Version classiqueVersion mobile

Les routes de l’argent

 | 
Matthieu de Oliveira

Introduction

Texte intégral

1L’étude des finances privées et publiques, particulièrement celles du xixe -siècle, fait bien souvent figure de parent pauvre de l’historiographie française. Chercheurs et étudiants lui reprochent son aridité et la complexité des mécanismes qu’elle met en œuvre ; les uns et les autres se retranchent derrière l’absence ou la trop grande dispersion des sources et rappellent la destruction des archives du ministère des Finances lors de la Commune ; de leur côté, les descendants invoquent le secret des familles pour conserver par-devers eux les papiers hérités de leurs ancêtres.

  • 1 Histoire financière de la France depuis 1715, Paris, Rousseau, 1914-1928, 5 volumes.
  • 2 Les manieurs d’argent à Paris à la fin du xviiie siècle, Paris, M. Rivière, 1939-1943, 3 volumes et (...)

2Lorsqu’on regarde la production historique du xxe siècle, il demeure bien difficile de citer plus d’une quinzaine d’historiens ayant consacré leurs travaux à ces questions et depuis Marcel Marion, au début du siècle, personne ne s’est risqué à une Histoire financière de la France1. Jean Bouchary, qui n’était pas historien de formation lui-même, fait figure de pionnier lorsqu’il publie dans les années 1940 ses Manieurs d’argent et ses Compagnies financières2 qui demeurent aujourd’hui encore des travaux de référence, irremplaçables par la richesse des informations qu’ils livrent ; dans l’après-guerre et jusqu’à la fin des années 1950, il publie encore quelques articles que leur dispersion et leur parution dans des revues économiques et bancaires, comme L’Écho de la Finance et Banque, rendent cependant malaisés à retrouver.

  • 3 Les bases historiques de la finance moderne, Paris, A. Colin, 1933, 216 p. et Les banques française (...)
  • 4 La banque et le crédit en France de 1815 à 1848, Paris, PUF, 1959, 380 p. et, entre autres, Histoir (...)
  • 5 Les banques européennes et l’industrialisation internationale dans la première moitHié du xixe -siè (...)
  • 6 SEVPEN, 1958 et 1961, 2 volumes.
  • 7 Paris, Cujas, 1963, 281 p.
  • 8 Banquiers, négociants et manufacturiers parisiens du Directoire à l’Empire, Paris-La Haye, Mouton (...)
  • 9 La Première Restauration et son budget, Genève, Droz, 1969, 270 p. et Gestionnaires et profiteurs d (...)
  • 10 .Histoire de la Banque de France d’après les sources originales, Paris, Grasset, 1929, 501 p.
  • 11 Les Régents et Censeurs de la Banque de France nommés sous le Consulat et l’Empire, Genève, Droz, 1 (...)
  • 12 La Banque de France et ses deux cents actionnaires sous le Second Empire, Genève, Droz, 1982, 359 p (...)

3Des années 1940 aux années 1960, le monde de la banque trouve en Robert Bigo3 et Bertrand Gille4 des historiens attentifs aux institutions du crédit comme aux hommes, suivis en cela par Maurice Lévy-Leboyer5, qui centre son analyse sur la dimension internationale des flux financiers. Herbert Lüthy et Guy Antonetti reprennent à leur tour le flambeau : le premier livre une étude magistrale sur le rôle de La Banque protestante en France de la Révocation de l’Édit de Nantes à la Révolution6 et le second propose une analyse particulièrement fine du fonctionnement et de l’activité d’Une maison de banque à Paris au xviiie siècle. Greffulhe, Montz & Cie (1789-1793)7. Ils sont bientôt rejoints, dans les années 1970 et 1980, par Louis Bergeron8 et Michel Bruguière9 dont les travaux forment en quelque sorte les pierres angulaires de la présente étude et qui se sont attachés à mieux faire connaître les mondes entremêlés de la finance privée et publique de la Révolution à la Restauration. En s’attachant à l’histoire de la Banque de France et de ceux qui en assurent la gestion, Gabriel Ramon10, Romuald Szramkiewicz11 et Alain Plessis12 ont également illustré, chacun à leur façon, cette imbrication des sphères du privé et du public.

  • 13 La Révolution française et l’économie. Décollage ou catastrophe ?, Paris, Nathan, 1989, 224 p.
  • 14 Gérard Béaur & Philippe Minard (dir.), Atlas de la Révolution française, volume X : Économie, Paris (...)
  • 15 Une si douce domination. Les milieux d’affaires français et l’Espagne, vers 1780-1808, Paris, Comit (...)
  • 16 Les Receveurs généraux des Finances, 1790-1865. Étude historique, répertoires nominatif et territor (...)
  • 17 Doctorat d’État, EHESS, 1994.

4Avec le bicentenaire de la Révolution française, les études se sont faites plus nombreuses, à commencer par celle du regretté François Hincker qui, après s’être interrogé sur les conséquences du bouleversement révolutionnaire sur l’économie française13, a supervisé le chapitre consacré aux finances publiques du volume Économie de l’Atlas de la Révolution française14, alors que l’on doit à Michel Zylberberg15 une étude éclairante sur la présence des milieux d’affaires français dans l’Espagne des derniers Bourbons. Plus récemment, les travaux de Pierre-François Pinaud sur les receveurs généraux16, que viennent compléter de nombreux articles, éclairent l’histoire du ministère des Finances au xixe siècle, et s’attachent à rendre intelligibles les techniques financières et à dresser la prosopographie des comptables supérieurs17.

  • 18 Économie et finances au xixe siècle. Guide du chercheur, 1789-1870, Paris, Comité pour l’-histoire (...)

5Enfin, depuis quinze ans, le Comité pour l’histoire économique et financière de la France s’attache à promouvoir l’étude de ces questions et assure, par la publication de guides des sources dont celui proposé par Arnaud de Maurepas18, le développement de la recherche en organisant des colloques et en rendant accessibles les travaux des chercheurs.

  • 19 « La place du Nord sur les routes de l’argent (1792-1798) », La Révolution et le développement du c (...)

6C’est fort des apports de ces travaux que le présent ouvrage s’est construit, poursuivant l’analyse des finances privées et publiques tout en intégrant les apports de l’histoire sociale ou celle de l’administration. Il trouve explicitement sa source dans une intuition de M. Bruguière qui, analysant les liens qui unissent les bureaux parisiens de la Trésorerie nationale aux manieurs d’argent des marches septentrionales du territoire de la Constituante au Consulat, signalait la singularité de « la place du Nord sur les routes de l’argent19 », constatant que la région se trouve très exactement au cœur de ce que Fernand Braudel appelait « l’inter-Europe de la lettre de change ».

7En étudiant les mouvements de l’argent privé et de l’argent public sur les routes du Nord qui, au départ de la capitale, traversent les régions les plus densément peuplées du territoire, où les premiers indices d’une industrialisation précoce et prometteuse sont déjà visibles, on en vient à analyser l’activité des principales places financières de l’Europe du Nord-Ouest, progressivement passées sous domination française à la faveur de la Révolution et de l’-Empire. On est dès lors à même d’observer une intense circulation de papier et de métal, l’objet principal de cette recherche.

8Cet ouvrage se propose dès lors d’analyser les effets de la conquête par la France des territoires de l’Europe du Nord-Ouest, en se fixant les objectifs suivants.

9Repérer, analyser et quantifier chaque fois que cela est possible les mouvements financiers privés et publics, officiels et officieux, légaux et illégaux, en numéraire comme en papier qui ont lieu du début de la Révolution (1789-1792) à la chute de l’-Empire (1814-1815) dans un espace géographique compris entre Paris et Hambourg.

10Identifier les principaux acteurs privés (négociants, manufacturiers, banquiers, fournisseurs) et publics (employés et fonctionnaires des administrations fiscales) opérant à l’intérieur des limites de cet espace et mettre à jour les liens d’affaires et/ou personnels qui existent entre eux, les réseaux qu’ils mettent en place, les sociétés au sein desquelles ils sont associés.

11Étudier la mise en place des administrations fiscales issues de la Révolution dans les départements réunis septentrionaux, évaluer les prélèvements opérés par les autorités françaises dans ces régions et observer la confrontation au quotidien des pratiques, des traditions et des habitudes nationales à l’intérieur d’un ensemble supranational.

12Poser les bases d’une réflexion sur la constitution d’un espace économique et financier rendu politiquement homogène par la conquête militaire puis l’annexion au territoire de « l’ancienne France » et intégré au sein d’un vaste marché qui se veut unifié et protégé.

13L’espace commercial – ou privé – préexiste à l’espace fiscal – ou public –, comme l’indique l’existence de relations commerciales anciennes et importantes, ainsi que la présence de liens privilégiés dans les secteurs industriels ou encore financiers entre la France, en particulier du Nord, et les Pays-Bas autrichiens, les Provinces Unies et les cités hanséatiques, en dépit de l’existence de frontières politiques et de barrières linguistiques. Espace privé et espace public se superposent bientôt au gré des conquêtes de la Révolution et des annexions du Directoire (1795) et de l’-Empire (1810) ; l’intégration institutionnelle de cet espace septentrional à l’ensemble français se double progressivement d’une intégration fiscale.

  • 20 Pierre Léon, « Rapport général », Aires et structures du commerce français au xviiie siècle, Colloq (...)

14Reprenant, en le modifiant quelque peu, le découpage proposé par P. Léon20, on peut distinguer un Nord « immédiat », constitué des départements du Pas-de-Calais et du Nord, un Nord « proche » formé des départements belges et un Nord plus « lointain » composé des départements hollandais et hanséatiques. Les étapes et les moyens de cette intégration au sein d’un ensemble toujours plus vaste, mais aussi la façon dont ces territoires tendent à se hiérarchiser à mesure qu’ils sont rattachés à la France, constituent les principaux enjeux de cette étude, qui s’attache régulièrement à présenter la situation aux moments clés que sont le Directoire, la réorganisation consulaire et l’apogée du Grand Empire. À l’intérieur de ce nouvel espace en formation, la façon dont les ensembles territoriaux ou régionaux subissent l’influence parisienne dès lors qu’ils entrent dans son aire d’expansion commerciale et fiscale, privée et publique, apparaît comme un fil rouge et permet à terme de répondre à quelques questions : peut-on associer la distance géographique à une forme d’autonomie économique et financière en quelque sorte proportionnelle à la distance d’avec la capitale française ? Parallèlement, la puissance, la primauté de Paris entraîne-t-elle de fait un lent mais irrémédiable déclin des principales places financières du continent que sont Amsterdam et Hambourg, jusqu’à entraîner un glissement du centre de gravité économique et financier du continent vers le sud ?

15Dans cette Europe française du Nord-Ouest, le département du Nord fait résolument figure de cas particulier : de tous les départements septentrionaux, il est le plus proche de Paris ; il est également le dernier de l’ancienne France et un point de passage obligé vers le nord comme vers le sud. L’examen de sa situation devrait permettre de déterminer s’il dispose d’une certaine autonomie ou indépendance économique, industrielle et financière à l’égard de la capitale comme des territoires annexés.

16En 1812, les cent trente départements sont une réalité institutionnelle, dont l’ancrage est difficile et inégal en raison du poids des traditions administratives ou de l’obstacle de la langue. On veut croire alors à l’efficacité d’une administration unique, sous la houlette de fonctionnaires le plus souvent venus de France, en particulier sous le Directoire, et aux vertus d’un fisc égalisateur. Cela explique que l’on portera une attention particulière aux relations réciproques entre l’ancienne France et les départements réunis, entre Paris et Lille, Bruxelles, Amsterdam et Hambourg, entre le centre et la périphérie à l’échelle du continent, même si chaque ville assume à sa façon la fonction de « pôle de diffusion » et contrôle une « aire d’expansion » ou d’influence qui lui est propre, parfois insérée dans un espace plus large, selon le principe des échelles emboîtées. Des formes de résistance ou d’opposition apparaissent pourtant à cette présence et à cette influence française, comme le refus d’acquitter l’impôt ou la mise sur pied de réseaux organisés de contrebande qui visent à mettre en échec la politique douanière adoptée et appliquée par la France ; elles apparaissent comme les premiers symptômes, économiques, de l’émergence des mouvements nationaux dans l’Europe du premier xixe siècle.

17La principale difficulté d’un tel projet résidait à l’évidence dans l’absence d’un fonds documentaire unique pour le mener à bien. De fait, il a fallu mobiliser une multiplicité de sources d’information dont la dispersion est sans doute le trait dominant, comme en témoigne l’état des archives consultées. Les sources imprimées et la bibliographie ont complété cette documentation, le croisement de ces trois types de matériaux apparaissant comme une garantie de la -réciprocité des points de vue. Les fonds conservés aux Archives nationales ont sans doute constitué la source majeure de cette étude, que sont venues compléter les archives des négociants (Briansiaux) et banquiers (Adam, Thuret, Fould ou Rothschild) déposées aux Archives nationales du monde du travail de Roubaix, et les Archives départementales du Nord et municipales de Lille, qui se sont révélées particulièrement riches. Les campagnes de dépouillement dans les archives de la Banque de France se sont également avérées très fructueuses, alors que les Archives générales du Royaume à Bruxelles ont permis de mieux appréhender le quotidien des départements réunis belges.

18Cette pluralité de points de vue a permis de mettre à contribution et de confronter les sources à la fois nationales, départementales et locales pour expliquer, comparer, confirmer ou infirmer les informations recueillies. Les archives ont au total livré quelques très bonnes surprises : on connaissait déjà l’extraordinaire richesse des fonds Briansiaux et Rothschild, sans soupçonner celle du fonds de la Banque Adam ; les archives du Comptoir d’escompte de la Banque de France à Lille se sont avérées être une véritable mine d’information ; les dépêches télégraphiques de la ligne du Nord ont livré quelques secrets financiers, enfin la lecture assidue des almanachs et autres annuaires statistiques ou encore des mémoires, souvenirs et autres correspondances s’est révélée riche d’enseignements.

19Lorsque pour tel ou tel point, l’absence de sources directes s’est par trop fait sentir, on a cherché à contourner l’obstacle et les passeports délivrés aux négociants lillois ont ainsi permis de déterminer – au moins partiellement – leur aire d’activité au cours de la période étudiée ; de même, les bulletins de police quotidiennement présentés à l’Empereur se sont avérés précieux pour repérer et comprendre les mécanismes de la contrebande. Chaque fois que cela a paru nécessaire, la méthode employée est présentée, permettant de justifier les choix opérés et le résultat attendu. À cette volonté didactique répond également le souci de comparer les situations entre le Nord et les autres départements de l’intérieur, le Nord et les départements réunis septentrionaux ou encore celle de ces mêmes départements avec d’autres régions annexées, comme la rive gauche du Rhin ou l’Italie.

20Parce qu’il est impossible de scruter les deux faces d’une pièce en même temps, un plan thématique s’est rapidement imposé. Ce traitement dichotomique, loin d’opposer les mouvements financiers privés et publics, permet au contraire leur traitement parallèle, favorise les comparaisons et autorise les résonances à l’intérieur d’une étude en deux temps qui se complètent et s’inter-pénètrent pour offrir une vision aussi approfondie que possible des multiples aspects qu’elle aborde.

21Scruter les mouvements de l’argent des particuliers impose en premier lieu de prendre la mesure de l’aire d’activité des négociants, banquiers et autres manufacturiers repérés dans les régions septentrionales, d’en déterminer les axes et d’en tracer les limites, puisque tel est le cadre de leurs opérations, de leurs spéculations. C’est à l’occasion de la vente des biens nationaux du Nord et bien plus encore de Belgique que nombre de manieurs d’argent de la capitale et d’ailleurs prennent contact avec les nouveaux territoires du Nord. Désormais implantés – plus ou moins durablement – sur les marges septentrionales du pays, ils découvrent les multiples possibilités qu’offre un espace économique résolument tourné vers l’industrie et le négoce : certains tentent avec plus ou moins de succès de s’y implanter et d’investir dans les secteurs textiles et charbonniers et d’en drainer les richesses à leur profit, les autres préférant s’insérer dans les circuits commerciaux et financiers, prenant ainsi leur part dans l’intense circulation de papier et de métal repérée entre Paris, Lille, Amsterdam et Hambourg.

22Comme en regard, l’espace de la finance publique découle de l’étude des institutions financières implantées au cœur de ce territoire et qui font de Lille et de sa région une aire privilégiée d’interpénétration et de contact entre la France de l’intérieur et les contrées septentrionales, conquises puis réunies à la République et à l’-Empire. Les régimes successifs manifestent différemment leurs exigences financières dans ces contrées : de la conquête découle l’application de la loi du vainqueur et la France de la Convention et du Directoire exige beaucoup en contrepartie de sa bienveillance à l’égard des régions libérées et des républiques sœurs ; l’annexion entraîne pour sa part « l’exportation » du modèle financier et fiscal français dans les départements réunis septentrionaux, progressivement soumis au régime du Blocus continental. L’application toujours plus restrictive des lois douanières puis du Blocus continental à ces contrées dont la prospérité repose essentiellement sur le commerce entraine l’apparition de réseaux de contrebande aussi efficaces que bien organisés et dont l’activité tend à s’accroître au fil des années, parfois sous couvert des autorités françaises elles-mêmes.

23Il s’agit donc bien au total de présenter et d’éclairer la façon dont s’arti-culent, à l’intérieur d’un territoire que l’histoire fait naître, se développer puis disparaître, celui des routes septentrionales de l’argent, le mouvement combiné des affaires privées et de la finance publique.

Notes

1 Histoire financière de la France depuis 1715, Paris, Rousseau, 1914-1928, 5 volumes.

2 Les manieurs d’argent à Paris à la fin du xviiie siècle, Paris, M. Rivière, 1939-1943, 3 volumes et Les compagnies financières à Paris à la fin du xviiie siècle, Paris, M. Rivière, 1940-1942, 3 volumes.

3 Les bases historiques de la finance moderne, Paris, A. Colin, 1933, 216 p. et Les banques françaises au cours du xixe siècle, Paris, Sirey, 1947, 304 p.

4 La banque et le crédit en France de 1815 à 1848, Paris, PUF, 1959, 380 p. et, entre autres, Histoire de la maison Rothschild, tome I. Des origines à 1848, Genève, Droz, 1965, 350 p.

5 Les banques européennes et l’industrialisation internationale dans la première moitHié du xixe -siècle, Paris, PUF, 1964, 815 p.

6 SEVPEN, 1958 et 1961, 2 volumes.

7 Paris, Cujas, 1963, 281 p.

8 Banquiers, négociants et manufacturiers parisiens du Directoire à l’Empire, Paris-La Haye, Mouton & Éditions de l’EHESS, 1978, 436 p. et plus récemment Les Rothschild et les autres : la gloire des banquiers, Paris, Perrin, 1991, 201 p.

9 La Première Restauration et son budget, Genève, Droz, 1969, 270 p. et Gestionnaires et profiteurs de la Révolution. L’Administration des finances françaises de Louis XVI à Bonaparte, Paris, O. Orban, 1986, 339 p.

10 .Histoire de la Banque de France d’après les sources originales, Paris, Grasset, 1929, 501 p.

11 Les Régents et Censeurs de la Banque de France nommés sous le Consulat et l’Empire, Genève, Droz, 1974, 480 p.

12 La Banque de France et ses deux cents actionnaires sous le Second Empire, Genève, Droz, 1982, 359 p., Régents et gouverneurs de la Banque de France sous le Second Empire, Genève, Droz, 1982, 444 p. et La politique de la Banque de France sous le Second Empire, Genève, Droz, 1985, 354 p.

13 La Révolution française et l’économie. Décollage ou catastrophe ?, Paris, Nathan, 1989, 224 p.

14 Gérard Béaur & Philippe Minard (dir.), Atlas de la Révolution française, volume X : Économie, Paris, Éditions de l’EHESS, 1998, 125 p.

15 Une si douce domination. Les milieux d’affaires français et l’Espagne, vers 1780-1808, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1993, 654 p.

16 Les Receveurs généraux des Finances, 1790-1865. Étude historique, répertoires nominatif et territorial, Genève, Droz, 1990, 253 p.

17 Doctorat d’État, EHESS, 1994.

18 Économie et finances au xixe siècle. Guide du chercheur, 1789-1870, Paris, Comité pour l’-histoire économique et financière de la France, 1998, 780 p.

19 « La place du Nord sur les routes de l’argent (1792-1798) », La Révolution et le développement du capitalisme, G. Gayot et J.-P. Hirsch (éd.), Revue du Nord, n° 5 spécial HS, Collection Histoire, 1989, colloque de Lille 19-21 novembre 1987, p. 89-98.

20 Pierre Léon, « Rapport général », Aires et structures du commerce français au xviiie siècle, Colloque de l’Association des historiens économistes, Paris 4-6 octobre 1973, Lyon, Centre d’histoire économique et sociale de la région lyonnaise, 1975, 352 p.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search