Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ingénieurs des Télécommunications dans la France contemporaine

 | 
Pascal Griset

Mutations et remises en cause

Discussion. Les télécommunications de demain et la révolution Internet

Maria-Paula Diogo, Paul Ceruzzi, François du Castel, Pierre Musso, Pascal Griset, Patrice Flichy, Valérie Schafer, Philippe Picard, Francis Jutand, Jean Berbinau et Jean-Jacques Dumont

Texte intégral

  • 1 Présidente de séance.

1Maria-Paula Diogo1
Je laisse maintenant la parole à Paul Ceruzzi puis à la salle.

  • 2 « Tout le monde est libre d’utiliser le protocole publié dans une RFC (Request for comments). Vous (...)

2Paul Ceruzzi
Anyone is free to use the protocols – they have been published as Request for Comments. You can make your own Internet here in France and you can just be not connected to the root’s server, which is in Virginia near the Pentagon, you have your own Internet and indeed that is something happening in China and the Middle East, where they’re not using western’s alphabet, and not connected to the root’s server. Maybe there’ll be a split in Internet. I don’t know, but I do know that the US has a claim to be the controlling authority of Internet2.

3François du Castel
Je voudrais prolonger la réflexion des interventions précédentes, en disant qu’il me semble que pour la première fois dans l’histoire, non pas avec les télécoms, mais avec les TIC en général, on a une technologie qui devient un élément de la vie des gens. Ce n’est pas quelque chose qui est extérieur à leur vie mais qui est intérieur à leur vie, aussi bien dans leur vie familiale que dans leur vie professionnelle. Je pense que ce phénomène n’est pas assez étudié aujourd’hui, parce qu’il y a des côtés positifs, certainement, mais il y a aussi des côtés négatifs, parce que cela prend une place qui était occupée précédemment par d’autres choses. Il me semble qu’il y a tout un domaine à explorer sur les TIC comme élément de la vie des individus.

4Pierre Musso
Concernant la question de François du Castel, je pense que tous les anthropologues et sociologues aujourd’hui constatent qu’il y a une technologisation généralisée de la société, pas simplement des individus. On pourrait le montrer pour le politique, on pourrait le montrer pour le culturel ou pour la vie sociale. C’est une technologisation non seulement généralisée mais accélérée de la société, du fait sans doute de la vitesse de l’innovation technologique qu’il faut considérer. On pourrait dire réciproquement que la technique n’est jamais que la cristallisation de la vision qu’une société a d’elle-même. L’imprimerie n’est que le résultat de la Renaissance, ce n’est pas l’inverse, contrairement à ce qu’on lit dans les gazettes. Donc, la question qui est posée est le rapport entre la vitesse de l’innovation technologique et la lenteur relative de l’appropriation des usages, de la culture et de la société. Il y a des temporalités différentes. Je dis souvent qu’il y en a trois pour simplifier. Il y a la vitesse d’innovation technologique, qui est de plus en plus rapide. C’est-à-dire que l’on n’a pas le temps d’avoir un smartphone ou un logiciel qu’il y en a déjà un autre qui vient le remplacer. Il y a la vitesse moins rapide, plus lente même si elle s’accélère, des usages, des pratiques, des appropriations et puis il y a une vitesse qui est très lente, c’est celle des représentations. C’est-à-dire des imaginaires, des cultures, même des mythes ou des utopies, comme disait Patrice Flichy, qui alimentent sur la très longue durée la représentation que l’on a de la technique elle-même. Souvent, on ne va pas faire cette archéologie des représentations sociales. Moi, je m’y suis risqué par exemple sur l’histoire des réseaux pour retrouver toute la pensée du réseau qui anime notre société, parce qu’on pense tous que l’on est dans une société en réseaux, interconnectée. Cette idée s’alimente à des vieilles mythologies, non seulement du début de la révolution industrielle mais même peut-être encore plus loin, jusqu’à la mythologie ancienne, la mythologie grecque du tissage. On ne prend pas assez en compte cette histoire, cette archéologie qu’alimente l’innovation technologique et qui favorise aussi les utopies qui sont plus ou moins mobilisatrices.

5Pascal Griset
Je ferai une intervention extrêmement courte, juste par rapport à l’intervention de Patrice Flichy. Je ne suis pas tout à fait d’accord avec son analyse de « l’échec » de Cyclades. Très concrètement, Cyclades a été soutenu par des fonds et par la DGT, grâce à l’accès au réseau. On était dans une situation de monopole et quand on a dit stop, Cyclades s’est arrêté. Par ailleurs, l’enthousiasme des universitaires était quand même très modéré. On pourra en rediscuter mais disons que l’on n’est pas tout à fait d’accord.

6Patrice Flichy
En ce qui concerne le paradoxe américain, je dirais qu’il y a deux optiques, soit l’optique classique des systèmes de communication qu’on avait déjà vus avec Daniel Headrick consistant à dire que tout système de communication à un côté Janus avec un aspect pacifique et un aspect guerrier, et puis si on est un peu plus pessimiste, on peut dire que les États-Unis, comme toute grande puissance, ont un double langage sur ce genre de technologie. Un langage d’ouverture, de mains tendues et puis une action de contrôle extrêmement strict de ces technologies. Dernier point auquel je vous renvoie, c’est le principe de la coercition par la séduction qui a été utilisé beaucoup pour l’industrie des médias aux États-Unis et qui me semble relativement bien adapté pour la manière dont le Web et Internet ont été développés aux États-Unis.

7De la salle
C’est une remarque pauvre après la question riche concernant Patrice Flichy et la séparation entre Arpanet et les réseaux français européens. Il me semble que dans les années 1970, les sous-traitants français et européens de la Darpa avaient accès à Arpanet depuis leurs sites français et européen. Si quelqu’un avait éventuellement des choses à rajouter là-dessus, il me semble qu’il n’y avait pas cette coupure aussi nette que vous avez pu indiquer.

8Patrice Flichy
Effectivement, je n’ai pas l’année en tête, mais il y a une connexion qui a été faite entre le réseau Arpanet et l’Angleterre, mais je pense que Paul Ceruzzi connaît sûrement la date. Cela n’empêche pas qu’on est enfermé quand même dans un tout petit milieu de recherches et qu’on est au contact de deux modèles, deux collaborations, avec l’expérimentation sociale, qui sont très différents. J’en profite pour répondre à Pascal Griset, très rapidement. J’ai dit effectivement que Cyclades aurait peut-être pu développer des rapports plus grands avec le monde universitaire mais, de toute façon, Cyclades était très pauvre et donc il est arrivé qu’il aille voir des universitaires en disant : « Est-ce que vous voulez monter des coups avec nous ? » Je dirais qu’ils n’en ont pas eu le temps. Je crois que là-dessus on sera d’accord. Je crois vraiment que cette question du temps est absolument capitale. Si on regarde vraiment ce qui se déroule dans les années 1970 et 1980 aux États-Unis, cela prend beaucoup de temps avant que vraiment quelque chose de fructueux se mette en place. Pierre Musso faisait une petite typologie des durées : la technologie va très vite alors que les nouveaux usages vont beaucoup plus lentement.

9De la salle
Il me semble que c’est dès 1977 en France, il y avait une liaison entre le réseau français et Arpanet.

10Valérie Schafer
Si je peux me permettre de compléter la réponse, la première liaison a eu lieu avec University College of London. C’est Peter Kirstein en Grande-Bretagne, à UCL, qui a permis une liaison entre Arpanet et la Grande-Bretagne. Dans le cas de la France, rapidement on a exploré cette voie d’une liaison entre Arpanet et Cyclades. Il en était question en 1972, pendant la première démonstration publique d’Arpanet, et notamment une des raisons qui a fait que les Français n’ont pas suivi, outre le fait que Louis Pouzin pensait finalement que Cyclades était techniquement suffisamment avancé et que cela ferait davantage de publicité aux Américains qu’autre chose, qu’on n’en avait pas besoin, c’est que dans le contexte du plan Calcul, il était politiquement assez incorrect d’aller créer cette liaison alors que l’on voulait stimuler l’industrie française. En France un tournant a lieu en 1988, avec la première liaison directe Sophia-Antipolis/États-Unis, liée au rôle de Christian Huitema, mais on a attendu un petit peu. On est malgré tout dans les pionniers européens.

11De la salle
« Mutations et remises en cause » comme titre de notre session implique que l’on ne parle pas que d’Internet. Ce qui m’a frappé et ce qui me frappe encore, c’est qu’on est en train de connaître dans l’histoire de l’homme une des plus grandes révolutions de la façon dont il apprend, dont il perçoit, dont il pense. Je ne vais pas contredire mon ami Pierre Musso, mais si on regarde tout cela d’un peu plus près, sans faire de la grande anthropologie, l’écriture, l’imprimerie et le changement de la diffusion industrielle font qu’aujourd’hui, en une génération, on possède des moyens d’expression, pour aller chercher de l’information, pour la stocker, pour la traiter qui sont une démultiplication des sens, des moyens cognitifs de l’homme…

12Ce qui me paraît très important sur la mutation et la remise en cause, c’est de se dire que probablement, dans les vingt ans qui viennent, on va changer complètement Internet avec le traitement des flux. Mais si les jeunes ont fait du texto, en utilisant un « bidule » pour taper sur un clavier qui était sur dix chiffres, ce n’est pas un hasard, c’était leur besoin. Ils ont remis en cause nos langages, certainement défendus par nos brillantes académies, mais qui changent eux aussi. Donc, il me paraît très important dans cette période qui vient de prendre la mesure des bouleversements qui s’annoncent dans les interfaces entre la technologie et le cerveau, dans le cadre de l’évolution prochaine du nouvel Internet ou de la fibre optique, parce que c’est là où est en train de bouger la société. Pour le moment, on est, je dirais, dans le chaos du début. Je pense que dans la mutation et la remise en cause, sur certaines interfaces, entre les sciences du vivant, de la neurologie, du cognitif, les sciences de la perception et l’interface des artefacts que nous avons, il y a des choses tout à fait importantes. Quand on fait un jeu électronique, ce qui est le plus important, c’est d’être ingénieur ou d’être capable de faire un bon script et de bien manœuvrer l’image ?

13Valérie Schafer
Par rapport à ce que vous dites, ce que je trouve intéressant, c’est évidemment toutes ces questions que se posent actuellement aussi bien les historiens, qui ne regardent pas toujours vers le passé, que les sociologues, les anthropologues et les scientifiques des sciences plus formelles.

14Je reviendrais, et cela me paraît très important, sur l’idée que justement on va peut-être un peu plus vers une réflexion commune entre ce que l’on appelle les sciences formelles et les sciences humaines et sociales, autour d’une réflexion interdisciplinaire, et que cette journée ne nous a pas montré qu’une convergence entre informatique et télécommunications, mais aussi une rencontre entre les scientifiques, la société, les usagers et également entre les sciences formelles et humaines, entre les ingénieurs nombreux dans la salle mais aussi les sociologues, les historiens et c’est peut-être cela aussi qui va nous permettre de réfléchir tous ensemble à l’avenir.

15Philippe Picard
Je vais revenir sur une considération un peu plus pratique. Je veux dire par là que par exemple quand on regarde le système Internet, on se rend compte qu’il est né sur des considérations de recherches avancées, des préoccupations de défense nationale, des coopérations entre les universités, mais je crois qu’il faut quand même rappeler également qu’Internet ne s’est pas uniquement nourri de pain et d’eau fraîche. Internet a été le plus grand business au profit des sociétés américaines. Aujourd’hui, Cisco est le premier équipementier mondial de télécoms, devant tous les autres en volume. Qui est-ce qui a fait Google ? Qui est-ce qui a fait aujourd’hui Facebook ? Et je ne parlerai pas de Microsoft qui n’était pas un grand promoteur d’Internet, mais je pourrais aussi citer Oracle ou d’autres. Bien entendu, il faut s’intéresser aux usages, il faut s’intéresser disons à l’impact sur la société, mais malgré tout, même si le vieux modèle sur lequel on s’est félicité dans le passé de transferts technologiques depuis la recherche d’État vers les industriels a vécu, comment voit-on au niveau français ou européen la manière de générer du business ?

16Pierre Musso
Je ne sais pas si je vais répondre exactement à la question telle qu’elle est formulée, mais je vais tenter néanmoins de répondre. Je voulais intervenir là-dessus en faisant un rappel à l’histoire parce que les premiers qui, dans le secteur qui nous intéresse, des réseaux techniques, ont réfléchi sur la régulation et l’investissement dans les réseaux, ce sont les chemins de fer. En 1832, quatre ingénieurs saint-simoniens, dont deux du corps des Mines d’ailleurs, les frères Flachat, avec Clapeyron et Lamé, ont publié un livre : Vue politique et pratique sur les chemins de fer, fondamental parce que c’est la première fois que l’on aborde la question de la régulation et du financement des réseaux techniques. À l’époque, on parle essentiellement de chemin de fer et de télégraphe optique. Ils disent qu’en fait il y a trois formules possibles, que l’on a énormément intégrées dans le droit et dans les politiques économiques en France : soit c’est le marché qui est moteur et c’est difficile pour financer le chemin de fer, parce que les investissements sont très importants et il faut des sociétés de crédit ; soit c’est l’État ou le secteur public ; soit c’est un système mixte et ils introduisent la notion de concession de services publics, dont on a vu d’ailleurs la puissance en France dans le développement des grands réseaux. Moi, j’ai appelé cela « la thèse des trois thèses » et je pense que c’est toujours d’actualité, que la question du financement des réseaux haut débit, la fibre optique par exemple, ne peut se poser que dans ces termes, à l’échelle européenne. J’ai parlé de mutualisation et de régulation et en même temps dans une logique de ce type de mixité des financements. Cela dit, il faut une volonté politique claire, parce que quand on consulte la commission, c’est vrai que la direction générale de la Concurrence, c’est le dogme, si je puis l’appeler comme cela, de la concurrence libre et non faussée, au nom de laquelle, toute politique industrielle par avance, a fortiori si elle fait de la mutualisation, est condamnée. Donc, il y a une vraie orientation politique à mon avis, à l’échelle européenne. Dans le domaine de la politique industrielle et en particulier des télécoms, c’est un des secteurs où il y a encore, je le disais à toute vitesse, quatre grands champions mondiaux, si on veut les appeler comme cela. Alors que, comme vous le dites, dans le secteur informatique, audiovisuel, la concentration est complètement aux États-Unis, dans l’audiovisuel depuis longtemps et dans l’informatique, aussi bien composant que logiciel, dans l’oligopole américain. Et d’ailleurs les Américains eux-mêmes, dans le secteur des télécoms, se sont restructurés autour finalement, après avoir éclaté AT&T, AT&T nouvelle version et Verizon. Donc, ils ont reconcentré aux termes du processus de dérégulation.

17De la salle
À propos des réseaux de télécommunications, il me vient une remarque. Quand on parle d’échanges, de communication, en France, on pense toujours aux autoroutes, éventuellement aux trains, mais jamais aux fibres optiques et aux câbles. Quand on regarde ce qu’on fait en France, des grands câbles transatlantiques qui font New York-Paris et le tour de l’Angleterre, quand on voit le nombre ridicule d’emplois créés sur le sol français et que l’on compare à ce que créent les Américains aux mêmes endroits quand cela débarque du côté d’Atlantic City ou ailleurs, il n’y a même pas de vision stratégique dans ce domaine-là. Les câbles, enfin je veux dire tout ce qui est liaison de télécommunications en France est considéré comme n’existant pas. Les députés ne savent pas qu’ils sont assis sur un câble à 640 gigabits et vous parlent d’une liaison haut débit à 2 mégabits par seconde. Il y a un abîme entre ce que pensent le Français et l’élu et ce que présente la technologie, même en 1995. Je me souviens, il y a maintenant vingt ans, on a proposé à des conseillers régionaux d’utiliser les fibres optiques. En gros, ils ne savaient pas ce que c’était. Au niveau culturel, il y a un écart colossal entre ce que peut faire la technique et ce que nos élus ont en tête. D’un côté de l’Atlantique, on fait du
business sur des outils de communication et en France on enterre le câble et on ne fait rien dessus. Et cela, ce n’est pas une question de moyen ou de technique, c’est une question de philosophie et d’accueil de la technique et de son utilisation.

  • 3 Directeur scientifique de l’Institut Mines-Télécom.

18Francis Jutand3
Pour aller vite, je pense qu’on n’est pas en France dans une situation où l’on peut dire : l’État d’abord et puis le marché. Il va falloir trouver des solutions mixtes. Il faut donc voir où sont les marchés solvables et je pense que le marché des services est un marché solvable dans un certain nombre de domaines et qu’il faut essayer de trouver des combinaisons entre le marché et les interventions de l’État. On a parlé de l’école. On peut parler aussi des problèmes de dépendance ou de santé. Donc, il faut essayer de trouver des combinaisons astucieuses qui vont permettre de dire : un certain nombre de services vont être solvables et on peut aider par le grand emprunt à faire que l’équipement se développe pour que ces services puissent fonctionner. Et puis, je pense qu’un certain nombre de secteurs en France ont les moyens de travailler, par exemple les mutuelles ou les domaines comme l’école qui restent des domaines de souveraineté pour l’État et où il serait souhaitable que l’on intervienne pour développer l’utilisation de la fibre.

  • 4 Ingénieur général des Télécommunications, membre du collège de l’Hadopi.

19Jean Berbinau4
Le titre de la session était « mutations et remises en cause » : pour moi, l’Internet d’aujourd’hui présente deux caractéristiques qui expliquent cette faculté d’induire des mutations. L’une, technique, consiste à faire que l’intelligence soit située en extrémité des réseaux avec une liberté quasi totale sur les applications que peut initier l’internaute. L’autre, juridique, est l’aménagement d’îlots d’irresponsabilité pour les hébergeurs, les fournisseurs d’accès et les opérateurs. Alors face à la montée à la fois du phénomène de consommation non monétisée des biens culturels, face aux risques croissants d’utilisation de l’Internet pour des activités illégales, face aux risques sur la sécurité des grands réseaux critiques d’énergie ou de distribution d’eau, est-ce que ce modèle va pouvoir continuer tel qu’il est ou est-ce qu’il faut une remise en cause fondamentale ?

20Patrice Flichy
Juste un mot pour répondre, en prenant l’exemple du livre numérique. Je suis très frappé de la difficulté qu’a la société française à s’ouvrir à la modernité et notamment notre droit. Les débats qu’il y a actuellement sur le livre numérique sont les suivants : on a imaginé un truc un peu bizarre qui est de dire qu’il y a deux types de livres numériques. Il y a les livres qui sont le double des anciens livres papier et pour ceux-là on va essayer de maintenir tout notre système juridique : prix unique et TVA réduite. Et puis, il y a les autres livres, les livres multimédias, ceux-là malheureusement on ne peut plus garder notre ancien système de droit. Alors qu’est-ce que cela risque d’avoir comme effet ? Premièrement de tuer l’innovation parce que manifestement les nouveautés seront des livres multimédias et deuxièmement de favoriser les éditeurs internationaux, c’est-à-dire les éditeurs américains qui eux vont faire des livres multimédias qu’ils vont décliner en français. Je crois qu’à travers cet exemple, on trouve les débats que l’on a eus très largement autour d’Hadopi. Comment réussir vraiment à ce que notre société s’ouvre à la modernité sans se crisper sur le passé. C’est un débat de fond.

21De la salle
Ma question est un peu dans le prolongement des réflexions qui ont été posées précédemment. Je regarde actuellement les questions de développement de technologie, notamment dans le cadre des technologies de l’information et de la communication appliquées à la mobilité et je m’aperçois qu’il y a une dynamique très forte du côté des opérateurs de services et des industriels. De l’autre côté, il y a les collectivités territoriales et les agents publics qui les reçoivent avec une crainte évidente, parce qu’ils ne maîtrisent pas ces technologies. Les industriels et les opérateurs de services voient d’abord leur business et ils ne voient pas les responsabilités qu’ont les collectivités territoriales vis-à-vis de leurs administrés. Est-ce que par exemple une collectivité territoriale qui va utiliser des mobiles peut le faire directement ou est-ce qu’elle doit demander la permission à l’opérateur de services par exemple ? À côté de cela, il y a également des questions d’intérêts que se posent les collectivités, et des questions de niveau de connaissance de ces collectivités. Je prends un exemple. Les collectivités doivent garantir la protection de la vie privée. Cette protection de la vie privée, les industriels vont dire qu’ils ont plusieurs solutions qui garantissent la vie privée. Mais la collectivité n’a aucun moyen de vérifier effectivement que les protections que proposent les industriels et les opérateurs de services sont pertinentes. C’est un peu la question que je voudrais poser, ne faudrait-il pas que les ingénieurs se posent beaucoup plus la question de la sphère de compréhension de leurs interlocuteurs et de leur sphère d’intérêts, notamment par exemple pour la protection de la vie privée, qu’ils se disent : « Si je veux convaincre des collectivités territoriales, ne faudrait-il pas que je pense à la question par exemple de la certification vis-à-vis de la protection de la vie privée des produits que je vais leur proposer ? »

22De la salle
La réponse est oui. Je pense que dès que l’on aborde le problème de la société de l’économie numérique, on n’est plus seulement dans la technologie, on n’est plus seulement dans les services, on est dans le cadre juridique, on est dans le cadre commercial et il faut veiller à ce que le tout évolue d’une manière qui soit cohérente. Moi, j’ai toujours retenu qu’une des décisions les plus importantes pour le rattrapage téléphonique en France dans les années 1972-1973, c’était qu’on avait modifié le Code de la construction et que tous les nouveaux immeubles devaient désormais avoir une prise téléphonique par pièce.

  • 5 Ingénieur général des Mines, commissaire de l’ASN, en 2010 vice-président du CGEIET.

23Jean-Jacques Dumont5
C’est une question fondamentale pour notre corps, pour d’autres corps d’ingénieurs aussi. C’est une question qui interpelle d’une façon générale peut-être les ingénieurs mais en particulier les ingénieurs de l’État et qui montre enfin, s’il en était besoin, que les ingénieurs de l’État n’ont certainement pas vocation à avoir le monopole de telle ou telle technologie. Ils doivent avoir la possibilité et l’envie de travailler avec d’autres au sein de l’État. Cela me paraît vraiment essentiel, faute de quoi on n’arrivera jamais à sortir de cette espèce d’isolement d’ingénieurs très fiers de leur construction cohérente mais incompris. Et il n’y a pas que dans le domaine des TIC que l’on rencontre cette problématique. Si on pense à la filière énergétique, il y a aussi des grandes incompréhensions ou difficultés de communication entre le monde des ingénieurs, et en particulier le nôtre, et une grande partie du public. Je pense que nous avons un rôle à jouer dans l’amélioration de cette intermédiation entre la technologie, l’État et le public.

24Maria-Paula Diogo
Cette session se termine. Je remercie la salle pour ses questions et les intervenants pour leurs réponses.

Notes

1 Présidente de séance.

2 « Tout le monde est libre d’utiliser le protocole publié dans une RFC (Request for comments). Vous pouvez élaborer votre propre Internet ici, en France, et choisir de ne pas vous interconnecter au serveur racine qui est en Virginie, proche du Pentagone. C’est d’ailleurs ce qui se fait en Chine et au Moyen-Orient où n’est pas utilisé l’alphabet romain. Peut-être y aura-t-il une scission de l’Internet. Je n’en sais rien, mais je sais que le département d’État a affirmé être l’autorité de contrôle d’Internet. »

3 Directeur scientifique de l’Institut Mines-Télécom.

4 Ingénieur général des Télécommunications, membre du collège de l’Hadopi.

5 Ingénieur général des Mines, commissaire de l’ASN, en 2010 vice-président du CGEIET.

Auteurs

Présidente de séance.
Professeure des universités d’histoire des techniques à la Faculté des Sciences et Technologie de la Nouvelle Université de Lisbonne (FCT-UNL/Nova) et membre du centre de recherche CIUHCT, Maria-Paula Diogo travaille sur l’histoire des ingénieurs portugais au Portugal et aux colonies africaines de la seconde moitié du xixe siècle à la fin des années 1920. Elle publie régulièrement des articles dans plusieurs revues internationales et elle a codirigé scientifiquement les ouvrages collectifs Les enjeux identitaires des ingénieurs : entre la formation et l’action, 2009 et A Outra face do Império: ciência, tecnologia e medicina (sécs.xix-xx) ; L’autre face de l’Empire : science, technique et médecine (xixe-xxe siècles), traduction en 2012.

Historien, Paul Ceruzzi est Curator of Aerospace Electronics and Computing au Smithsonian’s National Air and Space Museum à Washington, DC. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur l’histoire de l’informatique et de l’aérospatial dont : Reckoners : The Prehistory of The Digital Computer, 1983 ; Beyond the Limits : Flight Enters the Computer Age, 1989 ; A History of Modern Computing, 1998 ; Internet Alley, 2008. Il a également récemment coécrit, avec William Aspray, The Internet and American Business, 2008.

Ingénieur des Télécommunications, décédé en 2012.

Professeur à l’université de Rennes-II Haute-Bretagne, Pierre Musso est également professeur à Télécom Paris-Tech. Il a notamment publié Critique des réseaux et Réseaux et société, 2003, aux Presses universitaires de France et Les télécommunications à La Découverte, coll. « Repères », 2008.

Professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris-Sorbonne, Pascal Griset est agrégé des universités et docteur en histoire. Historien des entreprises, il est plus particulièrement spécialiste de l’histoire économique et technique de l’information. Il préside la section 42 du comité national du CNRS. Au sein de l’UMR Irice, il anime le centre de recherche en histoire de l’innovation, (Paris IV). Il collabore régulièrement aux travaux de la Society for the History of Technology (SHOT) ainsi qu’au réseau de recherche européen « Tensions of Europe » dont il est membre du comité scientifique. Ancien auditeur à l’Institut des stratégies industrielles, il est actuellement vice-président de l’Association pour l’histoire de l’informatique et des télécommunications et administrateur du Comité d’histoire de La Poste, il participe au comité de rédaction des revues Hermès (CNRS) et Flux (ENPC).
Son ouvrage, Les révolutions de la communication xixe-xxsiècles, a reçu le prix 1992 de l’Institut européen des affaires. Sa thèse de doctorat, Entreprise, technologie et souveraineté : les télécommunications transatlantiques de la France, a été primée par l’Institut d’histoire de l’industrie. Il a récemment publié avec Georges Pébereau : L’industrie, une passion française, Presses universitaires de France, 2005 ; Histoire d’un pionnier de l’informatique. 40 ans de recherche à l’Inria, 2007 et Du Cemagref à l’Irstea. Un engagement pour la recherche environnementale, 2011.

Pendant quinze ans, Patrice Flichy a dirigé le laboratoire de sociologie au Centre national d’études des télécommunications (CNET). Il est professeur de sociologie à l’université Paris-Est, chercheur au LATTS (laboratoire Technique, Territoires et Sociétés) et directeur de la revue Réseaux, communication, technologie et société.
Il a notamment publié L’imaginaire d’Internet, 2001, (version anglaise en 2007 chez MIT Press) ; Internet, un auxiliaire de la démocratie ?, 2010 et Le sacre de l’amateur. Sociologie des passions ordinaires à l’ère numérique, 2010.

Chargée de recherche à l’Institut des sciences de la communication du CNRS, Valérie Schafer a soutenu sa thèse d’histoire contemporaine sur les réseaux de données en France (1960-1980) à Paris-Sorbonne en 2007 sous la direction du professeur Pascal Griset, parue sous le titre La France en réseaux (tome I). La rencontre des télécommunications et de l’informatique (1960-1980), 2012. Elle est un des membres fondateurs du séminaire Hiti (Histoire de l’innovation et des technologies de l’information) et membre du centre de recherche en histoire de l’innovation (Irice-CRHI) de Paris-Sorbonne. Elle a publié, en 2012, Le Minitel, l’enfance numérique de la France avec Benjamin G. Thierry.

Actuellement président de l’AHTI (Association pour l’histoire des télécommunications et de l’informatique), Philippe Picard est X-Télécom et a travaillé vingt ans à la DGT. Il y a notamment piloté le lancement du réseau Transpac. Il a été ensuite dix-sept ans chez Bull en charge des diverses activités de télécommunications. De 1980 à 1982, il a été président de l’Amicale des ingénieurs des Télécommunications (l’AIT).

Directeur scientifique de l’Institut Mines-Télécom.

Ingénieur général des Télécommunications, membre du collège de l’Hadopi.

Ingénieur général des Mines, commissaire de l’ASN, en 2010 vice-président du CGEIET.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès ouvert
Mode lecture ePub PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Accès exclusif

Offert par