Version classiqueVersion mobile

Les routes de l’argent

 | 
Matthieu de Oliveira

Remerciements

Texte intégral

1Avec la publication de cet ouvrage se clôt un cycle ouvert par la soutenance, en décembre 1999, de ma thèse de doctorat à l’Université de Lille 3 devant un jury composé de MM. Louis Bergeron, Gérard Gayot, Jean-Jacques Heirwegh, Jean-Pierre Hirsch, Alain Plessis et Denis Woronoff. Leur lecture attentive et leurs suggestions ont permis d’améliorer le texte initial dont on trouvera ici une version légèrement remaniée et qui s’est efforcée de tenir compte des acquis de la recherche depuis dix ans.

2Parmi ceux qui auprès de qui j’ai contracté une dette, Jean-Pierre Hirsch figure à l’évidence au titre de créancier privilégié. Son humour décalé n’a d’égal que l’attention toujours renouvelée qu’il a porté à la réalisation de ce travail, posant toujours la question juste et demeurant attentif aux détails comme à l’économie générale du projet. Parvenant à conjuguer rigueur et humanité, il est pour beaucoup dans cette parution. Il me faut également remercier comme il se doit Bernard Phan qui, porteur des mêmes valeurs, m’a appris mon métier d’historien avant de devenir mon ami.

3De même, j’ai tiré grand profit des discussions le plus souvent infor-melles engagées avec François Antoine, Guy Antonetti, Serge Chassagne, Carole Christen, Olivier Feiertag, Gabriel Galvez-Behar, Jean-Pierre Jessenne, Hervé Leuwers, Dominique et Michel Margairaz, Philippe Minard, Pierre-François Pinaud, Didier Terrier et tous ceux qui, à Lille comme à Paris ou Bruxelles, ont accepté le dialogue sur ces sujets arides, ont partagé leurs -approches et m’ont prodigué leurs conseils.

4François Baudequin n’a pas compté son soutien logistique et bibliographique lors des longues périodes consacrées aux dépouillements puis à la rédaction. Laurent Brassart, Catherine Denys, Catherine Guillou, Garance Valin et Alexis Villain ont bien voulu partagé avec moi la tache souvent ardue de relecture et de mise en forme en vue de la publication ; qu’ils en soient tous remerciés.

5Il me faut également remercier pour leur attention et leur compétence le personnel des Archives nationales, des Archives départementales du Nord, des Archives municipales de Lille, des Archives générales du Royaume à Bruxelles, de la Mission historique de la Banque de France et des Archives nationales du monde du travail à Roubaix, ainsi que les dépositaires des fonds Fould, Rothschild et Thuret qui m’ont donné accès à leurs archives.

6Je suis enfin redevable au Conseil régional du Nord - Pas-de-Calais et à la Mission historique de la Banque de France qui ont soutenu financièrement ces recherches ainsi qu’à l’Institut de la gestion publique et du développement économique qui accueille cet ouvrage dans sa collection Histoire économique et financière de la France.

7Mes pensées vont enfin à Sophie, Anne-Sophie, Charlotte et Margot qui m’ont ouvert un énorme crédit de patience.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search