Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le juste ou le riche

 | 
Lucette Le Van-Lemesle

Première partie. Les libéralismes et leur premier système de diffusion de l'économie politique (1815-début des années 1880) héritages et construction d'un modèle

Chapitre VII. Le premier système d’enseignement libéral. Bilan et caractéristiques

Texte intégral

1Après plus de cinquante années d’efforts, les libéraux ont donc adopté une stratégie de conquête des milieux qui ont le pouvoir d’influencer le choix des politiques économiques. Ils espèrent ainsi sauver la politique d’ouverture au marché mondial fortement remise en cause depuis 1868. L’École libre des sciences politiques, qui s’est ajoutée aux autres lieux d’enseignement ou de diffusion, constitue, à la fin de cette première période, le cœur du premier système d’enseignement de l’économie politique que la France ait connu, jusqu’aux années 1880.

  • 1 Voir chapitre suivant.

2Or, au même moment, un autre système est en train de s’ébaucher : à peine l’École libre est-elle consolidée, qu’en 1877 le nouveau gouvernement républicain se décide à rendre enfin cet enseignement obligatoire1, ce qui aboutit à créer une chaire d’économie politique dans chacune des facultés de droit. Le temps que les crédits se débloquent et que les nominations aient lieu, ce deuxième système est mis en place en 1881. Débute alors une autre période, avec des caractéristiques tout à fait différentes. Avant de les étudier, dans notre seconde partie, il nous faut d’abord faire le point sur le premier système d’enseignement, celui qui, né sous les auspices du libéralisme, s’est maintenu en parallèle avec le second jusqu’à nos jours.

3Or, au moment du bilan, lorsqu’il s’agit de chercher à résumer le programme et l’organisation caractérisant ce système, les mots posent problème. En apparence, le programme est transparent : on enseigne le libéralisme. En réalité, ce terme libéralisme a recouvert des priorités très variables. Nous avons déjà signalé, au passage, certaines modifications du contenu économique et politique de ce terme. Ces infléchissements demandent à être précisés pour prendre la mesure du programme réel du système d’enseignement libéral.

4Par ailleurs, les enseignants de ce premier système n’ont pas les mêmes caractéristiques que ceux de la période suivante. Et leurs pratiques ne sont spécifiques qu’à l’École libre des sciences politiques. Ces deux phénomènes, les modes d’interprétation de la doctrine d’une part, les particularités de ses médiateurs d’autre part, donnent, par leur conjonction, sa spécificité au premier système d’enseignement.

I. ENTRE LA RÉCEPTION ET LA RÉINTERPRÉTATION DU LIBÉRALISME : UN OU DES PROGRAMMES ?

5L’histoire de la pensée en général, comme celle de la pensée économique en particulier, repère habituellement les grands auteurs qui ont fait avancer la « science » économique. Elle analyse alors la pensée sociale réelle, celle qui est partagée massivement, sous l’angle de son écart, de sa différence à la « véritable » pensée, ici le vrai libéralisme ou le vrai saint-simonisme. En caricaturant à peine, il n’est de libéral que Tocqueville, il n’est d’authentique saint-simonien que Saint-Simon. Dans cette perspective, cela sous-entend que la discipline économique, qui dépasse largement les politiques économiques pour lesquelles le lobby libéral s’est mobilisé, doit être jaugée à l’aune de sa distance avec les grands auteurs étrangers dont elle s’inspire. Derrière le terme libéralisme, lorsque nous étudions sa réinterprétation par les médiateurs culturels, se pose donc le problème de la double relation de l’économie politique avec la science économique et avec les difficultés du temps.

A. LA « RÉCEPTION » DE L’ÉCONOMIE POLITIQUE

  • 2 K. Marx, Théories sur la plus-value, tome I, Éditions sociales, Paris, 1974, notamment p. 302-303 « (...)
  • 3 J. Schumpeter, History of economic analysis, London, Allen, 1954, p. 840.

6La pensée économique française, dans cette seconde moitié du xixe siècle, a été le plus souvent jugée avec beaucoup de sévérité. Si l’on en croit Marx, le libéralisme au berceau du premier système d’enseignement se caractériserait alors, par sa « vulgarité »2. Pour Schumpeter, les « ultras du laisser-faire [...] étaient tout simplement indifférents aux aspects purement scientifiques de notre discipline »3. Mais, ajoute-t-il, ceux qui proposaient des systèmes de reconstruction sociale n’ont pas non plus suffisamment contribué à l’analyse économique, pour mériter de faire partie d’une histoire de l’analyse. En revanche, il salue au passage « le réalisme » et la « sagacité » des libéraux, en ce qui concerne la pratique des affaires. Ce deuxième diagnostic nous paraît plus étayé que le premier. En effet, les trois infléchissements, qui se succèdent de 1815 au début des années 1880, éloignent de plus en plus le libéralisme français de l’apport scientifique des grands classiques de la pensée économique.

7Si l’on veut, en outre, tenir compte des réalités nationales, cette idée de « réception » suggère alors plusieurs questions. L’économie politique serait-elle un ensemble d’idées structurées en une doctrine cohérente que la société recevrait de l’extérieur ou seulement l’accent mis sur un des éléments ? Peut-on imaginer l’idée qu’un pays, à un moment de son histoire, choisirait de faire entrer tel ou tel ensemble scientifique dans son univers mental ? En fait, les choix dominants en France au xixe siècle, s’ils tiennent compte des apports de l’économie politique anglaise ou allemande, n’obéissent évidemment pas, ni à une démarche volontariste, ni à un choix purement rationnel. Ils témoignent plutôt d’un tâtonnement en face des besoins ressentis comme des urgences, d’un effort pour faire face aux réalités nationales, qu’elles soient sociales, économiques ou politiques. On ne sera alors pas étonné que sous la même dénomination doctrinale, le libéralisme, s’abritent, suivant les périodes et les problèmes de l’heure, des univers mentaux très différents.

8Or, l’économie politique, c’est d’abord l’école anglaise ou écossaise, comme le rappelait, non sans agressivité, Joseph Garnier à Victor Duruy. Mais n’est-elle pas aussi française, quand on est formé par le saint-simonisme, ou encore allemande, quand on traduit et édite Roscher en français ? En matière de diffusion et d’enseignement, une évolution se dessine. La France s’éloigne du modèle anglais et se rapproche du modèle allemand. Souligner les voyages de Jean-Baptiste Say en Angleterre, signaler sa connaissance de la langue, étaient encore, dans l’édition de 1864 du Dictionnaire, un mode de faire-valoir. Pourtant, en 1860, c’est en Allemagne que le ministre Rouland envoie Batbie en mission ; en Allemagne encore que Victor Duruy envoie le juriste Malarcé pour préparer la rédaction de son projet de cinquième section, comme l’avait déjà fait Salvandy avant eux. Derrière la variation des auteurs et des modèles nationaux, se pose donc l’historicité des contenus du terme « libéralisme ». Et, parlant d’économie, il est donc légitime de se poser la question du rapport possible entre les modes de réception ou de révision de l’économie politique, et les problèmes dominants du moment.

9Dans cette perspective, il nous faut distinguer trois modèles, trois manières très différentes d’être libéral.

B. L’ÉCONOMIE POLITIQUE ANGLAISE REVISITÉE : LE PREMIER LIBÉRALISME OU LIBÉRALISME « BLEU »

10Le premier libéralisme se caractérise, nous l’avons vu, par son souci de gérer l’héritage de la Révolution française au nom d’un projet très global de transformation de la société française. De ce fait, ce sont les « révisions » de Jean-Baptiste Say à la pensée d’Adam Smith qui lui donnent sa spécificité.

1. La gestion de l’héritage révolutionnaire

  • 4 J. Chailley-Bert, « Compte rendu du livre de P. Boiteau, État de la France en 1789, Paris, Guillaum (...)

11Au moment où Say écrit, les mutations sociales et institutionnelles qui résultent des vingt années précédentes sont encore très contestées. La détermination des choix économiques ne s’opère donc pas seulement par rapport aux problèmes du présent, mais par rapport au souvenir encore très vivant dans la mémoire collective de l’Ancien Régime. Or, cette image reste associée à celle d’un faisceau de contraintes et de blocages4. Les réglementations en matière de travail, même si elles n’étaient pas toujours et partout appliquées, freinaient considérablement l’essor de la production et le choix personnel des individus. Dans les campagnes, la relative stagnation était imputée aux pratiques culturales collectives, à la lourdeur d’une fiscalité mal répartie, aux servitudes personnelles. Dans les villes, les règlements des corporations étaient rendus responsables du retard économique de la France face à l’Angleterre. Sous couvert de protection des personnes ou de surveillance de la qualité des produits, ils avaient ralenti la mobilité sociale et bloqué l’innovation. Même dans la sphère du commerce, l’accès au marché semblait avoir été, lui aussi, associé à la lutte contre ces privilèges. Les négociants fabricants avaient dû recourir à la main d’œuvre paysanne pour échapper aux limitations de la production urbaine.

12En contrepartie du caractère insupportable de ces blocages, s’était nouée une alliance politique particulière, une puissante association entre riches roturiers, rares nobles libéraux, bourgeois éclairés, et paysans ou artisans plus modestes : l’union du « tiers état » en 1789, notion qui recouvre mal celle de « peuple » du premier xixe siècle.

  • 5 A. Vianes, « La pensée économique face au premier centenaire », p. 427-452 in Idées économiques sou (...)
  • 6 J.-C. Asselain, Histoire économique de la France, Paris, Seuil, 1984.

13C’est pour toutes ces raisons que les libéraux approuvent et défendent la législation dérégulatrice de 1791. D’un même élan, elle avait supprimé les corps intermédiaires et la possibilité de les reconstituer. Il s’agit, on le sait, en mars 1791, du décret d’Allarde supprimant les corporations5, et en juin 1791, de la loi Le Chapelier interdisant toute association de salariés ou d’employeurs. Ces mesures symbolisaient l’individualisme libéral et son souci de favoriser un marché libre du travail. Tout cela s’était accompagné d’un mouvement de transfert de propriétés, de dimensions variables d’ailleurs, mais qu’il faut garantir, quelle que soit cette dimension, puisque la propriété et la liberté sont associées.6

  • 7 F. Hincker, « Y eut-il une pensée économique de la Montagne ? » in La pensée économique pendant la (...)
  • 8 L. Bergeron, « Problèmes économiques de la France napoléonienne dans la France napoléonienne », Rev (...)

14Libération des servitudes personnelles, égalité en droit, libre circulation des biens et des personnes, liberté des contrats, libre accès à la propriété, les thèmes fondamentaux du libéralisme sont associés à la Révolution. Il est bien connu que les Girondins avaient défendu ce programme. Il l’est moins que les Montagnards, imputant à la conjoncture exceptionnelle les mesures interventionnistes qu’ils avaient été amenés à prendre, l’avaient eux aussi approuvé, dans leur large majorité.7 l’expérience politique de l’empire, jusqu’en 1815, avait renforcé cette alliance des libéraux avec la Révolution : en effet, si l’empire avait su enraciner dans la société française une partie des acquis sociaux de la Révolution, il avait en revanche porté atteinte aux libertés politiques et à la libre circulation des biens. Intervenant très activement dans la vie économique, il avait instauré un nouveau « colbertisme », une variante de mercantilisme, à l’échelle du marché européen, dans la zone dominée militairement par la France8. Le protectionnisme, aggravé par la guerre avec l’Angleterre, avait remis en cause les circuits du commerce extérieur et contribué à isoler la France des innovations de la révolution industrielle anglaise. Même si une relative prospérité économique en était résultée, trop liée à la domination militaire, elle s’était effondrée avec l’empire en 1815.

15Restaurer une économie artificiellement fragilisée, acclimater en France les acquis de la révolution industrielle en essayant d’en éviter les coûts sociaux, reconstruire l’alliance du tiers état, tels sont les buts que se fixent les milieux libéraux. Mais ces buts sont trop spécifiques pour que l’économie politique anglaise soit adoptable telle quelle.

2. Adam Smith revisité

16Dans ce contexte, la médiation de Jean-Baptiste Say aboutit à réviser plusieurs notions clés, dont les principales sont la valeur, le concept d’entrepreneur, l’industrialisme et l’utilité du colonialisme.

17L’opposition concernait d’abord la conception de la valeur. Smith avait cherché à combiner la valeur-travail avec sa détermination par le marché, estimant que les prix de marché flottaient peu ou prou autour de la valeur-travail. Pour Say, au contraire, la valeur d’un bien n’existe que s’il correspond à un besoin, à l’utilité ressentie par celui qui veut l’acquérir. Elle s’établit donc sur le marché, au niveau de la demande. La théorie de l’Écossais est lourdement modifiée par une autre grille de pensée : on connaît l’importance du thème de l’Utilité dans la pensée des Lumières. Par cette révision conceptuelle, Say met l’économie politique au service des besoins sociaux.

  • 9 A. Smith, La Richesse des nations, tome VII, L. 2, p. 85, éd. Germain Garnier.
  • 10 J.-B. Say, Traité, op. cit., p. 80.
  • 11 Fritz Redlich, « The origin of the concepts of “Entrepreneur” and “creative Entrepreneur” », Explor (...)

18Le second aspect est la dissociation entre l’entrepreneur et le capitaliste, distinction qu’Adam Smith ne faisait pas clairement : « Tout ce qu’une personne épargne sur son revenu, elle l’ajoute à son capital ou alors elle l’emploie elle-même à obtenir un nombre additionnel de gens productifs ou elle met quelque autre personne en état de le faire, en lui prêtant ce capital moyennant intérêt, c’est-à-dire une part dans les profits. »9 Say, lui, expose clairement la dissociation entre les deux fonctions : « l’industrie, les capitaux, et les agents naturels concourent, chacun en ce qui les concerne, à la production... Ces éléments sont nécessaires à la création d’un produit, mais il n’est pas nécessaire qu’ils appartiennent à la même personne... Une personne industrieuse peut prêter son industrie (son habileté économique) à celle qui ne possède qu’un capital et un fonds de terre, le possesseur d’un capital peut le prêter à une personne qui n’a qu’un fonds de terre et de l’industrie. »10 Très vraisemblablement, cette distinction chez l’économiste français est due à la plus grande fréquence, en France, de la commandite. Cette forme juridique de société de commerce a habitué les observateurs sociaux du temps à la séparation entre ceux qui apportent les capitaux, les commanditaires, et ceux qui les mettent en valeur, les commandités.11 La différence de situation objective a contribué à la différence d’analyse.

19On pourrait poursuivre la démonstration à partir de l’industrialisme de Say, dans la filiation de Turgot ou de Vandermonde, alors que Smith était moins éloigné de la pensée physiocratique. Cet industrialisme refuse les nostalgies liées à la grande propriété foncière, qui immobilise inutilement des capitaux, et fait confiance à l’activité industrielle pour transformer favorablement le retard français.

  • 12 A. Smith, op. cit., p. 267.

20Enfin le thème de la colonisation les oppose nettement, malgré les marques de respect scientifique que Say ne manque pas de témoigner à Smith. Certes, Smith avait dénoncé le rôle des compagnies de commerce, la recherche avide de l’or. Il estimait que les colonies sont, la plupart du temps, fondées pour de mauvaises raisons. Mais il admettait que des colonies rationnellement exploitées pouvaient avoir « une utilité très grande »12. En revanche l’anticolonialisme de Say est très ferme et il est à la source de la tradition anticolonialiste des libéraux. La substitution de Smith à Say, dans les livres de références proposés aux élèves de l’École libre des sciences politiques apparaît vers 1885, et accompagne cette évolution sur l’utilité des colonies que nous retrouverons en analysant la pensée d’un Paul Leroy-Beaulieu.

21Ainsi, la médiation de l’Idéologue Say avait-elle infléchi l’économie politique anglaise sur des points importants. Le tout s’insérait dans un projet politique large : Say n’avait pu imaginer la rupture du tiers état devant la mission historique qui était la sienne. Il ne mettait pas plus en doute la marche conjointe du progrès économique et du progrès social, que l’alliance de ceux qui travaillent contre ceux qui prétendent vivre de leurs privilèges.

  • 13 Pendant les guerres de Vendée, les Bleus étaient les Vendéens des villes, libéraux, partisans de la (...)

22À sa mort en 1832, ses partisans gardaient l’illusion que son modèle de réception de l’économie politique avait été entièrement opératoire, parce que bien adapté aux conditions économiques et sociales particulières de la France. Prôner une société fluide et méritocratique quand les Notables du premier xixe siècle accumulent la terre et bloquent l’ascension sociale des Capacités, (ceux que l’historienne A. Daumard appelle la bourgeoisie à talent), n’est pas dénué d’intérêt politique. De plus, l’analyse de la fonction d’entrepreneur allait dans le sens d’une culture entrepreneuriale favorable au développement de la première révolution industrielle en France. Mais on sait aussi combien les « émotions » contemporaines du régime de Juillet, les journées révolutionnaires en général, avaient démontré l’utopie de ce premier libéralisme et détruit les illusions qui structuraient son unité. Et par ailleurs, la révision de l’économie politique anglaise n’avait pas suffi à éviter le cantonnement de sa diffusion dans le seul enseignement technique ou dans les sphères marginales, contrôlées par le pouvoir, le Collège de France ou l’Académie. Même révisée aux couleurs d’un projet national, la discipline économique n’avait pas réussi à perdre sa connotation d’illégitimité. Dans l’ensemble l’aspect gestion de la discipline avait été mieux perçu que ses aspects théoriques et avait ainsi dessiné, en lui concédant ce seul aspect opératoire, les limites de son champ de diffusion. Les progrès même en France d’une première révolution industrielle qui présentait des critères spécifiques (maintien d’une petite propriété foncière, rôle des entreprises industrielles à la campagne, retard du système bancaire) amenaient les Libéraux eux-mêmes, les praticiens surtout, à une révision du libéralisme bleu13.

C. UN SECOND LIBÉRALISME, PRODUCTIVISTE

23Il caractérise la seconde période, des années 1830 à 1873, dans le double contexte d’une rupture d’alliance sociale et de la croissance extensive.

1. La fin du tiers état comme espoir politique

  • 14 C. Charle, Les hauts fonctionnaires en France au xixe siècle, Paris, Gallimard, 1980.
  • 15 P. Rosenvallon, Le moment Guizot, Paris, Gallimard, 1985.

24La rupture se fait dans un climat de blocage politico-social. Le suffrage censitaire avait permis le maintien et la consolidation du pouvoir des Notables. Leur pouvoir associait à la puissance foncière, la nouvelle puissance industrielle et la mainmise sur l’appareil politique et administratif. De ce fait, le pouvoir parisien n’atteignait la province que par leur médiation, ce qui renforçait encore leur pouvoir local. Un réseau de clientèle consolidait donc leur puissance économique et expliquait le mode de recrutement des administrateurs : les lettres de recommandation étaient plus utiles que les diplômes et souvent en tenaient lieu.14 On connaît la trop fameuse réponse de Guizot15 à ceux qui réclamaient un abaissement du cens électoral. Il y a donc un blocage assez rapide de l’évolution politique.

25De toute façon, l’épargne n’est qu’un mythe pour une grande partie des ouvriers et des artisans des villes, exposés sans protection aux aléas de la première révolution industrielle qui, lentement, s’est mise en œuvre. Dépourvus des anciennes protections de l’Ancien Régime, en particulier de l’aide des institutions religieuses, et n’ayant pas la possibilité juridique de leur en substituer d’autres, les ouvriers de l’industrie naissante éprouvent leur situation comme invivable. Les tensions sociales se gèrent alors par la violence. Les soulèvements urbains qui agitent Paris, Lyon, et les principaux centres industriels sont durement réprimés. Toute association légale de défense étant interdite, la rupture sociale se consomme entre les anciens alliés de la révolution de 1830. Moins de deux ans après les trois Glorieuses, l’union du tiers état n’est plus qu’une nostalgie.

2. La construction d’un marché national et la croissance extensive

  • 16 T. Markovitch, « l’industrie française de 1789 à 1964 », Cahiers de l’ISEA, série AF, tomes IV, V, (...)
  • 17 J.-C. Asselain, op. cit.
  • 18 F. Dernier, « Les économistes libéraux de la première moitié du xixe siècle et la Révolution frança (...)

26Au plan économique pourtant, en dépit des crises, la croissance continuait16, s’accélérant à partir des années 1840. Le marché intérieur s’unifiait grâce à la construction des canaux et à la réfection des routes. De nombreux villages étaient ainsi débloqués. Le trafic routier se développait. Les moyens traditionnels de communication assuraient cette lente mais régulière croissance. Il en était de même pour les industries textiles, où l’innovation, grâce à une adoption graduelle des techniques britanniques, restait contrôlée. Dans la sidérurgie, les techniques de fonte au bois se développaient en parallèle avec les techniques de fonte au coke, combustible encore trop cher. Même si, dans l’ensemble, la France ressentait le manque de charbon, même si des milieux dynamiques déploraient le protectionnisme imposé par la majorité, la croissance régulière restait extensive, appuyée majoritairement sur les aspects traditionnels de l’économie17. Les voies ferrées, mobilisant main d’œuvre et capitaux, étaient encore loin de former un réseau. Objets des préoccupations et des débats, elles n’avaient pas encore transformé la structure du marché intérieur. L’économie britannique, de son côté, restait encore, jusqu’en 1846, à l’abri de ses barrières douanières18.

3. La reprise en main par les praticiens

27Divisés sur l’attitude à avoir face aux problèmes sociaux, les disciples de Say s’étaient mis d’accord sur trois thèmes : la nécessité de la croissance, le refus de tout ce qui pourrait remettre en cause l’absolue liberté du travail, et le rôle de l’éducation pour résoudre les problèmes sociaux. Mais mesurant la difficulté d’associer automatiquement progrès économique et progrès social, les économistes s’affrontaient dans des discussions académiques. Peu à peu, nous l’avons montré, chaque chaire de Blanqui à Chevalier n’était plus que le lieu d’expression personnelle de son détenteur.

  • 19 Ch. Dunoyer, De la liberté du travail, Paris, 1845, 3 vols.
  • 20 Introduction au premier numéro du Journal des économistes en 1842.
  • 21 L. Le Van Lemesle, « Guillaumin, éditeur d’économie politique », Revue d’économie politique, n° 2, (...)

28Le lobby libéral avait alors ressoudé son unité autour de la défense du libre-échange, sous la houlette des praticiens19. Par leur aide financière et intellectuelle à l’œuvre de Guillaumin, ces derniers avaient participé activement à la mise sur pied d’un réseau d’institutions privées, souplement élaborées autour de la seule maison d’édition vouée à l’économie politique. Nous avons vu que ce réseau avait permis la sauvegarde du groupe de pression20, qu’il soit mobilisé lors de la campagne anti corn laws de 1846-48, qu’il doive résister souplement face aux événements de 1848 comme à l’empire autoritaire21 ou enfin qu’il reprenne la lutte en faveur des traités de commerce.

4. L’intégration au marché mondial et le productivisme saint-simonien

  • 22 Arch. nat. F17 13550.
  • 23 M. Chevalier, Lettres sur l’Amérique du Nord, Paris, Gosselin, 1836, 2 vol., 1836.

29Mais la croissance extensive, comme le mode particulier d’unification du marché national ne sont opératoires qu’à l’abri de barrières douanières. La campagne pour le libre-échange implique une intensification des méthodes de production. Au Collège de France22, l’ingénieur Michel Chevalier s’en fait le promoteur23. Il a observé avec enthousiasme, aux États-Unis, l’ampleur des communications, la force du réseau bancaire, l’attention apportée à la productivité. Les transformations sociales suivent les mutations économiques. Bien qu’il cesse de se proclamer saint-simonien, c’est en préparant ses cours pour le Collège de France, et en tenant compte des critiques qui lui reprochent son ignorance de la science économique qu’il élabore peu à peu ce qu’on dénommera plus tard le saint-simonisme d’affaire, celui qui imprègne une partie des décideurs les plus dynamiques du Second Empire.

  • 24 M. Chevalier, Cours d’économie politique, 2e année, leçon n° 24, p. 472, Paris, Wahlen, 1850.
  • 25 M. Chevalier, op. cit., tome I, p. 38.

30L’accent est mis sur les problèmes matériels et sur les acteurs du changement. Matériellement d’abord, le maître mot est l’organisation, et non plus le libre jeu des libres mécanismes. De grandes unités de production assureront les grands travaux. Elles impliquent une modernisation de la collecte des capitaux, seul moyen de faire face à l’ouverture au marché mondial. Aucun procédé de fabrication n’est alors trop moderne. La productivité accompagne donc ce progrès de la « Civilisation ». En second lieu, les acteurs du changement sont les producteurs, ceux qui font preuve de travail, les « industrieux ». L’individualisme pourrait être un danger si l’association n’était pas là pour y porter remède. « l’association ! Rien n’est plus vaste. C’est un principe fécond qui comporte une diversité d’application infinie. La carrière de l’association est inexplorée encore »24, explique-t-il dans son cours. Or, cette association, si utile pour pallier les défauts de la petite propriété tout en la respectant, est indispensable pour faire face à l’effort gigantesque nécessité par les chemins de fer par exemple. Mais dans ce cas, elle ne suffit pas. Un nouvel acteur doit intervenir : « Le gouvernement, en effet, est le gérant de l’association nationale. Partout où l’intérêt général est en question, il appartient au gouvernement d’intervenir. »25

  • 26 M. Chevalier, discours d’ouverture du cours du Collège de France, 1845-46, in Cours d’économie poli (...)

31Enfin, dans ce second libéralisme, la formation doit être systématiquement mise au service de l’amélioration de la productivité. C’est la formation technique et professionnelle qui doit être développée en France où l’enseignement existant est « trop loin des applications »26. Même le sort « de la classe la plus pauvre » passe par cette réorganisation de la production. En effet, le salaire croit avec la productivité, tandis que le libre-échange fait baisser les prix. La conjonction de ces deux facteurs permet, seule, une hausse du niveau de vie.

  • 27 A. Vinokur, « Political economy betwen faith and works : le saint-simonisme et le cas de Michel Che (...)
  • 28 Y. Breton, « Les libéraux hétérodoxes », in l’économie politique en France au xixe siècle, p. 247-2 (...)
  • 29 A. Batbie, « La question des salaires et des grèves », Revue des deux mondes, juin 1867.

32Face au retard français en matière de productivité, Michel Chevalier s’intéresse donc prioritairement aux aspects pratiques de l’économie politique, à « l’art »27. Après les proclamations de principes ou la réflexion sur-le-champ de l’économie politique, il expose longuement les procédés techniques que la France devrait adopter pour passer à une croissance fondée sur une modification structurelle. Toute réflexion sur les questions théoriques est écartée.28 Cette réinterprétation du libéralisme est si distante de l’école anglaise qu’on peut se demander pourquoi elle a bénéficié de toutes les tribunes libérales. Certes, les discussions entre les libéraux « bleus » et les « productivistes » à la Société d’économie politique sont très animées, et c’est un euphémisme. Mais cette réinterprétation est acceptée par les libéraux dans la mesure où le problème du libre-échange est prioritaire, et où Chevalier pose clairement les problèmes liés à l’intégration au marché mondial. On sait que les partisans de Michel Chevalier se sont incorporés à la banque (les Pereire), au monde des affaires (Talabot), et cela, parfois, dès la monarchie de Juillet. Ils ont trouvé le gouvernement de leur rêve avec le Second Empire. Nullement gênés par son autoritarisme, ils se sont ralliés et ont protégé leurs alliés libéraux restés dans l’opposition jusqu’en 1860. Chevalier est devenu le conseiller économique de Napoléon III. Fould, qui l’a aidé lors de la négociation du traité avec l’Angleterre, faisait partie lui aussi de la Société d’économie politique. Les saint-simoniens ont même réussi à associer une partie des libéraux dans leur soutien au césarisme social de l’empereur. La loi de 1864 qui autorise le droit de grève trouve des défenseurs fermes parmi les libéraux : le professeur de droit, Batbie, en présente la justification dans la Revue des deux mondes.29 Le droit de coalition rééquilibre les forces entre les patrons et les ouvriers, et partant, permet un fonctionnement plus normal du marché du travail. À terme, l’intervention de l’État dans les conflits du travail devient inutile.

  • 30 M. Lévy-Leboyer et F. Bourguignon, l’économie française au xixe siècle, Paris, Écono-mica, 1985.

33Ce second modèle d’assimilation de l’économie politique est donc très différent du premier. Les aspects pratiques de la discipline sont mis en avant. L’action en faveur de sa diffusion à tous les niveaux de la société, les enfants comme les adultes, avec une préférence pour les décideurs, reste essentielle. Ce modèle accompagne la phase de croissance longue, et en particulier le passage de la croissance extensive à l’intensification de la croissance, accompagnée de mutations structurelles. Il trouve son apogée dans les années 1860, lorsque la décélération de l’économie s’ébauche, face à la situation d’intégration au marché mondial30. Il n’abandonne pas les préoccupations sociales, dans la mesure où le salaire est désormais analysé comme lié à la productivité et croissant avec elle. Il reste individualiste cependant et, lui aussi, lié à la Révolution, par son attachement aux droits de l’individu. Ce deuxième libéralisme correspond donc à une sorte de colbertisme libre-échangiste. Mais il s’éloigne, plus que le premier, des acquis théoriques de l’économie politique anglaise, tant est fort son souci d’accompagner les aspects spécifiques de la croissance nationale et son adaptation à l’ouverture des marchés. Cette fois le pragmatisme de la démarche se fait au détriment de la réflexion théorique, ce qui confirme l’interprétation de Schumpeter. Il y a réinterprétation de la pensée libérale plus que réception de l’économie politique classique.

D. LE LIBÉRALISME SOCIAL ET ANTI-INDIVIDUALISTE DE LA FIN DU xixe SIECLE

34À la fin de cette même période, à la faveur de la dépression, un troisième libéralisme s’infiltre peu à peu à côté des deux premiers. Tandis que les partisans du premier se raréfient, tandis que ceux du second paraissent encore dominants et même en pleine vigueur, depuis 1856, un petit groupe organisé autour de la Société de la Réforme sociale commence à réexaminer certains aspects du libéralisme, et à modifier profondément la vision du monde qui accompagnait la politique économique. La conjoncture politique de la défaite, comme la conjoncture économique de repli devant le marché mondial vont lentement donner à ce petit groupe une audience qui finira par s’imposer largement aux esprits du dernier quart du siècle.

1. De la décélération à la dépression31

  • 31 M. Lévy-Leboyer, « La décélération de l’économie française dans la seconde moitié du xixe siècle », (...)

35Les vingt années entre 1860 et 1880 sont les seules, au xixe siècle, où la France ait expérimenté le libre-échange. Nous avons vu à quel point elle doit faire un effort d’adaptation au marché mondial. Or, dès les années soixante, les rythmes de croissance se ralentissent. Vers 1872-1875, le chiffre d’affaire à l’exportation équivaut encore à 18 % du revenu national. Mais dès 1876, la croissance des exportations faiblit, le taux de croissance du produit industriel diminue de moitié, et la progression du revenu national finit par tomber à 0,5 % par an au début des années 1880, quand la dépression s’installe pour une vingtaine d’années. Au plan de la conjoncture, la défaite de 1870 a des conséquences paradoxales. En apparence, la France supporte mieux le paiement d’une grosse indemnité en or que l’amputation de son territoire : l’Alsace-Lorraine était le domaine de la sidérurgie et d’une industrie textile de pointe. Mais en réalité, plus que par cette perte, la période est caractérisée par une profonde dépression agricole. Les productions de blé et de vins stagnent ou même baissent en valeur absolue. Le nombre des petites propriétés agricoles de moins de 10 hectares s’accroît, faisant survivre un nombre stable de ruraux pour une production en valeur diminuée. Les campagnes restent donc en situation de surpopulation relative, même quand les villes manquent de main d’œuvre et doivent faire appel à l’immigration. La natalité diminue : en 1891, un excès de décès sur les naissances apparaît pour la première fois. La croissance industrielle ne bénéficie donc pas d’une croissance de la demande solvable du marché intérieur. D’autre part, les progrès de productivité ont été insuffisants pour que la stimulation par le marché extérieur puisse opérer. La France prend alors un retard net par rapport à l’Allemagne, à l’Angleterre, aux États-Unis.

  • 32 M. Lévy-Leboyer et F. Bourguignon, l’économie française au xixe siècle, op. cit.

36Les travaux récents32 proposent des explications, confortées par des méthodes économétriques utilisant toutes les séries existantes. Ils confirment que le retard est réel : les consommations alimentaires fixent encore 60 % des revenus, contre 40 % dans d’autres pays étrangers. La baisse de compétitivité a fait perdre 7 % des ventes d’objets manufacturés à l’échelle internationale et a même abandonné à l’étranger le quart du marché intérieur en produits agricoles. Les investissements ont été insuffisants pour faire face à la nécessaire mutation. Plusieurs explications convergentes sont proposées : le poids de la misère agraire a maintenu une demande intérieure faible. Le détournement de l’épargne, soit à cause des guerres, soit à cause de plans mal calculés, a retardé la mobilisation des investissements productifs si indispensables à la deuxième révolution industrielle. Ce détournement est à la source de la structure particulière de l’industrie française, plus puissante dans la production d’articles de consommation de qualité que dans celle des produits intermédiaires ou des biens d’équipement. Certes, les années 1860-1886 sont celles où les secteurs non agricoles ont conquis leur autonomie, lors de l’ouverture du marché, mais faute d’investissements, ils ont pris un retard d’équipement par rapport aux pays voisins. C’est que, dans un contexte de salaires plus élevés et d’affrontement au marché mondial, le nécessaire effort de productivité a été, en plus, rendu difficile par la cherté de l’argent. On comprend que cette nouvelle conjoncture économique ait interpellé ceux qui s’intéressaient à la vie économique, ceux qui en diffusaient ou en enseignaient une certaine représentation.

2. Le rôle de la méthode historique

  • 33 L. Le Van Lemesle, « L’évolution de l’explication chez les économistes français au xixe siècle », i (...)

37C’est pourquoi l’extension de la méthode historique n’est pas seulement imputable au mouvement des idées, en particulier au poids du positivisme. Un observateur social sérieux ne peut plus se contenter de répéter les grands principes abstraits. La réalité concrète, y compris dans sa dimension d’économie nationale, doit être étudiée, analysée. Les protectionnistes ne sont pas les seuls à s’emparer de cette méthode. Certains libéraux comme Levasseur l’ont toujours employée en l’associant à l’usage de la statistique descriptive. Avec Levasseur, l’École libre des sciences politiques institutionnalise cette double méthode qui va alors se répandre, y compris chez les libéraux. Des deux côtés, la statistique entre dans l’arsenal des outils de démonstration33.

3. Le problème social

  • 34 J. Rougerie, « Remarques sur l’histoire des salaires à Paris au xixe siècle », Le mouvement social, (...)

38La croissance, puis son reflux ont accentué les écarts sociaux. Le problème social est reposé en d’autres termes, souvent politiques. À la campagne, le niveau de vie est bas. En ville, si les salaires ont monté34, encore faut-il avoir un emploi pour en bénéficier, ou ne pas connaître de trop longues périodes chômées à l’intérieur même de cet emploi. Le terme de chômage apparaît à cette époque dans le vocabulaire économique. Le paupérisme atteint de nouvelles régions industrielles. Les progrès conjoints du mouvement ouvrier, de l’anarchisme et les débuts du socialisme parlementaire inquiètent les libéraux des années 1880. Dès 1868, ils avaient très bien perçu la recrudescence de la « guerre sociale », avant que la Commune ne vienne confirmer leur pessimisme. Or le climat du début des années 1880 réveille, chez eux, les mêmes craintes.

4. L’école de Le Play

  • 35 Frédéric Le Play (1806-1882), X-Mines, a été professeur à l’École des mines, conseiller d’État (185 (...)

39L’influence de Le Play35 est lente à s’affirmer. Tous les facteurs que nous venons d’énumérer, le retournement de la conjoncture économique, la façon nouvelle dont se pose le problème social et même le goût pour la méthode historique ont favorisé sa progression. La nouvelle doctrine gagne progressivement les libéraux, en particulier ceux qui sont à l’origine de l’École libre des sciences politiques.

  • 36 La Réforme sociale et le Centenaire de la Révolution, Paris, 1890, actes du colloque, p. 177.

40Elle n’est d’ailleurs pas toujours, au début, vécue comme antagoniste avec les précédents courants. Plusieurs de ses partisans font partie à la fois de la Société d’économie politique et de la Société d’économie sociale. C’est le cas de Levasseur, de Paul Leroy-Beaulieu, de Juglar, entre autres. Seule la génération des « Idéologues » (Garnier, Courcelle-Seneuil) résiste vigoureusement au nom des droits de l’individu. En effet cette fois, la rupture se fait avec l’héritage individualiste de la Révolution. Les leplaysiens dénoncent le partage égalitaire des biens entre tous les enfants, qui a le défaut d’émietter la propriété et d’ébranler la famille large. Les valeurs de l’individualisme n’ont fait que détruire les anciennes protections, sans en autoriser de nouvelles. Elles constituent une fausse libération. Il faut donc lutter contre « tous les faux dogmes de 1789 ».36

41Face à la question sociale, La Réforme sociale prône un retour aux valeurs de la famille large, sous l’autorité patriarcale du père de famille. Le groupe, et non plus l’individu, est prioritaire. La soumission à l’autorité du père de famille prépare l’acceptation de celle du patron, et celle de la hiérarchie en général. En échange de cette soumission, les détenteurs du pouvoir ont un devoir de prise en charge et de protection. La nouvelle école juge indispensable une intervention contre le paupérisme, à la fois résultat, et source d’immoralité. Mais cette intervention doit être le fait du patron. Le « bon » patron est d’abord proche de ses ouvriers, il en est responsable. Il leur assure le logement, l’enseignement, le petit commerce. Il organise des institutions de prévoyance contre les aléas de la vie, des crèches pour la petite enfance aux institutions de santé pour la maladie, les accidents, la vieillesse. Ce sont là quelques-unes des analyses que Cheysson diffusait auprès des élèves-clients de l’École libre des sciences politiques.

42Ce troisième modèle de perception de l’économie politique s’accompagne de recherches empiriques sérieuses, les célèbres monographies sur la vie et les budgets ouvriers. Il s’associe donc très bien avec la démarche méthodologique de l’école historique allemande. Mais beaucoup plus que le productivisme saint-simonien, qui négligeait les démarches théoriques, ce libéralisme-là s’oppose à tout l’héritage de l’économie politique anglaise et à sa réinterprétation par les Idéologues. Sa préoccupation est de fonder les institutions nécessaires au maintien de la paix sociale, tout en limitant au maximum le rôle de l’État.

  • 37 Ce sont : Cernuschi Henri financier, Passy Hippolyte ancien ministre des Finances et du Commerce, V (...)
  • 38 Sont favorables, avec réserves, « dans certains cas » Jules Duval, Michel Chevalier, Émile Levasseu (...)

43Deux thèmes cristallisent alors leur opposition aux autres libéraux, celui de la participation dans l’entreprise d’une part, celui de la conception du salaire d’autre part. Dès 1869, les libéraux de la Société d’économie politique s’étaient demandés si une nouvelle organisation des rapports dans l’entreprise, la participation aux bénéfices par exemple, ne serait pas utile pour freiner la multiplication des grèves. Mais à cette date, la majorité des libéraux qui assistent à la réunion sont encore hostiles37, le danger dénoncé étant bien sûr la demande conjointe de participation à la gestion. La responsabilité et l’autonomie de l’entrepreneur doivent être sauvegardées. Quelques-uns, dont Jules Duval et Michel Chevalier38, estimaient toutefois qu’on pouvait tenter l’expérience, quand les circonstances étaient favorables. Mais le sujet avait passionné. Charles Robert, conseiller d’État, envoyé de Napoléon III, avait défendu le thème de la participation. Ceux qui n’avaient pas pu assister aux séances avaient écrit de longues lettres. Le débat s’était étendu durant trois mois. À cette date, la majorité des Libéraux refuse encore l’idée même. Or, les leplaysiens la reprendront plus tard avec beaucoup plus de succès.

  • 39 Henri Baudrillart, Manuel d’économie politique, Paris, 1857, p. 334. Ce manuel est réédité en 1865- (...)
  • 40 Ibid.

44L’autre thème de révision de l’économie politique classique porte sur un point beaucoup plus important par ses effets sur la longue durée : la théorie du salaire. Pour les Idéologues, le salaire n’est qu’un cas particulier du problème des prix, c’est le prix d’une marchandise parmi d’autres, le travail. Il se détermine donc sur le marché, par la loi de l’offre et de la demande. La seule façon d’obtenir et de garder une hausse des salaires consiste, pour les travailleurs, à ne pas multiplier inconsidérément leur nombre face aux demandes patronales de travailleurs. Le malthusianisme ouvrier est la vraie et la seule réponse au problème de la baisse des salaires. Une autre modalité théorique, liée à la réception de la pensée de Stuart Mill, avait mis en avant le thème du « fonds de salaire » qui confirmait ce malthusianisme. Baudrillart en particulier l’avait longuement exposée au Collège de France. Il existe une masse globale, un fonds des salaires. Aucune intervention philantropique ne peut aller contre cette loi de l’économie et « ce qui importe à la classe laborieuse, c’est le rapport de ce fonds au nombre des travailleurs qui doivent se le partager »39. L’auteur rappelle la trop célèbre phrase de Cobden : « le salaire baisse quand deux ouvriers courent après un maître, et le salaire hausse quand deux maîtres courent après un ouvrier »40.

  • 41 Le manuscrit a disparu à l’Académie, Paris, Guillaumin, 1868.

45La rupture avec cette conception très mécaniste de la détermination du taux des salaires s’opère grâce à Paul Leroy-Beaulieu. On sait que Michel Chevalier avait toujours signalé que les progrès de productivité favorisaient la hausse des salaires. Paul Leroy-Beaulieu, en 1867, répond à une question de concours de l’Académie des sciences morales : « De l’État moral et intellectuel des classes ouvrières et de son influence sur le taux de salaire »41. Dans son mémoire, il affirme que le travail n’est pas une marchandise comme une autre. L’éducation, dans tous les sens du terme, rend le travailleur plus productif, et cette productivité accrue lui permet d’obtenir un meilleur salaire. Le lauréat de l’Académie a alors 23 ans. Même si son mémoire obtient le premier prix, sa diffusion reste pendant deux ou trois ans très confidentielle. La Commune remet la question à l’ordre du jour et contribue à obliger les économistes à se reposer le problème.

  • 42 Paul Leroy-Beaulieu, Essai sur la répartition des Richesses, Paris, Guillaumin, 1880 (réédité en 18 (...)
  • 43 P. Leroy-Beaulieu, op. cit., p. 380.
  • 44 Ibid., préface.
  • 45 Ibid., p. 366.
  • 46 Curieusement cette affirmation longtemps considérée comme apologétique est confirmée par les recher (...)
  • 47 P. Leroy-Beaulieu, op. cit., p. 583.

46En 1880, Leroy-Beaulieu reprend le thème dans son livre Essai sur la répartition des Richesses42. Entre-temps, il a pris de l’autorité. Il enseigne les finances à l’École libre des sciences politiques et il vient de succéder à son beau-père, Michel Chevalier, dans la chaire du Collège de France. Il prend partie nettement : « Toute la théorie du salaire est à refaire dans la science économique43 [...]. Les réflexions d’A. Smith, Turgot, Ricardo, Smart Mill sur le salaire naturel, sur le fonds des salaires, sur la puissance réciproque des patrons et des ouvriers ne méritent aucune créance et sont démenties par tous les faits actuels »44. En fait, pour lui, trois causes rendent compte de l’évolution des salaires : « le rapport des capitaux matériels à la population, l’accroissement de la productivité du travail et l’avantage que les lois et les mœurs peuvent donner à l’une des parties contractantes »45. Dans l’ensemble, les salaires suivent « la marche ascendante ou descendante de la productivité du travail de l’ouvrier », et l’évolution actuelle tend à réduire les écarts entre profits et salaires46. Dans certains cas seulement, cette évolution favorable est contrecarrée par de mauvaises interventions gouvernementales, en particulier quand sont organisées des formations inadaptées. « Le privilège de l’instruction – cette autre cause d’inégalité des fortunes – a presque disparu, de même que le privilège de la situation des terres. La capacité moyenne, utile, estimable, qui était bien appointée jadis parce qu’elle constituait encore une rareté, se paie aujourd’hui à un prix dérisoire. Les employés, les bacheliers, les gens qui ont des diplômes ou des degrés quelconques, ce sont là les prolétaires de l’avenir, mille fois plus à plaindre, pour la disproportion entre leurs besoins et leurs ressources, que les simples artisans qui d’ailleurs partout seront bientôt plus rémunérés [...] que tous ces demi-savants, sortis de nos superficielles écoles. Ce qui va entretenir et développer le paupérisme, c’est le collège gratuit. Combien est différent, combien le sera surtout dans l’avenir, le sort du travailleur manuel. Toutes les forces de notre civilisation tendent à l’améliorer, à l’élever »47.

47Le libéralisme révisé et le conservatisme font bon ménage, et cela d’autant plus que le républicanisme de Leroy-Beaulieu n’est pas encore très nettement dégagé de ses sympathies orléanistes. Mais le problème de la répartition, la réflexion sur les salaires sont bien à la source du besoin de révision de l’économie classique, comme il est au cœur des préoccupations de nombreux économistes de cette période. Les leplaysiens suivent l’analyse de Paul Leroy-Beaulieu. En même temps, cette nouvelle école libérale et anti-individualiste prône toujours le libre-échange, le rôle de l’entreprise et, surtout, reste hostile à l’intervention de l’État. En cela, elle converge avec l’essentiel du libéralisme qu’elle sauve d’un procès d’impuissance et du reproche d’indifférence à la question sociale.

48Trois types de libéralisme se sont donc succédé, tentant tous les trois, à leur façon, de répondre aux défis de la conjoncture. On ne peut guère parler de « réception » de l’économie classique que pour le premier, les deux autres sont des révisions de plus en plus drastiques. Derrière le même terme générique, des conceptions très différentes du monde sont proposées, de plus en plus éloignées de l’économie classique et de la réflexion conceptuelle, de plus en plus proches en revanche des contraintes concrètes du moment. Or ces trois libéralismes sont tous d’accord pour promouvoir un enseignement de l’économie politique. La polysémie du terme libéralisme recouvre un noyau commun : la libération des marchés et l’allégement du rôle de l’État avec leurs corollaires, le libre-échange, l’équilibre des finances publiques, et l’éducation libérale. Cette dernière induit un faisceau d’attitudes qui permettent de se passer de police au sens symbolique du terme, elle crée l’autodiscipline qui rend inutile les contraintes extérieures. Ce noyau commun constitue le véritable programme de ce premier système d’enseignement de l’économie politique et lui restera associé. Ce programme associe l’apprentissage des grands principes avec les techniques (financières par exemple) qui permettent de le mettre en œuvre. En direction des hauts fonctionnaires de l’État, le premier système d’enseignement de l’économie politique se donne pour finalité de leur enseigner les modes d’intervention du moindre État.

II. PLUS DE DIFFUSION QUE D’ENSEIGNEMENT

  • 48 Créée sous forme de cours quand M. Chevalier a repris sa chaire.

49Ce programme s’associe à une organisation qui a longtemps privilégié la diffusion par rapport à l’enseignement. La nécessité a fait loi. Nous avons vu combien le bilan des chaires obtenues jusqu’en 1877 était insuffisant : quatre chaires en tout, dont deux au Collège de France (celle créée pour Baudrillart48 est jugée par Garnier « superfétatoire »), une au Conservatoire des arts et métiers, et la dernière à l’École des ponts et chaussées. Les créations dans les facultés de droit, en 1877, ouvrant une autre période et un autre système de propagation de l’économie politique, nous en écartons l’étude pour l’instant. La diffusion est donc plus importante que l’enseignement, ou plus exactement, l’enseignement n’est qu’une faible partie de la diffusion. Dans les années 1860-70, elle mobilise les forces du lobby sous trois modalités complémentaires : au centre, un groupe de sociabilité qui organise la cooptation et complète son action sur le grand public, grâce aux publications de la maison Guillaumin ; à partir de 1868, des conférences occasionnelles, des cours plus ou moins bénévoles élargissent le public du libéralisme ; enfin, le petit nombre des enseignants et leurs caractéristiques propres assurent, non sans paradoxe, la permanence du projet libéral et sa mutation interne face à l’évolution de la société.

A. AU CENTRE DE LA DIFFUSION, LE GROUPE DE SOCIABILITÉ

1. Un groupe de sociabilité militante

50La diffusion s’organise en cercles concentriques à partir des organes du réseau Guillaumin avec, au centre, la Société d’économie politique. En cette fin de période, le groupe s’est élargi. En 1860, c’est devenu l’affaire d’environ 150 personnes, de 250 en 1882 quand la Société se résout à limiter le nombre de ses membres. Leurs caractères, leurs pensées, leurs modes d’action ont déjà été étudiés. L’ouverture en direction du personnel de l’État s’est confirmée. Les conseillers d’État y sont très nombreux et ont joué un rôle important dans la fondation et l’enseignement de l’École libre des sciences politiques.

  • 49 C’est à la sortie d’une de ces séances d’ouverture, celle du cours de Baudrillart en 1864, que Guil (...)

51Nous voulons seulement rappeler à quel point cette société de pensée se nourrit de la conviction de ses membres. On y est assidu. Quand on ne peut pas être présent, on écrit pour participer à la discussion. C’est un groupe d’amis. Durant la première moitié du xixe siècle, on se réunissait chez Blanqui, chez le mécène Horace Say ou chez le modeste Guillaumin. La séance inaugurale du cours du Collège de France était devenue, chaque année, l’occasion d’une sorte de manifestation, où l’on venait encourager et applaudir l’orateur49.

52Ce groupe est renforcé par une très forte endogamie : Charles Comte et Raoul Duval avaient épousé les filles de Jean-Baptiste Say, Joseph Garnier une sœur de Blanqui. Wolowski, issu d’une famille d’avocats libéraux, polonais naturalisé à 24 ans, obligé par l’exil de gagner sa vie comme journaliste, voit sa sœur épouser Léon Faucher (ministre de l’Intérieur en 1848), sa fille le fils du ministre Hippolyte Passy, sa nièce Émile Levasseur. Frédéric Passy, le conférencier, est le neveu d’Hippolyte Passy. Michel Chevalier marie l’une de ses filles avec Paul Leroy-Beaulieu, une autre avec le fils de Le Play que Chevalier avait bien connu à Polytechnique. Les exemples pourraient être multipliés et sur plusieurs générations.

2. Un groupe de cooptation

  • 50 « Je regrette que M. Levasseur n’ait pas éprouvé, dès qu’il a su que M. Wolowski négociait pour le (...)
  • 51 Enseignement qui ne sera jamais officiellement institué d’ailleurs. Rappelons cependant que Levasse (...)
  • 52 Léon Walras, « l’enseignement de l’économie politique en France », Mélanges d’économie politique et (...)

53Tout cela serait seulement anecdotique, si ça n’assurait pas, outre la cohésion du groupe, une aide efficace pour la nomination aux chaires ou pour l’accès à certains médias. Une lettre de Courcelle-Seneuil50 adressée à Levasseur en janvier 1868, lui reproche très vivement d’avoir utilisé ses liens familiaux avec Wolowski pour capter à son profit, avec l’accord de Victor Duruy, un enseignement d’économie politique à l’École normale supérieure51. La chaire du Collège de France également, est souvent restée une affaire de famille (Chevalier, Leroy-Beaulieu), et une affaire de relations, toujours. Walras, avec beaucoup d’acrimonie, a fait le procès de ce fonctionnement informel du lobby libéral, lui reprochant de ne tenir aucun compte des qualités scientifiques. Il écrit à ce propos vingt pages vengeresses à Jules Ferry52. Déjà, en 1864, il avait réagi vivement lors de la création de la chaire à la faculté de droit de Paris. Selon lui, les moins qualifiés pour enseigner l’économie sont Baudrillart et Levasseur, ceux qui s’éloignent de la réflexion conceptuelle des classiques et qui se réfugient dans l’historicisme. Au fond, Courcelle-Seneuil comme Walras protestent au nom de la qualification scientifique et revendiquent, déjà, une professionnalisation du métier d’économiste. Or, ce n’est pas là la priorité du lobby, qui s’intéresse, lui, plutôt, à la diffusion d’une « science achevée ».

3. La diffusion par les livres

  • 53 La maison Guillaumin a été reprise par ses filles. Archives de la Seine DQ7 10052.
  • 54 Les catalogues de la librairie Guillaumin sont à la bibliothèque nationale sous la cote 8° Q 10.
  • 55 Paris, Guillaumin, 1837, 2 vols. in-8°.
  • 56 Paris, Guillaumin, 1859, 2 vols. in-8°.

54L’œuvre d’édition complète cette action. On est encore dans une culture de notables où chacun se forme par son choix de lectures. Nous ne revenons pas sur la place des revues comme le Journal des économistes, la Revue des deux mondes ou le Journal des Débats. La démarche d’éditeur de Guillaumin est complétée par ses successeurs. Pour mesurer l’œuvre de diffusion, le catalogue de la maison Guillaumin53 en 1876, nous servira de corpus54. Il maintient la politique des dictionnaires au service des praticiens et des autodidactes. L’encyclopédie du commerçant (Dictionnaire du Commerce et des Marchandises)55, à leur disposition depuis 1837, est rééditée en 1852. En 1859, le Dictionnaire du Commerce et de la Navigation56 en constitue la mise à jour, en complément du Dictionnaire de l’Économie politique, réédité en 1864. Les entrées y sont à la fois thématiques et nominales. Les lecteurs peuvent autant s’informer sur les grands auteurs que sur les domaines de l’économie.

  • 57 BNF 8° Q 10.
  • 58 L. Faucher, L. de Lavergne, L. Reybaud, Moreau de Jonnes, Bastiat, Blanqui, Baudrillard Smith, Coqu (...)

55Les ouvrages courants, eux, sont de deux sortes : ceux qui sont regroupés en collection des auteurs du passé et les contemporains dont on choisit de faire la promotion. Les auteurs du passé forment la Collection des principaux économistes en quinze tomes. Say, à lui seul, en occupe quatre, Turgot, Smith et Malthus chacun deux, Ricardo un. Les quatre derniers tomes sont composites (par exemple les physiocrates). Cette répartition correspond à l’importance relative qu’on accorde aux auteurs. La deuxième collection, la Bibliothèque des Sciences morales et politiques, correspond à un choix d’ouvrages parmi les plus estimés en économie politique57, à une sorte de palmarès. Sur les vingt-trois auteurs sélectionnés, treize seulement sont économistes58, sept sont des juristes libéraux, les trois derniers étant plutôt des polémistes. C’est le cas de A. Sudre, auteur d’une Histoire du communisme, ou la réfutation des Utopies sociales, ou encore de l’inspecteur primaire Leymarie, qui assure une bonne diffusion du libéralisme avec un manuel populaire. D’autres, enfin, comme l’abbé de Saint Pierre, font partie des modèles proposés à l’admiration et à l’imitation pour « sa vie, ses œuvres, son rôle pour la paix perpétuelle ». Le reste des auteurs est livré au libre choix du lecteur, mais, en 1876, le catalogue atteint 123 pages. Il est désormais divisé en vingt-cinq sections, dont certaines témoignent de préoccupations sociales larges plus que d’un souci économique au sens strict : le droit naturel, les questions ouvrières, les assurances, l’histoire, le droit des gens, les questions pénitentiaires, les questions coloniales. Ce champ très ouvert est le signe d’une volonté inchangée du lobby libéral de façonner la société dans son ensemble.

56À partir de 1868, le cercle d’origine constate le rayonnement croissant de son action, grâce à la multiplication des conférences et des cours.

B. LE DEUXIÈME CERCLE : LES CONFÉRENCES OCCASIONNELLES ET LES COURS BÉNÉVOLES

  • 59 Le Journal des économistes, février 1867, p. 440, rappelle qu’en 1846, le Journal de Reims du 25 oc (...)
  • 60 Faut-il retenir l’hypothèse de Walras qui dénonce « F. Passy (cet) autre neveu, (cet) homme au-dess (...)

57Le Journal des économistes permet en 1868, au moment où le libre-échange commence à être remis en question, de dessiner une cartographie des conférences libres. Les pôles de diffusion du libre-échange sont Paris, Lyon, Marseille, Bordeaux, Montpellier. Mais il reste des zones à conquérir. C’est le cas d’Amiens, où la concurrence anglaise pour les velours avait longtemps encouragé le protectionnisme. On constate enfin l’implantation d’un cours à Reims, ville qui venait de passer au libéralisme59. Le reste relève d’initiatives individuelles, comme celle de F. Passy à Nice et à Paris60.

58À côté des conférences libres, l’emplacement des cours et conférences montre qu’à partir de 1860, le mouvement de diffusion part de certaines villes universitaires, ou individuellement de personnalités universitaires. En 1868, les conférences se sont multipliées, touchant des régions entières : la Lorraine, les Charentes, le Bordelais, Aix-Marseille, Grenoble. Évidemment Paris et Lyon restent les centres majeurs, puisque les deux types de libéralismes s’y ajoutent : celui des praticiens et celui des juristes.

Source : Journal des économistes.

  • 61 Arch. nat. F17 6635 et 6705 ; Pour l’Association philotechnique F17 6674.
  • 62 150 en fin d’année.
  • 63 On pourrait multiplier les exemples.

59Ces conférences mobilisent beaucoup d’énergie et frôlent le bénévolat. Il faut solliciter une autorisation, pas automatiquement accordée61. En cas de refus, on opte pour un titre plus technique et on recommence à solliciter l’autorisation. Le gain matériel est nul ou faible : les conférenciers sont souvent bénévoles comme E Passy, ou juste remboursés de leurs frais, comme Victor Modeste à Reims ou, au mieux, mal payés, comme Dameth à Lyon. Chaque conférencier paie donc de sa personne. Victor Modeste est un normalien que son état de santé a écarté de toute carrière. Il a refusé une chaire à Montpellier. Or il accepte, et cela pendant deux ans, de voyager de Meaux à Reims chaque semaine pour diffuser la bonne parole économique devant 300 personnes62, dans une salle de l’hôtel de ville. Dameth aussi se dérange de Genève à Lyon. Ducrocq assure à la fois son enseignement à la faculté de Poitiers et les innombrables cours et conférences qu’il parsème en direction des Charentes63. Tous obéissent à leurs convictions personnelles. Il faut ajouter qu’après 1868, si les initiatives se multiplient, les réunions sont devenues mouvementées. Il faut affronter un public parfois hostile et l’on n’est pas certain de terminer sa conférence. En effet les ouvriers viennent chahuter les économistes qu’ils avaient pourtant longtemps écoutés, mais dont ils contestent désormais le message.

60Par conséquent, ce deuxième cercle de diffusion est plus précaire que le premier, plus conjoncturel. Mais il témoigne de l’importance de l’effort militant qui caractérise les types de diffusion liés à ce premier système d’enseignement.

C. LE TROISIÈME CERCLE : LES ENSEIGNANTS PROPREMENT DITS

  • 64 Pour quatre d’entre eux, les biographies sont faites. Voir Y. Breton et M. Lutfalla, l’Économie pol (...)

61Ils occupent les quatre chaires déjà citées, et assurent les cours de l’École libre des sciences politiques. Les plus importants sont Baudrillart, Chevalier, Garnier, Leroy-Beaulieu, Levasseur et Wolowski64. Cheysson n’apparaît qu’en 1883, il est donc plus révélateur de la période suivante. Anatole Dunoyer à une position marginale que nous avons déjà analysée. Ces professeurs ont des caractères communs. Peu nombreux, plus ou moins de la même génération, issus de la petite ou moyenne bourgeoisie, ils ont fait des études académiques sérieuses et sont des militants d’une discipline évolutive, mais toujours au service du libéralisme.

62Peu nombreux, ils se succèdent ou se remplacent mutuellement : Baudrillart, suppléant de Chevalier au Collège de France jusqu’en 1868, succède à Garnier en 1882 à l’École des ponts et chaussées. Levasseur le remplace au Collège de France, puis succède à Wolowski au Conservatoire des arts et métiers. De ce fait, ils cumulent les lieux d’enseignement officiels : trois pour Levasseur (le Collège de France, le Conservatoire, l’École libre des sciences politiques), deux en général pour les autres. Ensuite, à l’exception de Paul Leroy-Beaulieu, tous sont nés entre 1806 et 1828 : Chevalier en 1806, Wolowski en 1810, Garnier en 1813 sont de la même génération. Levasseur et Baudrillart ont 10 ans de moins. Seul Leroy-Beaulieu est de la génération suivante, et cela se répercute sur leur mode d’intervention plus spécifiquement intellectuel.

  • 65 É. Levasseur, Recherches historiques sur le système de Law, Paris, Guillaumin, 1854.

63Ils sont en général issus de la petite ou de la moyenne bourgeoisie. Wolowski était le fils d’un très riche avocat mais sa famille ayant été ruinée par l’exil, il lui a fallu reconstruire une fortune. Chevalier, fils d’un petit commerçant, et Levasseur fils d’un artisan-joaillier, devenus l’un polytechnicien, l’autre normalien à la rue d’Ulm, sont déjà des produits de la méritocratie. Tous ont fait des études supérieures, sauf Garnier qui a complété ses études secondaires, en faisant de l’économie avec l’aide de Blanqui, à l’École spéciale de commerce. Deux ont fait du droit : Wolowski et Leroy-Beaulieu, ceux qui sont issus d’un monde plus aisé. Baudrillart et Levasseur sont l’un philosophe, le second historien. Levasseur avait passé l’agrégation en 1854, au moment où Napoléon III, par méfiance vis-à-vis de la philosophie et de l’histoire, avait « banalisé » les agrégations. À l’École normale supérieure, il opte pour l’histoire et fait la première thèse d’histoire économique65 mais devra enseigner les lettres une fois nommé dans le secondaire.

64Ils ont ensemble deux autres points communs : une formation annexe et une expérience de gestion pratique. Ils ont choisi de se donner une compétence en économie, soit par le contact avec des universités étrangères, germaniques surtout, pour ceux qui sont issus des milieux les plus aisés, comme Wolowski et Leroy-Beaulieu, soit en autodidactes pour les autres. D’autre part, ils ont tous exercé une activité pratique en dehors de l’enseignement : Garnier est devenu directeur d’une école privée de commerce, Chevalier s’est lié aux milieux des affaires et est devenu conseiller à la Compagnie des chemins de fer des frères Pereire. Paul Leroy-Beaulieu, lui, a été nommé administrateur de nombreuses sociétés. Même les plus littéraires, comme Baudrillart ou Levasseur, ont exercé des fonctions d’administration : Baudrillart devient inspecteur des bibliothèques et Levasseur administrateur du Collège de France. Wolowski associe ses principes économiques et son goût pour la vie active en fondant, avec Léon Faucher, le Crédit foncier.

  • 66 Témoignages de Walras, mais aussi de Garnier et de Levasseur. Ce cours est ensuite transformé en ch (...)

65Leur promotion est due aux institutions du lobby libéral, la Société d’économie politique et l’Académie des sciences morales et politiques. Tous ont été des membres influents de la première. Tous ont obtenu plusieurs prix de l’Académie avant d’y être cooptés. L’âge d’accès à l’Académie est d’ailleurs peu élevé, entre 40 et 45 ans. Le plus brillant, Leroy-Beaulieu, y accède à 35 ans. Au contraire, Garnier, qui a fait moins d’études et plus techniques, y arrive à l’âge de 60 ans. Tous enfin ont utilisé leur réseau familial. Mais il faut noter qu’en ce domaine, si Wolowski marie sa sœur et sa fille à des ministres ou des fils de ministres, il a fait sa carrière seul. Il en est de même pour Chevalier qui marie ses quatre filles dans de grandes familles (Leroy-Beaulieu, Le Play, Georges-Picot et Pereire), mais qui est lui-même fondateur de dynastie. Même le doux Baudrillart pénètre le milieu des chrétiens sociaux en devenant le gendre du directeur du Journal des Débats, M. De Sacy. Or son beau-père était intervenu fermement auprès de Victor Duruy quand Chevalier lui a repris sa chaire au Collège de France. C’est ainsi que Baudrillart avait obtenu la création du cours d’histoire des faits et des doctrines économiques, à l’origine de la seconde chaire du Collège.66 Leurs formations ont donc été variées, liées à la pratique et toutes les promotions sont dues à l’action du lobby.

  • 67 Il a fondé la Revue de droit français et étranger, et le Journal des tribunaux.
  • 68 Fondateur de l’Économiste français, 1873-1937.

66On comprend alors combien leur action de professeur est liée à leur rôle de publiciste. Tous ont publié dans les journaux libéraux (plus de dix articles pour chacun d’entre eux), avec une priorité pour le Journal des économistes et les autres revues du lobby. Garnier, et Baudrillart pendant l’empire, seront tour à tour rédacteurs en chef du Journal des économistes. Garnier incarne sans doute mieux l’esprit des fondateurs du Journal, mais il est républicain et la police le surveille. Baudrillart qui réconcilie l’économie politique et le catholicisme est mieux accepté par la censure impériale, et protège ainsi la publication. Wolowski67 et Leroy-Beaulieu68, eux, sont en plus fondateurs de grands journaux durables. Wolowski défend, dans ses revues, une conception historique et moderniste du droit qui lui associe l’économie politique, comme moyen de gérer souplement les évolutions sociales sur le modèle des universités germaniques de sciences camérales. Il est l’introducteur en France de la première école historique allemande en 1857, avec sa traduction des Principes d’économie politique de Roscher. Quant à L’Économiste français, fondé et dirigé par Paul Leroy-Beaulieu jusqu’à sa mort en 1916, son rôle d’information auprès des praticiens libéraux est décisif. L’enseignement proprement dit n’est donc qu’une part de leur activité. C’est un moyen parmi d’autres de propager le libéralisme.

67La stabilité dans les lieux d’enseignement est très variable. Elle est plus grande dans les chaires plus techniques : Garnier reste aux Ponts et Chaussées de 1846 à 1882, Wolowski au Conservatoire de 1839 à 1876. Au Collège de France, en revanche, la liberté du titulaire après sa nomination fait de la chaire une tribune qu’on occupe et qu’on laisse à sa convenance, comme l’a fait Michel Chevalier. Toutefois, avec Levasseur et Baudrillart, une évolution se dessine vers un type de carrière plus orientée vers la vie intellectuelle. Plus historicistes, plus littéraires, moins liés au monde des grandes affaires, ils témoignent que le temps des pionniers praticiens commence à s’éloigner. Dans cet ensemble l’originalité de l’École libre se manifeste par la cohérence de son projet : les enseignants sont au service d’un contenu. Choisis en fonction d’une orientation idéologique clairement définie ils peuvent et même doivent être renvoyés, s’ils ne remplissent pas le contrat pour lequel ils ont été recrutés. Le cas d’Anatole Dunoyer, conseiller d’État, enseignant venu de Suisse, et recruté uniquement parce qu’il est l’éditeur et le propagateur de l’œuvre de son père, est particulièrement révélateur.

  • 69 G. Aumercier, Paul Leroy-Beaulieu, Thèse, Dijon, 1975.

68Il n’en reste pas moins que ce qui caractérise l’ensemble, c’est un enseignement au service d’une politique économique. Dans la biographie individuelle de chacun, la réaffirmation des grands principes contre le droit au travail, face à 1848, et l’action en faveur des traités en 1860 sont à la fois les jalons obligatoires d’un mode d’intervention et les garants d’une prise de conscience. Sauf Leroy-Beaulieu trop jeune – mais il a su trouver d’autres modes de légitimation –, tous ont été des combattants fermes contre les « mauvaises » politiques économiques. Leur préférence pour la République ou pour l’Orléanisme, leur acceptation résignée de l’empire importent moins que leur fidélité à l’essentiel du programme au-delà des divergences apparentes. Les ambitions politiques personnelles sont considérées comme annexes, face à la « justesse » de leurs choix d’économistes. Si deux d’entre eux, Baudrillart et Levasseur, n’ont jamais manifesté d’ambition politique, tous ont leurs convictions ; certains sont des républicains très nets comme Garnier, Wolowski, Levasseur, d’autres sont plus hésitants comme Baudrillart et plus tard Leroy-Beaulieu. En réalité, la forme du gouvernement importe moins que son attitude à l’égard de la mise en œuvre du libéralisme politique. Mais leur activité témoigne de la fermeté de leurs convictions. Trois sur six ont été élus députés ou sénateurs : Garnier, Wolowski, Chevalier. Leroy-Beaulieu élu a été invalidé.69 l’action politique reste un moyen.

69Pour conclure, tous les signes convergent : on est face à un système d’enseignement fondé sur le volontariat et le militantisme, au service d’un type de pensée. Les révisions du libéralisme, comme les souplesses de recrutement à l’École libre des sciences politiques, montrent bien que les enseignants attendent de leur discipline une participation au progrès de la société. Les principes intangibles voisinent avec les réalités mouvantes. Cette proximité du réel a amené des révisions telles, par rapport aux acquis scientifiques de la discipline, qu’elle a enraciné l’économie politique dans son lien avec la politique et l’a écartée des efforts scientifiques. Ce premier système d’enseignement est caractérisé par sa communauté de pensée et par une sourcilleuse cooptation. À cela, il faut ajouter sa grande souplesse en matière d’organisation. Dans ce dernier cas, le secteur privé a apporté plus de bénéfices idéologiques que les maigres chaires acquises douloureusement dans le secteur public, et trop vite transformées en tribunes personnelles. Il faut noter enfin que l’influence de ce premier système est tout à fait disproportionnée par rapport au nombre de ses partisans. On pourrait l’interpréter comme une caractéristique de la surreprésentation médiatique des minorités actives. Mais ce serait sous-estimer l’écho et l’appui qu’ils ont obtenu dans le pays, de la part des milieux qui se sentaient capables d’affronter la concurrence. Comme tous les groupes de militants, le lobby à la source du premier système d’enseignement de l’économie politique en France risquait l’émiettement ou le repli des bénévoles face à la longue durée. L’École libre des sciences politiques les a sauvés de ce risque. En institutionnalisant la discipline économique, elle a permis la réussite à long terme de la propagation des « grands principes » et des « vraies pratiques ». Ce premier système se caractérise donc par l’association entre la diffusion militante de quelques principes précis et la possibilité de toujours remettre en cause le recrutement des enseignants en fonction de ce but. Grâce à cette réussite institutionnelle, ce premier système a mené, sans relâche, un dialogue provocateur et irritant avec le second système d’enseignement qui, en ce début des années 1880, vient de se mettre en place.

Notes

1 Voir chapitre suivant.

2 K. Marx, Théories sur la plus-value, tome I, Éditions sociales, Paris, 1974, notamment p. 302-303 « l’insipide Say », « Say avec sa logique coutumière se contredit aussitôt » ou p. 262 « comme Say et d’autres économistes vulgaires », et même p. 105, « cette merde de Say ».

3 J. Schumpeter, History of economic analysis, London, Allen, 1954, p. 840.

4 J. Chailley-Bert, « Compte rendu du livre de P. Boiteau, État de la France en 1789, Paris, Guillaumin, 1860 », Journal des économistes, avril 1889, p. 129.

5 A. Vianes, « La pensée économique face au premier centenaire », p. 427-452 in Idées économiques sous la Revolution, Presses Universitaires de Lyon, Lyon, 1989.

6 J.-C. Asselain, Histoire économique de la France, Paris, Seuil, 1984.

7 F. Hincker, « Y eut-il une pensée économique de la Montagne ? » in La pensée économique pendant la Révolution française, Colloque de Vizille, septembre 1989, éd. par G. Faccarello et Ph. Steiner, Presses Universitaires de Grenoble, p. 211-224.

8 L. Bergeron, « Problèmes économiques de la France napoléonienne dans la France napoléonienne », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° spécial juillet-septembre 1970.

9 A. Smith, La Richesse des nations, tome VII, L. 2, p. 85, éd. Germain Garnier.

10 J.-B. Say, Traité, op. cit., p. 80.

11 Fritz Redlich, « The origin of the concepts of “Entrepreneur” and “creative Entrepreneur” », Explorations in Entrepreneurial History, I, 1949, p. 1-7.

12 A. Smith, op. cit., p. 267.

13 Pendant les guerres de Vendée, les Bleus étaient les Vendéens des villes, libéraux, partisans de la Révolution par opposition aux paysans, les Blancs, royalistes.

14 C. Charle, Les hauts fonctionnaires en France au xixe siècle, Paris, Gallimard, 1980.

15 P. Rosenvallon, Le moment Guizot, Paris, Gallimard, 1985.

16 T. Markovitch, « l’industrie française de 1789 à 1964 », Cahiers de l’ISEA, série AF, tomes IV, V, VI, VII, juillet 1965-décembre 1966.

17 J.-C. Asselain, op. cit.

18 F. Dernier, « Les économistes libéraux de la première moitié du xixe siècle et la Révolution française », Journées d’études de la Société d’histoire de 1848, octobre 1989.

19 Ch. Dunoyer, De la liberté du travail, Paris, 1845, 3 vols.

20 Introduction au premier numéro du Journal des économistes en 1842.

21 L. Le Van Lemesle, « Guillaumin, éditeur d’économie politique », Revue d’économie politique, n° 2, 1985.

22 Arch. nat. F17 13550.

23 M. Chevalier, Lettres sur l’Amérique du Nord, Paris, Gosselin, 1836, 2 vol., 1836.

24 M. Chevalier, Cours d’économie politique, 2e année, leçon n° 24, p. 472, Paris, Wahlen, 1850.

25 M. Chevalier, op. cit., tome I, p. 38.

26 M. Chevalier, discours d’ouverture du cours du Collège de France, 1845-46, in Cours d’économie politique, vol 1.

27 A. Vinokur, « Political economy betwen faith and works : le saint-simonisme et le cas de Michel Chevalier », Les problèmes de l’institutionnalisation en France au xixe siècle, numéro spécial d’Économies et sociétés, série PE, n° 6, 1986, p. 175-202.

28 Y. Breton, « Les libéraux hétérodoxes », in l’économie politique en France au xixe siècle, p. 247-276.

29 A. Batbie, « La question des salaires et des grèves », Revue des deux mondes, juin 1867.

30 M. Lévy-Leboyer et F. Bourguignon, l’économie française au xixe siècle, Paris, Écono-mica, 1985.

31 M. Lévy-Leboyer, « La décélération de l’économie française dans la seconde moitié du xixe siècle », Revue d’Histoire économique et sociale, XLIX, n° 4, 1971, p. 485-507.

32 M. Lévy-Leboyer et F. Bourguignon, l’économie française au xixe siècle, op. cit.

33 L. Le Van Lemesle, « L’évolution de l’explication chez les économistes français au xixe siècle », in l’explication en Histoire, H. Moniot et M. Serwanski, Institut historique de Poznan, 1996.

34 J. Rougerie, « Remarques sur l’histoire des salaires à Paris au xixe siècle », Le mouvement social, 1968, p. 71. J. Lhomme, « Le Pouvoir d’achat de l’ouvrier français au cours d’un siècle, 1840-1940 », Le mouvement social, 1968, p. 41-69.

35 Frédéric Le Play (1806-1882), X-Mines, a été professeur à l’École des mines, conseiller d’État (1855), sénateur (1867-1870). Il a fondé la Société d’économie sociale en 1856. Son apport n’est pas seulement idéologique : il a multiplié les monographies d’études pratiques des budgets ouvriers. Voir B. Kalaora et A. Savoye, Les inventeurs oubliés, Le Play et ses continuateurs aux origines des sciences sociales, Champ Vallon, Paris, 1889.

36 La Réforme sociale et le Centenaire de la Révolution, Paris, 1890, actes du colloque, p. 177.

37 Ce sont : Cernuschi Henri financier, Passy Hippolyte ancien ministre des Finances et du Commerce, Villiaume publiciste libéral, Courcelle-Seneuil ancien industriel, publiciste et enseignant, Juglar Clément médecin et publiciste.

38 Sont favorables, avec réserves, « dans certains cas » Jules Duval, Michel Chevalier, Émile Levasseur, L. Simonin, ingénieur des mines, J. Clamageran, conseiller d’État, avocat à la cour d’appel, E. Talion, avocat.

39 Henri Baudrillart, Manuel d’économie politique, Paris, 1857, p. 334. Ce manuel est réédité en 1865-1872 et 1878 avec de très faibles modifications.

40 Ibid.

41 Le manuscrit a disparu à l’Académie, Paris, Guillaumin, 1868.

42 Paul Leroy-Beaulieu, Essai sur la répartition des Richesses, Paris, Guillaumin, 1880 (réédité en 1882, 1887 et 1897).

43 P. Leroy-Beaulieu, op. cit., p. 380.

44 Ibid., préface.

45 Ibid., p. 366.

46 Curieusement cette affirmation longtemps considérée comme apologétique est confirmée par les recherches historiques récentes.

47 P. Leroy-Beaulieu, op. cit., p. 583.

48 Créée sous forme de cours quand M. Chevalier a repris sa chaire.

49 C’est à la sortie d’une de ces séances d’ouverture, celle du cours de Baudrillart en 1864, que Guillaumin rentrant à pied chez lui, rue de Richelieu, meurt brusquement d’une crise cardiaque, place du Palais Royal.

50 « Je regrette que M. Levasseur n’ait pas éprouvé, dès qu’il a su que M. Wolowski négociait pour le faire nommer, le besoin de m’apprendre ce qui se passait et qu’il ait gardé la plus grande réserve jusqu’à ce que le cours lui ait été confié. Je regrette qu’il ne m’ait pas dit tout uniement, le 15 ou 16 décembre : “M. Wolowski, mon oncle, s’occupe de me faire charger du cours d’économie politique à l’École normale et y réussira probablement. Je désire acquérir un titre qui pourra servir ma candidature à l’Académie des sciences morales et politiques. J’espère que vous ne le trouverez pas mauvais, d’autant plus que vous n’êtes pas vous-même candidat à l’Académie et que le cours n’a pour vous aucun intérêt personnel. Toutefois, j’ai tenu à me mettre en règle avec vous et à prévenir de ce qui se passe.”
« Une telle communication ou quelque chose d’équivalent n’aurait pas nui au succès et aurait sauvé les convenances : elle ne m’aurait d’ailleurs ni étonné, ni contrarié.
« Je n’ai pas droit de douter des affirmations de M. Levasseur : il est donc vrai qu’après avoir été deux fois accepté par le ministre pour faire le cours, je suis devenu, dès que M. Wolowski s’est occupé d’une candidature qui lui est justement chère, impossible pour plusieurs raisons. Mais baste ! Pourquoi insister sur des bagatelles ? Félicitons-nous de voir l’économie politique acquérir même une place d’antichambre, à l’École normale supérieure.
Agréez, etc.
Courcelle-Seneuil ».
Journal des économistes, janvier 1868, p. 162-163.

51 Enseignement qui ne sera jamais officiellement institué d’ailleurs. Rappelons cependant que Levasseur était normalien.

52 Léon Walras, « l’enseignement de l’économie politique en France », Mélanges d’économie politique et social, Paris, Économica, tome VII, p. 424-442.

53 La maison Guillaumin a été reprise par ses filles. Archives de la Seine DQ7 10052.

54 Les catalogues de la librairie Guillaumin sont à la bibliothèque nationale sous la cote 8° Q 10.

55 Paris, Guillaumin, 1837, 2 vols. in-8°.

56 Paris, Guillaumin, 1859, 2 vols. in-8°.

57 BNF 8° Q 10.

58 L. Faucher, L. de Lavergne, L. Reybaud, Moreau de Jonnes, Bastiat, Blanqui, Baudrillard Smith, Coquelin, Stuart-Mill, Say, Garnier, A. Young.

59 Le Journal des économistes, février 1867, p. 440, rappelle qu’en 1846, le Journal de Reims du 25 octobre « osait stigmatiser publiquement Cobden l’anglais, Wolowski le slave, Michel Chevalier le professeur, Léon Faucher le journaliste, et quelques perroquets à leur suite. »

60 Faut-il retenir l’hypothèse de Walras qui dénonce « F. Passy (cet) autre neveu, (cet) homme au-dessous de toute médiocrité, qui a réussi à se faire une situation désormais d’apôtre de l’économie politique, en débitant dans diverses villes du Midi où sa santé l’obligerait à passer l’hiver, de pitoyables leçons d’Économie politique, pillées dans Bastiat et dans le Dictionnaire », Mélanges, tome VII, p. 432.

61 Arch. nat. F17 6635 et 6705 ; Pour l’Association philotechnique F17 6674.

62 150 en fin d’année.

63 On pourrait multiplier les exemples.

64 Pour quatre d’entre eux, les biographies sont faites. Voir Y. Breton et M. Lutfalla, l’Économie politique au xixe siècle, Paris, Économica, 1990. Sur Levasseur : L. Le Van Lemesle, « Levasseur », in Les professeurs du Conservatoire des arts et métiers, C. Fontanon et A. Grelon éd., Conservatoire national des arts et métiers, 1994, p. 105-116.

65 É. Levasseur, Recherches historiques sur le système de Law, Paris, Guillaumin, 1854.

66 Témoignages de Walras, mais aussi de Garnier et de Levasseur. Ce cours est ensuite transformé en chaire et attribué à Levasseur.

67 Il a fondé la Revue de droit français et étranger, et le Journal des tribunaux.

68 Fondateur de l’Économiste français, 1873-1937.

69 G. Aumercier, Paul Leroy-Beaulieu, Thèse, Dijon, 1975.

Table des illustrations

Légende Source : Journal des économistes.
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2607/img-1.jpg
Fichier image/, 537k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540