conditions, pour notre épanouissement, qui sont ancrées dans celles de notre évolution et de notre existence.

  • 2 Seabright (P.), Sexonomics, Paris, éd. Alma, 2012, chapitre III.

3J’aimerais en évoquer quelques-unes. Nous savons que nos ancêtres vivaient dans des groupes où il n’y avait pas que la coopération, il n’y avait pas que la compétition. Il y avait une espèce de mélange parfois savoureux, parfois très angoissant, de coopération et compétition au sein d’un groupe, c’est-à-dire dans le groupe de primates sociaux que nous formons. Chaque individu est en train d’essayer de coopérer mais en même temps il est très inquiet par rapport aux coalitions ou groupes auxquels il peut apparaître2. Nous avons besoin et envie de coopérer avec nos voisins mais nous avons besoin aussi d’appartenir à des coalitions, à des groupes qui nous accueillent. Il existe un conflit entre notre besoin de coopérer et notre inquiétude de le partager avec d’autres, cela est au cœur de notre existence.

  • 3 Sur ce point : Boehm (C.), Hierarchy in the Forest : The Evolution of Egalitarian Behavior, Cambrid (...)

4Nous savons également que, dans les petits groupes de chasseurs-cueilleurs, il y avait un point de vue très partagé, très angoissé par rapport aux inégalités. L’idée qui remonte au moins à Jean-Jacques Rousseau, et bien après, selon laquelle les petits groupes de chasseurs-cueilleurs étaient paisibles et égalitaires, sans aucune tension, se révèle maintenant fausse. Il y avait beaucoup plus d’égalité chez les chasseurs-cueilleurs que dans nos sociétés modernes, mais ce n’était pas en raison de la non-existence d’esprits compétitifs. Bien au contraire, c’était grâce au fait que l’esprit compétitif, qui se trouvait pleinement chez nos ancêtres, était contrebalancé par un désir de limiter les inégalités3. Les inégalités nous angoissaient beaucoup et les membres d’une société se coalisaient contre les gens qui abusaient de leur pouvoir. En résumé, ces sociétés préhistoriques n’étaient pas de nature paisible, mais elles étaient contrebalancées par des efforts pour réduire les inégalités inhérentes à toute compétition humaine.

Les effets de notre héritage préhistorique dans la société moderne

5Quelles sont les conséquences pour notre vie moderne ? D’abord, il faut comprendre que même si nos ancêtres vivaient en petits groupes et qu’ils trouvaient leur épanouissement dans des relations en face à face, des relations de dialogue et plutôt égalitaristes, ce n’est pas de ceux parmi nos ancêtres qui étaient les plus paisibles et égalitaristes que nous descendons. C’était, en fait, nos ancêtres qui avaient la bougeotte, la curiosité, qui allaient vers les autres, qui ne voulaient pas rester toujours dans les mêmes conditions, qui ont laissé le plus de progéniture.

6Nous sommes donc issus du mélange très étonnant et parfois très angoissant de la curiosité, du désir du nouveau, du désir d’aller à la rencontre de l’inconnu et en même temps de peur, d’angoisse, de méfiance envers les inconnus et aussi de peur des inégalités. Nous sommes franchement des êtres très compliqués et nous nous trouvons maintenant dans des sociétés qui sont très différentes de celles dans lesquelles nous avons évolué. Nous pouvons dire que le grand compromis moderne où nous nous retrouvons dans des structures sociales qui sont très mal adaptées par rapport à notre préhistoire, c’est-à-dire des grandes villes, des grandes entreprises, des grands groupes où nous collaborons avec des centaines, voire des milliers de personnes… ce compromis s’avère assez difficile.

7Nous avons décidé que l’entreprise moderne est forcément une entreprise de grande taille où nous avons besoin d’affronter des gens par milliers, nous avons besoin de faire des échanges au sein d’entreprises qui peuvent compter des dizaines, voire des centaines de milliers d’employés.

8Nous avons intégré qu’il va en découler des inégalités de salaire, qui seront compensées par l’État providence (ex. : allocations chômage). Ce compromis ne marche pas. Pourquoi ? Parce que nos besoins de compenser les inquiétudes que nous avons par rapport aux inconnus, à la nouveauté, à l’aventure, ont besoin d’avoir lieu dans des structures plus petites. Il ne suffit pas qu’on nous dise : « Votre patron gagne 300 fois plus que vous, parce qu’après tout vous avez la possibilité d’allocations chômage au cas où vous perdez votre emploi, parce qu’après tout, vous avez le vote démocratique et vous pouvez voter des lois qui vont restreindre ce que peut faire votre patron ». Cela ne suffit pas, car vous, vous avez besoin de vous sentir dans une structure de taille humaine.

9À cet égard, un des phénomènes les plus intéressants issus des développements importants en communication et notamment en informatique ces dernières années, c’est l’émergence de ce que l’on appelle les micro-multinationales. Ce sont souvent des entreprises multinationales qui ont cinq, dix, vingt ou trente membres. Ce sont souvent des entreprises gérées par un partenariat ou d’une façon collective et qui peuvent être des entreprises à valeur ajoutée très importante. Elles peuvent se situer dans plusieurs pays, et travailler entièrement à distance. Je pense effectivement que si l’économie sociale et solidaire s’est localisée dans un nombre de secteurs assez limités jusqu’ici (notamment celui des services à la personne), maintenant la perspective s’ouvre à d’autres activités qui sont géographiquement beaucoup plus étendues, tout en gardant des relations humaines de qualité.

Un rôle pour l’économie sociale et solidaire ?

  • 4 Voir La Société des inconnus, op. cit., chapitre XIV.

10Alors quel est le rôle de l’économie sociale et solidaire dans cette angoisse ? N’oublions pas tout de même que la taille des structures économiques modernes résulte des besoins très importants, liés aux économies d’échelle dans l’organisation. On parle souvent d’Henry Ford comme quelqu’un qui a instauré la fabrication à la chaîne sans aucune considération pour les effets sur la psychologie de l’homme qui devait y participer. C’est une idée un peu fausse de ce qui avait poussé Henry Ford, c’était quelqu’un qui avait passé ses années de jeunesse dans l’agriculture dans le Midwest des États-Unis, il s’était senti étouffé par les conditions de travail d’un ouvrier agricole4. Pour lui, son rêve était de donner en créant le fameux Ford Model T aux personnes qui n’avaient pas d’éducation, qui n’avaient jamais vécu en dehors des villages, la possibilité d’aller voir le monde. Ce véhicule était un moyen d’épanouissement humain. C’est curieux que maintenant on considère Henry Ford comme quelqu’un qui voulait étouffer l’épanouissement humain. Mais cette tension existait même au cœur de son projet.

11Concrètement, quand on revient au monde d’aujourd’hui quelles conclusions faut-il en tirer ?

12Tout d’abord, nous avons tous besoin de confiance dans les interactions que nous avons avec nos concitoyens. Il ne faut pas penser que les petites structures vont toujours suffire à nous donner cette confiance. Ces dernières années, nous avons beaucoup assisté à une financiarisation de l’économie. Les grandes banques, par exemple, sont devenues le moteur de beaucoup de politiques économiques avec des débordements dont nous avons constaté l’importance. Cela dit, on se tromperait de cible en pensant que la solution consisterait à définanciariser entièrement la société et à penser à un financement entièrement local.

  • 5 Voir Admati (A.), Hellwig (M.), The Banker’s New Clothes : What’s Wrong with Banking and What to Do (...)

13Un des désavantages des petites structures, c’est que très souvent les gens qui ont des projets porteurs de valeur pour tous n’ont pas les ressources pour les mettre en œuvre. Quant à la finance, maintenant cela prend des allures un peu inquiétantes, mais la finance au fond n’est que la mise en relation des gens qui ont provisoirement des ressources pour lesquelles ils n’ont pas de projet, et des gens qui ont des projets5. Ce qu’il faut essayer de chercher, ce n’est pas un retour à un monde mythique sans finance, mais plutôt à un fonctionnement de la finance qui reprend en compte les leçons très importantes de notre passé, c’est-à-dire que nous avons besoin, pour rétablir la finance, de structures de taille un peu plus humaine. Nous avons besoin de pouvoir comprendre où vont nos économies, où va notre argent, dans quels projets il sera utilisé, mais sans pour autant dire que la finance en soi, c’est le diable et qu’elle est la cause de tous nos problèmes.

14Dans la finance comme dans le reste de l’économie, nous avons besoin de trouver des structures à taille plus humaine où les gens peuvent affronter les défis de la modernité, c’est-à-dire d’aller vers des aventures, vers de la nouveauté, vers un changement de perspectives. Ce besoin est aussi bien ancré dans notre psychologie de base que le besoin de sécurité, le besoin d’appartenance. Ce genre d’activité est aussi important pour l’économie sociale et solidaire que sont les services d’aide à la personne ou l’entreprise artisanale.

15J’aimerais conclure en tirant un certain nombre d’enseignements de la crise récente. Il est un peu de mode maintenant de dire que la crise de l’économie, et notamment les débordements financiers que nous avons connus ces dernières années, sont dus au fait que nous avons fait confiance à des gens qui ont mal géré le système financier.

16Il y a une part de vérité dans tout cela, mais j’aimerais insister sur un fait dont on entend beaucoup moins parler maintenant, c’est que cette crise s’est déroulée à la vue de tout le monde. Beaucoup des éléments de la crise étaient visibles, bien avant 2008. On parle maintenant des problèmes de la dette grecque. Je ne sais pas combien d’entre vous sont au courant, mais la Grèce était tout de même le quatrième importateur d’armes au monde entre 2000 et 2010, c’est-à-dire que la Grèce importait deux fois la quantité d’armes d’Israël.

17Tout cela n’est pas un secret. Ce n’est pas quelque chose qui était caché, toutes les données pertinentes étaient visibles sur le site du Stockholm International Peace Research Institute. Tout journaliste qui voulait prendre cinq minutes à le vérifier pouvait voir les dépenses de la Grèce avec tout ce qu’elle empruntait, y compris de banques françaises, de banques allemandes, de banques de pays qui maintenant crient au scandale pour ce qu’a fait la Grèce ; tout cela s’est déroulé au grand jour. Maintenant tout le monde, y compris le citoyen honnête, essaie de se débarrasser de sa responsabilité en invoquant la faute des autres.

18Or, le grand atout de l’économie sociale et solidaire, c’est que tous les gens qui font partie d’une activité économique en sont collectivement responsables. Je trouve que ce qui a été le plus nocif dans les relations des citoyens les uns envers les autres ces dernières années, c’était l’idée que l’on pouvait délocaliser la responsabilité. Pour le système financier c’était les régulateurs, c’était les banquiers centraux, ce n’était pas nous en tout cas. Maintenant, on essaie de nous dire que ce n’était pas nous, donc ce n’était pas notre faute. Effectivement, dans le long terme, le fonctionnement de la finance, c’est nous et c’est nous tous. Je pense que l’avantage de l’économie sociale et solidaire, c’est qu’elle responsabilise explicitement tous ses participants.

19Pour conclure, vous allez me dire que c’est peut-être un peu grandiloquent, mais j’aimerais insister sur le fait que c’est la responsabilisation collective de tous les participants à l’économie sociale et solidaire qui est la seule façon de faire face à ce défi. C’est un défi qui est ancré dans notre psychologie humaine qui est au fond très angoissante et très contradictoire.

Notes

1 Seabright (P.), La société des inconnus : histoire naturelle de la collectivité humaine, Genève, éd. Markus Haller, 2011.

2 Seabright (P.), Sexonomics, Paris, éd. Alma, 2012, chapitre III.

3 Sur ce point : Boehm (C.), Hierarchy in the Forest : The Evolution of Egalitarian Behavior, Cambridge, Harvard University Press, 1999.

4 Voir La Société des inconnus, op. cit., chapitre XIV.

5 Voir Admati (A.), Hellwig (M.), The Banker’s New Clothes : What’s Wrong with Banking and What to Do about It, Princeton University Press, 2013.

Auteur

Professeur de sciences économiques à l’École d’économie de Toulouse, Paul Seabright est directeur de l’IAST (Institute for Advanced Study in Toulouse). Originaire du Royaume-Uni, il a enseigné dans les universités d’Oxford et de Cambridge ainsi qu’au Collège d’Europe à Bruges et à l’École polytechnique à Paris. Ses travaux se situent dans trois domaines principaux : l’économie industrielle et la politique de la concurrence, l’économie des réseaux et de l’innovation numérique, l’économie comportementale et l’évolution des institutions d’échange économique à très long terme. Il est membre du Conseil de la European Economic Association, du Economic Advisory Group on Competition Policy de la Commission européenne, et du conseil scientifique du « think tank » Bruegel à Bruxelles. Il est auteur, entre autres, des ouvrages La Société des inconnus : Histoire naturelle de la collectivité humaine (éd. Markus Haller, 2011) et Sexonomics (éd. Alma, 2010). Il est aussi chroniqueur au Monde.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search