Version classiqueVersion mobile

Les ingénieurs des Télécommunications dans la France contemporaine

 | 
Pascal Griset

Introduction

Pascal Griset

Texte intégral

1Les textes réunis dans ce volume ont été présentés à l’occasion d’un colloque placé dans le cadre du bicentenaire du corps des Mines et dans le contexte de sa récente fusion avec le corps des Télécoms. Le titre du colloque établissait ce lien tout en ambitionnant d’aborder de manière large l’histoire des télécommunications françaises du xixe siècle à nos jours. Celle-ci s’inscrit dans le cadre plus vaste d’une histoire économique et technique de la France qui a suivi depuis quelques décennies le rythme et les trajectoires du développement du pays. Elle s’est d’abord consacrée aux aspects les plus globaux, pour élargir ses approches à des domaines plus spécifiques, considérés au xixe siècle comme fondamentaux. L’intérêt pour les technologies de l’information et de la communication est plus récent. Il apparaît progressivement au cours des années 1980 et concerne de manière diversifiée l’histoire des médias électroniques, des télécommunications ou bien encore de l’informatique. Ce colloque peut être perçu comme le bilan d’un quart de siècle de recherche. Il présente une histoire, encore partielle, mais suffisamment ample et approfondie pour constituer le socle permettant à de nouvelles pistes de s’épanouir. Le fait d’avoir retenu le corps des ingénieurs des Télécommunications comme point focal aurait pu s’avérer contrariant pour assumer pleinement cette ambition. Il n’en fut rien. Son inscription dans le cadre d’un monopole public jusqu’aux dernières années du xxe siècle a associé de manière étroite et constante l’administration et les ingénieurs du corps à la globalité de son développement. Faire l’histoire de ces hommes, c’était ainsi, presque mécaniquement, faire l’histoire du domaine dans sa plénitude. C’est pourquoi les parties arrêtées pour structurer l’ouvrage, déterminées en fonction des grandes étapes marquant l’histoire du corps et de sa culture, correspondent assez bien à la périodisation plus globale du domaine.

2Nommé par Lakanal en 1796 « ingénieur thélégraphe » (sic), Claude Chappe est d’une certaine manière le premier d’une longue lignée d’ingénieurs des Télécommunications. Il triomphe en août 1794 lorsque son système transmet à la Convention la nouvelle de la victoire sur les Autrichiens à Condé-sur-l’Escaut. Les combats ont eu lieu une heure plus tôt à près de 200 kilomètres de la capitale. L’acheminement de cette information cruciale est la première utilisation du télégraphe optique. Elle marque en quelque sorte le véritable début de l’histoire des télécommunications. Chappe et son équipe sont directement rémunérés par l’État, mais il s’agit cependant plus encore d’une petite entreprise familiale que d’une administration. Ce groupe n’en pose pas moins les bases d’une organisation qui se déploiera, par mues successives, jusqu’à la fin du xxe siècle. Depuis plusieurs années, aidé de ses deux frères Pierre-François et René, Claude Chappe avait exploré de nombreuses possibilités pour mettre au point un télégraphe optique performant. Touchant au but, il présenta son nouveau dispositif le 12 juillet 1793 aux trois commissaires nommés par la Convention. Le rapport favorable de Lakanal ouvre la voie aux essais de la première ligne reliant Paris à Lille le 30 avril 1794. La « ligne » télégraphique est constituée d’une suite de tours, surmontées d’un système de signalisation composé de trois montants de bois articulés. Pour accroître la rapidité de la transmission, des abréviations et des formules convenues dispensent les utilisateurs de l’usage de mots et de phrases complets. Ces codes constituent pour les Chappe un atout commercial dont ils gardèrent jalousement le secret. L’Empire lui donne de nouvelles opportunités de développement. Napoléon demande ainsi, dans une lettre adressée au ministre de la Marine, l’étude d’une extension du réseau : « […] afin que je puisse savoir en peu d’instants ce qui se passe de Toulon au détroit, au cap Finistère et au cap Saint-Vincent ». Le réseau pousse rapidement ses ramifications vers l’Italie, la Bretagne et le Nord, atteignant Venise et Amsterdam. La famille Chappe et ses employés constituent donc le noyau d’une proto-administration des télégraphes. Malgré la mort tragique de Claude en 1805, la famille conserve le contrôle, direct ou indirect, de l’administration télégraphique jusqu’en 1830. Plusieurs éléments méritent d’être soulignés dans cette période fondatrice du réseau télégraphique français qui orientera jusqu’à une époque très récente le développement des télécommunications en France. La fonction centralisatrice tout d’abord, qui apparaît très clairement sur les cartes du réseau doté d’une structure en étoile et centré sur Paris. La manière dont Chappe put développer son innovation inscrit d’emblée celle-ci dans un cadre dominé par l’État. Le rapport de Lakanal, au-delà de son jugement technique, recommandait la création d’un réseau d’État. Celui-ci est marqué dès son origine par les rivalités entre services qui souhaitent obtenir son contrôle. La loi du 2 mai 1837, en instaurant le monopole d’exploitation, mais également d’utilisation de l’État sur le télégraphe optique, fige ces tendances. Le texte anticipe l’évolution des techniques et inclut tous les moyens permettant de transmettre l’information, tout ce qui « n’existe pas encore, ce qui n’a été ni connu, ni imaginé, ce qui pourrait être inventé. » Les polytechniciens, admis sans examen dans le corps des inspecteurs, ne se présentaient guère pour ces postes et les lignes relevaient directement des Ponts et Chaussées. En 1844, une ordonnance prescrit que les 4/5 des places d’inspecteurs doivent être réservées aux élèves de Polytechnique. La loi du 29 novembre 1850 ouvre les lignes télégraphiques, désormais électriques, aux particuliers après de longs débats, certains craignant que les « factions » ne s’en servent « pour ourdir avec plus de facilité et de rapidité leurs détestables complots ». Cette mutation impose une véritable réorganisation menée à partir de 1854 par le vicomte Henri de Vougy, nommé à la tête d’une administration télégraphique élevée au rang de direction générale. Si l’on excepte une brève éclipse, il reste à ce poste jusqu’en 1870, et préserve l’autonomie des hommes du télégraphe face à l’administration postale. L’encadrement supérieur passe de 120, en 1860, à 240 en 1862, pour 3 000 agents au total puis 5 574 emplois au lendemain du conflit franco-prussien. L’encadrement supérieur intègre pour les deux tiers d’anciens polytechniciens et l’administration des Lignes télégraphiques fonctionne alors comme un véritable établissement public relativement autonome…

3Les années 1870 voient renaître les projets de fusion des administrations postale et télégraphique. Plusieurs ministères de tutelle sont envisagés au fil de projets marqués essentiellement par des préoccupations d’économies de moyens, mais déjà critiqués par ceux qui pensent que le télégraphe ne peut être confié à l’administration postale. L’idée se concrétise en 1878, avec la création d’un sous-secrétariat d’État au ministère des Finances en charge des services postaux et télégraphiques puis par la création du ministère des Postes et Télégraphes par Jules Grévy, le 5 février 1879. Dans ce nouveau cadre institutionnel, gage de l’attention nouvelle portée par les politiques à ce domaine, et sous l’impulsion d’Adolphe Cochery, ministre des Postes et Télégraphes sans interruption de 1879 à 1885, l’organisation du service télégraphique fut profondément remaniée. Le rattachement des deux administrations à une tutelle unique et spécifique posait en effet des problèmes très aigus de pouvoir entre deux mondes aux traditions et aux poids différents. Cochery, en décalant les structures d’organisation de la Poste et des Télégraphes tenta, non sans astuce, de préserver l’indépendance de la branche la plus jeune. La création de l’École supérieure de télégraphie en juillet 1878 relevait d’une même volonté, en offrant aux ingénieurs du télégraphe un espace leur permettant d’affirmer leur spécificité. Sa première promotion comporta sept élèves, pour tomber ensuite à deux élèves tous les deux ans. C’est dans ce contexte que s’effectua la première phase de développement du téléphone, concédé au secteur privé par l’arrêté du 26 juin 1879. Les conditions imposées aux concessionnaires sont particulièrement sévères pour les deux compagnies exploitantes, la Compagnie des téléphones, détentrice des brevets Bell qui compte, en mai 1880, 103 abonnés, et sa rivale Berthon et Cie, détentrice des brevets Edison, qui totalise pour sa part 203 clients. La fusion des deux entreprises en décembre 1880 au sein de la Société générale de téléphonie permet une accélération des investissements, ceux-ci restant cependant modestes en raison de la précarité de la concession accordée. À partir de 1882, l’administration décide de mettre en place sa propre infrastructure alors que la concession de la SGT doit expirer en 1884. Son renouvellement pour cinq années en 1884 n’est qu’une mesure d’attente, les rumeurs de nationalisation se faisant de plus en plus insistantes. Les avocats prêts à défendre la cause de la SGT ne seront guère nombreux lorsqu’un projet de loi allant en ce sens est déposé par le ministre des Postes et Télégraphes. Le désaccord du Figaro reste très discret, Le Matin soutenant en revanche très vigoureusement le projet. Soucieux que la croissance du réseau reprenne au plus vite, les milieux d’affaires, par ailleurs hostiles aux tarifs élevés pratiqués par la SGT, soutiennent quant à eux sans ambiguïté la reprise du réseau par l’administration. La revue dirigée par Leroy-Beaulieu, L’Économiste français, est l’une des rares à dénoncer « un nouvel accaparement de l’État sur le domaine de plus en plus réduit de l’initiative privée ». Cette thèse aura peu d’échos, autant au sein des économistes que dans les milieux d’affaires. Le Parlement considère le téléphone « comme une poule aux œufs d’or », et les députés votent massivement la nationalisation de la SGT, le 10 juillet 1889. Ses installations sont reprises par l’administration dès le 1er septembre.

4Cette prise en main du réseau téléphonique, fondée sur des perspectives strictement administratives, permet la « mise au pas » des ingénieurs du télégraphe. L’organisation destinée à préserver leur spécificité ne résiste d’ailleurs que peu de temps face à l’administration postale bien plus puissante. Dès 1886, les services techniques du Télégraphe sont intégrés dans le cadre des directions départementales. En 1888, l’École supérieure de télégraphie disparaît, alors qu’est créée l’École professionnelle supérieure des postes et télégraphes. Ces deux mesures concrétisent la victoire d’une certaine culture administrative sur les télégraphistes aux traditions valorisant davantage la dimension technique de la profession. Les décisions de 1886 et 1888 mirent fin au compromis issu de la réunification : durant plus de cinquante ans, les ingénieurs du corps spécial des P&T (titre que leur conféra un décret de 1902) seront soumis à l’autorité des cadres postaux. À cette date ils n’étaient plus que 32. Cette évolution concrétise une hostilité à l’égard des ingénieurs au sein de l’administration des PTT. Le Journal des Postes et des Télégraphes, défenseur du « […] peuple des stagiaires, auxiliaires, surnuméraires que l’on fait travailler comme des nègres […] », ne trouva ainsi jamais de mots assez durs pour dénoncer l’invasion des services par les ingénieurs et tout particulièrement par les polytechniciens : « […] personnages d’Homère, célébrant en termes épiques et pas modestes, leurs vertus, leur utilité, leur intelligence d’élite, leur nature d’essence supérieure ». L’École polytechnique y est décrite comme « […] une pagode dont on cache soigneusement les lézardes… [habitée] par de jeunes bonzes qui marchent à pas comptés, la tête droite comme un Saint Sacrement ». Présentés comme inutiles, ces derniers étaient également jugés coûteux. « Constatons encore une fois, concluait l’article, cette arrogante vanité, cet inguérissable orgueil qui font que tout en vivant des aumônes de l’État, les privilégiés de l’École polytechnique refusent pédantesquement de se mêler à nous ». Dans un tel contexte, plusieurs décennies d’une longue quête de reconnaissance et d’autonomie s’ouvraient pour ces ingénieurs.

5Jusqu’en 1939, entre technologies électromécaniques et première électronique des tubes à vide, sont posées les bases de dispositifs et d’usages qui ne prendront un essor beaucoup plus large qu’avec le développement des semi-conducteurs. De l’émergence d’une culture à l’affirmation d’une identité, le corps des télécoms inscrit son histoire spécifique dans cette dynamique. Près d’un siècle et demi fut nécessaire pour que les télécommunications soient véritablement reconnues comme un domaine essentiel pour la société et pour l’économie françaises. Certes, les réseaux étaient bien présents, et cruciaux dans l’évolution du pays, mais les télécommunications n’étaient pas considérées comme un élément majeur de l’activité comme elles le furent après la seconde guerre mondiale. Dans la dynamique de la numérisation, polymorphe, incertaine et marquée par une forte internationalisation des enjeux, les stratégies furent difficiles à arrêter et les décisions, à l’articulation entre logiques nationales et forces profondes de la globalisation, furent parfois contrariées par les faits.

6Les analyses proposées livrent au regard un pays qui connaît de réelles difficultés à s’approprier des processus d’innovation lorsqu’ils impliquent la remise en cause de comportements, de structurations sociales, d’usages liés à la communication. Contrairement à l’idée communément répandue que la France serait incapable de transformer en innovation les fruits d’une recherche fondamentale brillante, deux siècles d’histoire des télécommunications révèlent un pays peu présent sur les innovations de rupture fondées sur une recherche fondamentale ambitieuse, mais qui se montre en revanche particulièrement efficace pour saisir les potentiels venus d’ailleurs, les adapter et les développer de manière efficace pour son économie. Les années 1960-1980 sont en cela caractéristiques. Qu’il s’agisse de satellites, de numérisation ou de fibre optique, la France a su identifier les défis, « acclimater » les nouvelles technologies et les utiliser de manière pertinente. Le développement de la commutation temporelle est sans doute le meilleur exemple de cette réactivité créatrice qui permet de dépasser l’existant et même, pendant quelques années « exceptionnelles », de surpasser le maître américain.

7Les ingénieurs des télécommunications peuvent sans doute avoir le sentiment qu’exista alors un véritable « âge d’or ». À partir des années 1990, sous la double influence de la mondialisation et d’une politique européenne privilégiant une logique néolibérale, un certain volontarisme disparaît et seules les forces du marché sont censées orienter l’évolution des télécommunications européennes et donc françaises. Le changement de paradigme technique participe également à cette mondialisation des enjeux et à un déplacement des points clés. L’émergence d’Internet comme réseau mondial a radicalement modifié la donne. Les années 1970-1980 avaient vu s’affirmer la convergence entre informatique et télécommunications. Le Web entraîne une seconde vague de convergence entre médias et réseaux à partir des années 1990, les équipements mobiles parachevant ce processus en estompant progressivement les frontières entre services, contenus et usages fixes et nomades. Les choix effectués des années 1970 aux années 1980 avaient engagé la France dans des développements qui ne permirent pas de valoriser les opportunités qu’auraient peut-être pu offrir les recherches menées (notamment à l’Inria) sur les réseaux hétérogènes. Ce cheminement a été celui de tous les opérateurs de réseaux au cours de la même période. Il reflétait une dépendance de sentier, liée au contexte institutionnel plus que technique et s’inscrivait dans une politique cohérente de contrôle des réseaux. Celle-ci fut par la suite critiquée. La France était de nouveau « en retard » alors que d’autres pays européens adoptaient plus rapidement Internet. L’âge d’or n’en fut sans doute pas un, mais la période qu’il pourrait recouvrir n’en fut pas pour autant une parenthèse.

8C’est donc dans la longue durée, sur près de deux siècles, que cet ensemble de communications propose de porter le regard. S’il est sans doute trop tôt encore pour analyser l’ensemble de cette évolution avec les mises en perspective nécessaires, les textes présentés soulignent toute l’importance des réseaux d’information dans l’évolution de notre pays, mettent en lumière la place qu’y ont prise les ingénieurs du corps, et affirment que pour modernes qu’elles soient, les télécommunications ont, elles aussi, une histoire…

Auteur

Professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris-Sorbonne, Pascal Griset est agrégé des universités et docteur en histoire. Historien des entreprises, il est plus particulièrement spécialiste de l’histoire économique et technique de l’information. Il préside la section 42 du comité national du CNRS. Au sein de l’UMR Irice, il anime le centre de recherche en histoire de l’innovation, (Paris IV). Il collabore régulièrement aux travaux de la Society for the History of Technology (SHOT) ainsi qu’au réseau de recherche européen « Tensions of Europe » dont il est membre du comité scientifique. Ancien auditeur à l’Institut des stratégies industrielles, il est actuellement vice-président de l’Association pour l’histoire de l’informatique et des télécommunications et administrateur du Comité d’histoire de La Poste, il participe au comité de rédaction des revues Hermès (CNRS) et Flux (ENPC).
Son ouvrage, Les révolutions de la communication xixe-xxsiècles, a reçu le prix 1992 de l’Institut européen des affaires. Sa thèse de doctorat, Entreprise, technologie et souveraineté : les télécommunications transatlantiques de la France, a été primée par l’Institut d’histoire de l’industrie. Il a récemment publié avec Georges Pébereau : L’industrie, une passion française, Presses universitaires de France, 2005 ; Histoire d’un pionnier de l’informatique. 40 ans de recherche à l’Inria, 2007 et Du Cemagref à l’Irstea. Un engagement pour la recherche environnementale, 2011.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search