Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Les relations économiques et financières franco-allemandes, 1932-1939

 | 
Sylvain Schirmann

Quatrième partie. Heurs et malheurs de la coopération économique 1937-1939

Chapitre XVI. Les effets limités du dispositif du 10 juillet 1937

Volltext

1Les accords de l’été 1937 créent les conditions d’une sécurité accrue des paiements. Mais ils ne parviennent pas à relancer des échanges dont le volume diminue en 1938. On pouvait cependant espérer raisonnablement une amorce de coopération entre les deux partenaires. Celle-ci était d’ailleurs souhaitée au moment de la conclusion de l’accord. Pourtant, elle aussi a été freinée, témoignant des difficultés suscitées par l’arrangement. Les échanges coke-minerai ont subi le même sort, au point de devoir être modifiés en mars 1938. Les problèmes politiques ont dorénavant largement pris le pas sur les questions économiques.

I. UNE RELANCE COMMERCIALE INEXISTANTE

  • 1 Pour les statistiques, voir : AEF B 32420, B 32421, Statistisches Handbuch von Deutschland 1928-19 (...)

2Les chiffres disponibles traduisent l’échec d’une relance espérée des échanges1. Celle-ci était-elle possible - même avec la sécurité des paiements introduite par l’accord - au regard de la structure et des objectifs des deux économies ?

A. UN COMMERCE FRANCO-ALLEMAND AMORPHE

3Le traité du 10 juillet 1937 n’a pas empêché la baisse du commerce franco-allemand dès la fin de l’année 1937. Celle-ci se poursuit en 1938. Les ventes allemandes ont sensiblement diminué : 217 millions de RM en 1938 contre 255 millions en 1937. Ce recul entraîne une chute des exportations françaises (aux termes de l’accord de 1937 les deux mouvements sont liés) qui se stabilisent à 144 millions de RM à la fin de l’année 1938.

  • 2 Ibid.
  • 3 Voir J. Marseille, Le commerce..., op. cit., p. 281.
  • 4 AEF B 32421.

4La baisse, constatée à la fois par les statistiques françaises et allemandes2, affecte uniquement avec cette ampleur les échanges entre les deux pays. Au déficit commercial français de 73 millions de RM s’ajoute un net recul des positions de Paris. La part des importations en provenance de France ne représente plus que 2,6 % des achats du Reich et le pourcentage de ses exportations vers la France a sensiblement reculé : 4,1 % du total de ses ventes. Au début des années 1930, ces chiffres sont respectivement de 5,3 % et 5,8 %. Le Reich qui livre 9,3 % des achats français en 1930 n’en fournit plus que 6,8 % en 1938. 11 % des exportations françaises prenaient la direction de Berlin au début de la crise, 6 % suivent encore le même chemin en 19383. L’année 1938 confirme ces tendances, car depuis la signature des accords de 1937, les exportations générales du Reich ont diminué de 6 % alors qu’elles reculaient de 15 % à destination de la France4.

B. LES CAUSES DU FAIBLE DYNAMISME DES RELATIONS ECONOMIQUES ENTRE LES DEUX PAYS

5Une telle situation provient de la faiblesse de la conjoncture en France. Celle-ci allait être utilisée par le Reich pour poursuivre son réarmement et améliorer sa position dans les pays tiers.

  • 5 Sur ces questions, voir : M. Margairaz, L’État..., op. cit., tome I, ch. XIII, p. 389 et suiv.

6Le pari allemand de tabler sur une relance économique française qui stimulerait les exportations du Reich est en voie d’être perdu en cette année 1938. En effet, après une reprise des affaires au cours du premier semestre 1937 qui correspond à la reprise mondiale et aux effets favorables de la dévaluation de 1936, la France s’enlise à nouveau dans un marasme économique. Déficit budgétaire, ralentissement de la production et mauvaise conjoncture internationale ont raison du gouvernement de Front populaire. Le franc, après les dévaluations de juin 1937 et de mai 1938, a perdu en l’espace de deux années près de 60 % de sa valeur. La timide reprise, celle de la fin de l’année 1937, qui avait suscité tant d’espoirs allemands vient se heurter à un autre obstacle : le régime des quarante heures. Celui-ci met en lumière les faiblesses de l’industrie française. Il est rendu responsable de l’ensemble des insuffisances économiques5. Le débat qui se déroule à cette occasion permet de prendre conscience du retard de l’outillage français.

  • 6 H. Dubief : Le déclin de la IIIe République, op. cit., p. 210

7La France s’installe dans la récession en cette année 1938. Tous les indicateurs redeviennent négatifs. La production s’effondre et se fige péniblement à un niveau proche du seuil minimal de 19346. Le chômage progresse à nouveau et le programme du réarmement semble compromis. La conséquence est fort logique : les importations régressent. Cette situation incite un Reich, dont la puissance industrielle suscite l’envie, à abandonner la chimère du développement des échanges bilatéraux, à condition que ses intérêts premiers soient satisfaits. La contraction du commerce franco-allemand ne doit pas se faire au détriment d’avantages économiques et politiques. Le pragmatisme est la base de la politique commerciale de Berlin à l’égard de la France.

  • 7 In H. J. Schröder, Deutsch-französische Wirtschaftsbeziehungen, op. cit., p. 397.
  • 8 H. Laufenburger, L’économie allemande à l’épreuve de la guerre, Paris, 1940, 267 pages, voir les a (...)
  • 9 In H. Laufenburger, L’économie allemande à l’épreuve, op. cit., p. 103 et suiv.

8Une relance des échanges étant impossible, l’Allemagne met tout en œuvre pour que la structure de ce commerce n’entrave pas son réarmement. Une analyse des achats allemands en France pour 1938 donne des résultats fort significatifs. Le fer et les produits agricoles représentent à eux seuls 52 % des importations allemandes7. Les deux tiers des ventes françaises sont constitués par des matières premières. Premier fournisseur du Reich en textiles, second fournisseur de minerai, de phosphate, la France prend de plus en plus la place occupée dans ce secteur par les États-Unis. La politique allemande vise à réamorcer les importations destinées à la constitution d’un stock de matières premières nécessaires à l’accélération du réarmement. De 1936 à 1937, les importations allemandes progressent de 23 %, puis de 2 % de 1937 à 1938. Un déficit commercial apparaît : 192 millions de RM en 1938 pour l’Ancien Reich8. Il est surtout dû aux échanges avec l’Europe balkanique pour 91 millions de RM. L’accord de juillet 1937 procure dans un tel contexte certains avantages. L’arrangement dégage un excédent (exportations et importations sont liées) de 73 millions de RM. Celui-ci suffit à honorer les paiements financiers. Il renforce également la position du Reich en Europe balkanique, car l’excédent réalisé avec l’Occident permet un déficit stratégique à l’Est de l’Europe9.

9Dès lors ne valait-il pas mieux dénoncer ce traité ? Il ne peut en effet répondre à deux vœux formulés par Paris : relancer l’économie française par une augmentation des échanges bilatéraux et assurer des ventes mieux réparties. En revanche il laisse au Reich la possibilité d’orienter les dispositions de l’accord à sa guise. Le différend coke-minerai en est une illustration patente.

II. LE DIFFÉREND COKE-MINERAI ET L’AVENANT DU 2 MARS 1938

10Le différend coke-minerai surgi au début de l’année 1938 entraîne la première modification au dispositif signé le 10 juillet 1937.

A. LA NEGOCIATION D’UN NOUVEL ACCORD COKE-MINERAI

  • 10 28 janvier 1938, MAE à Min. Fin., AEF B 31516.
  • 11 5 février 1938, MAE à Travaux Publics AEF B 31516.
  • 12 11 février 1938, MAE à Finances. Compte rendu de la réunion d’ouverture du 7 février 1938, AEF B 3 (...)

11Au début de l’année 1938 l’accord coke-minerai est compromis par la décision du Reich de réduire ses importations de minerai de fer en provenance de France. Les autorités allemandes ont en effet convoqué les industriels pour leur demander de freiner les achats de fer10. Comme les exportations allemandes de coke avaient été faibles en décembre 1937, Berlin en profite pour diminuer ses importations de fer français : 430 000 tonnes en janvier 1938, puis 70 000 tonnes en février, alors que l’accord de juillet 1937 prévoyait des livraisons d’un volume de 600 000 tonnes11. La décision allemande qui risque d’entraîner un chômage supplémentaire en France provoque une réaction ferme de Paris. Le 5 février 1938, les autorités françaises souhaitent des négociations pour régler cette question. Celles-ci commencent effectivement à Berlin le 7 février 193812.

  • 13 11 février 1938, MAE à Finances, op. cit., AEF B 31516.
  • 14 Ibid., AEF B 31516.

12Les pourparlers sont difficiles, car les moyens de paiement du Reich font défaut. Berlin peut en effet mobiliser 1,870 million de RM pour importer 275 000 tonnes de minerai en février 1938. Mais « pour les mois à venir » les autorités allemandes n’offrent que 180 000 tonnes de coke en contrepartie du minerai. Elles sont donc condamnées à trouver des ressources supplémentaires pour une valeur de 1,8 million de RM par mois13. Elles proposent d’affecter au paiement du fer les disponibilités « qui auraient dû être (mises à la disposition) de l’exportation française du fait de la liquidation du clearing »14. En d’autres termes, les anciennes créances commerciales de la France sur le Reich seraient utilisées à financer les achats du minerai.

  • 15 Ibid., AEF B 31516.
  • 16 Ibid., AEF B 31516.
  • 17 Ibid., AEF B 31516.
  • 18 Ibid., AEF B 31516.
  • 19 Ibid., AEF B 31516.

13La proposition ne provoque guère l’enthousiasme de Paris qui demande « que le rétablissement de l’équilibre des paiements soit effectué par des concessions mutuelles »15. La France propose un plan en trois points16. Elle accepte de renoncer à 50 % des arriérés du clearing, convertis en crédits à consentir par les exportateurs de minerai. En contrepartie le Reich devra accepter une réduction de 10 % de ses importations de fer et laisser à la disposition des vendeurs français une somme de 700 000 RM prélevée chaque mois sur le solde libre. Ce plan resterait en vigueur jusqu’au 1er août 1938, date à laquelle les deux délégations procéderaient à un nouvel examen des échanges coke-minerai. Ce projet pose problème à la commission allemande, car pour elle il n’est absolument pas question de réduire, même de façon temporaire, le tonnage importé17. L’intransigeance allemande provoque la menace de dénonciation de l’accord de juillet 193718. La France est bien décidée à laisser à l’Allemagne « la recherche des moyens propres à réaliser l’équilibre des paiements sans qu’aucune contrepartie nouvelle soit imposée à l’exportation française »19. De part et d’autre, de nouvelles propositions permettent d’aboutir à l’arrangement du 2 mars 1938.

B. L’AVENANT DU 2 MARS 1938

  • 20 Avenant au 2e protocole à l’accord franco-allemand sur les échanges commerciaux du 10 juillet 1937 (...)

14L’avenant, signé par François-Poncet et E. Wiehl, directeur des accords commerciaux à l’Auswärtiges Amt, doit favoriser le paiement des reliquats de minerais du mois de février et des livraisons de mars à juillet 1938 « exclusivement ». En cela, l’arrangement est censé compenser l’insuffisance du produit des fournitures de coke20

15Les moyens de paiement mis à la disposition des exportateurs français ont une double origine. Jusqu’au 1er août 1938, une somme de 400 000 RM sera prélevée mensuellement sur les 2,3 millions de RM provenant du rapatriement par la SICAP des avoirs bancaires français. Cette somme sera ensuite affectée au paiement des marchandises françaises importées en Allemagne. À partir du 1er août 1938, les arriérés du clearing auront été en principe remboursés. Une somme de 16,6 millions de francs sera alors disponible pour régler le reliquat des exportations. Enfin tout l’effort portera sur les livraisons de coke à la France. Le Reich s’engage à faire en sorte qu’elles atteignent 200 000 tonnes par mois d’avril à juillet 1938.

16Une priorité est fixée. Il convient d’abord d’affecter le coke au paiement du fer. En cas d’insuffisance, un prélèvement sera effectué ensuite sur les sommes que l’Allemagne consacre à ses achats de matières premières ou produits coloniaux français. Les deux gouvernements utiliseront enfin les moyens évoqués dans le paragraphe précédent comme moyens complémentaires. Tous les mois les pays procéderont à l’examen des chiffres. L’avenant ne concerne que les paiements ; les tonnages en effet doivent rester inchangés. La situation sera à nouveau examinée en juillet 1938.

  • 21 MAE à Min. des Finances, le 17 octobre 1938, AEF B 31475. Lettre n° 2204 en provenance de la Direc (...)

17L’avenant montre le peu de satisfaction que les deux pays tirent de leurs relations commerciales. La correction qui vient d’être apportée au dispositif de juillet 1937 n’est pas durable car dès l’automne 1938 le paiement des exportations françaises pose à nouveau problème21. L’année peut-elle au moins être favorable aux interpénétrations économiques ?

III. LES INTERPÉNÉTRATIONS D’INTÉRÊTS

18Un certain nombre de tentatives de collaboration économique sont lancées à l’automne 1937. La plus importante d’entre elles concerne l’IG Farben, Paribas et la Banque de l’Union Parisienne. Une autre est esquissée entre le groupe Otto Wolff et le Syndicat Européen d’Entreprises. Ces deux projets prennent le pas sur des initiatives de moindre envergure.

A. LA TENTATIVE IG FARBEN

  • 22 MAE à Min. des Finances, 3 janvier 1938, AEF B 31476.
  • 23 Note du 8 avril 1938 sur un projet de collaboration franco-allemande dans l’industrie chimique, AE (...)
  • 24 Note du 8 avril 1938, op. cit., AEF B 31476.

19C’est à la fin du mois d’octobre 1937 que l’IG Farben saisit la Banque de Paris et des Pays-Bas d’une proposition de collaboration économique et financière. La firme allemande aimerait créer une société anonyme chargée de la conseiller dans ses tractations financières et de mener des négociations tant avec les entreprises chimiques qu’avec les pouvoirs publics français « en vue de l’installation en France, dans les colonies et dans certains pays étrangers (Amérique latine et Chine en particulier) d’usines exploitant les brevets du trust allemand »22. Les mêmes démarches sont faites par ligner, administrateur de l’IG, auprès de la Banque de l’Union Parisienne23. Pour le dirigeant du groupe allemand, « la collaboration franco-allemande sur le terrain des affaires est de nature à favoriser un rapprochement entre les deux peuples ». Contre le nationalisme ambiant, ne vaut-il pas mieux « substituer à la notion de concurrence celle du développement des ententes »24. Mais la société allemande cherche surtout à placer ses brevets et ses procédés de fabrication.

  • 25 Min. Fin. à MAE, 17 janvier 1938. AEF B 31476.
  • 26 Min. Fin. à MAE 17 janvier 1938. AEF B 31476.
  • 27 Note du 8 avril 1938, op. cit., AEF B 31476.

20Paribas contacte dès novembre 1937 le Quai d’Orsay25. Celui-ci a peur de voir l’IG Farben prendre le contrôle, par ce biais, de certaines entreprises intéressant la Défense Nationale. Si cela devait être le cas, les pouvoirs publics verraient de sérieux inconvénients à ce projet. Et même si les industries n’intéressaient pas la Défense, « la prépondérance des intérêts français dans les opérations à réaliser devrait être garantie de façon certaine. »26 C’est donc un refus poli qui est notifié à Paribas au milieu du mois de janvier 1938. Mais l’IG Farben revient à la charge. Le nouveau projet, transmis par les soins de la Banque de l’Union Parisienne, reprend les objectifs du précédent. Il en diffère cependant par le montage financier27.

  • 28 Note du 8 avril 1938, op. cit., AEF B 31476.
  • 29 Note du 8 avril 1938, op. cit., AEF B 31476.
  • 30 30 juillet 1938, Min. des Fin. à MAE AEF B 31476.

21L’IG Farben ne réclame plus le contrôle du capital, mais le répartit entre plusieurs partenaires. Une société française doit être constituée. Ses fonds proviennent pour 30 % de Greutert à Bâle, un des banquiers étrangers de l’IG, pour 21 % de la Maison R. de Lubersac, et pour 43,5 % d’un consortium de trois banques françaises. Le conseil d’administration se réserve 5,5 % du capital. IG Farben n’est ainsi ni actionnaire, ni membre de la direction. Ses dirigeants pensent que « fournissant en effet à la société nouvelle les éléments essentiels de son activité, la collaboration se (ferait) dans l’intérêt commun sans qu’une majorité de contrôle soit nécessaire »28. La société créée conclut ensuite avec les groupes financiers français les arrangements nécessaires pour l’exploitation des fabrications et des procédés de l’IG Farben en France, dans les colonies et dans les pays étrangers choisis d’un commun accord avec le groupe allemand. Le trust a un atout de taille. En Angleterre et aux Pays-Bas des sociétés de ce type ont déjà été formées et « donnent des résultats satisfaisants »29. Il s’agit respectivement d’Axe Trading Co. à Londres et de Mapro Mij. à Amsterdam. À la fin du mois de juillet 1938, P. Marchandeau, ministre des Finances, confirme le refus notifié en janvier par son prédécesseur G. Bonnet30. La collaboration entre les industries chimiques est donc abandonnée. Un autre projet, celui du Syndicat Européen d’Entreprises, subit approximativement le même sort.

B. LES PROJETS DE COOPERATION EN AFRIQUE COLONIALE

  • 31 Note du Syndicat Européen d’Entreprises, 18 mars 1938. Sur les travaux à exécuter en Afrique colon (...)

22Un Syndicat Européen d’Entreprises, composé de plusieurs groupes industriels français et étrangers, s’efforce de créer, au début de l’année 1938, une Société Coloniale Française. Celle-ci aurait un statut de société anonyme et un capital d’une vingtaine de millions de francs. La majorité des fonds serait d’origine française. Le Syndicat, parrain de cette compagnie, mettrait au point les affaires envisagées et en arrangerait le financement31

23Le but poursuivi est simple. Il s’agit de participer à la mise en valeur de l’Afrique coloniale en contrepartie de matières premières, denrées exotiques et produits coloniaux. Le pari consiste à développer le potentiel de l’Afrique et à lui réserver les marchés européens. Quatre objectifs sont assignés à la compagnie :

  • accélérer l’exécution des programmes de grands travaux de l’administration coloniale française, notamment ceux du bassin du Niger, du Congo et de la Gambie ;
  • réaliser à cet effet des opérations de troc en commandant dans les pays européens le matériel d’équipement et en achetant pour ces pays fournisseurs les matières premières coloniales ;
  • développer l’agriculture en copiant le système en vigueur dans le Soudan anglo-égyptien. L’Etat supporterait la charge des ouvrages d’utilité publique. Le Syndicat fournirait les moyens financiers et techniques nécessaires à la mise en valeur du sol. L’indigène travaillerait enfin comme un fermier recruté par l’administration. La valeur de la production serait partagée entre « les trois associés » ;
  • permettre enfin le développement des richesses minières en apportant les moyens techniques et financiers et surtout en réservant à l’État une participation aux résultats32.
  • 33 Lucien Coquet SARL à Otto Wolff, 18 mars 1938 - PAAA R 107050.

24La Compagnie française serait associée pour ce projet à des groupes britanniques, belges et allemands. Son directeur, See, membre de la direction de la société Lucien Coquet, mise sur le groupe allemand Otto Wolff de Cologne. C’est ainsi qu’il souhaite que cette firme centralise tous les intérêts du Reich dans cette affaire. A elle d’assurer la fourniture de toutes les commandes passées en Allemagne et le paiement des entreprises d’outre-Rhin en matières premières ou en actions de sociétés coloniales à créer33.

25Ce projet, comme l’échange de lettres de 1935, ne dépasse guère le cap d’une saison. Il semble abandonné en avril 1938. C’est dans les régions frontalières que la coopération demeure très épineuse.

C. LA DIFFICILE COOPERATION FRONTALIERE

  • 34 François-Poncet à MAE 28 avril 1938. AEF B 31475.

26Plusieurs affaires mettent aux prises les intérêts alsaciens-lorrains et ceux du Reich. Les Grands Moulins de Strasbourg discutent au printemps 1938 avec la Dresdner Bank pour la cession des Pfälzische Mühlenwerke AG de Mannheim. Le groupe alsacien, principal actionnaire de la firme allemande, souhaite par l’entremise de la banque liquider ses dernières participations dans les minoteries allemandes. L’institut bancaire, représentant les intérêts de la Heinrich Auer Mühlenwerke AG de Kôln, cherche à les acquérir pour son client. L’opération s’effectue au début du mois de mai 193834.

  • 35 MAE à ministère des Travaux publics le 15 juin 1938, op. cit., AEF B 31475.
  • 36 MAE à ministère des Travaux publics le 15 juin 1938, op. cit., AEF B 31475.

27Les transactions sont plus délicates lorsqu’il s’agit du rapatriement de créances. L’une des affaires oppose l’ancien réseau de chemins de fer d’Alsace-Lorraine à la Reichsbahn. Celle-ci doit une somme de 1,8 million de francs liée aux anciens chemins de fer de la Sarre. La nouvelle SNCF se heurte également aux mesures prises par la compagnie allemande pour favoriser les transports de produits métallurgiques du Luxembourg à travers le Reich35. Aux plaintes que François-Poncet transmet régulièrement, l’Auswärtiges Amt répond le 29 mai 1938 que « le gouvernement allemand croit devoir décliner la proposition d’ouvrir des négociations » à ce sujet. Une modification ne peut donc être prise en considération. L’Allemagne se propose de revenir à cette affaire « en temps utile éventuellement »36.

28Tous les projets précédents, toutes ces divergences témoignent de la difficile entente entre les intérêts particuliers des deux pays. L’espoir exprimé par le dispositif du 10 juillet 1937 est donc resté vain.

29À l’image de tous les arrangements conclus depuis 1932, le dispositif de juillet 1937 connaît lui également une application difficile. La relance économique tarde encore. Les échanges sont à leur niveau le plus bas et le Reich, tant que la France l’alimente en matières premières, semble s’en satisfaire. En mars 1938 un nouvel avenant est venu garantir les fournitures de fer.

30Les projets de coopération économique et le rapprochement tant espéré s’éloignent. En effet, les considérations diplomatiques reprennent le dessus au début de l’année 1938. Comment faut-il négocier après la nouvelle agression hitlérienne, celle qui conduit à l’Anschluss ?

Anmerkungen

1 Pour les statistiques, voir : AEF B 32420, B 32421, Statistisches Handbuch von Deutschland 1928-1944, Munich 1949.

2 Ibid.

3 Voir J. Marseille, Le commerce..., op. cit., p. 281.

4 AEF B 32421.

5 Sur ces questions, voir : M. Margairaz, L’État..., op. cit., tome I, ch. XIII, p. 389 et suiv.

6 H. Dubief : Le déclin de la IIIe République, op. cit., p. 210

7 In H. J. Schröder, Deutsch-französische Wirtschaftsbeziehungen, op. cit., p. 397.

8 H. Laufenburger, L’économie allemande à l’épreuve de la guerre, Paris, 1940, 267 pages, voir les annexes statistiques p. 247 et suiv.

9 In H. Laufenburger, L’économie allemande à l’épreuve, op. cit., p. 103 et suiv.

10 28 janvier 1938, MAE à Min. Fin., AEF B 31516.

11 5 février 1938, MAE à Travaux Publics AEF B 31516.

12 11 février 1938, MAE à Finances. Compte rendu de la réunion d’ouverture du 7 février 1938, AEF B 31516.

13 11 février 1938, MAE à Finances, op. cit., AEF B 31516.

14 Ibid., AEF B 31516.

15 Ibid., AEF B 31516.

16 Ibid., AEF B 31516.

17 Ibid., AEF B 31516.

18 Ibid., AEF B 31516.

19 Ibid., AEF B 31516.

20 Avenant au 2e protocole à l’accord franco-allemand sur les échanges commerciaux du 10 juillet 1937 (confidentiel) signé à Berlin le 2 mars 1938 entre François-Poncet et E. Wiehl. Texte disponible in AEF B 31516.

21 MAE à Min. des Finances, le 17 octobre 1938, AEF B 31475. Lettre n° 2204 en provenance de la Direction des Relations commerciales.

22 MAE à Min. des Finances, 3 janvier 1938, AEF B 31476.

23 Note du 8 avril 1938 sur un projet de collaboration franco-allemande dans l’industrie chimique, AEF B 31476.

24 Note du 8 avril 1938, op. cit., AEF B 31476.

25 Min. Fin. à MAE, 17 janvier 1938. AEF B 31476.

26 Min. Fin. à MAE 17 janvier 1938. AEF B 31476.

27 Note du 8 avril 1938, op. cit., AEF B 31476.

28 Note du 8 avril 1938, op. cit., AEF B 31476.

29 Note du 8 avril 1938, op. cit., AEF B 31476.

30 30 juillet 1938, Min. des Fin. à MAE AEF B 31476.

31 Note du Syndicat Européen d’Entreprises, 18 mars 1938. Sur les travaux à exécuter en Afrique coloniale par une coopération européenne. PAAA R 107050.

32 Note du 18 mars 1938, op. cit., PAAA R 107050.

33 Lucien Coquet SARL à Otto Wolff, 18 mars 1938 - PAAA R 107050.

34 François-Poncet à MAE 28 avril 1938. AEF B 31475.

35 MAE à ministère des Travaux publics le 15 juin 1938, op. cit., AEF B 31475.

36 MAE à ministère des Travaux publics le 15 juin 1938, op. cit., AEF B 31475.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1995

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540