Version classiqueVersion mobile

Le crédit à la consommation en France, 1947-1965

 | 
Sabine Effosse

Première partie. Illégitimité et clandestinité (1947-1952

Conclusion de la première partie

Texte intégral

1fr

279

3Considéré comme dangereux et inopportun à la fin des années 1940, le crédit à la consommation est rejeté dans la clandestinité faute de légitimité. La Banque de France et le Conseil national du crédit, n’ayant admis que le financement de l’automobile, assimilée à un bien de production tant il est alors peu accessible aux particuliers, les prêteurs illégaux prospèrent au gré des besoins non satisfaits – habillement, chaussures, ameublement, deux-roues – témoins de la faiblesse du niveau de vie des Français dans l’immédiat après-guerre. Ce marché du crédit à la consommation, qui se décline en noir et gris compte tenu de la pénurie, révèle un point majeur : l’importance de la demande. Celle-ci, jointe à la nécessité d’écouler une production industrielle de plus en plus abondante, crée des opportunités pour les explorateurs du crédit issus du monde des banques d’affaires en mal de reconversion à l’issue de la Reconstruction. Sollicités par les fabricants, ils représentent une « issue de secours » pour la Banque de France attachée au statu quo de 1949. Mais l’évolution de la conjoncture économique au début de l’année 1953 met à mal cette solution. Soucieux de maintenir la croissance, le gouvernement dirigé par René Mayer fait « du développement du crédit l’un des moyens de relance de l’économie française ». Inclus dans ce dessein, le crédit à la consommation ne peut être développé sans être réglementé.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search