Version classiqueVersion mobile

Le crédit à la consommation en France, 1947-1965

 | 
Sabine Effosse

Troisième partie. Les nouveaux organismes de financement à la conquête du marché (1954-1965)

Introduction à la troisième partie

Texte intégral

1La réglementation sur le financement des ventes à tempérament adoptée en juillet 1954, et la décision de la Banque de France d’admettre au réescompte les effets souscrits en représentation de ces crédits en décembre de la même année inaugurent une nouvelle ère pour les établissements prêteurs. La reprise des enregistrements voit l’arrivée de nouveaux acteurs : le Cetelem, enregistré dès avril 1953, et la Sofinco, enregistrée comme établissement financier en octobre 1954.

2Adossés à de puissants groupes financiers, respectivement l’Union française de banques et la Banque générale industrielle-La Hénin, ces derniers, en particulier le Cetelem, proposent des taux plus avantageux à même de favoriser leur entrée sur le marché du crédit à la consommation. Toutefois, cette entrée n’est pas sans obstacle pour les nouveaux venus.

3Deux difficultés principales apparaissent. En premier lieu, le crédit à la consommation s’effectuant alors uniquement sur le lieu de vente, se pose le problème de la constitution d’un réseau de vendeurs. À l’heure où les établissements « historiques », comme le Crédit électrique et gazier ou la SOVAC, réorientent leur activité vers le financement des besoins des ménages, la concurrence est certaine. En second lieu, la libéralisation des échanges induite par la construction européenne influe sur les prix des biens financés à crédit. La diminution importante de certains d’entre eux conduit ces établissements à réorienter leur activité au moment même où le lancement des prêts personnels par les banques françaises, à l’instar de leurs homologues européennes, avive la concurrence.

4Quelle est la stratégie déployée par le Cetelem et la Sofinco pour se constituer un réseau de vendeurs fiables ? Quelle politique mettent-ils en œuvre pour faire face, non seulement à la baisse des prix de certains biens électroménagers, mais aussi à la concurrence bancaire ? C’est ce qu’il appartient de déterminer dans les deux chapitres suivants.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search