Version classiqueVersion mobile

Le crédit à la consommation en France, 1947-1965

 | 
Sabine Effosse

Deuxième partie. Réhabilitation et réglementation (1953-1957)

Conclusion de la deuxième partie

Texte intégral

1Réhabiliter, moraliser, normaliser. De ces trois objectifs du projet Buron de 1953, le premier et le dernier sont sans aucun doute ceux qui ont été atteints malgré les difficultés et une relative lenteur. Car l’acclimatation au crédit à la consommation ne va pas de soi.

2Cette acclimatation s’effectue, non seulement sous la pression gouvernementale, mais aussi sous celle de l’opinion. La Banque de France souligne à plusieurs reprises ce courant qu’elle juge « fort ». L’évolution des esprits en faveur du crédit à la consommation se fait sous la pression des besoins, en particulier celui d’équiper le logement. Le rapport du Conseil économique et social qui lui est consacré en 1954 constate cette diffusion du crédit à la consommation tout comme, de façon plus anecdotique, la chansonnette populaire inspirée du film de Jean-Paul Le Chanois sorti la même année Papa, maman, la bonne et moi décrivant le quotidien d’une famille française type qui recourt notamment au crédit (sic). Dans l’immédiat, cet essor est visible à travers le nombre croissant d’enregistrements d’établissements financiers et le volume de crédit. Car, normalisé, le crédit à la consommation est désormais, du moins en partie, mesurable.

  • 1  ABDF CNC 1427200301/129, « Importance des crédits à la consommation », 1er août 1957.
  • 2  Ibid.

3Le nombre d’établissements enregistrés passe ainsi de 52 en 1946 à 174 en 1956. En décembre 1954, l’encours s’élève à 88 milliards de francs (47 milliards pour les seuls biens de consommation donc biens d’équipement exclus), ce qui représente 0,6 % du PNB et un endettement de 1 900 francs par habitant. Deux ans plus tard, l’encours a doublé (166 milliards de francs) représentant 0,9 % du PNB et un endettement de 3 800 francs1. Sans même évoquer la situation américaine, le développement du crédit à la consommation en France demeure modeste comparé aux autres pays européens. L’Allemagne de l’Ouest a ainsi un encours de crédit presque deux fois supérieur en 1954 (153 milliards de francs) et un endettement par habitant de 3 100 francs. Néanmoins, l’écart entre la France et la RFA se resserre en 19562.

4Ce rattrapage s’effectue grâce à la « reconversion » des activités de financement de biens d’équipement vers les biens de consommation pour les établissements anciens (cas du CREG), mais aussi grâce à la montée en puissance des nouveaux « grands » enregistrés par le CNC, en particulier le Cetelem et la Sofinco.

Notes

1  ABDF CNC 1427200301/129, « Importance des crédits à la consommation », 1er août 1957.

2  Ibid.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search