Version classiqueVersion mobile

Le crédit à la consommation en France, 1947-1965

 | 
Sabine Effosse

Première partie. Illégitimité et clandestinité (1947-1952

Introduction à la première partie

Texte intégral

1En octobre 1947, le ministre de l’Économie nationale, préoccupé par les conditions de ventes à tempérament des véhicules automobiles, demande à la Banque de France de bien vouloir faire procéder à une enquête sur la question. Étendues à l’ensemble du secteur des biens dits de consommation, les conclusions de l’enquête, débattues au sein du Conseil national du crédit, conduisent ce dernier à rejeter tout développement du crédit à la consommation, à l’exception du secteur automobile.

  • 1  Pluriel « auguste » qui désigne la Banque de France, C. Andrieu, « À la recherche de la politique (...)
  • 2  Cette idée est un lieu commun chez nombre de banquiers de l’époque, H. Ducourant, Du crédit à la c (...)

2Jugé illégitime dans le contexte économique de la Reconstruction, où la priorité est la modernisation des moyens de production et donc le financement des investissements, le crédit à la consommation est conduit à se développer dans la clandestinité. En effet, bien que condamné par les autorités monétaires1, celui-ci correspond à des besoins réels ainsi qu’en atteste l’augmentation du nombre de prêteurs. C’est précisément à travers l’étude de cette offre croissante de crédit que la demande peut être approchée « en creux », amenant à revisiter l’idée que les Français n’achètent pas à crédit2.

Notes

1  Pluriel « auguste » qui désigne la Banque de France, C. Andrieu, « À la recherche de la politique du crédit, 1946-1973 », Revue historique, CCLXXXI/2, avril-juin 1983, p. 377-417 et O. Feiertag, « Polémique sur la politique du crédit au printemps 1953 : l’attaque de l’Économie nationale, la défense des autorités monétaires », Études & documents, V, Paris, 1993, p. 585-600.

2  Cette idée est un lieu commun chez nombre de banquiers de l’époque, H. Ducourant, Du crédit à la consommation à la consommation de crédits. Autonomisation d’une activité économique, thèse citée, p. 190.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search