Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Le grand état-major financier : les inspecteurs des Finances, 1918-1946

 | 
Nathalie Carré de Malberg

Troisième partie. Les carrières des inspecteurs des Finances hors ‎des cadres

Chapitre XIII. Le pantouflage des inspecteurs dans l’entre-deux-guerres1

Volltext

  • 1 Ce chapitre est la version complétée et actualisée de l’article : « Les inspecteurs des Finances, 1 (...)
  • 2 Sur la réglementation de ces départs, cf. ci-dessous. Sur le retour de certains dans des fonctions (...)

1Paradoxalement, c’est l’étude de ceux qui ont choisi de démissionner de l’Inspection des finances qui rend le mieux compte de la conception du service de l’État des inspecteurs des Finances. En effet, les réponses aux questions que soulève leur démission de la fonction publique – Qui ? Quand ? Où ? À quel poste ? Comment ? Pourquoi ? – révèlent en creux ce que ces hauts fonctionnaires attendent de leur appartenance à l’Inspection et donc au service de l’État. Sollicitant ou acceptant les offres du secteur privé, ils sont, en effet, tenus, après un ou trois ans de disponibilité, de démissionner de l’Inspection, quittant définitivement le service de l’État2. Ce phénomène, apparu sous le second Empire et en progression jusqu’en 1914, connaît une formidable accélération dans les années vingt puis une régression pendant la crise des années trente.

2La mesure quantitative puis qualitative du pantouflage dans l’entre-deux-guerres, l’analyse des besoins des entreprises, l’examen de la réglementation et des pratiques du Service, l’étude des discours des inspecteurs eux-mêmes et de leurs motivations révèlent les limites de leur engagement au service de l’État et leur conception du service public.

  • 3 Titre du chapitre V de J. Habermas, L’Espace public, Paris, Payot, 1986, édition 2008, 324 p., p. 1 (...)
  • 4 D. Chagnollaud, Le Premier des ordres. Les Hauts fonctionnaires xviiie-xxe siècle, Paris, Fayard, 1 (...)
  • 5 E. Chadeau, Les Inspecteurs des Finances, 1871-1919, mémoire de maîtrise ss la dir. de M. Lévy-Lebo (...)

3Ces démissions et les discours justificatifs ont fortement contribué, depuis la fin du xixe siècle, au mélange, bien français, des genres publics et privés et au décloisonnement des élites (financières du moins). Notre étude s’inscrit donc dans le débat sur « l’interpénétration progressive du domaine public et du domaine privé3 », sur la dilution de l’État, pour reprendre les mots de Jürgen Habermas, et sur l’osmose entre les hauts fonctionnaires et la bourgeoisie capitaliste, osmose qui « ne peut se comprendre globalement qu’au regard des mutations économiques », comme le fait remarquer D. Chagnollaud4. Dès 1977, E. Chadeau5 mettait en évidence « l’existence d’un marché de l’emploi entre l’État et les entreprises privées » à la fin du xixe siècle. Facteur premier du phénomène, le poids de la conjoncture économique n’exclut pas pour autant d’autres explications complémentaires : esprit de corps, concurrence des traitements, contraintes du service de l’État, conjoncture politique et intérêt bien compris du ministère des Finances qui a su compenser l’absence de prééminence institutionnelle par le recrutement et l’heureuse gestion de carrière de ses plus hauts fonctionnaires, puisés largement à l’Inspection.

  • 6 L. Rouban, « L’Inspection générale des Finances, quarante ans de pantouflage, 1958-2000 », Les Cahi (...)

4Mais qui dit pantouflage doit au préalable s’expliquer car, comme le dit L. Rouban, « contrairement aux apparences le pantouflage n’est pas un phénomène simple6 ».

  • 7 Les sources de notre étude sont essentiellement les dossiers de personnels consultés au service de (...)

5Méfions-nous d’abord des mots « sortis », ou « sorties », employés dans la presse ou par les inspecteurs eux-mêmes. Ces mots traduisent en général toute évasion des inspecteurs hors des cadres et du métier d’inspecteur, donc les détachements dans les administrations, les mises en disponibilité et les démissions pour l’entreprise7.

  • 8 Selon D. Chagnollaud, Le Premier des ordres, op. cit., p. 315, le mot pantouflage est attesté pour (...)
  • 9 H. Joly a récemment bien montré que le débat Bourdieu-Lévy-Leboyer, à la fin des années soixante-di (...)

6Au départ, les mots « pantoufle » et « pantoufler », apparus dans les années 1880, désignent le choix par les polytechniciens en fin de scolarité de renoncer aux carrières de l’État au profit d’un emploi dans le secteur privé moyennant le rachat des frais de cette scolarité, « la pantoufle ». Très vite, pour les contemporains puis pour les exégètes, la notion s’est élargie et a recouvert : tous les départs pour l’entreprise privée ou sous tutelle partielle de l’État ; de tous les hauts fonctionnaires, civils ou militaires, mais surtout des grands corps techniques ; quel que soit le lien conservé avec l’État ; au début ou au milieu de la carrière ou même après la retraite ; quelle que soit la fonction exercée – dirigeant ou administrateurs. Avec le développement du secteur public et surtout après les nationalisations en 1945, la notion de pantouflage – le mot n’apparaît qu’en 19588 – est devenue encore plus large et donc plus ambiguë, en s’étendant à toutes les entreprises quel que soit le propriétaire du capital contribuant à obscurcir toute analyse comparative et sur la durée9.

  • 10 On trouvera une bibliographie très complète sur le sujet in D. Chagnollaud, Le Premier des ordres, (...)
  • 11 P. Bourdieu et M. de Saint-Martin, « Le patronat », ARSS, 1977 no 20/21, p. 3-82 ; P. Bourdieu, La (...)
  • 12 M. Bauer et D. Danic, L’Inspection des Finances, 16 ans de pantouflage, Paris, CNRS-Heidrick-and-St (...)
  • 13 D. Chagnollaud, Le Premier des ordres., op. cit., p. 232.
  • 14 L. Rouban, « L’Inspection générale des Finances, 1958-2000, Quarante ans de pantouflage », art. cit (...)

7En effet, le périmètre du secteur d’activité et les critères du pantouflage retenus changent selon les historiens, les sociologues ou les politologues10, qui sélectionnent des corpus, des chronologies, des indicateurs, des sources et des méthodes différents. Si l’on peut s’en plaindre, il ne faut pas s’en étonner puisque corpus et méthodes répondent à des interrogations différentes. Sans même revenir au débat des années soixante-dix, entre P. Bourdieu et M. Lévy-Leboyer, qui partageaient une conception large du patronat, y incluant les administrateurs et les fonctions occupées après la retraite, mais divergeaient sur la typologie des origines sociales11, dans les études les plus récentes, le consensus n’existe toujours pas, même sur les seuls inspecteurs des Finances. En 1990, les sociologues M. Bauer et D. Danic, soucieux d’étudier les atouts nécessaires pour devenir patron, excluent de leur étude les « pseudopodes de l’État » comme la Caisse des dépôts, le Crédit national, la BFCE ou la COFACE, mais intègrent EDF, Elf, le Crédit Lyonnais ou la RATP12. En 1991, le politologue D. Chagnollaud, constatant lui aussi « la polysémie du terme qui consiste en autant de cercles concentriques dont le noyau dur reste la démission pure et simple », choisit, lui, d’englober toutes les situations et toutes les entreprises sans définition préalable13. Enfin, le politologue L. Rouban, en 2002, cherchant à délimiter les liens organiques entre État et entreprise, écarte « les entreprises publiques comme, par exemple, EDF, la RATP, la SNCF, la CFP, l’ERAP ou la Compagnie Générale Maritime dont les structures, les missions et la direction dépendent ou dépendaient très étroitement des décisions gouvernementales14 », mais retient les entreprises nationalisées, dont les dirigeants, nommés par l’État, ne sont pas tenus de démissionner de l’IGF.

  • 15 E. Chadeau, Les Inspecteurs des Finances, 1871-1919, op. cit., p. 56. C’est dans son mémoire de maî (...)
  • 16 C. Charle, « Le pantouflage en France (vers 1880-vers 1980) », Annales ESC, no 5, septembre-octobre (...)
  • 17 H. Joly, « Les études sur le recrutement du patronat : une tentative de bilan critique », art. cit.(...)

8L’unanimité n’est pas plus grande chez les historiens. E. Chadeau, en 1979, étudiant les inspecteurs des Finances et les entreprises sur la période 1869-1968, retenait toutes les entreprises tout en prenant soin de décompter les publiques et les autres mais sans donner les critères retenus15. En 1987, C. Charle, le premier à avoir relevé le défi d’une synthèse du pantouflage des grands corps sur la longue durée, soulignait l’hétérogénéité du vocabulaire et des découpages et, avançant avec prudence, ne retenait que les emplois dans le privé16. Récemment, en 2007 et 2008, H. Joly, s’intéressant au recrutement des grands patrons et donc dans une perspective comparative avec les autres grands corps (la seule à ce jour), retient, pour le pantouflage des inspecteurs des Finances des promotions 1870 à 1939, toutes les entreprises, publiques ou privées, mêmes celles étroitement soumises à l’État, ne tenant compte ni du statut de l’inspecteur ni de la propriété du capital17.

9Dès lors que la problématique privilégie l’histoire du patronat et non l’histoire des hauts fonctionnaires, que la nécessité de comparer avec les autres grands corps est prioritaire, on peut comprendre que l’emprise de l’État sur les entreprises, entre 1945 et 1986, ait conduit les chercheurs à élargir leurs critères. En effet, comme le faisait remarquer en 1960 Marc Viénot (1953), le pantouflage, « démission pour embrasser une nouvelle carrière, généralement plus lucrative, dans le secteur privé », prend certes une forme juridique différente mais ne modifie pas, à ses yeux, le phénomène :

  • 18 M. Viénot, compte rendu du livre de P. Lalumière, L’Inspection générale des Finances, Paris, PUF, 1 (...)

« Des départs qui n’affectent plus la forme juridique de démissions sont aujourd’hui des formes de “pantouflage”. […] On pantoufle aujourd’hui sans démissionner, en se faisant simplement détacher dans les secteurs nationalisés18. »

10Mais la problématique de notre thèse ne concerne pas en priorité le recrutement du patronat public ou privé dans son ensemble, elle s’intéresse d’abord aux liens des inspecteurs des Finances avec l’État d’une part, avec le secteur privé d’autre part ; nous n’avons donc retenu, comme C. Charle, que les prises d’emplois dans des entreprises privées, indépendantes du pouvoir politique, qui ne se font ni par arrêté ni par décret et exigent la démission à plus ou moins brève échéance, revenant ainsi à la définition historique.

  • 19 Les mesures de suspension, révocation, mise en disponibilité d’office ou mise à la retraite d’offic (...)

11Notre choix élimine donc les prises d’emplois dans les entreprises nationalisées après 1945 et nous avons écarté les rares démissionnaires qui ne sont pas passés dans une entreprise. Nos chiffres ne comprennent pas tous les inspecteurs passés dans une entreprise privée car ceux qui ont rapidement réintégré l’administration après une expérience malheureuse ou qui entrent dans les affaires après leur retraite normale n’ont pas été retenus. Enfin, après réflexion, nous avons écarté les 7 pantoufleurs involontaires à la Libération19.

  • 20 Dans son mémoire de maîtrise, E. Chadeau prend les mêmes critères que nous. E. Chadeau, Les Inspect (...)

12Mais notre conception étroite du pantouflages permet l’étude sur la longue durée par la comparaison avec les résultats de certains travaux d’E. Chadeau et de C. Charle sur les inspecteurs d’avant 1914, du juriste P. Lalumière sur les inspecteurs des années cinquante et des historiographes de l’Inspection qui ne retiennent aussi que les démissionnaires en entreprise20.

I. L’appel du privé : mesure quantitative

  • 21 Rappelons que nous n’avons jamais comptabilisé les adjoints refusés au deuxième concours ou décédés (...)

13Nous avons utilisé trois modes de calcul à partir de notre corpus21.

    • 22 Cf. tableau 4 en fin de chapitre. Ce chiffre comprend Mettas, Roger-Machart et Soubirou-Pouey, troi (...)

    Les 159 démissionnaires, ou prenant un emploi conduisant logiquement à démission, ou prenant une retraite différée pour une entreprise, entrés à l’Inspection entre 1878 et 1946, par groupe de différée, comparés aux 412 entrants des promotions correspondantes, toujours par groupe de promotions22.

  • Les premiers départs, entre 1919 et 1940, dans les entreprises, conduisant à démission des 64 démissionnaires ou considérés comme tels, par décennie.

    • 23 Il s’agit ici de la situation administrative.

    Les inspecteurs démissionnaires de moins de 65 ans au 1er janvier de chaque année de l’entre-deux-guerres, comparés avec la situation des autres inspecteurs à la même date23.

  • 24 105, issus des promotions 1878 à 1939, passeront, à un moment ou à un autre de leur carrière, dans (...)

14L’évolution des 159 inspecteurs qui démissionneront un jour pour l’entreprise, par groupe de promotions (qui ne rend donc pas compte de la date de démission), soit 38 % des 412 inspecteurs entrés entre 1878 et 194624, se décompose ainsi :

  • 9 sur 31 des promotions 1881-1890, soit 29 % ;

  • 27 sur 50 des promotions 1891-1900, soit 54 % ;

  • 22 sur 51 des promotions 1901-1910, soit 41 % ;

    • 25 Il n’y a pas de concours en 1915 et 1916 et les deux concours spéciaux de 1917 et 1918, qui ne sont (...)

    12 sur 30 des promotions de 1911-1914, soit 40 %25;

  • 38 sur 102 des promotions 1917-1929, soit 38 % ;

  • 26 sur 77 des promotions 1930-1939, soit 32 % ;

  • 25 sur 57 des promotions 1941-1946, soit 43 %.

  • 26 P. Lalumière, L’Inspection générale des Finances, op. cit., p. 72, mais comme il le reconnaît lui-m (...)

15Pour information, P. Lalumière, en 1955, propose des chiffres légèrement différents car il ne retient pas exactement les mêmes dates et conserve tous les démissionnaires quel que soit l’emploi occupé26, mais l’évolution va dans le même sens :

  • 9 sur 31 des promotions 1880-1889, soit 27 % ;

  • 22 sur 47 des promotions 1890-1899, soit 47 % ;

  • 18 sur 49 des promotions 1900-1909, soit 36 % ;

  • 16 sur 44 des promotions 1910-1918, soit 36 % ;

  • 27 sur 108 des promotions 1919-1930, soit 25 %.

16Depuis les concours des années 1880, un petit tiers des promotions au moins part dans le privé mais les écarts entre les groupes de promotions, de 10 à 30 %, sont importants. P. Lalumière remarque lui aussi : « Depuis quatre-vingts ans, le taux de démission évolue entre 25 et 50 %. La plupart du temps il se fixe autour de 30 %. » Il faut noter que ce sont les promotions des années trente qui sont restées, depuis les années 1890, les plus fidèles à l’État et constituent ainsi l’étiage des départs dans le privé depuis le début du siècle. Elles constituent donc une exception dans la longue durée et non la norme à laquelle se réfèrent pourtant, hélas, les études sur les démissions des promotions du second xxe siècle.

  • 27 C. Charle, « Le pantouflage en France », art. cit., p. 1117.
  • 28 Sans compter ceux qui quittent l’Inspection sans quitter la fonction publique. Manuscrit inédit, 19 (...)

17Si l’on remonte aux promotions antérieures à 1880, Christophe Charle, s’appuyant sur le livre d’or de l’Inspection, incomplet pour ces années anciennes, compte 22,5 % de futurs démissionnaires (quel que soit leur emploi) dans les promotions 1858-186427 ; l’inspecteur général Dominique Lewandovski, qui ne donne ni ses critères ni ses sources, en compte 32,2 %, soit 29 démissionnaires sur 90 inspecteurs entrés entre 1848 et 187028. Quel que soit le chiffre, le pantouflage, comme phénomène non exceptionnel, remonte donc aux promotions entrées depuis le début du second Empire, recrutées par concours depuis 1847. Ce qui change, en revanche, c’est le nombre croissant d’individus concernés, surtout pour les promotions des années vingt. Mais regardons l’essentiel de plus près, c’est-à-dire leur date de départ par décennie

  • 29 Seule sa mise en disponibilité (qui n’est prévue que pour un an à cette époque) en 1864 est mention (...)
  • 30 E. Chadeau, Les Inspecteurs des Finances 1871-1919, op. cit., p. 57. Lui aussi s’appuie sur le Livr (...)

18Pour l’avant-1914, on peut s’appuyer sur les travaux d’E. Chadeau qui, dans sa maîtrise, a pris soin de distinguer dans les démissions celles pour l’entreprise privée et les autres. Rappelant que dans les années 1860-1870, un seul inspecteur aurait démissionné, Alexandre de Ploeuc (1840)29, il compte 54 inspecteurs démissionnaires pour entrer dans les « affaires » de 1872 à 1914, soit en quarante-deux ans. Le rythme de départ par décennie est le suivant30 :

  • 1870-1879 = 10.

  • 1880-1889 = 13.

  • 1890-1899 = 8.

  • 1900-1909 = 13.

  • 1910-1914 = 10.

  • Total 1872-1914 = 54 en quarante-deux ans.

19Ce total est largement dépassé, en valeur absolue, dans l’entre-deux-guerres, soit dans un temps deux fois plus bref puisqu’en vingt et un ans seulement, entre 1919 et 1940, ce sont 64 inspecteurs qui démissionnent pour une entreprise (ou prennent des emplois qui conduisent à démission), soit 25 % des 267 inspecteurs des promotions 1891-1933 représentées dans ces deux décennies.

20Plus encore, le rythme, relativement régulier jusque-là, présente, après la guerre de 1914-1918, une opposition frappante entre les années de prospérité (et de rattrapage des quatre années de guerre), où le pantouflage explose, et les années de crise, où il diminue fortement :

  • 1919-1929 = 44.

    • 31 Comprenant Macaux (1933), Labbé (1931) et Roumilhac (1922), démissionnaires en 1940 ou 1941, et Rog (...)

    1930-1939 = 20.31

  • Total 1919-1940 = 64.

21Soit, respectivement, 23 % des promotions représentées (1891-1925) entre 1919 et 1929 et 9 % des promotions représentées (1896-1933) entre 1930 et 1939. Il faut remarquer que les promotions des années 1920 sont plus nombreuses que les précédentes et suivantes : 55 sont reçus définitivement entre 1900 et 1910, 94 entre 1919 et 1929 et 77 entre 1930-1939.

  • 32 P. Lalumière, L’Inspection générale des Finances, op. cit., p. 78. Chiffre surestimé car il compte (...)
  • 33 L. Rouban, « L’Inspection générale des Finances, 1958-2000 », art. cité, p. 99.

22P. Lalumière compte 34 démissions pour les années 1945-195532 et L. Rouban 33 démissions pour les années 1990-200033 mais ni l’un ni l’autre ne donnent les pourcentages par rapport aux effectifs des promotions correspondantes.

23Les départs dans le secteur privé s’arrêtent totalement entre 1940 et 1944, exception faite de Aris (1923) et de Thomazeau (1931). Ce dernier est mis en disponibilité, le 1er octobre 1942, pour le CNEP comme secrétaire général. La banque étant nationalisé à la Libération, il n’aura pas à démissionner. Aris, attaché financier à Buenos Aires depuis 1940, démissionne en novembre 1942, se met ultérieurement à la disposition du CFLN, mais il maintient sa démission à la Libération. Quelques très rares inspecteurs déjà dans le privé changent d’emplois dans cette période. De cet arrêt des départs dans le privé, l’adjoint au chef du Service, André Fayol (1929), se félicite publiquement en 1942, l’attribuant au patriotisme en feignant d’ignorer que les grandes entreprises n’embauchent plus :

  • 34 A. Fayol, « L’Inspection générale des Finances », dans la série : Conférences d’information sur les (...)

« Ce phénomène avait été très fréquent après la dernière guerre où de nombreux inspecteurs des Finances sont entrés notamment dans les grandes banques. Aujourd’hui, il est presque inconnu, car les services publics, se développant comme vous le savez, ont trop de besoin en hommes pour qu’on ait le goût ou même le droit de chercher ailleurs34. »

24Les années vingt ont connu un pic de démissions, en pourcentage et en valeur absolue, pour l’entreprise privée encore jamais atteint et qui ne le sera plus par la suite. Dans les années cinquante, les nationalisations ont freiné les démissions mais il y a eu le rattrapage de la guerre et des sanctions masquées des carrières sous Vichy.

Tableau 1. Répartition selon le lien avec le service public des 355 inspecteurs de moins de 65 ans entrés entre 1878 et 1939a

Années

Cadres

Fonctionnaires

Démissionnaires

Actifs

N

N

N

N

1918

64

44,4 %

50

34,7 %

30

20,8 %

144

1919

52

36,3 %

59

41,2 %

32

22,3 %

143

1920

52

35,3 %

60

40,8 %

35

23,8 %

147

1921

60

37,7 %

57

35,8 %

42

26,4 %

159

1922

70

42,4 %

54

32,7 %

41

24,8 %

165

1923

72

41,3 %

59

33,9 %

43

24,7 %

174

1924

73

41,4 %

58

32,6 %

45

25,5 %

176

1925

74

41,5 %

57

32,0 %

47

26,4 %

178

1926

72

40,0 %

61

33,8 %

47

26,1 %

180

1927

73

39,8 %

61

33,3 %

49

26,7 %

183

1928

73

38,8 %

65

34,5 %

50

26,5 %

188

1929

72

37,6 %

66

34,5 %

53

27,7 %

191

1930

68

34,3 %

72

36,3 %

58

29,2 %

198

1931

77

37,5 %

77

37,5 %

51

21,8 %

205

1932

71

33,8 %

81

38,5 %

58

27,6 %

210

1933

65

30,9 %

86

40,9 %

59

28,0 %

210

1934

63

29,7 %

89

41,9 %

60

28,3 %

212

1935

68

32,2 %

80

37,9 %

63

29,8 %

211

1936

59

27,1 %

96

44,2 %

62

28,5 %

217

1937

76

34,7 %

96

43,8 %

57

26,0 %

219

1938

73

33,0 %

93

42,0 %

55

24,8 %

221

1939

57

25,9 %

109

49,5 %

54

21,8 %

220

1940

63

28,6 %

106

48,1 %

51

23,1 %

220

a. Notre total des actifs en 1940 est inférieur de 20 unités à celui du tableau donné dans l’introduction et rédigé par le Service. Nous avons, en effet, contrairement au Service, retenu les actifs selon l’âge, moins de 65 ans, et non selon le statut de retraité, trop fluctuant au fil du temps pour établir une comparaison rigoureuse année par année. Sources : dossiers de carrière.

25Le tableau 1 de répartition selon le lien avec le service public des 355 inspecteurs de moins de 65 ans entrés entre 1878 et 1939, issu de notre base de données, des inspecteurs actifs au 1er janvier de chaque année, selon le lien avec le service de l’Inspection, confirme cette évolution contrastée de l’entre-deux-guerres.

  • 35 Exemplaires dactylographiés inédits, s. d. (entre 1978 et 1986), service de l’IGF. Les sources ne s (...)

26Pour faire bonne mesure, on peut donner aussi les résultats des historiographes de l’Inspection35, qui confirment la progression spectaculaire, en valeur absolue, du pantouflage dans le premier xxe siècle mais dont les pourcentages se rapportent aux vivants et non aux seuls actifs comme nous :

27Le résultat est bien là : les années vingt, années de prospérité, de besoin d’emprunt, de restructuration et d’innovations bancaires correspondent bien à l’expansion des inspecteurs dans les entreprises privées. Le maximum de 1935, pour les actifs démissionnaires, doit se lire en tenant compte de la possibilité de disponibilité pour un emploi dans une entreprise privée, ce qui ramène le pic des départs à 1932, année où la France ne subit pas encore complètement les conséquences de la crise et des dévaluations de la livre (1931) et du dollar (1933). La décrue importante dans les années trente, années de dépression et de difficultés économiques, notamment pour les banques, atteste le déclin des besoins des entreprises en personnel dirigeant.

28Enfin, pour achever de convaincre, si on ne considère que les inspecteurs actifs dans le privé par date, quel que soit leur statut cette fois, démissionnaire ou non, les chiffres du tableau 2 sont éloquents quant aux effets de la prospérité des années vingt, puis de la crise tardive en France, dans les années trente, sur le rôle des employeurs dans les sorties du secteur public.

Tableau 2. Inspecteurs sortis dans le privé de moins de 65 ans (% / inspecteurs de moins de 65 ans) d’après les informations données dans leur dossier de carrière

Année

Nombre

%

Année

Nombre

%

1918

52

14,44 %

1930

109

32,54 %

1919

52

14,36 %

1931

100

30,21 %

1920

67

18,66 %

1932

96

29,45 %

1921

71

19,45 %

1933

87

27,02 %

1922

70

19,39 %

1934

86

27,30 %

1923

71

19,72 %

1935

84

27,10 %

1924

73

20,39 %

1936

85

27,51 %

1925

74

20,96 %

1937

80

26,49 %

1926

84

23,93 %

1938

78

26,09 %

1927

87

25,07 %

1939

74

25,61 %

1928

93

27,19 %

1940

70

25,27 %

1929

102

30,18 %

29On ne peut mieux démontrer que le départ du service de l’État est avant tout fonction du contexte de croissance économique et donc des offres du privé et on peut soutenir qu’en économie libérale, l’attachement au service de l’État, chez les inspecteurs des Finances, est inversement proportionnel au taux de croissance et à la bonne santé du marché de l’emploi des élites dirigeantes. Ce primat de l’offre des entreprises n’exclut pas d’autres hypothèses d’explication, financières ou politiques, sous le Front populaire, à la Libération ou avec l’arrivée de la gauche au pouvoir. Mais si la demande devient plus pressante pour des raisons politiques, encore faut-il que les entreprises recrutent et aient besoin de ces compétences financières et de cette proximité avec l’État.

  • 36 Nous en avons retrouvé des traces éparses dans les archives de l’Inspection et au SAEF, 4 A 640, no (...)

30Après la Seconde Guerre mondiale, avec l’installation de l’économie mixte, l’itinéraire administration-entreprise s’est poursuivi, mais les entreprises, bancaires notamment, étant nationalisées, le lien avec le service public change. Les entreprises privées perdent de leur importance dans le pantouflage : en 1950, ils sont encore 31 % ; en 1963, 26 % ; en 1981, 27 %. La tendance s’inverse à nouveau après 1986 et les privatisations, comme l’a démontré Luc Rouban, rappelant la période 1919-1932. Dans les années quatre-vingt-dix, avec les privatisations, le périmètre des entreprises privées est à nouveau comparable même si les règles de mise en disponibilité ou hors cadres sont plus souples que jadis. L’ampleur quantitative du pantouflage des inspecteurs des Finances de la fin du xxe siècle, qui a frappé les esprits, rappelle fortement celui des années vingt et du début des années trente qui avait, lui aussi, suscité l’émoi, lisible dans la presse de l’époque36.

II. Le profil social des démissionnaires et le rôle du réseau familial

31L’étude des 64 démissionnaires de l’entre-deux-guerres comparés avec leurs camarades des promotions 1891-1933, d’une part, et celle des 159 démissionnaires (ou qui prendront une retraite différée, possible après 1955) comparés avec les 412 inspecteurs des promotions 1878-1946, d’autre part, permettent de comprendre les caractères de ces démissionnaires, de leurs emplois, de leurs parcours et, par tri croisé, de répondre aux questions suivantes : Sont-ils différents de leurs camarades ? À quelle étape de leur carrière et à quel âge partent-ils ? Dans quelles entreprises et à quel niveau de responsabilité entrent-ils ?

32Les démissionnaires de l’entre-deux-guerres présentent-ils des caractères sociaux spécifiques par rapport aux autres inspecteurs des mêmes promotions ? Un seul critère semble créer une distorsion notable : l’appartenance à la grande et bonne bourgeoisie à la naissance, mieux représentée chez les démissionnaires (59 % contre 49 %). Cet écart se réduit un peu (68 % contre 63 %) si l’on considère l’origine sociale au moment du concours, qui enregistre la promotion sociale du père au sein d’une génération. Le parisianisme des parents, lui aussi, est très légèrement surreprésenté (39 % contre 34 % à la naissance et 63 % contre 57 % au concours). La nature du revenu du père ne crée pas de distorsion. Par exemple, 45 % sont fils de fonctionnaires contre 43 %.

  • 37 Réponse écrite à notre questionnaire en 1981.
  • 38 Entretien, cassette no 1, avec A. Georges-Picot en 1981, IGPDE en 1989. L’évolution de l’économie f (...)

33On retrouve presque le même écart sociologique entre les démissionnaires des promotions 1878-1946, cette fois, et l’ensemble des inspecteurs entrés entre 1878 et 1946 : 58 % des démissionnaires sont issus de la grande et bonne bourgeoisie à la naissance, contre 50 % en moyenne. L’Inspection permet, certes, aux membres des classes moyennes, notamment les polytechniciens, d’accéder au monde des affaires et des prestigieux conseils d’administration, mais ils en profitent moins que ceux issus des milieux plus aisés. On comprend qu’en ce domaine, des perceptions contraires aient pu coexister, comme celle de Du Buit (1913) : « Les jeunes gens qui, par leur famille, se rattachaient à ce milieu [des affaires] y pénétraient presque par hérédité, sans affronter un concours réputé difficile37. » Et celle de Leroy-Beaulieu (1929) qui explique : « Je ne comptais pas rester. Je comptais faire un peu l’Inspection, aller à l’étranger si possible et après, étant donné mes relations de famille et tout cela, j’aurais des conseils d’administration38. »

34On peut citer des exemples pour illustrer le pantouflage par le réseau familial. L’ancien diplomate O. Homberg, fils d’André Homberg (1892), a raconté, en se vantant peut-être, comment il a présenté Thion de La Chaume (1900), en 1909, au président de la Banque de l’Indochine qui lui demandait de lui trouver un successeur lors de son départ :

  • 39 O. Homberg, Les Coulisses de l’histoire, Souvenirs 1898-1928, Paris, Fayard, 1938, 267 p., p. 98-99

« Je présentai mon beau-frère René Thion de la Chaume, inspecteur des Finances et alors chef-adjoint de cabinet de M. Caillaux, lequel n’était pas personna grata auprès de la haute finance. On l’agréa cependant, à cause de moi et je lui ai mis ainsi le pied à l’étrier pour toute sa carrière39. »

  • 40 Cf. N. Carré de Malberg, en collaboration avec H. Bonin, Introduction et édition critique de J. Geo (...)

35À son tour, Thion de La Chaume recrutera son neveu, F. de Flers (1926). Mais dans la conjoncture basse, le soutien de la famille ou des amis de la famille peut être inefficace, comme ce fut le cas de J. Georges-Picot (1925). Il a raconté qu’il avait contacté en vain les amis banquiers de son père, ancien président du CIC et décédé, lorsqu’il a cherché à quitter le service public en 193740. Mais c’est tout de même un ami de son père, Schweisguth (1908), qui le met en contact avec une compagnie d’assurances ; celle-ci lui fait une offre qu’il refuse au profit de la Compagnie du canal de Suez, proposée par une relation rencontrée au cours de sa carrière.

  • 41 J.-N. Jeanneney, L’Argent caché, Paris, Fayard, 1981, 364 p., p. 42.

36Peut-on aller au-delà et quantifier plus précisément le rôle des aides familiales dans le pantouflage ? Fallait-il réaliser des analyses factorielles en fonction du réseau social hérité, que celui-ci ait été utile ou pas ? Nous avons pensé qu’il y aurait là beaucoup d’énergie et de temps passé inutilement. Ces analyses nous auraient donné des informations sur des liens de parenté objectives mais rien sur les solidarités qui se sont réellement manifestées et que seules les études de cas peuvent vérifier. Nous avons été sensibles à l’avertissement de J.-N. Jeanneney : « C’est une erreur constante pour la compréhension des jeux de force que de déduire de voisinages institutionnels ou de liens familiaux la certitude de solidarités automatiques41. »

37Les sources dont nous disposons et les trajectoires que nous avons pu reconstituer nous permettent de dire : oui, les inspecteurs issus de la grande ou bonne bourgeoisie parisienne ont utilisé leur réseau hérité pour faire carrière dans le privé. Mais, d’une part, ces mêmes sources sont insuffisantes pour aller au-delà car nous ne connaissons pas toutes les trajectoires ; d’autre part, l’utilisation du réseau hérité pour faire carrière n’est pas propre aux classes supérieures ni à l’Inspection ; enfin et surtout, les réseaux acquis au cours des études ou de la carrière comptent davantage, on le verra, à commencer par le réseau de l’Inspection.

38On constate le même pourcentage de diplômés de Sciences-Po, d’orphelins de père au concours ou de fils de parents actifs dans les secteurs économiques chez les démissionnaires et les autres. En revanche, il y a chez les pantoufleurs une très légère surreprésentation des majors (20 % contre 16 %), et des polytechniciens (26 % contre 19 %) par rapport à l’ensemble du corpus.

39De cette rapide comparaison entre les démissionnaires et leurs camarades, on peut tirer deux conclusions, avec prudence : d’une part, le service de l’État semble plus facile à quitter pour les couches supérieures de la société, plus proches des grandes entreprises ; d’autre part, ce sont les meilleurs « élèves » qui sont le plus tentés ou sollicités.

III. Les caractères des entreprises et des emplois

  • 42 E. Chadeau, Les Inspecteurs des Finances 1871-1919, op. cit., p. 64. Le nombre de prises d’emploi e (...)
  • 43 M. Bauer et D. Danic, L’Inspection des Finances, 16 ans de pantouflage, op. cit., p. 19. Cf. p. 25, (...)
  • 44 La comparaison avec les résultats de L. Rouban est délicate car il regroupe les activités finances, (...)

40La répartition des secteurs d’embauche au premier emploi conduisant à démission dans l’entre-deux-guerres confirme la domination du secteur bancaire et financier dans le pantouflage : 40 sur 64, soit 60 %. Ce secteur était déjà important avant 1914, puisque E. Chadeau compte 32 prises d’emploi dans des établissements financiers sur 68 dans les entreprises entre 1870 et 191442 et l’étude, déjà citée, du service de l’Inspection compte 9 démissionnaires dans une banque sur les 19 démissionnaires avant 1914 des promotions 1891-1900 (et 5 dans les chemins de fer). Mais il devient largement majoritaire dans l’entre-deux-guerres. Rappelons que nos chiffres ne comprennent pas les inspecteurs dans les banques ne conduisant pas à démission, comme certaines banques coloniales (BAO ou Banque de l’Algérie) ou les institutions financières publiques ou semi-publiques (Banque de France, Crédit foncier, Caisse des dépôts, Crédit national). Après la Deuxième Guerre, cette prééminence de la finance privée ne se démentira plus même si elle cesse d’être majoritaire. Toujours en tête chez P. Lalumière, ce secteur reste le plus important, avec une belle stabilité depuis 1958, selon les travaux de M. Bauer et D. Danic43 (entre 1974 et 1989, 48 pantoufleurs dans les banques sur 102 pantoufleurs, soit 47 %, dont 19 dans le secteur privé) ou L. Rouban44 (entre 52,5 et 54 % des inspecteurs qui pantouflent de 1958 à 2000). Après 1958, la part de ce secteur, même grossie par leur conception large du pantouflage, souligne a contrario l’élargissement du champ d’activité des inspecteurs du second xxe siècle.

  • 45 Cf. E. Chadeau, Les Inspecteurs des Finances au xixe…, op. cit., p. 83-84.
  • 46 Cet esprit de corps, pris au sens de solidarité dans les parcours professionnels, ne profite pas à (...)
  • 47 J.-M. Drouineau, « La crise de l’Inspection », La Gazette de l’Inspection, juin 1941, p. 2.

41Parmi ces banques, beaucoup sont devenues de véritables « chasses gardées » de l’Inspection et parfois depuis la fin du xixe siècle, comme la Banque d’Indochine, le Crédit foncier égyptien, la Société générale, le CIC. D’autres ne deviennent un débouché systématique que dans l’entre-deux-guerres, comme le CNEP, la Banque de Paris et des Pays-Bas ou le Crédit Lyonnais45. La direction de la Banque de France, à partir de 1926, ou du MGF-Trésor par des inspecteurs a sans doute joué son rôle mais plus encore le réseau Inspection, pour ne pas dire l’esprit de corps46. En juin 1941, le chef du Service, J.-M. Drouineau (1901), évoquant « l’appel des inspecteurs par les banques et les grandes sociétés », de plus en plus fréquent après 1914-1918, le reconnaît : « Et, comme toute bonne chose peut avoir des inconvénients, la camaraderie contribua à accentuer la désertion de l’Inspection. Tout camarade sorti se trouve bientôt entouré d’une pléiade de camarades plus jeunes47. »

  • 48 Réponse écrite à notre questionnaire en 1981 et entretien avec A. Terray en 1989, IGPDE.
  • 49 Extrait de l’allocution prononcée par lord Cromer au dîner du centenaire du Crédit Lyonnais à Londr (...)
  • 50 D. Chagnollaud, numéro spécial sur l’ENA, Pouvoirs, janvier 1997, p. 77-89.

42De cette proximité entre inspecteurs des Finances et secteur bancaire privé, les contemporains ont eu bien conscience, comme on l’a déjà vu dans les chapitres précédents. Citons deux autres témoignages : Lalande de Calan (1936), évoquant son entrée à l’Inspection, rappelait : « Tous les directeurs de grandes banques qui n’étaient point nationalisées à l’époque étaient en fait ou presque tous d’anciens inspecteurs des Finances. L’Inspection en tant que base de pantouflage éventuelle [était] une des bases les plus solides48. » Trente-cinq ans plus tard, en décembre 1970, lord Cromer, au centenaire du Crédit Lyonnais à Londres, note avec humour que « l’élégance, avec laquelle le passage de ces messieurs entre le service public et l’entreprise privée a lieu, possède une grâce comparable à celle d’un vol de papillons49 ». La métaphore céleste est reprise par D. Chagnollaud avec l’expression japonaise chatoyante de « Descente du ciel », ou amakoudari50.

Tableau 3. Liste des 64 inspecteurs ayant démissionné, pris une retraite anticipée ou un emploi conduisant à démission dans une entreprise entre 1919 et 1940, des noms des entreprises et des fonctions occupées à l’entrée

Noms

Promo

Date d’entrée
dans l’entreprise
a

Employeur principal au premier emploi

Fonction à l’entrée

Privat-Deschanel

1891

01/12/20

Crédit français

Directeur général

Sergent (Charles)

1894

31/12/20

BUP

Président

Simon

1896

04/06/19

Société générale

Directeur général

É. Moreau

1896

01/01/0601/01/31

Banque de l’Algérieb
Banque de Paris et des Pays-Bas

Gouverneur ;Président

Desforges

1898

07/05/19

Société nancéenne de crédit

Président

Luquet

1898

04/11/20

Crédit mobilier français

Président

Guérin de Vaux

1899

01/01/19

CIC

Sous-directeur

Guyon de la Berge

1899

01/02/20

Compagnie des chemins de fer Paris-Orléans

Chef-adjoint de la Comptabilité générale

Malzac

1905

03/09/20

Compagnie d’exploitation des chemins de fer orientaux

Secrétaire général

A. Célier

1906

28/12/21

CNEP

Dir. général, admin.

Denoix

1906

15/01/25

Compagnie Thomson-Houston

Dir. services financiers

Hermite (Paul)

1907

01/02/20

Crédit mobilier français

Directeur

Jouve

1908

01/01/30

Société spéciale financière

Directeur

Schweisguth

1908

03/05/26

Société alsacienne de construction mécanique

Admin. délégué

Parmentier

1908

01/01/24

Alsthom Thomson-Houston

Administrateur

Bexon

1909

05/03/24

Air Liquide

Directeur admin.

Tillionbois de Valleuil

1909

01/01/19

CIC

Inspecteur général

Chamboduc de Saint-Pulgent

1910

12/07/19

Compagnie chemins de fer du Midi

Dir. de la comptabilité

Wallon

1910

16/12/20

CIC

Inspecteur général

Bloch-Lainé

1911

01/01/24

Banque transatlantique

Directeur

Jacquin de Margerie

1911

01/01/30

Crédit Lyonnais

Secrétaire général

Brière de la Hosseraie

1911

11/07/20

Société du Louvre

Sous-directeur

Aries

1912

01/01/21

Banque Renauld

Inconnu

Sabatier

1912

11/02/29

Sociétés immobilières et agricoles

Fondateur président

Bourgeois

1913

01/04/26

Société générale alsacienne

Sous-directeur

Labie

1913

20/05/28

« Affaires »

Inconnue

Vergé

1914

01/04/28

Société Le Nickel

Inconnue

Jahan

1914

10/01/21

Banque de Paris et des Pays-Bas

Directeur adjoint

Jouasset

1914

04/02/21

Groupement des houillères

Directeur général

Cheysson

1914

1/11/20

Groupe Schneider et BUP

Représ. Europe centrale

Thomas

1914

14/01/29

Compagnie des Chemins de fer Paris-Orléans

Chef services financiers

Donati

1917

06/12/30

Société générale alsacienne

Inspecteur général

Minost

1917

22/01/23

Crédit foncier égyptien

Secrétaire général

Lasserre

1918

26/09/23

Compagnie des chemins de fer de Paris-Orléans

Sous-chef de la comptabilité générale

Ardant (Henri)

1918

23/01/22

Société générale

Sous-directeur

Giscard d’Estaing (Edmond)

1919

01/01/2601/01/29

Féd. porteurs valeurs mobilières
Société financière et coloniale

Délégué généralDirecteur

Boulloche (François)

1919

15/11/31

Compagnie des Assurances générales

Directeur financier

J. Boud’hors

1919

01/12/32

Société spéciale financière

Directeur

Moreau-Néret

1919

09/03/26

Crédit Lyonnais

Secrétaire général

Farnier

1919

16/01/34

CNEP

Admin., dir. général

Chalendar (André de)

1920

19/05/30

Compagnie d’assurances générales

Directeur général

Thomasson (de)

1920

01/05/27

Banque de l’Union des Mines

Directeur adjoint

Barnaud

1920

28/03/27

Worms et Cie

Directeur

Soubirou-Pouey

1920

26/09/30

Banque Oustric

inconnue

Ramey de Sugny

1920

01/04/28

Crédit Lyonnais

Directeur

Guérard

1920

20/02/26

Banque franco-chinoise

Directeur adjoint

Lorain (Maurice)

1921

15/09/26

Société générale

Secrétaire général adj.

Baudouin

1921

31/12/26

Banque de l’Indochine

Inspecteur

Boissieu (de)

1922

02/07/30

Banque de l’Union européenne

Directeur général adj.

Roumilhac

1923

01/09/37

Compagnie fermière de Vichy

Administrateur et inconnue

Laurent (Jean)

1923

01/12/27

Banque de l’Indochine

Inspecteur

Haguenin

1923

31/12/37

Compagnie d’assurances, Groupe L’Urbaine

Président

Mettas

1924

28/06/30

Compagnie des chemins de fer Paris-Orléans

Directeur adjoint

Georges-Picot

1925

01/06/37

Compagnie universelle du Canal de Suez

Secrétaire général

Bizot (Henry)

1925

16/12/29

CNEP

Secrétaire général adj.

Flers (de La Motte-Ango de)

1926

01/05/31

Banque de l’Indochine

Secrétaire général

Maxime-Robert

1927

15/08/37

Banque de l’Indochine

Secrétaire général

Brézet

1927

21/05/31

Société générale

Secrétaire général adj.

Roger-Machart

1928

04/11/32

Crédit foncier égyptien

Secrétaire général

Ferronnière

1929

15/01/35

Société générale

Sous-directeur

Plessis

1929

01/01/36

Crédit populaire de France

Inconnue

Francin

1929

31/12/38

Compagnie Saint-Gobain

Sous-directeur

Labbé

1931

05/04/38

Worms

Associé gérant

Macaux

1933

13/10/38

Aciéries et forges de Firminy

Secrétaire général

a. Les dates 01/01/ ou 31/12/ signifient que la date exacte est inconnue de nous, seule l’année est sûre.
b. La banque de l’Algérie ne conduit pas à démissionner et pourtant É. Moreau démissionne de l’Inspection en 1922.

43Rappelons que sur les 48 inspecteurs trésoriens, 26 passent dans une banque privée, soit 55 % (et 40 dans une banque publique ou privée ou mixte, soit 83 %).

  • 51 C. Hodeir, « Le patronat et l’outre-mer dans les années 1950, hommes et réseaux », La France et l’o (...)

44Rappelons aussi que 30 inspecteurs sur 40 partis dans des entreprises liées à l’outre-mer, publiques ou privées, sont dans une institution financière. C. Hodeir, dans sa thèse sur le patronal colonial, estimait que 10 % de son corpus de 220 patrons coloniaux en 1959 était issu de l’Inspection des finances, essentiellement dans les banques et institutions financières (1919)51.

45On peut noter la faible pénétration du secteur des assurances au premier emploi (3 inspecteurs) mais 8 inspecteurs y exerceront une fonction dirigeante entre 1919 et 1940, parfois en cumulant deux emplois, comme Schweisguth ou E. Giscard d’Estaing, ou y entrent ultérieurement comme Guérard (1920). À titre de comparaison, E. Chadeau en compte 4 entre 1878 et 1913 et L. Rouban 4 aussi.

  • 52 E. Chadeau compte 17 prises d’emplois sur 68 entre 1870 et 1914.
  • 53 Cf. E. Chadeau, Les Inspecteurs des Finances, op. cit., p. 87. Outre la présence d’Hély d’Oissel (1 (...)
  • 54 Sur les inspecteurs dans l’industrie et dans les chemins de fer cf. les articles de H. Joly et de G (...)

46Si les chemins de fer n’attirent plus autant, puisqu’on ne compte que 6 inspecteurs sur 6452, le secteur non négligeable de l’industrie, énergie comprise, (9 démissionnaires) augmente par rapport à l’avant 1914 sans atteindre la percée réalisée dans ces secteurs depuis 1958 (autour de 40 %). Là aussi, l’esprit de corps a pu jouer son rôle directement, comme dans le cas de Saint-Gobain où des inspecteurs sont entrés depuis le début du siècle53, ou indirectement, comme on le verra plus loin chez Renault. Il faut ajouter 2 sorties dans la distribution ou le luxe, 4 dans des affaires diverses ou sans précision et 1 inconnue54.

  • 55 M. Bauer et B. Bertin-Mourot, Les Énarques en entreprise de 1960 à 1990. L’ENA, une business school (...)

47Sur 59 trajectoires connues, 19 inspecteurs seulement pantouflent à un niveau secondaire (inspection ou comptabilité), dont 16 connaîtront une réelle progression de carrière, soit 33 % de héliportés, pour reprendre la fameuse expression des sociologues Michel Bauer et B. Bertin-Mourot55 ; 23 intègrent directement l’équipe dirigeante (secrétaire général, sous-directeur, directeur), dont 10 connaîtront une progression de carrière, soit 38 % de parachutés ; 17 parviennent directement au sommet (administrateur délégué, président), soit 27 % de catapultés. Ce sont ces derniers, les plus connus, qui ont donné l’image d’un pantouflage au plus haut niveau. La réalité est plus nuancée. Le pantouflage, dans l’entre-deux-guerres, se fait le plus souvent dans l’équipe dirigeante mais pas au sommet. Le patron recruteur cherche un collaborateur, qui doit faire ses preuves, plus qu’un successeur Pour les deux tiers, le titre d’inspecteur et leur expérience antérieure exigent d’être confirmés au sein de la direction générale dans l’entreprise. Par ailleurs, et comme dans les années quatre-vingts et quatre-vingt-dix, contrairement à une idée répandue, le titre d’inspecteur n’exclut pas, à l’époque comme aujourd’hui, d’avoir à grimper les échelons de la hiérarchie en partant d’un emploi de technicien des finances voire de la comptabilité avec le titre d’inspecteur ou de chef de service.

48Les caractères des emplois dans le privé au cours de notre période présentent plus de similitudes avec ceux de la fin du xxe siècle – à périmètre d’entreprise comparable – qu’avec ceux du xixe siècle, où E. Chadeau constatait la part importante de démissionnaires qui se contentaient de jetons de présence dans les conseils d’administration (17 sur 48) alors que dans l’entre-deux-guerres, nous n’en avons noté aucun.

49Les différences de « timing » dans les démissions peuvent être illustrées par des témoignages et des parcours comme celui de Maurice Lorain (1921), entré en 1926 à la Société générale comme secrétaire général adjoint, directeur en 1945 puis président en 1958 :

  • 56 M. Lorain, in Société générale, Le Livre du Centenaire, Société générale, 1864-1964, Paris, Chaix, (...)

« J’ai l’impression que la Société générale, si elle accepte les inspecteurs des Finances, préfère ceux qui, renonçant à toute ambition administrative, se consacrent entièrement à elle, se plient à un début relativement modeste, apprennent nos opérations dans leur diversité et leur détail et méritent, par leur connaissance du métier, d’être adoptés par elle. Tel était le cas d’Henri Ardant, tel est aussi celui de notre actuel directeur général, Jacques Ferronnière56. »

  • 57 Entretien transcrit, cassette no 19, avec O. Feiertag en 1991, IGPDE.

50Lui-même n’a que cinq ans d’ancienneté à l’Inspection en septembre 1926 mais il est déjà chef de service à l’administration centrale. Henri Ardant (1918) est directeur adjoint des services financiers à la Commission des réparations et quitte l’Inspection moins de quatre ans après le concours. Jacques Ferronnière (1929), contrôleur financier depuis 1933, y reste six ans. Inversement, pour les années cinquante et soixante, Philippe Huet (1946), qui n’a jamais exclu de travailler au service d’intérêts privés et considérait comme normal de mener une carrière mixte, estimait pour sa part que sa réussite personnelle et professionnelle passait par l’accès préalable à des responsabilités publiques d’autorité dans une direction. Or, s’il a bien eu une offre d’emploi du secteur privé intéressante, elle a eu lieu alors qu’il était attaché financier à Londres entre 1958 et 1964, avant qu’il ait atteint cette fonction de direction à laquelle il aspirait, c’est-à-dire trop tôt pour lui. « Je me disais : J’ai tout de même une direction à prendre au ministère, ça fait partie de mes devoirs et de ma carrière normale, et je ne l’aurai pas fait correctement si je partais avant. » Par la suite, c’est-à-dire après sa fonction de directeur général des Prix de 1964 à 1968, l’occasion ne s’est plus présentée, cette direction n’étant pas propice au pantouflage57.

IV. Les parcours avant la démission

51Ces 64 démissionnaires ont-ils eu le temps ou l’occasion de servir l’État hors de leur fonction originelle de vérification et d’enquête ? Une petite minorité, 5 soit 8 %, quitte directement les cadres sans avoir occupé au préalable d’emploi dans l’administration. Mais 31, soit près de la moitié, n’ont fait qu’une courte carrière administrative ou de contrôle hors des cadres (un à trois emplois). Plus de la moitié quitte donc le service de l’État sans avoir eu le temps ou la possibilité de le servir à un niveau important de direction dans les cabinets ou l’administration. 18 partent après avoir été détachés entre quatre et sept fois dans l’administration ou les cabinets et 10 pantouflent au sens plus traditionnel, c’est-à-dire après une carrière longue dans le public (plus de sept emplois préalables). On le voit, il n’y a pas de tradition ni de norme dans les processus des démissions de l’entre-deux-guerres. On trouve tous les cas de figure, des départs les plus précoces aux sorties de milieu ou de fin de carrière, mais la majorité n’a qu’une courte expérience administrative.

  • 58 Rappelons les calculs de P. Lalumière et C. Charle, qui font état d’une moyenne d’âge, sur la longu (...)
  • 59 Il note que la proportion des départs de la période 1982/1990, avant 7 ans d’ancienneté, est de 30  (...)

52Il faut, comme l’a fait Luc Rouban pour le pantouflage de la fin du xxe siècle, affiner l’analyse. Il y a, en effet, une stratégie différente parmi ces 64 démissionnaires entre les promotions d’avant 1914 et celle d’après 1919. 6 seulement des 34 démissionnaires issus des promotions d’avant-guerre partent avant 8 ans d’ancienneté dans le corps, soit avant 33 ans en moyenne. Inversement, 17 des 30 démissionnaires issus des promotions d’après 1918 partent tôt. La précocité du pantouflage des inspecteurs entrés entre 1919 et 1933 est confirmée par un autre calcul : 35 % des 44 démissionnaires des années vingt ont moins de 33 ans, et dans les années trente, ce pourcentage, sur un effectif certes plus faible, monte à 45 %58. La pause des démissions entre 1914 et 1918 explique sans doute l’âge plus tardif des promotions d’avant 1914 mais la précocité des pantoufleurs de l’entre-deux-guerres doit être soulignée : 35 % sur 44 des années vingt et 45 % sur 20 des années trente ont moins de huit ans d’ancienneté dans l’Inspection. La précocité du pantouflage d’une majorité d’inspecteurs, mise en évidence par L. Rouban pour les années quatre-vingt-dix, rappelle donc les années vingt59.

53Difficile de retenir, pour le xxe siècle, l’hypothèse du blocage des carrières administratives évoquée par C. Charle pour le xixe siècle, contredite d’ailleurs par E. Chadeau, pour expliquer les départs. Cette hypothèse ne fonctionne pas. D’une part, ils partent souvent très tôt, d’autre part, l’avancement fonctionne bien dans les années vingt, au temps du pantouflage triomphant, ce dont ils ont eu d’ailleurs bien conscience. Ainsi Moeneclaey (1920) nous a écrit :

  • 60 Réponse écrite à notre questionnaire en 1981. En réalité, le concours n’a pas eu lieu en 1915 et 19 (...)

« Plus de 20 % des inspecteurs des Finances dans les cadres ayant été tués en 1914-1918 et le recrutement arrêté pendant trois ans, il en est résulté pour les survivants et pour ceux entrés dans les cadres avant 1922 un avancement exceptionnel et leur accès beaucoup plus jeune qu’avant 1914 à des fonctions importantes. Cette jeunesse s’est maintenue par les nombreuses sorties dans le privé ensuite60. »

  • 61 Rappelons que les détachements permettent de conserver la possibilité d’avancement, ce qui permet d (...)

54Enfin, l’ambition d’un inspecteur n’est pas d’exercer les fonctions d’inspecteur général, même s’ils tiennent à ce titre comme à une décoration et même si l’avancement améliore leur traitement, leur prestige et leur indépendance. D’ailleurs, l’étude de l’ascension dans les grades, opérée par tous les chercheurs, n’a pas grand sens dans l’étude des carrières61.

V. Les motivations des entreprises

  • 62 Cf. E. Chadeau, Les Inspecteurs des Finance au xixe siècle 1850-1914, op. cit.

55Jusque dans les années quatre-vingt, les chercheurs ne se posaient pas la question du besoin des entreprises et cherchaient les explications du pantouflage uniquement du côté de la demande, c’est-à-dire : dans l’origine sociale (par l’étude des professions des parents, des revenus et des réseaux hérités) ; dans la modicité des traitements ; dans le blocage de carrières (dans le corps d’origine voire dans l’administration) ; dans le contexte politique, en fonction ou non de la conjoncture politique. Le premier à mettre en avant les besoins des entreprises, et donc l’existence déterminante d’un véritable marché de l’emploi entre l’État et les entreprises privées, est E. Chadeau, dès 1977, dans son mémoire de maîtrise sur l’Inspection au xixe siècle, déjà cité62. Son hypothèse trouve sa démonstration dans l’étude de la chronologie des départs, étroitement liés à la conjoncture économique plus qu’à la conjoncture politique.

56Car pour pouvoir pantoufler, encore faut-il que, quelle que soit la demande des inspecteurs, l’entreprise privée ait besoin d’eux, et pas n’importe laquelle car s’il n’y a aucun interdit, il y a des entreprises ou des emplois qui ne sont pas « acceptables » à leurs yeux. On y reviendra.

57Que recherchent les entreprises en faisant appel à ces anciens serviteurs de l’État ? Que recouvre ce titre prestigieux qui suffisait, en 1909, aux yeux de Caillaux (1888), à satisfaire les besoins des employeurs ?

  • 63 J. Caillaux, Mémoires, Paris, Plon, 1943, 258 p., deuxième partie : « Mes audaces. Agadir », 1909-1 (...)

« De toute façon il me fallait augmenter mes ressources. Je n’étais pas embarrassé pour y parvenir, je n’avais qu’à me baisser pour y choisir parmi les conseils d’administration qui s’offraient à l’ancien ministre, surtout à l’ancien inspecteur des Finances que j’étais63. »

58Les inspecteurs des Finances sont-ils recrutés pour les qualités intellectuelles sanctionnées par la réussite au concours et les qualités de caractère et de méthode acquises lors des quelques années de vérifications en « tournée » ? Est-ce pour leurs compétences administratives et financières, éprouvées dans leurs premiers emplois hors des cadres ? Il est très difficile de répondre sauf à faire des monographies précises. Par ailleurs, les affaires bancaires de l’époque sont-elles si complexes qu’elles exigent à leur sommet des techniciens du change, du budget ou des impôts ? On peut en douter, à en croire le témoignage d’Octave Homberg, ancien diplomate, lorsqu’il entre à la Banque d’Indochine :

  • 64 Fils d’André Homberg (1892), président de la Société générale. Mais on a déjà pu constater que O. H (...)

« J’avais à apprendre la pratique des affaires de banque. Ce n’est pas sorcier. Un peu comme tous les professionnels qui cherchent à se donner du prestige, les banquiers se plaisent à rendre leur métier hermétique aux profanes […] ils usent d’un jargon et parfois compliquent les choses les plus simples. Mais je puis dire qu’au bout de trois mois, les affaires de banque et de bourse, voire même les questions de change qui passent pour les plus difficiles n’avaient plus guère de secrets pour moi64. »

59C’est d’ailleurs le même Octave Homberg, entré ensuite à la Société financière française coloniale, qui aurait demandé, en 1928, à l’ancien directeur du Mouvement général des fonds, Parmentier (1908), de lui trouver un inspecteur des Finances, selon le témoignage d’Edmond Giscard d’Estaing (1919) :

« Il [Parmentier] m’a dit : “Homberg a de très grosses affaires coloniales, il n’est pas très bien soutenu, il n’a pas auprès de lui les gens qu’il voudrait, il m’a demandé un inspecteur des Finances et j’ai pensé à vous, j’ai proposé votre nom.” »

  • 65 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

60Il avait été directeur des services financiers du Haut-Commissariat dans les territoires rhénans de 1922 à 1925, puis délégué de la Fédération des porteurs de bons. Le même E. Giscard d’Estaing décrit ainsi les vertus des inspecteurs des Finances : « L’Inspection a la sagesse de former les esprits, former des jugements, […] des moyens pour obtenir la compétence quel que soit l’objet sur lequel on vous demandera d’être compétent65. »

61Intelligence polyvalente, capacité d’adaptation et de jugement seraient donc les qualités recherchées par les entreprises au sein de l’Inspection faute de les trouver en leur sein.

  • 66 Entretien enregistré avec l’auteur en 1990. Diethelm retournera dans la fonction publique et plus p (...)

62En effet, il y a une deuxième explication de ce marché de l’offre, au moins aussi déterminante : la pénurie après la guerre de 1914-1918, période de fusion, de création et d’expansion, de dirigeants de haute qualité dans le secteur bancaire mais aussi de directeurs financiers dans les entreprises industrielles. Le témoignage de François Lehideux, neveu par alliance de Louis Renault, qui recrute en 1934 l’inspecteur des Finances Diethelm (1920), ancien directeur des Finances de l’Indochine, en fournit une bonne illustration, même si par la suite, ce recrutement s’est révélé malheureux et donc éphémère66 :

« F.L. – J’ai été promu en 1933, à 29 ans, administrateur délégué de Renault […] J’étais le troisième avec un manque d’état-major, il n’y avait aucun organigramme… j’ai été bombardé là et je sentais mes faiblesses. J’ai cherché deux sortes d’homme. L’un qui fasse les relations extérieures, les relations publiques, les contacts avec le gouvernement, avec l’administration. C’est tout de même très prenant, sans faire du lobbying, on le fait tout de même, il faut être présent. […] Et comme il y avait des questions financières, qui étaient relativement simples chez Renault […] il me fallait quelqu’un d’autre qui s’occupe de nos finances, qui les gère, qui s’occupe de notre comptabilité industrielle nous préparant à redéployer les usines Renault… Notre intention était de créer des départements, de décentraliser et notamment entre l’Est et Paris. […]

N.C.M. – Mais pourquoi avoir été chercher Diethelm, qui est en Indochine ?

F.L. – Il était inspecteur des Finances, alors Diethelm, c’est tout simple.

N.C.M. – Ce n’est pas son expérience en Indochine ?

  • 67 Anciens inspecteurs des Finances, respectivement secrétaire général et directeur général de la Banq (...)

F.L. – Non, la coïncidence indochinoise c’est que je connaissais bien François de Flers et un peu Paul Baudouin aussi67, que Diethelm voulait revenir, qu’ils l’avaient un peu en surcroît et quand je leur ai dit : “Je cherche quelqu’un, dites-le moi.”, ils m’ont dit : “Voilà, Diethelm veut rentrer.” Alors je l’ai vu et je l’ai pris. […] Quand il est entré, j’ai été séduit, il était inspecteur des Finances, il était directeur des Finances en Indochine. C’était très bien. Je l’ai mis en présence de Louis Renault pour qu’il n’ait pas l’impression que je puisse faire une ombre qui le gênait. Je l’ai mis un peu dans l’usine, je lui ai dit : “Faites un peu le tour pour voir tout ce qui passe, vous me direz ce que vous en pensez.” Cela ne lui a pas plu : il n’avait pas de communication avec les contremaîtres […]. Or les usines Renault, c’était essentiellement un noyau des Arts et Métiers, très peu de grandes écoles, généralement des gens simples, de grande qualité. Cela ne marchait pas. Les inspecteurs des Finances sont assez lointains.

N.C.M. – Pourquoi est-il parti ?

F.L. – Pour plusieurs raisons. D’abord il ne s’est pas entendu du tout avec Monsieur Renault. Cela a été un blocage absolu au bout de quatre, cinq fois. Cela ne marchait pas très bien avec les gens d’en dessous parce que, alors qu’il ne connaissait pas leur comptabilité, il a voulu leur apprendre. Alors il s’est rendu compte au bout d’un certain temps qu’en fait, il valait mieux qu’il s’en aille.

N.C.M. – Il a été remplacé ?

F.L. – Il a été remplacé sans l’être. Il y a eu une promotion intérieure. »

63Cette difficulté des entreprises à détecter leurs dirigeants hors de la haute administration des Finances est bien exprimée par Maxime-Robert (1927), parti en 1937 à la banque de l’Indochine, à qui l’on a demandé : « Le fait d’être inspecteur vous a-t-il servi dans votre carrière dans le privé ? ». Il a répondu :

  • 68 Entretien, cassette no 6, avec A. de Castelnau en 1990, IGPDE. Les travaux les plus récents sur l’a (...)

« Ah ! Oui ! Cela servait énormément. Il faut se rendre compte des difficultés d’un chef d’entreprise pour assurer son recrutement. […] En recrutant un homme qui sortait de Polytechnique, de Centrale, de l’Inspection des Finances, on savait à peu près ce qu’il était capable de faire68. »

64Daté de l’après-1945, le témoignage de Forgeot (1943), directeur de cabinet du président Vincent Auriol de 1947 à 1953, parti chez Ford en 1953 puis très rapidement chez Schneider, confirme ce besoin criant des entreprises industrielles françaises en compétences financières de haut niveau en période de classes creuses et de croissance, au temps où les chasseurs de tête n’existent pas encore et où les directions du personnel sont bien mal armées :

« Q. – Les amitiés que vous aviez pu avoir à l’Inspection ont-elles joué ?

R. – Non, non pas beaucoup. Je n’ai pas essayé de m’en servir parce que c’est un peu venu comme cela […] Je trouvais que, ayant la quarantaine, je me trouvais devant des possibilités assez nombreuses […] Je me suis trouvé un peu pris par une mécanique qui est celle des gens qui me demandent de venir à eux.

Q. – Qu’est-ce que cela représente, dans l’industrie, d’embaucher un haut fonctionnaire ?

  • 69 Entretien, cassette no 5, avec H. Coulonjou en 1989, IGPDE. Pour lui, cette pénurie est renforcée, (...)

R. – À l’époque, il y avait une grande pénurie de cadres et de cadres de la quarantaine […] la formation des cadres était très faible69. »

65La pénurie de cadres et l’inexistence de nos DRH expliquent également que les réseaux acquis, les aides familiales ou le réseau Inspection aient eu autant d’efficacité.

  • 70 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.
  • 71 Sur ces recrutements, cf. G. Denoix, Souvenirs, rédigé en 1966, exemplaire dactylographié à l’IGF. (...)

66Les patrons du privé ont tout à gagner à recruter un membre de la famille issu d’un grand corps : on reste entre soi, on acquiert des compétences et on noue des contacts nécessaires avec l’administration, les cabinets ou les autres grandes entreprises. On a déjà rencontré des exemples de ces recrutements familiaux qui expliquent la part de la bonne ou grande bourgeoisie chez les pantoufleurs. On peut citer aussi celui de Thomas (1914), qui a épousé Mademoiselle Le Play, arrière-petite-fille de Frédéric Le Play et d’Émile Péreire. Il nous a raconté qu’après avoir hésité, il a fini par céder aux instances de l’oncle de sa femme, H. Péreire, président d’honneur de la Compagnie du Midi : « Ils ont insisté, j’ai senti que je serai dans un milieu très amical70. » Michel Machart (1896) fait entrer, en 1924, son cousin Brière de la Hosseraye (1911), déjà chez Potin depuis 1920, à la Société du Louvre, qu’il préside de 1900 à 1932. Schweisguth quitte le Crédit national en 1926 pour diriger l’affaire familiale, la Société alsacienne de construction mécanique, et à son tour recrutera des inspecteurs71.

  • 72 Cf. ci-dessus, troisième partie, chapitre IX, sur les inspecteurs des Finances à la direction du Mo (...)

67Troisième cause, au moins aussi essentielle, de l’intérêt des entreprises pour les inspecteurs des Finances : disposer d’un réseau de relations avec le ministère des Finances, afin d’entretenir des relations favorables, de confiance réciproque, entre le cabinet, le Mouvement des fonds devenu Trésor, la Banque de France et les autres banques72. C’est bien l’« atout État » relevé par les sociologues M. Bauer et B. Bertin-Mourot, déjà cités, que l’on retrouve dans l’entre-deux-guerres. Le parcours de Jahan (1914) en est un exemple parmi d’autres. Fils d’un notaire de Rochefort à la retraite, il entre dès 1917, après une belle guerre, à la direction du Mouvement des fonds dont il devient vite, en 1920, chef de la section Finances extérieures. Son beau-père, Descilligny, agent de change, est peut-être intervenu mais en 1921, c’est bien du haut fonctionnaire du MGF, de ses compétences et de son réseau international dont la Banque de Paris et des Pays-Bas (qui n’a plus, depuis 1892, d’inspecteur à la direction générale) a besoin. Il retrouve comme président, en 1931, un ancien de l’inspection, Moreau (1896), et en 1938, il fait appel, comme directeur, à un camarade plus jeune, Paul de Thomasson (1920).

68À l’extrême, la collaboration souhaitée par certaines banques avec le ministère des Finances risque de glisser vers la collusion (très exceptionnelles si on se fie aux archives) et peut expliquer certains recrutements d’inspecteurs des Finances. Dans le dossier de Boud’hors (1919), on trouve un avis du conseil d’enquête chargé, en 1935, d’examiner sa demande de réintégration à l’expiration de sa période de disponibilité qui rappelle les circonstances de son entrée, en 1932, dans la Société spéciale financière dirigée par M. Lévy et les raisons probables de l’offre qui lui avait été faite :

  • 73 Dossier « Affaires spéciales », service de l’IGF. Sa mise en disponibilité était régulière et il n’ (...)

« Le conseil n’a pu s’empêcher de relever ce qu’il y avait d’un peu anormal dans le fait, de la part de M. Boud’hors, d’entrer ainsi au service d’une Société dont il avait peu de semaines auparavant à suivre les opérations financières ; cette remarque doit être rapprochée du fait qu’un des derniers actes de M. Boud’hors au Service des Régions Libérées et un des plus favorables à la Société spéciale financière a consisté dans la signature par lui-même, au nom du ministre, le 23 septembre 1932, d’une lettre au ministre des Finances transmettant avec avis favorable une demande d’autorisation d’emprunt de 700 millions – réduite à 550 – présentée par le groupement des industriels sinistrés (en fait par M. Lévy) pour mobilisation de créances pour dommages de guerre ; emprunt de beaucoup le plus important de ceux que ce groupement avait à émettre73. »

69Les auteurs de l’avis font aussi remarquer le bénéfice que peut tirer l’entreprise de la réputation de respectabilité et d’autorité morale attachée au titre d’inspecteur :

« Le conseil n’a pas les moyens d’apprécier si le travail fourni par M. Boud’hors pendant son séjour à la Société spéciale financière de décembre 1932 à juillet 1934 était en rapport avec les appointements élevés (210 000 francs) qui lui étaient alloués : il constate seulement que M. Boud’hors, affecté aux études financières concernant les relations avec les groupements de sinistrés et avec d’autres affaires industrielles en particulier cinématographiques, et tenu à l’écart de la direction active de la Société, ne paraît à aucun moment ni avoir eu des doutes sur la régularité des opérations traitées par elle, ni s’être demandé si sa présence et sa qualité d’inspecteur des Finances n’étaient pas recherchées, au moyen d’un traitement élevé, en particulier, pour contribuer à donner à la Société une façade plus propre à inspirer la confiance, ni avoir cherché jusqu’en juillet 1934 à mieux pénétrer les diverses branches de son activité. »

  • 74 L’italique est de nous. À la faveur de la loi d’amnistie de juillet 1937, il sera réintégré à sa de (...)

70Bien qu’aucun grief n’ait été retenu contre lui, la réintégration lui sera refusée74.

  • 75 Rapport au Ministre du conseil d’enquête, 1933, dossier Affaires spéciales, service de l’IGF. Rien (...)

71La même mésaventure est arrivée, quelques années plus tôt, à Soubirou-Pouey (1920), contrôleur financier des mines de la Sarre depuis 1926, entré en 1929 à la Banque Oustric (sous le régime de la disponibilité pour trois ans) jusqu’en 1931, date du dépôt de bilan de la Banque, puis dans une société de fabrication de chaussures. La réintégration dans les cadres, qu’il réclame en 1933, lui est également refusée pour irrégularité administrative et surtout pour n’avoir « pas fait preuve dans les fonctions qu’il occupait en dehors de l’Administration de cette haute conscience professionnelle dont les inspecteurs des Finances doivent plus encore que tout autre fonctionnaire être animés75. » Même si aucune « indélicatesse » n’a été relevée contre lui, la commission a estimé que Soubirou-Pouey « ne possède plus l’autorité morale indispensable à l’exercice des fonctions d’inspecteur ». On ne peut mieux résumer ce que recherchent aussi les entreprises en recrutant un inspecteur des Finances, outre son réseau au sein du ministère : sa réputation de haute conscience professionnelle et la confiance qui va avec.

72En dépit de ces critiques, il faut noter que nulle mesure ne fut prise pour prévenir ces passages du contrôleur au contrôlé. Il fallut attendre la Ve République pour qu’un délai minimum (cinq ans) fût exigé avant d’autoriser un fonctionnaire à pantoufler dans une entreprise dont il aurait eu à s’occuper, exigence qui ne fut pas toujours respectée, comme en témoigne la décision Beauffret du Conseil d’État du 6 décembre 1996, annulant sa nomination comme sous-gouverneur du Crédit foncier alors qu’il était préalablement chef de service à la direction du Trésor.

  • 76 Procès-verbal du conseil d’administration du CFAA du 22 juillet 1888. Nous remercions H. Bonin pour (...)

73On ne connaît malheureusement pas la réaction des dirigeants salariés ou administrateurs devant le parachutage des inspecteurs. La seule trace nous a été fournie par H. Bonin. Elle date du 22 juillet 1888 et concerne un cas rare de démission, en provenance directement des cadres de l’Inspection, pour le Crédit foncier agricole d’Algérie, qui deviendra plus tard la CFAT, banque de crédit hypothécaire contrôlée par le Crédit foncier de France. Le conseil d’administration doit se prononcer sur la nomination de Veillard (1876), inspecteur resté jusque-là dans les cadres, comme directeur général proposé par le comité de Paris du CFF, recommandé par Gay (1864), ancien directeur du MGF et président du CIC, et par Octave Homberg, directeur de la Société générale. Les administrateurs d’Alger « émettent l’avis qu’un inspecteur des Finances ne saurait avoir les aptitudes que l’on est en droit d’exiger d’une maison de banque. Il n’y a aucune analogie entre les fonctions que remplissent les inspecteurs des Finances et celles qu’aura à remplir le directeur de notre établissement. Malgré la valeur incontestée en matière de finances de notre candidat, il y a lieu de craindre qu’il ne soit en aucune façon initié aux affaires qu’il aura à diriger. Il y a là un danger évident, surtout au lendemain d’une crise qui a pu porter atteinte à notre crédit76 ».

  • 77 La publication de cet ouvrage collectif, coordonné par M. Margairaz, F. Cardoni et nous-même, est p (...)

74Malgré ces observations, le comité de Paris impose Veillard qui ne restera que deux ans et ne parviendra pas à redresser une maison affectée lourdement par la crise foncière qui sévit en Algérie. Dès 1890, il doit quitter son poste puis est nommé percepteur à Besançon puis à Lille, emploi modeste rarement occupé par des inspecteurs (4 avant 1914), avant de pantoufler comme directeur, en 1911, de la Société foncière du Nord de la France après sa retraite. À cet égard, il faut se réjouir de la rédaction en cours d’un dictionnaire historique, biographique et thématique des inspecteurs des Finances sur deux siècles, dans lequel H. Bonin, notamment, présentera le bilan pour les banques de la présence importante des inspecteurs77.

75Tous les inspecteurs qui pantouflent ne s’adaptent pas à leurs nouvelles fonctions. Les échecs, ou tout le moins les difficultés, au cours de la période de disponibilité existent. On l’a vu avec Diethelm chez Renault ou dans le chapitre sur l’outre-mer avec Le Bec (1917) qui fait une brève tentative, en 1929-1930, auprès d’un consortium de fabriques automobiles, après la direction financière du haut-commissariat en Syrie et au Liban et avant de revenir au service de l’État et au contrôle financier en 1935. Ces insuccès touchent aussi les inspecteurs ayant atteint les plus hauts sommets des Finances avant de pantoufler en fin de carrière. Outre l’ancien directeur général de la Comptabilité publique, procureur de la Cour des comptes et secrétaire général du ministère Privat-Deschanel au Crédit français de 1920 à 1933, on peut citer aussi les difficultés, à la tête de la BUP de 1920 à 1944, de Charles Sergent (1894), ancien sous-secrétaire d’État aux Finances et sous-gouverneur de la Banque de France,racontées par son fils, lui-même inspecteur des Finances (1941) :

  • 78 Les difficultés de Sergent nous ont été communiquées par son fils (entretien enregistré avec l’aute (...)

« Il paraît insensé à des Anglais, ou encore plus à des Allemands, je ne parle pas des Américains, que des fonctionnaires aient la prétention de savoir au milieu de leur carrière diriger une entreprise. Ça les étonne beaucoup. Il y en a qui s’habituent, notamment parmi les banquiers, mais il y en a beaucoup qui ratent aussi78. »

  • 79 Entretien enregistré du fils de Formery avec l’auteur en 1981.
  • 80 O. Feiertag, Wilfrid Baumgartner, un grand commis à la croisée des pouvoirs (1902-1978), op. cit., (...)

76Rappelons aussi, le cas de Formery (1912), parti en disponibilité pour trois ans comme directeur financier chez Kuhlman en 1928. Selon son fils, recommandé par un de ses camarades de l’X, Raymond Berre, il avait été attiré par le traitement élevé. Responsable indirect d’une malversation d’un caissier qu’il avait engagé lui-même et qu’il avait eu comme ordonnance de guerre, Formery fut contraint de démissionner de Kuhlman, remboursa sur ses biens le préjudice et demanda sa réintégration à l’Inspection en septembre 1930, où il dirigera notamment la grande écurie. En 1941, il deviendra commissaire du Pouvoir79. Enfin et même si c’est hors de notre période, comment ne pas évoquer les difficultés rencontrées par Baumgartner, président de Rhône-Poulenc de 1933 à 1973, bien étudiées par son biographe O. Feiertag80 ?

77L’hypothèse de M. Lorain, selon laquelle plus le pantouflage intervient tôt dans la carrière, plus l’entreprise imprime sa marque et plus l’intégration est facilitée, apparaît pertinente.

  • 81 Caillaux et Piétri, tous deux démissionnaires et tous deux ministres, ont été tout de même faits in (...)

78Parmi les démissionnaires, les retours au service de l’État, à défaut de la réintégration à l’Inspection, théoriquement impossibles81, sont également rares avant 1940. Outre Boud’hors et Soubirou-Pouey, on peut citer encore Jouve (1908) ou Cheysson (1914). Ce dernier démissionne en 1923 pour entrer à la BUE comme administrateur délégué, puis revient en 1934 au service de l’État, comme commissaire du gouvernement pour la Société des nations en Bulgarie jusqu’en 1940, puis attaché financier pour l’Amérique du Sud de 1940 à 1942, avant de pantoufler sur place dans le privé.

79Face à ces besoins des entreprises, quelle fut l’attitude du service de l’Inspection et du ministre dans l’entre-deux-guerres ?

VI. Le service et les démissions : législation et pratiques

  • 82 Sur la stratégie des grands corps en général pour contrôler l’accès aux plus hautes fonctions publi (...)
  • 83 Cf. P.-M. Gaudemet, Le Civil Service britannique, essai sur le régime de la fonction publique en Gr (...)

80À la fois agence de placement pour les sorties des cadres82 et garante de la qualité des enquêtes et vérifications opérées par les inspecteurs dans les cadres, ni le Service ni le ministre n’ont réussi à résoudre cette contradiction. S’ils se sont souciés de réglementer, voire de gêner, l’exode trop précoce dans le privé, ils n’ont jamais été jusqu’à supprimer la disponibilité, antichambre de la démission, et à se rapprocher ainsi du modèle anglais83. Pourtant, diverses décisions et mesures réglementaires ont été prises au cours de ce demi-siècle, comme l’engagement décennal et la réglementation, fluctuante, des détachements et de la mise en disponibilité.

  • 84 L’X aussi exige la signature d’un engagement sur l’honneur à l’entrée, et dans certains cas, le rem (...)
  • 85 Rapport du chef de Service Maret au ministre du 28 mai 1919, dossier 111, service de l’IGF.
  • 86 Lettre au ministre du 5 avril 1930 d’un candidat (malheureux au demeurant), dossier no 232, service (...)
  • 87 Il précise dans sa lettre : « Les besoins de l’Inspection deviennent en effet chaque jour plus pres (...)
  • 88 Dossier 111, service de l’IGF.
  • 89 Lettre au ministre du 21 avril 1920, dossier 111, service de l’IGF.

81L’engagement décennal à l’Inspection84 est d’usage depuis une décision du ministre Klotz en 1912, pour le concours de 1913, avec comme sanction prévue la révocation et… le retrait de tout appui pour la Légion d’honneur85 ! Le candidat demande l’autorisation de prendre part aux épreuves du concours et signe son engagement décennal « à rester dans les cadres de l’Inspection générale ». Mais la formule imposée contient un bémol : « Cette durée comprendra, s’il y a lieu, le temps passé dans toutes autres fonctions auxquelles je pourrais être appelé par le gouvernement86. » L’engagement ne limite donc pas la liberté du ministre d’offrir à tout inspecteur un emploi qu’il jugerait utile hors des cadres. Suspendu en 1917 et 1918, sa suppression définitive est demandée par le chef du service Maret (1889) au ministre Klotz le 28 mai 1919. Il explique que cet engagement est difficile à faire respecter, discutable en droit et dissuasif pour les candidats à l’heure où l’Inspection a besoin de recruter massivement87. Après un premier refus, Maret revient à la charge un mois plus tard en proposant soit un engagement pour dix ans, soit pour six ans, qui a sa préférence. Le ministre maintient les dix ans88. L’année suivante, le nouveau chef de Service, Drevon (1895), qui précise : « Personnellement je n’ai jamais été partisan de l’engagement décennal », souligne qu’il est difficile d’accorder une exception à l’un sans l’accorder aux autres mais ajoute : « Je reconnais aujourd’hui qu’il constitue cependant pour l’Inspection une défense de valeur et qu’il serait tout à fait périlleux de lui faire échec89. » Entre le désir d’attirer des candidats nombreux et de qualité et la crainte de voir partir les reçus trop tôt, le Service balance.

  • 90 Note manuscrite de Drouineau, dossier concours, service de l’IGF.
  • 91 Rappelons que cette loi fut abrogée par l’ordonnance du 9 août 1944 du CFLN (devenu GPRF le 9 septe (...)
  • 92 Sur l’histoire du statut des fonctionnaires, cf. M. Pinet (dir.), M. Chabin, J.N. Lallement, R. Bid (...)

82Le 1er février 1941, Drouineau (1901), faisant fonction de chef du Service, supprime cet engagement90. La loi du 14 septembre 1941, portant sur le Statut général des fonctionnaires civils de l’État et des établissements publics de l’État, prévoit des sanctions et notamment des indemnités pécuniaires assez lourdes au cas où le fonctionnaire ne resterait pas huit ans au service de l’État91. Faute de publication de règlements d’application publique, cette loi ne fut en fait jamais appliquée92.

  • 93 Dossier Concours, Affaires spéciales, service de l’IGF.

83Nous avons retrouvé93, mais sans pouvoir dire s’il a été mieux ou longtemps appliqué, un décret du 7 septembre 1945 du général de Gaulle, signé Pleven, dont l’article 10 prévoit :

« Nul membre de l’inspection générale des Finances ne peut quitter l’administration de l’État ou les postes de détachement prévus à l’article 3 ci-dessus s’il ne compte douze ans de services effectifs. Au cas de violation de la présente règle, l’intéressé sera révoqué. »

  • 94 Dossier no 232, dossier no 235, service de l’IGF.

84L’engagement décennal avant démission n’a jamais été systématiquement respecté (14 de nos 64 démissionnaires l’ont fait avant les dix ans de présence dans l’Inspection). Le Service, du moins dans les années trente, semble avoir eu bien de l’indulgence devant cette pratique, comme le prouvent deux rapports au ministre du chef de Service Courtray (1898), du 30 août 1932 concernant J. Laurent (1923) et du 28 septembre 1933 concernant H. Bizot (1925)94. Pour les relever de leur engagement, l’argument consiste à montrer que leur emploi dans le secteur privé sert les intérêts de l’État :

« J’estime que le rôle important joué par M. Henry Bizot, dans la direction de ce grand établissement de crédit [CNEP] dont le concours n’a jamais fait défaut à l’État, constitue bien une de ces raisons qui permettent aux ministres de relever un inspecteur de son engagement décennal. »

85Pour J. Laurent, entrant à la Banque de l’Indochine, ce sont les liens étroits avec l’État qui sont avancés. La souplesse de vue est extrême et le service de l’État a, aux yeux du Service et des ministres, des frontières bien floues.

  • 95 Cf., sur ce sujet, M. Chardot, La Collaboration financière des administrations publiques et des ent (...)
  • 96 Dossier no 254 (1), service de l’IGF. Nous l’avons compté comme démissionnaire par cohérence avec s (...)
  • 97 Lettre au Service du 23 décembre 1959. Cf. ci-dessous, cinquième partie, chapitre XVIII.

86Le détachement dans une organisation privée ou publique a été réglementé par la loi du 30 décembre 1913, modifiée par les arrêtés du 21 septembre 1921 et du 26 février 1932, qui prévoit que « peut être placé en service détaché l’inspecteur des Finances chargé à l’étranger ou auprès d’un organisme international […] avec l’approbation expresse du gouvernement, d’une mission comportant la défense spéciale des intérêts français95 ». C’est dans ce cadre-là que Roger-Machart (1928), par arrêté du 14 novembre 1932, a pu être détaché auprès du Crédit foncier égyptien, « cet établissement où s’affirme, tant dans son administration que dans ses capitaux, la prédominance française96 », alors que ses prédécesseurs avaient été conduits à démissionner. En 1941, étant revenu en Métropole et dans l’incapacité de rejoindre l’Égypte, il demande sa réintégration, l’obtient et quelques mois plus tard, est détaché comme préfet des Deux-Sèvres jusqu’en février 1943 où il réintègre les cadres. En 1945, il demande un nouveau détachement pour retourner en Égypte, qui lui est alors refusé, et il doit démissionner97. Chassé d’Égypte avec la crise de Suez en 1956, sans moyens financiers, chargé d’une famille de sept enfants et arguant d’une démission forcée en 1945, il obtient finalement d’être détaché rétroactivement depuis 1945 et termine sa carrière dans les cadres jusqu’en 1960.

  • 98 Appelée, à partir de juin 1939, Association professionnelle des Banques, dossier no 233, service de (...)

87Le même arrêté du 26 février 1932 donne le droit de demander la mise en service détaché pour neuf ans afin d’exercer une mission d’intérêt public auprès d’une société dans la gestion de laquelle l’État intervient, arrêté qui concerne, notamment, les sociétés de chemin de fer privées. Le 20 avril 1934, Courtray (1898), chef du Service propose au ministre d’élargir le champ d’application de l’arrêté aux inspecteurs chargés, avec l’approbation expresse du gouvernement, d’une « mission auprès d’une association dont les travaux sont effectués en liaison constante avec le Ministre des Finances ». Il s’agit alors, notamment, de régulariser la situation de Barbier, mis en disponibilité en 1931 pour trois ans comme délégué de l’Union syndicale des banquiers de Paris et de la province98, présidée par Lehideux. Barbier obtient son détachement et, en 1945, pourra demander logiquement sa réintégration mais, là aussi, le ministre Pleven refuse et il doit démissionner. Après un recours auprès du Conseil d’État, il est réintégré en 1955, mis rétroactivement en disponibilité depuis 1945 puis à la retraite en 1957.

  • 99 Dossier no 190, service de l’IGF. Cf. aussi, G. Denoix, Souvenirs, op. cit.

88En dépit de cette réglementation, changeante, on trouve parfois des cas aberrants, comme celui de Denoix (1906), directeur du Budget, détaché en 1925 auprès de la compagnie Thomson-Houston, puis Alsthom, détachement renouvelé jusqu’à sa mise à la retraite en 193999.

  • 100 Il existe aussi, depuis l’arrêté de 1909, des mises en disponibilité pour l’exercice de fonction pu (...)

89Alors que la réglementation de la disponibilité pour convenances personnelles, prise en dehors de tout intérêt général et limitée à un an, n’a pas changé, les conditions de mise en disponibilité, limitée à trois ans et non renouvelable en principe, sont, elles, régies par l’article 5 de l’arrêté réglementaire du 21 septembre 1921, modifié le 24 décembre 1927100. Ce régime est exclusif de tous droits à l’avancement et de toute acquisition de droits nouveaux pour la retraite et en subordonne l’octroi à la condition suivante : « La disponibilité ne peut être concédée qu’aux fonctionnaires de l’Inspection générale appelés à exercer auprès d’établissements publics ou privés une mission présentant un intérêt général. » Il est également précisé que la réintégration doit attendre la première vacance et qu’en attendant, l’inspecteur reste sans traitement. C’est dans ce contexte qu’en décembre 1932, le chef du Service sollicite du ministre la mise en disponibilité de J. Boud’hors pour entrer à la Société spéciale financière, en se référant à cet article et au précédent de Jouve, qui y était entré en 1930.

  • 101 Faut-il en conclure que cet emploi est mieux rémunéré que celui d’un 1re classe ?
  • 102 L’italique est de nous. Rapport au ministre, 12 avril 1938, dossier no 242, service de l’IGF.

90Possible donc, la réintégration n’est pas pour autant financièrement intéressante, au point que Jouve, apprenant qu’il ne sera qu’au sixième rang de la 1re classe, ne maintient pas, en 1932, sa demande de réintégration et démissionne. Il retrouve pourtant le service public puisqu’il meurt, en 1937, dans les fonctions d’agent comptable de l’Office national de la navigation, qui dépend du ministère des Travaux publics101 ! Cette réglementation sur la disponibilité pour trois ans aboutit en fait, pour le Service, à se priver d’éventuels retours d’inspecteurs dans les cadres et elle protège l’avancement des autres et facilite la prise de risques des candidats au départ. Le cas de Labbé (1931) l’illustre bien. Trouvant sa première sortie des cadres en 1937 au ministère de l’Économie comme secrétaire général adjoint du Comité économique interministériel, puis secrétaire général adjoint à l’Économie nationale, il se dispose, en avril 1938, à entrer dans la maison Worms, affaire de famille (sa mère est née Goudchaux et il a épousé une mademoiselle Worms). Il demande une disponibilité de trois ans, « délai assez long qui me sera nécessaire pour me mettre au courant de ses diverses activités avant de participer effectivement à sa direction ». Le chef du Service Poisson (1904) consulte d’abord le Mouvement général des fonds et au vu des informations données par le directeur, Rueff (1923), écrit ce morceau d’anthologie : « compte tenu du caractère de l’activité de cet établissement, il est intéressant d’un point de vue de l’intérêt général que de hauts fonctionnaires de l’administration puissent mettre au service de tels établissements privés, les connaissances et l’expérience qu’ils ont acquises dans l’exercice de leur profession » et il approuve la disponibilité. On ne peut mieux défendre la cause du pantouflage102 !

  • 103 Le système de congé renouvelable, pour les postes de cadres supérieurs offerts aux ingénieurs d’Éta (...)
  • 104 Dossier no 267 (1) et dossier Soubirou-Pouey, Affaires spéciales, service de l’IGF.

91Entre l’Inspection et les corps d’ingénieurs, il y a là une différence importante. Ces derniers, bénéficiant d’un système de congés dont la réglementation a souvent changé103, peuvent indéfiniment et sans démissionner travailler dans une entreprise privée. Comme l’ont fait remarquer C. Charle et H. Joly, ce système de congés maintient un droit de regard du corps, donc de l’État, sur le haut fonctionnaire d’une part et sur l’entreprise, qui doit être « recommandable », d’autre part. Dans le dossier Soubirou-Pouey, déjà cité, la commission d’enquête fait remarquer que « d’après la jurisprudence du Conseil d’État les fonctionnaires restent, tant qu’ils n’ont pas rompu tout lien avec leur corps d’origine, soumis à ses règles de discipline et assujettis à leur chef hiérarchique104 ». Destinée à maintenir un certain contrôle sur les inspecteurs, la disponibilité leur impose des obligations dont le non-respect peut entraîner la radiation des cadres ou la démission forcée. Certes, elle les protège aussi des mauvaises surprises et des aléas du privé mais pendant un temps plus bref pour les inspecteurs que pour les autres grands corps techniques et avec une efficacité toute relative tant la réintégration est mal vécue.

  • 105 Cf. cinquième partie, chapitre XVIII.

92On le voit, la réglementation a changé au cours de ces années. Mais comme le montrent les exemples cités, son application a été plus ou moins rigoureuse selon les ministres et les circonstances, et à la Libération, elle a été utilisée pour sanctionner discrètement quelques parcours105.

93Peut-on aller jusqu’à dire que le Service a joué un rôle d’agence de placement ? On a vu, dans la deuxième partie, son rôle dans les sorties vers l’administration mais qu’en est-il du départ dans le privé ? Les archives écrites sont muettes sur le sujet, les contacts se faisant oralement, mais des témoignages attestent que dans l’entre-deux-guerres, le Service a bien été un intermédiaire utile pour les entreprises privées, dès lors que celles-ci étaient déjà dirigées par des inspecteurs. Minost (1917), dans ses Souvenirs inédits, parlant de son expérience entre 1920 et 1923 comme chef des services financiers de la Commission des réparations, confirme ce rôle :

  • 106 E. Minost, Sous le signe de la balance, souvenirs dactylographiés, archives familiales. Minost avai (...)

« Avant que ne se produise la réforme de structures qui aurait peut-être transformé en impasse la voie où je m’étais engagé, j’étais convoqué par le Service de l’Inspection générale des Finances. On me fit savoir que M. Miriel [1898], président du Crédit foncier égyptien, avait besoin d’un secrétaire général au Caire et désirait savoir si j’accepterai cette situation. Cette offre était providentielle106. »

94La réponse écrite d’Appert (1922), adjoint au chef du Service entre 1930 et 1934, à notre questionnaire confirme avec éclat ce rôle du Service lorsqu’il évoque sa fonction d’adjoint au chef du Service :

« Poste […] qui, sans grand relief extérieur, offrait un vif intérêt car il permettait de jouer un rôle déterminant dans le concours d’entrée […] et ultérieurement dans les affectations à différentes fonctions administratives et mêmes privées, les anciens inspecteurs, devenus chefs de grandes entreprises, venant souvent chercher auprès du Service de l’Inspection des informations sur les jeunes pour orienter leur choix de nouveau collaborateurs. »

95Affirmation reprise et développée dans l’entretien oral enregistré qui a suivi :

« N.C.M. – Le Service avait-il une fonction de bureau de placement ?

J.A. – Oh, mais oui ! C’était une des tâches les plus importantes du Service. Les anciens qui étaient sortis dans les carrières financières ou industrielles et qui étaient devenus tout de suite, naturellement, présidents ou directeurs généraux, quand ils cherchaient à recruter des chefs de service futurs, venaient trouver le service de l’Inspection. Ils nous disaient : “Voulez-vous nous indiquer, parmi vos jeunes, quel est celui qui vous paraît le plus qualifié pour tel ou tel emploi ?”

N.C.M. – Est-ce que c’était aussi valable pour les directeurs des grandes administrations ?

  • 107 Réponse écrite à notre questionnaire en 1980 et entretien enregistré avec l’auteur en juillet 1981.

J.A. – Non […]. Ils n’avaient pas besoin du service de l’Inspection. C’était ceux qui étaient complètement sortis et qui n’avaient plus que des contacts occasionnels et mondains qui venaient aux renseignements. Et notamment ceux qui dirigeaient de grands établissements hors d’Europe, par exemple le président du Crédit foncier égyptien. […] On recevait tous les ans des visites des présidents des grandes banques, par exemple le président de la Société générale, M. Simon, venait nous voir, ou les présidents d’établissements financiers, M. Deschamps du Crédit industriel et commercial, venaient se renseigner à l’Inspection, savoir qui ils devaient prendre107. »

96Difficile d’être plus clair !

97Le Service a bien contribué, parfois, au départ du service public des inspecteurs, en dépit des regrets affichés de certains de ses chefs ou représentants.

98Dans l’entre-deux-guerres, entre la préservation d’effectifs suffisants et le souci de l’influence à l’extérieur, de la notoriété du corps et de l’avancement des cadres, dans la pratique, le Service n’a pas nettement tranché, même si par nature, ce rôle d’intermédiaire ne laisse guère de trace.

VII. L’image des « pantoufleurs »

  • 108 C.-A. Moleux, La Gazette de l’Inspection, janvier 1940, p. 23. Rappelons que Thion de la Chaume a d (...)

99Les prises de position dépendent assez largement du type de carrière de leurs auteurs. Les critiques, assez rares, émanent soit des chefs du Service, soit des inspecteurs restés dans les cadres, comme Moleux (1900), commentant la disparition en 1940 de Thion de La Chaume (1900) : « On doit regretter que René Thion de la Chaume n’ait pas été appelé à des emplois où il eût pu exercer sur la marche des événements une influence directe108. » Poisson (1904), lui aussi resté dans les cadres, parle ainsi de Chobert (1907) en juin 1941 :

  • 109 A. Poisson, La Gazette de l’Inspection, juin 1941, p. 7.

« N’ayant aucun de ces dons éblouissants – trop brillants, hélas ! – qui ont égaré tant des nôtres dans l’intervalle des deux guerres et qui nous ont fait tant de mal, […] son ambition se bornait à l’accomplissement le plus scrupuleux de ses obligations professionnelles, sans chercher au dehors aucune occasion d’avancement exceptionnel ou d’avantages matériels. En ce temps-là c’était un éloge. Combien de nos jeunes camarades ne le regarderaient pas aujourd’hui comme indigne de leur valeur109 ? »

  • 110 N.-C. Deschamp : article nécrologique sur M. Wallon dans La Gazette de l’Inspection, décembre 1940.
  • 111 H. Ardant, La Gazette de l’Inspection, novembre 1942, p. 8.

100Les points de vue favorables aux démissions sont plus nombreux, mais émanent essentiellement des démissionnaires dans les notices nécrologiques. Ainsi celle de Deschamp (1899) sur Wallon (1910), mort pour la France, tous deux travaillant au CIC110, ou encore celle d’Henri Ardant (1918) sur Simon (1896), tous deux à la Société générale. Ces oraisons funèbres attestent que démissionner de l’Inspection ne rompt pas les liens avec le reste du corps, comme le dit Ardant en 1942 : « Bien qu’il [Simon] eût quitté les cadres actifs de notre corps depuis trente ans, nul d’entre nous n’ignore qu’en le perdant l’Inspection perd un de ses membres les plus représentatifs111. » Les démissionnaires, en effet, figurent sur la stèle du monument aux morts, dans les annuaires ; ils participent aux « revues » de l’entre-deux-guerres, aux cocktails annuels, à la rédaction de la Gazette de l’Inspection, créé en 1940, voire à des enceintes plus restreintes et plus sélectives, comme Les Feuilles de la quinzaine, entretenant ainsi les liens nécessaires aux « sorties » des promotions suivantes. Cette solidarité, revendiquée jusqu’en 1944, rendra d’ailleurs un peu artificielle la distinction opérée par le Service en 1945 entre les « épurés » démissionnaires et les autres.

  • 112 J. Georges-Picot, Souvenirs d’une longue carrière., op. cit., chapitre II.
  • 113 F. Piétri, Le Financier, Paris, Hachette, 1931, 131 p., p. 83-85. Le choix de l’exemple allemand, q (...)

101Les avantages de ces démissions ? L’État n’y perd rien, au contraire : loyalisme des affaires privées, service de l’intérêt général, cohésion du milieu financier, meilleure gestion de l’économie française, tels sont les arguments cités. Georges-Picot (1925) a toujours considéré, comme son père, lui aussi inspecteur (1891) devenu banquier, que servir l’État dans l’administration ou travailler dans une banque privée, c’est toujours servir l’intérêt général112. En 1931, dans son ouvrage Le Financier, Piétri (1906), après avoir constaté que l’inconvénient de l’excellence du recrutement et de la formation des inspecteurs était qu’on risquait « de faire trop aisément le jeu des affaires privées surtout depuis vingt ans en dépit des mesures prises », n’en ajoute pas moins que « les départs ne sont réellement un mal qu’à condition de dégénérer en épidémie. Réduits à une proportion raisonnable, ils nous apparaissent plutôt comme un bien. C’est à eux que l’on doit, suivant nous, cette sorte de loyalisme d’une grande partie de la finance privée devant les directives et la politique ministérielle et dont il a été tiré un si heureux parti au cours des dernières années ». Et de citer, à titre d’exemple, l’appel de Poincaré au sens de l’intérêt public des banquiers en 1925-1926, qu’il définit ainsi : « Ce groupement des forces privées de la finance autour du ministre, cette sorte d’obédience à un suzerain. » Car les banquiers, accusés de peser sur le gouvernement par le milieu parlementaire ou une certaine presse, ne sont pas issus de l’Inspection. Évoquant la critique sur « l’emprise solidaire exercée par l’Inspection sur les principales affaires du pays », il se demande « s’il n’est pas conforme au bien public qu’il en soit ainsi et si la finance française n’y a pas gagné un peu de cette cohésion et de cette discipline dont l’Allemagne nous offrait l’exemple et qui sont devenues presque indispensables à l’organisation économique du pays113 ».

102L. Petit (1897), lui aussi parti dans le privé en 1931, y est favorable mais sous conditions. Il constate en 1944 que :

  • 114 Son parcours, atypique, correspond à ce vœu. Il est resté dans les cadres vingt-deux ans avant de s (...)

« Il est impossible d’empêcher les sorties. J’estime d’ailleurs que ce serait fâcheux. Mais il faut qu’elles soient réglementées […]. Même dans les affaires privées, les sorties ne doivent pas être entravées. Les affaires privées, c’est la vie économique du pays. Leur bonne gestion intéresse non seulement la fortune des particuliers mais toute la richesse de la nation […] l’Inspection doit fournir à quelques grandes affaires, notamment aux grandes banques, des financiers et des directeurs administratifs. Mais encore faut-il que les camarades qui s’en vont soient restés dans l’Inspection assez longtemps pour s’y former114. »

103Parmi ces qualités acquises par la tournée, il cite « enfin et surtout le sens de l’intérêt général qui, même dans les affaires privées, n’est pas sans trouver à s’exercer ». Deux autres raisons plaident, selon lui, pour retarder les départs : ménager l’amour-propre des jeunes qui ne souhaiteraient pas spontanément partir si vite et rendre à l’État « des services proportionnés aux avantages qu’on tirera du titre qu’il a conféré… obligation de conscience ». Si l’intérêt de l’État est de les conserver assez longtemps, on se souvient de la remarque de M. Lorain (1921), pour qui l’intérêt de l’entreprise est de les recruter assez tôt. Les effectifs de l’Inspection suffisent, visiblement, à concilier ces contraires.

  • 115 Le service de l’État étant la première raison pour 52 témoignages sur 81, soit 64 %. 20 sur ces 52 (...)

104Mais venons-en aux motivations des inspecteurs, en rappelant les résultats de notre étude sur les attentes des inspecteurs avant le concours : 24 inspecteurs interrogés sur 81, soit 28 %, envisageaient dès le départ d’entrer ultérieurement dans les affaires et, à l’inverse, 9 inspecteurs, dont 3 très nuancés à vrai dire, sur 81 témoignaient d’un désintérêt marqué, et parfois de dédain, pour les carrières dans les affaires115.

VIII. Les motivations financières

105Nous n’avons guère trouvé de traces d’attirance explicite pour le monde de l’entreprise ou même de la banque, ce qui ne signifie pas que le goût d’entreprendre dans un monde concurrentiel n’ait pas joué son rôle dans la décision de démissionner. Se voir confier, à un âge encore jeune, à la fois un titre déjà prestigieux, des perspectives de carrière séduisantes et des responsabilités importantes mais parfois risquées a dû être tentant et flatter l’amour-propre. Minost raconte qu’il n’est pas insensible à la qualité des administrateurs qu’il sera amené à fréquenter au Crédit foncier égyptien et dans les autres conseils, comme celui du Suez. E. Giscard d’Estaing précise que son idéal « n’était pas d’être fonctionnaire » et il ajoute que le risque que représentaient ces affaires coloniales qu’on lui proposait de diriger l’a attiré.

106L’argument le plus récurrent, toutes périodes confondues, noté aussi bien par les chercheurs que par les inspecteurs eux-mêmes, est la faiblesse des traitements dans les cadres et dans l’administration comparés aux salaires du privé.

  • 116 À commencer, dès 1919, par la commission présidée par le vice-président du conseil d’État, Hébrard (...)
  • 117 G. Jèze, Les Dépenses de la France, Publication de la Dotation Carnegie pour la Paix internationale (...)

107Rappelons que c’est le sort de l’ensemble de la fonction publique sous la IIIe République. Mais en raison de l’inflation, les années 1919-1930 ont aggravé la situation financière des hauts fonctionnaires en dépit des réévaluations des rémunérations préconisées par les nombreuses commissions extraparlementaires qui se sont succédé à cet effet116. En 1926, Gaston Jèze, conscient de l’exode des hauts fonctionnaires, constate que le mal ne fait que s’aggraver : « Les entreprises privées par l’appât de grosses situations – pécuniaires et sociales – ont attiré des directeurs et sous-directeurs du ministère des Finances117. » Or, comme le rappelle Roger Grégoire en 1953, l’objectif essentiel des traitements est bien d’attirer et de garder les meilleurs : « Les rémunérations allouées aux agents de l’État n’ont eu d’autre objet que d’attirer et de maintenir au service des hommes qualifiés pour les tâches qui leur sont confiées, c’est-à-dire qu’elles ne sauraient être trop inférieures aux salaires versés dans les autres secteurs de l’activité nationale. » Et il ajoute :

  • 118 On trouve, dans l’ouvrage de Roger Grégoire, un historique utile de la réduction de l’éventail des (...)

« Ce décalage a des conséquences déplorables : si le taux des rémunérations publiques s’abaisse largement au-dessous des rémunérations pratiquées par les autres secteurs de l’activité nationale, le recrutement devient difficile et sa qualité diminue : les meilleurs éléments de l’administration recherchent des situations privées plus lucratives, le mécontentement gagne l’ensemble des agents et nuit au rendement118. »

  • 119 Dossier no 178, service de l’IGF.
  • 120 Archives de la Société générale, document consulté et communiqué par H. Bonin.
  • 121 J. de Chalendar, D’une guerre à l’autre, 1920-1940, Paris, Publibook, 2003, 190 p., p. 156-156.
  • 122 Entretien enregistré avec l’auteur en 1982.

108Pour les inspecteurs des Finances, la distorsion des rémunérations, entre le privé, les entreprises publiques, l’administration et enfin les cadres de l’Inspection, ne relève pas d’une rhétorique. Elle correspond à une réalité toujours dénoncée, jamais résolue et, qui plus est, s’est accrue au fil du temps avec l’inflation. Quelques exemples précis d’écarts peuvent être fournis. En 1910, le secrétaire général du Crédit foncier égyptien, Pierre Claudio-Jannet (1900), se voit offrir un traitement annuel de 12 500 francs alors que, inspecteur de 2e classe depuis 1906, il venait de voir son traitement passer de 6 000 à 8 000 francs119. En 1919, dans une lettre du 5 juin, le président de la Société générale informe Joseph Simon de sa nomination comme directeur général de cette banque à partir du 1er juillet 1919, avec un traitement fixe de 100 000 francs par an, auquel s’ajoute un tantième égal à 0,4 % des bénéfices réalisés sur l’article du bilan « intérêts et commissions », avec un minimum annuel garanti du même montant. Or Simon, après avoir été chef adjoint de cabinet de Caillaux en 1906 puis directeur général de la Banque nationale du Mexique de 1911 à 1916, est détaché en 1917 à New York pour participer aux travaux de la mission Joffre-Viviani et diriger les services financiers du gouvernement aux États-Unis. À son retour en Métropole en 1918, il perd les avantages financiers que lui donnait ce détachement et est réintégré comme inspecteur de 1re classe au traitement de 12 000 francs par an120. Son traitement de base passe donc, avec cet emploi à la Société générale, brutalement, en 1919, de 1 à 10 ! En 1932, J. Boud’hors, on l’a vu, s’est vu offrir 210 000 francs pour diriger la Société spéciale financière, soit plus de trois fois le montant maximal de 66 000 francs que lui promettait l’échelon terminal de son grade d’inspecteur de 1re classe. Les témoignages oraux ne sont guère fiables en matière de montant mais attestent du changement de niveau de vie très perceptible lors du pantouflage, qui a particulièrement frappé les enfants ou les veuves interrogés. J. de Chalendar (1944), fils d’André de Chalendar – reçu brillamment 1er en 1920 –, attaché financier à Rome puis à Londres, entré comme directeur général des Assurances générales en 1930, a décrit avec précision et simplicité le changement de mode de vie et le « luxe » de sa vie quotidienne à Paris dans les années trente dans un livre récent121 et à l’oral, nous a dit : « Comme il n’avait pas d’argent, […] c’était extraordinairement bien payé […]. D’un seul coup la situation a changé. Nous avons loué un grand appartement122. »

109Quitter le service de l’État pour gagner plus est parfaitement, sinon admis, du moins reconnu par le Service, par les camarades ou par la presse. Ainsi, au lendemain de la guerre de 1914-1918, le chef du Service Maret, soutenant la candidature de Griffon du Bellay (1897) pour le poste de contrôleur central du Trésor, dans sa lettre au ministre, déjà citée, écrit le 15 mars 1919 :

  • 123 SAEF, 1 C 5596 ; dossier no 169, service de l’IGF.

« Cette lettre [du candidat, qui n’est pas dans le dossier] serait s’il en était besoin un nouvel indice de l’état d’esprit que provoque dans l’Inspection l’insuffisance des traitements, une preuve de l’urgence d’un relèvement qui corresponde à la dépréciation de l’unité monétaire123. »

110Dans la notice nécrologique de Tillionbois de Valleuil (1909), Le Boucq de Ternas (1893), en novembre 1942, rappelle la démission de ce dernier en 1919 pour le CIC :

  • 124 La Gazette de l’Inspection, novembre 1942, p. 13. Il a six enfants.

« L’offre était tentante. Thierry de Valleuil n’accepta pas pourtant sans hésitation de quitter un corps auquel l’attachaient le goût d’un métier passionnant et le charme d’amicales camaraderies. C’est par devoir paternel, dans l’intérêt de sa famille, qu’il se laissa séduire par des émoluments plus généreux que ceux de l’administration publique124. »

111Les hérauts de l’Inspection ne se sont pas privés de dénoncer la modicité des traitements et leurs effets néfastes. François Piétri, ancien inspecteur des Finances et ministre du Budget, ayant affirmé comme postulat que « la pire des finances est de mal payer le haut personnel », rappelle : « La France, me suis-je permis de dire un jour à la tribune, veut, par un mélange singulier de pudeur budgétaire et de démagogie, conserver des hauts fonctionnaires au rabais : elle saura vite ce que cette économie lui coûte. »

112Faute d’autant plus lourde à ses yeux quand on sait que les banques, le commerce et l’industrie sont prêts à payer « le savoir » et « la spécialité » dix fois plus. Et il donne pour preuve cette double comparaison :

  • 125 F. Piétri, Le Financier, op. cit., p. 84.

« En 1927, un directeur au ministère se voyait gratifié d’une soixantaine de milliers de francs d’appointements. Un coulissier n’aurait pas osé offrir moins à son fondé de pouvoir et à Londres, le même fonctionnaire touchait 3 000 livres (soit, au cours de 120,00 francs la livre, 360 000 francs), c’est-à-dire six fois davantage125. »

113Drouineau, chef du Service, y voit en 1941 l’explication première de l’évasion des inspecteurs :

  • 126 J.-M. Drouineau, « La crise de l’Inspection », La Gazette de l’Inspection, juin 1941, p. 2.

« Dans la période d’après guerre [1914-1918], ce furent les besoins pécuniaires qui devinrent de jour en jour plus exigeants. Il y eut toute une période où la hausse des traitements ne suivit que péniblement et lentement la hausse du coût de la vie. Et ce fut le moment où l’appel des inspecteurs par les banques et les grandes sociétés devint de plus en plus fréquent. Entre les émoluments si disproportionnés, comment résister126 ? »

  • 127 La Gazette de l’Inspection, avril 1943, p. 1.

114Faut-il donc conclure que servir l’État c’est, a contrario, faire preuve de désintéressement, plus rare au xxe siècle qu’au xixe, comme le laisse entendre Goussault (1894) en avril 1943, dans sa notice nécrologique sur Semichon (1873) : « En 1895 […] on lui proposa une situation de choix dans une grande société de Crédit, il déclina sans hésiter cette offre pourtant très avantageuse, faisant preuve d’un désintéressement qui serait bien rare de nos jours127. »

115Mais sa mémoire est courte ; E. Chadeau et C. Charle ont bien montré que dès les années 1890, ce désintéressement financier était une vue de l’esprit.

116Cette concurrence des salaires du privé explique donc bien des départs, même si tous les départs ne s’expliquent pas par cette seule raison. Les déceptions de carrière, ce que nous appelons les motivations administratives, peuvent également être déterminantes, notamment lorsque les bifurcations subies interviennent en cours d’ascension administrative ou au sommet de l’État chez des hommes dont l’ambition est un sentiment partagé par l’ensemble des membres du corps et le plus souvent à l’origine de leur candidature au concours.

IX. Les aléas des carrières administratives

  • 128 J.-M. Drouineau, « La crise de l’Inspection », art. cité.

117Lorsque la carrière administrative hors des cadres de l’Inspection s’interrompt, c’est souvent contre la volonté de l’inspecteur. Or le retour dans les cadres, toujours possible tant qu’il n’y a pas eu démission, est d’autant moins accepté que le dernier poste occupé est élevé et qu’il se situe en milieu de carrière. Toutes les sources concordent : retourner dans les cadres est aussi négatif qu’y rester. C’est « être en panne », constate le chef du Service Drouineau en 1941128. Dans le dossier Boud’hors, déjà vu, le conseil d’enquête constate le 30 avril 1936 :

« L’entrée de M. Boud’hors à la Société spéciale financière en décembre 1932, après avoir passé près de trois ans comme directeur du service financier au service des régions libérées, lui a été inspirée par le désir ouvertement reconnu de ne pas se voir réintégré purement et simplement alors dans le corps de l’Inspection et affecté aux travaux divers, considérés par lui comme de peu d’intérêt, qu’aurait comporté normalement son grade d’inspecteur de 2e classe. »

118Sans même parler de réintégration, il peut y avoir chez ces jeunes gens, sévèrement sélectionnés et précocement promus à des postes très intéressants, une frustration de carrière si la progression espérée dans une grande direction ou une grande institution financière publique patine. Toujours dans cet immédiat après-guerre et, selon Moleux, à propos de Privat-Deschanel (1891) :

  • 129 Privat-Deschanel fut directeur général de la Comptabilité publique de 1907 à 1912, puis secrétaire (...)

« La fin de la carrière de Privat-Deschanel n’a pas eu l’éclat de ses débuts. Après les services éminents qu’il avait rendus, sa place naturelle eût été marquée soit au gouvernement de la Banque de France, soit à celui du Crédit foncier. Il y eût retrouvé en partie l’esprit administratif qui lui était familier. Il fut presque nommé à l’un de ces deux emplois mais au dernier moment le titulaire fut maintenu. Et lorsque, ayant dépassé la cinquantaine, il fut amené à désirer de ne plus demeurer dans les hautes fonctions qu’il remplissait, il se trouva que ni l’un ni l’autre de ces grands emplois n’étaient vacants. Il entra dans les affaires dont l’importance et le caractère n’étaient pas en accord avec le degré de sa valeur et l’éclat de sa carrière. Cette discordance fut sensible dans un milieu d’ailleurs nouveau pour lui ; elle contribua à rendre son rôle pénible129. »

X. Les causes politiques du pantouflage

  • 130 Alphand (1930) le 14 juin 1941.

119Disons d’emblée que leur démarche de « pantouflage » n’a pas de rapport avec leur refus du régime républicain, contrairement à ce que certains historiens ont cru pouvoir démontrer pour les débuts de la IIIe République, et si le régime de Vichy a entraîné des révocations pour dissidence, un seul a présenté sa démission130.

  • 131 G. Mathieu, « L’inquiétant exode des serviteurs de l’État », avec ce sous-titre : « Seul un relèvem (...)

120Si la désaffection pour le métier d’inspecteur dans les cadres et le contrôle est très présente dans les archives, nous n’avons pas trouvé de critique du métier de haut fonctionnaire dans l’administration ou les cabinets. Il n’est pourtant pas impossible que l’analyse de Gilbert Mathieu, dans un article du Monde du 7 février 1953, soit aussi pertinente pour les années d’avant-guerre : « Bien des grands commis se plaignent des méthodes de travail que leur imposent “les jeux stériles de la politique131». Certains sont las de voir leurs suggestions repoussées par les parlementaires. » Ce serait alors le jeu de la démocratie républicaine et parlementaire dont ces hauts fonctionnaires finiraient par se lasser. Dans cette hypothèse, ce serait une raison pour certains de ces démissionnaires de revenir au service d’un État non républicain sous Vichy.

121S’agissant d’entreprise privée et non de pantouflage au sens large, la proximité politique, partisane ou idéologique, ne peut guère peser directement sur les nominations contrairement aux emplois dans les entreprises publiques ou sous la tutelle de l’État.

  • 132 On a vu, dans le chapitre premier ci-dessus, à quel point le passage par un cabinet ministériel, sa (...)

122En revanche, l’« atout politique » dont ont disposé beaucoup d’inspecteurs au cours de leur carrière, atout qui recouvre le réseau politique hérité ou créé, avec ou sans passage par le cabinet, et qui relève moins de l’engagement partisan que du patronage politique pour ne pas dire du clientélisme, a eu des effets pervers. Bien des déceptions de carrière sont liées directement aux changements de ministre132. L’instabilité ministérielle de l’entre-deux-guerres et la dépendance plus grande envers le politique ont entraîné une plus grande vulnérabilité. La proportion de démissionnaires parmi nos 355 inspecteurs des promotions 1878-1939 disposant d’atout politique (50 %) est la même que pour l’ensemble du corpus. En revanche, sur nos 64 pantoufleurs de l’entre-deux-guerres, 60 % d’entre eux avaient bénéficié d’atout politique.

  • 133 L. Rouban, « Les inspecteurs des Finances entre public et privé », art. cité, p. 222.

123En effet, le patronage politique peut se révéler contre-productif et pousser à une sortie prématurée dans le privé lorsque le ministre-parrain quitte soudainement le gouvernement ou, pire, disparaît de la scène politique et n’est plus en mesure de nommer aux responsabilités importantes. Depuis l’amendement à la loi de finances du 13 juillet 1911 qu’a fait voter Caillaux, les testaments ministériels rétroactifs ne sont en effet plus possibles. La grande instabilité ministérielle, notamment aux Finances entre 1917 et 1940, où 38 ministres se sont succédé (24 d’entre eux reviennent ultérieurement), sans compter les 10 ministres du Budget, entraîne fréquemment des « mouvements » dans la haute administration ou les institutions financières publiques, donc chez les inspecteurs, dont on a déjà souligné dans les chapitres précédents l’extrême mobilité de carrière, pour ne pas dire « une grande instabilité des perspectives professionnelles », selon la remarque de L. Rouban pour les inspecteurs de la fin du xxe133. Lors de ces mouvements, certains peuvent être tentés de trouver dans le privé les hautes responsabilités perdues.

  • 134 É. Moreau, Souvenirs d’un gouverneur de la Banque de France, Paris, M.-Th. Génin, 1954, 644 p., p.  (...)
  • 135 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.
  • 136 H. Bonin, La Banque de l’Union parisienne. Histoire de la deuxième banque d’affaires française (187 (...)
  • 137 Entretien enregistré avec l’auteur en 1991.
  • 138 G. Denoix, Souvenirs, op. cit., p. 87-89.

124Sans même remonter à l’avant-Première Guerre et au cas d’Émile Moreau, « ostracisé » à la Banque de l’Algérie pendant vingt ans, de 1906 à 1926, à la suite du départ (définitif) du ministre puis président du Conseil Rouvier, dont il avait été chef de cabinet134, on peut citer le cas de Charles Sergent, mieux connu grâce au témoignage de son fils René Sergent (1929)135. Ce dernier rappelle que son père, ancien directeur du MGF, sous-gouverneur de la Banque de France, avait été choisi par Clemenceau en 1917 pour assurer les fonctions de sous-secrétaire d’État aux Finances. Avec le départ de Clemenceau, « il s’est trouvé chômeur en 1920 » et a quitté « à contrecœur » le service de l’État (qu’il retrouve dans plusieurs commissions) pour la présidence de la BUP où il rencontrera, dans les années trente, d’amères déconvenues136. A. Célier (1906), évoqué lui aussi par son fils Pierre Célier (1942), était l’homme du ministre des Finances Klotz. En désaccord avec son successeur, François-Marsal, il quitte en 1921 la direction du Mouvement des fonds pour le CNEP137. Denoix, selon son témoignage, doit quitter la direction du Budget sous la pression des syndicats de fonctionnaires après la victoire du Cartel. Son départ aurait eu lieu de toute façon, tant cet emploi est usant, mais il ne peut alors obtenir le Crédit foncier qu’il espérait. Il entre alors chez Thomson-Houston grâce à son camarade Schweisguth138. A. de Chalendar n’obtient pas la direction du Mouvement des fonds, que justifiait son expérience monétaire et financière comme secrétaire du Comité des experts de la SDN en 1926-1927, puis d’attaché financier à Londres de 1928 à 1930, qui aurait pu lui ouvrir, plus tard, les portes de la Banque de France, et trouve une sortie à la Compagnie d’assurances générales. Selon son fils, « catholique et aristocrate », il aurait été « barré » par une autre « équipe ».

  • 139 Entretien enregistré avec l’auteur en 1982.

« Cela l’a marqué. Il a été mis en rapport avec la Banque de l’Union parisienne […] et s’est trouvé bombardé, à 39 ans, directeur général de la branche Vie de la Compagnie des assurances générales. C’est une tradition dans les assurances protestantes de prendre un catholique139. »

  • 140 Entretien enregistré avec l’auteur en 1982 et J. de Chalendar, D’une guerre à l’autre, op. cit., p. (...)

125Autre exemple dans la notice nécrologique sur Schweisguth, (1908) rédigée par Du Buit (1913), on peut lire : « En 1920, sa tâche terminée, le hasard d’une promesse ministérielle fait qu’il n’aura pas à Paris la direction qui le fixerait dans l’administration. […] L’administration qui n’a pas su le retenir140 ».

126L’affaire est entendue, c’est bien le changement d’équipe gouvernementale (sans nécessairement d’alternance) qui brise les ambitions professionnelles et pousse à la démission.

  • 141 J. Georges-Picot, Souvenirs d’une longue carrière…, op. cit., chapitre II.

127Avec la raréfaction des offres du privé dans le contexte de la crise, qui touche tardivement la France, les grands mouvements de personnel aux Finances de 1934 et 1935 par Germain-Martin et de 1936 par Vincent Auriol n’ont entraîné que quelques départs dans le privé. En mars 1935, quand Haguenin (1923) cède sa place de directeur du Budget à Bouthillier (1927), il est nommé président de la nouvelle BNCI, qui a remplacé la BNC, mise en faillite. Le statut privé de la nouvelle BNCI s’accompagne de la nomination de son président par le gouvernement, Haguenin peut donc être mis en disponibilité mais dès 1937, il doit quitter la Banque et démissionne pour présider la Compagnie d’assurances L’Union. Comme nous l’avons dit plus haut, le Front populaire n’a pas innové en mettant fin aux fonctions de plusieurs inspecteurs des Finances dans les grandes directions, mais le « mouvement » de 1936 a frappé les témoins, plutôt à droite au demeurant, par son ampleur, sa rapidité et le prestige des victimes. Deux d’entre elles partent dans le privé. La suppression de son poste de directeur du Contrôle des régies au bénéfice d’un nouveau secrétariat général, confié à un proche de Vincent Auriol, Georges Mer, entraîne assez vite la démission de Georges-Picot, faute de proposition suffisamment intéressante au service de l’État141. Le nouveau ministre évince également Maxime-Robert (1927) du Mouvement des fonds, où il était sous-directeur, qu’il soupçonne, à tort selon la victime, de lui avoir fourni, pour un débat à l’Assemblée, des chiffres biaisés. Envoyé lui aussi quelques semaines au Lyon-Alemand, il est appelé par son camarade de l’Inspection, François de Flers, à la Banque de l’Indochine comme secrétaire général.

128Mais bien sûr, tous les « mutés » – Baumgartner (1925), Bouthillier, Ripert, Lacour-Gayet et même le chef du Service, Decron (1901), sans parler de ceux qui ne sont pas inspecteurs – ne démissionnent pas pour autant. En effet, les bifurcations involontaires de carrière sont acceptables dès lors qu’elles promettent d’être provisoires et pas trop humiliantes. D’ailleurs, dès 1937, la revanche de l’équipe Bonnet puis de Reynaud entraînera le balancier des nominations dans l’autre sens. Il est vraisemblable que, sans être à proprement parler victimes d’un « mouvement », certains ont pu anticiper des difficultés de progression de carrière avec le changement de gouvernement ou de ministre et choisir de quitter l’administration si le secteur privé les sollicite.

  • 142 L. Rouban, « Les Inspecteurs des Finances entre public et privé », art. cité, p. 221-222.

129La typologie des pantoufleurs proposée par L. Rouban pour la fin du xxe siècle ne nous paraît pas opérationnelle dans notre période et pour notre corpus, plus étroit, des démissionnaires. Il distingue en effet trois groupes de pantoufleurs : les « politiques », ayant beaucoup fréquenté les cabinets hors finances, les « financiers », ayant fait leur carrière dans l’administration ou au cabinet des Finances, et les « neutres ». Mais d’une part, il a une conception plus large du pantouflage, comprenant les nominations, par le ministre ou en Conseil des ministres dans les entreprises publiques ou nationalisées142 ; d’autre part, dans l’entre-deux-guerres, l’instabilité ministérielle entraîne une plus forte instabilité dans la haute administration des Finances que dans la deuxième moitié du xxe siècle ; enfin, si les inspecteurs, surtout dans les années trente, n’hésitent pas à diriger des cabinets hors Finances, on l’a vu, ceux-ci ne sont pas plus « politiques » que ceux des finances et, surtout, il n’y a pas, et pour cause, de filières Élysée et Matignon.

130L’évolution chronologique des démissions a mis en évidence l’ancienneté du phénomène, depuis la fin des années 1880, mais aussi son expansion, dans les années vingt et le début des années trente, et son reflux dans les années 1933-1946. Ces flux inversés témoignent de la priorité de l’offre des entreprises sur la demande des candidats.

131Les causes n’ont pas changé avec le temps : insuffisance des traitements ; manque de propositions de haut niveau dans le service public, aptes à satisfaire leurs ambitions professionnelles ; vulnérabilité de ces hauts fonctionnaires envers le politique et, enfin, mais on y reviendra, poids de l’esprit de corps.

132Les origines socioculturelles des démissionnaires ne sont guère différentes de l’ensemble des inspecteurs, si ce n’est une surreprésentation des classes supérieures et une prime aux très bons élèves. En revanche, toutes les trajectoires étudiées soulignent le rôle du réseau acquis au cours des études supérieures, des premières expériences professionnelles et, enfin, au sein de l’Inspection. Le service de l’Inspection lui-même (et le ministre) a eu une attitude différente, selon les périodes, et contradictoire, car si les démissions gênent le travail traditionnel de l’Inspection, elles renforcent le prestige collectif, concourent à la qualité des candidats au concours, attirent les meilleurs au ministère des Finances, favorisent les hauts de carrière publique, bref contribuent à la puissance du corps, et plus encore du ministre des Finances.

  • 143 Ibid., p. 220.

133L’explosion du pantouflage des années vingt ressemble beaucoup à celui des années quatre-vingt-dix. Pas plus dans les années vingt que dans les années quatre-vingt-dix, le pantouflage ne s’inscrit dans la défense de « l’intérêt général par d’autres moyens dans la perspective d’une intervention publique forte », pour reprendre l’expression de L Rouban143, comme cela a pu être le cas du pantouflage dans les entreprises nationalisées au cours des Trente Glorieuses.

134Enfin, il est clair que les pratiques des démissionnaires de l’Inspection des finances ont contribué, particulièrement dans les périodes de croissance économique, à la porosité entre l’État et les entreprises, financières surtout, spécialité bien française qui ne date pas d’aujourd’hui.

Tableau 4. Liste par ordre de promotion des 159 inspecteurs entrés dans une entreprise privée conduisant à démission ou ayant pris une retraite anticipée ou différée, issus des promotions 1878-1946a

Noms

Promotion

Année de sortie du corpsb

Noms

Promotion

Année de sortie du corpsb

Lisle

1878

1897

Sergent, Charles

1894

1920

Bonnet, Edgar-Bonnet

1878

1909

Vee

1895

1899

Roederer

1879

1891

Caillet

1895

1904

Aubert de Trégomain

1881

1910

Simon

1896

1919

G. Martin

1882

1892

Baugnies

1896

1902

Desvaux

1882

1894

Machart

1896

1900

Baulant

1882

1894

É. Moreau

1896

1922

Matharel (de)

1885

1908

Gallut

1897

1914

Duchatel

1885

1893

Dupont

1897

1907

Matin de Beaucé

1886

1902

Gruson

1897

1902

Touchard

1887

1896

Chauvy

1898

1913

Meaux (de)

1888

1897

Desforges

1898

1919

Renaudin

1890

1913

Luquet

1898

1920

Bertrand

1891

1899

Miriel

1898

1912

Georges-Picot (Ch.)

1891

1900

Guérin de Vaux

1899

1918

Privat-Deschanel

1891

1920

Deschamp

1899

1906

Chanove

1892

1901

Guyon de La Berge

1899

1920

Homberg, André

1892

1901

Thion de la Chaume

1900

1909

Courcelle

1892

1904

Jannet, Claudio-Jannet

1900

1918

Jac

1894

1899

Lasteyrie du Saillant (de)

1902

1909

Chasseriau

1902

1913

Brière de la Hosseraie

1911

1920

Mones del Pujol (de)

1904

1911

Aries

1912

1919

Thorel

1905

1911

Sabatier

1912

1929

Malzac

1905

1930

Bourgeois

1913

1929

Armagnac

1905

1909

Labie

1913

1931

Célier, Alexandre

1906

1921

Vergé

1914

1931

Piétri

1906

1912

Jahan

1914

1924

Vincent de Vaugelas, Armand

1906

1912

Jouasset

1914

1927

Denoix

1906

1939

Cheysson

1914

1923

Hermite, Paul

1907

1920

Thomas, Charles-Gabriel

1914

1932

Léon-Dufour

1907

1920

Donati

1917

1933

Jouve

1908

1933

Minost

1917

1926

Schweisguth

1908

1926

Lasserre

1918

1927

Parmentier

1908

1923

Ardant, Henri

1918

1922

Vincenot

1908

1912

Giscard, Giscard d’Estaing, Edmond

1919

1929

Bexon

1909

1924

Boulloche, François

1919

1935

Tillionbois de Valleuil

1909

1919

Moreau-Néret

1919

1926

Chamboduc de Saint-Pulgent

1910

1919

Boud’hors

1919

1936

Wallon, Jean

1910

1920

Farnier

1919

1937

Bloch, Bloch-Lainé, Frédéric

1911

1924

Pénin de la Raudière

1919

1928

Margerie (Jacquin de), Antonin

1911

1930

Chalendar (de), André

1920

1933

Thomasson (de)

1920

1930

Plessis

1929

1932

Barnaud (René)

1920

1929

Sergent, Edmond

1929

1961

Soubirou-Pouey

1920

1933

Leroy-Beaulieu

1929

1961

Ramey de Sugny

1920

1931

Francin

1929

1942

Guérard

1920

1927

Carmoy (de)

1930

1962

Mönick

1920

1949

Filippi

1930

1963

Lorain

1921

1929

Labbé

1931

1941

Campion

1921

1954

Fourmon

1931

1953

Aris

1921

1942

Sailly (de)

1931

1954

Baudouin

1921

1928

Herrenschmidt

1931

1960

Boissieu (de)

1922

1933

Faivre d’Arcier

1932

1967

Roumilhac

1922

1940

Macaux

1933

1941

Laurent

1923

1931

Certeux

1933

1952

Haguenin

1923

1938

Krafft

1933

1951

Mettas

1924

1934

Fouchier (de)

1934

1946

Georges-Picot, Jacques

1925

1945

Boreux

1934

1945

Bizot (Henry)

1925

1933

Miné

1935

1947

Flers (de La Motte-Ango de)

1926

1934

Grièges (Tabard de)

1935

1950

Maxime-Robert

1927

1947

Lavarène (Chaix de)

1935

1955

Brézet

1927

1934

Calan (de la Lande de)

1936

1953

Roger-Machart

1928

1945

Lamy

1936

1957

Ferronnière

1929

1938

Gruson

1936

1967

Berbigier

1937

1957

Forgeot

1943

1957

Douffiagues

1937

1947

Wirth

1943

1958

Clermont-Tonnerre (de)

1937

1955

Nespoulos Neuville

1944

1959

Margerie (Jacquin de), Bernard

1938

1955

Cérou

1944

1950

Lavaissière de Lavergne (de)

1938

1960

Dangelzer

1944

1954

Tixier

1939

1970

Denis

1944

1955

Monplanet (Guillemin de)

1939

1948

Guyot

1945

1957

Caplain

1939

1957

Feuilhade de Chauvin

1945

1951

Sergent, Maurice

1941

1958

Chalendon

1945

1955

Francès

1941

1950

Garnier

1945

1960

Gibert

1941

1959

Maignon

1945

1959

Bizard

1942

1973

Vincent de Vaugelas, Charles-Armand

1945 S

1955

Célier, Pierre

1942

1948

Moussa

1946 N

1972

Vincenot, Jacques

1942

1955

Thomas, René

1946 N

1955

Cruse

1942

1946

Boyer

1946 S

1958

Ginier-Gillet

1942

1966

Beau

1946 S

1955

Besse

1942

1959

a. Comme nous l’avons dit plus haut, n’ont pas été mentionnés ici les 8 inspecteurs ayant quitté involontairement la fonction publique à la Libération et partis dans une entreprise. De même, nous n’avons pas retenu dans cette liste Thomazeau, le seul à partir dans le privé pendant la guerre, mis en disponibilité pour le CNEP en février 1942. La nationalisation de cette banque lui évitant de démissionner, donc nous ne l’avons pas compté.
b. Date de la démission figurant dans les dossiers de carrière, que cette démission ait été durable ou non, certains ayant, en effet, été réintégrés. N’oublions pas que la démission intervient généralement un ou trois ans après la mise en disponibilité et que certains, rares, ont bénéficié d’une mise en disponibilité plus longue voire même détachés longtemps dans une entreprise privée

Anmerkungen

1 Ce chapitre est la version complétée et actualisée de l’article : « Les inspecteurs des Finances, 1919-1939. Entre le service de l’État et les besoins du marché », sous la direction de M.O. Baruch et V. Duclert, Serviteurs de l’État. Une histoire politique de l’administration, 1880-1945, Paris, La Découverte, 2000, p. 339-358.

2 Sur la réglementation de ces départs, cf. ci-dessous. Sur le retour de certains dans des fonctions publiques sous Vichy, cf. cinquième partie.

3 Titre du chapitre V de J. Habermas, L’Espace public, Paris, Payot, 1986, édition 2008, 324 p., p. 149. Mais notons que dans sa démonstration, Habermas n’évoque pas l’interpénétration des carrières et des hommes d’un secteur à l’autre.

4 D. Chagnollaud, Le Premier des ordres. Les Hauts fonctionnaires xviiie-xxe siècle, Paris, Fayard, 1991, 399 p., p. 232.

5 E. Chadeau, Les Inspecteurs des Finances, 1871-1919, mémoire de maîtrise ss la dir. de M. Lévy-Leboyer, Paris X-Nanterre, 1976-1977, exemplaire dactylographié, 112 p. ; mémoire repris dans E. Chadeau, « Les inspecteurs des Finances et les entreprises, 1867-1968 », Le Patronat de la seconde industrialisation, Cahiers du Mouvement social, no 4, Paris, Les Éditions ouvrières, 1979, 324 p., p. 247-264 ; et E. Chadeau, Les Inspecteurs des Finances au xixe siècle. Profil social et rôle économique, Paris, Economica, 1986, 186 p.

6 L. Rouban, « L’Inspection générale des Finances, quarante ans de pantouflage, 1958-2000 », Les Cahiers du Cevipof, no 31, juin 2002, 158 p., p. 94-95, disponible en PDF (http://www.cevipof.msh-paris.fr), p. 89 ; L. Rouban, « Les inspecteurs des Finances entre public et privé », sous la direction de Vida Azimi, Les Élites administratives en France et en Italie, Paris, Éditions Panthéon-Assas, 2006, 279 p., p. 209-224, p. 218.

7 Les sources de notre étude sont essentiellement les dossiers de personnels consultés au service de l’IGF et déposés aujourd’hui au SAEF, autorisant une étude quantitative et chronologique des départs ; quelques études rétrospectives menées par le Service ou ses historiographes sur les effectifs et leur répartition. Les origines sociales sont fournies par les dossiers de candidature après 1892. Raisons et circonstances des départs n’apparaissent presque jamais dans les dossiers de personnel. Ces dernières ont été étudiées grâce à notre enquête orale, menée en 1981 auprès des anciens, grâce aux archives orales de l’IGPDE, à la presse, aux souvenirs publiés ou non, mais aussi à partir des notices nécrologiques, articles, conférences ou ouvrages produits par des inspecteurs pour faire connaître l’Inspection et, enfin, dans les deux revues internes qui se sont succédées entre 1940 et 1950. Cf. « Les sources » en fin d’ouvrage.

8 Selon D. Chagnollaud, Le Premier des ordres, op. cit., p. 315, le mot pantouflage est attesté pour la première fois in J. Meynaud, Les Groupes de pression en France, Paris, Armand Colin, 1958, p. 81.

9 H. Joly a récemment bien montré que le débat Bourdieu-Lévy-Leboyer, à la fin des années soixante-dix, sur la sociologie du patronat et l’évolution de son recrutement, reposait sur des corpus et des critères si différents et parfois si flous que chaque thèse en sortait renforcée. H. Joly, « Les études sur le recrutement du patronat : une tentative de bilan critique », Sociétés contemporaines, 2007/04, no 68, p. 133-154.

10 On trouvera une bibliographie très complète sur le sujet in D. Chagnollaud, Le Premier des ordres, op. cit. Cf. aussi P. Birnbaum, Les Sommets de l’État. Essai sur l’élite du pouvoir en France, Paris, Seuil, 1977, 186 p., et, en collaboration, La Classe dirigeante en France, Paris, PUF, 1978, 189 p.

11 P. Bourdieu et M. de Saint-Martin, « Le patronat », ARSS, 1977 no 20/21, p. 3-82 ; P. Bourdieu, La Noblesse d’État, Grandes écoles et esprit de corps, Paris, Minuit, 1989 ; M. Lévy-Leboyer, « Le patronat français 1912-1973 », Le Patronat de la seconde industrialisation, Cahiers du Mouvement social, no 4, Paris, Les Éditions ouvrières, 1979, 324 p, p. 137-188.

12 M. Bauer et D. Danic, L’Inspection des Finances, 16 ans de pantouflage, Paris, CNRS-Heidrick-and-Struggles, 1990, 31 p., p. 9.

13 D. Chagnollaud, Le Premier des ordres., op. cit., p. 232.

14 L. Rouban, « L’Inspection générale des Finances, 1958-2000, Quarante ans de pantouflage », art. cité, p. 94-95.

15 E. Chadeau, Les Inspecteurs des Finances, 1871-1919, op. cit., p. 56. C’est dans son mémoire de maîtrise qu’on trouve le plus de précisions.

16 C. Charle, « Le pantouflage en France (vers 1880-vers 1980) », Annales ESC, no 5, septembre-octobre 1987, p. 1115‑1137, p. 1115 ; D. Chagnollaud, Le Premier des ordres., op. cit., p. 231-251.

17 H. Joly, « Les études sur le recrutement du patronat : une tentative de bilan critique », art. cit., p. 133-154. On doit à cet historien la seule étude comparative des grands corps pourvoyeurs de patrons dans la longue durée (1870-1939). Son habilitation en 2008 devant être prochainement publiée, nous renvoyons le lecteur à cette riche synthèse qui a eu le prix d’histoire du Crédit agricole et doit être publiée sous peu. Son étude, qui s’appuie notamment sur nos travaux pour les inspecteurs des Finances, étant déjà consultable à l’adresse http://afhe.ehess.fr/document.php?id=772, il nous a paru inutile de rapporter ici ses conclusions. H. Joly, Diriger une grande entreprise française au xxe siècle : modes de gouvernance, trajectoires et recrutement, mémoire inédit présenté pour l’habilitation à diriger des recherches, École des hautes études en sciences sociales, 29 novembre 2008, vol. I.

18 M. Viénot, compte rendu du livre de P. Lalumière, L’Inspection générale des Finances, Paris, PUF, 1959, 228 p., in Le Bulletin vert, no 748, Sedeis, supplément 10, mars 1960, p. 4. Les chiffres entre parenthèses donnent systématiquement l’année d’entrée à l’inspection générale des Finances. En 1973, M. Viénot est détaché à la Société générale.

19 Les mesures de suspension, révocation, mise en disponibilité d’office ou mise à la retraite d’office prises en 1944-1945, même si celles-ci ont été annulées ensuite, ont conduit la plupart à entrer dans une entreprise. Il s’agit de Boisanger (1920), Cousin (1920), Villard (1921), Bouthillier, Ripert (1927), Coquelin (1931), Renand (1938). Mais Lacour-Gayet, Formery, Du Moulin de Labarthète (1925), sanctionnés aussi, ne sont pas entrés dans une entreprise. Sur ce sujet, cf. cinquième partie.

20 Dans son mémoire de maîtrise, E. Chadeau prend les mêmes critères que nous. E. Chadeau, Les Inspecteurs des Finances, 1871-1919, op. cit. ; C. Charle, Les Hauts Fonctionnaires en France au xixe siècle, Paris, Gallimard, coll. « Archives », 1980 ; C. Charle, « Naissance d’un grand corps, l’Inspection des Finances à la fin du xixe siècle », ARSS, no 42, avril 1982, p. 3-18 ; C. Charle, « Le Pantouflage en France… », art. cité ; C. Charle, Les Élites de la République, 1880 -1900, Paris, Fayard, 1987, 556 p., notamment p. 131-139 ; P. Lalumière, L’Inspection générale des Finances, op. cit.

21 Rappelons que nous n’avons jamais comptabilisé les adjoints refusés au deuxième concours ou décédés avant. Les faibles effectifs imposent des regroupements chronologiques pour donner aux pourcentages une certaine signification.

22 Cf. tableau 4 en fin de chapitre. Ce chiffre comprend Mettas, Roger-Machart et Soubirou-Pouey, trois cas très différents qui ont été réintégrés plus tard, avec reconstitution de carrière, ainsi que Denoix, mis curieusement en service détaché en 1925, renouvelé en 1930 pour exercer les fonctions de directeur des services financiers de la Compagnie Thomson Houston, société importante « du point de vue de l’intérêt national », en application de l’article 33 de la loi du 30 décembre 1913, alors que d’autres avaient dû démissionner. Dossier Denoix, service de l’IGF. En revanche, n’ont pas été retenus Thomazeau, mis en disponibilité pour le CNEP en 1942, celui-ci étant nationalisé en 1945, ni les inspecteurs démissionnaires qui ne sont pas entrés dans une entreprise : Gervais (1909) entré dans les ordres en 1912, Dartiguenave (1904) en 1920 à la Compagnie des agents de changes, Léon-Dufour (1907) à la CGPF en 1928, Barbier détaché en 1934 puis démissionnaire en 1945 à l’Association professionnelle des Banques, et Corréard (1899) en 1925 pour raisons personnelles mais il sera nommé en 1929 TPG de la Guadeloupe en 1912.

23 Il s’agit ici de la situation administrative.

24 105, issus des promotions 1878 à 1939, passeront, à un moment ou à un autre de leur carrière, dans une banque privée, soit 30 % (et 164, soit 45 %, dans une banque publique ou privée).

25 Il n’y a pas de concours en 1915 et 1916 et les deux concours spéciaux de 1917 et 1918, qui ne sont ouverts qu’aux combattants, n’ont respectivement que 5 et 3 reçus. Les faibles chiffres de ces promotions s’expliquent par les combats de 1914-1918 : 17 inspecteurs issus des promotions 1908-1914, soit 34 % des 50 inspecteurs entrants de la même période, sont morts pour la France.

26 P. Lalumière, L’Inspection générale des Finances, op. cit., p. 72, mais comme il le reconnaît lui-même, les carrières de ces promotions ne sont pas complètes lorsqu’il publie son livre en 1955.

27 C. Charle, « Le pantouflage en France », art. cit., p. 1117.

28 Sans compter ceux qui quittent l’Inspection sans quitter la fonction publique. Manuscrit inédit, 1985, service de l’IGF.

29 Seule sa mise en disponibilité (qui n’est prévue que pour un an à cette époque) en 1864 est mentionnée dans son dossier. Parti pour créer et diriger la Banque impériale ottomane, il est nommé, sans que sa réintégration soit mentionnée, en 1867, sous-gouverneur de la Banque de France jusqu’en 1878, fonction qu’il cumule avec celle de député de 1871 à 1876.

30 E. Chadeau, Les Inspecteurs des Finances 1871-1919, op. cit., p. 57. Lui aussi s’appuie sur le Livre d’or de l’Inspection mais plus on avance dans le temps, plus les données gagnent en précision.

31 Comprenant Macaux (1933), Labbé (1931) et Roumilhac (1922), démissionnaires en 1940 ou 1941, et Roger-Machart (1928), démissionnaire en 1945, mais les deux premiers sont en disponibilité dès 1938 et Roger-Machart en 1937.

32 P. Lalumière, L’Inspection générale des Finances, op. cit., p. 78. Chiffre surestimé car il compte les démissions involontaires.

33 L. Rouban, « L’Inspection générale des Finances, 1958-2000 », art. cité, p. 99.

34 A. Fayol, « L’Inspection générale des Finances », dans la série : Conférences d’information sur les carrières, Paris, École libre des sciences politiques, 1942, 22 p., p. 14.

35 Exemplaires dactylographiés inédits, s. d. (entre 1978 et 1986), service de l’IGF. Les sources ne sont pas indiquées.

36 Nous en avons retrouvé des traces éparses dans les archives de l’Inspection et au SAEF, 4 A 640, notamment en 1912 et en 1936, donnant l’évolution du pantouflage au sens large : 1871-1900, 12 % ; 1900-1919, 23 % ; 1919-1935, 57 % ; chiffres inutilisables faute d’indications sur les éléments retenus. G. de Carmoy (1930), à l’époque adjoint au chef du Service, dans son entretien avec l’auteur, s’est souvenu avoir fait des études chiffrées pour répondre aux attaques du journal La Flèche.

37 Réponse écrite à notre questionnaire en 1981.

38 Entretien, cassette no 1, avec A. Georges-Picot en 1981, IGPDE en 1989. L’évolution de l’économie française lui permettra de présider, de 1957 à 1969, après une carrière largement internationale, un conseil d’administration tout en restant dans la fonction publique, grâce au mécanisme du détachement utilisé dans les entreprises d’économie mixte, en l’occurrence la MIFERMA, Société des mines de fer de Mauritanie. Sur Leroy-Beaulieu, cf. ci-dessous, quatrième partie, le chapitre XV sur les attachés financiers.

39 O. Homberg, Les Coulisses de l’histoire, Souvenirs 1898-1928, Paris, Fayard, 1938, 267 p., p. 98-99.

40 Cf. N. Carré de Malberg, en collaboration avec H. Bonin, Introduction et édition critique de J. Georges-Picot, Souvenirs d’une longue carrière, 1925-1975, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1993, 428 p., chapitre II.

41 J.-N. Jeanneney, L’Argent caché, Paris, Fayard, 1981, 364 p., p. 42.

42 E. Chadeau, Les Inspecteurs des Finances 1871-1919, op. cit., p. 64. Le nombre de prises d’emploi est évidemment supérieur au nombre d’inspecteurs puisqu’un même inspecteur a pu occuper plusieurs emplois, successivement ou simultanément, dans la période.

43 M. Bauer et D. Danic, L’Inspection des Finances, 16 ans de pantouflage, op. cit., p. 19. Cf. p. 25, fig. 7.

44 La comparaison avec les résultats de L. Rouban est délicate car il regroupe les activités finances, bancaires et immobilières privées et publiques. Ce secteur atteint entre 52,5 et 54 % des pantoufleurs en 1958 et 2000, L. Rouban, « L’Inspection générale des Finances, 1958-2000 », art. cité, p. 102.

45 Cf. E. Chadeau, Les Inspecteurs des Finances au xixe…, op. cit., p. 83-84.

46 Cet esprit de corps, pris au sens de solidarité dans les parcours professionnels, ne profite pas à tous les inspecteurs, loin de là, et reste réservé à ceux qui ont connu une proximité de carrière ou de promotion.

47 J.-M. Drouineau, « La crise de l’Inspection », La Gazette de l’Inspection, juin 1941, p. 2.

48 Réponse écrite à notre questionnaire en 1981 et entretien avec A. Terray en 1989, IGPDE.

49 Extrait de l’allocution prononcée par lord Cromer au dîner du centenaire du Crédit Lyonnais à Londres, 1er décembre 1970, Bulletin de l’Inspection des Finances, janvier 1971, no 81.

50 D. Chagnollaud, numéro spécial sur l’ENA, Pouvoirs, janvier 1997, p. 77-89.

51 C. Hodeir, « Le patronat et l’outre-mer dans les années 1950, hommes et réseaux », La France et l’outre-mer, un siècle de relations monétaires et financières, Colloque tenu à Bercy, les 13, 14 et 15 novembre 1996, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1997, p. 281-299 ; C. Hodeir, Stratégies d’Empire, le grand patronat colonial face à la décolonisation, Paris, Belin, 2003, 320 p. et www.editions-belin.com pour les notes et la bibliographie.

52 E. Chadeau compte 17 prises d’emplois sur 68 entre 1870 et 1914.

53 Cf. E. Chadeau, Les Inspecteurs des Finances, op. cit., p. 87. Outre la présence d’Hély d’Oissel (1868) au conseil d’administration en 1877, le premier inspecteur est Thorel (1905), entré en 1911 comme sous-directeur des services financiers ; H. Joly, Diriger une grande entreprise française au xxe siècle, op. cit., et « Les inspecteurs des Finances dirigeants des grands groupes industriels », Dictionnaire des inspecteurs des Finances 1801-2010, à paraître aux Éditions du Comité d’histoire économique et financière de la France.

54 Sur les inspecteurs dans l’industrie et dans les chemins de fer cf. les articles de H. Joly et de G. Ribeil dans Les inspecteurs des Finances, dictionnaire historique, à paraître aux Éditions du Comité d’histoire économique et financières en 2012.

55 M. Bauer et B. Bertin-Mourot, Les Énarques en entreprise de 1960 à 1990. L’ENA, une business school ?, Paris, CNRS, Observatoire des dirigeants, 1993, 72 p. ; M. Bauer et B. Bertin-Mourot, L’Accès au sommet des grandes entreprises françaises, Paris, CNRS, 1995.

56 M. Lorain, in Société générale, Le Livre du Centenaire, Société générale, 1864-1964, Paris, Chaix, 1964, 273 p., p. 108.

57 Entretien transcrit, cassette no 19, avec O. Feiertag en 1991, IGPDE.

58 Rappelons les calculs de P. Lalumière et C. Charle, qui font état d’une moyenne d’âge, sur la longue durée, de 35 ans lors des démissions. Elle est de 40 ans pour les 34 démissionnaires de 1945 à 1955, là aussi la guerre a retardé les départs. P. Lalumière, L’Inspection générale des Finances, op. cit., p. 78.

59 Il note que la proportion des départs de la période 1982/1990, avant 7 ans d’ancienneté, est de 30 % contre 55 % pour la période 1990-2000. L. Rouban, « L’Inspection générale des Finances, 1958-2000 », art. cité, p. 101.

60 Réponse écrite à notre questionnaire en 1981. En réalité, le concours n’a pas eu lieu en 1915 et 1916 et il a été réservé aux anciens combattants définitivement réformés en 1917 et 1918.

61 Rappelons que les détachements permettent de conserver la possibilité d’avancement, ce qui permet d’accéder au généralat même si on a fait toute sa carrière hors de l’Inspection, et qu’en revanche, les mises en disponibilités ou hors cadres bloquent l’avancement et freinent donc l’intérêt de la réintégration.

62 Cf. E. Chadeau, Les Inspecteurs des Finance au xixe siècle 1850-1914, op. cit.

63 J. Caillaux, Mémoires, Paris, Plon, 1943, 258 p., deuxième partie : « Mes audaces. Agadir », 1909-1912, p. 8-9 (écrit, semble-t-il, vers 1930). De 1906 à 1909, il était ministre des Finances dans le gouvernement Clemenceau. En 1909, il entre en effet dans « les affaires », notamment les conseils d’administration de la Banque du Mexique, de l’Amérique du Sud et du Crédit foncier argentin, tout en restant, curieusement, en disponibilité, semble-t-il, puisqu’il obtient le titre d’inspecteur général honoraire en 1935. Cf. J.-C. Allain, Joseph Caillaux, le défi victorieux, 1898-1914, Paris, Imprimerie nationale, 1978, 567 p.

64 Fils d’André Homberg (1892), président de la Société générale. Mais on a déjà pu constater que O. Homberg ne pêche pas par modestie. O. Homberg, Les Coulisses de l’Histoire, op. cit., p. 86-87.

65 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

66 Entretien enregistré avec l’auteur en 1990. Diethelm retournera dans la fonction publique et plus précisément comme chef de cabinet de Mandel, ministre des Colonies et directeur des Affaires économiques en 1937. En 1941, il entame une carrière politique après avoir rejoint de Gaulle en août 1941 à Londres. Dossier Diethelm, service de l’IGF et F. Turpin, André Diethelm, 1896-1954, De Georges Mandel à de Gaulle, Paris, Les Indes savantes, 2004, 277 p.

67 Anciens inspecteurs des Finances, respectivement secrétaire général et directeur général de la Banque de l’Indochine en 1934.

68 Entretien, cassette no 6, avec A. de Castelnau en 1990, IGPDE. Les travaux les plus récents sur l’appel des grandes entreprises aux grands corps dans cette période sont ceux d’H. Joly dans son habilitation, en 2008, Diriger une grande entreprise française au xixe siècle…, op. cit.

69 Entretien, cassette no 5, avec H. Coulonjou en 1989, IGPDE. Pour lui, cette pénurie est renforcée, dans les années cinquante, par les conséquences de la guerre et de l’épuration.

70 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

71 Sur ces recrutements, cf. G. Denoix, Souvenirs, rédigé en 1966, exemplaire dactylographié à l’IGF. Les chapitres sur sa vie professionnelle (II, III et VI) ont été publiés dans La Direction du Budget entre doctrines et réalités, 1919-1944, Journée d’études tenue à Bercy le 10 septembre 1999, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, septembre 2001, 591 p., p. 521-570.

72 Cf. ci-dessus, troisième partie, chapitre IX, sur les inspecteurs des Finances à la direction du Mouvement des fonds-Trésor.

73 Dossier « Affaires spéciales », service de l’IGF. Sa mise en disponibilité était régulière et il n’était pas le premier à en bénéficier dans cette société.

74 L’italique est de nous. À la faveur de la loi d’amnistie de juillet 1937, il sera réintégré à sa demande et donnera aussitôt sa démission pour partir, en 1938, diriger les Établissements de la Société sucrière brésilienne à Sao Paulo, en 1938, ville dont il dirigera après la guerre la chambre de commerce.

75 Rapport au Ministre du conseil d’enquête, 1933, dossier Affaires spéciales, service de l’IGF. Rien dans le dossier n’explique les raisons de son entrée à la Banque Oustric. Seule une référence au jugement du tribunal de commerce de la Seine, du 11 janvier 1933, donne des informations sur les fonctions de contrôle qui étaient les siennes, les fautes de négligence et le montant des dommages et intérêts fixés par le tribunal. Mais ce jugement a été immédiatement contesté par Soubirou-Pouey et son avocat, invoquant l’absence de pièces, de preuve et même de plaidoirie, et ils ont fait aussitôt appel, avec succès. Sur la suite de la carrière de Soubirou-Pouey, devenu en 1935 directeur du contrôle financier de l’AEF et rallié dès 1940 à de Gaulle, cf. ci-dessous, cinquième partie, chapitre XVI. L’italique est de nous.

76 Procès-verbal du conseil d’administration du CFAA du 22 juillet 1888. Nous remercions H. Bonin pour cette information. L’italique est de nous.

77 La publication de cet ouvrage collectif, coordonné par M. Margairaz, F. Cardoni et nous-même, est prévue au Comité d’histoire économique et financière de la France en 2012. Soyons reconnaissants envers Jean Bassères (1986), chef du Service, qui a accepté ce projet en 2008 et Christophe Baulinet, inspecteur général, qui en assure la bonne marche.

78 Les difficultés de Sergent nous ont été communiquées par son fils (entretien enregistré avec l’auteur en 1982) et celles de Privat-Deschanel sont évoquées dans sa notice nécrologique, C.-A. Moleux, article nécrologique sur G. Privat-Deschanel dans La Gazette de l’Inspection, septembre 1943. L’italique est de nous.

79 Entretien enregistré du fils de Formery avec l’auteur en 1981.

80 O. Feiertag, Wilfrid Baumgartner, un grand commis à la croisée des pouvoirs (1902-1978), op. cit., chapitre XIII. Comme le souligne cet auteur, cette nomination, considérée par Roger Martin, patron de Saint-Gobain, comme une « erreur de jugement », correspondait aussi à la période « d’imbrications des acteurs financiers privés et publics » du dirigisme à la française et de l’économie d’endettement des années 60.

81 Caillaux et Piétri, tous deux démissionnaires et tous deux ministres, ont été tout de même faits inspecteur général honoraire.

82 Sur la stratégie des grands corps en général pour contrôler l’accès aux plus hautes fonctions publiques ou privées, cf. P. Bourdieu et M. de Saint-Martin, « Le patronat », art. cité, p. 22-23. Ils reprennent l’analyse de J.-A. Kosciusko-Morizet, La Mafia polytechnicienne, Paris, Seuil, 1973, p. 99 et suiv.

83 Cf. P.-M. Gaudemet, Le Civil Service britannique, essai sur le régime de la fonction publique en Grande-Bretagne, Paris, Armand Colin, 1952, 173 p.

84 L’X aussi exige la signature d’un engagement sur l’honneur à l’entrée, et dans certains cas, le remboursement des frais de scolarité. Sur les polytechniciens dans l’entreprise, cf. notamment M. Lévy-Leboyer, « La science mène-t-elle à l’action ? », Les Polytechniciens dans le siècle, 1894-1994, sous la direction de J. Lesourne, Paris, Dunod, 1994, 487 p., p. 141-165. Cf. aussi H. Joly et M. de Oliveira « Les polytechniciens à l’Inspection », Les inspecteurs des Finances, dictionnaire historique, op. cit.

85 Rapport du chef de Service Maret au ministre du 28 mai 1919, dossier 111, service de l’IGF.

86 Lettre au ministre du 5 avril 1930 d’un candidat (malheureux au demeurant), dossier no 232, service de l’IGF.

87 Il précise dans sa lettre : « Les besoins de l’Inspection deviennent en effet chaque jour plus pressants : 22 vacances sont à combler et ce chiffre que les retraites de l’année porteront à 24 (un quart de l’effectif total) pourra encore se trouver majoré bien davantage, si comme des rumeurs me le font craindre, il était fait appel aux inspecteurs détachés temporairement auprès des services de l’administration centrale pour y remplir les emplois permanents prévus par un récent projet de loi sur lequel je n’ai pas encore été consulté. » Il s’agit, sans doute, de la future direction du Budget, créée par la loi du 20 octobre 1919.

88 Dossier 111, service de l’IGF.

89 Lettre au ministre du 21 avril 1920, dossier 111, service de l’IGF.

90 Note manuscrite de Drouineau, dossier concours, service de l’IGF.

91 Rappelons que cette loi fut abrogée par l’ordonnance du 9 août 1944 du CFLN (devenu GPRF le 9 septembre seulement) portant rétablissement de la légalité républicaine et que le statut général des fonctionnaires fut établi par la loi du 19 octobre 1946.

92 Sur l’histoire du statut des fonctionnaires, cf. M. Pinet (dir.), M. Chabin, J.N. Lallement, R. Bidouze, S. Salon, Histoire de la Fonction Publique, t. III, les xixe et xxe siècle, Paris, Nouvelle Librairie de France, G.V. Labat éditeur, 1993, 589 p., notamment troisième partie, chapitre III, p. 308-328.

93 Dossier Concours, Affaires spéciales, service de l’IGF.

94 Dossier no 232, dossier no 235, service de l’IGF.

95 Cf., sur ce sujet, M. Chardot, La Collaboration financière des administrations publiques et des entreprises privées, Paris, Recueil Sirey, 1928, 367 p., p. 17.

96 Dossier no 254 (1), service de l’IGF. Nous l’avons compté comme démissionnaire par cohérence avec ses prédécesseurs.

97 Lettre au Service du 23 décembre 1959. Cf. ci-dessous, cinquième partie, chapitre XVIII.

98 Appelée, à partir de juin 1939, Association professionnelle des Banques, dossier no 233, service de l’IGF.

99 Dossier no 190, service de l’IGF. Cf. aussi, G. Denoix, Souvenirs, op. cit.

100 Il existe aussi, depuis l’arrêté de 1909, des mises en disponibilité pour l’exercice de fonction publique ne donnant pas de limite de durée et ne donnant pas droit à l’avancement. Un arrêté du 21 septembre 1921 prévoit les conditions de mise hors cadre non limitée dans le temps et sans droit à l’avancement. Cf. dossier no 172 et dossier Corréard, Affaires spéciales, service de l’IGF.

101 Faut-il en conclure que cet emploi est mieux rémunéré que celui d’un 1re classe ?

102 L’italique est de nous. Rapport au ministre, 12 avril 1938, dossier no 242, service de l’IGF.

103 Le système de congé renouvelable, pour les postes de cadres supérieurs offerts aux ingénieurs d’État, a été introduit en 1810 et élargi en 1906 pour les fonctions d’administrateurs. Sur « L’instabilité récurrente dans la réglementation des congés », cf. H. Joly, Diriger une grande entreprise française au xixe siècle…, op. cit., p. 369-370.

104 Dossier no 267 (1) et dossier Soubirou-Pouey, Affaires spéciales, service de l’IGF.

105 Cf. cinquième partie, chapitre XVIII.

106 E. Minost, Sous le signe de la balance, souvenirs dactylographiés, archives familiales. Minost avait été, avant guerre, répétiteur précepteur au Caire. Il avait alors 29 ans et six ans dans la fonction publique civile.

107 Réponse écrite à notre questionnaire en 1980 et entretien enregistré avec l’auteur en juillet 1981.

108 C.-A. Moleux, La Gazette de l’Inspection, janvier 1940, p. 23. Rappelons que Thion de la Chaume a démissionné dès 1909 pour faire toute sa carrière à la Banque de l’Indochine, de secrétaire général à président du conseil d’administration de 1932 à 1936.

109 A. Poisson, La Gazette de l’Inspection, juin 1941, p. 7.

110 N.-C. Deschamp : article nécrologique sur M. Wallon dans La Gazette de l’Inspection, décembre 1940.

111 H. Ardant, La Gazette de l’Inspection, novembre 1942, p. 8.

112 J. Georges-Picot, Souvenirs d’une longue carrière., op. cit., chapitre II.

113 F. Piétri, Le Financier, Paris, Hachette, 1931, 131 p., p. 83-85. Le choix de l’exemple allemand, qui ne connaît pas le pantouflage, est curieux.

114 Son parcours, atypique, correspond à ce vœu. Il est resté dans les cadres vingt-deux ans avant de sortir, en 1919, à la commission financière de la conférence de la paix, où il rencontre François-Marsal qui, devenu ministre des Finances en 1920, le prend comme directeur de cabinet puis le nomme sous-gouverneur du Crédit foncier la même année, où il restera dix ans. L. Petit, La Gazette de l’Inspection, no 13, février 1944, p. 7-8.

115 Le service de l’État étant la première raison pour 52 témoignages sur 81, soit 64 %. 20 sur ces 52 envisageaient aussi d’entrer dans les affaires.

116 À commencer, dès 1919, par la commission présidée par le vice-président du conseil d’État, Hébrard de Villeneuve, qui fut suivie par d’autres en 1924, 1925, 1936. Sur ces négociations, cf. J. Siwek-Pouydesseau, « Les relations de L’État patron avec les syndicats de fonctionnaires », Revue de l’IRES, 2, 45, 2004 ; F. Descamps, « Entre gestion des finances publiques et réforme administrative, les commissions d’économies budgétaires 1919-1959 », communication, le 13 janvier 2009, au séminaire « Histoire de la gestion des finances publiques xixe-xxe siècle », organisé par l’IGPDE à Bercy, à paraître aux Éditions du Comité d’histoire économique et financière de la France.

117 G. Jèze, Les Dépenses de la France, Publication de la Dotation Carnegie pour la Paix internationale, PUF/Yale University Press, 1926, 229 p., p. 24-25.

118 On trouve, dans l’ouvrage de Roger Grégoire, un historique utile de la réduction de l’éventail des traitements et du retard pris sur le coût de la vie : le traitement d’un fonctionnaire supérieur passe de l’indice 100 en 1914 à 640 en 1930 et 695 en 1939, pour une augmentation de l’indice du coût de la vie passant de 100 en 1914 à 648 en 1930, et 764 en 1939. Cf. R. Grégoire, La Fonction publique, Paris, Armand Colin, 1954, chapitre VI, p. 254. Le même souci de conserver au service de la Couronne l’élite du Civil Service rend compte des rémunérations en Grande-Bretagne, mais celles de l’Administrative Class et notamment des Under Secretaries et au sommet les Deputy Secretaries et Permanent Secretaries, bien que faibles aussi par rapport aux salaires du privé, ont été mieux défendues. Cf. P.-M. Gaudemet, Le Civil Service britannique…, op. cit.

119 Dossier no 178, service de l’IGF.

120 Archives de la Société générale, document consulté et communiqué par H. Bonin.

121 J. de Chalendar, D’une guerre à l’autre, 1920-1940, Paris, Publibook, 2003, 190 p., p. 156-156.

122 Entretien enregistré avec l’auteur en 1982.

123 SAEF, 1 C 5596 ; dossier no 169, service de l’IGF.

124 La Gazette de l’Inspection, novembre 1942, p. 13. Il a six enfants.

125 F. Piétri, Le Financier, op. cit., p. 84.

126 J.-M. Drouineau, « La crise de l’Inspection », La Gazette de l’Inspection, juin 1941, p. 2.

127 La Gazette de l’Inspection, avril 1943, p. 1.

128 J.-M. Drouineau, « La crise de l’Inspection », art. cité.

129 Privat-Deschanel fut directeur général de la Comptabilité publique de 1907 à 1912, puis secrétaire général du ministère des Finances de 1913 à 1919. Cf. La Gazette de l’Inspection, septembre 1943, p. 11.

130 Alphand (1930) le 14 juin 1941.

131 G. Mathieu, « L’inquiétant exode des serviteurs de l’État », avec ce sous-titre : « Seul un relèvement des traitements pourrait ralentir le départ des fonctionnaires vers les entreprises privées », Le Monde, mercredi 7 octobre 1953. Il avance une autre hypothèse : « Les multiplications des contrôles administratifs découragent et leur départ prend parfois la signification d’une « fuite vers la liberté et la responsabilité », selon l’expression du directeur du personnel d’un ministère. »

132 On a vu, dans le chapitre premier ci-dessus, à quel point le passage par un cabinet ministériel, sans être la norme, concernait de plus en plus d’inspecteurs des Finances (152 inspecteurs, soit 42 %, passent par un cabinet). Nous ne connaissons que 3 inspecteurs sortis dans le privé juste après un emploi de cabinet mais 1 membre de cabinet sur 4 est entré ultérieurement dans une entreprise publique ou privée.

133 L. Rouban, « Les inspecteurs des Finances entre public et privé », art. cité, p. 222.

134 É. Moreau, Souvenirs d’un gouverneur de la Banque de France, Paris, M.-Th. Génin, 1954, 644 p., p. 2.

135 Entretien enregistré avec l’auteur en 1981.

136 H. Bonin, La Banque de l’Union parisienne. Histoire de la deuxième banque d’affaires française (1874/1904-1974), Paris, Plage, 2001, 588 p.

137 Entretien enregistré avec l’auteur en 1991.

138 G. Denoix, Souvenirs, op. cit., p. 87-89.

139 Entretien enregistré avec l’auteur en 1982.

140 Entretien enregistré avec l’auteur en 1982 et J. de Chalendar, D’une guerre à l’autre, op. cit., p. 131-132.

141 J. Georges-Picot, Souvenirs d’une longue carrière…, op. cit., chapitre II.

142 L. Rouban, « Les Inspecteurs des Finances entre public et privé », art. cité, p. 221-222.

143 Ibid., p. 220.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2011

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540