Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Préface

p. 1-2


Texte intégral

1Nous sommes dans une période de bouleversements, de grands questionnements, de flou quant au fonctionnement de l’économie et de la société. Face à un monde nouveau, rien ne serait pire que de se résigner à l’inaction ou se contenter de recettes toutes faites, d’idées éculées et de concepts vieillissants. Aujourd’hui, les cartes sont rebattues, la crise secoue les certitudes et il nous faut en tirer des leçons pour penser différemment.

2L’économie est certes essentielle pour la société mais elle ne saurait à elle seule constituer un projet de civilisation. Le cœur de la société, ce sont les hommes, les femmes, et leurs valeurs. L’économie doit être à leur service, non l’inverse. Or, on en a fait non seulement une fin mais une quasi-religion avec ses dogmes, tels la concurrence parfaite ou le marché en tant qu’outil de pilotage automatique des politiques économiques.

3Il est désormais manifeste que l’économie n’a pas su structurer, ni pacifier, la société : elle nous avait promis un avenir radieux, nous sommes allés droit dans le mur. Il faut donc passer de cette économie du gaspillage, gaspillage humain, gaspillage des ressources naturelles, à une économie du sens et de la tempérance qui promeut d’autres valeurs que la rentabilité à court terme et la surconsommation.

4Peut-être avons-nous eu trop tendance à nous en remettre aux experts et au monde financier en oubliant que la responsabilité de la vision d’une société doit demeurer entre les mains du politique, démocratiquement élu. Les experts ont vocation à être les conseillers du prince, non à se substituer à lui.

5Cette tendance à la marginalisation du politique et au renoncement au choix affirmé de politiques économiques, au profit de « la main invisible du marché », a été encouragée par les tenants de l’école libérale. Il est temps que les promoteurs d’une économie entreprenante mais sociale, performante mais solidaire, reprennent la main.

6Pour dégager des alternatives à l’économie actuelle et à ses dérives, il est nécessaire de solliciter et écouter ceux qui réfléchissent, notamment des chercheurs ayant une approche différente de l’économie, un regard transversal. Ce sont, à côté d’économistes, des sociologues, des philosophes mais aussi des anthropologues. Ainsi pourrons-nous mieux éclairer les choix publics et permettre aux citoyens de se réapproprier le débat, tant celui sur l’économie leur échappe pour avoir été confisqué par un milieu et des experts (banquiers, traders…) qui n’ont pas vu venir la crise.

7C’est dans ce dessein, contribuer au débat public, que j’ai souhaité organiser un colloque en février 2013 qui se trouve prolongé dans le présent ouvrage. Les travaux présentés ici sur la mesure de la richesse, la restauration de la confiance dans les relations économiques ou encore la gestion des biens communs sont fondamentaux. L’économie doit être au service des citoyens (des salariés, des familles, des plus démunis…) qui doivent retrouver leur « pouvoir d’agir », ce qu’on appelle « empowerment », dans les entreprises mais aussi dans la formulation et la mise en œuvre des politiques publiques.

8Ces réflexions se traduisent tout naturellement dans mon projet de loi sur la reconnaissance de l’économie sociale et solidaire. Il est temps d’insuffler un nouvel esprit de démocratie économique.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.