Version classiqueVersion mobile

Économie sociale et solidaire

 | 
Florence Jany-Catrice
, 
Nicolas Matyjasik
, 
Philippe Mazuel

(Re)penser l’économie ?

Une autre économie est possible

Gaël Giraud

Texte intégral

  • 1  En témoigne la loi de réforme bancaire française du printemps 2013, rédigée par et pour le secteur (...)

1Le diagnostic sous-jacent à ce qui va suivre est que les difficultés rencontrées par les économies du bassin atlantique-nord (et de quelques autres) ne proviennent pas seulement de l’absence complète de scrupules d’un certain nombre de dirigeants financiers ou de l’éventuelle incurie de quelques politiques, ou encore de la malchance. Certes, les excès de la sphère financière depuis le début de sa déréglementation dans les années 1980 seraient impossibles si une génération de dirigeants financiers (bancaires notamment) n’avait pas délibérément fait passer son intérêt immédiat loin devant l’intérêt général. Ils n’eussent pas été possibles non plus sans la démission d’un certain nombre de politiques qui, que ce soit à l’occasion de la construction européenne ou dans les orientations politiques de chacun des États concernés, ont cédé aux pressions du lobby financier, et continuent d’y céder1. Mais la difficulté des élites européennes à résister aux sirènes de marchés financiers – qui continuent de promettre des rendements sur investissement de 8 % dans des économies sans croissance – provient aussi de celle, tout aussi grande, de la profession des économistes à comprendre pourquoi ces sirènes conduisent au désastre, et à proposer des alternatives. Les considérations qui suivent visent à expliciter ce diagnostic, et à esquisser de telles alternatives.

Misère de l’économie néoclassique

  • 2 Menger, Jevons, Walras sont les trois figures tutélaires généralement invoquées comme étant à l’ori (...)

2On a coutume de faire remonter aux grands vents de la déréglemen-tation des années 1980 le début d’une prise de pouvoir effective du néo-libéralisme contemporain. Pourtant, cette prise de pouvoir (à la faveur des élections de Reagan et Thatcher notamment) n’a rien fait, sinon réinstaller dans le débat public, les universités, la presse… des idées très anciennes, défendues depuis presque un siècle, et qui paraissent à ce point « évidentes » qu’elles ne sont plus guère interrogées par le courant mainstream des économistes. Ces idées trouvent leur origine dans la prétendue « révolution marginaliste » des années 18702. Le corpus économique néoclassique n’a pas fondamentalement évolué par rapport aux options prises dès la fin du xixe siècle : l’abandon du concept durkheimien de phénomène social (en tant qu’il est distinct de la somme des comportements individuels), la réduction du lien social à des transactions marchandes prétendument régies par un marché, la construction d’une psychologie « rationnelle » supposée piloter le comportement des consommateurs et des producteurs. On peut parler d’idolâtrie du marché dans la mesure où le corpus néoclassique lui-même fournit les outils pour comprendre que sa propre apologie du marché comme instance autorégulatrice du lien social est une sorte d’imposture – nous y revenons dans un instant.

  • 3 Philipps (A. W.), « Stabilisation policy in a closed economy », Economic Journal, 64 (254), 1954.
  • 4 Les années suivantes des cursus universitaires apportent rarement le moindre démenti aux trois prem (...)

3Depuis la fin du xixe siècle, la seule vraie remise en cause du « noyau dur » de l’économie néoclassique est venue de la Théorie générale de Keynes (1936). Le corpus néoclassique s’est cependant très vite « immunisé » contre ce paradigme concurrent, en le réduisant tout d’abord à un débat périphérique, n’affectant que la « ceinture protectrice » (Lakatos) du corps doctrinal (c’est la réécriture du modèle IS-LM par Hicks) avant de passer les leçons de Keynes par pertes et profits depuis les années 1970 (aussi bien via les modèles dits du « cycle réel » qu’à travers ceux qui, bien que baptisés « néo-keynésiens », n’ont quasiment plus rien de commun avec les intuitions de l’économiste britannique). La « victoire » des néoclassiques sur les keynésiens, prétendument conquise durant les années 1970, repose d’ailleurs largement sur une série de malentendus : elle a consisté pour l’essentiel, en effet, à identifier à tort la courbe de Phillips (mal interprétée, du reste3) avec l’héritage keynésien, et à arguer de l’incompatibilité entre une interprétation erronée de ladite courbe avec la stagflation provoquée par le double choc pétrolier pour en conclure à la faillite de la leçon keynésienne. De sorte que, durant les trois premières années de l’enseignement supérieur, dans la quasi-totalité des établissements occidentaux, on enseigne aujourd’hui à peu près la même chose que ce que Jevons et Walras pensaient avoir « démontré » il y a plus d’un siècle4.

  • 5 À titre d’exemple, la théorie de l’équilibre général d’après 2008 tente de lever l’hypothèse selon (...)

4Cet enseignement-là ressemble en quelque sorte à la scolastique du xvie siècle (ou encore au néothomisme du début du xxsiècle) : une « machine » ou une grammaire artificielle, sans véritable lien avec le réel, mais dont la gymnastique sert de légitimation à un ordre établi – plus exactement, en l’occurrence, aux désordres profonds engendrés par l’expérience « néolibérale ». Certes, des traumatismes comme le krach de 1929 et la déflation des années 1930, les bulles spéculatives à répétition depuis quarante ans, la double décennie perdue au Japon à la suite du krach de 1990, les faillites généralisées engendrées dans tant de pays (Chili, Mexique, Argentine, Indonésie, Russie, Grèce aujourd’hui, etc.), le krach de la bulle Internet en 2001, puis celui de la bulle des subprimes en 2007 sont autant de remises en cause radicales d’un paradigme qui n’a vu venir aucune de ces catastrophes, et qui, aujourd’hui encore, est largement incapable d’en expliquer les rouages (en vue d’en empêcher la répétition). Mais l’économie néoclassique est devenue depuis près d’un demi-siècle une discipline « régressive » (Lakatos) qui, parce qu’elle est incapable de rendre compte des démentis répétés que lui inflige le réel, se réfugie dans une succession de tentatives désespérées pour justifier ses erreurs en concédant des aménagements marginaux (dans la « ceinture protectrice ») du paradigme central5.

5La raison de cette faillite de l’économie néoclassique est que la quasi-totalité de son noyau dur repose sur des erreurs conceptuelles et logiques graves. Il n’est pas possible de les détailler toutes ici. Prenons seulement quelques exemples.

La « loi de la demande »

6Une part significative de la macroéconomie contemporaine repose sur l’hypothèse que la demande agrégée des biens et services (et souvent la demande de travail adressée par les entreprises aux salariés) vérifie la « loi de la demande » : elle décroît quand le prix (ou le salaire) croît. Rien de plus « naturel » ? Pourtant, cette loi n’a jamais été vérifiée expérimentalement au niveau agrégé. En outre, des théoriciens de l’équilibre général néoclassique ont démontré dans les années 1970 qu’aucune propriété qualitative de ce genre ne peut être espérée a priori au niveau de la demande agrégée : quand bien même on accorderait du crédit à l’anthropologie du consommateur optimisateur qui sous-tend la microéconomie néoclassique – quand bien même, par conséquent, chaque individu vérifierait la « loi de la demande » pour son propre compte –, le théorème dit de Sonnenschein-Mantel-Debreu prouve qu’on ne saurait en déduire la même propriété à l’échelon macroéconomique. Or, si vous retirez la « loi de la demande » au niveau agrégé, voici au moins un tiers de la macroéconomie contemporaine qui s’effondre. Avec elle s’effondrent également tous les modèles basés sur un consommateur représentatif (lequel vérifie évidemment la loi de la demande !).

7On remarquera que je ne remets même pas en cause l’anthropologie de l’homo economicus (même s’il y aurait de nombreux motifs pour le faire) : la remarque précédente constitue simplement une sorte de critique interne – elle fait simplement valoir que la théorie néoclassique n’est pas cohérente avec elle-même puisqu’elle s’autorise des raccourcis dont elle a pourtant démontré qu’ils ne sont pas légitimes dans sa propre vision du monde ! D’une certaine manière, c’est le tournant pris à la fin du xixe siècle qui s’en trouve remis en cause : non, les phénomènes sociaux ne peuvent pas se déduire de la somme des phénomènes microéconomiques.

L’égalité du salaire réel avec la productivité marginale

  • 6 Cf. Rajan (R.), Fault Lines - how hidden fractures still threaten the world economy, Princeton Univ (...)

8Une autre affirmation forte du corpus néoclassique est qu’à l’équilibre du marché du travail les salariés sont rémunérés à la hauteur de leur productivité marginale. C’est cette croyance qui justifie, par exemple, l’argumentation mise en avant par Raghuram Rajan (ancien économiste en chef du FMI6) lorsqu’il s’agit d’expliquer le creusement inouï des inégalités de rémunérations entre salariés aux États-Unis. Rajan explique, en effet, que, dans la mesure où chacun est payé grosso modo à la mesure de sa productivité marginale, l’explosion des écarts de salaires (de 1 à 1 000) entre salariés ne peut signifier qu’une seule chose : les élites ont une productivité nettement supérieure à celle des classes moyennes. C’est que les premières sont à la pointe du progrès technique tandis que les dernières ont du mal à suivre ce dernier, tellement le flux d’innovation technologique américain se serait accéléré. La difficulté d’une telle explication, c’est que la croissance des salaires réels est beaucoup plus lente que celle de la productivité du travail, et ce aussi bien dans la zone euro qu’au Japon ou aux États-Unis.

  • 7 Ainsi que le reconnaît explicitement A. Greenspan, l’ancien directeur de la FED, dans Le Temps des (...)

9La vérité a donc probablement peu à voir avec l’ébouriffante supériorité technologique des élites. Sans doute a-t-elle partie liée, en revanche, avec le fait que l’arrivée sur le marché du travail mondialisé, depuis les années 1990, de centaines de millions de salariés chinois et indiens a contribué à une forte déflation salariale en Occident, laquelle explique à la fois le découplage entre salaires réels et productivité et la Grande Modération de l’inflation7. Qu’en est-il, dans ces conditions, de la détermination du salaire réel par la productivité marginale ? Elle n’a pas plus de fondement, au sein même de la théorie microéconomique elle-même, que la fameuse « loi de la demande agrégée ». En effet, elle repose sur l’hypothèse (supposée caractériser la concurrence parfaite) selon laquelle entreprises et salariés n’exercent aucune influence sur la détermination du prix (ou du salaire) d’équilibre à travers leurs décisions individuelles. Cette hypothèse, à son tour, s’appuie sur un raisonnement dont George Stigler a pourtant démontré (très facilement d’ailleurs) qu’il est faux. Il y a plusieurs manières de dire cela. L’une d’elles pourrait s’énoncer comme suit : même si l’on adopte l’anthropologie néoclassique du producteur et du consommateur optimisateurs, il est impossible de dégager, dans ce cadre, les conditions qui rendent intelligible la concurrence parfaite. Une autre formulation pourrait être : la microéconomie néoclassique ne permet pas de penser la différence entre un monopole et une situation de concurrence parfaite ; prise au sérieux, elle aboutit à la conclusion que toute entreprise en situation de concurrence fixera un prix égal à son coût moyen de production augmenté d’une marge (qui dépend de son pouvoir de négociation avec ses parties prenantes).

Figure 1 - Productivité et salaires - Zone Euro (15 pays)

Figure 1 - Productivité et salaires - Zone Euro (15 pays)

Source : OECD Economic Outlook, Eurostat

  • 8 Ce qui n’empêche pas que, comme le suggère Rajan, les classes moyennes des États-Unis sont sous-édu (...)

10Si certains salariés occidentaux sont sous-payés, c’est parce qu’ils sont mis en concurrence avec leurs homologues asiatiques et ont perdu une part considérable de leur pouvoir de négociation de ce fait. En un sens, d’ailleurs, la « mondialisation » marchande peut se comprendre comme l’orchestration des conditions de cette perte de pouvoir8.

  • 9 Giraud (G.), Renouard (C.), (dir.), Vingt propositions pour réformer le capitalisme, Paris, Flammar (...)

11Au passage, si la distinction entre un monopole et une situation de concurrence parfaite n’a pas de sens, on comprendra que la mystique de la « lutte contre les trusts » alimentée par la Direction générale de la concurrence est sans fondement analytique. D’ailleurs, elle comporte elle-même ses propres violations : 60 % du commerce mondial sont aujourd’hui un commerce intra-firme dont les prix ne sont pas des prix de marché, mais des prix (comptables) de transfert largement manipulés à des fins d’optimisation fiscale9. Le level playing field sur lequel une concurrence acharnée est supposée prendre place, et en dehors duquel le salut d’une économie serait impossible, est donc, en majorité, un terrain de jeu entre multinationales oligopolistiques et administrations fiscales. Autre exemple : les secteurs bancaires des États-Unis et de la zone euro sont censés incarner la pointe avancée de la rationalité optimisatrice. En témoignerait la sophistication apparente des modèles financiers de pricing et de hedging utilisés dans les salles de marché. Pourtant, depuis le krach de 2008, les fusions bancaires se sont succédé, aboutissant à des géants too big to fail, qui jouissent manifestement de pouvoirs d’oligopoles. En France, quatre mégabanques se taillent désormais la part du lion du marché bancaire. Le rachat de Fortis par BNP-Paribas a permis à cette dernière de faire gonfler sa taille « bilancielle » de 30 % entre 2008 et 2013 (en pleine crise !) ; la fusion de Natixis avec BPCE, quant à elle, a permis à la première d’éviter la faillite grâce au formidable réseau de dépôts de la seconde – sans que tout cela n’alerte aucunement la vigilance de Bruxelles. Serait-ce que le dogme d’une saine exacerbation de la concurrence vise autre chose que le maintien d’une compétition dont la théorie la plus orthodoxe reconnaît elle-même qu’elle ne permet pas d’induire une répartition optimale des ressources rares ?

  • 10 Bien sûr, certains monétaristes font valoir que, si elle n’est pas neutre à court terme, elle l’est (...)
  • 11 Cf. Giraud (G.), Illusion financière, Ed. de l’Atelier, 2e éd. 2013.

12On pourrait prolonger la liste des faillites analytiques de l’économie néoclassique : ainsi le chômage ne provient-il pas, prioritairement, du manque de flexibilité à la baisse des salaires (contrairement à ce qui est affirmé par la plupart des économistes) ; l’incertitude sur le lendemain est identifiée à tort à un risque quantifiable par la plupart des économistes néoclassiques ; toutes les observations confirment que la monnaie est non neutre (contrairement au postulat inlassablement répété selon lequel elle serait neutre10) ; à son tour, la non-neutralité de la monnaie met à mal l’idée même d’indépendance de la Banque centrale (dont l’unique fondement résiduel est une suspicion antidémocratique à l’égard du pouvoir politique) ; la théorie néoclassique elle-même prouve que les marchés financiers sont profondément inefficients11, etc. Tournons-nous plutôt vers les alternatives.

Construire des alternatives

13La misère de l’économie académique ne porterait pas outre mesure à conséquence si elle n’avait fini par empoisonner l’imaginaire de la social-démocratie occidentale. En quoi cette dernière est-elle en mesure, aujourd’hui (et depuis trente ans), d’offrir véritablement un programme économique alternatif à celui des partis politiques néolibéraux auxquels elle est supposée s’opposer ? Il semble qu’elle soit seulement en mesure de proposer un aménagement des « thérapies du choc » (Naomi Klein) construites sur les conclusions tirées de modèles néoclassiques. Depuis qu’elle a explicitement reconnu, dans les années 1970, qu’elle n’a jamais été marxiste (qu’on songe au congrès d’Épinay en France, en 1971), il ne restait plus à la social-démocratie que le keynésianisme comme matrice alternative. Las, cette dernière, à son tour, a été balayée par la prétendue « victoire » des « Nouveaux classiques » opérée au tournant des années 1970-1980. De sorte qu’aujourd’hui, la plupart des économistes qui conseillent des gouvernements socio-démocrates (et la quasi-totalité des fonctionnaires de l’Administration qui les secondent) sont eux-mêmes des produits du dogme néoclassique, convaincus que la compétitivité est l’alpha et l’oméga de la vie économique ; que la monnaie est neutre à long terme ; que le monopole est un mal absolu ; que la concurrence parfaite est le seul mode d’interaction économique efficace ; que le travail serait rémunéré à sa productivité marginale s’il n’était pas « subventionné » par un salaire minimum qui crée évidemment des distorsions de concurrence ; que la « loi de la demande » est aussi intangible que la gravitation newtonienne… Comment les politiques, de gauche ou de droite, peuvent-ils, dans ces conditions, imaginer autre chose que les pires « solutions » pour résoudre les graves problèmes engendrés par les krachs rendus inévitables par la dérégulation financière ? On ne saurait s’étonner, dans ces conditions, que des économistes socio-démocrates conseillent une banque comme Lazard, elle-même payée à prix d’or, pour « aider » le gouvernement grec dans la mise en œuvre de plans d’austérité dont il était pourtant clair, dès le début, qu’ils ne contribueraient nullement à réduire le ratio dette/PIB de la Grèce ; qu’à la fin des années 1980 ait été confiée à un économiste néo-keynésien comme Jeffrey Sachs la mise en œuvre du programme néolibéral de privatisation et de déréglementation appliqué aussi bien en Europe de l’Est qu’en Bolivie.

  • 12 Cf. Keen (S.), Debunking Economics, Zedbook, 2e éd. 2010.

14Les contradictions internes à la théorie néoclassique induisent une série de préconisations économiques – toujours les mêmes – dont l’expérience montre pourtant, décennie après décennie, qu’elles sont incapables de fournir les résultats qu’annoncent ceux qui en font la promotion. Une illustration frappante de ces errements est fournie par la « réponse » apportée par l’administration Obama au krach de 2007-201… : fidèles à l’idée du multiplicateur monétaire (dont l’analyse de la comptabilité en partie double d’une banque montre pourtant qu’il n’existe pas), les économistes conseillers à la Maison-Blanche ont unanimement préconisé la recapitalisation des banques en faillite plutôt que le renflouement des ménages pauvres ruinés par les crédits subprime qu’ils étaient incapables de rembourser. L’Australie, au contraire, a choisi de subventionner les débiteurs plutôt que les créanciers. Le chômage australien n’a jamais dépassé les 6 %, tandis que la page de la crise financière n’est toujours pas tournée dans un pays comme les États-Unis, dont la reprise, si elle se vérifie, ne sera pilotée que par la manne du pétrole de schiste – une catastrophe pour le climat planétaire12.

  • 13 Par exemple, la rénovation thermique des bâtiments publics – un chantier de dix milliards d’euros a (...)

15La ligne directrice alternative s’impose pourtant quasiment d’elle-même : le réchauffement climatique, largement documenté aujourd’hui grâce aux travaux scientifiques remarquables du GIEC, ne nous autorise plus à poursuivre la trajectoire mortelle où nos économies sont engagées. Si nous voulons éviter un réchauffement de + 5 °C à la fin de ce siècle, il est impératif de renoncer au développement économique tel que nous l’a légué la révolution industrielle, c’est-à-dire essentiellement fondé sur l’accroissement de la consommation d’énergies fossiles. Sur ce sujet, l’Europe se couvre de ridicule à l’égard de la prochaine génération en continuant à se cacher derrière des alibis dérisoires pour remettre à plus tard la nécessité impérative de réduire nos émissions de gaz à effet de serre : oui, il est possible de nous entendre avec nos amis allemands pour entamer la transition écologique à l’échelon européen13 ; non, il est inutile d’attendre que la Chine cesse de consommer du charbon pour commencer, du côté européen, à réduire notre pollution et notre consommation d’hydrocarbures ; non, le marché de la tonne de carbone ne fournira pas le bon signal-prix, tout simplement parce que nous savons qu’un marché ne peut pas fournir le bon signal-prix en général (même la théorie néoclassique le reconnaît), en particulier, s’agissant des enjeux climatiques.

16La contrainte climatique fournit désormais un « plafond » à toutes nos activités économiques : une borne supérieure au-delà de laquelle nous savons que nous mettons gravement en danger la vie de nos propres enfants. Aucune entreprise ne devrait avoir de permis d’opérer si son bilan carbone est supérieur à une limite supérieure qu’il convient de déterminer d’après des critères scientifiques (et non, comme pour les quotas du marché du carbone, en fonction des rapports de force des lobbys). Et, pour commencer, aucune entreprise crevant ce plafond ne devrait être éligible aux appels d’offres publics.

17De l’autre côté, le travail décent (au sens du Bureau international du travail) fournit un « plancher » aux activités des entreprises : aucune d’entre elles ne devrait être autorisée à opérer si l’une de ses filiales ou l’un de ses fournisseurs fait travailler des salariés dans des conditions jugées indécentes par le BIT. Il s’agit de bien autre chose que de « l’égalité des chances » que, sous l’influence d’Anthony Giddens notamment, la social-démocratie a fini par adopter comme critère de justice sociale : le concept d’égalité des chances, par-delà son égalitarisme séduisant, est l’aveu d’une incapacité à comprendre le monde et d’un élitisme darwinien. Incapacité à comprendre car il fait comme si le monde était une vaste loterie où les places sociales des uns et des autres sont attribuées au hasard. Il est vrai que, tant que l’on s’imagine, par exemple, que les salaires réels sont fixés par la productivité marginale du travail, et compte tenu du fait que c’est manifestement faux, il ne reste plus guère que le destin ou la « (mal)chance » pour expliquer le creusement des inégalités depuis vingt ans. Élitisme darwinien car, finalement, la promotion de l’égalité des chances ne dit pas autre chose que : « Vous serez peut-être les perdants de la grande compétition sociale, c’est inévitable car il faut qu’il y ait des perdants pour que les gagnants soient rendus plus forts par l’épreuve ».

18La décence du travail, accompagnée du respect des accords de Genève, fournit un tout autre socle en matière de justice sociale. La tragédie de Dacca en avril 2013 est venue rappeler à la conscience des élites européennes qu’elle est loin d’être acquise aujourd’hui. De même, le plan d’ajustement structurel infligé à la Grèce par la Troïka constitue vraisemblablement une violation des accords de Genève14, tolérée par Bruxelles au motif que la compétitivité grecque est une urgence plus grande que le respect des personnes.

  • 15 Giraud (G.), Renouard (C.), L’Huillier (H.), La Martinière (R.), Sutter (C.), « Relational Capabili (...)

19À supposer que nous soyons enfin prêts à respecter le plafond de la contrainte climatique (et donc énergétique) et le plancher de la décence humaine, comment organiser l’espace laissé libre entre ces deux bornes ? Dès lors que la compétition de tous contre tous ne saurait plus constituer la boussole unique, une piste alternative peut consister à se donner comme objectif la maximisation de la « capacité relationnelle », c’est-à-dire de la qualité des relations sociales engagées aussi bien dans les processus de production que dans ceux de la consommation et du loisir15. Peut-être même, la capacité relationnelle fournit-elle un fondement à la théorie de la valeur, laissée en friche par les économistes classiques (Karl Marx inclus) et abandonnée par les néoclassiques. Elle s’inscrit dans la continuité de la construction d’indicateurs alternatifs au PIB, entamée notamment sous l’influence de la théorie des capabilities d’Amartya Sen, et poursuivie aussi bien par l’OPHI à Oxford que par le programme CODEV, à l’Essec.

  • 16 Cf. Ostrom (E.), Gouvernance des biens communs. Pour une nouvelle approche des ressources naturelle (...)
  • 17 Ce sont aussi les trois dimensions de la capacité relationnelle telle qu’elle est définie et mesuré (...)

20Comment la prise en considération de la qualité du tissu social se décline-t-elle ? Elle implique de comprendre que le lien social est un bien commun (au sens d’Elinor Ostrom16), i.e. un bien auquel tout le monde doit pouvoir avoir accès mais que la privatisation peut anéantir. L’exemple paradigmatique est celui des poissons comestibles qui, si nous maintenons le taux de pêche actuel, pourraient disparaître des océans dès 2040. De même, tout le monde doit pouvoir être socialisé, intégré dans des réseaux, pouvoir faire l’expérience intime et durable de l’amour et de l’amitié, pouvoir s’engager dans le sens de l’intérêt général – c’est le versant commun du lien social17. Mais la privatisation du lien social le détruit : c’est ce que l’on observe dans des sociétés comme celle du delta du Niger où la tentative par certaines compagnies pétrolières d’acheter la paix sociale (parfois au prix fort) se solde par un échec relatif. Aujourd’hui, davantage encore qu’il y a dix ans (et a fortiori cinquante ans), les expatriés occidentaux opérant au Nigeria, sont contraints de s’isoler dans des villages militarisés (avec murs d’enceinte, barbelés, miradors, convois militaires, etc.) pour échapper au kidnapping, lequel est devenu le « sport national » d’une population qui n’accepte pas de n’avoir pas accès à l’eau potable, là où lesdits expatriés font nettoyer leurs voitures avec de l’eau potable…

  • 18 On aura reconnu la triade de Karl Polanyi dans La grande transformation, Aux origines politiques et (...)

21Si le lien social lui-même est un bien commun, il s’ensuit que les principales sphères qui le conditionnent le sont aussi : la terre et, plus généralement, l’ensemble des ressources naturelles ; le travail ; la monnaie18. On aura compris qu’aucune de ces sphères n’est un bien commun par nature – pas davantage, du reste, que le lien social lui-même. C’est donc par une décision politique qu’ils le deviennent (ou non). Impossible de détailler, ici, les conséquences d’une telle décision politique. Contentons-nous, de nouveau, de quelques exemples :

    • 19 Giraud (G.), Renouard (C.), « Relational Capability… », op. cit.

    lutter contre la privatisation de la monnaie suppose de réglementer sans état d’âme le secteur bancaire (première source de création monétaire, entièrement privée ou presque19). Le gouvernement français avait l’occasion de le faire à travers sa loi de réforme bancaire, destinée à accomplir la promesse du candidat Hollande de scinder les banques entre banques de marché et banques de crédit. La loi Moscovici-Berger non seulement n’accomplit nullement cette scission, mais encore obère le débat européen initié par le rapport Liikanen. Pire : en procédant à la fusion entre le fonds de garantie des dépôts des Français et le fonds de résolution bancaire et en refusant de rendre obligatoire le bail in des créanciers seniors des banques en cas de faillite, la loi française fait un pas de plus dans le sens de la privatisation de la monnaie ;

  • l’indépendance de la Banque centrale n’ayant aucun fondement théorique (puisque la monnaie n’est pas neutre, de sorte que la politique monétaire ne peut pas être menée indépendamment des politiques budgétaires et fiscales) et la monnaie étant elle-même un bien commun, les statuts de la Banque centrale européenne doivent être remis en chantier, de manière à remettre celle-ci sous l’autorité du politique. Sa politique monétaire doit être amendée en vue d’être orientée vers la promotion du caractère commun du crédit et de la liquidité. Ce qui suppose une refonte assez radicale de l’architecture de la zone euro, largement conçue en vue de privatiser sa monnaie – et ce qui suppose, en premier lieu, la création d’un véritable exécutif politique européen démocratique ;

  • le statut des entreprises au sein du Code civil doit être réformé de manière que le droit puisse signifier aussi clairement que possible que la fonction d’une entreprise n’est pas d’abord de produire du cash pour ses actionnaires. Ses différentes responsabilités sociales, sociétales, environnementales, politiques sont à penser à l’intérieur des deux bornes déjà évoquées supra, et dans un contexte où la valeur économique est donnée par la qualité des relations rendues possibles aussi bien par la production du bien ou du service délivré par ladite entreprise qu’à l’occasion de la consommation de ce bien ou de ce service.

  • 20 Cf. Grandjean (A.), Jancovici (J.-M.), Le plein sil vous plaît ! La solution au problème de l’éner (...)

22C’est évidemment à cet endroit que l’économie sociale et solidaire entre en scène. Non plus comme une sorte d’appendice marginal au capitalisme mainstream, ou comme une concession destinée à se donner bonne conscience en aménageant le programme néolibéral en vue de rendre le choc de ses « thérapies » moins traumatisant, mais comme la manifestation de ce qu’est fondamentalement une entreprise : un projet de société microéconomique dont la valeur repose sur son aptitude à augmenter la capacité relationnelle de ses parties prenantes à l’intérieur du cadre imposé à la fois par la dignité humaine (décence du travail) et le respect de la planète (contrainte écologique) et, à travers elle, des générations futures. Ce projet microéconomique prend lui-même sens une fois replacé dans la perspective, macroéconomique cette fois, de la transition écologique20. Cette dernière constitue le grand récit dont nos sociétés ont besoin en vue de sortir de la « panne de l’imaginaire » où l’abandon des grandes utopies, au cours des années 1970, les a laissées : un imaginaire devenu presque incapable de se projeter au-delà de quelques décennies, et hypnotisé par les charmes mortels de marchés financiers dérégulés.

23Voilà donc les grandes lignes du cadre alternatif dans lequel l’économie de demain peut être pensée : un vaste projet d’abandon de l’économie héritée de la révolution industrielle et fondée presque exclusivement sur l’augmentation de la consommation d’hydrocarbures, en faveur d’une économie décarbonée, au sein duquel s’inscrit une redéfinition de la fonction de l’entreprise comme projet microéconomique qui ne prend sens qu’à condition de respecter deux contraintes fondamentales (humaine et écologique) et de contribuer à la qualité du tissu social.

Notes

1  En témoigne la loi de réforme bancaire française du printemps 2013, rédigée par et pour le secteur bancaire, et destinée à « neutraliser » le débat européen autour du rapport Liikanen et de la scission bancaire.

2 Menger, Jevons, Walras sont les trois figures tutélaires généralement invoquées comme étant à l’origine de cette « révolution ».

3 Philipps (A. W.), « Stabilisation policy in a closed economy », Economic Journal, 64 (254), 1954.

4 Les années suivantes des cursus universitaires apportent rarement le moindre démenti aux trois premières et ne font, le plus souvent, que proposer des raffinements construits à partir des mêmes erreurs que celles du marginalisme du xixe siècle.

5 À titre d’exemple, la théorie de l’équilibre général d’après 2008 tente de lever l’hypothèse selon laquelle les agents économiques partageraient tous la même appréciation du risque futur, et de faire droit à une hétérogénéité des croyances concernant les chocs aléatoires qui frappent une économie, tout en maintenant le socle des anticipations rationnelles sur les prix de demain. Cf. Xiong (W.), « Bubbles, Crises and Heterogenous Beliefs » in Fouque (J.-P.), Langsam (J.), (dir.), Handbook on Systemic Risk, Cambridge, Cambridge University Press, 2013.

6 Cf. Rajan (R.), Fault Lines - how hidden fractures still threaten the world economy, Princeton University Press, 2010.

7 Ainsi que le reconnaît explicitement A. Greenspan, l’ancien directeur de la FED, dans Le Temps des turbulences, Paris, Jean-Claude Lattès, 2007.

8 Ce qui n’empêche pas que, comme le suggère Rajan, les classes moyennes des États-Unis sont sous-éduquées, de sorte que l’État devrait investir dans l’éducation de ses citoyens.

9 Giraud (G.), Renouard (C.), (dir.), Vingt propositions pour réformer le capitalisme, Paris, Flammarion, 3e éd. 2012.

10 Bien sûr, certains monétaristes font valoir que, si elle n’est pas neutre à court terme, elle l’est à long terme – ce qui est évidemment infalsifiable : quand commence le « long terme » ? Autrement dit, placer le débat sur la neutralité monétaire est une stratégie d’immunisation typique de ce que Lakatos caractérise comme une discipline régressive.

11 Cf. Giraud (G.), Illusion financière, Ed. de l’Atelier, 2e éd. 2013.

12 Cf. Keen (S.), Debunking Economics, Zedbook, 2e éd. 2010.

13 Par exemple, la rénovation thermique des bâtiments publics – un chantier de dix milliards d’euros annuels pour chacun de nos deux pays – est une avenue où le couple franco-allemand a des intérêts largement convergents.

14 Une plainte a été déposée auprès du BIT par les syndicats grecs : http://www.etui.org/fr/Publications2/Working-Papers/La-crise-et-les-reformes-nationales-du-droit-du-travail-bilan

15 Giraud (G.), Renouard (C.), L’Huillier (H.), La Martinière (R.), Sutter (C.), « Relational Capability : a Multidimensional Approach », ESSEC Working Paper, 2013.

16 Cf. Ostrom (E.), Gouvernance des biens communs. Pour une nouvelle approche des ressources naturelles, Bruxelles, De Boeck, 2010 (révision scientifique de Laurent Baechler).

17 Ce sont aussi les trois dimensions de la capacité relationnelle telle qu’elle est définie et mesurée in Giraud (G.), Renouard (C.) et alii, « Relational Capability… », op. cit.

18 On aura reconnu la triade de Karl Polanyi dans La grande transformation, Aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, Gallimard, (1944) 1983.

19 Giraud (G.), Renouard (C.), « Relational Capability… », op. cit.

20 Cf. Grandjean (A.), Jancovici (J.-M.), Le plein sil vous plaît ! La solution au problème de l’énergie, Paris, Seuil, 2006 et C’est maintenant ! 3 ans pour sauver le monde, Paris, Seuil, 2010 ; Bourg (D.) Grandjean (A.), Libaert (T.), Environnement et entreprises. En finir avec les discours, Pearson, 2006 ; Criqui (P.), Faraco (B.), Grandjean (A.), Les États et le carbone, Paris, PUF, 2009 ; Jancovici (J.-M.), Changer le monde, tout un programme !, Paris, Calmann-Lévy, 2011.

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Productivité et salaires - Zone Euro (15 pays)
Crédits Source : OECD Economic Outlook, Eurostat
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/3502/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 644k

Auteur

Ancien élève de l’École normale supérieure (Ulm), Gaël Giraud est économiste, chercheur au CNRS, membre du Centre d’économie de la Sorbonne et de l’École d’économie de Paris. Il est aussi membre du Comité des experts pour le débat national sur la transition énergétique, membre du conseil scientifique du Laboratoire sur la régulation financière, de l’observatoire européen Finance Watch, et enseignant au Centre Sèvres. Ses premiers travaux théoriques ont porté sur la modélisation de l’équilibre économique général en présence d’imperfections de marchés liées à la concurrence imparfaite. Il a également travaillé à une modélisation calculable de la dynamique hors équilibre. Ses travaux actuels portent sur le lien entre les sphères monétaire et financière et la transition énergétique. Gaël Giraud a enseigné au CORE, à l’ENS, à l’ENSAE, à l’université Louis Pasteur de Strasbourg, à Paris-I et II, à l’université d’État de Hanoï (Vietnam) et au CCL de Sarh (Tchad). Au cours de sa coopération civile au Tchad, et en collaboration avec Pierre Landèche, Gaël Giraud a fondé un centre d’accueil pour enfants de la rue. Devenu jésuite, il travaille en théologie politique et collabore régulièrement à la revue Projet. Récemment, il a publié La Théorie des jeux (Flammarion, 3e éd. 2009), Le facteur 12 (Carnets Nord, 2012, avec Cécile Renouard), Illusion financière (éd. de l’Atelier, 2013) et codirigé avec Cécile Renouard Vingt propositions pour réformer le capitalisme (Flammarion, 3e éd. 2012).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search