Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le juste ou le riche

 | 
Lucette Le Van-Lemesle

Annexe

Annexe 3. L’École libre des Sciences politiques. Lutte de Boutmy contre la nationalisation de l’École1

Texte intégral

  • 1 Sans date. Archives de l’École. Copie d’une lettre de Boutmy à Jules Ferry.

1Il n’y a point de services rendus au pays qui puissent créer des droits privés opposables à un intérêt public, présent, réel et démontré. L’activité la plus méritoire d’une association d’hommes, quant il est devenu certain que l’État gagnerait à se passer d’eux, met seulement à la charge du Gouvernement une dette de ménagements, de temporisation et d’égards.

2Telle n’est pas la condition de l’École des Sciences politiques. Aujourd’hui encore il y a un grand intérêt public, un intérêt d’État à ce qu’elle continue d’exister. Quand un établissement a versé au trésor appauvri de l’esprit public l’exemple honorable d’une œuvre d’utilité nationale, élaborée, soutenue, développée pendant plus de vingt ans par la spontanéité, la générosité, la ténacité individuelles, il est devenu une partie de la richesse morale de la nation, on ne le sacrifie pas sans une perte qu’il faut être bien sûr de pouvoir compenser. Lorsqu’un établissement a, pendant près d’un quart de siècle organisé et pratiqué l’enseignement de tout un ordre de connaissances, qu’il a accumulé et coordonné une somme énorme d’expériences décisives, qu’il a mûri pour et par la chaire, un grand nombre de branches d’études, absentes jusque là de nos programmes d’École, qu’il a suscité, de tous les points de la société et formé les uns par les autres, un grand nombre de talents aujourd’hui consacrés, on court le risque d’un déficit pédagogique considérable à briser, à disperser par fragments cette lente création du temps, pour en improviser une autre. A toute improvisation de ce genre, tentée sous le nom de l’État, le Gouvernement fera sagement, ce semble, de laisser attendre son concours. Une longue préparation, une perspective profonde et complète de toutes les étapes que devra parcourir l’œuvre nouvelle, un calcul exact de toutes les chances doivent précéder le premier coup de pioche à l’édifice existant. C’est à ceux qui croient l’heure venue de le démolir pour édifier sur son emplacement, qu’incombe la charge de la preuve, d’une preuve préalable, compréhensive, péremptoire, d’où ressorte l’urgence nécessité d’une reconstruction.

3Dans l’état présent des choses, cette preuve est à peu près impossible à administrer. L’École des sciences politiques à certes sa large part de défauts et d’insuffisance. Mais elle les rachète par un avantage capital qui lui est propre. Elle a le mérite unique de réunir et de concilier deux conditions en apparence contradictoires, dont la combinaison constitue la solution la moins imparfaite du difficile problème posé par son titre. C’est une école autonome qui offre au gouvernement, avec toutes les forces vives de la liberté, toutes les garanties d’une école d’État. Un pays ne se donne pas une institution de ce genre, il ne pourrait pas la refaire après l’avoir laissé disparaître ; il a fallu un concours extraordinaire de circonstances pour la produire et pour fondre ensemble ces deux attributs qu’aucune autre nation au monde n’a eu la fortune de pouvoir associer.

4Il faut bien mesurer les grands et durables avantages de cette association. Du caractère mixte de l’École, procèdent en effet, son originalité, sa force, sa solidité et les résultats considérables qu’elle a obtenus avec des moyens très limités.

5Premièrement elle est libre. Voici pourquoi elle ne pouvait se passer de l’être et voici comment cette liberté s’est montrée si féconde.

6Les sciences politiques forment une véritable encyclopédie dans le département de l’enseignement supérieur ; historique, économique, juridique, scientifique, médical leur fournissent des éléments. Elles sont jeunes, la plupart sont nées d’hier et il en naît constamment de nouvelles. Enfin c’est leur nature d’être en évolution rapide et continue.

7Elles se défont et se refont incessamment, se compliquent ou se simplifient comme les rapports entre les hommes. Aucune province de la connaissance humaine n’est moins propre à se renfermer dans les cadres d’une Faculté spéciale, à s’arrêter sous la forme d’enseignements classiques et consacrés. Aucun ne reçoit autant de données scientifiques. De la pratique quotidienne, de l’expérience courante. Il faut sans cesse ouvrir l’œil sur les faits contemporains pour saisir le moment où telle science politique se dédouble, où telle autre reçoit une impulsion qui change le sens de ses progrès ou le caractère de sa méthode.

8Pour embrasser, grouper des études si nombreuses, si mobiles, si disparates, un milieu d’une ancienne et forte homogénéité ne convient pas. Il faut une organisation, vivace plutôt que solide et d’une extrême souplesse, sans cadres arrêtés, sans règles fixes, sans formes professionnelles, affranchie de tout contrôle ralentissant, exempte de toute majesté officielle à sauvegarder. Une fondation libre peut seule conserver les dons d’élasticité et de plasticité nécessaires : l’opinion ne souffrirait pas. Dans un établissement officiel ce degré d’indétermination, cette sorte d’état inorganique, défauts apparents qui sont ici des mérites réels et du plus grand prix.

9C’est grâce à ces mérites, fruits de son indépendance, que l’École a pu et peut rendre à la science et à l’État les trois grands services qui sont aujourd’hui des titres.

10I. Premièrement elle a pu recevoir sur le pied d’égalité toutes les sciences d’État, laisser à chacune sa méthode et ne pas faire peser l’esprit plus vigoureux de l’une d’elles sur toutes les autres, comme cela serait arrivé infailliblement dans les Facultés de Droit. Secondement, libre de faire varier à son gré les limites de son programme, les conditions et la forme de ses cours, sûre de ne compromettre qu’elle-même par une méprise, maîtresse de réaliser les améliorations aussitôt que conçues, elle a pu introduire sans retard dans l’enseignement un très grand nombre de branches d’études qui, sans elle, attendraient peut-être encore de nos grandes Écoles publiques.

11II. Elle les a éprouvées, puis admises au droit de cité dans ses chaires, et c’est là que l’État en a pris quelques unes. C’est ainsi que l’instruction supérieure lui a dû les premiers cours qui ont été faits en France sur le budget et les impôts, l’histoire diplomatique, l’histoire parlementaire et législative, l’histoire comparée du droit de famille et du droit de propriété, l’histoire des doctrines économiques, l’économie sociale, etc. !

12III. Troisièmement, affranchie par le choix de ses maîtres de toute considération de grades, de concours, d’agrégation, de présentation, seule juge des gages qu’elle entendait exiger de chacun, elle a pu aller chercher partout où ils se trouvaient, solliciter, essayer, consacrer les jeunes hommes les mieux doués pour créer des enseignements nouveaux, les praticiens émérites les plus capables d’élargir où de rajeunir un sujet ancien. Elle avait pour champ de sélection la nation entière.

13C’est ainsi qu’elle a donné Sorel à l’histoire, Leroy-Beaulieu aux Finances et qu’elle a acquis avec eux pour l’enseignement, des hommes comme de Foville et Flach (que l’État a pris plus tard de ses mains) Stourm, Vandal, Lebon, Dietz, Anatole Leroy-Beaulieu, Silvestre... Léon Say pendant deux ans, Ribot pendant trois ans. De cette libre et large agrégation, elle peut sans doute concevoir un juste orgueil. Aucun de ces hommes n’était muni des justifications que l’État exige de ses professeurs ; aucun ne soupçonnait le talent d’enseigner qu’il a déployé plus tard. Toute l’admirable puissance pédagogique qu’ils renfermaient eut été perdue faute de débouché, si l’École des Sciences politiques ne s’était pas trouvée là, ou si elle n’eut pas été entièrement libre dans la direction de son enquête et dans ses choix. En somme l’École se présente avec deux recommandations décisives. Elle a hâté singulièrement l’entrée dans l’éducation publique d’un grand nombre de connaissances jusque-là tenues à l’écart ; elle les a accueillies et mûries dans un milieu favorable, elle a augmenté, elle augmente tous les jours merveilleusement, par des voies qui se sont ouvertes qu’à elle, les forces enseignantes de la nation. Elle est un puissant instrument de sélection et de recrutement de toutes les capacités éparses. En cela surtout elle ne saurait être suppléée.

14Cette recherche incessante de sujets et des hommes, indispensable pour alimenter un enseignement progressif des sciences politiques. L’État ne peut-il pas l’entreprendre en s’afffanchissant lui aussi des formes qui le gênent ? Nous ne le croyons pas. Retenu par sa grandeur, entravé par toutes ses responsabilités, il n’est pas propre, ce semble, à mener cette tâche. De plus, dans ce que le pouvoir fait lui-même et en son propre nom, trop de passions et d’intérêts espèrent de sa décision dans la moindre affaire des satisfactions qui ne sont finalement le partage que d’un petit nombre. Il n’est pas maître de ne pas compter avec tous ces faits ; car en les négligeant, il compromettrait son œuvre principale, son œuvre de gouvernement. Il serait donc troublé, tiraillé par ces considérations extérieures dans une entreprise où il ne faut voir et servir que le but. Le gouvernement lui-même a senti le danger, c’est pourquoi dans toute l’instruction supérieure, il a sans doute gardé la haute main, mais prudemment, il n’a pas voulu avoir la main libre. Il a compris que l’arbitraire dans le choix des personnes aboutirait pour lui à des luttes incessantes ou à la pire des sujétions. En ce qui concerne la nomination des professeurs, il s’est lié spontanément par tout un système de concours, de grades, de présentations qui le protègent et protègent la liberté de la science. La dignité de l’enseignement était à ce prix.

15Mais si cette précaution est tutélaire, si elle était indispensable (et elle le serait particulièrement pour des sciences très voisines de la politique) elle ne va pas sans certains effets fâcheux qui se manifesteraient par de graves mécomptes. Du premier jour où l’État entreprendrait d’enfermer dans ces cadres fixes, de soumettre à ces règles étroites pour le recrutement des maîtres un enseignement qui a besoin d’une entière liberté pour se constituer et pour progresser. Si l’État ne vise qu’à compléter le programme de l’instruction supérieure en y introduisant des parties réputées requises et définitives – ce qu’on peut appeler le fonds classique – des sciences politiques, il peut le faire en son propre nom et se servir des Facultés sans être trop gêné, ni entravé par les garanties et les règles qui sont comme la charte des libertés universitaires. Mais s’il veut créer et asservir sur sa propre base l’enseignement intégral de ces sciences, s’il reconnaît la nécessité d’y comprendre cette partie mouvante et changeante qui les relie à la vie contemporaine, force sera d’adopter une organisation extrêmement souple, un programme mobile, des conditions de recrutement plus larges et plus arbitraires et cette indétermination d’une part, cette liberté de choix de l’autre pourront devenir un embarras et un grave danger. Il n’y a qu’un remède, c’est que l’État s’arrange pour ne pas paraître, et opère par un substitut qu’il investira d’un mandat très compréhensif au moyen d’une délégation plus ou moins voilée.

16Or ce substitut existe : cette délégation, on peut dire que l’École des Sciences l’a reçue facilement et qu’elle y a été confirmée par l’autorité d’un long et irréprochable usage. Elle est en quelque sorte affiliée à l’État sans lui être ostensiblement subordonnée. Il est présent chez elle sous une infinité de formes indirectes. Qu’on ne dise donc pas que l’autonomie de l’École est une contradiction au principe que l’État doit préparer lui-même ses fonctionnaires. C’est lui en réalité qui les prépare et les façonne par les mains de l’École. Nous allons le montrer – bien plus sûrement qu’il ne pourrait le faire par l’organe des Facultés. Qu’on ne dise pas davantage que l’École pourrait user de sa liberté pour donner un enseignement contraire à l’esprit de nos institutions politiques. Si la crainte était justifiée pour l’École, elle le serait également pour tous les corps universitaires, notamment pour celles de nos facultés qui se recrutent par le concours. On n’est jamais sûr de la façon de penser des hommes que le concours porte aux premiers rangs : et ceux-là, le succès ne les désigne pas seulement, il les impose. Est-ce que les Facultés n’en sont pas moins politiquement très correctes ? La vérité est que ce genre de récriminations et de suspicions théoriques n’épargnerait personne, si l’on s’y arrêtait. Il faut l’écarter simplement et voir ce qui est. En ce qui concerne l’École des Sciences politiques c’est le fait qui fournit une réponse facile et péremptoire. En fait cette fondation libre sans être vu sans paraître chose d’État, offre au gouvernement les mêmes garanties que si elle l’était. Son conseil de perfectionnement comprend avec trois anciens ministres des Affaires étrangères et au Ministre des Finances de la République, tous les chefs des grands corps et des grands services publics auxquels l’École présente des candidats : le vice-président du Conseil d’État, le premier président de la Cour des comptes, les Directeurs des Affaires politiques et des affaires commerciales au Ministère des Affaires étrangères, un Inspecteur général des Finances, etc. Sur 34 professeurs 6 seulement sont sans lien avec l’administration, 12 sont des professeurs de l’État, 12 des fonctionnaires en activité, 4 des fonctionnaires en retraite. Voilà d’amples garanties que l’enseignement ne sera pas hostile à nos institutions. En fait depuis plus de vingt ans que tant de promotions essaimées de l’École ont rempli les services publics et qu’on a pu la juger par ses fruits, aucune critique n’a été articulée, aucune n’aurait pu l’être avec justice. Et ce n’est pas que le professeur ait le sacrifice de ses opinions à une prétendue orthodoxie officielle – il ne serait plus digne alors d’enseigner la jeunesse – mais c’est qu’il vit en général dans un milieu où une vue positive des choses, le sens des nécessités de gouvernement et un certain don de mesure sont les fruits naturels de l’ardente professionnelle et du contact avec les affaires. Ajoutez à ces qualités la gravité et la largeur qui sont liées à la supériorité du talent, et vous aurez cette attitude et ce ton irréprochables qui ont toujours régné à l’École, sans qu’on ait eu lieu de l’exiger des hommes, sans qu’ils aient dû se plier à aucune consigne imposée.

17Si toutes les considérations qui précèdent ont quelque réalité et quelque poids il y a un très grand intérêt public à conserver l’École des Sciences politiques. Ce n’est sans doute pas une raison pour que de peur de porter préjudice à l’École, le gouvernement écarte les réformes et les améliorations que les Facultés de l’État réclament. C’en est une pour qu’il n’accueille en ce genre que des propositions de réformes très étudiées, d’un intérêt réel et présent, d’un effet certain ou très probable. C’en est une aussi pour qu’il n’approuve pas volontiers ce qui pourrait devenir mortel ou gravement nuisible à l’École sans être une partie vitale de la réforme.

18En ces deux phases se résume l’esprit des trois demandes que nous adressons au Ministre.

19Nous lui demandons premièrement de m’accorder ses encouragements et son appui à un projet quelconque, que si l’on fait connaître en même temps le plan d’ensemble dont ce projet est l’une des étapes et si ce plan lui paraît amplement étudié et justifié, pratique et réalisable.

20Nous lui demandons, si le spécimen d’affiche dont on a saisi le Conseil général, est soumis à l’approbation ministérielle, de ne se montrer favorable qu’à une rédaction qui ne puisse en aucun cas être prise pour une démonstration hostile contre une fondation qui rend de grands services et fait honneur à l’État. C’est ce qui arriverait infailliblement. Si l’on maintenait sur l’affiche sous la rubrique : enseignement des sciences politiques, les trois grandes divisions correspondant aux trois divisions fondamentales de l’École. Il est facile de prouver que ces divisions sont au moins superflues.

21Nous demandons enfin que le Ministre ajourne toute institution d’un diplôme d’État ou d’un grade spécial. Si le groupe de cours qu’il est question de former et de compléter n’a qu’un but purement scientifique, la sanction qui convient et qui suffit est une attestation universitaire de la forme la plus simple, pouvant s’adapter à tous les plans d’études qui répondent à la variété des vocations intellectuelles. Si le groupe vise à prendre le caractère d’une école préparatoire aux carrières, il reste à considérer si c’est bien là l’office de l’université et si elle y est particulièrement apte. En tout cas, le plan ne paraît pas assez mûri, l’ordonnance assez étudiée, la direction assez fortement organisée, le mode de recrutement des professeurs assez approprié pour assurer l’avenir de l’institution et pour justifier le moins du monde la création d’un grade. Cette création serait tout au moins prématurée, elle engagerait irrévocablement dans le sens déterminé cette question difficile et controversée de l’organisation de l’enseignement par les sciences d’État : elle l’engagerait par une destruction sans aucune certitude d’une édification équivalente et durable. Il est trop clair en effet que le jour où il aura été créé un diplôme d’État servant de couronnement à un ensemble de cours sur les sciences politiques fait dans les Facultés, peu importe si cet ensemble n’est pas d’abord aussi complet, aussi adapté, aussi efficace qu’il faudrait, tel quel, les jeunes gens s’empresseront de le suivre pour avoir le parchemin d’État auquel il conduit. Peu importe ce que pourra valoir l’enseignement de même dénomination à l’École des Sciences politiques, ils le déserteront, convaincus que le parchemin d’État sera toujours plus prisé en haut lieu qu’une attestation privée sur papier libre. L’effet est infaillible ; il est indépendant de toute considération sur la valeur de l’instruction offerte. Il faut voir nettement que cela ne tend pas à moins qu’à la destruction de l’École des Sciences politiques et s’il en est ainsi on se demandera sans doute si l’on est assez sûr d’avoir une compensation pour précipiter une telle conséquence ?

22Toutes les considérations de fond et d’opportunité se réunissent donc pour déconseiller l’institution d’un nouveau grade d’État. Une sanction professionnelle est injustifiée et superflue. S’il faut une sanction scientifique, une attestation universitaire est la seule qui convienne. Il appartiendra au Conseil des Facultés de déterminer sous quelle forme il vaut le mieux de l’accorder aux jeunes gens qui se seront distingués dans leurs études.

23Telles sont, Monsieur le Ministre, les observations que je me permets de soumettre respectueusement à votre examen. Je sais qu’elles seront accueillies dans un esprit de bienveillance et de large impartialité qui m’autorise à espérer une solution satisfaisante des questions engagées.

Notes

1 Sans date. Archives de l’École. Copie d’une lettre de Boutmy à Jules Ferry.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540