Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Économie sociale et solidaire

 | 
Florence Jany-Catrice
, 
Nicolas Matyjasik
, 
Philippe Mazuel

Introduction

Florence Jany-Catrice, Nicolas Matyjasik et Philippe Mazuel

Texte intégral

  • 1 Par exemple, sur ce sujet : Viveret (P.), Reconsidérer la richesse, éditions de l’Aube, 2013.

1L’économie sociale et solidaire (ESS) est en pleine réflexion. Et c’est une bonne nouvelle qu’un gouvernement ait renouvelé le choix de 2001, inédit à l’époque, de dédier un secrétariat d’État à la question de l’économie sociale et solidaire. Les uns railleront sans doute la chose, considérant qu’« économie sociale et solidaire » constitue tout au plus un oxymore, et peut au mieux déclencher un coup d’épée dans l’eau d’un capitalisme rongé par les crises des démesures1. D’autres au contraire, sans rien lâcher du diagnostic des crises dans lesquelles ce capitalisme est durablement inscrit, considéreront que des voies de sortie, transitionnelles ou durables, sont possibles, et urgentes.

2De ce point de vue, il y a plusieurs manières de considérer l’ESS. On peut l’envisager comme un secteur en devenir, avec ses promesses et ses espoirs, ses spécificités de « lucrativité » limitée, de démocratie économique, d’utilité sociale, etc. Ce faisant, on prend aussi le risque de l’enfermer dans un écrin, faisant d’elle au mieux un champ exemplaire, mais aussi un espace périphérique, « un appendice marginal au capitalisme » (Gaël Giraud).

3On peut aussi envisager l’ESS comme un véritable levier de transformation économique, sociale et écologique. L’ESS sort alors de ses frontières ; elle est invitée à la co-construction des politiques publiques, co-construction consubstantielle à l’idée même de démocratie. Elle joue de la cogestion comme modalité centrale de gouvernance dans l’économie ; elle élabore des stratégies de déploiement d’innovations sociales avec les diverses parties prenantes. Les organisations de cette économie transformatrice s’assignent des objectifs de création de richesses soutenables pour tous, et œuvrent à la production et la préservation des biens communs sur les territoires.

4La production et la préservation des biens communs peuvent passer par la création de richesses, pourvu qu’elles soient soutenables. Mais elles sont surtout marquées par l’urgence pour l’égalité économique, pour de meilleures conditions de travail et d’emploi, pour la consolidation du lien social et la qualité de l’environnement. Plusieurs auteurs de cet ouvrage mettent, d’ailleurs, à l’honneur l’idée des biens communs. Au cœur de la réflexion de Riccardo Petrella, elle est aussi centrale dans les propositions alternatives de Gaël Giraud, et celles de Jean-Louis Laville. Tous ne lui attribuent pas la même définition, les uns se limitant à une vision économiste ostromienne, c’est-à-dire à une gestion par des « arrangements institutionnels » (Giraud), les autres, au contraire, identifiant les biens communs dans une vision plus substantielle et exigeante (Petrella).

5Lorsqu’on en fait un levier de transformation, l’ESS donne pourtant à voir qu’une autre économie est possible. Elle peut faire de la réflexivité et du dialogue entre ses parties prenantes sa compétence première, acceptant l’exigence de la critique lorsque sa vertu est mise en doute.

6Le parti pris du colloque qui, sous la présidence de Benoît Hamon, a précédé cet ouvrage a été de regrouper des chercheurs (économistes, sociologues, politistes…) qui partagent plutôt l’idée que des voies de sortie sont possibles. Bien qu’empreints d’épistémologies différentes, tous considèrent qu’il est urgent de construire des alternatives durables au système économique actuel et à son modèle de croissance impossible à conserver dans la durée.

7Cet ouvrage est composé de deux parties qui conservent la tonalité adoptée durant le colloque. Elles se proposent de montrer sous quelles conditions sociopolitiques et institutionnelles l’ESS peut être envisagée comme un levier, pas seulement à côté de l’économie capitaliste conventionnelle, mais comme une des alternatives à celle-ci. Toutes les contributions ou presque font état, chacune à sa manière, de la gravité de la situation, les uns désenchantés (Jorion), les autres, plus optimistes (Muñoz, Laville, Frémeaux). Tous les intervenants font montre d’une exigence forte, mais aussi d’une grande lucidité.

Repenser l’économie

8Sans dialoguer directement les uns avec les autres, les chercheurs présents dans cet ouvrage nous invitent explicitement à déconstruire la pensée unique qui, depuis plusieurs décennies, domine l’académisme. Gaël Giraud développe, ainsi, un réquisitoire sans complaisance à l’égard des économistes mainstream, et des fictions qu’ils ont construites depuis la fin du xixe siècle, et grandement contribué à entretenir. Il propose de renouer avec la notion de « communs » ou de « biens communs », au premier rang desquels se trouveraient la monnaie et le lien social. Son intervention, comme celle de Jean-Louis Laville, est également une invitation à renouveler les théories de l’entreprise, en réinterrogeant, notamment, les rôles qu’elles doivent endosser. Gaël Giraud se risque à une définition personnelle de l’entreprise dans laquelle de nombreux praticiens d’expérimentations alternatives, notamment dans l’économie solidaire, se retrouveraient sans doute : celle d’un « projet de société microéconomique dont la valeur repose sur son aptitude à augmenter la capacité relationnelle de ses parties prenantes à l’intérieur du cadre imposé à la fois par la dignité humaine et le respect de la planète et, à travers elle, des générations futures ».

9Cette autre économie est possible, sous réserve, ajoute Florence Jany-Catrice, que de nouveaux indicateurs accompagnent ces mutations drastiques vers moins d’inégalités économiques et plus de soutenabilité écologique. Et sous réserve, complète Pierre-Noël Giraud, que la globalisation soit mieux à même de saisir ses propres effets, notamment en termes d’inégalités, opposant les emplois nomades aux emplois sédentaires.

10Quant à Paul Seabright, il analyse les besoins de l’être humain dans la société, en insistant sur les valeurs de confiance et sur l’importance de la coresponsabilité des acteurs économiques dans le développement. Coresponsabilité qui est justement une valeur adoptée par les acteurs de l’ESS.

11Riccardo Petrella nous offre, enfin, une réflexion sur la gestion des biens communs. En délimitant le sens de la notion, il insiste sur le caractère essentiel et non substituable des biens communs. Ces derniers sont alors « des éléments constitutifs de la vie et du vivre ensemble en société qui ne peuvent pas être soumis aux logiques de “marché” ». En analysant la gestion actuelle de ces biens, Riccardo Petrella identifie pourtant un phénomène de « déconstitutionnalisation », caractérisé par la marchandisation de toute forme de vie et par la monétarisation et la financiarisation des biens et services communs. Pour combattre cela, il nous livre alors des propositions d’actions concrètes, en particulier celle de pacte social mondial.

Construire des alternatives avec l’ESS

12La deuxième partie approfondit la question de l’économie sociale et solidaire comme alternative. L’intervention de Rosabeth Moss Kanter marque d’emblée que l’ESS bute sur des difficultés dans sa définition, la version anglo-saxonne de l’entreprise sociale qu’elle développe n’étant pas, loin s’en faut, comparable à celle adoptée par d’autres contributeurs. Cela n’est pas surprenant car l’ESS est un concept mouvant, cette économie constituant d’abord un objet politique et une construction sociale. La stabilité de sa définition, en tant que convention socio-politique, n’est pas encore assurée. Ainsi, selon les périodes, selon les acteurs, les perceptions, mais aussi selon les usages que l’on veut faire de sa catégorisation, l’ESS renvoie tantôt à un projet très politique associé à une forme d’utopie, tantôt à une dimension plus normative, tantôt, enfin, à des formes d’expérimentation sociale qui peuvent se jouer hors de ce cadre normatif. Une des raisons du caractère mouvant de l’« économie sociale et solidaire » tient, d’ailleurs, à sa grande diversité : les dynamiques qui la traversent, tout comme les activités qu’elle rassemble, sont plurielles et hétérogènes.

13Les auteurs de cette partie évaluent ainsi la capacité de l’ESS à devenir un acteur majeur de la transformation économique, écologique et sociale qu’appellent les successions de crise dont tous les auteurs partagent le diagnostic.

  • 2 Qu’a longuement étudiée Gaël Giraud dans sa contribution.
  • 3 Polanyi (K.), La grande transformation, Aux origines politiques et économiques de notre temps, Pari (...)

14Paul Jorion souligne utilement les fondements historiques de l’ESS. Il montre que les questions que l’économie sociale avait abordées dès le xixe siècle reviennent tel un boomerang après avoir été étouffées par la révolution marginaliste2 et le terrorisme intellectuel auquel elle a conduit. Jean-Louis Laville insiste, quant à lui, sur les dimensions « réciprocitaires », l’importance à accorder aux parties prenantes et l’hybridation des ressources et des registres de l’économie. Il convoque, comme Gaël Giraud avant lui, Karl Polanyi dont les travaux, qui fondent une définition de l’économie substantive, permettent de renouer avec le couplage de l’économie et de la démocratie3. Ruth Muñoz montre comment, en Amérique latine, l’institutionnalisation de l’ESS est en route à la suite de l’impulsion de mouvements sociaux et citoyens. Elle insiste sur la mise en place de politiques publiques d’ESS qui nécessitent néanmoins un vrai changement culturel pour prospérer et « contaminer » l’économie classique.

15Toutes ces interventions sont lucides et exigeantes. Elles invitent à renouveler en profondeur la pensée économique, mais aussi et simultanément à renouer avec des imaginaires « dés-économicisés ». Pour cela, il faut sans aucun doute que les acteurs scientifiques n’aient pas le monopole de la pensée et de la vérité et partagent, avec la société civile, le diagnostic et la capacité d’élaboration d’alternatives.

16Que Bercy ait accueilli un colloque qui vise à penser les alternatives au capitalisme est un marqueur inédit du changement. Autant que faire se peut, les réflexions ont essayé de renouveler en profondeur le champ des possibles. Les crises dans lesquelles nos sociétés sont durablement prises rendent urgentes les alternatives. L’ESS peut, sous certaines conditions, être un vecteur du changement.

Notes

1 Par exemple, sur ce sujet : Viveret (P.), Reconsidérer la richesse, éditions de l’Aube, 2013.

2 Qu’a longuement étudiée Gaël Giraud dans sa contribution.

3 Polanyi (K.), La grande transformation, Aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, Gallimard, (1944) 1983.

Auteurs

Professeure d’économie à l’université Lille 1 et chercheure au Centre lillois d’études et de recherches économiques et sociologiques (Clersé), Florence Jany-Catrice dirige un master en économie sociale et solidaire. Elle est également directrice de la Revue française de socio-économie et est membre de l’Association française d’économie politique (Afep). De 2007 à 2012, elle a été membre junior de l’Institut de France. Ses travaux portent principalement sur l’économie des qualités : qualité de l’emploi dans les activités de services ; qualité de la production, des richesses et de leurs mesures. Elle a notamment publié Les nouveaux indicateurs de richesse (La Découverte, nouvelle édition 2012, avec J. Gadrey) et Les services à la personne (La Découverte, 2009, avec F.-X. Devetter et T. Ribault). Son dernier ouvrage, La performance totale : nouvel esprit du capitalisme ? (Septentrion, 2012), aborde la question de la mesure de la performance et de ses conséquences pour l’intérêt général.

Docteur en science politique de l’Institut d’études politiques de Bordeaux (2010), Nicolas Matyjasik est chercheur à l’Institut de la gestion publique et du développement économique (IGPDE) et chargé de mission au bureau de la Recherche. Il est maître de conférences associé à Sciences-Po Lille, où il est responsable du master « management des politiques publiques ». Il est également, depuis 2008, membre du conseil d’administration de la Société française de l’évaluation (SFE), association qui regroupe les acteurs de l’évaluation des politiques publiques en France. Ses travaux de recherche portent notamment sur la diffusion de normes néo-managériales et sur les transformations contemporaines de la gestion publique. On compte parmi ses récentes publications : L’évaluation des politiques publiques. Défi d’une société en tension, L’Harmattan, Paris (2012), avec Gaëlle Baron ; Génération Y et gestion publique : quels enjeux ?, Éditions du Comité pour l’histoire économique et financière de la France/IGPDE (2012), avec Philippe Mazuel.

Diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris et de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr, Philippe Mazuel est directeur de la Recherche de l’Institut de la gestion publique et du développement économique (IGPDE). Il a successivement servi comme officier dans l’Arme blindée cavalerie, été responsable export dans l’industrie papetière, conseiller défense au cabinet du président de l’Assemblée nationale (Laurent Fabius), adjoint du préfet coordonnateur pour la justice et les affaires intérieures au Secrétariat général du comité interministériel pour les questions de coopération économique européenne (SGCI), chargé de mission à la direction générale Élargissement de la Commission européenne et auprès des Nations unies au Kosovo, puis directeur des affaires européennes du cabinet de conseil Ethos Challenge (groupe Axcess). Ancien maire-adjoint d’Abbeville chargé de l’économie et de l’emploi, Philippe Mazuel est le président fondateur du Parti des citoyens européens (PACE). Il est titulaire de la Croix de la Valeur militaire (Liban). Il a récemment publié avec Nicolas Matyjasik, Génération Y et gestion publique : quels enjeux ?, aux éditions du Comité pour l’histoire économique et financière de la France/IGPDE (2012).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site