Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entretiens avec Roger Goetze

 | 
Roger Goetze

Bilan de carrière

Texte intégral

Pour conclure, faisons si vous le voulez bien, votre bilan de carrière.

  • 1 Cf. Entretiens avec Roger Goetze, tome I, op. cit.
  • 2 Dans la préface qu’il rédige pour la première édition de l’annuaire des villes nouvelles paru en 19 (...)

Le bilan que je peux faire de ma vie active c’est que, dans le fond, j’ai été particulièrement favorisé par la chance. Parce que j’ai fait une carrière que je considère comme une très belle aventure et que j’ai vécu des moments inoubliables en Algérie, surtout les six mois passés auprès du général de Gaulle1. Les événements m’ont favorisé : la découverte du pétrole à Hassi-Messaoud et du gaz à Hassi R’mel a eu lieu au deuxième semestre de 1956 me donnant des perspectives d’intérêt énormes au moment où j’allais quitter le Budget, le 31 décembre 1956, pour un poste de sous-gouverneur au Crédit foncier dont l’activité de l’époque n’était pas très « meublante » après la bousculade des mes sept ans et demi de Budget. Et je suis devenu gouverneur, c’est-à-dire le seul patron du Crédit foncier en juillet 1967, après avoir assuré un an d’intérim du gouverneur Boissard très malade, ce qui a pu combler le vide créé pour moi par mon départ de la Société nationale de recherche et d’exploitation des pétroles en Algérie en juin 1966. Quant au Groupe central des villes nouvelles, depuis 1970, je le dirigeais depuis le Crédit foncier mais son importance et son rôle ont suffi à me combler lorsque, en 1977, atteint par la limite d’âge de soixante-cinq ans, je me suis éloigné du Crédit foncier.
Le Crédit foncier, j’y suis resté vingt et un ans, je m’y suis donc beaucoup attaché, mais ne c’est pas une chose qui m’a profondément marqué. Après mon départ, je n’étais plus que président du Groupe central des villes nouvelles. Ce Groupe m’a beaucoup donné. Je peux comparer cette expérience, dans une certaine mesure, à celle du Sahara et du pétrole2. C’est tout à fait différent mais, quand même, faire surgir d’une campagne fut-elle riche, fut-elle une terre à betteraves extraordinaire, faire surgir une ville où l’on voit des gens vivre, contraints d’abord, puis ensuite satisfaits, avec une telle animation, leurs petites habitudes, leurs disputes, etc. Je crois que c’est une réussite car dans l’ensemble, je crois que maintenant les gens n’y vont pas forcés dans les villes nouvelles. Certains y vont malgré eux, bien sûr, parce qu’ils n’ont pas trouvé ailleurs, c’est entendu. Mais un certain nombre d’entre eux y va comme ça et ils y restent. La plupart de ceux des anciens des villes nouvelles qui sont partis ailleurs pour une autre carrière administrative ou privée, ingénieur ou autre, habitent toujours leur ville nouvelle. C’est donc qu’ils ont su y trouver quelque chose de vivant et d’attachant. Moi, je garde des villes nouvelles un grand encouragement pour l’avenir.

Pensez-vous que ce succès, peut-être inattendu, est maintenant assuré ?

  • 3 Pierre Carie est directeur de l’EPA de Marne-la-Vallée jusqu’à son décès en 1974. Bernard Hirsch, d (...)
  • 4 René Rossi (1929) est directeur général de l’EPA de L’Isle d’Abeau de 1969 à 1971, Michel Rousselot (...)

Cette expérience était essentiellement dirigiste au départ mais ceux qui l’ont conduite ont su en faire quelque chose, c’est tout ce qu’il faut dire.
Les villes nouvelles comme toujours, ça doit tout finalement aux hommes qui ont été là, aux directeurs généraux des établissements publics que je ne veux pas nommer ou je ne nommerai que ceux qui sont morts, Pierre Carie à Marne-la-Vallée et Bernard Hirsch à Cergy-Pontoise qui a continué comme directeur régional de l’Équipement de l’Ile-de-France, puis directeur de l’École nationale des Ponts, qui vient de mourir3. Parmi les directeurs régionaux de l’Équipement d’Ile-de-France, je dois dire que c’est assez curieux. Sur les cinq que j’ai connus, quatre ont été directeur général d’un établissement public d’aménagement. Il y a eu Hirsch, Rossi, Rousselot et Ricono4. Ce qui prouve que c’était des ingénieurs des Ponts fort bien choisis au départ. C’est un poste très coté maintenant pour les ingénieurs des Ponts, pour les directeurs départementaux de l’Équipement. Devenir directeur général d’une ville nouvelle, c’est très demandé et ça prouve à la fois que c’est un rôle très varié et très apprécié et que de l’autre côté ils sont considérés comme très capables. Il faut donc rendre hommage au personnel des établissements publics d’aménagement. Il y a des hommes remarquables de ce côté-là.
Puis, je dois dire aussi qu’au Groupe central lui-même, les secrétaires généraux, les trois secrétaires généraux que j’ai connus, que ce soit Roullier, que ce soit Salmon-Legagneur ou Dresch maintenant depuis 1983, ce sont des hommes vraiment capables qui savent mener les affaires politiquement, financièrement, voire même techniquement et ils ont leurs idées personnelles sur tous ces problèmes aussi variés et c’est grâce à eux dans le fond que le Groupe central a été ce qu’il est, c’est-à-dire une organisation crédible qui est écoutée. La signature de son président vaut une signature ministérielle pour ceux qui reçoivent ses lettres d’instruction ou d’observation, même les Préfets. Les ministres changent généralement, le président du Groupe n’a pas beaucoup changé. Le secrétaire général c’est pareil. Donc si vous voulez, on est un peu responsable d’une population qui regroupe plus de 500 000 habitants en région parisienne, qu’on connaît par leurs représentants avec qui j’ai noué des relations souvent amicales. À mon départ, j’ai eu des manifestations d’unanimité, de gentillesse des uns et des autres, qui n’étaient pas forcées. Donc, ça prouve que le courant passe entre le petit groupe de coordination que représente le Groupe central et cet ensemble considérable d’élus maintenant, sur la région parisienne notamment [...].
C’est une expérience administrative intéressante. C’est une expérience humaine qui a réussi et qui est passionnante. Quand on est un vieux monsieur comme moi, puisque depuis douze ans je suis à la retraite du Crédit foncier, c’est passionnant de terminer sa carrière comme ça et de la terminer le jour où je l’ai voulu, comme je l’ai dit, et à plus de soixante-quinze ans, parce que je considérais que ma tâche était accomplie. Tous les textes législatifs que nous cherchions à faire voter depuis trois ou quatre ans avaient été finalement adoptés sauf un et tous les budgets avaient été votés sans devoir recourir aux commissions régionales des comptes. Il n’y a pas eu de déséquilibres autres que ceux qui avaient été préalablement approuvés et il y a eu une belle manifestation d’unanimité autour de ma personne.
Eh bien, je ne peux rien demander de plus. J’ai été gâté par la chance et j’ai fait, à mon avis, une très belle carrière, dont la fin me laisse un très grand vide, mais aussi meublée de très beaux souvenirs.

Notes

1 Cf. Entretiens avec Roger Goetze, tome I, op. cit.

2 Dans la préface qu’il rédige pour la première édition de l’annuaire des villes nouvelles paru en 1995, R. Goetze, en évoquant les périodes pendant lesquelles il a vécu « les moments les plus passionnants » et dont il a gardé « le souvenir le plus vif et la nostalgie durable », reprend cette comparaison : « Je veux parler des années où j’ai eu à présider, à la création, puis au développement et à la vie, d’abord de la SNREPAL, 20 ans de 1946 à 1966 puis du GCVN pendant plus de 17 ans (1970-1988). [...] Leurs points communs dans leur diversité, c’est que ces secteurs sont avant tout créateurs et innovants. Trouver de l’huile mais surtout donner de la vie, de l’eau, de la verdure, des usines, des routes et des maisons dans l’immensité désertique du Sahara, quoi de plus exaltant ? Quoi de plus passionnant aussi que de chercher une réponse aux problèmes des banlieues, à l’étouffement des villes, non seulement dans les livres mais aussi sur le terrain, essayer de faire là où il n’y a rien ou presque, une urbanisation cohérente. Voir ici comme là-bas, s’inscrire le résultat des efforts d’une équipe qu’on anime et qu’on soutient. », dans Annuaire des villes nouvelles. Les acteurs d’hier et d’aujourd’hui, Paris, Association française des villes nouvelles, 2003 (1re édition 1995), p. 7.

3 Pierre Carie est directeur de l’EPA de Marne-la-Vallée jusqu’à son décès en 1974. Bernard Hirsch, directeur de l’EPA de Cergy-Pontoise de 1966 à 1975, décède en 1988.

4 René Rossi (1929) est directeur général de l’EPA de L’Isle d’Abeau de 1969 à 1971, Michel Rousselot (1931) est directeur général d’EPA Marne de 1974 à 1982 et Gilles Ricono (1947) est directeur général d’EPA Marne/EPA France de 1991 à 1997. Il faut noter que, d’une manière générale, R. Goetze aime à rendre hommage au corps des Ponts et Chaussées. Dans sa préface à l’annuaire des villes nouvelles, il précise « Dans ces deux secteurs bien différents que je privilégie – le Pétrole et l’Aménagement du territoire – la direction générale revient tout naturellement aux grands corps techniques de l’État, ingénieur des Mines pour le premier, ingénieur des Ponts et Chaussées pour le second ; ce qui n’était pas pour me déplaire, car j’ai toujours préconisé le jumelage ingénieur/financier que ce soit à la direction du Budget où je l’avais institué ou dans les cabinets de Monsieur Mendès France au ministère – à créer – de l’Économie nationale (1944) ou auprès du général de Gaulle en 1958 », Annuaire des villes nouvelles, op. cit., p. 7.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540