Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les ingénieurs des Télécommunications dans la France contemporaine

 | 
Pascal Griset

La mise en place d’un leadership

De Tic-Tac au Minitel : la télématique grand public, une réussite française

Benjamin G. Thierry

Texte intégral

Introduction

  • 1 Sur le Minitel, V. Schafer et B. G. Thierry, L’enfance numérique de la France, Nuvis, Paris, 2012, (...)

1Le 30 juin 2012 s’est éteint Transpac et avec lui a disparu le Minitel1. Après trente années de bons et loyaux services, alors même que la petite boîte beige entre dans l’histoire, il paraît nécessaire de revenir sur la bizarrerie française qu’a constituée la télématique grand public. Née dans le giron des télécommunications pour constituer une partie des nouveaux services à forte valeur ajoutée du réseau téléphonique après sa période de rattrapage, la télématique est à la fois une réussite technique, un formidable pari économique et une innovation radicale dans les pratiques de communication des Français. Symbole d’un modernisme hexagonal appuyé sur la technologie triomphante et les grands projets, elle est pourtant aujourd’hui considérée bien différemment : avec la diffusion du Web depuis le milieu des années 1990, elle est devenue synonyme de retard, de blocage et d’enfermement face à l’ouverture supposée d’Internet. Horresco referens, on en vient même à désigner les tentations centralisatrices du réseau des réseaux sous le terme de minitélisation.

2Ce virage s’exprime également dans l’historiographie et le paysage éditorial des sciences humaines qui ont abandonné l’étude de ce dispositif sociotechnique pour célébrer de manière parfois caricaturale et quelque peu amnésique la révolution numérique incarnée par Internet.

3Or, l’histoire de la télématique grand public est riche d’enseignements et aide à situer les innovations plus récentes dans une dynamique où les continuités sont au moins aussi importantes que les ruptures. C’est pour cela que nous reviendrons sur trois éléments fondamentaux : la longue gestation de la télématique dans le sillage du rattrapage téléphonique et de la convergence entre informatique et télécommunications, les éléments principaux du succès et de l’adoption rapide du Minitel dans les années 1980, pour terminer par examiner le rôle matriciel des pratiques collectives de la télématique dans l’éducation précoce au numérique des Français.

I. La longue gestation de la télématique grand public

A. La nécessité du rattrapage

  • 2 Science & Vie Micro n° 10, 1984, Bibliothèque nationale de France, 4-JO-43961.

4Comme le proclame avec humour la revue Science & Vie Micro en 1985, la télématique grand public est « une technologie mise au point par les PTT pour alourdir votre facture de téléphone2 ». Derrière la boutade se cache une réalité : la filiation du projet de télématique grand public avec le rattrapage téléphonique. En effet, après avoir consenti d’importants efforts financiers depuis la fin des années 1960, l’administration des Télécommunications cherche à rentabiliser son réseau au moyen des nouveaux services « à forte valeur ajoutée ».

  • 3 P. Griset, Les réseaux de l’innovation, Pierre Marzin, 1905-1994, Musée des télécoms, 2005, 47 p.
  • 4 Finextel (Société générale et Paribas) en février 1970, Codetel (BNP) en janvier 1971, Agritel (Cré (...)

5Dès la fin des années 1960, la pénurie téléphonique qui accable la France et prête à rire avec Fernand Raynaud ou à pleurer avec ceux qui attendent la ligne ou la tonalité devient un enjeu important des politiques publiques. Malgré l’idée reçue qui voudrait que le problème ne soit pris à bras-le-corps qu’avec le début du septennat de Valéry Giscard d’Estaing, les germes du rattrapage sont déjà présents avec son prédécesseur Georges Pompidou. En 1967, les crédits accordés aux télécommunications augmentent sous l’influence de Bernard Esambert et sous l’impulsion de Pierre Marzin3, nouveau directeur général des Télécommunications : on cherche à dégager les télécommunications des contraintes du budget annexe. Créée le 3 octobre 1967, la Caisse nationale des Télécommunications émet des emprunts, y compris sur les marchés étrangers. L’action de celle-ci est complétée, à partir de 1970, par la création de sociétés financières privées, qui financent les équipements sous la forme du crédit-bail. Quatre sociétés sont formées4 et apportent, en 1973, 2 160 millions de francs au budget des Télécommunications, qui doivent être comparés aux 5 560 millions de francs d’autorisations de programme. Le budget augmente en parallèle régulièrement : les propositions budgétaires de 1972, à hauteur de 6 080 millions de francs, sont en accroissement de 28 % par rapport à celles de 1971 et de 40 % par rapport à celles de 1969. L’effort se poursuit avec la possibilité de contracter des avances remboursables auprès des collectivités territoriales. Les effets se font sentir dès cette première moitié des années 1970 : entre 1970 et 1975, le nombre de lignes passe de 4 à 7 millions.

  • 5 M. Carpenter, « Les télécoms pour tous : la DGT architecte en innovation », Entreprises et Histoire(...)

6Comme l’a bien montré Marie Carpenter, aux côtés de la mobilisation financière, une réforme des structures est également engagée5. Dès 1968, sous l’impulsion d’Yves Guéna et de Pierre Marzin, une direction des Équipements et Marchés est créée. Dans le sillage du rapport Chanet de 1967, les délégations régionales sont réorganisées et 1971 voit la suppression du secrétariat général aux PTT après la séparation du budget des télécommunications et des postes l’année précédente.

  • 6 M. Atten, « De la téléinformatique domestique au Minitel (1960-1978) », Quatrième colloque sur l’hi (...)

7Enfin, avec Gérard Théry, arrivé à la tête de la DGT en 1974, une vision de long terme s’impose au travers des tableaux d’objectifs à atteindre, faisant du Delta LP le synonyme d’une véritable programmation du rattrapage téléphonique. C’est également lui qui impose l’ouverture à la concurrence du marché des fournisseurs d’équipements pour créer une émulation et une baisse des tarifs6. L’objectif est d’atteindre les 20 millions de lignes principales au début des années 1980.

8Ce volontarisme fait des Télécommunications le premier investisseur de France à partir de 1972 et l’acteur d’un spectaculaire rattrapage faisant sortir le pays du sous-développement téléphonique. Ce grand bond en avant réussi rencontre à la fin de la décennie 1970 les réalisations techniques pionnières des deux bras armés de la recherche que sont le CNET et le CCETT.

B. La convergence

9Pour saisir les perspectives qui s’offrent aux Télécommunications durant la décennie 1970 en matière de nouveaux services, il faut remonter aux années 1960. C’est durant cette décennie que se dessinent les contours de la convergence entre informatique et télécommunications, qui constitue le berceau technologique de la télématique grand public.

  • 7 Massachusetts Institute of Technology (MIT).
  • 8 A. Profit, A. Jousset, « Le projet Caducée », L’Écho des Recherches, n° 60, avril 1970, p. 10-18 ; (...)
  • 9 V. Schafer, La France en réseaux (années 1960-1980), tome I, Cigref et Nuvis, Paris, 2012, 380 p.
  • 10 G. Pichon, « Les débuts du réseau public français de commutation de données par paquets : Transpac  (...)

10En effet, dès la fin des années 1950, les liaisons spécialisées rendent le transfert de données possible entre ordinateurs. C’est avec le virage du temps partagé et du fonctionnement en temps réel dans le sillage des travaux américains7 que se pose avec acuité la question du partage des ressources et des données dans la décennie suivante. Dès 1963-1964, les entreprises françaises commencent à échanger des données sur le réseau télex ou téléphonique commuté. Les plus grandes structures ont recours aux coûteuses liaisons spécialisées qui assurent un débit important et une disponibilité totale. En dehors de quelques grands comptes, le début des années 1970 ne voit pas le volume des échanges de données augmenter de manière significative et les Télécommunications décident de favoriser la téléinformatique. Cette décision explique la mise en place, sous la direction d’Alain Profit au CNET, du projet Caducée8. Le réseau est opérationnel en 1972 et, même s’il utilise toujours des techniques analogiques, permet de satisfaire des clients qui n’ont pas l’usage d’une liaison spécialisée. Le second projet de réseau de données est Hermès, dont l’objectif est la création au début des années 1980 d’un réseau intégré de téléinformatique entièrement numérique. Au sein du projet, Rémi Després, alors jeune ingénieur du CNET, décide d’étudier la commutation par paquets9 en s’inspirant des pistes poursuivies par les Américains avec Arpanet et les Britanniques du British Post Office. Cette évolution rompt avec le dogme de la commutation de circuits encore en cours au sein des télécommunications et ouvre la voie d’une utilisation dynamique du réseau en accord avec son état d’utilisation. De cette perspective naît Transpac, réseau annoncé par Hubert Germain, ministre des PTT, et Louis-Joseph Libois en 1973 au congrès de l’Afcet. Ouvert en 1978, Transpac ne propose plus une tarification fondée sur la durée et l’éloignement, mais sur les volumes de données échangés et il remporte un réel succès auprès des entreprises désireuses de passer à une organisation informatique décentralisée et communicante10.

11Transpac, choisi pour supporter le trafic Minitel, représente le terme d’une évolution complexe et de longue durée de la conception des réseaux qui débouche sur une nouvelle offre à la fois technique et tarifaire.

C. L’invention des services

  • 11 En 1970, selon le témoignage de Marie Marchand, The Minitel saga, Larousse, Paris, 1988, 198 p.
  • 12 J.-L. Courson, Fonctionnement et mutations des appareils d’information et de communication. Contrib (...)

12En ce qui concerne les services, c’est au début de la décennie 197011 qu’ils s’installent au cœur des débats. Le CCETT, du fait de sa filiation avec TDF et donc, de sa proximité avec le monde de la télévision, réfléchit à la fois à la mise en place d’un système de diffusion de l’information visualisable sur la télévision – le futur vidéotex diffusé – et à une diffusion interactive – « le vidéotex interactif ». À l’ORTF, les recherches sur l’insertion de données dans l’intervalle de suppression de trame du signal de télévision sont à l’étude depuis 1962. Ces recherches débouchent en 1974 sur la mise en place d’Antiope, norme d’affichage qui permet de visualiser sur l’écran d’un récepteur de télévision ordinaire auquel on a ajouté un décodeur spécial des pages de texte de 24 lignes de 40 caractères (de 8 tailles différentes et en 7 couleurs) ou des graphiques rudimentaires12. Bernard Marti, responsable du projet, peut présenter le premier service d’informations diffusées le 15 mai 1977 avec Antiope-Bourse. Dès 1977, des expérimentations sont menées sur Antiope-Bourse, Antiope-Météo puis Antiope-Poste pour les agents des PTT qui montrent toute la validité des normes et des dispositifs employés.

  • 13 « Tic-Tac. Un terminal domestique. Pourquoi pas ? », L’Écho des recherches, n° 74, 1974, p. 40-41.
  • 14 J. Billard et A. Daladoire, « Le Minitel en Bretagne », Actes du septième colloque sur l’histoire d (...)

13Au CNET, des prototypes de systèmes interactifs sont testés au même moment. En 1970, le Groupement informatique et transmission de données met au point un système de calcul de bureau par téléphone (SCT). Il s’agit d’utiliser le téléphone pour faire réaliser à distance des opérations simples à un ordinateur qui renvoie les résultats par synthèse vocale puis en Ascii à 200 bauds dans le cadre d’un affichage de 22 rangées de 40 caractères13. Cette première tentative tourne court avec l’arrivée sur le marché des premières calculettes américaines et japonaises. Christian Carrouge et son équipe décident de s’atteler à un nouveau projet baptisé Tic-Tac, Terminal intégré comportant un téléviseur avec appel au clavier. Fondé sur les principes de SCT, il ne se limite plus à l’arithmétique et peut servir à l’interrogation d’une base de données. En 1974, le système est présenté au public au Sicob14.

D. De la concurrence à l’officialisation

  • 15 B. Marti, « L’évolution de la vidéographie », L’Écho des recherches, n° 117, 1984, p. 49-56.

14Durant les années 1970, les Français ne sont pas les seuls à se préoccuper de téléinformatique puis de télématique. Les Britanniques en particulier sont engagés dans un processus de mise en place d’un ensemble de services promus par la BBC et British Telecom15. Comme pour les ingénieurs de l’ORTF puis du CCETT, c’est l’intervalle de trame qui concentre leur attention.

  • 16 M. Ford, « L’expérience Prestel en Grande-Bretagne », Actes du colloque international informatique (...)

15En 1973, Sam Fedida présente Viewdata, un système de videotex conçu comme un moyen d’augmenter le nombre et le volume des connexions téléphoniques résidentielles puis de relancer l’achat de téléviseurs neufs, qui sont considérés comme les supports « naturels » pour l’affichage de ces bases de données dans le cadre d’une utilisation domestique16. Un essai est mené dès 1976 à Martlesham.

16La différence principale entre les systèmes français et anglais est bien résumée par Bernard Marti :

  • 17 B. Marti, op. cit., p. 49-56.

« Contrairement au système britannique dont les propriétés visuelles sont conditionnées par celles du canal de transmission en fonction de l’équation simple (certains diraient simpliste) : une ligne de télévision = une rangée de texte et une fréquence de transmission = un nombre de caractères par rangée, les Français conçoivent séparément un système de diffusion de données par paquets dont les principes généraux sont dérivés de ceux de Transpac et un système de vidéographie utilisable sur tout réseau17. »

17Le rapprochement franco-britannique tenté durant les années qui suivent s’avère assez rapidement impossible pour des raisons de protection des espaces nationaux grâce à la conservation de normes empêchant la compatibilité des systèmes entre eux.

18En septembre 1977, à la Funkaustellung de Berlin, les Français présentent Antiope. Les Britanniques y présentent également Prestel (qui est le nom commercial du système exploitant Viewdata) et font grosse impression sur la délégation hexagonale qui mesure à cette occasion son retard. Gérard Théry décide en conséquence de demander au gouvernement la possibilité de développer ces nouveaux services. Le 30 novembre 1978, le Conseil des ministres accepte de faire tester la télématique en « vraie grandeur » dans le cadre d’une expérimentation en banlieue parisienne qui associe un panel de 2 500 utilisateurs dotés d’un terminal vidéotex à 200 fournisseurs de contenus, proposant des services sous l’égide des Télécommunications. L’équipe projet, placée sous la direction de Philippe Leclercq, est chargée d’organiser l’expérimentation baptisée « Télétel 3V ».

  • 18 Archives CAC, 19810580, article 1, « Proposition d’introduction d’un annuaire électronique à l’aide (...)
  • 19 M. Ponjaert, P. Georgiades, A. Magnier, « Communiquer par Télétel. Les acquis de l’expérience de Té (...)

19En ce qui concerne l’Annuaire électronique18, le terminal est présenté au salon Télécom 79 à Genève. Il vise à remplacer la version papier de l’annuaire téléphonique et on prévoit de lancer une phase expérimentale auprès des utilisateurs de Saint-Malo et de la région rennaise en 198119.

20En France, l’accélération que représente 1978 et sa somme de décisions prises au plus haut niveau s’explique en partie par la volonté de ne pas laisser la Grande-Bretagne prendre le large en matière de télématique. Au conseil interministériel de novembre, le directeur général des Télécommunications présente les grands axes de sa stratégie en matière de nouveaux services d’information grand public et, le 6 décembre 1978, un conseil interministériel restreint adopte le plan « Nouveaux services liés au téléphone ». Deux décisions d’importance sont prises : expérimenter la télématique en « vraie grandeur » à Vélizy et mettre à disposition du public un terminal gratuitement.

  • 20 A. Walliser, « Le rapport “Nora-Minc”, histoire d’un best-seller », Vingtième Siècle, vol. 23, n° 2 (...)
  • 21 Cité in G. Schwartz, « Les Français sont bien placés dans la révolution des télécommunications », L (...)

211978 apparaît donc à plusieurs égards comme une année charnière. Elle est le moment des grandes décisions et la cristallisation d’une prise de conscience chez les décideurs que la télématique peut représenter un facteur bénéfique de croissance et constitue en même temps une occasion de modernisation à ne pas rater. Le rapport Nora-Minc20, publié en mai 1978, popularise le terme de télématique et révèle les attentes liées à l’informatisation de la société. Il n’est pas le seul : une profusion de discours technophiles l’accompagne en cette fin de décennie 1970. L’un des plus marquants reste celui de Gérard Théry à Dallas lorsqu’il annonce avec fracas la « fin de la civilisation du papier21 », faisant de la télématique un horizon indépassable pour le mouvement modernisateur que doit promouvoir la DGT grâce aux nouveaux terminaux en gestation.

22Du début des années 1960 à l’orée des années 1980, le projet de télématique grand public français s’incarne au sein d’une histoire de longue durée. Fortement conditionnée par les évolutions de la téléinformatique, la télématique recueille les fruits des recherches de haut niveau menées dans le giron du CNET et du CCETT, dont l’inauguration de Transpac en mars 1979 est l’aboutissement.

23Du point de vue organisationnel, la DGT voit son fonctionnement et son positionnement considérablement évoluer dans la perspective et sous l’effet du grand chantier du rattrapage téléphonique commencé sous l’ère pompidolienne et véritable prélude aux nouveaux services. Dynamisée ou violentée selon les points de vue à partir de 1974, elle est désignée comme le principal acteur responsable de l’informatisation de la société.

24Une informatisation de la société et autres mythes modernisateurs qui animent toute une génération d’ingénieurs du corps qui, après avoir contribué à relier les Français entre eux, vont les faire entrer dans la modernité informationnelle.

II. Une innovation « intermédiaire » mais « radicale »

  • 22 V. Schafer et B. Thierry, Le Minitel. L’enfance numérique de la France, Nuvis, Paris, 2012, 205 p.

25Dans sa préface à l’ouvrage Le Minitel. L’enfance numérique de la France22, Pascal Griset parle du Minitel comme d’une innovation intermédiaire. Rien de dévalorisant dans cette expression qui considère la télématique comme un dispositif majeur capable de faire naître de nouvelles pratiques alors que le système technique n’est pas encore arrivé à sa pleine maturité. Pour ce qui est des pratiques et de la confrontation avec ses utilisateurs, nous lui avons préféré le concept d’innovation radicale. Non sur le plan technique, mais bien sûr en ce qui concerne les usages. Quand, en 1978, la décision est prise d’expérimenter la télématique « en vraie grandeur », les impératifs techniques de mise en place des bases de données, des points d’accès et de structuration de l’offre d’information en collaboration avec les partenaires de la DGT (banques, journaux, VPC…) se conjuguent avec la nécessité d’expérimentation sociale.

A. Expérimenter

  • 23 Dans le cadre du développement de la micro-informatique dite « familiale » qui connaît son heure de (...)

26La décision d’expérimenter la télématique repose sur une constatation simple : jamais les Français n’ont eu accès avant la télématique grand public à un dispositif interactif. Bien entendu, quelques professionnels ont accès à l’ordinateur et quelques familles ont également commencé à s’équiper en micro-ordinateurs23, mais pour la majorité des abonnés au téléphone, qui sont le cœur de la cible visée par les télécommunications, un dispositif écran-clavier capable de se connecter à une base de données est une nouveauté radicale.

27Cette dimension impose à l’administration un haut degré d’incertitude quant à l’acceptabilité de l’ensemble du dispositif. C’est l’expérimentation sociale qui doit conjurer cette incertitude.

28Sous l’égide de Jean-Paul Maury, chef du projet Annuaire Électronique et en collaboration avec le CNET et le CCETT, plusieurs angles d’attaque sont privilégiés pour s’assurer de la simplicité des manipulations avec l’objet (form factor, clavier, mise sous tension, etc.), de la pertinence des dialogues et de la lisibilité.

29Rappelons les grandes étapes de l’émergence de cet humanisme technologique qui associe pour la première fois dans un projet de cette ampleur l’utilisateur final au processus de conception, en tant qu’acteur et non plus seulement comme client.

  • 24 Cahier des charges de l’annuaire électronique, 1979, Archives CCETT Rennes, boîte n° 356/5 Document (...)
  • 25 « Il s’agit du problème général de présentation d’une quantité quelconque d’informations alphanumér (...)
  • 26 Note CCETT intitulée « Les échanges usagers-services. Les dialogues et les transmissions », 1979, A (...)

30Dès 1979, les premières maquettes de terminaux commencent à apparaître sur la base du cahier des charges rédigé par Jean-Paul Maury et son équipe24. Au CCETT et au sein de plusieurs prestataires de services, le travail sur les « pages écran » a déjà commencé. L’enjeu principal est de réussir la transition entre la logique de l’annuaire papier et celle d’un annuaire dit « électronique », c’est-à-dire présenté sur un écran de 9 pouces à 80 colonnes25. Le dialogue est un chantier d’importance, il s’agit d’arbitrer entre deux logiques générales de présentation de l’information, quasiment deux « philosophies ». La première consiste à privilégier les utilisateurs débutants et, dans l’esprit des chercheurs du CCETT et du CNET, qui sont familiarisés avec les travaux des ergonomes, cela signifie mettre en place un dialogue guidé au sein duquel l’utilisateur est accompagné par le système à chacune des étapes de renseignements des champs de l’annuaire. L’autre option est de privilégier la vitesse du dialogue à destination des utilisateurs plus à l’aise26.

31C’est le modus vivendi qui l’emporte. Il s’agit de permettre au Béotien d’utiliser le système sans être perdu, sans pour autant handicaper l’utilisateur plus avancé. Ces premières solutions sont testées au début de l’année 1980. Les anticipations laissent alors la place à l’épreuve du réel.

  • 27 J. Billard, A. Daloire, « Le Minitel en Bretagne », Actes du septième colloque sur l’histoire de l’ (...)
  • 28 « TMO Ouest, annuaire électronique. Image Langage Dialogue. Lieux publics de Saint-Malo », Laborato (...)

32Du fait de sa proximité avec le CCETT, la commune de Saint-Malo est choisie au début de l’année 1980 pour être le lieu de la première série de tests menée par l’équipe annuaire électronique auprès du grand public du 15 juillet au 15 septembre 1980. C’est le groupe Havas qui établit le panel d’utilisateurs (30 particuliers et 20 professionnels) en collaboration avec le CCETT et l’Office d’annonces, responsable de la mise en page de l’annuaire papier27. Après le lancement de Saint-Malo, c’est l’agence TMO Ouest de Jean de Legge qui met en place l’enquête « Lieux publics » qui permet d’observer 157 utilisateurs aux prises avec l’annuaire électronique durant l’été 198028.

  • 29 J.-P. Maury, D. Leclerq, « L’expérience annuaire électronique en Ille-et-Vilaine », Actes des quatr (...)

33Au début de l’année 1981 commence l’enquête « 1 000 abonnés » dans la région de Rennes, (à Montfort, Betton et Retiers). La zone de test est étendue ensuite à Vitré et Rennes. Cela porte le nombre des « cobayes » à 1 500 au début de l’année 198229, l’apogée des expérimentations de l’annuaire électronique.

  • 30 Vidéotex. Bimensuel d’actualité des systèmes vidéographiques, n° 9, 24 avril 1981, Arch. nat. 1984 (...)

34À la fin des expérimentations bretonnes, les impressions recueillies auprès des utilisateurs sont mitigées. Une solution a été retenue sous le nom de « Dialogue Saint-Malo », avec un écran d’accueil qui permet la recherche par nom pour les particuliers et qui passe en recherche de professionnels s’il y a pression sur la touche Envoi sans champ renseigné, mais la lenteur du dispositif concentre les critiques30. D’un point de vue ergonomique, c’est un succès : il est plus facile d’accélérer la vitesse d’exécution du système que de revoir de fond en comble un dialogue mal conçu.

  • 31 Ibid.

35Du côté des services, c’est l’expérimentation de Vélizy, nommée « Télétel 3V » qui doit s’assurer de la pertinence des services. Elle démarre officiellement le 9 juillet 1981 et est inaugurée en grande pompe par Gérard Théry et Louis Mexandeau. Quatre cents prestataires de services y participent en tant que fournisseurs de services (SNCF, La Redoute, Camif, etc.31).

  • 32 P. Leclercq, brouillon dactylographié de l’intervention du 11 mai 1983 intitulée Le Vidéotex frança (...)

362 500 foyers ont été sélectionnés par la DGT sur les 38 672 abonnés au téléphone de la région. Le panel a été soigneusement défini et s’offre à quelques critiques pour sa représentativité plutôt faible de la société française tant il est vrai que les cadres et les professions intermédiaires, jugées plus réceptives aux nouvelles technologies, sont surreprésentées. Fin août 1981, 1 859 terminaux sont déjà connectés, dont 1 494 chez les particuliers. Les 1 500 personnes qui sont équipées, après la réception et l’installation, ont reçu un questionnaire assez long pour recueillir leurs premières impressions. À l’installation, chaque utilisateur a droit à une quarantaine de minutes de démonstration32.

  • 33 P. Leclercq, “L’expérimentation de Télétel auprès du grand public. Pourquoi et comment ?”, Actes de (...)

37Les données recueillies par la DGT sont plutôt bonnes jusqu’au terme de Télétel 3V en décembre 1982 : l’utilisateur se connecte en moyenne 5 à 6 fois par semaine, les services dits « pratiques » comme ceux de la SNCF ou la messagerie (M3V) sont plébiscités33.

  • 34 Compte rendu de la réunion du 7 février de la DACT concernant le clavier de Télétel, 1980, Archives (...)
  • 35 Compte rendu de la réunion Annuaire électronique du 16 juillet 1980 à l’Office d’annonces, 1980, Ar (...)

38Durant cette longue phase d’expérimentation qui court de 1979 au début de l’année 1983, le régime d’interaction du Minitel se stabilise. L’Annuaire électronique qui est considéré comme la matrice des interactions entre l’usager et le service se voit doter d’un dialogue jugé simple et accessible par les utilisateurs. Des ajustements sont apportés également au terminal. On revient sur l’idée de fournir un clavier alphabétique34 handicapant pour les utilisateurs habitués à l’Azerty et sans réelle plus-value pour les néophytes. Du point de vue de l’utilisabilité, Vélizy a montré l’importance d’une homogénéisation de la présentation des pages-écrans et l’Office d’annonces commence à publier des recommandations destinées aux partenaires désireux de devenir fournisseurs de services35.

  • 36 C. Weckerle, « Faut-il reprendre de la notion magique ? », Interactivité(s). Bulletin n° 20 de l’Id (...)

39Le plus notable de la démarche des télécommunications de 1979 à 1983 réside dans l’utilisateur mis au centre de nombre de préoccupations d’interface, de form factor ou de structure de dialogues. Bien entendu, il n’était pas question de remettre en cause l’ensemble des réalisations en cas de réaction négative du public et certains spécialistes des sciences humaines qui se sont penchés sur « l’expérimentation sociale » ont dénoncé cet aspect36. Néanmoins, aux côtés des contraintes techniques, une norme d’appréciation indexée sur le facteur humain apparaît, véritable humanisme technologique qui est un des facteurs à prendre en compte pour mesurer et expliquer la réussite de la télématique grand public.

B. La logique du nombre

  • 37 « Télétel bilan 87. Le Minitel, un produit à part entière, 1988 », Archives historiques de France T (...)
  • 38 O. Challe, « Le Minitel. La télématique à la française », The French Review, vol. LXII, n° 5, 1989, (...)
  • 39 E. Jouve & A. Gonzalez, « Minitel. Histoire du réseau télématique français », Flux, n° 47, 2002, p. (...)

40Une fois mis au point, le déploiement de l’Annuaire électronique a été progressif, depuis le raccordement des premiers abonnés d’Ille-et-Vilaine en 1982 jusqu’à l’ouverture nationale en 1985. Les enjeux techniques sont ceux de la plus grande base de données du monde qui concentre les coordonnées de 23 millions de particuliers, demande 40 000 mouvements pour sa mise à jour quotidienne et pèse près de 20 gigaoctets pour 10 millions d’heures de consultations et 294 millions d’appels en 198737. Le nombre des terminaux augmente également rapidement : 120 000 en 1983, il passe la barre du premier million en 1985, des trois millions en 198738 pour atteindre son apogée en 1993 avec 6,5 millions de terminaux en circulation. Du côté des services proposés, la tendance est la même : 145 services sont actifs en janvier 1984, plus de 2000 au début de l’année 1986, 5 000 en 1987 et 23 000 au milieu des années 199039. La décrue commence dans la seconde moitié des années 1990 : on passe de 5,5 millions de terminaux en 1999 à 3,6 millions en 2005 pour atteindre 810 000 terminaux en circulation en cette année 2012, celle de la fermeture de Transpac.

41Ce succès hexagonal s’explique par plusieurs originalités du système français particulièrement sensibles lorsqu’on le compare aux solutions adoptées par nos voisins européens.

  • 40 Bien que tous les terminaux n’aient pas été distribués gratuitement : W. Cats-Baril & T. Jelassi, “ (...)
  • 41 Ibid.
  • 42 R. Kramer, « Inadéquation du modèle Minitel au Vidéotex américain : aspects économiques de la fourn (...)
  • 43 W. Cats-Baril & T. Jelassi, “The french Videotex system Minitel. A successful implementation of a n (...)

42Premier élément, la distribution gratuite du terminal. Son coût se situe à peu près à 1 000 francs pour l’administration40. Le revenu moyen par Minitel et par an est de 432 francs à la toute fin des années 198041. Le pari est donc risqué et pas uniquement en ce qui concerne la fourniture du terminal : l’investissement total entre 1984 et 1995 représente 17 milliards de francs. 54 % de cette somme sont utilisés pour la mise au point du système, 18 % dédiés au réseau Transpac et 15 % aux lignes supplémentaires. Le coût annuel moyen des investissements est de 1,5 milliard de francs. Quant au coût annuel par abonné, il est de 750 francs alors que les revenus générés sont de 550 francs au milieu des années 1980. Cela remet en cause la possibilité de l’amortissement du terminal en cinq ans comme initialement prévu. Il s’agit alors d’augmenter la rentabilité de l’écosystème dans son ensemble grâce à l’augmentation de la consultation des services42. En 1989, selon Cats-Baril, qui reprend les chiffres de France Télécom, le projet a coûté 8,6 milliards de francs et en a rapporté un peu moins de six : The official version is that Télétel revenues and expenses were in balance at the end of 1989 and the system was expected to start showing a significant return on investment in 199243.

43Cette stratégie permet néanmoins d’équiper une population d’utilisateurs nombreuse alors que le coût des terminaux à l’achat avait considérablement handicapé le développement de Prestel et de Bildschirmtex.

  • 44 « L’expérience française du Minitel ». Rapport DSTI/ICCP/IE(97)10/FINAL, consulté le 01/03/2011, ht (...)
  • 45 France Télécom, document de référence 2004.

44L’augmentation des revenus suit la même chronologie avec son acmé dans la seconde moitié de la décennie 1990 avant de refluer à mesure que le trafic diminue. La décrue du chiffre d’affaires ne s’annonce qu’au mitan des années 1990 : entre 1995 et 1996, il diminue de 4,5 % en passant de 6,6 à 6,3 milliards de francs44, puis accélère sa baisse au début des années 2000 avec une réduction du trafic de 26 % en 2004, de 23 % en 2003 et de 21 % en 200245.

  • 46 Cette part évolue dans le temps : quand la fréquentation commencera à baisser, France Télécom modif (...)

45Pour installer le cercle vertueux de l’augmentation du nombre de services, la DGT compte sur un système de tarification qui allie simplicité et attractivité pour les fournisseurs de services : le système Kiosque. Simplicité, parce que le système Kiosque décharge les fournisseurs de services d’une comptabilité fastidieuse et intègre le surcoût de la consultation des services directement dans la facture de téléphone de l’abonné. Mis au point en 1983, introduit en 1984 et étendu à l’ensemble du territoire en 1985, le Kiosque est une des raisons essentielles du succès du Minitel. Attractivité ensuite, parce que la rémunération des fournisseurs de services sur une base de 55 % reversés au service assure une rentabilité certaine46. Avec le 3615, réservé aux services grand public et fonctionnant sur la base d’une taxe de 60 francs de l’heure, le nombre des services explose.

  • 47 E. Jouve & A. Gonzalez « Minitel. Histoire du réseau télématique français », Flux, n° 47, 2002, p.  (...)

« Un deuxième facteur joue donc un rôle important : c’est l’ouverture du 3615. À partir de ce moment se multiplie à grande vitesse le nombre de services (messagerie, jeux, services professionnels…) : 145 services en janvier 1984, 2 074 en janvier 1986, près de 5 000 en 1987, 23 000 vers le milieu des années 1990 ! C’est l’explosion du marché47 ».

  • 48 Association française de télématique.

46Ces éléments, aujourd’hui peut-être la partie la mieux connue de l’histoire de la télématique française, dévoilent plusieurs lignes de force de la réussite du Minitel. D’abord, la capacité de la DGT à concevoir et réaliser un grand projet avec un retour sur investissement de long terme. Une logique de rentabilité immédiate n’a pas permis, hors de l’hexagone, de voir se développer des réalisations analogues. Ensuite, une volonté claire de favoriser la création d’une véritable industrie des contenus et des services qui a représenté au total près de 15 000 emplois. La redistribution des coûts consentis par l’usager grâce au système Kiosque est ici déterminante. C’est elle qui permet la multiplication des serveurs et des fournisseurs de services réunis dans l’Aftel48.

III. « L’enfance numérique de la France »

47La réussite économique du « modèle Minitel » ne doit pas occulter l’importance sociétale de cette innovation, dont la spécificité principale en ces temps de célébration tous azimuts d’Internet est d’avoir préfiguré un grand nombre de nos pratiques online actuelles.

A. Un objet controversé et des pratiques dénoncées

48En dépit de la réussite rapide qu’a connue la télématique grand public dès le début des années 1980, la success story n’a pas été un long fleuve tranquille et les oppositions au technocratisme des Télécommunications ont représenté pour la presse un thème mobilisateur. Une partie de la profession voit, en effet, la télématique et ses nouveaux services comme une menace sur ses revenus. Que se passera-t-il si les petites annonces migrent sur ce nouveau support ? Qu’adviendra-t-il de la presse si les informations sont consultables sur le terminal ? Faut-il croire la prophétie de Gérard Théry et considérer la fin de la civilisation du papier comme un élément de la politique des Télécommunications ? Autant de question que vont relayer certains titres derrière le très hostile patron d’Ouest-France, Régis Hutin. Dès le 20 mars 1980, avec son article « Vers une informatique encadrée », le ton est donné : la télématique est une menace pour la démocratie dont la presse est un des garants.

  • 49 Sur le conflit entre Gérard Théry et Jacques Dondoux, voir notamment M. Carpenter, La bataille des (...)

49De plus, au sein même des Télécoms, les conflits de personnes servent la contestation : Jacques Dondoux, qui aurait pu espérer le poste occupé par Gérard Théry et qui est nommé en 1975 à l’inspection générale des Postes et Télécommunications49, ne se prive pas de critiquer le grand chantier de son adversaire. Le 17 février 1981, sous la signature de Jean-Michel Quatrepoint, Le Monde publie des extraits d’un rapport interne et confidentiel demandé par Norbert Ségard, alors ministre des PTT, à Jacques Dondoux et à François du Castel, tous deux inspecteurs généraux. Pour répondre aux problèmes posés par la présentation de l’annuaire téléphonique sur papier, les auteurs de cette étude suggèrent de mettre en place d’autres solutions que l’annuaire électronique. Ils proposent d’une part l’utilisation du vidéodisque, comme le promeut aussi Bruno Lussato, et la mise en place de « garde-fous » pour éviter « une déstabilisation trop brutale de l’espace sociopolitique français » par le projet Annuaire électronique.

  • 50 Vidéotex. Bimensuel d’actualité des systèmes vidéographiques n° 6, 10 février 1981, Arch. nat. 1984 (...)

50Des résultats confidentiels issus des expérimentations « fuitent » fort à propos durant une bonne partie de l’année 1981 : un rapport confidentiel de la DGT est transmis à Ouest-France qui révèle que durant l’expérience de Saint-Malo, il fallait aux utilisateurs trois fois plus de temps pour trouver un numéro de téléphone dans l’annuaire électronique que dans l’annuaire papier50.

  • 51 Enquête de l’agence Roux, Seguela, Cayzac Ouest sur l’Annuaire électronique, 1980, Archives CCETT R (...)
  • 52 M. Lacabanne, Enquête de l’Idate sur l’évolution des attitudes face à l’Annuaire électronique, 1981 (...)
  • 53 Notes manuscrites intitulées Annuaire électronique. Argumentaire à l’usage du personnel des Télécom(...)

51Pour faire face, la DGT mène dès la fin de l’année 198051 et en 198152 une réévaluation de sa stratégie de communication. Des cabinets de conseil étudient les positions de la presse et des utilisateurs et proposent un ensemble de lignes de réponse à ses cadres53.

  • 54 Libération du 25 mai 1980.

52Malgré l’agressivité du ton, les négociations n’ont jamais cessé : en avril 1980, le premier ministre Raymond Barre met en place un groupe de travail sur la télématique qui associe des représentants de la presse et reçoit peu après à déjeuner Claude Puhl (USPQR) et Maurice Bujon (Fédération nationale de la presse française), avant de déclarer le 25 mai : « L’introduction de la télématique ne se fera pas contre la presse54 ».

53À la fin octobre 1980, l’USPQR décide de la création d’un groupement d’intérêt économique dirigé par Pierre Jaume pour étudier les modalités de la participation de certains titres à Télétel 3V. Les Nouvelles messageries de la presse parisienne (NMPP) ont déjà réservé 2 000 pages pour héberger différents journaux pendant l’expérience de Vélizy. Si certains continuent de contester, la profession a une position globale plus nuancée et ne compte pas laisser passer la télématique sans y participer. En novembre 1980, la quatrième réunion du groupe de travail Presse-Télématique connaît néanmoins des débats encore plus vifs que les précédents et un regain de suspicion vis-à-vis de l’administration : on exige des preuves, des chiffres et des résultats (sur Saint-Malo, à propos des comptes de l’annuaire). À la fin du mois, le président Valéry Giscard d’Estaing rencontre le vice-président de la FNPF et se fait rassurant en soulignant que la télématique ne se fera pas sans la presse.

54En mars 1981, la FNPF met en place une commission permanente de la télématique. On demande notamment la mise en place d’une franchise particulière pour la presse dans les services de presse. Le 8 avril 1981, Valéry Giscard d’Estaing déclare dans le Journal de la Presse que la télématique ne doit pas « saper les bases économiques du pluralisme de la presse écrite qui constituent les garanties d’une démocratie vivante ». Les tensions retombent, la presse s’est fait reconnaître comme un acteur incontournable de la télématique comme le prouveront les dispositions qui imposeront de disposer d’un numéro de commission paritaire pour ouvrir un service sur le 3615.

55Ces débats initiaux sont emblématiques des angoisses et des incompréhensions que suscite la télématique grand public. Non seulement, elle bouscule des positions établies qu’il s’agit d’adapter et de renégocier, mais elle pose également la question du positionnement de la DGT face aux contenus et aux usages une fois que ceux-ci se seront développés. Dans ce cadre, ce sont bien entendu les messageries roses qui seront l’objet de toutes les attentions, particulièrement de 1983 à 1987, puis en 1991.

  • 55 En 1987, elles représentent 2 millions d’heures de consultation par mois, soit près de la moitié du (...)

56La part importante qu’elles représentent55 et la liberté de ton qu’elles permettent vont susciter des critiques à l’égard d’un État proxénète qui, au travers des Télécoms, compte bien rester cantonné à son rôle d’opérateur de réseau sans se préoccuper de ce qui passe par ses tuyaux tant que cela reste légal, comme l’affirme Jean-Paul Maury en 1990 :

  • 56 Le Monde du 17 février 1990, entretien de Jean-Paul Maury avec Michel Colonna d’Istria.

« [Michel Colonna d’Istria :] Que répondez-vous à ceux qui vous parlent d’« État proxénète » à propos notamment des messageries roses ?
[Jean-Paul Maury :] Qui songe à accuser le péagiste d’une autoroute quand un conducteur qui roule trop vite a un accident ? Nous ne sommes pas la police, nous transportons des informations sur les autoroutes électroniques… Les conventions que nous passons avec les services ont déjà beaucoup amélioré le système56 ».

57Car la DGT ne reste pas les bras croisés pour débusquer les « débordements » : à l’été 1992, le Comité consultatif des kiosques télématiques, dont les membres sont nommés par le ministre des PTT pour être une instance de règlement des précontentieux chargée de donner son avis en cas de litige, résilie le contrat de 13 messageries. En trois ans, ce comité a examiné 70 dossiers et fait disparaître une quinzaine de messageries roses avant d’être remplacé par le Comité de télématique anonyme, composé de quelques personnes qui doivent veiller au respect par les fournisseurs de services et de messageries des engagements souscrits auprès du Conseil supérieur de la télématique. L’État choisit surtout la voie de la taxation en instituant en 1991 un prélèvement de 50 % sur le chiffre d’affaires des services « à caractère pornographique » (contre 30 % en 1989), tandis que le classement des services devient l’affaire du ministre du budget par décret en juillet 1991.

B. Le berceau des usages online

  • 57 J. Jouët, « Des usages de la télématique aux Internet Studies », J. Denouël & F. Grandjon, Communiq (...)
  • 58 N. Arnal, J. Jouët, « Télétel : images des utilisateurs résidentiels », Réseaux, 1989, vol. 7, n° 3 (...)
  • 59 « Rapport sur le Service de Communication par Minitel, 1985 », Archives Historiques de France Téléc (...)
  • 60 C. Baltz, « Gretel et son public. Rapport du groupe information et société de l’université Paris VI (...)

58Les critiques que la télématique a dû affronter n’ont pas empêché une part importante des Français de s’y plonger, parfois avec délectation. Comme l’a souligné Josiane Jouët57, on ne peut parler d’un média de masse puisque jamais plus d’un cinquième des foyers ne furent équipés. Au sein de ces foyers, dresser le portrait-robot de l’utilisateur est compliqué. Sans verser dans la caricature, il faut diviser la population des usagers en deux groupes. Le plus vaste est celui des utilisateurs occasionnels qui consultent leur Minitel d’une à quatre fois par mois58. L’Annuaire électronique concentre leurs connexions à hauteur de 85 %, suivi de près par les services bancaires et de VPC (18 % et 16 %). L’autre groupe, beaucoup plus réduit, probablement moins de 10 % de la population des minitélistes, est celui des gros consommateurs de temps de connexion. Durant les années 1980 et le début des années 1990, c’est dans ce groupe que l’on retrouve les adeptes de la messagerie, rose ou non. Minoritaires, les « fanas », comme on les appelle alors, ont pu générer jusqu’à 50 % du trafic sur le Kiosque, notamment grâce à la présence des messageries dites « conviviales » ou « roses59 ». Les deux plus importantes du secteur sont Aline et Cum. Les vingt premières représentent 85 % des connexions. Dès Gretel60, une des premières messageries, certains collectionnent les factures impressionnantes par leur montant : elles dépassent parfois les dix mille francs mensuels. Une véritable éducation au pseudonymat, à la communication médiée par terminal, aux abréviations largement tirées des petites annonces s’établit au sein d’un groupe d’utilisateurs pionniers qui seront parmi les premiers à investir les chats et forums du Web.

  • 61 Télématique magazine n° 32, mai 1989.

59Mais la communication n’est pas le seul usage à faire son apparition. La VPC est également de la partie et connaît un beau succès dès le début de l’ère télématique. Dès 1983, les Trois Suisses lancent TSUISSES qui représente jusqu’à 10 % du total des ventes en 198861. On y passe commande avec le catalogue sous les yeux, les capacités d’affichage du terminal ne pouvant donner lieu à la transposition des images du papier glacé vers l’écran. Une fois son choix réalisé, il suffit de rentrer les codes des produits dans un formulaire pour être ensuite livré. Les délais de traitement sont ainsi considérablement raccourcis. En 1994, 1,2 million de foyers passent une commande sur un site de VPC par le truchement de leur Minitel. Faut-il rappeler qu’à la même date, aux États-Unis, seuls 800 000 foyers font de même sur Internet ? Le commerce électronique entre progressivement dans les mœurs.

  • 62 J. Darthou, « Services commerciaux expérimentaux SNCF offerts par télématique au grand public. Réal (...)

60Autre exemple significatif, l’aide à la mobilité que les services de la SNCF favorisent en permettant, dès Vélizy62, de consulter les horaires de train, puis de réserver un billet que l’on peut aller retirer au guichet.

  • 63 LED Micro n° 18, 1985, Bibliothèque nationale de France 4-JO-43294.

61Enfin, si le Minitel aide à être mobile, les services en ligne participent aussi d’une quête de l’immobilité qui est considérée comme un synonyme de confort en permettant de réaliser des tâches sans sortir de chez soi, à l’image de la gestion bancaire permise dès 1985 par la Banque de la Cité, bientôt imitée par nombre de concurrents63.

62S’il ne s’agit nullement d’affirmer que la télématique a tout inventé, il faut prendre la mesure des continuités qui s’offre à nous entre télématique grand public et Web. Et force est de constater, qu’affichage mis à part, un grand nombre de routines d’utilisation sont en place dès la fin des années 1980. Plus encore, il est frappant de constater qu’aux yeux de certains utilisateurs, le Minitel a gardé très longtemps l’avantage en matière de rapidité et de simplicité, comme l’a montré la résistance de l’Annuaire électronique encore consulté en 2012, quelques jours avant sa disparition.

Conclusion : avoir raison trop tôt signifie-t-il avoir tort ?

63C’est une gageure que de croire qu’il est possible en quelques lignes de résumer ne serait-ce que l’essentiel de l’expérience télématique française. Née dans le temps long de la convergence, elle symbolise à la fois le savoir-faire des télécommunications et la volonté d’informatisation de la société menée dans le cadre d’un grand projet dans le prolongement du rattrapage téléphonique. Du point de vue des usages, la télématique grand public est une indéniable réussite en devenant la première base de données de grande diffusion à être adoptée par l’homme de la rue. Elle montre également comment les Télécommunications ont su créer un écosystème favorable à l’éclosion non seulement d’un marché, mais aussi d’une filière autour des activités de serveurs et de production de contenus en restant attachées à leur fonction d’opérateur de réseaux. Enfin, cette télématique grand public, qui passe aujourd’hui pour être un peu ringarde, doit être considérée au prisme de son rôle matriciel dans la mise en place des pratiques et représentations d’une partie non négligeable des Français qui ont grâce à elle fait leurs premiers pas dans les espaces de la communication numérique.

64En place à un moment où Internet est encore réservé à quelques utilisateurs pionniers, la télématique aurait donc été rentable et facile d’accès, mais responsable du retard français dans la conversion des utilisateurs vers le Web. Avec son terminal figé et son modèle tarifaire avantageux, il est certain que la télématique n’a pas poussé les fournisseurs de contenus à faire le grand saut vers le réseau des réseaux ni à envisager la possibilité d’une quelconque mutation en douceur. Quant aux utilisateurs, ils ont été nombreux à ne céder que très progressivement aux sirènes du world wide web pour lequel il fallait acheter des matériels non seulement plus coûteux mais plus difficiles d’accès. Néanmoins, le virage a été pris : selon Médiamétrie, la France comptait 38,23 millions d’internautes en février 201164 avec un taux de pénétration de 68,9 %.

65Enfin, il est frappant de constater que le Minitel revient régulièrement au cœur du débat sur l’avenir de la gouvernance des réseaux. En effet, certains spécialistes rapprochent aujourd’hui la création d’offres de services fermées – fondées sur des systèmes d’interaction simples avec l’usager et de tarification transparente – du fonctionnement du vénérable ancêtre, l’AppStore d’Apple étant un exemple souvent cité de cette « verticalisation » des offres. Néanmoins, si des différences importantes existent entre les deux systèmes, l’historien ne peut s’empêcher d’envisager la possibilité d’un retournement de tendance qui n’est pas inhabituel en matière de médias et qui conduirait à fermer la parenthèse d’un Web libre pour entrer à nouveau dans un contexte de forte centralisation. Cette option est bien entendu dénoncée comme une atteinte importante à la liberté des internautes : une véritable « minitélisation » d’Internet. Les décennies qui viennent nous diront si le cyberespace restera gouverné par une idéologie issue d’un étroit clergé technicien attaché à la notion d’ouverture ou s’il s’achemine d’ores et déjà vers un consumérisme assumé, influencé par les désirs de simplicité et de sécurité du grand public.

Notes

1 Sur le Minitel, V. Schafer et B. G. Thierry, L’enfance numérique de la France, Nuvis, Paris, 2012, 245 p.

2 Science & Vie Micro n° 10, 1984, Bibliothèque nationale de France, 4-JO-43961.

3 P. Griset, Les réseaux de l’innovation, Pierre Marzin, 1905-1994, Musée des télécoms, 2005, 47 p.

4 Finextel (Société générale et Paribas) en février 1970, Codetel (BNP) en janvier 1971, Agritel (Crédit Agricole) et Créditel (Crédit lyonnais, Banque Vernes et commerciale de Paris) en juin et octobre 1972.

5 M. Carpenter, « Les télécoms pour tous : la DGT architecte en innovation », Entreprises et Histoire, n° 61, 2010, p. 119-163.

6 M. Atten, « De la téléinformatique domestique au Minitel (1960-1978) », Quatrième colloque sur l’histoire de l’informatique, Rennes, 14-16 novembre 1995, p. 314-330.

7 Massachusetts Institute of Technology (MIT).

8 A. Profit, A. Jousset, « Le projet Caducée », L’Écho des Recherches, n° 60, avril 1970, p. 10-18 ; « Caducée », Revue française des Télécommunications, n° 1, octobre 1971, p. 57-61.

9 V. Schafer, La France en réseaux (années 1960-1980), tome I, Cigref et Nuvis, Paris, 2012, 380 p.

10 G. Pichon, « Les débuts du réseau public français de commutation de données par paquets : Transpac », Actes du septième colloque sur l’histoire de l’informatique et des transmissions, 16-18 novembre 2004, Éditions IRISA/INRIA-Rennes, 2004, p. 45-70. V. Schafer, « Évolution du nombre d’accès directs commerciaux à Transpac (1979-1985) », Flux 4/2005 (n° 62), p. 75-80.

11 En 1970, selon le témoignage de Marie Marchand, The Minitel saga, Larousse, Paris, 1988, 198 p.

12 J.-L. Courson, Fonctionnement et mutations des appareils d’information et de communication. Contribution à l’étude des industries de la pensée, université Paris Diderot Paris VII, thèse de doctorat sous la direction de Pierre Fougeyrollas, 1978, 259 p.

13 « Tic-Tac. Un terminal domestique. Pourquoi pas ? », L’Écho des recherches, n° 74, 1974, p. 40-41.

14 J. Billard et A. Daladoire, « Le Minitel en Bretagne », Actes du septième colloque sur l’histoire de l’informatique et des transmissions, 2004, p. 81-86.

15 B. Marti, « L’évolution de la vidéographie », L’Écho des recherches, n° 117, 1984, p. 49-56.

16 M. Ford, « L’expérience Prestel en Grande-Bretagne », Actes du colloque international informatique et société. Informatique, télématique et vie quotidienne, tome III, 1980, p. 111-116.

17 B. Marti, op. cit., p. 49-56.

18 Archives CAC, 19810580, article 1, « Proposition d’introduction d’un annuaire électronique à l’aide d’un système de télétexte », direction des Affaires industrielles et internationales à M. le directeur général des Télécommunications, Issy-les-Moulineaux, 27 janvier 1978.

19 M. Ponjaert, P. Georgiades, A. Magnier, « Communiquer par Télétel. Les acquis de l’expérience de Télétel 3V et de l’annuaire électronique en Ille-et-Vilaine », 1983, Archives historiques de France Télécom, boîte 99026/03.

20 A. Walliser, « Le rapport “Nora-Minc”, histoire d’un best-seller », Vingtième Siècle, vol. 23, n° 23, 1989, p. 35-48 ; S. Nora, A. Minc, L’informatisation de la société : rapport à M. le président de la République, Paris, La Documentation française, 1978, 163 p.

21 Cité in G. Schwartz, « Les Français sont bien placés dans la révolution des télécommunications », Le Matin, 28 février 1979.

22 V. Schafer et B. Thierry, Le Minitel. L’enfance numérique de la France, Nuvis, Paris, 2012, 205 p.

23 Dans le cadre du développement de la micro-informatique dite « familiale » qui connaît son heure de gloire à partir du début des années 1980 : B. Thierry, « “Révolution 0.1”. Utilisateurs et communautés d’utilisateurs au premier âge de l’informatique personnelle et des réseaux grand public (1978-1990) », Le Temps des Médias, n° 18, Printemps 2012, p. 54-64.

24 Cahier des charges de l’annuaire électronique, 1979, Archives CCETT Rennes, boîte n° 356/5 Documents divers/79-84.

25 « Il s’agit du problème général de présentation d’une quantité quelconque d’informations alphanumériques sur un écran de petite dimension et de capacités en symboles réduits. » Note CCETT intitulée « Les échanges usagers-services. Les dialogues et les transmissions », 1979. Archives CCETT Rennes, boîte n° 356/1 Documents divers/79-84.

26 Note CCETT intitulée « Les échanges usagers-services. Les dialogues et les transmissions », 1979, Archives CCETT Rennes, boîte n° 356/1 Documents divers/79-84.

27 J. Billard, A. Daloire, « Le Minitel en Bretagne », Actes du septième colloque sur l’histoire de l’informatique et des Transmissions, 2004, p. 81-86.

28 « TMO Ouest, annuaire électronique. Image Langage Dialogue. Lieux publics de Saint-Malo », Laboratoire CCETT, Rennes, 1980, Archives CCETT Rennes, boîte n° 356/6 Documents divers/79-84.

29 J.-P. Maury, D. Leclerq, « L’expérience annuaire électronique en Ille-et-Vilaine », Actes des quatrièmes journées internationales de l’Idate, n° 9, 1982, p. 74-83.

30 Vidéotex. Bimensuel d’actualité des systèmes vidéographiques, n° 9, 24 avril 1981, Arch. nat. 1984 0665 04.

31 Ibid.

32 P. Leclercq, brouillon dactylographié de l’intervention du 11 mai 1983 intitulée Le Vidéotex français, 1983, Archives historiques de France Télécom, boîte 97017/01.

33 P. Leclercq, “L’expérimentation de Télétel auprès du grand public. Pourquoi et comment ?”, Actes des quatrièmes journées internationales de l’Idate, n° 9, 1982, p. 104-114.

34 Compte rendu de la réunion du 7 février de la DACT concernant le clavier de Télétel, 1980, Archives CCETT Rennes, boîte n° 356/2 Documents divers/79-84.

35 Compte rendu de la réunion Annuaire électronique du 16 juillet 1980 à l’Office d’annonces, 1980, Archives CCETT Rennes, boîte n° 356/5 Documents divers/79-84.

36 C. Weckerle, « Faut-il reprendre de la notion magique ? », Interactivité(s). Bulletin n° 20 de l’Idate, Idate, Paris, 1985, p. 83-86.

37 « Télétel bilan 87. Le Minitel, un produit à part entière, 1988 », Archives historiques de France Télécom, boîte 97017/01.

38 O. Challe, « Le Minitel. La télématique à la française », The French Review, vol. LXII, n° 5, 1989, pages 843-846.

39 E. Jouve & A. Gonzalez, « Minitel. Histoire du réseau télématique français », Flux, n° 47, 2002, p. 84-49.

40 Bien que tous les terminaux n’aient pas été distribués gratuitement : W. Cats-Baril & T. Jelassi, “The french Videotex system Minitel. A successful implementation of a national information technology infrastructure”, MIS Quaterly, vol. XVIII, n° 1, 1994, p. 1-20.

41 Ibid.

42 R. Kramer, « Inadéquation du modèle Minitel au Vidéotex américain : aspects économiques de la fourniture de services d’information », TIS, n° 2, 1992, p. 171-203.

43 W. Cats-Baril & T. Jelassi, “The french Videotex system Minitel. A successful implementation of a national information technology infrastructure”, MIS Quaterly, vol. XVIII, n° 1, 1994, p. 1-20.

44 « L’expérience française du Minitel ». Rapport DSTI/ICCP/IE(97)10/FINAL, consulté le 01/03/2011, http://www.oecd.org/archives/publicpapers.

45 France Télécom, document de référence 2004.

46 Cette part évolue dans le temps : quand la fréquentation commencera à baisser, France Télécom modifiera la répartition jusqu’à atteindre un ratio de 35/65 % au début des années 2000 et même 15/85 % pour soutenir les services en ligne à l’orée 2010.

47 E. Jouve & A. Gonzalez « Minitel. Histoire du réseau télématique français », Flux, n° 47, 2002, p. 84-49.

48 Association française de télématique.

49 Sur le conflit entre Gérard Théry et Jacques Dondoux, voir notamment M. Carpenter, La bataille des télécoms. Vers une France numérique, Economica, Paris, 2011, 600 p.

50 Vidéotex. Bimensuel d’actualité des systèmes vidéographiques n° 6, 10 février 1981, Arch. nat. 1984, 0665 04.

51 Enquête de l’agence Roux, Seguela, Cayzac Ouest sur l’Annuaire électronique, 1980, Archives CCETT Rennes, boîte n° 356/4 Documents divers/79-84.

52 M. Lacabanne, Enquête de l’Idate sur l’évolution des attitudes face à l’Annuaire électronique, 1981, Archives CCETT Rennes, boîte n° 356/4 Documents divers/79-84.

53 Notes manuscrites intitulées Annuaire électronique. Argumentaire à l’usage du personnel des Télécom, 1980, Archives CCETT Rennes, boîte n° 356/1 Documents divers/79-84.

54 Libération du 25 mai 1980.

55 En 1987, elles représentent 2 millions d’heures de consultation par mois, soit près de la moitié du trafic grand public de l’époque, avec 8 % des appels, mais 22 % des revenus et 19 % du temps de connexion totale. En comparaison, l’annuaire électronique n’apporte que 18 % des revenus pour 33 % des appels (R. Kramer, « Inadéquation du modèle Minitel au vidéotex américain : aspects économiques de la fourniture de services d’information », TIS, n° 2, 1992, p. 171-203).

56 Le Monde du 17 février 1990, entretien de Jean-Paul Maury avec Michel Colonna d’Istria.

57 J. Jouët, « Des usages de la télématique aux Internet Studies », J. Denouël & F. Grandjon, Communiquer à l’ère numérique. Regards croisés sur la sociologie des usages, Presses des Mines, Paris, 2011, p. 45-90.

58 N. Arnal, J. Jouët, « Télétel : images des utilisateurs résidentiels », Réseaux, 1989, vol. 7, n° 37, p. 111-132, p. 115.

59 « Rapport sur le Service de Communication par Minitel, 1985 », Archives Historiques de France Télécom, boîte 97017/02.

60 C. Baltz, « Gretel et son public. Rapport du groupe information et société de l’université Paris VIII », 1983, Archives CCETT Rennes, boîte 364-3.

61 Télématique magazine n° 32, mai 1989.

62 J. Darthou, « Services commerciaux expérimentaux SNCF offerts par télématique au grand public. Réalisation, premiers résultats, perspectives », Actes des quatrièmes journées internationales de l’Idate, n° 9, 1982, p. 300-317.

63 LED Micro n° 18, 1985, Bibliothèque nationale de France 4-JO-43294.

64 http://www.journaldunet.com/ebusiness/le-net/nombre-internautes-france.shtml

Auteur

Enseignant d’histoire contemporaine et des médias à l’université Paris-Sorbonne (PRCE IUFM de l’Académie de Paris), Benjamin Thierry est également chargé de mission pour le développement des humanités numériques auprès de la présidence de Paris-Sorbonne. Il prépare une thèse de doctorat sur l’histoire de l’interactivité graphique dans la seconde moitié du xxe siècle sous la direction du professeur Pascal Griset.
Il a notamment publié La communication hommes-machines et le développement de l’informatique : quelle place pour la recherche en ergonomie ?, 2008 ; Une histoire de la stratégie de reconnaissance scientifique à l’Inria Rocquencourt : l’ergonomie de l’informatique et ses chercheurs (1969-1990), 2009 et Le Minitel, l’enfance numérique de la France avec Valérie Schafer en 2012.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par