Version classiqueVersion mobile

Le crédit à la consommation en France, 1947-1965

 | 
Sabine Effosse

Première partie. Illégitimité et clandestinité (1947-1952

Chapitre II. L’essor du « crédit noir » : l’exemple des Unions économiques

Texte intégral

  • 2  ABDF CNC 1355200701/78, Comité du crédit à moyen et long terme. Radiofiduciaire a déposé sa demand (...)

1Cette remarque de M. Pisson, représentant des intérêts du commerce au sein du Comité du crédit à court terme, illustre et résume la situation du marché du crédit à la consommation après la décision du CNC. Celle-ci intervient alors que près d’une trentaine de firmes sollicite une autorisation d’exercer leur activité. Outre la demande présentée par Philips pour « sa » firme, la Radiofiduciaire, créée en 1933, mais qui n’a pas encore été enregistrée figurent deux autres projets, l’un émanant de la Chambre syndicale des industries du froid, l’autre de la Chambre syndicale du meuble2.

2Ces demandes traduisent les besoins des Français. La radio, le réfrigérateur, l’ameublement, auxquels il convient d’ajouter l’habillement et les chaussures, correspondent en effet à une nécessité pour des familles de plus en plus nombreuses dont le pouvoir d’achat restreint ne permet pas toujours un paiement comptant.

3Or peu de prêteurs légaux, c’est-à-dire dûment enregistrés par le CNC, peuvent répondre à cette demande croissante qui n’entre pas dans le cadre autorisé. Aux côtés des firmes de financement automobile et des filiales de crédit des grands magasins essentiellement parisiens, se développe alors une multitude d’officines plus ou moins clandestines. En province, le cas des Unions économiques est particulièrement intéressant à étudier. Méconnus, ces groupements de commerçants détaillants, constitués pour faciliter l’achat à crédit de leurs produits, illustrent pourtant la frontière poreuse entre marché légal et marché noir du crédit à la consommation ainsi que l’essor de ce dernier. Qui sont ces Unions économiques ? Pourquoi assiste-t-on à l’émergence de « fausses Unions économiques » ? Quelles réponses le CNC apporte-t-il face au développement de ce marché clandestin du crédit à la consommation ?

I. Des « sociétés de commerçants pour la vente à l’abonnement »

  • 3  B. de Andia et C. François, Les cathédrales du commerce parisien. Grands magasins et enseignes, Pa (...)
  • 4  Outre le travail pionnier de M. A. Beale, Mort à crédit : the Credit Department Store and the Pari (...)

4Si le financement des ventes à crédit d’automobiles est né de la volonté des industriels d’assurer les débouchés de leur production durant l’entre-deux-guerres, le crédit des biens de consommation courante émane de la volonté des commerçants de voir augmenter leur chiffre d’affaires. Ainsi, l’essor de ce crédit est étroitement lié à la révolution commerciale du milieu du xixe siècle et à l’émergence des grands magasins3. Curieusement, ce crédit commercial, qu’il soit le fait de grands magasins ou de détaillants, qu’il soit direct ou fasse appel à une société intermédiaire, a été négligé par l’historiographie hormis quelques précieuses études de cas4.

  • 5  À l’origine, le « promoteur historique » de cette technique de crédit est un modeste commerçant «  (...)

5Pourtant, les grands magasins développèrent, avec Jacques-François Crespin puis Georges Dufayel, des possibilités d’achat à crédit selon une technique spécifique qui mérite d’être analysée, la vente à l’abonnement5. Pour obtenir les bons, valables dans un ou plusieurs magasins participants, les clients versent un acompte en espèces et s’engagent à rembourser le reste en mensualités. L’organisme qui délivre les bons règle les commerçants et se charge du recouvrement.

  • 6  Sur l’expérience du « Service des Abonnements » des magasins Dufayel, entreprise dont les archives (...)

6À Paris, la vente à l’abonnement est popularisée par Dufayel au Palais de la nouveauté et fait des émules6. Plusieurs grands magasins fondent ainsi leur propre organisme de crédit. Si le plus connu est La Semeuse, filiale de La Samaritaine fondée à Paris en 1913 par des employés dissidents de Dufayel, d’autres méritent d’être cités pour l’importance de leur chiffre d’affaires : à Paris, La Ruche fondée rue Vivienne en 1898, la SODIVE (Société pour la diffusion des ventes) filiale du Printemps, située rue de Provence et, à Bordeaux, L’Épargne française sise rue Père-Louis-de-Jabrun.

7Afin de lutter contre cette concurrence, des petits commerçants créent, au début du xxe siècle, les Unions économiques. Groupements de commerçants détaillants d’une même ville voire d’une même région, généralement constitués sous forme de sociétés anonymes, les Unions ont pour but de faciliter les ventes de leurs adhérents par l’octroi de crédit, crédit qui reprend précisément la technique des bons d’achat. Les clients désireux d’acheter un objet à crédit s’adressent à l’Union qui, après enquête sur leur solvabilité, leur fait verser une partie du prix au comptant (entre 25 et 40 % avant 1939) et signer une reconnaissance de dette représentant le solde payable à tempérament augmenté des intérêts en général sur 3 à 6 mois. En contrepartie, l’Union économique remet aux clients des bons d’achat avec lesquels ceux-ci peuvent régler immédiatement les marchandises qu’ils choisissent chez les commerçants adhérents de l’Union. Ces derniers les présentent alors à l’Union qui les leur rembourse, soit au comptant, soit plus généralement à terme (90 jours). Les Unions économiques tirent leurs profits de l’intérêt perçu sur les acheteurs et des ristournes que leur consentent les vendeurs (commerçants).

  • 7  S. O’Connell et C. Reid, “Working-class consumer credit in the UK, 1925-1960 : the role of the che (...)
  • 8  Le seul exemple comparable connu aujourd’hui de pratique de ventes à l’abonnement par des commerça (...)
  • 9  En Grande-Bretagne comme en Allemagne, la vente à l’abonnement est pratiquée par des établissement (...)

8Si cette technique de vente à crédit au moyen de bons n’est pas propre à la France – elle est également pratiquée avec succès en Grande-Bretagne à la même époque et en Allemagne dans l’entre-deux-guerres7 – en revanche, les Unions économiques – des commerçants regroupés sous forme de sociétés anonymes – constituent une particularité8. En effet, que ce soit en Grande-Bretagne ou en Allemagne, cette vente à l’abonnement n’est pas pratiquée par les commerçants eux-mêmes et cette particularité française est parfois évoquée comme un exemple à suivre en matière de ventes à tempérament, l’expression « crédit à la consommation » étant encore peu usitée9.

9Souple pour les acheteurs qui ne sont pas limités à un seul magasin, cette technique de vente à l’abonnement fait que les Unions économiques, sorte de troisième voie entre le crédit commercial direct et le crédit bancaire des organismes spécialisés, connaissent un certain succès.

  • 10  Les archives de la Banque sur les Unions économiques sont composées de dossiers de synthèse sur le (...)

10Leur histoire peut être appréhendée grâce aux études qui ont été menées après la Seconde Guerre mondiale lorsque le problème de leurs statuts a été posé dans le cadre des discussions sur la réglementation du crédit à la consommation. Outre les sources imprimées, rapports du Conseil national du crédit ou articles de revue spécialisée, les archives de la Banque de France représentent un fonds majeur pour les étudier10. Volumineux et disponible, ce fonds présente, non seulement des dossiers de synthèse sur la question des Unions dans leur ensemble, principalement au tournant des années 1940 et 1950 au moment des débats sur l’adoption ou non d’une réglementation du crédit à la consommation, mais également des dossiers individuels pour chaque Union qui a « survécu » ou s’est créée après 1945. Ces dossiers individuels, s’ils portent davantage sur la période postérieure à la Seconde Guerre mondiale, permettent néanmoins d’approcher en longue durée ces Unions apparues au début du xxe siècle. Ils comprennent à la fois les statuts, les rapports, bilans et prospectus divers ainsi que l’ensemble des notes et études de la Banque sur l’Union, les correspondances échangées, et les informations sur les commerçants associés (curriculum vitae et « rapports de moralité »). Quelles caractéristiques permettent-ils de dégager ?

  • 11  Compte tenu des sociétés de ventes à l’abonnement des grands magasins parisiens, aucune union n’ex (...)

11L’on peut souligner d’emblée que ces groupements de commerçants ont un fort ancrage régional. Le Nord, et dans une moindre mesure, le Midi méditerranéen représentent leurs bastions. Les premières Unions voient, en effet, le jour dans le Nord – l’Union économique de Lille est fondée en 1900 et celle de Saint-Quentin en 1901 – puis dans le Midi : celle de Provence, à Toulon, est créée en 1906 et celle de Perpignan en 190711.

  • 12  ABDF 0001200603/16, dossier sur l’Union économique de Saint-Quentin, Notes et études.

12Implantées dans des villes moyennes ou grandes (Amiens, Beauvais, Le Havre, Rouen, etc.), elles sont l’émanation du commerce local, principalement du secteur textile, qui a une certaine assise. Leurs fondateurs sont parmi les commerçants les plus influents à la fois pour l’ancienneté de la boutique, le chiffre d’affaires ou le rôle qu’ils jouent au sein des chambres de commerce voire à la mairie. L’Union économique de Saint-Quentin, par exemple, est créée sous l’impulsion de Louis Doublet, Armand Séret et Marius Top dont les fils reprennent l’affaire dans les années 1920. Armand Doublet (né en 1905), président du conseil d’administration de l’Union, est ainsi négociant en tissus à Saint-Quentin, propriétaire d’un commerce de fourrure fondé en 1790, juge au tribunal de commerce et membre de la commission exécutive des prudhommes (après 1945). Pierre Séret (né en 1906), vice-président, est propriétaire de la société anonyme Séret frères (établissement créé en 1853), commerce de quincaillerie et marchand de fer, président de la chambre de commerce de l’Aisne, maire de Saint-Quentin, juge au tribunal de commerce et conseiller de la succursale de la Banque de France. Louis Top (né en 1898), administrateur, dirige les établissements Top-Van Dooren fondés en 1868, commerce de tapis et de maroquinerie, et est également juge au tribunal de commerce12.

  • 13  À hauteur de 95 % selon Jean Acquier, « Le crédit à la consommation... », art. cité, p. 18.
  • 14  ABDF DGC 1331200301/83, rapport de M. de Roincé, janvier 1949.
  • 15  Le nombre varie entre les estimations de Jean Acquier qui, dans son article « Le crédit à la conso (...)

13Après une montée en régime progressive, ces sociétés se développent avec la « vie chère » de l’entre-deux-guerres. Comprenant tous les commerces « à l’exception rigoureuse » de l’alimentaire, elles financent alors l’habillement, qui représente 60 % de leur chiffre d’affaires en moyenne, et l’ameublement à hauteur de 20 %, le reste représentant des articles de quincaillerie, objets de ménage, bicyclettes, etc. Leur clientèle se compose principalement d’ouvriers13. Groupées, pour la plupart, au sein de la Fédération des Unions économiques et sociétés similaires de France dont le siège est à Saint-Quentin, dans l’Aisne, leur « utilité sociale » est reconnue par les pouvoirs publics qui leur décernent, dans la Section d’économie et de prévoyance sociale, des médailles d’or (à Lyon en 1914, Marseille en 1922 et Le Mans en 1923 notamment) et des diplômes d’honneur14. En 1939, on compte ainsi près d’une centaine d’Unions économiques15. La guerre met leur activité en sommeil. Certaines ferment, d’autres maintiennent une activité très ralentie malgré le rationnement et la rareté des articles. En 1946, il ne reste plus que 20 sociétés en veilleuse.

  • 16  Le chiffre d’affaires de l’Union économique de Saint-Quentin passe ainsi de 1 862 000 F en 1945 à (...)
  • 17  ABDF DGC 1331200301/83, note du 30 septembre1953, « Besoins de crédit des Unions économiques et de (...)
  • 18  ABDF DGC 1331200301/83, compte rendu de la séance du Comité de crédit à court terme du 9 février 1 (...)
  • 19  Ibid. Lettre du 28 juillet 1948.

14Mais en 1947-1948, les affaires repartent16. Le chiffre d’affaires des Unions fédérées, c’est-à-dire celles affiliées à la Fédération, atteint 1 milliard de francs en 194817. Cette reprise incite les Unions à se tourner vers la Banque de France afin de solliciter des moyens financiers supplémentaires. Dans une lettre qu’il adresse au gouverneur de la Banque de France le 28 octobre 1948, le président de la Fédération des Unions, M. Doublet, demande ainsi à ce « qu’il soit dérogé en leur faveur à la politique de limitation générale des avances bancaires18 ». Cette demande vient appuyer celle formulée en juillet de la même année par M. Waendendries, président de la chambre de commerce de Saint-Quentin, siège de la Fédération, en vue « d’autoriser les établissements de crédit à consentir aux Unions économiques des découverts en rapport avec leur situation financière et leur chiffre d’affaires19 ». Adressée au gouverneur, cette demande marque l’entrée en contact de la Banque de France avec les Unions économiques.

15Tout comme pour la demande du ministre de l’Économie nationale sur les entreprises de financement de vente à crédit, et de manière concomitante, le gouverneur transmet le dossier au Comité du crédit à court terme du CNC qui confie l’affaire à un inspecteur de la Banque, M. de Roincé.

  • 20  ABDF DGC 1331200301/83, rapport de M. de Roincé sur « Les Unions économiques et sociétés similaire (...)

16Parallèlement à H. de Montbrial, ce dernier procède à l’examen de ces groupements de commerçants qui posent également « le problème du crédit à la consommation ». Après un bref historique et la description du fonctionnement des Unions, son rapport, remis au début de l’année 1949, insiste surtout sur les moyens financiers dont disposent ces dernières20.

  • 21  Si les bénéfices le permettent, les Unions économiques accordent parfois en fin d’année une ristou (...)
  • 22  Si le commerçant le demande, l’Union peut lui remettre des billets à ordre à 90 jours également qu (...)
  • 23  Le rapport chiffres d’affaires sur fonds propres pour l’Union de Saint-Quentin passe de 24,5 % en (...)

17Outre leur capital, apporté par les commerçants actionnaires, leurs ressources sont composées, ainsi qu’il a été vu supra, des commissions versées par les acheteurs-abonnés (environ 6-9 %), d’une part, des ristournes consenties par les fournisseurs-commerçants adhérents (6 à 9 %), d’autre part21. Les commissions touchées par les Unions s’élèvent donc en moyenne à 16 % des crédits délivrés. Dans la mesure où elles perçoivent d’emblée le versement initial versé par les abonnés (sans que pour autant ceux-ci utilisent le bon d’achat immédiatement), de l’ordre de 10 % après 1945, et qu’elles règlent les commerçants à 90 jours, leur équilibre est atteint pour un crédit d’une durée de 6 mois22. Ce « circuit fermé », cet autofinancement largement pratiqué dans l’entre-deux-guerres, et encore pour certaines Unions au sortir de celle-ci, présente néanmoins des limites lorsque les demandes de crédit s’accroissent ou que la durée des crédits s’allonge23.

  • 24  Rapport de Roincé cité, p. 6.

18C’est pourquoi les Unions se sont, dès leur essor, tournées vers les banques qui leur accordent des facilités de caisse ou des avances à découvert. Ces concours sont principalement le fait des banques locales. L’Union économique de Rouen bénéficie par exemple du soutien du Crédit du Nord et celle de Saint-Quentin de la BNCI. Mais les consignes étant, depuis septembre 1948, de réduire les découverts, les Unions considèrent que le développement de leur activité est entravé et sollicitent un régime dérogatoire. Elles justifient cette demande en soulignant notamment qu’elles ne peuvent guère procéder à des augmentations de capital, leurs commerçants adhérents ayant « des possibilités financières très réduites en raison des investissements qu’ils sont obligés d’effectuer dans leurs propres affaires pour maintenir leurs stocks et pour faire face aux charges sociales et fiscales […] ; d’autre part, les Conseils d’administration n’y sont pas favorables dans la crainte de voir le contrôle des sociétés passer […] entre les mains d’un ou de quelques actionnaires »24. Elles insistent aussi fortement sur le rôle social de leur action, les bons d’achat servant à satisfaire des besoins très légitimes (habillement, chaussures, etc.) pour une clientèle qui se caractérise par la modicité de ses moyens.

  • 25  Souligné par nous (italique).

19Ces arguments sont passés au crible par M. de Roincé. Concernant la demande de concours bancaires supplémentaires, ce dernier réfute l’impossibilité alléguée par les Unions de procéder à une augmentation de capital et de pratiquer l’autofinancement. Se fondant sur une vue très partielle, et partiale, qui ne prend en compte que les Unions les plus importantes en terme de bénéfices réalisés (1,3 million de francs pour Le Havre en 1947, 920 000 francs pour Amiens et 660 000 pour Saint-Quentin), il milite pour l’autofinancement et, à défaut, suggère l’allongement de la durée de remboursement des bons (jusqu’à 7 mois !). Quant à l’augmentation de capital, ce serait un faux problème : « dans la très grande majorité des cas, il est difficile de prétendre que les commerçants adhérents ne sont pas en mesure de souscrire à des actions nouvelles ». En revanche, concernant le « rôle social » des Unions, le rapport ne conteste pas leur action positive en terme de « liberté des acheteurs, régularisation et moralisation du crédit » et note qu’effectivement, 90 % du chiffre d’affaires représentent l’achat d’articles « de véritable utilité ». Mais la conclusion est sans appel : « les arguments invoqués par les Unions économiques ne sont pas suffisamment importants pour passer outre aux dangers du crédit à la consommation et à son inopportunité actuelle25 ».

20Plus encore que dans le rapport Montbrial, remis à la même période, début 1949, le crédit à la consommation est dénigré. Trois « dangers » sont retenus : le risque inflationniste (relativisé dans le rapport Montbrial), « rien ne doit être accordé pour permettre de soutenir les prix » ; le risque économique (« il incite à effectuer des achats qui n’ont aucun caractère de nécessité ») et le risque juridique (« impossible de prendre des sûretés réelles pour garantir l’exécution des engagements contractés »). Bien que « classique » pour l’époque et contextuelle, cette critique du crédit à la consommation accordé par les Unions économiques est plus virulente que celle du rapport Montbrial.

  • 26  ABDF CNC 1355200701/77, Directeur général du crédit à la Banque de France, E. de Sèze déclare : «  (...)

21Transmis au Comité du crédit à court terme du CNC, ce rapport est discuté le 9 février 1949, le même jour que le premier examen des entreprises de financement des ventes à crédit. Opposant les intérêts du CNC et de la Banque de France à ceux du Commerce, la discussion est animée. Alors que P. Besse et E. de Sèze invoquent le problème de la résistance à la baisse des prix pour argumenter leur refus, M. Pisson s’insurge contre « ce dirigisme du crédit » et l’absence de prise en compte de la réalité quotidienne26. L’unanimité de la décision n’étant pas acquise, seul « un rapport oral » est transmis au CNC.

  • 27  M. Escarra, représentant du Crédit lyonnais, présent au Comité du crédit à court terme le 9 févrie (...)

22Si cette décision spécifique aux Unions est non négligeable, le refus de la Banque de réescompter leurs effets revient à « leur couper les vivres27 », celle adoptée par le CNC en juillet 1949 sur un plan général – le refus de réglementer le crédit à la consommation et d’enregistrer les entreprises spécialisées dans ce financement – est autrement problématique. Bien que tolérées, car « reconnues » par le CNC, les Unions sont en effet rejetées dans la clandestinité des établissements non enregistrés :

  • 28  ABDF DGC 1331200301/83, note sur la position à prendre à l’égard des Unions économiques et entrepr (...)

« Il ne pouvait être évidemment question qu’il [le CNC] fasse une exception à cette règle en faveur des seules Unions économiques. [Toutefois] en raison de l’ancienneté de plusieurs de ces sociétés, de l’importance relative de leurs opérations, du fait également que certaines classes sociales avaient pris, avant-guerre, l’habitude de s’adresser régulièrement à elles, il n’apparaissait pas possible d’engager, à leur encontre, les poursuites nécessaires pour les amener à cesser brutalement leur activité28. »

23Cet « entre-deux », ce caractère hybride sur le plan réglementaire, offre alors toutes les possibilités pour des sociétés de se créer sous cette appellation sans respecter les mêmes règles de fonctionnement. Car, comme le rapport de Roincé l’a souligné, les Unions répondent véritablement à des besoins, ceux de « la classe des salariés et économiquement faibles qui a perdu une partie importante de son pouvoir d’achat ».

24Cette demande de crédit, souvent minorée par l’historiographie, est perceptible, non seulement à travers la reprise d’activité des Unions économiques traditionnelles créées avant la Seconde Guerre mondiale, mais surtout à travers l’apparition et l’essor des « fausses Unions économiques ».

II. Les Unions économiques : des « contrebandiers du crédit » ?

  • 29  La Semeuse de Paris est enregistrée le 12 mai 1942, L’Épargne française de Bordeaux le 21 janvier (...)
  • 30  « Crédit aux ménages », car les possibilités de financer son logement sont également très restrein (...)

25En effet, au début des années 1950, l’offre légale de crédit à la consommation est limitée. Les filiales des constructeurs automobiles ou électriques financent surtout les biens d’équipement professionnel. Le financement de véhicules de tourisme pour les particuliers représente ainsi moins de 30 % des encours de la DIN ou de la DIAC. De même, le CREG, compte tenu des restrictions de gaz et d’électricité, ne reprend le financement des achats des ménages qu’à partir de 1953. Les sociétés de ventes à l’abonnement, liées aux grands magasins, et enregistrées durant la guerre, car leur activité s’était maintenue, offrent certes des possibilités de crédit, mais uniquement à Paris ou dans certaines grandes villes de province29. À une pénurie générale de crédit aux ménages s’ajoute donc une inégalité géographique de l’offre30.

  • 31  ABDF DGC 1331200301/83, note citée sur les « Besoins de crédit des Unions économiques et de leurs (...)
  • 32  ABDF 0001200603/16, Union économique de Saint-Quentin, note de la succursale de la Banque de Franc (...)

26C’est dans ce contexte que la reprise des affaires, effective dès 1948, se confirme pour les Unions économiques qui reprennent, pour une partie d’entre elles, leur activité. Leur nombre, en ce qui concerne celles affiliées à la Fédération, passe de 36 à 52 de 1948 à 1953 et leur chiffre d’affaires (montant des crédits délivrés), très variable en fonction des unions, de 1 milliard à 3,5 milliards en 195331. Si le nombre de commerçants adhérents (2 356 en 1948 et 5 000 environ en 1954) par Union progresse (de 67 à 100), le chiffre d’affaires se fait souvent avec quelques-uns parmi les actionnaires dirigeants. L’Union de Saint-Quentin traite ainsi avec 122 commerçants, mais réalise la moitié de son chiffre d’affaires avec cinq fournisseurs et un quart avec un seul32.

  • 33  Les crédits consentis par l’Union économique de Saint-Quentin en 1951 se ventilent ainsi : 33 % po (...)

27Le rayon d’activité de l’Union varie en fonction de son importance. L’Union de Saint-Quentin, au 4e rang pour son chiffre d’affaires en 1951, exerce son activité dans le département de l’Aisne et dans quelques localités du département du Nord comme Maubeuge, Jeumont et Le Cateau. Comme avant-guerre, les adhérents se recrutent principalement dans le textile et l’ameublement même si cette part dans le chiffre d’affaires tend à diminuer très légèrement (de 80 % à 75 %) au profit de l’équipement ménager et des cycles33.

  • 34  En 1952, le montant moyen des crédits par client est de 13 000 F.
  • 35  À Saint-Quentin, en 1952, l’Union économique compte 7 500 dossiers en activité pour une ville de 1 (...)
  • 36  En 1954, les ouvriers et employés représentent 76 % des abonnés et les fonctionnaires 14 %, J. Acq (...)

28Cette typologie correspond aux besoins des abonnés qui sollicitent de « petits crédits34 ». Mais, contrairement aux commerçants, notamment administrateurs, pour lesquels les dossiers de la Banque de France nous renseignent, les clients-abonnés sont plus difficilement appréhendables avec cette source. Ils sont estimés à près de 150 000 en 1953. Le fait nouveau de l’après-Seconde Guerre mondiale est la diversification de leur origine sociale35. À une clientèle exclusivement ouvrière avant-guerre s’ajoutent désormais des fonctionnaires, employés de bureau et retraités qui « cherchent à améliorer leur confort36 ». Les formules proposées par les Unions économiques, résumées par la devise « L’argent pour acheter, le temps pour payer », leur conviennent.

  • 37  ABDF DGC 1331200301/83, « Conditions pratiquées par les Unions économiques affiliées à la Fédérati (...)

29Sollicités à domicile par des courtiers ou allant directement aux bureaux de l’Union, ils peuvent, grâce aux bons dont le montant varie de 5 000 à 100 francs, fractionner leurs achats à crédit. Les bons étant utilisables chez de nombreux commerçants, ils ont la possibilité de choisir, et en principe, sont accueillis comme des clients payant au comptant dans la mesure où ce sont les commerçants qui décident d’adhérer à l’Union. Les remboursements s’effectuent par traites égales échelonnées par mois, par quinzaines ou par semaines. Les taux d’intérêt réels annuels pratiqués varient de 30 % à 45 % en fonction de la durée accordée et de la commission demandée37.

  • 38  ABDF DGC 1331200301/83, note sur les conditions appliquées par l’Union économique d’Angoulême, du (...)

30Ces taux assurent une rémunération appréciable aux Unions économiques. L’Union économique d’Angoulême dégage ainsi en 1953 un bénéfice brut de 8 à 9 % ce qui, comparé aux 5 % l’an des grandes sociétés de financement de ventes à crédit d’automobiles pour des prêts atteignant en moyenne 300 à 400 000 francs, est performant38.

  • 39  Cette coexistence, dans la relation de crédit, entre éléments personnels et impersonnels pour l’ex (...)
  • 40  ABDF DGC 1331200301/27, Conseil économique, Commission des finances, du crédit et de la fiscalité, (...)

31Ces bons résultats reposent sur la prudence et la maîtrise des risques. Les Unions économiques tablent ainsi généralement sur des remboursements n’excédant pas 10 à 15 % du salaire. Pour les plus anciennes, elles bénéficient également de l’ancienneté des relations avec leurs clients, sur deux voire trois générations comme à Saint-Quentin. Dans un cadre a priori impersonnel, les Unions économiques traditionnelles pratiquent donc des relations de crédit interpersonnelles39. M. Doublet, président de l’Union de Saint-Quentin et de la Fédération, insiste sur la personnalisation des relations et la proximité avec les abonnés : « C’est à dessein que le personnel de l’Union qui se trouve en contact avec les clients est un personnel essentiellement féminin. Il existe entre le personnel et les clients un climat de confiance qui ne pourrait exister dans le cas d’une société financière40 ». Toutefois, ce « climat de confiance » ne remplace pas le « renseignement » :

  • 41  Ibid. Celui-ci ajoute que ces « renseignements sont plus difficiles à obtenir dans une grande vill (...)

« Comment connaissons-nous nos clients ? Je vais vous dévoiler nos petits secrets de boutiques. Nous avons dans chaque usine quelqu’un qui nous renseigne, de l’échelon le plus élevé à l’échelon le plus bas ; ce peut être le contremaître ou le directeur général. Nous avons des renseignements par le propriétaire ; deux ou trois recoupements suffisent et la fiche est faite41 ».

  • 42  J. Acquier, art. cité, p. 19.

32Grâce à cette « remarquable technique » d’information, leurs pertes sont inférieures à 0,30 % du chiffre d’affaires en 195242.

33Cette activité rémunératrice, cette « niche » du crédit, jointe au fait que les Unions n’ont pas de définition légale, n’est pas sans aiguiser l’appétit d’individus à la recherche de profits faciles. Ainsi aux côtés des Unions traditionnelles, non enregistrées, mais « reconnues » par le CNC, qui appartiennent au « marché gris » du crédit à la consommation, émergent les « fausses Unions économiques », vecteur du « crédit noir ».

34Elles se distinguent des « vraies » Unions par le fait que, bien que portant la même appellation afin de jouer sur la notoriété de ces dernières, elles ne sont pas constituées par des commerçants. Ces fausses Unions économiques sont avant tout le fait d’aigrefins ayant perçu que la pénurie de crédit légal pouvait être source de profits juteux. D’une « moralité » sujette à caution, ils créent ou réactivent, seuls ou avec un associé, une ou plusieurs Unions. Ces créations s’effectuent entre 1950 et 1952, soit après la fin des pénuries et avant l’adoption de mesures réglementaires destinées à les éliminer.

  • 43  Les personnes ont été anonymisées.
  • 44  La première, celle du Gard, demande son enregistrement en tant qu’établissement financier en 1956, (...)

35Le cas de deux individus, celui de M., né en 1913 en Belgique, domicilié à Monte-Carlo et résident en hôtel à Limoges et de S.43, résident au Cannet et « protégé français » né à Tanger, tous deux associés, illustre « l’essaimage » de ces fausses unions. Ils fondent ou remettent en activité pas moins de quatre Unions économiques entre avril 1951 et 1952 : celles du Gard (à Nîmes), de Cannes en 1951 puis celles du Limousin (à Limoges) et de Grenoble en 1952. La seconde, qualifiée par la Banque de France « d’affaire douteuse », est revendue dès avril 1953, la troisième après avoir défrayé la chronique judiciaire est mise en liquidation et la dernière fait également l’objet de poursuites44. Un autre exemple, celui de l’Union économique de Savoie, pour laquelle on dispose des rapports de moralité de ses fondateurs, permet d’appréhender le « profil » de ces derniers.

36Fondée à Chambéry en mars 1952 avec un capital de 2 millions de francs, elle est l’œuvre de M. et B. Le premier, né en 1922, ancien gérant d’une entreprise de transport à Grenoble (de 1945 à 1949) qui a été « pendant un temps, commerçant de faïence, de porcelaine et de lingerie », a participé à la création de l’Union commerciale de la Loire à Saint-Étienne (en 1951) dont il s’est retiré. Personnalité jugée « dangereuse » à la « mentalité douteuse », il s’est associé à B. Né en 1897, ce dernier est marié « sous le régime de la séparation de biens » avec une demoiselle bien dotée et apparaît comme un riche propriétaire dont la capacité à mener ses affaires n’est pas établie. Ainsi, « il aurait été mêlé à une affaire assez louche de fausses traites en Afrique du Nord ». Par ailleurs, « il a défrayé, avant la guerre, la chronique locale au sujet d’une histoire de mœurs mal définie dont il a été le triste héros au bois de Boulogne et qui s’est terminée par une correction et le vol de son portefeuille par quelques vauriens ». On le retrouve ensuite « fondé de pouvoir, sans délégation de signature » dans une banque à Grenoble, mise en « liquidation judiciaire le 10 juin 1949 ». In fine, « l’opinion généralement admise est que par paresse, bêtise naturelle et fatuité, plus que par malhonnêteté foncière, B. aurait fait toute sa vie le jeu de gens avisés mais sans scrupules […]. En résumé, un assez triste fantoche dont il convient de se méfier ». Ces commentaires, peu amènes, sur les dirigeants de cette fausse Union sont ceux de la succursale de la Banque de France de Grenoble. Interrogée par le siège, la succursale procède en effet à une enquête sur cette affaire qui suscite rapidement des plaintes.

37Une deuxième caractéristique de ces « fausses Unions » est précisément la pratique de conditions de crédit léonines pour des biens très demandés. Alors que la plupart des Unions traditionnelles financent surtout l’habillement et des articles ménagers, les « fausses » se lancent sur des créneaux porteurs comme, au tout début des années 1950, le financement des motocycles ou cycles.

38C’est le cas de l’Union économique de Cannes et de celle de Savoie. Pour cette dernière, sur une cinquantaine de commerçants adhérents, plus d’une douzaine sont négociants dans ce secteur, notamment la maison Bétemps en Savoie. Cette activité représente les deux tiers de son chiffre d’affaires, contre 17 % pour l’habillement, 12 % pour les achats de machines à coudre ou objets divers et le reste en ameublement.

  • 45  Ainsi, une autre « fausse Union économique », celle de Cannes (cf. infra) se spécialise également (...)
  • 46  DICOMA est enregistrée par le CNC en 1950. Face à la pénurie de l’offre de financement pour les ac (...)

39Cette spécialisation n’est pas anodine pour les « fausses unions économiques45 ». Au début des années 1950, les possibilités d’achat à crédit des cycles et motocycles sont rares dans le cadre légal. Peugeot, réalisant l’intérêt de ce marché, créé, certes, en 1950 une filiale spécialisée dans la vente à tempérament des deux-roues, DICOMA, mais l’offre de crédit demeure insuffisante46. Pourtant, le vélomoteur, incarné par le Vélosolex apparu en 1946, représente à la fois un instrument de travail et un élément de loisir accessible aux ménages, bien plus que la voiture dont le prix est trop élevé et le délai d’obtention encore long.

40Grâce à ce créneau, l’Union de Savoie, qui exerce son activité sur les deux Savoie et l’Isère, disposant d’agences à Annemasse et Annecy, voit son chiffre d’affaires croître rapidement – 20 millions de francs en 1952, 75 en 1953 et 80 millions en 1954 – et réalise de larges bénéfices (dont la Banque de France relève la « dissimulation ») compte tenu des taux élevés pratiqués. Pour des crédits d’un montant variant entre 5 000 et 15 000 francs, le versement comptant exigé par celle-ci est de 33 %, la durée du crédit de 4, 6 ou 9 mois et les taux supportés par ses clients toujours supérieurs à 40 %, pouvant atteindre 47 %, alors même que la brochure publicitaire stipule : « Acheter à crédit au même prix qu’au comptant » !

  • 47  ABDF 1331200301/83, note sur la position à prendre à l’égard des Unions économiques cité, p. 3.
  • 48  S. Effosse, L’invention du logement aidé en France, op. cit., p. 177-199. Notons que les fausses U (...)

41Ce sont précisément ces conditions de crédit léonines qui suscitent des plaintes et défrayent la chronique. En cela, les fausses unions économiques, ces « organismes purement financiers, constituées par des personnes non commerçantes, en vue de réaliser des profits usuraires, à l’occasion d’opérations qui s’adressent presque toujours à une clientèle peu avertie47 » présentent des similitudes avec les sociétés de crédit différé qui se développent à la même époque et qui font, elles aussi, l’objet de scandales. Les premières sont au crédit à la consommation ce que les secondes sont au crédit immobilier48. Elles répondent à une demande de financement des ménages dans un cadre légal qui en organise la pénurie. Agents du marché noir du crédit, leurs agissements sont difficilement répréhensibles par la justice, faute d’une législation ou réglementation adéquate.

  • 49  Propos tenus par P. Besse, secrétaire général du CNC, lors de la séance du Comité des banques et é (...)

42Au début de l’année 1953, alerté par la situation, le ministère de l’Économie nationale sollicite l’action de la Banque de France sur ce point. Cette nouvelle plongée dans le monde du crédit à la consommation fait par « de petits commerçants perdus dans les sous-préfectures de province » n’est pas du goût de la Banque49.

III. Un compromis : la déclaration d’activité

43La question de la situation des Unions économiques au regard des lois bancaires est posée par la Commission de contrôle des banques dès 1950. Celle-ci saisit la commission juridique consultative du CNC qui, au cours de sa séance du 16 janvier 1951, rend un avis sans équivoque. La Commission conclut « que les Unions effectuent indiscutablement des opérations de crédit à court terme et que, de ce fait, elles rentrent dans la catégorie des établissements financiers. En conséquence, elles doivent être enregistrées pour exercer légalement leur activité ».

  • 50  Les Unions économiques fédérées bénéficient également du soutien de parlementaires. Ainsi, P. Gare (...)

44Cet avis, indépendant, va à l’encontre de la position défendue par la Banque de France et le CNC. Arc-boutés sur le principe adopté en juillet 1949 de refuser l’enregistrement des entreprises spécialisées dans le crédit à la consommation, et en même temps gênés par le précédent des sociétés de ventes à l’abonnement déjà enregistrées qui rend difficile la liquidation des Unions, ils plaident pour un compromis : la déclaration d’activité50.

45Prévue dans l’article 5 d/ de la loi du 14 juin 1941, celle-ci dispense de l’enregistrement « les entreprises effectuant le financement des ventes à crédit à condition que ce financement soit consenti par le vendeur lui-même ». Mais, pour la Commission juridique, cette position ne tient pas :

« Certes, les Unions pratiquent effectivement le financement des ventes à crédit, ou plus exactement d’achats à crédit, en ce sens qu’elles interviennent pour donner aux acheteurs les moyens financiers qui leur font défaut, mais elles sont distinctes des vendeurs [...].

L’article 5 de l’acte dit loi du 14 juin 1941 ne trouverait son application que dans le cas où l’Union financerait exclusivement les achats effectués auprès d’une ou deux maisons de commerce qui détiendraient la quasi-totalité du capital.

Dans ce dernier cas, la Commission juridique a admis que l’on pourrait ne pas tenir compte de la fiction juridique suivant laquelle l’Union est une personne morale distincte de ceux qui possèdent son capital. C’est là un cas exceptionnel ».

46La Banque opte alors pour une forme de résistance passive et retarde la résolution du problème : « Si des motifs de droit justifiaient que les Unions économiques fissent l’objet d’un enregistrement, les circonstances n’étaient pas favorables […]. Il est donc apparu préférable de rester encore pour le moment à cet égard dans une attitude d’expectative. »

47Mais la multiplication des « fausses unions » et les pressions du ministère, soucieux de voir soumettre « les organismes en question à une certaine discipline », obligent la Banque et le CNC à prendre position. C’est chose faite lors des trois séances du Comité des banques et établissements financiers des 2, 14 janvier et 5 février 1953. Leur priorité absolue est alors de séparer le sort des Unions économiques de la question générale du crédit à la consommation qu’ils n’entendent pas voir réviser :

  • 51  ABDF 14272003/143, Comité des banques et établissements financiers, séances des 2 et 14 janvier 19 (...)

« Avant que le financement de la vente à crédit de biens de consommation […] soit passé dans les mœurs françaises comme il est passé dans les mœurs américaines, il se passera probablement beaucoup de temps […]. Pour le moment, vous avez simplement de petits commerçants perdus dans les sous-préfectures de province qui essaient, tant bien que mal, de monter un mécanisme de financement de leurs ventes à crédit51 ».

48Minorant le rôle des Unions économiques (« un problème qui, malgré tout, se présente sur un plan secondaire »), voire méprisant ces établissements (jugés « trop primaires »), la Banque justifie ainsi son intervention, non pour des raisons économiques, mais pour des raisons de police pure et simple. Il s’agit de « fournir aux organismes judiciaires la possibilité d’intervenir d’une manière efficace dans la répression de certains abus », l’Union économique du Limousin qui fait l’objet de poursuites devant le parquet de Limoges, dominant alors les esprits.

49La Banque rejette ainsi l’idée d’établir des critères discriminants pour distinguer les « vraies » Unions des « fausses ». Émise par Pierre Grimanelli et Jacques Fougerolle, l’idée d’un taux plafond, par exemple, est balayée par une remarque étonnante du secrétaire général du CNC, P. Besse : « On doit dire que l’on n’arrive pas à trouver un taux à partir duquel le délit commencerait » (sic).

50La Banque et le CNC parviennent à imposer leurs vues. Les Unions économiques doivent être assujetties à la déclaration d’activité, compromis établi entre la volonté de ne pas abandonner le principe édicté en juillet 1949 et la nécessité d’éliminer les entreprises les plus malfaisantes. Cette solution juridique n’est pas sans conséquence pour les Unions. En effet, pour être admises à se placer sous ce régime, elles doivent répondre à trois conditions : tous les actionnaires ou associés de l’Union doivent être des commerçants en activité et régulièrement inscrits au registre du commerce ; l’Union ne doit financer que les ventes de ses actionnaires ou associés ; enfin, la participation de chaque actionnaire ou associé dans le capital et sa part dans le chiffre d’affaires doivent être, en pourcentage, du même ordre de grandeur. En 1954, 64 d’entre elles ont effectué cette déclaration.

51Mais, si cette solution juridique règle le problème de l’épuration des « fausses unions », elle laisse entier celui des moyens financiers des unions déclarées. Car, malgré une nouvelle demande de possibilité de réescompte formulée à la fin de l’année 1953, la Banque le leur refuse :

  • 52  ABDF 1331200301/83, note pour la Direction du service des banques et établissements financiers du (...)

« Les opérations envisagées ont pour objet de faciliter le développement du crédit à la consommation à partir de la distribution, alors que, jusqu’à maintenant, qu’ils s’agissent d’automobiles ou d’appareils électroménagers, nous avons admis la possibilité d’un tel financement qu’au stade ou avec l’intervention des constructeurs afin de faciliter leurs ventes52 ».

52Ce refus, ajouté à l’impossibilité, désormais, d’intégrer des actionnaires autres que commerçants, ce qui diminue d’autant l’apport de fonds propres, bride de facto le développement de l’activité des Unions promises à une lente asphyxie. Cet « avenir sombre », non démenti par la Banque, laisse entière la question de la satisfaction de la demande de financement des ménages. Perceptible, cette demande attire une nouvelle catégorie de prêteurs, celle des « aventuriers du crédit » sortis du sérail bancaire, c’est-à-dire des grands groupes financiers. La fin de la période de reconstruction leur pose, en effet, le problème de la reconversion de leurs capitaux. En quête de nouvelles activités, le crédit à la consommation leur offre des perspectives prometteuses pour peu qu’ils convainquent la Banque et la CNC de leur utilité dans l’assainissement du marché.

Notes

2  ABDF CNC 1355200701/78, Comité du crédit à moyen et long terme. Radiofiduciaire a déposé sa demande d’enregistrement le 10 décembre 1947, soit après la demande d’enquête du ministère de l’Économie.

3  B. de Andia et C. François, Les cathédrales du commerce parisien. Grands magasins et enseignes, Paris, 2006.

4  Outre le travail pionnier de M. A. Beale, Mort à crédit : the Credit Department Store and the Parisian Lower Classes, 1856-1920, Harvard History Department undergraduate thesis, 1982 ; M. Avanza, G. Laferté, E. Pénissat, « O credito entre as classes populares francesas : o exemplo de uma loja em Lens », Mana. Estudo de Antropologia Social, vol. 12, n° 1, avril 2006, p. 7-38 (« Le crédit des classes populaires en France de la Libération aux années 70 : le face-à-face au commerçant, l’exemple d’une boutique à Lens ») ; G. Laferté, M. Avanza, M. Fontaine et E. Pénissat, « Le crédit direct des commerçants aux consommateurs : persistance et dépassement dans le textile à Lens (1920-1970), Genèses, n° 79, 2010/2, p. 26-47 et, sur les magasins Dufayel, A. Albert, « Le crédit à la consommation des classes populaires à la Belle Époque. Invention, innovation ou reconfiguration ? », Annales. Histoire, Sciences sociales, 2012/4, p. 1049-1082.

5  À l’origine, le « promoteur historique » de cette technique de crédit est un modeste commerçant « argenteur », nommé Jacques-François Crespin (1824-1888). Fils de paysan, il ouvre en 1856 à Paris boulevard Barbès un magasin de meubles et pratique, à partir de 1865, la vente à crédit au moyen de bons qu’il généralise à d’autres commerçants en accord avec lui. Une réclame de 1879 vante ainsi les « bons Crespin » que « l’on peut acheter sans se faire connaître avec ses bons, dans 300 magasins à prix fixe ». « Fils de ses œuvres », il réalise avec ses grands magasins dont la devise est « Travail. Crédit. Confiance » une ascension sociale remarquable laissant à sa mort une fortune de plus de 13 millions de francs-or. Entré chez Crespin en 1871, nommé directeur en 1880 et associé à l’affaire, Georges Dufayel (1855-1916) systématise cette technique dans le grand magasin qu’il dirige par la suite, le Palais de la Nouveauté (nom de l’époque pour les grands magasins Crespin-Dufayel), B. Centorame, « Les grands magasins Crespin-Dufayel », dans B. de Andia et C. François, Les cathédrales du commerce parisien..., op. cit., p. 81-84 ; R-M. Gelpi et F-J. Labruyère, Histoire du crédit à la consommation, op. cit., p. 183-184 ; A. Albert, « Le crédit à la consommation des classes populaires », art. cité.

6  Sur l’expérience du « Service des Abonnements » des magasins Dufayel, entreprise dont les archives n’ont pas été retrouvées, A. Albert, « Le crédit à la consommation des classes populaires », art. cité, p. 1057-1066.

7  S. O’Connell et C. Reid, “Working-class consumer credit in the UK, 1925-1960 : the role of the check trader”, Economic History Review, LVIII, May 2005, p. 384 ; S. O’Connell, Credit and Community, op. cit. et J. Logemann & U. Spiekermann, “The Myth of a Bygone Cash Economy : Consumer Lending in Germany from the Nineteenth Century to the Mid-Twentieth Century”, dans Entreprises et Histoire, n° 59, juin 2010, p. 12-27.

8  Le seul exemple comparable connu aujourd’hui de pratique de ventes à l’abonnement par des commerçants détaillants regroupés en sociétés se trouve au Japon (où existe aussi un système de ventes à l’abonnement créé par des grands magasins les Shinpan). Toutefois, ce système ne se développe qu’à partir de 1951-1953, soit un demi-siècle après l’apparition des Unions économiques françaises sans que l’on sache si les Japonais ont eu connaissance de cette expérience française. Si les similarités avec les Unions sont frappantes (bons d’achat, financement de biens autres que les denrées périssables, etc.), des différences notables existent. Ainsi, jusqu’au début des années 1960, les prêts aux consommateurs ne se font pas directement, mais par l’intermédiaire de l’employeur (qui garantit ces prêts) ou d’associations de voisinage. D’autre part, la clientèle n’est pas ouvrière, mais elle concerne les classes moyennes. Enfin, les taux d’intérêt des crédits sont nettement inférieurs (10 %) à ceux observés en France (25-30 %). Sans doute est-ce une des raisons qui explique que, contrairement aux autorités françaises, le gouvernement japonais encourage en 1959 et 1962 cette pratique de vente à l’abonnement par les petits commerçants alors même que l’activité des Unions françaises diminue, Andrew Gordon, “Credit in a Nation of Savers : the Growth of Consumer Borrowing in Japan”, in J. Logemann (ed.), The Development of Consumer Credit in Global Perspective, op. cit., p. 63-81.

9  En Grande-Bretagne comme en Allemagne, la vente à l’abonnement est pratiquée par des établissements financiers, S. O’Connell, “The rise of the Provident system : check trading”, in Credit and Community, op. cit., p. 55-87 (the Provident Financial est créé en 1880) ; Id., « Épopée d’un crédit populaire : la compagnie britannique Provident », Sciences humaines, dossier « Consommer », mars-mai 2011, p. 40-43, et en Allemagne, le « Königsberg system » introduit en 1926 par la Kundenkredit GmbH créée par Walter Kaminski, in J. Logemann et U. Spiekermann, “ The Myth of a Bygone Cash Economy : Consumer Lending in Germany... ”, art. cité.

10  Les archives de la Banque sur les Unions économiques sont composées de dossiers de synthèse sur le sujet, notamment ABDF DGC 1331200301/27 et 1331200301/83 et de dossiers individuels par Union ayant fait l’objet d’une demande de déclaration d’activité. Pour ces derniers, ceux consultés sont : UE de Saint-Quentin 0001200603/16, UE du Havre 0001200603/193, UE de Rouen 0001200602/199, UE de Perpignan 0001200603/143, UE d’Amiens 0001200602/163, UE de Savoie 0001200602/174, UE de l’Ouest 0001200602/169, UE de Cannes 0001200602/187 et Société méridionale d’Union économique (Avignon) 0001200602/141.

11  Compte tenu des sociétés de ventes à l’abonnement des grands magasins parisiens, aucune union n’existe en région parisienne. De même, l’est de la France sous domination allemande jusqu’en 1918, ne connaît pas les Unions économiques. En revanche, il existe une Union économique à Alger, Jean Acquier, « Le crédit à la consommation dans les budgets familiaux », Revue Consommation, n° 4, oct-déc. 1958 et ABDF DGC 1331200301/83.

12  ABDF 0001200603/16, dossier sur l’Union économique de Saint-Quentin, Notes et études.

13  À hauteur de 95 % selon Jean Acquier, « Le crédit à la consommation... », art. cité, p. 18.

14  ABDF DGC 1331200301/83, rapport de M. de Roincé, janvier 1949.

15  Le nombre varie entre les estimations de Jean Acquier qui, dans son article « Le crédit à la consommation dans les budgets familiaux », évoque 74 Unions économiques et une trentaine de « sociétés assimilées », et le président de la Fédération nationale, M. Doublet, qui parle de 120 sociétés, ABDF DGC 1331200301/27, audition de M. Doublet, 28 octobre 1953.

16  Le chiffre d’affaires de l’Union économique de Saint-Quentin passe ainsi de 1 862 000 F en 1945 à 14 533 000 en 1947 et 43 496 000 F en 1948. D’autre part, le nombre d’Unions fédérées, c’est-à-dire celles affiliées à la Fédération, passe de 33 en 1948 selon Roincé, 32 en 1950 et 52 en 1954, J. Acquier, p. 16.

17  ABDF DGC 1331200301/83, note du 30 septembre1953, « Besoins de crédit des Unions économiques et de leurs fournisseurs ».

18  ABDF DGC 1331200301/83, compte rendu de la séance du Comité de crédit à court terme du 9 février 1949.

19  Ibid. Lettre du 28 juillet 1948.

20  ABDF DGC 1331200301/83, rapport de M. de Roincé sur « Les Unions économiques et sociétés similaires de France », février 1949, 18 p.

21  Si les bénéfices le permettent, les Unions économiques accordent parfois en fin d’année une ristourne aux fournisseurs.

22  Si le commerçant le demande, l’Union peut lui remettre des billets à ordre à 90 jours également qu’il peut faire escompter. Sur l’équilibre de la trésorerie des Unions économiques, J. Acquier, art. cité, p. 21-22.

23  Le rapport chiffres d’affaires sur fonds propres pour l’Union de Saint-Quentin passe de 24,5 % en 1910 à 12,75 % en 1959.

24  Rapport de Roincé cité, p. 6.

25  Souligné par nous (italique).

26  ABDF CNC 1355200701/77, Directeur général du crédit à la Banque de France, E. de Sèze déclare : « Il paraît particulièrement dangereux d’introduire de nouvelles faveurs à ces unions et qui leur permettent de donner une fraction croissante de la clientèle des détaillants, sinon un pouvoir d’achat supplémentaire, du moins un allongement dans le temps de ce pouvoir d’achat tel que le commerçant détaillant puisse résister un temps supplémentaire à la baisse des prix que lui imposerait la mévente ». Pour la réponse de M. Pisson, cf. supra la citation au début du chapitre II.

27  M. Escarra, représentant du Crédit lyonnais, présent au Comité du crédit à court terme le 9 février 1949, souligne que « les banques offrent très peu de crédit aux Unions économiques ». Fin 1948, celles-ci bénéficient en effet de 35,5 millions de crédits bancaires (facilités de caisse ou avances) pour un chiffre d’affaires estimé à 1 milliard de F, ABDF DGC 1331200301/83, note sur les « Besoins de crédit des Unions économiques et de leurs fournisseurs » du 30 septembre 1953. Cette faiblesse des concours peut s’expliquer par le fait que la Banque de France refuse de réescompter le papier des Unions.

28  ABDF DGC 1331200301/83, note sur la position à prendre à l’égard des Unions économiques et entreprises similaires, p. 3.

29  La Semeuse de Paris est enregistrée le 12 mai 1942, L’Épargne française de Bordeaux le 21 janvier 1943, La Ruche de Paris le 16 décembre 1943 et la SODIVE (à Paris) le 18 octobre 1945.

30  « Crédit aux ménages », car les possibilités de financer son logement sont également très restreintes, sur ce point cf. infra le rapprochement effectué entre les sociétés de crédit différé et les Unions économiques.

31  ABDF DGC 1331200301/83, note citée sur les « Besoins de crédit des Unions économiques et de leurs fournisseurs » du 30 septembre 1953. En 1951, cinq Unions les plus importantes par ordre décroissant de leur chiffre d’affaires sont : Rouen (512 millions de F), Amiens (256 millions), Toulon (201 millions), Le Havre (195 millions), et Saint-Quentin (134 millions). Par comparaison, l’Union de Bergerac a un chiffre d’affaires de 7,5 millions de F.

32  ABDF 0001200603/16, Union économique de Saint-Quentin, note de la succursale de la Banque de France de Saint-Quentin du 1er mars 1961.

33  Les crédits consentis par l’Union économique de Saint-Quentin en 1951 se ventilent ainsi : 33 % pour le textile (confections hommes et dames, tissus, blanc, lingerie, etc.), 30 % pour l’ameublement et la literie, 10 % pour les appareils électriques (cuisinières, réchauds, machines à laver, TSF, etc.), 7 % pour la quincaillerie et les appareils de chauffage, 6,7 % pour les bicyclettes, vélomoteurs, machines à coudre, 5,5 % pour les chaussures, 1,3 % pour les voitures d’enfants, parcs, lits et 3,8 % d’indéterminés (articles de pêche, de photo, jardinage, couronnes funéraires, etc.), ABDF 0001200603/16.

34  En 1952, le montant moyen des crédits par client est de 13 000 F.

35  À Saint-Quentin, en 1952, l’Union économique compte 7 500 dossiers en activité pour une ville de 100 000 habitants.

36  En 1954, les ouvriers et employés représentent 76 % des abonnés et les fonctionnaires 14 %, J. Acquier art. cité, p. 18.

37  ABDF DGC 1331200301/83, « Conditions pratiquées par les Unions économiques affiliées à la Fédération », 7 janvier 1953. La commission couvre les frais de dossier et d’enquête. En 1952, elle varie entre 8 et 11,5 %. Certaines unions proposent un taux plus bas en cas de réabonnement. C’est le cas de l’Union de Saint-Quentin qui demande un taux de 8,5 % sur le total du bon au premier abonnement et de 6,5 % pour un réabonnement. Cela revient, pour un versement comptant de 10 % et un crédit d’une durée de 6 mois, à des taux respectifs de 32 % et de 25 % l’an.

38  ABDF DGC 1331200301/83, note sur les conditions appliquées par l’Union économique d’Angoulême, du 6 octobre 1953.

39  Cette coexistence, dans la relation de crédit, entre éléments personnels et impersonnels pour l’exemple des Unions économiques abonde dans le sens de l’analyse générale faite par C. Lemercier et C. Zalc à propos d’une remise en cause d’une lecture évolutionniste, linéaire, du passage d’un crédit de face-à-face à un crédit intermédié et anonyme, C. Lemercier et C. Zalc, « Pour une nouvelle approche de la relation de crédit en histoire contemporaine », art. cité, p. 1000-1003.

40  ABDF DGC 1331200301/27, Conseil économique, Commission des finances, du crédit et de la fiscalité, procès-verbal de la séance du 28 octobre 1953, audition de M. Doublet, président de la Fédération nationale des Unions économiques.

41  Ibid. Celui-ci ajoute que ces « renseignements sont plus difficiles à obtenir dans une grande ville ». Ainsi, les pertes sont de 0,15 à 0,20 % à Saint-Quentin mais de 1,20 à 1,30 % à Marseille.

42  J. Acquier, art. cité, p. 19.

43  Les personnes ont été anonymisées.

44  La première, celle du Gard, demande son enregistrement en tant qu’établissement financier en 1956, ABDF 0001200602/187, dossier individuel ex-Union économique de Cannes.

45  Ainsi, une autre « fausse Union économique », celle de Cannes (cf. infra) se spécialise également dans le financement de motocycles à deux ou à trois roues (triporteur).

46  DICOMA est enregistrée par le CNC en 1950. Face à la pénurie de l’offre de financement pour les achats à crédit des deux-roues, la SOCOCRECY, spécialisée dans le financement des ventes à crédit de cycles et motocycles, est créée en 1955 par 42 petits producteurs, mais sous la forme d’une société commerciale afin d’échapper au montant minimum de capital imposé par le CNC : celle-ci est constituée avec un capital de 16 millions de F contre les 25 millions minimum exigés (sur ce point cf. chapitre V infra). Ses taux varient de 112 % (crédit à 4 mois) à 68 % (crédit à 9 mois) pour un cyclomoteur, ABDF 1370198301/4, rapport réalisé par le ministère de l’Industrie (Direction des industries mécaniques et électriques) par A. Joudrain en vue d’informer un groupe de travail du Commissariat général au Plan (Commission du commerce), 27 décembre 1960, 55 p.

47  ABDF 1331200301/83, note sur la position à prendre à l’égard des Unions économiques cité, p. 3.

48  S. Effosse, L’invention du logement aidé en France, op. cit., p. 177-199. Notons que les fausses Unions économiques et les sociétés de crédit différé se rejoignent sur le financement des voitures d’occasion, marché jusqu’alors ignoré par les filiales de crédit des grands constructeurs dans la mesure où la prise de gage n’est pas possible. Toutefois, ce financement s’effectue à la marge pour les Unions, faute de moyens financiers suffisants.

49  Propos tenus par P. Besse, secrétaire général du CNC, lors de la séance du Comité des banques et établissements financiers du 2 janvier 1953, ABDF CNC 14272003/143.

50  Les Unions économiques fédérées bénéficient également du soutien de parlementaires. Ainsi, P. Garet, député MRP de la Somme écrit en ce sens au gouverneur de la Banque de France.

51  ABDF 14272003/143, Comité des banques et établissements financiers, séances des 2 et 14 janvier 1953, propos de P. Besse, secrétaire général du CNC.

52  ABDF 1331200301/83, note pour la Direction du service des banques et établissements financiers du 5 décembre 1953, souligné par nous (italique).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search