Version classiqueVersion mobile

Économie sociale et solidaire

 | 
Florence Jany-Catrice
, 
Nicolas Matyjasik
, 
Philippe Mazuel

(Re)penser l’économie ?

Quels nouveaux indicateurs pour concevoir les politiques publiques de demain ?

Florence Jany-Catrice

Texte intégral

D’une énigme

1Les récentes crises économiques, financières et sociales, qui se succèdent à un rythme inédit, sont des signaux d’alerte qui fragilisent les compromis historiquement forgés dans l’histoire récente de nos nations, remettant notamment en cause l’État social. Étonnamment pourtant, ces alertes, pourtant provoquées par les démesures du capitalisme devenu financiarisé, avaient assez peu bousculé, jusqu’à récemment, les principaux repères du progrès sur lesquels celui-ci avait assis ses perspectives.

2La mise en place, en 2008, de la commission Stiglitz sur la « mesure de la performance économique et du progrès social » rompt, au moins dans la sphère académique et politique, avec cette inertie. Cette commission composée de très hautes personnalités académiques internationales, pour la plupart économistes, était en effet invitée à réfléchir à la manière de (certainement mieux) mesurer les performances économiques et le progrès social – d’un territoire, d’une nation. On peut considérer comme énigmatique qu’un président, dont le projet politique reposait tout entier sur une forte croissance économique, ait formulé cette demande. Énigmatique aussi le fait que six prix d’économie en l’honneur d’Alfred Nobel aient accepté l’invitation. Quelles étaient donc ces mesures de performances et du progrès ? Sur quels repères cognitifs et métriques les économies et les sociétés étaient-elles jaugées, et qui ne conviennent plus suffisamment pour que pas moins d’une vingtaine d’économistes internationaux se penchent dix-huit mois durant sur la question de ce que pourraient être de nouveaux indicateurs de richesse et de progrès, c’est-à-dire ces nouveaux repères ?

La « force d’évidence » de quelques indicateurs

  • 1 Voir nos travaux : Gadrey (J.), Jany-Catrice (F.), Les nouveaux indicateurs de richesse, Paris, La (...)
  • 2 Orléan (A.), (dir.), Analyse économique des conventions, Paris, Presses Univer-sitaires de France, (...)
  • 3 L’économie des conventions regroupe des économistes qui étudient la coordination collective des act (...)
  • 4 Fourquet (F.), Les comptes de la puissance, histoire de la comptabilité nationale et du Plan, Paris (...)

3Une première interprétation de ces difficultés tient au fait que, dans les sociétés contemporaines occidentales, les jugements collectifs sont très marqués par quelques indicateurs1. Ceux-ci constituent de puissants repères cognitifs qui s’imposent comme « force d’évidence »2 diraient les économistes des conventions3 : le PIB pour les richesses ; la croissance économique pour le progrès. Ces repères sont très prégnants dans les représentations collectives, et constituent, jusqu’à un certain point, des outils de coordination utiles, alors même que ces indicateurs sont aussi le fruit de conventions sociopolitiques tout à fait particulières, que seule une analyse généalogique permet de mettre à jour, comme l’a fait François Fourquet dans son ouvrage Les comptes de la puissance4, à propos des systèmes de comptabilité nationale.

  • 5 Bien que la discipline de l’économie se soit constituée sur une base plurielle à partir de fondemen (...)

4Comme toute convention, ces repères, qui sont aussi d’utiles outils de coordination de l’action collective, peuvent aussi, à certaines occasions, faire l’objet de controverses. C’est alors le moment d’ouvrir la boîte noire : à la fois pour rappeler le caractère de construit social de l’indicateur, mais aussi et surtout pour explorer les raisons de cette mise en question. C’est là tout l’intérêt de la remise en cause du PIB, non pas en soi, mais en tant qu’unique et hégémonique composant de nos représentations des richesses. Cette controverse est aussi l’occasion de souligner que l’outillage et les repères des économistes5 sont, eux aussi, eux surtout, controversables.

La croissance comme fin en soi

  • 6 « Pour donner envie aux Français de se remettre à consommer, afin d’entretenir la croissance, il fa (...)
  • 7 « La croissance mondiale va s’arrêter », Le Monde, 25 février 2012.

5Une deuxième interprétation de ces difficultés tient au fait qu’un certain nombre de ces indicateurs sont devenus, en quelques décennies à peine, des fins de l’action publique. On assiste ainsi, bien plus que par le passé, à une imposante communion collective autour de la croissance, c’est-à-dire autour de l’expansion des volumes de production et de consommation, sans grande interrogation ni sur les besoins fondamentaux, ni sur les biens communs6. La question de la « richesse », de son contenu, de ses représentations, et des indicateurs à lui associer est l’occasion de souligner l’économisme du « projet de société », pour reprendre une terminologie chère à Karl Polanyi, et l’engouement collectif pour la croissance, aujourd’hui imposée comme preuve et épreuve à l’ensemble des citoyens. À l’occasion de la mise à jour du rapport du Club de Rome de 1972, Dennis Meadows expliquait ainsi « Si votre seule politique est fondée sur la croissance, vous ne voulez pas entendre parler de la fin de la croissance. Parce que cela signifie que vous devez inventer quelque chose de nouveau. Les Japonais ont un proverbe intéressant : “Si votre seul outil est un marteau, tout ressemble à un clou”. Pour les économistes, le seul outil est la croissance, tout ressemble donc à un besoin de croissance »7.

  • 8 Cette expression émane d’Albert Ogien dont les travaux sur l’usage social du chiffre sont lumineux. (...)
  • 9 Par exemple : Didier (E.), Bruno (I.), Benchmarking : l’État sous pression statistique, Paris, La D (...)

6Cette finalité, qui conduit à un pilotage de plus en plus automatique8 de l’action publique par quelques indicateurs de plus en plus contestés pose question. Il interroge à la fois le degré de l’(in)capacité collective à la réflexivité : pour quelles finalités produit-on ? consomme-t-on ? – cette capacité semblant même être davantage affaiblie en temps de crise. Alors même que les fondements des crises traversées sont aussi ceux des démesures dans l’usage irraisonné des mesures, conduisant à des situations de quantophrénie largement étudiées par ailleurs9. Il interroge aussi le degré de capacité collective à élaborer des stratégies qui rompent avec ces repères, et qui permettent de faire face aux enjeux écologiques planétaires et locaux et aux enjeux sociaux liés à l’insoutenabilité des inégalités socio-économiques et au risque de décohésion qui lui est intimement attaché.

Comment dépasser ces repères ?

  • 10 Dans ses travaux précurseurs, Dominique Méda définit l’idée centrale de « patrimoine social » qui é (...)

7Les critiques crédibles à l’encontre du PIB et de la croissance portent bien sur les usages normatifs qui en sont faits : accroître les productions et les consommations, quelles qu’en soient les externalités, est un progrès ; indifférence à l’égard d’activités émanant d’acteurs qui sont considérés comme ne contribuant pas à l’« effort productif » ; indifférence à la question de la répartition des richesses ; indifférence aux patrimoines puisque les principaux indicateurs repères sont justement des agrégats de flux qui, pour progresser, puisent, voire épuisent, ces ressources patrimoniales, qu’elles soient environnementales ou sociales10.

8La critique a largement infusé aujourd’hui dans le débat public et, plus récemment, la commission Stiglitz en a fourni une solide caution scientifique, en rappelant, dans son rapport de 2009, les principales limites du PIB et de la croissance lorsqu’ils sont utilisés comme approximations du bien-être et du progrès11.

9Pour autant, la plupart des logiciels des économistes et des acteurs de l’économie conventionnelle demeurent très contraints par cette injonction à l’expansion du PIB en volume, à la croissance pour la croissance, aux sources de profitabilité immédiate.

10La difficulté ne tient pas, ou plus tant aujourd’hui, à valider cette critique – qu’à faire émerger du neuf en le rendant crédible. Autrement dit, la difficulté provient des processus par lesquels il est possible d’élaborer un ou quelques indices, un ou quelques indicateurs qui puissent devenir de nouvelles conventions partagées, de nouveaux repères. Ces nouveaux référentiels devraient permettre de coordonner les actions en tenant compte des externalités écologiques, en étant sensibles à la répartition des richesses. Ils partiraient de l’hypothèse que redonner du sens aux actes de consommation et de production ne sont pas que des futilités réflexives mais sont devenus des impératifs sociétaux.

11Si la question paraît simple, la réponse l’est sans doute moins : par quels processus identifier la soutenabilité des trajectoires de développement et des modèles ? Par quels processus identifier ces patrimoines à préserver, cette utilité sociale et environnementale à valoriser ? Pour cela, il est nécessaire d’explorer les initiatives qui permettent d’identifier les richesses collectives, celles-là même qui sont fondamentales pour un développement soutenable de tous.

Une biodiversité de processus

  • 12 Au risque de rester plongées au fond de tiroirs, comme de nombreuses expérimentations le montrent é (...)

12Dans la littérature et les pratiques, des initiatives émergent partout dans le monde et les territoires, visant à produire de « nouveaux indicateurs de richesse » : indice de développement humain du Pnud, indice du vivre-mieux de l’OCDE, indice canadien du mieux-être, indice de bien-être économique, épargne nette ajustée de la Banque mondiale, indice de santé sociale des régions françaises, etc. : tous, sans nécessairement l’annoncer clairement, sont confrontés à la question de la légitimité de leur construction, et aux conditions de leur institutionnalisation12.

  • 13 Dont nous avons rendu compte dans un rapport en 2003, rédigé pour le compte de la Dares, puis dans (...)

13De notre analyse portant sur une grande variété de travaux sur ces nouveaux indicateurs13, on note une grande hétérogénéité, notamment sur ce sur quoi ils fondent cette légitimité.

  • 14 À l’instar des travaux sur les très grandes richesses et les très grandes pauvretés, et plus généra (...)

14Les unes – les plus nombreuses – s’appuient sur la légitimité de l’expertise : les nouveaux repères seront légitimes parce qu’ils sont énoncés par des experts. Cette manière de procéder offre de nombreux avantages, en particulier ceux d’un cadrage théorique et d’une certaine rigueur. Cette manière de procéder prend cependant le risque de laisser entre les mains d’experts, en particulier issus de l’économie mainstream, des réponses qui relèvent du « monde que nous voulons » comme le suggère Amartya Sen. Si une certaine expertise est utile et fournit des innovations intéressantes14, comment s’assurer qu’elle fournisse les résultats d’une expertise collective sur ce que sont ces patrimoines (comme le dit Dominique Méda) ? Sur ce que sont ces biens communs (comme le suggèrent Laurent Cordonnier et Jean Gadrey) à préserver ?

15En effet, les experts mobilisent leur cadre théorique, assorti d’un ensemble de présupposés implicites. Ils parlent avec un langage qui n’est pas neutre, par exemple monétarisant ce qui, jusqu’ici, était justement gratuit, non monétaire, non marchand, pour permettre de contraindre la décision publique au résultat d’un calcul économique coût-avantage. Si les nouveaux référentiels doivent aider à changer de cap, il ne faut pas désapproprier la société et ceux qui la gouvernent de leurs facultés d’énoncer leur choix de société, autrement dit de leur faculté politique.

16D’autres se fondent sur l’idée que ces questions sont bien trop subjectives pour faire émerger un consensus. Sur la question du bien-être, de la qualité de vie, la légitimité peut (voire « doit », disent-ils parfois) provenir de l’expression des individus. Pour ces tenants d’une vision de la société comme collection d’individus, l’idéal de construction d’un repère collectif est de sonder les individus en suggérant ensuite que la somme des expressions individuelles produira l’expression collective. Cette manière de procéder est efficace, car elle laisse intactes « les préférences personnelles des acteurs, et leurs croyances ». On voit ainsi se développer des European, ou World, Value Surveys, des mesures de satisfaction de vie, des mesures de bonheur, etc. Elles ont une certaine utilité, lorsque, couplées à des indicateurs objectifs, elles soulèvent des questions sur les représentations individuelles. Mais elles sont sans doute d’un intérêt assez limité pour concevoir les politiques publiques de demain.

  • 15 Dans un sens wébérien, ce qui nous rappelle à quel point nous avons besoin pour notre réflexion d’é (...)
  • 16 Orléan (A.), op. cit., p. 23.

17D’autres, enfin, font du collectif la valeur première, de la société la première des unités, et considèrent15 que les individus sont (aussi) des citoyens, inscrits dans la cité, conscients et dotés de droits et de devoirs, de droits et d’obligations réciproques16 et que la société les oblige.

18Faire participer la société civile, voire les citoyens, à cette construction d’une convention partagée, éclairés par une expertise raisonnable, ne peut relever que de l’expérimentation tâtonnante, qui pourrait foisonner partout en France.

19C’est dans ces espaces de débat, espaces que l’on peut qualifier de démocratie participative, dans lesquels les individus sont redevenus citoyens et véritables parties prenantes du projet de société, que peuvent alors émerger, par cette légitimité démocratique, des réflexions critiques.

Valoriser les réflexions critiques

20Réflexions critiques sur ce qu’est un développement soutenable : comment l’estimer ? Quels écueils éviter, en particulier dans les moments où cette soutenabilité est mise en indicateurs ? Comment organiser une résistance collective à la non-durabilité des produits ? Des consommations, aux démesures des modalités de production ? Réflexions critiques sur ce qu’est un consommateur : comment les désirs ont-ils été profilés pour répondre aux besoins du capitalisme ? Réflexions critiques sur ce que sont ou peuvent être les finalités de l’activité économique. Tout cela nécessite certainement de renouer avec l’oxymore d’économie et de solidarité (sociale et écologique), admettant une émancipation par l’activité.

21Devraient ainsi pouvoir émerger des réflexions légitimes sur les richesses à préserver sur les territoires, sur les réseaux d’acteurs les mieux à même de gérer ces richesses, et de les faire, lorsque c’est nécessaire pour les besoins de tous, fructifier. Cette manière de gérer les richesses nécessite de renouer avec une économie politique plurielle associant les acteurs du territoire à chaque étape, notamment les acteurs économiques qui, outre la production de biens et services, essaient d’œuvrer comme acteur de cet espace politique, ce qui est le cas d’une partie de l’économie sociale et solidaire.

Conclusion

22Les indicateurs qui fournissent des repères à l’action collective et publique sont d’abord des conventions sociopolitiques. Le rappeler permet de garder une distance à l’égard des usages mécaniques qui en sont aujourd’hui bien trop faits au niveau macroéconomique comme au niveau des organisations ou des administrations publiques. L’économie sociale et solidaire n’échappe d’ailleurs pas toujours à cette tentation du pilotage automatique par les indicateurs, soit qu’elle lui soit imposée par des partenaires (publics, fondations) qui évaluent son action à la même aune que l’action économique lucrative, soit qu’elle s’y plie d’elle-même pour passer sous les toises des principales exigences de la performance économique conventionnelle, même si cela exige une certaine indifférence aux impacts écologiques et sociaux des actions entreprises.

  • 17 Voir de ce point de vue le dossier au titre éponyme de la revue Projet de décembre 2012.

23Leur élaboration doit être couplée à la question démocratique : qui compte ? Dans le double sens de « qui décide de ce qui compte ? »17 et qui est digne d’être compté ? De nouvelles politiques publiques devront donc rompre avec les repères qui ont marqué une époque fordiste et industrialiste. Ces nouveaux indicateurs pourraient alors tout à la fois servir de point d’appui des avancées de ces nouvelles politiques (quelle pression écologique des actions entreprises ? Quel impact sur la santé sociale ?), mais aussi servir d’alerte et nourrir le débat public.

Notes

1 Voir nos travaux : Gadrey (J.), Jany-Catrice (F.), Les nouveaux indicateurs de richesse, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2012.

2 Orléan (A.), (dir.), Analyse économique des conventions, Paris, Presses Univer-sitaires de France, coll. « Quadrige », 2004, p. 14.

3 L’économie des conventions regroupe des économistes qui étudient la coordination collective des actions individuelles, qui analysent comment cette logique collective se forme et les ressources à mobiliser, notamment les dispositifs cognitifs collectifs. Les économistes des conventions prennent au sérieux les démarches interdisciplinaires. La fécondité de l’économie des conventions est visible dans l’ouvrage Analyse économique des conventions, op. cit.

4 Fourquet (F.), Les comptes de la puissance, histoire de la comptabilité nationale et du Plan, Paris, éditions Encres, 1980.

5 Bien que la discipline de l’économie se soit constituée sur une base plurielle à partir de fondements d’économie politique (comme en témoignent les travaux fondateurs par exemple de Malthus, Ricardo ou Smith), le fonctionnement des institutions académiques tend à éteindre progressivement la richesse du pluralisme de la pensée en économie, pour ne plus considérer comme légitime que la théorie mainstream. Fondé sur un raisonnement marginaliste et utilitariste, ce cadre théorique domine académiquement la discipline. La plupart des chercheurs attachés au pluralisme des méthodes (y compris relevant des autres sciences sociales), des objets et des cadres théoriques (à partir des travaux de K. Marx,
J.M. Keynes, K. Polanyi, etc.) se sont constitués en association professionnelle dans l’Association française d’économie politique. Après avoir identifié les verrous institutionnels source de verrouillage de la pensée, ses membres œuvrent pour un retour au pluralisme dans l’académisme, notamment au travers de la proposition de création d’une nouvelle section CNU « Économie et société ».

6 « Pour donner envie aux Français de se remettre à consommer, afin d’entretenir la croissance, il faut leur donner confiance », Claude Bartolone (Les Échos du 26 février 2013, p. 2).

7 « La croissance mondiale va s’arrêter », Le Monde, 25 février 2012.

8 Cette expression émane d’Albert Ogien dont les travaux sur l’usage social du chiffre sont lumineux. Voir notamment : Ogien (A.), « La valeur sociale du chiffre. La quantification de l’action publique entre performance et démocratie », Revue française de socio-économie, n° 5, 2010, p. 19-40. Voir aussi Jany-Catrice (F.), La performance totale : nouvel esprit du capitalisme ?, Presses universitaires du Septentrion, 2012.

9 Par exemple : Didier (E.), Bruno (I.), Benchmarking : l’État sous pression statistique, Paris, La Découverte, coll. « Zones », 2013.

10 Dans ses travaux précurseurs, Dominique Méda définit l’idée centrale de « patrimoine social » qui échoit à une société, et dont il lui faut assurer la préservation. Voir en particulier : Méda (D.), Qu’est-ce que la richesse ?, Paris, éditions Aubier, 1999.

11 Voir http://www.stiglitz-sen-fitoussi.fr/documents/rapport_francais.pdf. Il resterait à comprendre pourquoi ces idées, qui étaient confinées dans des cercles parfois disqualifiés, sont soudain rendues particulièrement visibles et légitimes, comme si la qualité du producteur de l’énoncé suffisait à cette légitimité. On voit à quel point, pour leur réflexivité, les économistes ont aussi besoin de l’analyse sociologique, par exemple de la sociologie des sciences qui permettrait de répondre à cette autre énigme.

12 Au risque de rester plongées au fond de tiroirs, comme de nombreuses expérimentations le montrent également.

13 Dont nous avons rendu compte dans un rapport en 2003, rédigé pour le compte de la Dares, puis dans un ouvrage : Gadrey (J.), Jany-Catrice (F.), op. cit.

14 À l’instar des travaux sur les très grandes richesses et les très grandes pauvretés, et plus généralement sur les inégalités au-delà des déciles extrêmes, tels que développés par Thomas Piketty ; à l’instar encore des travaux précurseurs de Mathis Wackernagel sur l’empreinte écologique.

15 Dans un sens wébérien, ce qui nous rappelle à quel point nous avons besoin pour notre réflexion d’échanges interdisciplinaires.

16 Orléan (A.), op. cit., p. 23.

17 Voir de ce point de vue le dossier au titre éponyme de la revue Projet de décembre 2012.

Auteur

Professeure d’économie à l’université Lille 1 et chercheure au Centre lillois d’études et de recherches économiques et sociologiques (Clersé), Florence Jany-Catrice dirige un master en économie sociale et solidaire. Elle est également directrice de la Revue française de socio-économie et est membre de l’Association française d’économie politique (Afep). De 2007 à 2012, elle a été membre junior de l’Institut de France. Ses travaux portent principalement sur l’économie des qualités : qualité de l’emploi dans les activités de services ; qualité de la production, des richesses et de leurs mesures. Elle a notamment publié Les nouveaux indicateurs de richesse (La Découverte, nouvelle édition 2012, avec J. Gadrey) et Les services à la personne (La Découverte, 2009, avec F.-X. Devetter et T. Ribault). Son dernier ouvrage, La performance totale : nouvel esprit du capitalisme ? (Septentrion, 2012), aborde la question de la mesure de la performance et de ses conséquences pour l’intérêt général.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search