Version classiqueVersion mobile

La France, l’Europe et l’aide au développement. Des traités de Rome à nos jours

 | 
Gérard Bossuat

Débuts de l’aide européenne au développement (1957-1975)‎

Débat

Gérard Bossuat, Guia Migani, Véronique Dimier et Dieter Frisch

Note de l’éditeur

Modérateur : Gérard Bossuat

Texte intégral

1Gérard Bossuat
Pour amorcer le débat, je poserai une première question à Guia Migani : les accords d’association de la CEE avec l’Afrique noire sont-ils le fruit d’une sensibilité tiers-mondiste des sociétés européennes des années 1960 ?

2Guia Migani
Je dirais que ce n’est pas tellement par sensibilité tiers-mondiste que les pays membres de la CEE répondent mais parce que le Tiers Monde devient un acteur international, dont il faut tenir compte. Après Bandoung ce n’est plus la même chose qu’avant, donc il faut prendre en considération cet acteur qui s’impose sur la scène internationale, qui arrive à lancer une conférence des Nations unies sur le commerce et le développement. Les positions s’affirment. Les rapports avec les pays africains associés doivent être conçus par rapport au Tiers Monde, car ces pays font partie du Tiers Monde mais en même temps ils n’en font pas tout à fait partie. Ils dépendent encore de la France et de la Belgique. En fait, là, nous nous posons la question du rôle de l’Europe. Est-ce que l’Europe communautaire doit focaliser son action sur les pays associés, sur l’Afrique puis sur les pays ACP, ou doit-elle viser tout le Tiers Monde ? C’est un débat qui se développe depuis longtemps. Nous commençons par une approche régionaliste car les aides sont exclusivement consacrées aux pays africains associés, et petit à petit nous élargissons l’action à d’autres pays du Tiers Monde, notamment après l’entrée des Anglais mais aussi grâce à Claude Cheysson, commissaire au développement. À mon avis, la CEE continue à organiser les rapports avec le Tiers Monde par région. Vu que le régionalisme a bien fonctionné pour l’Europe, elle tente de le promouvoir dans d’autres régions du Tiers Monde. Donc elle élargit les rapports avec le Tiers Monde mais procède par région, à savoir des programmes régionaux pour l’Amérique latine ou avec l’Asie.

3Gérard Bossuat
D’accord, donc il s’agit de l’action de la Communauté économique européenne et de la Commission.

4Véronique Dimier
Les personnes de cette époque que j’ai interviewées ne parlent pas de Tiers Monde. Ce n’est pas un concept qui est utilisé. Derrière le mot Tiers Monde, il y a tout un concept, une doctrine, une idéologie, un parti pris, en tout cas idéologique. On ne se pose pas la question de cette manière à l’époque.

5Gérard Bossuat
Au moment de la négociation des traités de Rome, il y avait, dans le gouvernement de Guy Mollet, des Africains et donc je me suis demandé s’ils avaient été tenus au courant. Ont-ils joué un rôle. Comment voyez-vous la relation entre les Africains en tant que groupe ? Ont-ils pris des positions communes ?

6Guia Migani
Oui, il y avait des Africains au Gouvernement. En fait, ils ont eu un certain rôle ; par exemple Houphouët-Boigny est dépêché à Bruxelles lors des négociations pour convaincre les Allemands et les Néerlandais qu’il faut développer une action dans les pays Africains coloniaux et que cela ne doit pas se faire comme un geste colonial.

7Gérard Bossuat
Quels sont leurs arguments ?

8Guia Migani
L’argument est l’Afrique ! L’Europe doit se montrer solidaire de l’Afrique. Il y a cette complémentarité. Cela reste un argumentaire assez daté, assez colonial.

9Gérard Bossuat
Oui, c’est plus que daté, mais parlait-on encore à ce moment-là d’Eurafrique ?

10Guia Migani
En 1957, en France, oui, mais à mon avis uniquement au sein des élites françaises.

11Gérard Bossuat
Et au sein des élites africaines ? Acceptaient-elles ce concept ou pas ?

12Guia Migani
Certains leaders africains peut-être, mais à mon avis à partir du moment où ces pays deviennent indépendants, l’Eurafrique est mise à la « cave ».

13Véronique Dimier
Par exemple Senghor n’était pas contre l’Eurafrique. Il voulait absolument que tous les pays soient complètement intégrés, donc représentés dans la Commission, au Parlement, qu’ils soient représentés au sein des institutions communautaires au même titre que la France. C’est pour cette raison que cette idée d’association un peu bizarre (vous êtes associés mais vous n’avez pas tout à fait les mêmes droits) était un peu la même chose que la grande Communauté française : vous êtes tous citoyens mais vous n’avez pas tous les mêmes droits. C’était limite et surtout, ce qui est limite, c’est qu’en 1956, malgré les lois-cadres Defferre qui accordent beaucoup d’autonomie à ces territoires, avec des assemblées élues, des gouvernements qui deviennent responsables dans des parlements, tout le monde n’est pas consulté. Ils n’étaient même pas présents dans les débats de l’Union…

14Gérard Bossuat
Je suis un peu étonné quand même…

15Véronique Dimier
Ils n’étaient pas présents, d’ailleurs beaucoup de parlementaires à l’époque ont fait remarquer ce genre de chose et en ont été très choqués. Vous trouverez tout cela dans les articles de l’époque.

16Guia Migani
Les concepts avec lesquels les leaders africains doivent se confronter à partir de 1957-1958, ce n’est pas tellement l’Eurafrique mais le panafricanisme. Et là, il y a cette relation un peu ambiguë entretenue avec les pays anglophones et les pays de la CEE, parce que les pays associés ne veulent pas renoncer au fait que leurs exportations peuvent entrer librement dans la CEE et, surtout, ils ne veulent pas partager ce privilège avec d’autres pays africains ; mais en même temps ils tiennent à ce concept de panafricanisme. C’est en fait assez compliqué. Ils disent oui pour les marchés communs africains mais pas tout de suite.

17Gérard Bossuat
Vos propos sont très intéressants parce que souvent, dans l’historiographie française, au moins dans celle que je connais le mieux, nous insistons peut-être trop sur l’aspect franco-africain, alors qu’aujourd’hui nous faisons intervenir d’autres facteurs comme le panafricanisme, etc. Les leaders africains ou les leaders d’opinions qui ne sont pas partisans d’une relation spécifique entre l’Europe et l’Afrique interviennent-ils dans le débat ?

18Véronique Dimier
Oui, de façon critique parce que le Ghana est très fortement opposé à l’association qu’il considère comme la continuation des relations coloniales de la France avec son empire, et le Nigeria aussi, à l’époque, notamment parce que, dans le cadre de la guerre du Biafra, il s’est mis à dos la France. Il y a des intérêts politiques qui font que les élites anglophones sont très fortement opposées à l’association et elles le resteront jusqu’en 1964. Les tournées des hommes de la DG Développement et de Claude Cheysson vont embarquer avec eux de nouveaux administrateurs coloniaux anglais pour convaincre les élites africaines anglophones que ce n’est pas un nouveau pacte colonial mais bien une nouvelle grande œuvre de solidarité, comme cela a été fait dans les années 1960 pour convaincre les élites francophones.

19Guia Migani
Les deux lieux principaux d’élaboration de ces critiques sont la Commission économique pour l’Afrique, une commission régionale subordonnée au Comité économique et social de l’ONU. C’est le premier lieu où sont discutées les coopérations économiques panafricaines. Là, évidemment, la coopération spéciale de l’association de certains pays africains avec la CEE pose problème pour créer des structures économiques panafricaines communes. C’est là que s’élaborent en fait vraiment des critiques profondes…

20Gérard Bossuat
Est-ce qu’elles marquent les négociateurs du traité de Rome ? Je n’en ai pas l’impression.

21Guia Migani
La CEA (Commission économique pour l’Afrique) a été créée après les négociations pour le traité de Rome, donc cela arrive après. La CEA est importante, son directeur, Robert Gardiner voit dans la proposition qui est adressée aux pays anglophones de participer aux négociations pour le renouvellement de la convention de Yaoundé une opportunité pour rassembler les États africains. Il travaille beaucoup en coopération avec les Anglais pour contrer les efforts du secrétaire général du Commonwealth qui était contre l’association des pays africains anglophones.

22Gérard Bossuat
Merci. Nous allons progresser dans la chronologie. J’ai été frappé, dans votre exposé, que vous ne parliez que de Jacques Ferrandi. C’est à croire qu’il y a un désert ailleurs. Ce que je ne pense pas. Pouvez-vous nommer quelques personnalités qui ont eu un rôle dans la relation euro-africaine ?

23Véronique Dimier
Il faut savoir qu’il y a quand même des tensions très fortes à la DG Développement. Il y a un petit noyau d’économistes, recrutés par Jean Durieux, qui militent pour des méthodes plus rationnelles dans le choix des projets en termes de programmation, de sélection, de critères, développés de plus en plus par la Banque mondiale. Dans un premier temps, ces acteurs auront assez peu de pouvoirs parce que Ferrandi domine. Même ceux qui ne l’aimaient pas sont d’accord sur la question. Il a vraiment été le leader au sein de la DG Développement. Cette petite équipe d’économistes va faire son chemin et attendre finalement le premier élargissement pour prendre un peu de pouvoir. Cheysson, à partir de 1973, va recruter son équipe parmi les gens de Jean Durieux, des économistes qui vont l’aider à élargir l’association.

24Gérard Bossuat
Ce qui est intéressant, c’est que vous dites « ce sont des économistes », les économistes nous gouvernent, nous le savons !

25Véronique Dimier
Ce sont des personnes qui avaient une formation d’économistes et pas une formation d’administrateurs coloniaux.

26Gérard Bossuat
Pouvez-vous donner des noms ?

27Véronique Dimier
Oui, j’en ai en face de moi dans cette salle M. Dieter Frisch. Mais il y avait aussi Philippe Soubestre, Hantz Smida et Giorgio Bonacci. Ce dernier a été un premier statisticien recruté par l’équipe de Dieter Frisch pour aller faire les premières programmations sur place. Et ce sont des programmations assez folkloriques, parce qu’il lui a été demandé d’établir, dans le plus grand secret, en 1974, des critères destinés à donner autant d’argent aux anciens pays anglophones qu’aux anciens pays francophones. Il a dû, dans le plus grand secret et très vite, mettre en place des critères pour départager l’argent, pour éviter les critiques anglaises disant que les anciennes colonies françaises auraient plus d’argent que les anciennes colonies anglaises. Ceci dit, arrivé sur place, il fallait entrer en négociation puisque Houphouët-Boigny ne voulait pas que son enveloppe soit réduite au profit des Anglais et les élites anglaises ne voulaient absolument pas que leur enveloppe soit moins importante que celles des élites francophones. Donc, arrivé sur place, tous ces critères tombaient à l’eau, si bien que c’est Cheysson qui venait à la fin négocier les enveloppes des différents pays.

28Gérard Bossuat
Plusieurs noms réapparaissent, parmi ceux auxquels je songeais, il y a Claude Cheysson. Mais vous n’avez pas évoqué Jean-François Deniau. A-t-il joué un rôle aussi ? Plus tard Edgard Pisani, a-t-il joué un rôle, du moins du côté des Français ? Du côté des autres membres de la Communauté économique européenne, voyez-vous d’autres politiques qui auraient pu jouer un rôle dans le domaine de l’aide au développement ?

29Véronique Dimier
Ils ont tous joué un rôle mais plus ou moins effacé. MM. Rochereau et Deniau sont des commissaires qui avaient une carrière en France, donc ils ont partagé largement leurs fonctions avec Jean Chapperon, leur chef de cabinet, qui est un ancien administrateur colonial, très grand ami de Ferrandi. Ils faisaient un peu le tandem de gouvernance au sein de la DG Développement. Cheysson laissera beaucoup plus de marques parce qu’il est considéré un peu comme un cadeau que la France aurait fait aux Anglais pour essayer de trouver des compromis entre les intérêts français et anglais, faire en sorte que l’enveloppe du FED soit départagée de manière équitable. C’est donc quelqu’un qui va laisser beaucoup plus de marques de par ce rôle de médiateur, ce rôle de leader. Ceci dit, il va reprendre exactement les méthodes que Ferrandi avait mises en place pour vendre l’association aux nouveaux pays. Quant à Pisani, c’est un intellectuel. Il a énormément d’idées, il va mettre en place ces politiques rurales intégrées, ces petits projets qui sont d’ailleurs calqués sur les projets coloniaux des années 1940-1950, et pour cause, puisque son maître était Robert Delavignette, le directeur de l’École coloniale. Ce sont de petits projets de coopératives rurales qui vont être mis en place. Maintenant, est-ce que tout cela a laissé une trace, c’est difficile à dire.

30Gérard Bossuat
Pouvez-vous raconter comment s’est passée la fin du mandat de Jacques Ferrandi ?

31Véronique Dimier
Oui, parce que cela éclaire assez bien le personnage et aussi le système qu’il a mis en place. Lorsque les Anglais arrivent, Cheysson en particulier, pour trouver un compromis, on décide de couper la direction du FED en deux, une partie va être donnée à un Anglais, M. Foley, qui est un homme politique très influent en Afrique et l’autre à Jacques Ferrandi. Cette réorganisation signifie la fin des grands pouvoirs que Ferrandi avait sur son empire (c’est ainsi qu’il était décrit du côté Anglais). Pour éviter cette réorganisation, Ferrandi va demander à ses amis africains, qui sont Houphouët-Boigny, Bongo et Senghor d’écrire une lettre au président de la République, Valéry Giscard d’Estaing, lui demandant de faire pression sur les institutions communautaires, notamment sur le président de la Commission, pour éviter cette réorganisation, qui de toute évidence, serait préjudiciable aux intérêts français et à ses entreprises en Afrique. Ces lettres vont être envoyées. Bien entendu, c’était inacceptable pour le président de la Commission, pour le commissaire et le directeur général de l’époque, M. Krohn, qui vont demander la démission de Ferrandi. Cela reflète assez bien le système très personnalisé, fait de loyauté, de confiance mutuelle entre les élites africaines et ces administrateurs coloniaux, ces Africains de la DG Développement.

32Gérard Bossuat
Est-ce que M. Frisch souhaite ajouter quelque chose ?

33Dieter Frisch
Vous voyez peut-être par mes réactions que j’ai vécu une bonne partie de cette période et que je peux faire deux ou trois remarques maintenant. Il faut savoir qu’il y avait une grande différence entre ce début de l’association, imposée aux Européens par la France, des territoires d’outre-mer qui n’étaient pas consultés, à ma connaissance, sur cette forme. Nous avons fait l’erreur d’appeler cela « association » parce que, si le traité de Rome prévoit bien une association, c’est avec des États souverains. Nous sommes partis dans une ambiguïté, déjà, avec ce terme qui a causé beaucoup de problèmes avec les Anglophones lorsqu’ils sont venus. Par exemple, nous avons dû abandonner le terme « association » dans le titre de la convention de Lomé car les Anglophones n’acceptaient pas le mot « association », parce qu’il avait cette couleur ambiguë de quelque chose qui apparaissait presque comme colonialiste. Donc, le problème de l’association est devenu autre chose avec la négociation de la convention de Yaoundé, parce qu’à ce moment-là, les Africains, les ministres étaient là pour négocier. Ils avaient un porte-parole et très vite un secrétariat à Bruxelles où ils se réunissaient, et les institutions communes étaient la chose la plus importante qui s’ajoutait au régime préexistant.

34Je mettrais encore plus l’accent, par rapport à ce qui a été dit ce matin, sur l’autonomie croissante de la Commission. Peut-être que, dans les premières années, il y avait nécessairement une proximité avec la France parce que toute cette entreprise au début était une entreprise d’intérêt français, les autres n’en voulaient pas. C’était donc une affaire imposée aux autres partenaires par la France et intéressant surtout la France, ce qui d’ailleurs a depuis le départ créé une certaine frustration, parce que, notamment, les Allemands et les Néerlandais ont accepté cela contre leur gré. À l’époque, il y avait un courant qui aurait voulu, dès le départ, une grande politique, mais nous n’avions pas les ressources pour le faire et nous avions jusqu’au sommet de Paris, en 1972, cette controverse entre les mondialistes qui auraient voulu remplacer Yaoundé, surtout Yaoundé II, qui n’avait plus le vent en poupe, par une politique à l’échelle mondiale. Et, heureusement, le sommet de Paris de 1972 (date importante) a résolu ce conflit de façon constructive avec l’aide de la Commission qui avait fait un premier mémorandum, en 1971, en disant qu’il fallait poursuivre la politique d’association en l’élargissant, en vue de l’accession des Britanniques, mais en même temps il fallait construire graduellement une politique à l’échelle mondiale.

35En fait, c’est à partir de là que nous partions dans une vraie politique de développement, contrairement à ce que mon ami Jacques Ferrandi disait. Pour lui, c’était la fin de la politique de développement. Là, il se trompait car la politique de développement de la Communauté européenne, dans un sens plus rationnel, plus structuré, plus ambitieux, commençait avec la convention de Lomé.

36Je dirai tout à l’heure quelques mots sur Ferrandi. J’ai une grande estime pour cet homme. Mme Dimier avait l’habitude dans ses travaux de le mettre très, un peu trop, au centre des événements. Moi, je veux surtout dire que Ferrandi était, vis-à-vis de ses collègues et de ses supérieurs, en l’occurrence un directeur général allemand Heinrich Hendus, dont j’étais l’assistant à l’époque, d’une loyauté et d’une fidélité exemplaire. Hendus avait donné à Ferrandi cette importante fonction du directeur du FED par la fusion des deux directions. Il savait ce qu’il faisait et Ferrandi, le Corse, sens de l’honneur, de la loyauté, n’a jamais trahi cette confiance. Son départ était triste mais c’était un départ provoqué par un Français qui était commissaire, Claude Cheysson, qui voulait mettre fin à un règne qu’il croyait dépassé.

37Gérard Bossuat
Merci beaucoup. Tout ce que vous venez de dire est fort utile et intéressant et, en effet, vous avez beaucoup insisté sur l’importance de ce courant tiers-mondiste que je soulignais tout à l’heure et qui m’apparaissait fort dans les archives de la Commission européenne. Je vais redonner à la parole à Mmes Migani et Dimier pour terminer ce petit échange.

38Guia Migani
Je voulais juste ajouter une chose qui va dans le sens des propos de M. Frisch, sur l’autonomie croissante de la Commission. J’ajouterai qu’au fur et à mesure des négociations des conventions progressives, la Commission gagne un rôle de plus en plus indépendant et à partir de Lomé, elle négociera au nom des neuf, tandis que pour Yaoundé ce n’était pas le cas. C’était le Conseil des ministres qui négociait. Dans le cas de la convention de Lomé, il y a aussi certaines questions, comme par exemple le protocole financier, qui restent sous le contrôle du Conseil des ministres. Mais le fait que la Commission soit le porte-parole du Conseil des ministres lors des négociations avec les pays ACP signifie qu’elle gagne énormément en autonomie dans le fait de maîtriser ces négociations.

39Je voudrais juste revenir un moment sur les différents commissaires. Certains ont été plus marquants parce qu’ils ont été aidés par une situation internationale tout à fait particulière, c’est le cas de Cheysson (années 1970). Ce n’est pas du tout les années 1960 ou les années 1980. En ce sens, je focaliserai plutôt l’attention sur les contenus des différentes conventions. M. Frisch en parlera peut-être après. L’esprit de Lomé I est différent de Lomé III ou IV.

40Véronique Dimier
J’aimerais terminer sur l’efficacité de l’aide. Tout le monde parle d’efficacité, surtout les États membres qui, dans les années 1970 ont demandé une grande évaluation de l’aide communautaire qui a pris trois ans de longs labeurs à la Commission pour faire un rapport qui montre qu’en fait il est très difficile de faire des comparaisons, surtout que les États membres ont refusé de faire la même chose pour leurs propres aides. C’est donc très difficile de faire des comparaisons, mais l’efficacité de l’aide sera une arme utilisée par les Britanniques pour contester le montant de leur contribution au FED.

41C’est donc une arme politique qui est utilisée par différents États membres contre la Communauté, contre l’autonomie de la Communauté. C’est un concept qui n’est pas utilisé dans les années 1960, pour une raison toute simple. Ferrandi vous dirait : « efficacité par rapport à quoi ? », de même il vous dirait : « la priorité, c’est l’idée de programmation mais tout est prioritaire en Afrique ». Qui a tort, ceux qui veulent plus d’efficacité, ou ce discours ? Je n’ai pas la réponse, simplement l’idée d’efficacité intervient à un moment où il y a une compétition entre différents États, entre différents clients aussi, les Anglophones d’un côté, les Francophones de l’autre. Il faut trouver un moyen pour dire que l’aide est moins efficace pour pouvoir réorienter une partie de l’aide vers les pays anglophones, etc. Je n’entre pas dans les détails, mais l’efficacité est une arme politique, de même que l’évaluation.

42Nous pouvons nous poser la question de l’efficacité uniquement si nous avons des critères et des objectifs clairs dans l’aide au développement. Vous ne pouvez pas, trente ans plus tard, juger de l’efficacité d’un projet en fonction des critères qui ne sont pas les critères avec lesquels vous avez choisi le projet. C’est complètement stupide. Donc, dire quarante ans plus tard que tous les projets communautaires étaient inefficaces par rapport par exemple au but de la lutte contre la pauvreté, cela veut dire que Ferrandi avait pour but la lutte contre la pauvreté. Ce n’est pas du tout sûr. Il y avait des priorités politiques plus importantes à l’époque, garder ces pays dans le giron des pays occidentaux dans le cadre de la guerre froide. Or, si nous considérons que les priorités et les buts politiques à l’époque étaient de maintenir certains régimes dans l’Occident et donc de maintenir certains régimes tout court, je pense à Ahidjo au Cameroun, cela n’a que trop bien réussi. Je veux dire que certains dictateurs sont restés en place jusqu’à leur belle mort. Donc, si c’est cela l’objectif, qui est d’ailleurs très avoué à l’époque, personne ne s’en cache, l’idée de l’aide au développement est politique. Oui, nous allons développer ces pays socialement et économiquement, mais derrière il y a un objectif politique. Donc, si vous voulez parler d’efficacité de l’aide, je m’en méfie énormément et je pense que nous devrions nous en méfier plus, surtout à l’heure où nous sont jetés des indicateurs qui permettent de dire que l’aide est moins efficace que… mais c’est très aléatoire, très subjectif et il faut toujours garder en tête que vous ne pouvez juger de l’efficacité d’une aide que par rapport à ses objectifs initiaux. Si ces objectifs ne sont pas clairs, et ils ne l’étaient pas dans les années 1960, ou peut-être étaient-ils clairs, c’est-à-dire extrêmement politiques, vous ne pouvez pas ensuite dire qu’ils ont échoué, ou alors il faut prendre les mêmes critères. Si ces critères sont politiques, alors il faut bien reconnaître qu’ils ont très bien réussi, pour certains régimes en tout cas.

Auteurs

Gérard Bossuat est professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université de Cergy-Pontoise, chaire Jean Monnet ad personam d’histoire de l’intégration européenne. Il a créé les masters Histoire et gestion du patrimoine culturel (DESS) à Paris I Panthéon-Sorbonne, et Études européennes et relations internationales à l’université de Cergy-Pontoise. Il est membre du comité de rédaction de la Revue de l’histoire de l’intégration européenne et de Matériaux pour l’histoire de notre temps (BDIC), des conseils d’administration de la fondation Jean Monnet pour l’Europe (Lausanne) et de l’association Jean Monnet (Paris), du conseil scientifique de l’Institut Pierre Mendès-France (Paris). Auteur de La France, l’aide américaine et la construction européenne, 1945-1954 (Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1992) et de plusieurs ouvrages ou articles sur la IVe République, la construction européenne et les relations entre les États-Unis et l’Europe, Gérard Bossuat a publié récemment une biographie professionnelle sur Émile Noël, premier secrétaire général de la Commission européenne (Bruylant, De Boeck, 2011). Son dernier livre porte sur La France et la construction de l’unité européenne, de 1919 à nos jours (Armand Colin). Il est membre associé de l’UMR IRICE (Paris I, Paris IV, CNRS).

Guia Migani est docteur en histoire de l’université de Florence et de Sciences Po Paris, elle est chercheur post-doc à l’université de Padoue. Elle travaille sur la politique européenne de coopération au développement, les relations eurafricaines, la guerre froide et l’intégration européenne. Son dernier projet de recherche porte sur l’évolution de l’aide européenne entre 1973 et 1986. Spécialiste des relations eurafricaines, elle a notamment publié La France et l’Afrique subsaharienne, 1957-1963. Histoire d’une décolonisation entre idéaux eurafricains et politique de puissance, Bruxelles, Peter Lang, 2008 et « Les accords de Lomé et les relations eurafricaines : du dialogue Nord-Sud aux droits de l’homme » in E. Robin-Hivert, G.-H. Soutou (dir.) L’Afrique dans la mondialisation, Paris, PUPS, 2012. Avec Antonio Varsori, elle a dirigé l’édition de l’ouvrage, Europe in the International Arena during the 1970s, Peter Lang, 2011.

Véronique Dimier est professeur à l’Université libre de Bruxelles où elle enseigne notamment les politiques internationales de développement. Docteur en sciences politiques de l’université de Grenoble, elle a précédemment enseigné à l’Institut européen d’administration publique de Maastricht (IEAP). Elle est l’auteur de : Le gouvernement des colonies : regards croisés franco-britanniques, Presses Universitaires de Bruxelles, 2004, et de Recycling empire : the invention of a European aid bureaucracy, Palgrave, à paraître en 2013.

Diplômé en sciences économiques de l’université de Bonn et en langues modernes de l’université de Heidelberg, Dieter Frisch a servi à la Commission européenne de 1958 à 1993, dont 24 ans dans diverses fonctions relatives à la politique de coopération au développement. Directeur général du développement de 1982 à 1993, il a été notamment négociateur des conventions de Lomé III et IV. Il est l’auteur de nombreux articles et notamment d’un opuscule sur La politique de développement de l’Union européenne : un regard personnel sur 50 ans de coopération internationale, ECDPM, 2008. Il est membre du conseil d’administration du Centre européen pour la gestion de la politique de développement (ECDPM, Maastricht) dont il préside le comité de programmation. Dieter Frisch est aussi cofondateur de Transparency International et en est membre du conseil consultatif et conseiller spécial pour les affaires européennes.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search