Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La France, l’aide américaine et la construction européenne 1944-1954. Volume I

 | 
Gérard Bossuat

Deuxième partie. - Le plan Marshall et la modernisation de la France

Chapitre VII. Plan Monnet et plan Marshall : la rencontre de deux ambitions

Texte intégral

« Nous avons besoin des Etats-Unis pour nous passer d’eux. »
Georges Bidault (juin 1948).

1L’échec de la modernisation de 1945 à 1947 était hélas ! une réalité. La crise de l’été 1947, à peine étalée par l’aide intérimaire, indiquait au gouvernement de Paul Ramadier que sans crédits extérieurs la France ne pourrait réaliser les ambitieux investissements du premier plan.

2Le financement du plan Monnet était impossible dans le contexte de pénurie générale. L’échec de la politique allemande limitait les réparations. Le charbon de la Ruhr était plus abondant depuis les accords de Moscou mais il était difficile à payer. Des solutions internes de financement ont été envisagées. Mais la France ne pouvait se passer d’équipements étrangers qu’elle trouvait essentiellement aux Etats-Unis.

3Les Français se rendent compte aussi que les colonies dont ils veulent faire un point d’appui de leur renaissance politique et économique sont dans un état de sous-développement extrême. Il faut donc y consentir des investissements. Le recours à l’étranger pose ici de redoutables problèmes. La peur d’être dépossédés rendait les Français circonspects sur les investissements américains. Leur doctrine sur les investissements étrangers s’élabore donc progressivement. Les effets ne peuvent être immédiats. Bien des réticences doivent être surmontées.

4L’aide américaine, souhaitée depuis 1945, était en passe de se réaliser. Le CGP est redevenu confiant. Une avance est même consentie sur l’aide Marshall (le programme ERP 1, avril-juin 1948) avant la signature de l’accord bilatéral, mais les inquiétudes du court terme, le ravitaillement encore compté, conféraient à ce premier trimestre d’aide un caractère de palliatif qui repoussait à plus tard une véritable modernisation.

5Deux questions se posent au moment où les Américains débloquent les fonds ERP 1. Comment les Français envisageaient-ils le financement du plan avant l’aide Marshall ? Comment comptaient-ils développer leurs TOM ? Surtout, comment lancer enfin la modernisation tant désirée ?

LES ALÉAS DU FINANCEMENT DU PLAN DE MODERNISATION

  • 1 Philippe Mioche, « Le démarrage du plan Monnet », art. cit., voir bibl. n° 259, RHMC, septembre 19 (...)

6Le Plan de modernisation et d’équipement est adopté le 7 janvier 1947 par le Conseil du plan, au cours de sa 3e session, mais son financement fut particulièrement aléatoire1.

Un financement impossible

  • 2 François Bloch-Lainé et Jean Bouvier, « Sur l’investissement reconstruction-modernisation au temps (...)

7Il n’est pas inintéressant d’avoir une vue d’ensemble des financements français et américains des dépenses françaises d’investissements2.

Tableau 18. Dépenses d’investissements dans les dépenses totales de l’Etat (1945-1949)

Tableau 18. Dépenses d’investissements dans les dépenses totales de l’Etat (1945-1949)

8Les dépenses d’investissements doublèrent en 1948, révélant ainsi la faiblesse des investissements entre 1945 et 1947. Or 1948 fut l’année du démarrage du Plan Marshall.

  • 3 F. Bloch-Lainé et Jean Bouvier, La France restaurée, 1944-1954, op. cit. ; voir bibl. n° 134 ; Fay (...)

9Une autre courbe, font remarquer François Bloch-Lainé et Jean Bouvier, fait apparaître cependant que la part des crédits américains dans les dépenses publiques totales a décru3.

Tableau 19. Part des crédits américains dans les dépenses publiques totales 1945-1951

Tableau 19. Part des crédits américains dans les dépenses publiques totales 1945-1951

10Faut-il en conclure que l’aide extérieure n’a joué qu’un rôle secondaire aux meilleurs moments de la modernisation (1948-1950) ? Faut-il en conclure que la croissance des dépenses publiques s’est faite au détriment des investissements ? Faut-il en conclure que la croissance française a pris le relais de l’aide extérieure ?

11Si les statistiques ne donnent pas encore de réponse, constatons qu’en 1947, les contemporains considéraient comme hasardeux, voire compromis, le financement du plan.

Les premiers moyens de Financement du plan Monnet

  • 4 Jacques Van Helmont, Options européennes, ¡945-1985, Perspectives européennes, CEE, 1986, p. 11. P (...)

12Jacques Van Helmont, haut fonctionnaire du CGP, est très net au sujet du financement du plan Monnet : « Début 1947, les trois premiers mois sont très mauvais », ou encore, « Les moyens de l’appliquer n’existent pas ». Son témoignage corrobore celui de Paul Delouvrier, chargé des questions financières au CGP : « On s’est contenté de vues assez vagues sur le financement sans en préciser ni les modalités, ni les ressources »4.

  • 5 Gérard Pogorel, « Le plan dans le débat politique français, 1946-1965 », p. 184, in De Monnet à Ma (...)

13En effet, il faut attendre le 30 mars 1947 pour que des crédits lui soient affectés5.

14Claire Andrieu a montré qu’on croyait que le Plan financerait le Plan. Encore fallait-il amorcer la pompe !

  • 6 Vincent Auriol, Journal 1947..., op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; p. 57, conseil des ministres du 5 f (...)

15Concrètement, le rapport général sur le premier plan de novembre 1946 envisageait de faire appel à l’épargne et d’inciter à la confiance en équilibrant le budget des dépenses courantes. Il évoquait l’autofinancement, l’émission d’actions et d’obligations comme en témoigne Vincent Auriol6, ou encore le recours à l’emprunt forcé.

  • 7 « Interview Pierre Uri, n° 1 », 27 novembre 1985 par A. Mares et G. Bossuat, Bulletin de l’Institu (...)

16Pierre Uri, d’après Georgette Elgey, avait imaginé sept formules de financement interne. Interrogé par les historiens, Pierre Uri rappelle qu’avec Nicolas Kaldor, il a cherché la solution dans une réforme fiscale sous forme de TVA (dont il s’estime le père) sans pouvoir l’imposer7.

  • 8 François Bloch-Lainé, Profession fonctionnaire, Seuil, 1976, p. 104.

17Les banques, y compris les nationalisées, se font prier pour financer les projets de modernisation, malgré des « lits de justice » tenus par François Bloch-Lainé, directeur du Trésor : « Leurs dirigeants avaient de bons arguments techniques et des arrière-pensées politiques »8. Les modernisateurs ne se trouvaient pas dans les banques, même nationalisées. Bloch-Lainé reconnaît s’être fait le complice de l’inflation et ne pas le regretter, parce que « les liquidités » ont été employées à faire des barrages, à sortir la France du malthusianisme et à la projeter dans l’expansion. En 1947, les programmes des travaux neufs de CdF, d’EDF et de la SNCF furent engagés, avant le Plan Marshall.

  • 9 Claire Andrieu, » Le financement des investissements entre 1947 et 1974, trois éclairages sur les (...)

18Le financement du plan se fit donc « à la petite semaine », par des moyens inflationnistes : réescompte d’effets auprès de la Banque de France, remboursement de bons du Trésor par l’Etat sur des avances de la Banque de France9.

  • 10 François Bloch-Lainé et Jean Bouvier, La France restaurée..., op. cit. ; voir bibl. n° 135, p. 123

19Les difficultés de financement proviennent aussi du caractère ambigu du plan : « Libéral à moyen et long terme, et interventionniste à court terme10 », le plan devait-il être financé par le marché ou par le Budget ? L’esprit du temps allait à la modernisation, sans que les contraintes aient été mesurées. Le Plan était en fait improvisé.

20Monnet, dès les origines, pensait à un financement partiel mais important du Plan de modernisation par l’aide américaine, comme il a été dit. L’insuffisance des crédits américains expliquait le retard du démarrage du Plan de modernisation.

21On avait songé à un financement par les réparations allemandes, par le charbon de la Ruhr libéralement distribué à l’industrie française. Les déboires de la politique française en Allemagne écartaient définitivement un tel recours.

  • 11 Pierre Mendès France, Œuvres complètes. Tome 2, Une politique de l’économie, 1943-1954, Gallimard, (...)

22Mendès France proposa de financer le plan par un emprunt remboursable sur les gains de production réalisés par les nouveaux investissements, plutôt que par l’inflation11. La mesure était intelligente, elle ne fut même pas examinée. Le recours à l’austérité de type britannique fut à peine imaginée.

23Marjolin a cette formule, à propos du plan : « Le seul moment où nous fûmes amenés à le situer dans un contexte international fut lorsque nous examinâmes la question de son financement ». Cette remarque de l’un des pères fondateurs du plan montre que Monnet et son équipe espéraient beaucoup du financement extérieur pour réaliser les ambitions nationales alors que toute autre solution s’était évanouie.

  • 12 AM F 11/2/9, ou B 33213, CGT, 30 mai 1947, « Propositions au conseil national du Crédit pour le fi (...)

24Quand la CGT propose le 30 mai 1947 au Conseil national du crédit des moyens de financer le plan, elle constate que la mobilisation spontanée de l’épargne est impossible et envisage des emprunts à long terme. Mais elle n’exclut pas, loin de là, l’appel aux crédits étrangers « nécessaires en tout état de cause, mais qui ne doivent jouer qu’un rôle supplétif en rétablissant l’équilibre de la balance des paiements »12. Pour apprécier le caractère supplétif, on se souviendra que le déficit extérieur de 1946 atteignait plusieurs centaines de millions de dollars. Elle ajoute aussi des taxes somptuaires, le produit des Réparations et des ressources du Trésor.

25L’aide étrangère était essentielle en 1947 pour faire démarrer le plan. Or l’aide américaine de 1946 avait été décevante pour cet objectif.

Créer une Caisse des activités de base, mai 1947

  • 13 AMF 11/2/2, ou B 33213, 12 mai 1947, « Lettre à Robert Schuman et annexes ».

26Pour assurer la continuité institutionnelle du financement des 6 secteurs de base du plan, donner confiance à l’épargne privée, Jean Monnet proposa à Robert Schuman, le 12 mai 1947, la création d’une Caisse autonome des activités de base, bénéficiant de ressources affectées13. Il demandait que la Caisse soit assurée de disposer de 60 à 75 milliards de francs par an, le reste pouvant être emprunté par la Caisse ou par les entreprises. L’argent viendrait de la contre-valeur en francs des emprunts étrangers (Banque Mondiale, FMI, emprunts Blum-Byrnes, emprunt anglais etc.), de la contre-valeur en francs de l’or et des devises publiques utilisés pour les importations. Monnet assurait que l’opinion internationale serait favorable à une telle décision.

  • 14 B 33213, sur une note de Paul Delouvrier, 18 juin 1947, « Note sur la création d’une ou plusieurs (...)

27Paul Delouvrier enfonça le « clou ». Mais Monnet se heurta bientôt à la Direction du Trésor de F. Bloch-Lainé. Sur une note de Delouvrier, un fonctionnaire du Trésor écrivit : « Quel abus de termes anglo-saxons ; au Plan on prend des vues et on se soucie des approches14. Les propositions du CGP dérangeaient. Monnet pensait à une caisse semblable à la Reconstruction Finance Corporation américaine, autonome par rapport aux administrations traditionnelles de l’Etat.

  • 15 B 33213, » Observations sur la lettre de M. Monnet au ministre des Finances du 12 mai 1947 et sur (...)
  • 16 B 33213, « Note de Bloch-Lainé 23 avril 1947, projets de Caisse autonome de reconstruction et de l (...)

28La Direction du Trésor refusa l’autonomie de la Caisse d’investissements car il lui parut impossible de soustraire au contrôle du Trésor la gestion de l’argent public. Elle dénonça aussi le caractère aléatoire des ressources envisagées par Monnet15. Il est vrai que la DT avait d’autres projets : celui d’une Caisse autonome de la reconstruction et de l’équipement (CARE) par transformation de la Caisse Autonome d’amortissement qui serait dirigée par un conseil d’administration de parlementaires, fonctionnaires, représentants d’intérêts privés et par le directeur de la caisse des dépôts et consignations16. La Direction du Trésor y aurait à l’évidence un poids plus grand.

29La Direction du Trésor n’avait peut-être pas tort de critiquer les ressources de cette caisse. Elles restaient imprécises et surtout aléatoires.

  • 17 Interview de Paul Delouvrier par A. Mares, 3 juin 1981, non publiée.

30Comment financer le Plan ? Paul Delouvrier résume excellement la situation : « J’avais préparé un chapitre fantastique qui s’est réduit à : « il faut l’équilibre budgétaire »17.

31Les Français étaient tellement convaincus de n’avoir pas atteint les objectifs de reconstruction fixés au début 1947 que le ministère des Finances mit en garde l’ambassade de France à Washington contre une propagande trop triomphaliste sur la réussite de la modernisation. Il est vrai que le gouvernement français demandait de nouveaux crédits aux Américains qu’il fallait justifier.

Les deux ambitions françaises et américaines

32L’annonce du Plan Marshall, à lire les témoignages rétrospectifs, comme les dépêches diplomatiques, apporta un soulagement général.

  • 18 Robert Marjolin, Le travail d’une vie, op. cit. ; voir bibl. n° 47, p. 183.

33Au Quai d’Orsay, comme au CGP ou dans les milieux politiques, on ressentit la fin prochaine de la pénurie en matières premières essentielles et en produits industriels pour la modernisation. Marjolin écrivit : « Au CGP nous y vîmes immédiatement la possibilité de faire du plan français une réalité. J’y voyais moi-même plus particulièrement un début de réponse à une question que je me posais depuis 1945 ou 1946 : comment intégrer le redressement économique français dans un redressement d’ensemble des économies européennes18 ? »

  • 19 CE 44, « Note », origine ?, 24 juillet 1947 à H. Alphand, 1 page 1/2. YI, 1944-1949, 228, YR, MAE, (...)

34La réaction primaire, émotive évacuait les conditions de l’aide. « Où pourrions-nous trouver aujourd’hui ce qui est nécessaire à notre vie même, si l’Europe et nous-mêmes ne faisons pas avec les Etats-Unis les arrangements nécessaires ? » demandait Alphand19.

  • 20 AMF 14/1/5 et 14/1/6, Jean Monnet à Georges Bidault, « L’aide Marshall, contribution à la réalisat (...)
  • 21 Chapitre 4.

35Monnet, un des premiers, conçut une tactique nouvelle où l’aide, la modernisation et la solution du problème allemand étaient nouées en un ensemble cohérent. L’aide, affirma-t-il à Georges Bidault, le 24 juillet 1947, ne menace pas « bien au contraire, notre Plan de modernisation », condition « de notre indépendance économique ». Mais la France doit régler le problème de la Ruhr pour assurer sa sécurité et augmenter la production de charbon allemand20. Il réagissait aux contraintes d’origine américaines (Clay) pesant sur la politique allemande de la France dans l’été 194721.

36Monnet avait tout de suite vu que l’opinion française n’accepterait certaines exigences américaines qu’à condition de mettre les crédits américains au service de la modernisation. Or le Plan était bien accepté des Américains, sauf sur la politique salariale trop timorée. Monnet allait s’appuyer sur le plan pour justifier auprès des Américains leur aide à la France, et tenter d’obtenir de l’opinion française des sacrifices d’amour-propre sur les conditions de l’aide et la politique allemande de la France.

  • 22 AMF 17/1/8, « Audition de Jean Monnet par la commission de la production industrielle de l’Assembl (...)

37Le Plan de modernisation impliquait jusqu’en 1950 $ 12 milliards d’importations, pour $ 10 milliards de recettes ; le Plan Marshall pouvait fournir $ 2 milliards, estimait-il22. On retrouvait ici le chiffre, rassurant parce que connu, du déficit prévisionnel arrêté par les experts américains lors des accords Blum-Byrnes.

38L’été 1947 apportait avec l’aide américaine un soulagement général pour l’avenir du Plan de modernisation.

L’incapacité de développer les territoires d’Outre-Mer

39Pour comprendre pourquoi la France a accepté le Plan Marshall, il faut aussi se référer aux problèmes du développement des territoires d’Outre-Mer.

La coopération avec la Grande-Bretagne, un leurre

40Dès 1944, pour éviter une remise en cause de la présence coloniale française, le gouvernement s’était tourné vers la Grande-Bretagne, autre puissance coloniale. Une coopération entre les deux pays était souhaitable en Afrique.

  • 23 Y I. 1944-1949, 655, J. C. Paris, 13 septembre 1944.

41Pleven proposa en septembre 1944 une conférence intercoloniale franco-britannique pour faire pièce au projet de « trusteeship » international de Sumner Welles23.

  • 24 YI 1944-1949, 655, MAE, Afrique-Levant, 26 novembre 1945, « Note pour le SG, conversations colonia (...)
  • 25 YI 1944-1949, 655, « Mémorandum des conversations anglo-franco-belges du 20-22 mai 1947 ». F 60 10 (...)

42Des conversations coloniales franco-britanniques se développèrent du 19 au 24 novembre 1945, mais elles portèrent sur des questions techniques : santé, agriculture en Afrique Occidentale24. Les Portugais souhaitèrent s’y associer. En 1947, les conversations franco-anglo-belges, du 20 au 22 mai 1947, sous la présidence de Moutet, conclurent à une action commune dans les domaines médicaux, phytosanitaires et hydrobiologiques25.

  • 26 YI 1944-1949, 655, Washington, 19 mars 1947, 645, F. Lacoste à G. Bidault.

43La confrontation possible avec l’URSS renforçait le sentiment que la faiblesse de la France dans les colonies était dangereuse, mais les Français savaient aussi que le capital français était incapable d’effectuer l’effort nécessaire au développement de l’Union française. Les seuls capitaux disponibles étaient américains. Mais l’impression prévalait qu’ils n’étaient pas disposés à s’investir dans des opérations aléatoires26. L’idée d’un capitalisme américain prêt à se ruer sur les colonies françaises est une idée fausse à cette date, et celle d’une coopération intereuropéenne capable de prendre le relais une illusion.

44Les chiffres marquaient le recul de la France dans ses colonies. En 1947, 33 % des importations des TOM venaient de France, contre 59 % en 1938, (13 % en 1945, 14 % en 1946). 9 % provenaient du commerce intercolonial, 33 % des Etats-Unis et 25 % d’autres pays étrangers. La France regagnait progressivement sa place, mais l’esprit du temps exigeait d’elle qu’elle consente des investissements de modernisation pour justifier sa présence coloniale.

  • 27 Gaston d’Eté, op. cit. ; voir bibl. n° 4 ; p. 262 sur les chiffres du commerce des TOM avec la Fra (...)

45Lors de la conférence de coopération coloniale franco-britannique de février 1948, les Français proposèrent une harmonisation des plans de production et des prix des produits des territoires d’Outre-Mer français et britanniques. Mais à l’heure du Pacte de Bruxelles, les Britanniques refusèrent27.

Le Commissariat du Plan hésite

46Toutefois la place des TOM dans les préoccupations françaises était-elle primordiale ?

  • 28 A. Nouschi, « Modernisation au Maghreb et puissance française, 1945-1948 », in La Puissance frança (...)
  • 29 Ainsi va la vie, Lausanne, 1988, p. 132.

47Les historiens ont déjà, par petites touches, en fonction des documents disponibles, levé un coin du voile. A. Nouschi s’étonnait du peu de place des TOM dans le programme du Conseil national de la Résistance malgré les bonnes intentions de Brazzaville28. Entendons d’abord Etienne Hirsch : « C’est peut-être naïveté, mais j’affirme que depuis la guerre notre politique en Afrique Noire était axée sur le bien-être des populations indigènes. Loin de rapporter à la France, elle comportait une dépense nette importante ». Telle est l’affirmation d’Etienne Hirsch dans ses Mémoire29.

  • 30 Vincent Auriol, Journal, 1947..., op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; conseil des ministres, 9 avril 194 (...)
  • 31 280 milliards d’après une autre source dont 150 en cinq ans, in AMF 0/13, Commission de modernisat (...)

48Ainsi donc, les Français auraient été prêts à développer ces territoires « à perte ». E. Labonne, plein d’idées, envisagea devant Vincent Auriol, président de l’Union française, de ressusciter l’époque des soldats laboureurs. Il proposait de recruter 30.000 légionnaires pour développer le Maroc français : « Il faut faire de l’Atlas ce que les Russes ont fait de l’Oural »30. En avril 1947, le conseil des ministres considéra comme essentiel l’équipement agricole et industriel de l’Algérie.Le CGP avait planifié FF 285 milliards d’investissements publics et privés dans les TOM sur 10 ans, de 1947 à 195631. Le FIDES avait été créé en avril 1946. Mais chaque territoire avait son propre plan. Cependant il est troublant de relever que le premier rapport de la commission de modernisation des TOM ne parut qu’en janvier 1948, deux ans après 10 autres rapports des commissions de modernisation. Ne faut-il pas conclure que le CGP et les gouvernements ne se préoccupaient pas en priorité des TOM malgré les prétendues attentions à l’égard de l’Empire ?

49Comme le dit A. Nouschi, « Il faut donc attendre 1949 pour que le Maghreb soit intégré dans le plan Monnet »... à la suite du plan Marshall pouvons nous ajouter ! L’aide Marshall obligea à coordonner les différents plans et à les rattacher à ceux de la métropole.

50Le plan décennal 1946-1956 pour les TOM prévoyait un doublement de leurs exportations. Les équipement sociaux devaient représenter 33 % des équipements publics, les communications devaient être développées par la construction de 1 900 km de voies ferrées nouvelles, de 8 000 km de routes en dur, par la modernisation des ports, ou la création d’aérodromes.

  • 32 J. Marseille, op. cit. ; voir bibl. n° 248 ; p. 348.

51Ce programme était-il novateur et avait-il pour objectif le développement des TOM ? L’historien Jacques Marseille répond qu’il était en retrait par rapport à celui de Vichy, qu’il ne répondait pas à l’idée d’industrialisation, qu’il établissait une complémentarité par rapport à l’industrie métropolitaine32.

52On notera cependant que contrairement à Jacques Marseille qui fait débuter en 1958, au moins pour l’Algérie, la nouvelle politique d’industrialisation française, cette politique apparaît plus tôt, dès 1949-1950, avec Labonne.

  • 33 Entretien de G. Bossuat avec Claude Tixier, 27 juin 1984. Tixier estime que le plan de Constantine (...)

53En revanche aucun plan décennal n’était rédigé pour l’Afrique du Nord. En 1945, d’après Claude Tixier, ancien directeur des Finances de l’Algérie, un premier plan avait échoué : échec de l’installation d’une industrie des lièges, sucrerie, papeteries, céramiques. En revanche les ciments avaient fonctionné. Il faudra attendre 1954-1955 pour que les choses bougent33. Il fait allusion sans doute à un plan d’équipement industriel élaboré sous l’autorité d’Yves Chataigneau en Algérie. Au Maroc et en Tunisie, dès 1945, l’administration crée des secteurs de modernisation du paysannat, et Labonne rêve d’industrialiser le Maroc.

Tableau 20. Investissements prévus par le CGP, 1946-1955, dans les TOM français

Tableau 20. Investissements prévus par le CGP, 1946-1955, dans les TOM français
  • 34 B 42268, compte rendu commission des investissements du 22 juillet 1948.

54Alors oui, il existe des projets pour les TOM, mais y croit-on véritablement ? Saisit-on l’occasion de l’aide et de la contre-valeur disponible pour renforcer les projets ? Sûrement pas à entendre Gregh à la Commission des investissements en juillet 1948 : l’affectation aux TOM de la contre-valeur de l’aide en dollar dont ils bénéficient « ne doit pas entraîner ipso-facto une extension de leur programme d’investissements ; la ressource nouvelle doit se substituer dans une certaine mesure à la subvention du budget métropolitain »34. Les Américains peuvent-ils accepter cette façon d’agir ?

55Dans cette ambiance de reconquête sans moyens de l’Empire, quelle place offrir aux investisseurs américains ?

Capitaux étrangers et TOM

56Les Français étaient pris entre la nécessité de disposer de capitaux étrangers et de ne pas se laisser déposséder de leur influence économique et politique outre-mer. Le dynamisme économique américain, l’esprit d’entreprise, la faiblesse du niveau de vie des populations coloniales, le souci de parer à l’exploitation politique de la misère, militaient pour une nouvelle politique des investissements étrangers dans les TOM.

  • 35 B Amérique 1944-1952, Etats-Unis, 255.

57Les diplomates en poste à Washington demandèrent une décision rapide. Les Etats-Unis, tout au moins l’administration, étaient aguichés par les matières premières des TOM Français. Le Plan Marshall leur offrait le moyen de satisfaire leur désirs au nom du concept d’aide réciproque. Les Français pouvaient peut-être en profiter pour faire là aussi une grande politique d’investissements. Ils conseillèrent de rechercher des sociétés américaines intéressées par la coopération avec les Français et pas seulement attirées par la soif du profit immédiat. Ils suggéraient de créer des sociétés franco-américaines d’exploitation à majorité française et de leur donner la garantie de pouvoir écouler leur production sur le marché américain. Les diplomates français de Washington considéraient que les équipements américains étaient bien adaptés aux besoins des colonies mais surtout que l’intérêt des Américains pour l’Afrique française représentait un atout pour la France : « Le businessman américain est l’élément le moins anti-colonialiste parce que le plus réaliste... Il a peut-être aussi le sentiment qu’un ordre français est préférable au désordre indigène pour la création et le développement du mouvement économique qui l’intéresse ». Presque mot pour mot, Armand Bérard rapportait que Kennan « se montrait compréhensif pour notre politique dans l’Empire Chérifien mais à condition que nous fussions en mesure d’y maintenir l’ordre »35.

  • 36 B Amérique 1944-1952, 255, P. Pelieu ? directeur bureau des TOM, agence des colonies aux Etats-Uni (...)

58L’exploitation des matières premières minérales et végétales pourrait faire l’objet de tels accords, ce qui supposait d’offrir des garanties de transfert de devises aux sociétés exploitantes36.

  • 37 B Amérique 1944-1952, Etats-Unis, 255, H. Bonnet, 25 novembre 1947, n° 2411, à G. Bidault. Armand (...)

59L’ambassade de Washington approuva ces conseils sous réserve d’éviter toute concentration des investissements américains sur un territoire donné, « susceptible de créer par la suite un élément de pression politique »37. L’ingérence américaine en Afrique du Nord et au Maroc était la plus redoutée.

  • 38 B Amérique 1944-1952, Etats-Unis, 255, DAEF, » Résumé de la dépêche d’ensemble sur les investissem (...)

60Ces idées, approuvées par la Direction d’Amérique du Quai d’Orsay, se heurtèrent à une fin de non-recevoir car la France d’Outre-Mer voulait surtout des capitaux anglais, belges ou suisses. Les tentatives antérieures de coopération franco-américaines, engagées à la demande de Marius Moutet38, s’étaient soldées par des échecs : Reynolds et la Société du Bor n’avaient pu s’entendre sur le développement de la bauxite de la Guyane française. Au Cameroun, la société française n’avait pas de poids financier suffisant face aux Américains d’American Metal Corp. pour l’exploitation du rutile. Les Américains exigeaient la liberté totale d’exploitation, de vente et de rapatriement des capitaux.

  • 39 5 A 14, MIC, direct, des carburants, 13 février 1948, DC 1125, R. Lacoste.

61Le gouvernement de Paul Ramadier s’était opposé, en Tunisie, à la constitution d’une société franco-américaine (SEREPT-Gulf Oil Corp.), à majorité américaine, pour l’exploitation du pétrole. Toutefois la commission des carburants du CGP était prête à accepter des société mixtes pour l’exploitation pétrolière et le BRP des sociétés mixtes à majorité étrangère39.

  • 40 5 A 14, René Mayer, télég. officiel, 28 ou 18, février 1948, sur la CEI du 27 février 1948.

62A la suite de réductions dans les programmes pétroliers de l’ERP et devant de nouvelles demandes de permis de Shell et de Gulf Oil, l’affaire fut réétudiée en 1948 par le CEI qui adopta la politique suivante : les sociétés pétrolières se limiteront à la recherche et à l’exploitation des champs pétrolifères. Le capital français sera au moins de 50 %. Le président du Conseil d’Administration sera français et le Conseil à moitié français. Le pétrole devra servir au développement industriel de la Tunisie40. Cette politique confirmait donc celle de Ramadier. Prudence, voire méfiance subsistaient au nom de la souveraineté de la France. Les sociétés étrangères étaient-elles intéressées ?

63C’est donc par faiblesse, et dans l’espoir de capitaliser politiquement les effets du développement, que le gouvernement français se prêta, malgré lui, à l’ouverture des TOM aux capitaux étrangers à des conditions contraignantes pour l’étranger.

Une plus large ouverture des TOM

64Deux mois plus tard, devant le même CEI, Georges Bidault et Robert Lacoste demandèrent une révision de cette politique. « A défaut de participation prépondérante [du capital étranger], ces sociétés ont, en Algérie et au Maroc, stérilisé les permis de recherche » remarquait Bidault. Il proposa de revenir sur le principe d’égalité et fut approuvé par Félix Gaillard, Coste-Floret et Jules Moch.

  • 41 5 A 14, SGCEI, 6 avril 1948, doc. 032/A, compte rendu séance du CEI du 5 avril 1948.

65Le CEI sentait bien sûr le danger mais il décida d’autoriser une participation majoritaire des sociétés étrangères au capital de sociétés pétrolières mixtes41, aux conditions suivantes : recherche et exploitation du pétrole, président du conseil d’administration français, formation de Français aux techniques de recherche offshore, obligation de satisfaire le marché tunisien et de raffiner dans l’Union française.

  • 42 5 A 14, p. 24, 20 février 1948, SG du CEI, doc. 22/B, » Observations de M. le sous-secrétaire d’Et (...)

66Ainsi le gouvernement cédait parce qu’il constatait que seules des compagnies américaines avaient la puissance nécessaire pour mettre en valeur le pétrole de Tunisie42.

67Le monopole français de la mise en valeur des TOM était en voie de démantèlement. Les espoirs d’un développement par les seules ressources nationales avaient fait faillite par impuissance financière de l’Etat et du privé. La doctrine s’effaçait devant les faits. La volonté politique butait sur la faiblesse économique. C’était par carence économique intérieure que la France « offrait » ses TOM à l’étranger.

68Le Quai d’Orsay et la France d’Outre-Mer n’excluaient pas une ambitieuse coopération franco-américaine à condition de trouver des sociétés françaises d’envergure et de refuser farouchement les exceptions aux règles définies plus haut, telles la franchise douanière sur les importations de matériels ou l’utilisation gratuite du domaine public.

69Cependant ces conditions minimales étaient-elles acceptables pour le capital étranger ?

  • 43 B Amérique 1944-1952, Etats-Unis, 255, G. Quoniam de Schompé, Résident de France au Libéria, 3 fév (...)

70Des tentatives sont faites par un groupe américain pour intéresser des sociétés françaises à investir au Libéria. La pénurie de devises rendit l’affaire caduque43. Au premier trimestre de 1948, on apprend que le capital étranger accepterait de participer minoritairement au capital de sociétés françaises exerçant au Maroc. Il est envisagé aussi de rénover les matériels de sociétés exploitantes dans l’Union française, par des achats aux Etats-Unis, grâce à des prêts privés remboursables sur les accroissements de production (graphite de Madagascar) ou par appel à la Banque Mondiale. Des hauts fonctionnaires de la France d’Outre-Mer (Peter et Legoux) vont aux Etats-Unis négocier un prêt de $ 20 millions pour la Société minière de Guinée (fer de Konakry), pour le nickel de Nouvelle-Calédonie, la Compagnie générale des oléagineux, et la Société Financière et Coloniale en Indochine. La démarche se fit avec des industriels français importants : Garreau-Dombasle, Paul Bernard, Coste et Gradis.

  • 44 B Amérique 1944-1952, Etats-Unis, 255, 29 mai 1948, n° 8414/SG/BCS, note pour Haussaire, Saigon, d (...)

71Les Américains s’intéressent à l’Indochine pour le riz, le bois, les laiteries et fromageries, la distribution du carburant au Tonkin (Texaco). Mais les autorités françaises font échouer l’importation de matériels agricoles américains par la Sino-Indochinoise Développement, parce qu’il s’agissait peut-être d’un trafic d’armes et d’une opération de renseignements économiques44.

  • 45 B Amérique 1944-1952, Etats-Unis, 255, « Les prospections économiques américaines en Algérie, de j (...)

72Les consulats américains en Algérie sont très actifs. Brandon, chef de la section économique du consulat d’Alger, recherche des renseignements sur la production agricole, les matières premières (alpha, crin, cuir, pétrole et métaux précieux), les réseaux commerciaux. Stettinius, ancien secrétaire d’Etat américain, retourné aux « affaires » rencontre le Haut Commissaire de France en AOF, Béchard. Les conversations ont porté sur le développement de l’AOF et les échanges AOF-Libéria45.

  • 46 F 60 904, Ministère de la FOM, doc. 24/A, 25 février 1948, « Communication au CEI, sur les îles au (...)

73Une anecdote en dit long sur la peur des Français d’être dépossédés par carence d’investissements. En 1948 la France d’Outre-Mer demande des équipements pour les îles australes de Saint-Paul et Amsterdam, sinon, dit-elle, les Etats-Unis et d’autres Etats contesteront à la France le droit d’occupation46.

Les Américains exigent la porte ouverte au Maroc français

74La faiblesse de la France se manifesta au Maroc et elle donna lieu à un conflit avec les Etats-Unis.

  • 47 B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 255, Rabat, SG, 26 septembre 1947, 21 h 15, 767.

75Le Maroc était un lieu privilégié des interventions américaines dans les territoires français en raison des traités internationaux régissant le Protectorat. La nervosité des autorités françaises était si remarquable que la Résidence signalait les voyages d’affaires de Marocains aux Etats-Unis. Il est vrai qu’en l’occurrence le Sultan avait investi des capitaux dans une entreprise de textile qui cherchait des capitaux américains47.

  • 48 B 33687, « Note du Consulat général des Etats-Unis, 22 septembre 1947 », Casablanca.

76Au Maroc, les Français avaient établi une législation réglementaire d’exception contre les importations étrangères au nom du contrôle des changes. La notion de la porte ouverte était donc bafouée. Le consulat américain de Casablanca avait dénié à la France le droit d’imposer des licences d’importation sur les marchandises étrangères, en particulier sur les importations réalisées sans demande de devises étrangères aux autorités chérifiennes (on parlait d’importations sans paiements, parce que les marchandises étaient financées par des comptes en dollars hors de la zone franc) par des Américains établis au Maroc, alors que le Protectorat n’en imposait pas aux importations françaises48.

77L’office des Changes français (avis 299, février 1948), avait répondu qu’il pratiquerait libéralement le régime des licences sans paiements, bien que l’on sache qu’un trafic frauduleux de devises s’effectuait par la base américaine de Port-Lyautey et par Tanger. En effet le produit en francs marocains de la vente des importations sans paiements n’était pas transférable à l’étranger.

  • 49 B 33687, « Note du conseiller diplomatique du protectorat, Marchât, au Consul général des Etats-Un (...)

78Les Américains continuèrent de critiquer le dirigisme français et les Français reprochèrent aux Américains d’inciter leurs nationaux, établis au Maroc, à violer les dahirs de l’administration chérifienne. Les commerçants américains se livraient à un commerce spéculatif et fructueux, mais ils ne procédaient nullement aux investissements qu’ils promettaient. La Résidence observait non sans inquiétude une fuite de francs marocains d’environ 100 millions par mois vers Tanger, alors paradis fiscal, où ils étaient changés en dollars. En conséquence elle décida de restreindre la liste des marchandises importables sans devises49. Toutefois, l’administration française reconnut malhabilement le bien-fondé au regard des traités internationaux des observations américaines. Ce faux pas relança l’affaire et conduisit Français et Américains devant la Cour Internationale de Justice en 1952.

79Ce climat de défiance à l’égard du commerce américain n’encourageait guère les investisseurs d’outre-atlantique, et il rendit l’administration française très prudente sur les projets d’investissements étrangers.

Les Etats-Unis à la recherche de matières premières

80Au cours de l’été 1947, des signes venus d’Amérique montraient le désir des Américains d’obtenir des Européens des minerais stratégiques afin de constituer des stocks de sécurité.

  • 50 CE 46, Présidence du Conseil, EMDN, 2e sect. n° 4775, secret, 19 décembre 1947, contre-amiral Laur (...)
  • 51 B 33688, 21.2/B. 00.963/SD, 99864 B/l, décembre 1947, rapport du SDECE du 27 décembre 1947.

81Le programme américain de stockage atteindrait $ 2,1 milliards dont $ 100 millions pour 1946-1947 et $ 275 millions pour 1947-194850. Les Américains attendaient un geste en retour de leur aide. Le SDCE voyait déjà les Américains exiger des limitations de souveraineté des quatre puissances coloniales européennes en échange de matériel nécessaire à l’exploitation des sous-sols coloniaux51. Le rapport Herter y faisait allusion.

  • 52 CE 46, R. Dreux, conseiller commercial 121-671-702, 18 décembre 1947, au ministère des Finances, « (...)

82Les Français envisageaient favorablement cet apport de matériel américain contre des ventes de matériaux stratégiques. Mais le plomb et le manganèse se trouvaient au Maroc surtout, et les Français de Washington, bien au courant des incidents avec les commerçants américains de ce pays se refusaient à prendre tout engagement52.

83Toutefois l’ambassade de France à Washington pressa le gouvernement de définir une politique de commercialisation des produits stratégiques comme il l’avait fait pour les investissements étrangers.

  • 53 Pierre-Olivier Lapie, « Philosophie du plan Marshall », conférence in Problèmes de politique écono (...)

84La question ne fut résolue au niveau des principes que dans la loi américaine d’aide à l’étranger du 2 avril 1948 et dans l’accord bilatéral franco-américain du 28 juin 1948. D’une certaine façon, l’aide américaine aux territoires d’Outre-Mer était la contrepartie de la livraison aux Etats-Unis de matériaux stratégiques53.

85En 1948, s’ouvrait une possibilité de parer au mal développement des colonies par le Plan Marshall. Mais le capitalisme américain pouvait en conséquence s’établir plus facilement dans les TOM que dans la Métropole et y ramasser à son profit les « trésors » africains dont parlait Laurentie. L’attrait de l’argent américain, l’espoir qu’il serve à l’élévation du niveau de vie des populations africaines, conduisirent le gouvernement français à envisager une politique d’ouverture, dans le respect de la souveraineté française éminente sur les colonies.

LES IMPORTATIONS DU DEUXIÈME TRIMESTRE 1948 : ERP 1

86Sur le court terme les difficultés persistaient toujours, malgré l’aide intérimaire et le supplément d’aide de $ 40 millions. Le financement des importations était un puissant argument pour adhérer rapidement au Plan Marshall.

Un bilan éloquent

  • 54 363 AP 8, DAEF, « Note remise à l’ambassade américaine », 6 février 1948. 457 AP 21, VL, 7 février (...)
  • 55 F 10 5569, 5 A 14, p. 17, Comité des importations, n° 1, compte rendu 1er réunion, 13 février 1948 (...)

87En février 1948 le gouvernement créa un instrument administratif pour suivre le programme des importations sur le court terme : le comité interministériel des importations (CI). Le déficit pour le second trimestre de 1948 était évalué à $ 360 millions. Les Français demandaient aux Etats-Unis une aide d’urgence pour éviter au gouvernement des difficultés majeures. René Mayer, ministre des Finances, espérait que la Reconstruction Finance Corporation puisse répartir le plus vite possible l’avance Marshall de $ 1 milliard54. La tendance était à la diminution des importations en dépit de l’aide intérimaire55.

Tableau 21. Réévaluation des programmes d’importation pour 1948 en dollars et en livres

Tableau 21. Réévaluation des programmes d’importation pour 1948 en dollars et en livres

88René Mayer refusa tout transfert nouveau d’or et il privilégia les importations de première urgence comme le charbon. Il espérait recevoir une avance de $ 300 millions sur l’aide ERP. Mais on ne savait pas encore comment les Américains se comporteraient face aux propositions d’importations des Européens. Il n’était pas sûr que les Américains autorisent des achats sur l’Allemagne payables en dollars ERP (en offshore) : le charbon de la Ruhr paraissait encore hors de portée pour l’économie française en dépit des accords de l’été 1947 à cause du manque de devises.

  • 56 457 AP 21, MAE, PB, TS, date : vers mars 1948, « Projet de texte de Baraduc pour Washington, a/s d (...)

89Au cours du premier trimestre 1948, la situation de la France en devises n’était pas assainie et malgré l’aide intérimaire les Français lançaient encore un appel d’urgence comme dans l’été 1947, argumentant sur les risques de chaos que l’Europe courait56.

ERP 1, une aide importante mais minimale

  • 57 5 A 14, F 10 5569, CI, 5e réunion du 12 mars 1948, « Comparaison des besoins français en dollars a (...)

90La signature de la loi d’aide permit aux services américains d’examiner les demandes françaises. Français et Américains n’arrivaient pas à se mettre d’accord sur le programme d’importations du second trimestre de 1948 financé sur ERP 1, c’est-à-dire sur la première tranche du plan Marshall57. Les Américains oubliaient le déficit de la zone française d’occupation en Allemagne. Ils sous-estimaient les dépenses de fret et surestimaient les capacités d’exportation françaises.

  • 58 F 10 5569, compte rendu séances des 16 et 19 avril 1948, CI.

91Un nouvel accord sur les surplus américains, signé le 11 mars 1948, soulagea un peu la balance et permit de faire un premier programme d’importations de produits industriels variés, mais à dominante militaire de $ 18-20 millions58.

  • 59 YI 1944-49, 229, MAE, DAEFT, 15 mars 1948, TS à Finances et CGP, « Note du DE du 12 mars ». F 12 1 (...)

92Bonnet proposa au Département d’Etat le 2 avril un programme général d’importation de $ 424 millions, incluant les contrats anciens de matières premières et d’équipements, allant au-delà des $ 375 millions avancés par les fonctionnaires américains59.

Tableau 22. Variations du programme ERP 1 et décision, avril-juillet 1948

Tableau 22. Variations du programme ERP 1 et décision, avril-juillet 1948
  • 60 F 10 5569, Documents emportés par Bollack, le 19 avril 1948, remis à l’ambassade américaine par Al (...)

93Les Français envisagèrent finalement trois hypothèses pour ERP 1 : $ 450,1 millions, $ 404,1 et $ 375,9 millions. Le gouvernement maintint les importations de céréales panifiables, l’azote pour l’agriculture, le carbon-black, le charbon de la Ruhr, les minerais, les matériaux de construction, le bois, la pâte à papier, le poste industries diverses. Les équipements faisaient les frais des réductions60.

  • 61 F 12 10 323, CE 48, Bonnet, Washington, 26 mai 1948, n° 146 DET.

94ERP 1 était vraiment la seule ressource disponible pour financer les importations du second trimestre 1948, les ressources propres du Trésor étant déjà complètement engagées. Le programme se monta à $ 375 millions, y compris les $ 40 millions de l’aide intérimaire supplémentaire, (dont $ 300 millions de dons et $ 75 millions de prêts)61.

  • 62 CE 48, « Note » de la CCFOM, 18 mai 1948.
  • 63 CE 48, Bérard, Washington, 2372-76, 2 juin 1948.

95Face à une situation caractérisée par une aide minimale, certains services protestèrent contre l’austérité relative. La France d’Outre-Mer s’estima lésée. Le CI avait fixé à $ 160 millions ERP les crédits de la France d’Outre-Mer et de l’Indochine pour la première année de l’aide. $ 48,7 millions devaient être pris sur la tranche ERP 1. Or le gouvernement n’alloua de fait que $ 19,4 millions62. Elle souhaitait vendre du cacao contre des dollars et des machines. De plus les Américains firent des difficultés pour allouer à l’Indochine sa part de crédits ($ 3,4 millions), car ils exprimaient des réticences envers la politique française en Indochine63. Les Français se résignèrent à exclure l’Indochine de l’aide Marshall.

  • 64 CE 48, Washington, 11 mai 1948, 21 h 05, 1979-1981. Crédit National, BFCE, « Exécution du plan Mar (...)

96Pour complaire aux Français, l’ECA accéléra la délivrance des letters of committement et des Procurement Autorizations (PA). On roda les procédures d’achats. Le gouvernement français présentait des demandes de réquisitions de marchandises au Trésor américain qui délivrait une autorisation d’achat (les PA) et avançait les fonds à une banque américaine qui en avisait le gouvernement français. L’opération d’achat pouvait commencer64. Cette procédure ne s’appliquait pas aux marchandises directement réquisitionnées par le gouvernement américain.

  • 65 IPMF 1948, « Situation des comptes des accords de paiements au 30 avril 1948, secret », ministère (...)

97ERP 1, pré-plan Marshall, réglait en partie la question des importations de marchandises mais pas celle de la pénurie de devises fortes. Le déficit avait été de $ 29 millions au premier trimestre 1948 malgré l’aide intérimaire. Il avait fallu ouvrir des autorisations d’importation de $ 55 millions pour des produits « absolument nécessaires à la bonne marche de l’industrie » écrit René Mayer, ou pour acheter des produits rejetés par l’aide intérimaire mais indispensables aux territoires d’Outre-Mer. Il avait fallu suspendre les importations de Belgique par manque de moyens de paiements en mars 1948. L’épuisement des réserves de livres sterling menaçait depuis le report des importations de la zone dollar sur la zone sterling dans l’été 1947. L’ensemble du solde déficitaire de la France avec les pays à accords de paiements était de $ 382,7 millions en u. c. (dont $ 164,2 millions sur l’Argentine et FS 40 millions sur la Suisse). Il faudrait bien un jour rembourser65.

  • 66 Inventaire Schuman 1951..., op. cit. Annexe V, B, p. 543.

98De plus la réalisation d’ERP 1 prenait du retard. Fin mai, seulement $ 53 millions de marchandises avaient été expédiés, $ 106,4 millions de réquisitions effectués par le gouvernement américain (céréales, matières grasses, protéines, coton, charbon, fret)66.

  • 67 B Amérique 1944-1952, Etats-Unis 251, Washington, 10 juin 1948, conseiller commercial, Bulletin me (...)

99Mais le spectre de la famine s’éloignait enfin. Le gouvernement américain voulait augmenter l’importance des rations en France, comme si le dossier du pain était enfin pris en compte. L’IEFC accordait des allocations plus substantielles, la Grande-Bretagne et la Belgique prêtaient du blé à la France67.

100Quand ERP 1 fut clôturé, les marchandises suivantes avaient été financées :

Tableau 23. Bilan qualitatif d’ERP 1 (avril-juin 1948)

Tableau 23. Bilan qualitatif d’ERP 1 (avril-juin 1948)

Conclusion

101La France bénéficia, avant même la signature de l’accord bilatéral la faisant entrer officiellement dans le Plan Marshall, de $ 335 millions pour le deuxième trimestre 1948, mais en réalité, à cause des délais de route, de $ 53 millions de marchandises. Le reste suivit évidemment pendant les mois d’été.

102L’avenir n’était pourtant pas encore libre d’obstacles. ERP 1 était une aide provisoirement consentie, sans postérité à défaut d’un accord bilatéral. L’accord bilatéral était-il acceptable par les Français ?

103La pénurie de devises sur le court terme rendait le gouvernement français nerveux et anxieux. Le programme d’importation du second trimestre 1948 (en fait d’avril à juillet) était inférieur aux prévisions françaises, comme l’avait déjà été l’aide intérimaire. L’aide n’était toujours qu’un palliatif, sans lequel l’économie française s’effondrerait par cessation d’importations de la zone dollar.

104Les équipements n’avaient pas la place qu’ils méritaient. Les premiers mois de l’aide Marshall n’avaient pu encore lancer le Plan de modernisation.

105Des risques apparaissaient à propos de la souveraineté de la France dans ses colonies. L’accès des Américains aux ressources en matières premières était ressenti à la fois comme un bien mais aussi comme un danger.

106Cependant, la prise en compte par les Américains du déficit de la balance commerciale française maintint des conditions minimales de fonctionnement de l’économie française et donc la stabilité politique. Les émeutes de la faim n’eurent pas lieu. L’espoir de réaliser le Plan de modernisation n’était plus une utopie pour autant qu’on signe l’accord bilatéral. Les différents mémorialistes racontent que l’aide fut la bienvenue pour la modernisation du pays. Certes ! Mais ne passent-ils pas trop vite sur cette période d’attente anxieuse, où les Français n’ont pas encore obtenu les crédits de la modernisation ? Le caractère d’urgence du Plan Marshall dura plus longtemps que prévu.

107La méditation des responsables français sur l’étroite dépendance américaine les conduisit bientôt à définir les conditions minimales de leur participation au Plan Marshall et d’une intervention des capitaux étrangers dans les colonies. Le débat sur l’utilisation de la contre-valeur au profit du Plan de modernisation, celui sur la stabilisation, les négociations sur l’accord bilatéral furent l’occasion d’un duel courtois franco-américain dont l’enjeu était d’ordre politique et économique : comment développer le pays sans altérer son indépendance ?

108Les négociations de Genève et de La Havane avaient montré une ferme résolution française à tirer parti de la nouvelle organisation des échanges. Le droit au développement sous protection provisoire a été défendu avec succès. Mais la confrontation bilatérale avec les Américains se présentait sous un jour beaucoup moins simple. La France serait-elle capable de persuader ses interlocuteurs de l’aider sans l’asservir ?

Notes

1 Philippe Mioche, « Le démarrage du plan Monnet », art. cit., voir bibl. n° 259, RHMC, septembre 1984.

2 François Bloch-Lainé et Jean Bouvier, « Sur l’investissement reconstruction-modernisation au temps du plan Monnet », Colloque FNSP, La France en voie de modernisation, 1944-1952, décembre 1981, d’après Mouvements économiques en France, 1944 à 1957, INSEE, PUF, 1958, p. 90.

3 F. Bloch-Lainé et Jean Bouvier, La France restaurée, 1944-1954, op. cit. ; voir bibl. n° 134 ; Fayard, 1986.

4 Jacques Van Helmont, Options européennes, ¡945-1985, Perspectives européennes, CEE, 1986, p. 11. Papiers G. Elgey, Interview de J. Van Helmont, par C. Daillencourt, 23 juillet 1964. Georgette Elgey, La République des illusions, 1945-1951, op. cit. ; voir bibl. n° 171 ; Fayard, 1965, cite une interview de P. Delouvrier, p. 425.

5 Gérard Pogorel, « Le plan dans le débat politique français, 1946-1965 », p. 184, in De Monnet à Massé, dir. H. Rousso, table ronde, juin 1983 à l’IHTP, CNRS, 1986.

6 Vincent Auriol, Journal 1947..., op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; p. 57, conseil des ministres du 5 février 1947 ou p. 72, 11 février 1947, et annexe p. 665, 17 février 1947, « Note pour Ramadier, informations et suggestions sur la situation ».

7 « Interview Pierre Uri, n° 1 », 27 novembre 1985 par A. Mares et G. Bossuat, Bulletin de l’Institut Pierre Renouvin, n° 2, hiver 1988.

8 François Bloch-Lainé, Profession fonctionnaire, Seuil, 1976, p. 104.

9 Claire Andrieu, » Le financement des investissements entre 1947 et 1974, trois éclairages sur les relations entre le ministère des Finances, l’institut d’émission et le plan, » in De Monnet à Massé, op. cit. ; voir bibl. n° 286 ;

10 François Bloch-Lainé et Jean Bouvier, La France restaurée..., op. cit. ; voir bibl. n° 135, p. 123.

11 Pierre Mendès France, Œuvres complètes. Tome 2, Une politique de l’économie, 1943-1954, Gallimard, 1985, p. 205, « Discours à l’Assemblée nationale, 5 mars 1947 ».

12 AM F 11/2/9, ou B 33213, CGT, 30 mai 1947, « Propositions au conseil national du Crédit pour le financement du Plan de modernisation et d’équipement ».

13 AMF 11/2/2, ou B 33213, 12 mai 1947, « Lettre à Robert Schuman et annexes ».

14 B 33213, sur une note de Paul Delouvrier, 18 juin 1947, « Note sur la création d’une ou plusieurs caisses de financement ».

15 B 33213, » Observations sur la lettre de M. Monnet au ministre des Finances du 12 mai 1947 et sur ses notes annexes », 20 mai 1947.

16 B 33213, « Note de Bloch-Lainé 23 avril 1947, projets de Caisse autonome de reconstruction et de l’équipement », 7 pages dactyl.

17 Interview de Paul Delouvrier par A. Mares, 3 juin 1981, non publiée.

18 Robert Marjolin, Le travail d’une vie, op. cit. ; voir bibl. n° 47, p. 183.

19 CE 44, « Note », origine ?, 24 juillet 1947 à H. Alphand, 1 page 1/2. YI, 1944-1949, 228, YR, MAE, Informations et presse, « circ. n° 175 IP », 11 juillet 1947, « a/s plan Marshall ».

20 AMF 14/1/5 et 14/1/6, Jean Monnet à Georges Bidault, « L’aide Marshall, contribution à la réalisation du plan ».

21 Chapitre 4.

22 AMF 17/1/8, « Audition de Jean Monnet par la commission de la production industrielle de l’Assemblée nationale, 16 juillet 1947.

23 Y I. 1944-1949, 655, J. C. Paris, 13 septembre 1944.

24 YI 1944-1949, 655, MAE, Afrique-Levant, 26 novembre 1945, « Note pour le SG, conversations coloniales franco-britanniques des 19-24 novembre 1945 ». Jacques Soustelle, 9 janvier 1946, 304, Ministère des Colonies à M. le gouverneur général de l’AOF, p.3.

25 YI 1944-1949, 655, « Mémorandum des conversations anglo-franco-belges du 20-22 mai 1947 ». F 60 1004, Ministère de la FOM, D. A. Politique, 2e bureau, PMH, « La collaboration inter-africaine », 1948.

26 YI 1944-1949, 655, Washington, 19 mars 1947, 645, F. Lacoste à G. Bidault.

27 Gaston d’Eté, op. cit. ; voir bibl. n° 4 ; p. 262 sur les chiffres du commerce des TOM avec la France et l’étranger. 52 J 84, « Conférence franco-britannique sur l’extension de la coopération en Afrique, 17-18 février, compte rendu de 3 séances ». 457 AP 79, Londres, 540-541, 12 février 1948, sur la réunion du 17, et « Lettre du Président de la République au président du Conseil », 12 février 1948.

28 A. Nouschi, « Modernisation au Maghreb et puissance française, 1945-1948 », in La Puissance française en question, 1945-1949, direct. R. Girault, R. Frank, Publications de la Sorbonne, 1988, p. 255.

29 Ainsi va la vie, Lausanne, 1988, p. 132.

30 Vincent Auriol, Journal, 1947..., op. cit. ; voir bibl. n° 19 ; conseil des ministres, 9 avril 1947, p. 184 et 16 février 1947, p. 85.

31 280 milliards d’après une autre source dont 150 en cinq ans, in AMF 0/13, Commission de modernisation des TOM, janvier 1949 ? date imprécise.

32 J. Marseille, op. cit. ; voir bibl. n° 248 ; p. 348.

33 Entretien de G. Bossuat avec Claude Tixier, 27 juin 1984. Tixier estime que le plan de Constantine doit beaucoup aux projets élaborés par ses services à ce moment.

34 B 42268, compte rendu commission des investissements du 22 juillet 1948.

35 B Amérique 1944-1952, Etats-Unis, 255.

36 B Amérique 1944-1952, 255, P. Pelieu ? directeur bureau des TOM, agence des colonies aux Etats-Unis, 21 octobre 1947, au ministre.

37 B Amérique 1944-1952, Etats-Unis, 255, H. Bonnet, 25 novembre 1947, n° 2411, à G. Bidault. Armand Bérard, op. cit. ; voir bibl. n° 20, p. 148.

38 B Amérique 1944-1952, Etats-Unis, 255, DAEF, » Résumé de la dépêche d’ensemble sur les investissements de capitaux étrangers dans l’Union française ».

39 5 A 14, MIC, direct, des carburants, 13 février 1948, DC 1125, R. Lacoste.

40 5 A 14, René Mayer, télég. officiel, 28 ou 18, février 1948, sur la CEI du 27 février 1948.

41 5 A 14, SGCEI, 6 avril 1948, doc. 032/A, compte rendu séance du CEI du 5 avril 1948.

42 5 A 14, p. 24, 20 février 1948, SG du CEI, doc. 22/B, » Observations de M. le sous-secrétaire d’Etat aux affaires économiques au sujet des recherches pétrolières en Tunisie ».

43 B Amérique 1944-1952, Etats-Unis, 255, G. Quoniam de Schompé, Résident de France au Libéria, 3 février 1948, à MAE.

44 B Amérique 1944-1952, Etats-Unis, 255, 29 mai 1948, n° 8414/SG/BCS, note pour Haussaire, Saigon, de P. Perrier, directeur de la Police et de la Sûreté générale.

45 B Amérique 1944-1952, Etats-Unis, 255, « Les prospections économiques américaines en Algérie, de janvier à juillet 1948 », s. d. s. origine. Année Politique 1948, 2 avril 1948, p. 67, pour le communiqué Stettinius-Béchard.

46 F 60 904, Ministère de la FOM, doc. 24/A, 25 février 1948, « Communication au CEI, sur les îles australes.

47 B Amérique, 1944-1952, Etats-Unis, 255, Rabat, SG, 26 septembre 1947, 21 h 15, 767.

48 B 33687, « Note du Consulat général des Etats-Unis, 22 septembre 1947 », Casablanca.

49 B 33687, « Note du conseiller diplomatique du protectorat, Marchât, au Consul général des Etats-Unis à Casablanca », n° 463D, 25 juin 1947. B 33687, Rabat, 13 septembre 1947, « Note du cabinet diplomatique de la Résidence française, n° 630D, au Consul Général des Etats-Unis à Casablanca ».

50 CE 46, Présidence du Conseil, EMDN, 2e sect. n° 4775, secret, 19 décembre 1947, contre-amiral Laurin, « Le Plan Marshall et le stockage de matériaux stratégiques aux Etats-Unis ».

51 B 33688, 21.2/B. 00.963/SD, 99864 B/l, décembre 1947, rapport du SDECE du 27 décembre 1947.

52 CE 46, R. Dreux, conseiller commercial 121-671-702, 18 décembre 1947, au ministère des Finances, « Importations de matériaux stratégiques de l’Union française ».

53 Pierre-Olivier Lapie, « Philosophie du plan Marshall », conférence in Problèmes de politique économique internationale, éd. Grand Siècle, 1949, p. 47-48.

54 363 AP 8, DAEF, « Note remise à l’ambassade américaine », 6 février 1948. 457 AP 21, VL, 7 février 1948, DAEF à Washington, 816-18. CE 47, VL, 11 février 1948, DGAEF à Washington, 881-885, « a/s plan Marshall ». CE 47, Bidault à Washington, 20 février 1948, « Déficit de la balance des paiements ». 457 AP 21, VL, 1er mars 1948, à Washington, 1212, « Plan Marshall ».

55 F 10 5569, 5 A 14, p. 17, Comité des importations, n° 1, compte rendu 1er réunion, 13 février 1948. L’évaluation des besoins pour avril, mai, juin, juillet a varié.

56 457 AP 21, MAE, PB, TS, date : vers mars 1948, « Projet de texte de Baraduc pour Washington, a/s du plan Marshall ». A-t-il été envoyé ?

57 5 A 14, F 10 5569, CI, 5e réunion du 12 mars 1948, « Comparaison des besoins français en dollars au 2e trimestre 1948 avec l’aide des Etats-Unis au second trimestre 1948 ».

58 F 10 5569, compte rendu séances des 16 et 19 avril 1948, CI.

59 YI 1944-49, 229, MAE, DAEFT, 15 mars 1948, TS à Finances et CGP, « Note du DE du 12 mars ». F 12 10323, CE 47, p. 55, H. Bonnet, Washington, 2 avril 1948, n° 109 DET.

60 F 10 5569, Documents emportés par Bollack, le 19 avril 1948, remis à l’ambassade américaine par Alphand, « Note sur le programme français pour la période avril-juillet 1948 ».

61 F 12 10 323, CE 48, Bonnet, Washington, 26 mai 1948, n° 146 DET.

62 CE 48, « Note » de la CCFOM, 18 mai 1948.

63 CE 48, Bérard, Washington, 2372-76, 2 juin 1948.

64 CE 48, Washington, 11 mai 1948, 21 h 05, 1979-1981. Crédit National, BFCE, « Exécution du plan Marshall », 12 avril 1948.

65 IPMF 1948, « Situation des comptes des accords de paiements au 30 avril 1948, secret », ministère des Finances.

66 Inventaire Schuman 1951..., op. cit. Annexe V, B, p. 543.

67 B Amérique 1944-1952, Etats-Unis 251, Washington, 10 juin 1948, conseiller commercial, Bulletin mensuel d’informations, 2e année, n° 6, « Rapports économiques franco-américains ».

Table des illustrations

Titre Tableau 18. Dépenses d’investissements dans les dépenses totales de l’Etat (1945-1949)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2709/img-1.jpg
Fichier image/, 77k
Titre Tableau 19. Part des crédits américains dans les dépenses publiques totales 1945-1951
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2709/img-2.jpg
Fichier image/, 186k
Titre Tableau 20. Investissements prévus par le CGP, 1946-1955, dans les TOM français
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2709/img-3.jpg
Fichier image/, 151k
Titre Tableau 21. Réévaluation des programmes d’importation pour 1948 en dollars et en livres
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2709/img-4.jpg
Fichier image/, 50k
Titre Tableau 22. Variations du programme ERP 1 et décision, avril-juillet 1948
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2709/img-5.jpg
Fichier image/, 124k
Titre Tableau 23. Bilan qualitatif d’ERP 1 (avril-juin 1948)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2709/img-6.jpg
Fichier image/, 205k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540