Version classiqueVersion mobile

Le crédit à la consommation en France, 1947-1965

 | 
Sabine Effosse

Deuxième partie. Réhabilitation et réglementation (1953-1957)

Chapitre IV. De la défiance à la relance : la réhabilitation politique du crédit à la consommation

Texte intégral

1Au début de l’année 1953, l’économie française connaît une certaine atonie. La stabilisation opérée par Antoine Pinay a entraîné un ralentissement des investissements préjudiciable à l’activité économique et à l’emploi. Pour relancer l’activité, Robert Buron (1910-1973), ministre des Affaires économiques (Mouvement républicain populaire), préconise alors un plan prévoyant le développement du crédit dans trois secteurs : les exportations, la construction et la consommation.

2Si le choix des deux premiers secteurs paraît justifié et ne suscite guère de réaction, en revanche celui de favoriser le développement du crédit à la consommation interpelle. Entaché d’une mauvaise réputation liée à ses conditions d’octroi, le crédit à la consommation fait encore l’objet d’une défiance quasi générale malgré son extension. Dès lors, la décision des Affaires économiques d’en faire l’un des leviers de la relance provoque quelques remous. Ainsi, il s’agit d’analyser ici la nature exacte du projet et les motifs qui le sous-tendent, puis les moyens de mises en œuvre envisagés, enfin l’accueil qui lui est réservé.

I. Le crédit à la consommation : élément de relance de l’économie et facteur d’apaisement social

3La réhabilitation du crédit à la consommation par le gouvernement Mayer provient en premier lieu d’une évolution de la conjoncture économique.

  • 1  Archives R. Buron, 19 S 177, notes sur le crédit à la consommation, janvier 1953.

« Le plus important aujourd’hui n’est pas d’intervenir dans des cas particuliers mais bien de remédier à un ralentissement d’activité presque général : l’indice de la production industrielle de janvier est tombé à 143, 2 points de moins qu’en décembre, 8 de moins qu’en janvier 1952. Un assainissement était nécessaire ; une régression durable serait une catastrophe économique et sociale. […] Il nous appartient donc de mettre en œuvre une politique efficace de reprise de l’expansion économique1. »

4C’est lors du congrès national du MRP, le 17 janvier 1953, que Robert Buron évoque, non sans surprendre, un des moyens de cette politique de relance : le développement du crédit en général, et du crédit à la consommation en particulier. Pour le ministre, ce n’est plus en effet l’inflation par la demande qui est redoutée, mais des difficultés d’écoulement d’une production de biens de consommation de plus en plus abondante grâce aux gains de productivité. Ce phénomène de sous-consommation, s’il perdurait, serait un obstacle à la croissance. Le crédit à la consommation a l’avantage d’accroître le pouvoir d’achat des ménages sans hausse salariale. Grâce à cet élargissement du marché intérieur, les industries nationales pourraient alors porter leur effort sur les prix pour devenir compétitives, compétitivité indispensable dans la perspective de la construction européenne. Pour exporter, le préalable est la baisse des prix des produits français.

  • 2  Sur la politique des prix, M.-P. Chélini, Inflation, État et opinion en France de 1944 à 1952, Par (...)
  • 3  ABDF 1331 2003 01/61.

5Cette préoccupation concernant les prix, déjà mentionnée dans le rapport Montbrial de 1949, est constante2. Considéré comme apte à faire baisser les prix par l’augmentation des quantités vendues, le crédit à la consommation est perçu comme un moyen de relancer l’économie et de favoriser le pouvoir d’achat. Après l’offre, c’est donc la demande qui concentre l’attention des Affaires économiques. Cette préoccupation découle sans doute de la détérioration du climat social hexagonal, mais pas seulement. Après avoir favorisé le transfert des méthodes de production américaines, avec les missions de productivité, le gouvernement entend désormais créer les conditions d’un marché de masse. Et, ainsi que l’indique opportunément un article de l’Information, paru le 18 février 1953, « Comme pour la productivité, la mode souffle de l’Ouest3 ».

  • 4  Pour une synthèse récente, L. Hyman, Debtor Nation : The History of America in Red Ink, op. cit.
  • 5  Sur le rôle d’Edwin Robert Anderson Seligman, économiste à la Columbia University, dans la promoti (...)

6Or « en Amérique », le crédit à la consommation est déjà particulièrement développé et synonyme de prospérité4. Ce crédit « qui fait le bonheur des ménagères américaines » est considéré comme un élément majeur, quasiment un droit, pour les citoyens d’un pays où l’État-providence est réduit à la portion congrue. Le ministère des Affaires économiques s’inspire-t-il alors du pays pionnier en matière de crédit à la consommation, les États-Unis ? Déjà bien connue avant la Seconde Guerre mondiale depuis la traduction de l’ouvrage majeur de Seligman sur les ventes à tempérament dans l’automobile, l’extension du crédit à la consommation aux États-Unis influence sans aucun doute le ministre des Affaires économiques5.

7Le projet initié par Robert Buron, qui tend à « réprimer l’usure et à favoriser le développement du crédit à la consommation », milite ainsi pour un « crédit à la consommation économiquement sain et socialement valable ». Les résultats attendus sont, d’une part, l’élargissement du marché intérieur et donc l’abaissement des prix de revient et de vente grâce aux économies d’échelle réalisées, d’autre part, un meilleur emploi des revenus grâce à une orientation des dépenses vers des biens durables.

8L’on retrouve là les principales préoccupations de politique économique générale : la nécessité de voir baisser les prix des produits français, à la fois pour lutter contre l’inflation et faciliter les exportations, et celle d’inciter les Français à diriger leur épargne vers des investissements comme le logement ou des biens durables, et non vers des « consommations superflues » dont l’alcool, régulièrement dénoncé à l’époque. Le développement du crédit à la consommation relève donc à la fois d’une politique de baisse des prix, donc de lutte contre l’inflation, et d’une politique du pouvoir d’achat. En permettant d’accroître le pouvoir d’achat sans hausse de salaires, donc sans peser sur les coûts de production, il apparaît comme un facteur d’apaisement social dans un climat tendu. Ce sont ces arguments que Maurice Bourgès-Maunoury, alors ministre des Finances, résume dans un entretien qu’il accorde au journal Le Monde, le 19 février 1953 :

  • 6  ABDF 1331200301/61.

« […] ce que l’on appelle le crédit à la consommation (et qui est plutôt en la matière un crédit à l’investissement individuel) est un véritable générateur d’épargne. Il peut détourner de consommations superflues le pouvoir d’achat en excédent et l’orienter vers des biens plus durables, d’un grand intérêt social au surplus. Il peut par là même contribuer sans inflation au développement d’industries très intéressantes pour l’économie générale. Celles-ci, travaillant en séries plus importantes, pourront réduire leurs prix de revient, ce qui est la condition d’une hausse des salaires en valeur réelle. Le crédit à la consommation doit donc être conçu comme un incitateur d’épargne et comme une sorte “d’avance à l’allumage” du cycle économique6 ».

9Il apparaît dès lors, dans l’esprit du gouvernement, que le crédit à la consommation doit être réservé pour l’achat de biens qui constituent « à l’échelle individuelle, de véritables investissements ». Il s’agit de biens qui « peuvent être assimilés à un équipement professionnel » soit ceux qui font gagner du temps ou allègent certains travaux. Les secteurs industriels visés sont ainsi définis dans une note du cabinet du ministère des Affaires économiques :

10« 1. Secteurs ayant une capacité de production excédentaire ne provenant pas de la survivance d’entreprises marginales mais d’un développement de la productivité.

112. Secteurs correspondant à la création de biens durables (équipement ménager, équipement des professions libérales, équipement agricole). Il faut tenir compte de l’évolution de l’épargne qui s’oriente vers des biens matériels (logement, équipement) ; il ne faut pas pour des raisons économiques et sociales créer des possibilités supplémentaires d’acquisition de biens rapidement consommables (textiles).

123. Secteurs correspondant à des entreprises dont la qualité et les prix peuvent être surveillés, et qui peuvent être aisément groupés, cela exclut le textile.

  • 7  Archives Robert Buron, 19 S 177, note du 28 janvier 1953.

134. Secteurs correspondant à des besoins solvables et actuels. Ce n’est pas semble-t-il encore le cas en France de la télévision7 ».

  • 8  Archives W. Baumgartner 2 BA 23 dr 8, CGP, Commission de la main-d’œuvre, groupe de travail Prévis (...)

14L’industrie des deux-roues et surtout celle de l’électroménager sont particulièrement concernées. Compte tenu de l’insuffisance des transports en commun, la bicyclette ou le cyclomoteur sont indispensables à beaucoup de salariés pour se rendre sur leur lieu de travail. De même, l’équipement domestique facilite la tâche de la maîtresse de maison qui a aussi en charge l’éducation des enfants. Aux yeux du gouvernement, ces industries présentent également l’intérêt d’être disséminées sur l’ensemble du territoire et d’embaucher de la main-d’œuvre dans des zones peu urbanisées, éléments précieux dans le cadre d’une réflexion naissante sur l’aménagement du territoire8. En revanche, le secteur textile, dont les ventes sont largement le fait des « courtiers à la mallette » dont les conditions défraient la chronique, et celui de la télévision, qui fait son apparition et est encore considéré comme un luxe, sont exclus.

15Ces limites à l’utilisation du crédit à la consommation précisées, il reste toutefois au gouvernement la lourde tâche de convaincre du bien-fondé de ce projet. Longtemps entaché d’opprobre et synonyme d’endettement excessif, le crédit à la consommation a sinistre réputation ainsi que le résume l’adage « Crédit est mort pendu ». Celle-ci repose sur les conditions dans lesquelles il est consenti, les taux usuraires étant régulièrement dénoncés. Aussi s’agit-il pour les initiateurs du projet de rénover cette notion de « crédit à la consommation » et surtout d’en assainir les conditions d’octroi comme l’indique la première partie du projet « réprimer l’usure ».

II. Le mot et la chose : changement sémantique et lutte contre l’usure

16La promotion du crédit à la consommation dans le cadre du projet Buron passe en premier lieu par les mots. Au « crédit à l’investissement individuel » évoqué par Maurice Bourgès-Maunoury, répond le « crédit à l’équipement des ménages » utilisé par Cetelem en voie de constitution. Le crédit à la consommation synonyme de pénurie, utilisé pour l’achat de produits alimentaires ou de textiles, laisse la place au crédit à l’équipement domestique, associé au confort et au bien-être. Le crédit à la consommation « nouveau » est le fruit de l’abondance industrielle. Il est le signe du retour à la prospérité et du progrès social. Il concourt à l’équipement des ménages et favorise « la modernisation » de la vie familiale.

17Cette évolution sémantique traduit les nouvelles priorités établies par le Plan. Différée dans le plan Monnet, la satisfaction des besoins des ménages est prise en compte dans le deuxième plan de modernisation et d’équipement. Dans un contexte de guerre froide, il importe en effet, pour la paix sociale, que l’espérance des salariés d’améliorer leur situation matérielle ne soit pas trop longtemps déçue.

  • 9  IFOP (Institut français d’opinion publique), enquête sous les auspices du Commissariat général au (...)

18Cette préoccupation du Plan se traduit notamment par une enquête commandée par celui-ci à l’IFOP (Institut français d’opinion publique). Réalisée auprès de 3 000 familles de salariés urbains durant l’été 1954, cette enquête a pour but d’appréhender les tendances de consommation des ménages9. Le Plan envisageant une augmentation des revenus de 4 % par an, il s’agit d’aider les industries de transformation à prévoir l’écoulement de leur production. La question clé de l’enquête est ainsi formulée : « Vous gagnez 20 % de plus, qu’en faites-vous ? » Étoffé, le questionnaire évoque le rôle du crédit. À la question « Avez-vous déjà acheté quelque chose avec des paiements échelonnés ? », 24 % des sondés répondent « oui, plusieurs fois », 19 % « une fois », soit 43 % de « oui » et 57 % de « non, jamais ». Près d’un salarié urbain sur deux achète donc à crédit en France en 1954. Encore s’agit-il de savoir quoi. La question « Qu’achèteriez-vous volontiers à crédit ? » permet d’approcher les besoins : « des appareils ménagers, 8 %, du mobilier et de la literie 6 %, scooter ou moto 5 %, voiture 4 %, linge-vêtements 4 %, équipement de la maison 4 %, radio ou télévision 3 %, autres 3 % ». Leurs revenus augmentant, les Français achèteraient donc en priorité à crédit des appareils électroménagers et des meubles, deux secteurs dans lesquels les syndicats professionnels ont justement sollicité des organismes bancaires.

19Cette nouvelle orientation vers la satisfaction des besoins des ménages passe, non seulement par le choix d’une vaste politique de construction de logements, prévue par le plan de relance de l’économie et entérinée par le plan Courant d’avril 1953, mais aussi par la possibilité d’aménager ces derniers. Dès lors, les termes « équipement » et « modernisation », propres au plan Monnet, sont significativement transposés aux ménages et le crédit à la consommation associé à l’effort de construction dans le cadre du deuxième Plan.

20Mais la réhabilitation sémantique du crédit à la consommation ne suffit pas. Encore s’agit-il, pour en assurer la banalisation et le développement, d’en normaliser les conditions d’octroi. À l’heure où les fausses unions économiques et les commissionnaires en marchandises indélicats font les choux gras de la presse, la banalisation de son usage ne peut s’effectuer sans un assainissement préalable. Pour cela, le projet du ministère des Affaires économiques lie développement du crédit à la consommation et répression de l’usure.

  • 10  CAEF, B 0052453/4. Le taux de l’usure pour les crédits automobiles (achat de véhicules neufs) est (...)

21En effet, la législation existante, le décret-loi du 8 août 1935 relatif à la répression de l’usure, est insuffisante pour sanctionner les pratiques abusives. Le décret qualifie d’usuraire « tout prêt dont le taux est supérieur de plus de moitié à celui pratiqué à la même époque par des prêteurs de bonne foi pour des opérations de crédit comportant les mêmes risques ». Cette référence à la pratique des « prêteurs de bonne foi », en raison de son caractère subjectif, est difficile à apprécier et rend la tâche des juridictions répressives malaisées10.

22Toutefois, la révision du décret demandant de longs travaux préparatoires, le ministère envisage des mesures applicables rapidement et propres à limiter les abus. Il plaide pour la fixation d’un taux maximum de majoration variable selon la durée du crédit, mais ce dernier est difficile à déterminer. Les grandes lignes du projet tendent alors vers l’établissement d’un versement initial important (40 à 50 % du prix comptant), qui favoriserait « l’esprit d’épargne », une durée du crédit relativement courte (entre six mois et un an) et surtout, afin de prévenir l’usure, la création d’établissements financiers. Placés sous le contrôle de la Commission de contrôle des banques et de la Banque de France, ils permettraient, par la concurrence exercée, d’éliminer les officines douteuses et de régler le volume des crédits à la consommation.

  • 11  Archives R. Buron, 19 S 177, note sur le crédit à la consommation du 22 avril 1953.

23Le projet Buron milite donc nettement pour la reprise des enregistrements d’établissements de financement de ventes à crédit par le Conseil national du crédit. Selon lui, cette reprise permettrait à la fois d’éliminer le « crédit noir » des commerçants qui alimentent la hausse des prix intérieurs et maintiennent un coût du crédit élevé, et de promouvoir l’achat à crédit de biens de qualité, les grands établissements de crédit sélectionnant les vendeurs agréés. Dans sa note sur le crédit à la consommation du 22 avril 1953, Robert Buron cite ainsi le Cetelem et la Sofinco comme exemples à suivre11. En revanche, il apparaît rapidement que la lutte contre l’usure n’est plus envisagée au moyen d’une révision de la législation ou d’une réglementation ad hoc. Redoutant, à juste titre, que l’élaboration soit longue et suscite des protestations, le projet Buron juge qu’il « apparaît plus opportun d’attendre d’une extension de ces ventes [à crédit] un abaissement des conditions résultant d’une concurrence accrue ».

  • 12  CAEF B 0052453/4, compte rendu de la réunion du 24 mars 1953.

24Ainsi, comme l’évoquent les archives de la Banque de France, recoupées ici avec les archives du ministre des Affaires économiques, il est clair qu’au printemps 1953 le développement du crédit à la consommation souhaité par le gouvernement pour relancer l’économie et le pouvoir d’achat passe, dans l’immédiat, par la constitution de grands établissements financiers présentés comme les garants de conditions de distribution acceptables. Les questions relatives à la lutte contre l’usure et à la réglementation des conditions de crédit dans le cadre du développement du crédit à la consommation sont, elles, mises à l’étude. Robert Buron provoque ainsi la constitution, auprès de sa direction des Programmes économiques, d’un groupe de travail sur le sujet. Présidé par son directeur Pierre Grimanelli, ce groupe comporte des représentants des différents organismes intéressés, entre autres de la direction du Trésor et de la Banque de France12.

25Mais malgré les précautions oratoires et le pragmatisme de la mise en œuvre, la décision de faire du développement du crédit à la consommation un élément essentiel de la relance économique déclenche une polémique qui rebondit au gré des projets présentés puis abandonnés.

III. « Pour ou contre le crédit à la consommation ? »

  • 13  Dossier de presse de la FNSP « Crédit à la consommation », 582/6 et ABDF DGC 1331200301/61.

26La controverse entre partisans et opposants au projet gouvernemental est immédiate. De janvier 1953 à juin 1954, la presse se fait l’écho de cette polémique qui pose le problème de la légitimité du crédit à la consommation en France13.

  • 14  Cf. chapitre II supra. Archives R. Buron 19 S 177, note citée du 22 avril 1953.

27Parmi les partisans du projet Buron se placent d’emblée ceux qui y ont un intérêt immédiat : les prêteurs – organismes bancaires en attente d’enregistrement –, les producteurs – constructeurs comme Arthur Martin, Frigidaire, Electrolux, etc. – et, compte tenu d’un malentendu qui se dissipe lentement, les commerçants. Ainsi, la revue Vendre à crédit organe de la Chambre syndicale des négociants en linge de maison et trousseau, qui paraît en 1953, ne tarit pas d’éloges sur l’initiative du ministre des Affaires économiques. Elle reproduit ainsi nombre de ses interventions alors même que, pour ce dernier, il est exclu que « l’État envisage d’appuyer les commerçants qui, à titre principal ou accessoire, font des ventes à tempérament », le sort réservé aux Unions économiques traduisant ses propos14.

  • 15  Susan E. Weiner, « The Consommatrice of the 1950s in Elsa Triolet’s Roses à credit », French Histo (...)
  • 16  Voir également l’influence des mouvements catholiques, plus particulièrement étudiée pour la pério (...)

28Le projet Buron reçoit également le soutien des associations ou institutions familiales pour qui l’utilité sociale du crédit à la consommation ne fait aucun doute. Auxiliaire indispensable d’une politique de construction, il contribue selon elles à l’équipement rationnel de l’habitation et à la modernisation de la vie familiale. L’enjeu de cette modernisation est la diminution du temps que les femmes, en particulier les mères de famille, consacrent aux tâches domestiques15. Aidée d’une machine à laver, d’une machine à tricoter ou d’une cocotte-minute, celle-ci peut alors consacrer davantage de temps à l’éducation de ses enfants, qui représente un véritable « investissement », ou encore à un travail d’appoint, 40 % des femmes mariées ayant une activité professionnelle afin de compléter les revenus16. À l’heure où l’État s’engage dans une vaste politique de construction de logements et où le baby-boom multiplie les familles de trois enfants ou plus, ces associations militent en faveur des « prêts d’équipement ménager » afin d’alléger le travail féminin.

  • 17  Archives Cetelem non classées, note à M. Davezac du 8 octobre 1952.

29Or, compte tenu de la faiblesse des salaires, cet équipement reste souvent hors de portée. En 1953, la moitié des salariés français gagne entre 20 000 et 25 000 francs par mois. Une bicyclette coûte alors 18 000 francs et une machine à laver 40 000 francs. Selon la formule « le bien-être par le crédit », le recours aux « facilités de paiement » se multiplie. Mais si quelques expériences en matière de prêts sont menées dans ce domaine, les moyens financiers mis en œuvre restent limités. Dès 1948, des Caisses d’allocations familiales dans le Nord ou en Normandie accordent des prêts d’équipement ménager. Celle de Rouen, par exemple, débloque en deux ans (1950 et 1951), 14 millions de francs au profit de la « Maison départementale de la Famille » qui accorde ainsi des prêts à 411 preneurs17. De même, la création en 1951 de l’Union coopérative de crédit ménager permet aux ménages de disposer d’un prêt dans la limite d’un plafond de 120 000 francs. Mais ces initiatives, bien que saluées, ne suffisent pas.

  • 18  Archives Cetelem, extraits du rapport de M. Jaillet, sous-directeur de la Mutualité sociale de la (...)

30En mai 1952, la Confédération nationale de la famille rurale réunie en congrès à Bordeaux souligne pourtant l’urgence de favoriser cet équipement et rappelle la création à ce sujet d’une « commission féminine pour l’allégement du travail ménager ». La trentaine de mères de famille réunie à cette occasion rappelle que les biens les plus demandés par les femmes sont alors la machine à coudre, la machine à laver et l’essoreuse, la cuisinière (gaz, électricité, bois ou mixte), la machine à éplucher les légumes et la cocotte-minute, la machine à tricoter, le chauffe-eau, les appareils de chauffage et le « frigidaire »18.

  • 19  Archives Cetelem, note à M. Davezac du 20 décembre 1952, résumé du rapport n° 3 « Aides financière (...)
  • 20  Ibid. Sur la machine à laver, Q. Delaunay, La machine à laver en France. Un objet technique qui pa (...)
  • 21  ABDF DGC 1331200301/65.

31Cette demande est relayée sur un plan national lors des Journées nationales de l’équipement de l’habitation, en décembre 1952, qui réunissent des représentants des administrations publiques, des mouvements familiaux, des industries et entreprises de l’équipement de l’habitation, des organismes de financement, etc. À l’issue des débats, les participants émettent ainsi le vœu « que soient recherchées, en accord avec les autorités chargées de définir la politique générale du crédit, des dispositions susceptibles de favoriser sur une large échelle l’achat et l’installation à tempérament des appareils nécessaires à l’équipement rationnel de l’habitation19 ». Le ministre de la Reconstruction et de l’Urbanisme, Eugène Claudius-Petit, alors présent, cite nommément l’aspirateur et la machine à laver comme « objets incontestables du désir de biens des ménagères modestes, qui ne devraient plus leur être inaccessibles20 ». La modernisation de la vie familiale passe par l’équipement du foyer. Dès lors, le développement du crédit à la consommation est inséparable d’une politique de construction ambitieuse, mais aussi de la rénovation de l’habitat existant21.

  • 22  Ce qui n’est pas le cas en RFA par exemple. De même en France, dès l’essor des prêts personnels ba (...)

32Ainsi, les prêts pour l’amélioration de l’habitat sont parfois inclus, lors des discussions du projet Buron ou dans la presse, dans la catégorie des crédits à la consommation. Ceci est également le cas à l’étranger comme en Allemagne de l’Ouest. Toutefois, compte tenu des circuits spécifiques de financement existants en France, ils en sont finalement exclus, mais réapparaissent à la fin des années 1960 dans le cadre des prêts personnels accordés par les banques22.

  • 23  Cf. chapitre III supra et la création de Sofinco.

33Si les associations familiales insistent sur l’équipement ménager, moyen d’alléger le travail des femmes, d’autres soulignent l’importance du crédit pour les jeunes couples qui doivent « s’installer » après leur mariage. Le logement loué ou acquis, il s’agit de l’aménager pour accéder à ce confort tant convoité. Les meubles représentent alors la première préoccupation. Les destructions ou les détériorations voire les pillages dus à la guerre ont considérablement diminué ce patrimoine mobilier qui était souvent transmis de génération en génération. Aussi est-il symptomatique que l’ameublement ait été le premier secteur sur lequel aient porté les demandes d’extension des ventes à tempérament après la Seconde Guerre mondiale23.

  • 24  La seule industrie du meuble compte, fin 1952, 13 000 entreprises employant 54 000 ouvriers.
  • 25  ABDF DGC 1331200301/61, Combat du 16 février 1953, « Facilités de paiement, un slogan rénové » par (...)
  • 26  ABDF DGC 1357200901/74, Assemblée nationale, proposition de loi tendant à organiser le crédit dans (...)

34Industrie encore très artisanale, contrairement à l’industrie électroménagère qui tend à s’industrialiser rapidement, l’ameublement apparaît comme une préoccupation constante des jeunes mariés qui n’hésitent pas à s’endetter, les prix restant élevés et les « prêts aux mariages » une aide d’appoint24. Dans une série d’articles que le quotidien Combat publie sur les « Facilités de paiement » en février 1953, le journaliste relate ainsi l’exemple d’un jeune couple gagnant pourtant bien sa vie – lui, dessinateur industriel, perçoit 38 000 francs mensuels et elle, sténodactylo, 25 000 francs – qui recourt au crédit pour l’achat d’une chambre à coucher, certes en chêne massif, d’un montant de 92 300 francs25. Si ce problème de l’ameublement a été tôt perçu par les professionnels du secteur, avec la création dès 1951 de la Sofinco, il l’est également par des députés soucieux de défendre les intérêts de la profession. Jean Grousseaud, député de la Seine, dépose ainsi en janvier 1953 une proposition de loi tendant à organiser la vente à crédit dans l’industrie du meuble via le concours du Crédit national26. Néanmoins, l’objectif du gouvernement étant alors la baisse des prix grâce à une industrialisation du secteur, comme pour le bâtiment, cette proposition de soutenir un secteur encore très artisanal ne retient pas l’attention.

35Les associations familiales avancent également des arguments moraux en faveur du crédit à la consommation. Ces arguments rejoignent les préoccupations du gouvernement d’orienter les dépenses des ménages. Le paiement à crédit de biens jugés utiles – ce qui souligne l’importance de la question des normes de consommation – permettrait de réduire les sommes consacrées notamment à l’alcool alors véritable fléau social. Les journaux se font ainsi l’écho de « l’ouvrier qui paie sa moto et consomme moins d’apéros » et mettent en avant le fait que « dans la lutte du litre de vin contre le frigidaire, le premier perd du terrain ». Comme pour le logement, où la politique mise en œuvre incite les Français à devenir propriétaires afin qu’ils augmentent leur taux d’effort, le crédit à la consommation doit permettre d’orienter les dépenses vers des biens durables issus d’industries productives.

36Les détracteurs du projet s’emploient bien évidemment à mettre à mal cette vision attrayante du crédit à la consommation.

  • 27  R. Sédillot, « Pour ou contre le crédit à la consommation », La Vie française, 5 février 1954.

37Parmi les arguments avancés, outre le fait que ce crédit « ruinerait l’esprit d’épargne » et contribuerait au maintien de prix élevés chez les commerçants, émerge nettement la crainte d’un endettement excessif, leitmotiv des opposants au projet. « Le salarié qui devra, chaque mois, payer une pierre de sa maison, une jambe de son pantalon, un engrenage de sa machine à laver, un pied de sa table, une aile de son automobile, sera bientôt à bout de souffle », prévient un journaliste résumant ces arguments27.

  • 28  Ce taux de 15 %, véritable norme d’endettement pour l’époque, est évoqué par l’ensemble des acteur (...)

38En dépit de l’instauration de la protection sociale et de la généralisation du salariat, qui modifie considérablement la question des risques de l’endettement en cas de maladie ou de chômage, les réflexes ancestraux persistent selon l’adage « Qui paie ses dettes s’enrichit, qui s’endette s’appauvrit ». Pourtant, le taux d’endettement alors admis est de 15 % des revenus ce qui paraît, rétrospectivement, faible28.

  • 29  Dossier de presse de l’IEP, 582/6, La Croix du 20 mai 1955, article de J. Boissonnat.

39De fait, moins que l’endettement, dont la réalité appartient au passé et à la stabilité monétaire, c’est la question du coût du crédit qui constitue le cheval de bataille des opposants. Cette question repose le problème général des conditions dans lesquelles est consenti le crédit à la consommation, conditions qui ont fondé la défiance à son égard et sa condamnation par les moralistes. La presse se fait l’écho de nombreux scandales d’usure aux dépens de consommateurs peu avertis. Le quotidien Combat, dans son numéro du 18 février 1953, évoque ainsi le « véritable trafic de montres à crédit, dont le prix d’achat comptant fixé à 12 000 francs s’arrondissait à 20 000 francs lorsque l’acheteur en devenait enfin propriétaire au bout d’un an » ! Dès lors « protéger les consommateurs contre eux-mêmes et contre les usuriers », pour reprendre un titre de La Croix, devient indispensable pour le gouvernement s’il veut convaincre les partisans de l’ordre établi29.

  • 30  ABDF DGC 13312003/61, Entretien de J. Palewski, député RPF de Seine-et-Oise et vice-président de l (...)

40En effet, si les détracteurs ou les sceptiques sont divers – du député RPF Seine-et-Oise Jean Palewski pour qui « seul le superflu de salaire doit être accordé au superflu de consommation » aux syndicats ouvriers qui redoutent surtout l’usage du crédit à la consommation comme d’un crédit de trésorerie – leur ligne de bataille commune contre les taux d’intérêt pratiqués conduit le gouvernement à reposer la question de l’encadrement de ce crédit, de sa réglementation30.

41Si la création de grands établissements de crédit comme le Cetelem peut régler le problème provisoirement, par une offre de crédit à des taux jugés convenables, cette solution ne peut s’inscrire dans la durée, le ministère des Finances souhaitant un minimum de concurrence (sic). Un temps reportée, la réglementation du crédit à la consommation, s’impose.

42Le volet « répression de l’usure » achoppant sur l’opposition de la Chancellerie, le projet de loi s’enlise dans de nombreuses moutures. Pas moins de neuf versions sont ainsi proposées entre septembre 1953 et juin 1954. En effet, le départ de Robert Buron des Affaires économiques n’enterre pas pour autant son initiative qui demeure une priorité des gouvernements suivants. La voie législative bloquée, le « développement » du crédit à la consommation, dont la nécessité est reconnue par les gouvernements successifs, ne peut passer que par la voie réglementaire.

  • 31  CAEF B 0052453/4.

43Dans cette perspective, les Affaires économiques prennent l’initiative de créer un groupe de travail sur le crédit à la consommation placée sous la présidence du directeur des Programmes économiques, Pierre Grimanelli, qui regroupe l’ensemble des acteurs concernés : la direction des Prix, la direction des Programmes, la direction du Trésor, la Banque de France, la Fédération des coopératives de consommation et le Crédit municipal de Paris31. Ayant reçu pour mission d’analyser la situation du point de vue des articles vendus à crédit (à l’exception de l’automobile en raison de son caractère « particulier » c’est-à-dire des garanties offertes au créancier par le gage), des bénéficiaires et des prêteurs, ce comité se réunit en mars, avril et septembre 1953. Dès cette date, une proposition de décret est transmise à la Chancellerie au sujet de la réforme de l’usure et du droit du créancier. Mais l’opposition de cette dernière bloque le projet Buron pourtant repris après la démission de ce dernier. La voie législative obstruée en dépit des nombreuses versions proposées, c’est donc vers la réglementation bancaire que se tourne le gouvernement malgré les réticences du Conseil national du crédit et de la Banque de France.

Notes

1  Archives R. Buron, 19 S 177, notes sur le crédit à la consommation, janvier 1953.

2  Sur la politique des prix, M.-P. Chélini, Inflation, État et opinion en France de 1944 à 1952, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1998 et L. Franck, 697 ministres. Souvenirs d’un directeur général des prix, 1947-1962, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1989.

3  ABDF 1331 2003 01/61.

4  Pour une synthèse récente, L. Hyman, Debtor Nation : The History of America in Red Ink, op. cit.

5  Sur le rôle d’Edwin Robert Anderson Seligman, économiste à la Columbia University, dans la promotion du crédit à la consommation aux États-Unis (son ouvrage paraît en 1927, sa traduction française en 1930, Étude économique de la vente à tempérament, op. cit.), L. Calder, « From Consumptive Credit to Consumer Credit : E.R.A Seligman and the Moral Justification of Consumer Debt », Essays in Economic & Business History, 1996, 14, p. 185-206. Sur l’influence du « modèle » américain quant au développement du crédit à la consommation en France G. Katona, B. Strumpel, E. Zahn, Aspirations and Affluence : Comparative Studies in the United States and Western Europe, New York : McGraw-Hill, 1971 ; V. de Grazia, Irresistible Empire : America’s Advance through Twentieth-Century Europe, Cambridge, Belknap, 2005, et H. Schröter, Americanization of the European Economy : A Compact Survey of American Economic Influence in Europe Since the 1880s, Boston, Springer, 2005.

6  ABDF 1331200301/61.

7  Archives Robert Buron, 19 S 177, note du 28 janvier 1953.

8  Archives W. Baumgartner 2 BA 23 dr 8, CGP, Commission de la main-d’œuvre, groupe de travail Prévision de l’emploi.

9  IFOP (Institut français d’opinion publique), enquête sous les auspices du Commissariat général au Plan, « Enquête sur les tendances de la consommation des salariés urbains. Vous gagnez 20 % de plus, qu’en faites-vous ? », préface de M. Hirsch, commissaire général au Plan, Présentation par M. de Clinchamps, président de la Commission des Industries de transformation, Impr. nat., Paris, 1955, 105 p. Cette enquête est notamment citée par J.-P. Rioux, La France de la Quatrième République, t. 2, L’expansion et l’impuissance, 1952-1958, Paris, Le Seuil, 1983, p. 242-244.

10  CAEF, B 0052453/4. Le taux de l’usure pour les crédits automobiles (achat de véhicules neufs) est alors établi à 38,85 %.

11  Archives R. Buron, 19 S 177, note sur le crédit à la consommation du 22 avril 1953.

12  CAEF B 0052453/4, compte rendu de la réunion du 24 mars 1953.

13  Dossier de presse de la FNSP « Crédit à la consommation », 582/6 et ABDF DGC 1331200301/61.

14  Cf. chapitre II supra. Archives R. Buron 19 S 177, note citée du 22 avril 1953.

15  Susan E. Weiner, « The Consommatrice of the 1950s in Elsa Triolet’s Roses à credit », French Historical Studies, 6, June 1995, p. 123-144 et R. Pulju, Women and Mass Consumer Society in Postwar France, Cambridge University Press, 2011. Parallèlement à l’application du taylorisme dans les usines, l’idée de rationaliser les tâches ménagères est débattue dès l’entre-deux-guerres notamment à travers l’ouvrage de Paulette Bernège, De la méthode ménagère, publié en 1928. Sur ce point, J. Clarke, France in the Age of Organization : Factory, Home and Nation, New York, Berghahn Books, 2011.

16  Voir également l’influence des mouvements catholiques, plus particulièrement étudiée pour la période précédant la Seconde Guerre mondiale, M.-E. Chessel, « Le pouvoir de l’acheteuse. Des consommateurs catholiques en République (1900-1935) », mémoire inédit d’HDR, EHESS, 2009, publié sous le titre Consommateurs engagés à la Belle Époque. La Ligue sociale d’acheteurs, Paris, Presses de Sciences Po, 2012.

17  Archives Cetelem non classées, note à M. Davezac du 8 octobre 1952.

18  Archives Cetelem, extraits du rapport de M. Jaillet, sous-directeur de la Mutualité sociale de la Seine-inférieure au congrès de la Confédération nationale de la famille rurale à Bordeaux (11 et 12 mai 1952) sur les mesures financières propres à favoriser l’équipement ménager dans les campagnes. Notons que la machine à coudre a été un des vecteurs privilégiés du recours au crédit notamment par la « force de vente à crédit » déployée par Singer, J.-G. Coffin, “Credit, Consumption, and Images of Women’s Desires : Selling the Sewing Machine in Late Nineteenth-Century France”, French Historical Studies, vol. 18, n° 3, spring 1994, p. 749-783.

19  Archives Cetelem, note à M. Davezac du 20 décembre 1952, résumé du rapport n° 3 « Aides financières à l’équipement de l’habitation », Journées nationales des 12 et 13 décembre 1952.

20  Ibid. Sur la machine à laver, Q. Delaunay, La machine à laver en France. Un objet technique qui parle des femmes, Paris, L’Harmattan, 2003.

21  ABDF DGC 1331200301/65.

22  Ce qui n’est pas le cas en RFA par exemple. De même en France, dès l’essor des prêts personnels bancaires à la fin des années 1960, le prêt pour l’amélioration de l’habitat est inclus dans cette catégorie et entre donc, du point de vue des statistiques, dans le crédit à la consommation. Cela souligne l’étroitesse des liens entre crédit immobilier et crédit à la consommation.

23  Cf. chapitre III supra et la création de Sofinco.

24  La seule industrie du meuble compte, fin 1952, 13 000 entreprises employant 54 000 ouvriers.

25  ABDF DGC 1331200301/61, Combat du 16 février 1953, « Facilités de paiement, un slogan rénové » par J. Pichon, voir aussi les articles du même journaliste des numéros du 17, 18, 19 et 20 février 1953.

26  ABDF DGC 1357200901/74, Assemblée nationale, proposition de loi tendant à organiser le crédit dans l’industrie du meuble, présentée par M. Grousseaud, annexe au procès-verbal de la séance du 14 janvier 1953.

27  R. Sédillot, « Pour ou contre le crédit à la consommation », La Vie française, 5 février 1954.

28  Ce taux de 15 %, véritable norme d’endettement pour l’époque, est évoqué par l’ensemble des acteurs du marché du crédit à la consommation : prêteurs, associations, administrations, etc. Le taux admis s’élève ensuite, pour les prêts personnels accordés par les banques à partir de 1959, à 20 %. Sur cette évolution, cf. chapitres VII à IX infra.

29  Dossier de presse de l’IEP, 582/6, La Croix du 20 mai 1955, article de J. Boissonnat.

30  ABDF DGC 13312003/61, Entretien de J. Palewski, député RPF de Seine-et-Oise et vice-président de la Commission des Finances, dans Nouveauté-Textile, 10 février 1953 et ABDF DGC /27, la demande des syndicats porte sur le fait de ne pas distribuer des crédits « trop petits », soit inférieurs à 20 000 F, afin que les dépenses aient véritablement un caractère d’investissement.

31  CAEF B 0052453/4.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search