Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Les ingénieurs des Télécommunications dans la France contemporaine

 | 
Pascal Griset

Émergence d’une culture

Discussion. Naissance du corps des Télécommunications : innovation, État et figures tutélaires

Andrea Giuntini, Michel Atten, Daniel Headrick, François du Castel, Jacques Ernest, Marie-Hélène Parinaud, Pierre Mounier-Kuhn, Philippe Dupuis, Christian Marbach, Bernard Ayrault und Pascal Griset

Volltext

  • 1 Président de séance.

1Andrea Giuntini1
Merci, Mesdames et Messieurs. Nous allons commencer par un rapide tour de table pour que chacun puisse réagir aux propos de Jean-Pierre Coustel.

  • 2 Loi de 1837.

2Michel Atten
Je ne suis pas d’accord pour dire que pendant 70 ans il n’y a pas eu d’innovation avec le système Chappe. Je pense que les usages et l’acculturation sont des processus assez difficiles à cerner, mais qui sont très importants. Le système Chappe est quand même une invention extrêmement importante. Il faut aussi citer la loi sur le monopole2 qui conduit ensuite à la mise en place des PTT, donc au service public. Cette vision sera celle à laquelle les Britanniques se rallieront par la suite et qui sera même le modèle de développement européen par opposition au système américain fondé sur le privé.

  • 3 Créée le 4 novembre 1878.

3Je veux ensuite revenir sur les atermoiements concernant la création de l’École supérieure de télégraphie par Cochery3. Pour moi, cela correspond à une concession aux ingénieurs, plutôt hostiles à la fusion avec les Postes et à une réponse au système universitaire qui n’est pas très brillant en France au regard du système allemand qui est une référence à l’époque.

4Daniel Headrick
Je voudrais commencer par remercier Monsieur Coustel de ses remarques très intelligentes sur les interventions que nous avons entendues.

5Dans le cas de la mienne, la question qu’il a posée est celle des relations entre l’État et la technologie et le contraste entre l’idée que se font les Anglo-Saxons de cette relation et ce que l’on fait en France. Jean-Pierre Coustel a notamment posé la question des relations entre la section postale de l’État anglais et la télégraphie. Il est vrai que la télégraphie en Angleterre a commencé à se développer grâce à des sociétés privées qui ont été ensuite nationalisées par l’État en 1871, je crois. La télégraphie internationale reste néanmoins sous l’égide des entreprises privées.

6Quant à Marconi, il faut se souvenir que l’ingénieur en chef du bureau des postes anglaises a refusé de le subventionner et cela explique pourquoi Marconi s’est alors tourné vers la Compagnie des assurances Lloyds et les grandes compagnies maritimes pour trouver des acheteurs.

7Donc en Angleterre, d’ailleurs comme en Amérique jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, ou plutôt jusqu’à la Grande Dépression, les sociétés privées prennent les devants et l’État reste en retrait, mais c’est aussi parce que dans les pays anglo-saxons, il n’y a pas de corps d’ingénieurs télégraphiques ni d’autre corps d’ingénieurs d’État ; il y a bien sûr des ingénieurs qui travaillent pour l’État mais ils ne forment pas de corps spécialisé comme on en trouve en France.

8Ce n’est qu’au moment des guerres mondiales que l’État britannique s’est immiscé dans les affaires du câble et qu’il a subventionné cette industrie qui, sans cela, aurait probablement disparu. Comme le rappelle Schumpeter, le capitalisme repose sur la destruction créatrice. Donc, les Anglo-Saxons laissent disparaître les entreprises qui n’arrivent pas à se maintenir sans trop d’états d’âme. Ce fut le cas avec la Western Union qui fut l’entreprise de télégraphie la plus puissante au monde sans que cela ne bouleverse outre mesure le monde des affaires.

9Quand l’État se mêle de télécommunications, ce n’est pas pour sauver les entreprises, mais pour s’assurer des moyens de surveillance comme dans le cas du financement d’Internet : l’État américain a consenti des dépenses énormes dans les télécommunications, non par générosité, mais pour pouvoir surveiller tout ce qu’on dit dans le monde entier. Cela donne « Échelon », qui est l’espionnage à l’échelle mondiale.

10Andrea Giuntini
Nous allons ouvrir le débat, la parole est à la salle.

  • 4 Ingénieur des Télécommunications, décédé en 2012.

11François du Castel4
Je voudrais commencer par aborder l’intervention de Michel Atten. À la Libération, l’AIT a voté une motion appelant tous les ingénieurs des PTT à adhérer à la CGT unifiée, ce qui était assez caractéristique de l’époque et qui, évidemment, ne durera pas avec l’arrivée de la guerre froide. Je pense que le vote de cette motion est assez significatif d’un sentiment de culpabilité qu’avait l’AIT au regard de la faible participation des ingénieurs des PTT à la Résistance, alors que dans l’ensemble, les agents des PTT avaient eu une participation beaucoup plus importante. Je publie d’ailleurs un papier sur ce sujet, qui n’a jamais été traité, dans les prochains cahiers de l’AHTI.

  • 5 Ancien directeur adjoint de la R&D chez Alcatel.

12Jacques Ernest5
Petite particularité dans cette assemblée, je ne suis ni ingénieur polytechnicien, ni ingénieur du corps des Télécoms et pourtant j’ai fait une bonne partie de ma carrière chez Alcatel et dans la recherche. Je voulais simplement faire remarquer que sur le plan historique, il a été assez peu question de hertzien. On a évoqué à très juste titre Marconi, mais pour la France je n’ai pas entendu prononcer le nom du général Ferrié ni entendu parler de Branly.

13Il faudrait se pencher sur ce qui s’est fait à l’occasion de 1914-1918 et à la suite de la Grande Guerre, puis à l’approche de la seconde avec le radar. Radar qui s’est développé, en tout cas en France, largement en dehors du système télécoms, plus influencé par l’industrie militaire et Thomson.

14Il y a donc des noms qui n’apparaissent pas dans nos débats et j’interroge les historiens là-dessus : le général Ferrié, Branly et quelqu’un qui, dans le domaine du radar est peu connu malheureusement, Henri Gutton. Il se trouve que ce dernier était mon patron de thèse.

15Branly en particulier est quand même le grand inventeur et le grand absent de ce colloque. Il était totalement marginalisé déjà à l’époque, car il faut savoir que la France était divisée entre laïcs et catholiques : Branly était professeur et chercheur à l’Institut catholique et donc il était écarté de toute carrière universitaire. À l’Académie des sciences, on avait bien entendu accepté ses publications mais avec des ricanements de mépris. D’ailleurs, il n’a été élu que très tardivement et au troisième tour contre Marie Curie par, je crois, 28 voix contre 32, et parce que l’on ne voulait pas prendre une femme, mais Branly était totalement ignoré en France et méprisé par ses collègues j’ai le regret de vous l’apprendre.

  • 6 Journaliste.

16Marie-Hélène Parinaud6
Marconi lut le deuxième rapport de Branly à l’Académie, où il présentait l’antenne de radio, émission et réception. Le jeune Italien décida de faire des essais dans le parc de la résidence de ses parents. Il aurait voulu réaliser l’opération à une plus grande échelle et chercha des financiers. Un ami de ses parents, William Preece, qui était chef du Post Office britannique l’invita à l’accompagner à Londres, où ils déposèrent le brevet et fondèrent la société Marconi. Ce fut l’Anglais qui introduisit Marconi auprès de l’assurance Lloyd’s parce que les sociétés d’assurance ne voulaient pas perdre leurs navires et que le système de télégraphie sans fil permettait de dire « nous sommes en perdition à tel endroit » et de les secourir. Cela fonctionnait donc sur la base d’un système privé. En France, cela n’a intéressé personne. Je n’ai pas d’explication sur ce fait : j’avais hasardé une explication démographique tout à l’heure en disant qu’effectivement, après les guerres révolutionnaires et impériales, il y avait une telle perte démographique que les gens étaient moins énergiques, la synergie ne se faisait pas. Moins de savants, moins d’inventions, un pays replié sur lui-même. Il y a peut-être une explication de ce côté-là.

17Branly mériterait de plus amples développements : il était quand même à la Sorbonne avant d’être à l’Institut catholique et je pense qu’il n’était pas aussi marginalisé que cela.

18Deux mots également sur Ferrié : les ingénieurs télégraphistes français sont partie prenante de l’aventure du sans-fil : ils participent aux essais avec Marconi entre la France et l’Angleterre, à la fin du xixe siècle. Ils sous-estiment néanmoins totalement la capacité de la télégraphie sans fil à devenir opérationnelle, mais surtout ils sont dans une situation quasiment de spectateurs, ils n’ont plus de laboratoire à leur disposition en matière de technologie sans fil.

  • 7 Ingénieur CNRS, centre Alexandre Koyrè.

19Pierre Mounier-Kuhn7
En considérant le CNET dans la seconde moitié du xxe siècle, on constate que dans certaines circonstances un groupe professionnel très homogène caractérisé par une monoculture et une faible mobilité peut s’avérer très inventif.

20Cependant, il faut rappeler qu’à côté du corps des ingénieurs des Télécoms, le CNET employait des ingénieurs d’origines diverses, issus soit d’autres écoles, soit des universités, qui ont eux aussi joué un rôle dans le progrès des technologies de l’information et de la communication (je pense par exemple à Paul-François Gloess ou à Dimitri Starynkevitch). Peut-on avoir une idée de leur nombre, notamment parmi les personnels du CNET ? Et savoir quelles étaient leurs relations avec le corps des Télécoms, par exemple leurs possibilités de carrières ?

21Philippe Dupuis
Je suis ingénieur général des Télécoms en retraite et j’ai apprécié qu’on parle de Marconi parce que j’avais l’intention d’aborder le sujet et j’ai été devancé. Pour moi, Branly est un savant, et Marconi un ingénieur. Pour avoir organisé plusieurs conférences au moment du centième anniversaire des expériences de Marconi, je peux dire que sans lui, il n’y aurait pas eu d’applications pratiques de la découverte de la radio.

22Pour en revenir au général Ferrié, il a été chargé de suivre le travail de Marconi au moment de la liaison transmanche et je le considère comme un disciple de Marconi. Le général Ferrié a créé un réseau militaire dont j’ai retrouvé des traces jusqu’à Monrovia au Liberia sous la forme de massifs de béton qui devaient servir de bases aux pylônes.

23Après avoir été une technologie militaire, la radiotélégraphie a été saisie et utilisée par les civils. En outre, je pense qu’il y a peut-être une lacune dans notre histoire des télécommunications qu’il faudrait combler : on a créé au ministère des Postes et Télégraphes, la direction de la TSF. Cette direction de la TSF était en charge de la radiotélégraphie puis de la radiodiffusion à ses débuts. Elle est devenue ensuite la direction des Services radioélectriques qui, ensuite, s’est dissoute dans la DGT, mais il y a une piste quand même assez intéressante à suivre là.

  • 8 Ingénieur des Mines, président d’honneur de la Sabix, président du comité éditorial de La Jaune et (...)
  • 9 J’écris dans l’espace, Pierre Étaix (réal.), 1989.

24Christian Marbach8
Juste une information et puis une question : l’information est destinée à Madame Parinaud. Il y a eu en 1989, lors du bicentenaire de la Révolution française, la sortie d’un très beau film sur Chappe qui a été fait par Pierre Étaix9.

25Maintenant, la question qui est adressée en partie à Michel Atten, mais peut- être aussi aux autres intervenants : Monsieur Atten nous a donné lecture d’intéressants diagrammes sur le flux des ingénieurs des Télécoms. Combien y a-t-il eu en tout, depuis le début, d’ingénieurs du corps des Télécoms ? Autrement dit sur les 50 000 polytechniciens à peu près, combien se sont dirigés vers les Télécoms ? Et est-ce que ces gens-là se sont plutôt orientés vers l’administration comme vous avez l’air de le dire ? Merci.

26Michel Atten
Je reviens très brièvement sur le rôle de Marconi qui est essentiel : bien entendu, il avait eu connaissance du système de Branly par ses publications. Il faut savoir que Branly était un chercheur. Il n’avait pas de moyens : l’Institut catholique était pauvre. Il a eu plus tard son laboratoire quasiment par souscription nationale. Pendant cinquante ans, il a travaillé dans des circonstances très pénibles, dans un ancien dortoir. Il n’a pas déposé de brevet, c’était un chercheur et il considérait, comme Curie et bien d’autres, que s’il faisait des inventions et que l’on s’en servait, c’était parfait. Marconi l’a remercié de ses travaux en lui envoyant un télégramme. À l’inverse, Marconi a déposé un brevet, a fondé la société Marconi. Il était tout à fait dans son rôle, il n’a rien volé à Branly. Et dans le télégramme qu’il lui a envoyé, il lui a dit : « Je vous envoie ce télégramme pour vous féliciter puisque ce système ne peut exister que grâce à vous ». Branly l’a remercié en disant : « C’est un parfait honnête homme ». Chacun a eu sa fonction.

27Par rapport à la remarque de Pierre Mounier-Kuhn, je n’ai peut-être pas été assez explicite : à partir des années 1960 et surtout dans les années 1970-1980, le corps des Télécoms produit des choses assez merveilleuses et amène tout un secteur technique au premier plan international.

  • 10 Ingénieur des Télécommunications.

28Bernard Ayrault10
Ancien directeur de Télécom Bretagne, j’ai été passionné par ce que j’ai entendu et je voudrais apporter une ou deux précisions. Je voudrais d’abord remercier Michel Atten d’avoir évoqué le fait que l’une des plus grandes figures du corps des Mines, Henri Poincaré, a été chargée d’enseigner l’électricité théorique à l’École supérieure de télégraphie. Il en était aussi membre du conseil d’administration, alors qu’il n’a pas enseigné à ma connaissance à l’École des mines. Cet homme symbolise donc un peu la dynamique qui a présidé à l’organisation de ces colloques célébrant le bicentenaire.

29Pour passer à des choses moins anecdotiques, je voudrais faire à Jean-Pierre Coustel quelques remarques amicalement critiques. Il aurait d’abord pu peut-être mentionner le pouvoir de l’État parce que, dans les trois interventions évoquées il y avait clairement l’émergence d’une volonté politique d’occuper l’espace et ce n’est sans doute pas un hasard si ce sont trois empires coloniaux qui ont utilisé les câbles. Cela explique aussi les interventions concernant Marconi ou le général Ferrié qui, par exemple, a rétabli le contact entre la Guadeloupe et la Martinique après que le câble a été rompu par l’éruption de la montagne Pelée. Le télégraphe Chappe avait aussi été implanté en Algérie dès la phase de conquête et tous ces outils étaient des éléments d’un pouvoir politique qui n’était pas simplement militaire.

30Pascal Griset
Pour conclure le débat ce matin, je rappellerai qu’il ne s’agit pas d’un colloque embrassant l’ensemble de l’histoire des Télécommunications, mais d’un colloque cherchant à donner des repères pour l’histoire d’un corps, l’histoire d’une profession également et je crois que pour ceux qui connaissent mes travaux ici, je ne serai pas suspect de négliger Marconi, Branly et l’histoire des radiocommunications, donc mille excuses si on les a un peu négligés.

31Andrea Giuntini
Je vous remercie et je remercie en particulier les collègues qui se sont chargés de l’introduction, Pascal Faure et Pascal Griset, ainsi que Jean-Pierre Coustel qui s’est chargé du rôle de discutant.

Anmerkungen

1 Président de séance.

2 Loi de 1837.

3 Créée le 4 novembre 1878.

4 Ingénieur des Télécommunications, décédé en 2012.

5 Ancien directeur adjoint de la R&D chez Alcatel.

6 Journaliste.

7 Ingénieur CNRS, centre Alexandre Koyrè.

8 Ingénieur des Mines, président d’honneur de la Sabix, président du comité éditorial de La Jaune et la Rouge.

9 J’écris dans l’espace, Pierre Étaix (réal.), 1989.

10 Ingénieur des Télécommunications.

Autoren

Président de séance.

Historien des sciences et des techniques, directeur honoraire des Archives et du Patrimoine historique de France Télécom, Michel Atten a dirigé les archives historiques de France Télécom. Il est docteur en histoire. Sa thèse intitulée Les théories électriques en France 1870-1900. La contribution des mathématiciens, des physiciens et des ingénieurs à la construction de la théorie de Maxwell a été soutenue en 1992. Il a notamment publié Les télécoms. Histoire des écoles supérieures des télécommunications, 1840-1997, 1999.

Professeur, Daniel Headrick a enseigné l’histoire à l’université Roosevelt de 1975 à 2008. Il est l’auteur de plusieurs livres sur l’histoire de la technologie et des empires coloniaux : The Tools of Empire : Technology and European Imperialism in the Nineteenth Century, 1981 ; The Tentacles of Progress : Technology Transfer in the Age of Imperialism, 1850-1940, 1988 ; The Invisible Weapon : Telecommunications and International Politics, 1851-1945, 1991 ; When Information Came of Age : Technologies of Knowledge in the Age of Reason and Revolution, 1700-1850, 2000 ; Technology : A World History, 2009 et Power over Peoples, Technology, Environments, and Western Imperialism, 1400 to the Present, 2010.

Ingénieur des Télécommunications, décédé en 2012.

Ancien directeur adjoint de la R&D chez Alcatel.

Ingénieur CNRS, centre Alexandre Koyrè.

Grand témoin, ingénieur des Télécommunications (X 1951, ENST 1956), Philippe Dupuis a été nommé à la direction des Services radioélectriques de la DGT en 1956. Détaché en 1962 à France Câbles et Radio, il a dirigé des projets techniques dans de nombreux pays d’Afrique et du Moyen-Orient. Il a ensuite participé à partir de 1973 à la création de la direction des Télécommunications des réseaux extérieurs. Il est devenu directeur général de Sofrecom en 1979, puis délégué aux Télécommunications mobiles à la DGT en 1981. Dans cette fonction, il a animé la participation française à l’élaboration de la norme GSM.

Ingénieur des Mines, président d’honneur de la Sabix, président du comité éditorial de La Jaune et la Rouge.

Ingénieur des Télécommunications.

Professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris-Sorbonne, Pascal Griset est agrégé des universités et docteur en histoire. Historien des entreprises, il est plus particulièrement spécialiste de l’histoire économique et technique de l’information. Il préside la section 42 du comité national du CNRS. Au sein de l’UMR Irice, il anime le centre de recherche en histoire de l’innovation, (Paris IV). Il collabore régulièrement aux travaux de la Society for the History of Technology (SHOT) ainsi qu’au réseau de recherche européen « Tensions of Europe » dont il est membre du comité scientifique. Ancien auditeur à l’Institut des stratégies industrielles, il est actuellement vice-président de l’Association pour l’histoire de l’informatique et des télécommunications et administrateur du Comité d’histoire de La Poste, il participe au comité de rédaction des revues Hermès (CNRS) et Flux (ENPC).
Son ouvrage, Les révolutions de la communication xixe-xxsiècles, a reçu le prix 1992 de l’Institut européen des affaires. Sa thèse de doctorat, Entreprise, technologie et souveraineté : les télécommunications transatlantiques de la France, a été primée par l’Institut d’histoire de l’industrie. Il a récemment publié avec Georges Pébereau : L’industrie, une passion française, Presses universitaires de France, 2005 ; Histoire d’un pionnier de l’informatique. 40 ans de recherche à l’Inria, 2007 et Du Cemagref à l’Irstea. Un engagement pour la recherche environnementale, 2011.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2013

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Lesen

Exklusiver Zugang

Angeboten von