Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Finances et politique en Bretagne

 | 
Dominique Le Page

Catalogue prosographique

Les receveurs du fouage

Texte intégral

ÉVÊCHÉ DE CORNOUAILLE

Receveurs du fouage de l’évêché de Cornouaille

Receveurs du fouage de l’évêché de Cornouaille

1297. Jean Régnault

2Il prit également la ferme de l’impôt dans cet évêché en 1495-1496 (cf. B.N. fr. 8310).

3Il n’était probablement pas originaire de Bretagne. Un Me Jean Régnault était rapporteur à la chancellerie de France en 1506 (De Maulde, Procédures politiques du règne de Louis XII, p. 478-479).

4298. François Guillart

5La recette des fouages de Cornouaille avait été demandée en 1498 (ALA E 128/22) par Jean de Ros qui obtint finalement la trésorerie des guerres et c’est donc François Guillart qui le remplaça.

6La carrière de celui-ci avait commencé avant 1491 (J. Kerhervé, Cat. t. III, notice 60, p. 579) mais c’est sous le règne de Anne qu’elle prit son essor. Il semble d’abord avoir travaillé en association avec Alain de Kernerec avec lequel il eut des démêlés, ce qui amena Kernerec à l’assigner en justice en 1503 (ALA B 14 f° 161, mention du 6 décembre 1503). Il multiplia ensuite les spéculations financières prenant la ferme des ports et havres de Cornouaille avec Alain Le Garz et Jean Le Doucie d’octobre 1503 à octobre 1506 (ALA B 14 f° 140) puis celle des ports et havres pour les évêchés de Vannes, Léon, Cornouaille, Tréguier et Saint-Brieuc du 1er octobre 1506 au 30 septembre 1509 où il était en association avec Yvon Derien (ALA B 4297 f° 585), du 1er octobre 1509 au 30 septembre 1512 (ALA B 18 f° 220) et du 1er octobre 1515 au 1er octobre 1518 (ALA B 22 f° 205). On le retrouve aussi mentionné comme fermier des brefs du 1er octobre 1509 au 30/19/1512 (ALA B 19 f° 206), comme fermier des mines (la date n’est pas connue avec précision mais il l’était déjà en 1509, ALA B 18 f° 21 ; le 2 juillet 1515, il bénéficia encore d’un mandement de 300 l. pour qu’on lui livre du bois pour les mines de Huelgoat, ALA B 22 f° 108) et comme fermier de la prévôté de Nantes du 1er octobre 1510 au 30 septembre 1513 (ALA B 19 f° 204).

7Il décéda avant le 1er mai 1517 (ALA B 51 f° 198). Sa succession fut reprise par son frère aîné puis par le fils de ce dernier, Charles Guillart. Celui-ci fit l’objet de poursuites à propos des activités de son oncle comme trésorier des guerres et comme fermier des mines (cf. notice 402).

8Il possédait le manoir de Villeder et la métairie de Treffoso à Sérent. Son frère François puis son neveu récupérèrent ces propriétés.

9299. François Guillart

10Frère aîné du précédent. Son activité est difficile à distinguer de la sienne mais il semble avoir vécu en retrait par rapport à son cadet dont il récupéra l’héritage. À part cette recette du fouage qu’il dut reprendre après la mort de son frère, avant que le roi accorde l’office à Gilles Lesné, il est connu comme receveur du domaine de Quimperlé et surtout comme clerc de la Chambre des comptes (cf. notice 402). Il peut toutefois avoir été associé aux fermes mentionnées pour son frère, voire même en avoir assumé quelques unes, les documents ne distinguant pas toujours nettement les deux François Guillart.

11Son fils Charles se vit demander, le 20 novembre 1538, d’apurer la somme de 1 090 l. 13 s. 10 d. monnaie déportée au compte des fouages de son père conclu en juillet 1522 (ALA B 573 f° 131). Le 19 juin 1546, la Chambre décréta la saisie de ses biens pour le punir de son refus de comparaître. On ne sait comment le dossier fut conclu.

12Le 8 juillet 1523, il avait obtenu un mandement de réintégration sur une tombe armoriée de ses armes en l’église et paroisse de Saint-Mahé en Cornouaille (ALA B 28 f° 123).

13Il était s’ de La Villeder comme son frère.

14300. Gilles Lesné

15Il fut institué receveur des fouages de Cornouaille le 14 avril 1518 (ALA B 51 f° 197-198) après la mort de François Guillart. Il eut pour commis Olivier Le Baud, Jean Le Baud l’aîné et Jean Le Baud le jeune en 1521. Ces derniers s’engagèrent à lui verser 800 l. – payables à Amboise – et à lui remettre deux charges de chapons à Nantes (ALA B 27 f° 33).

16Il était clerc des offices de l’hôtel de François Ier. On lui connaît deux autres responsabilités financières en Bretagne : le 20 juin 1523, il était mentionné comme miseur des réparations de la place de Brest (ALA B 28 f° 109) ; il prit, d’autre part, la ferme des impôts et billots de Cornouaille avec Alain Avril en 1525 (ALA B 29 f° 44).

  • 1 Le 22 juin 1551, Anne Tissart était citée comme l’une des héritières de Léon Tissart, ancien abbé (...)

17Il était marié à Anne Tissart : ce nom suggère qu’il était sans doute lié au général Philibert Tissart, sans qu’on puisse préciser la nature de ces liens1. Sa nomination traduit de toute façon une prise de contrôle de cette recette par les officiers tourangeaux.

18Il décéda avant le 28 septembre 1525 (ALA B 29 f° 163). Après sa mort ses héritiers furent régulièrement l’objet des poursuites engagées par la monarchie. Ainsi, le 9 avril 1526, son nom est cité avec celui de Charles Luillier, receveur des restes, de Michel Menant et Michel Moysan dans un mandement royal ordonnant aux officiers français, ayant exercé en Bretagne, de rendre compte à la Chambre de Nantes (ALA B 12 838. f° 7). Trois années plus tard, le 5 novembre 1529, le dossier n’avait pas progresssé et la somme dont devait compter et apurer sa veuve était estimée à 100 000 l. (ALA B 569 f° 8). Comparaissant le 26 novembre 1529, elle informa la Chambre qu’elle avait renoncé aux biens de son mari, biens sur lesquels la saisie avait été mise. Elle continua cependant, en tant que tutrice de ses enfants, à procéder à la régularisation de ses comptes : ceux pour les années 1524, 1525 furent conclus le 29 novembre 1529, celui pour un terme du fouage de 1525 le fut le 13 juillet 1531 (ALA B 4 295 f°206).

  • 2 Il s’agissait de 2 513 1. monnaie déportées au dernier compte de Lesné ainsi que de 2 524 l. 16 s. (...)

19Dans les années suivantes, Anne Tissart fut plusieurs fois défaillante aux ajournements de la Chambre. Il fallut un nouvel ordre royal, enjoignant aux gens des comptes, le 4 décembre 1536, « de incontinant faire meptre la condempnation et arrest du compte dudit Lesné entre les mains de Julien Bertho, commis à recevoir les restatz » pour que les poursuites fussent relancées, sans toutefois permettre un aboutissement rapide du dossier. Le 3 juin 1550, les enfants de G. Lesné, Nicolas, Joseph, Anne, Marie, Louise et leur mère, après un nouveau refus de comparaître, virent toutes les sommes dont ils n’avaient pas justifié l’emploi transformées en restes (ALA B 576 f° 2052). Les biens de Lesné furent vendus avant le 8 décembre 1550 (ALA B 577 f° 49, date à laquelle le procureur de la Chambre demandait à Anne Tissart de payer 51 l. 5 s. à Florimond Le Charron, trésorier général, pour les frais occasionnés par cette vente). Le 1er juin 1552, l’héritier d’un certain Jean Cochon obtint un mandement de la Chambre ordonnant qu’on le laisse jouir d’une maison de Lesné dont il avait fait l’acquisition et qui était située « en la rue du Petit fort joignant d’un bout à la maison et tenue de Jacques de Vernouaille, d’aultre bout à la maison et tenue de Robert Goury, une ruelle entre deulx d’un bout par le devant au pavé de la rue, d’aultre bout par le derrière au tablier du chastel d’Amboise » (ALA f° 577).

20301. Olivier Harrouys

21Il fut probablement commis par Jean Parajau après la mort de Lesné pour faire la perception du deuxième terme du fouage de l’année 1525. Pas de poursuites à son encontre à cause de cette charge. Pour l’ensemble de sa carrière, cf. notice 12.

22302. Guy de Tours

23Il doit son accession à cette recette à ses relations familiales avec la famille Tissart. Il récupéra le double héritage de Bertrand de Tours (qui était peut-être son frère), marié à Antoinette Tissart, et de Gilles Lesné époux, nous l’avons vu, de Anne Tissart et il put ainsi accéder à la trésorerie des guerres de Bretagne après la mort du premier vers 1520 puis à la recette des fouages de Cornouaille après la mort du second en 1525.

24Pour l’ensemble de sa carrière, cf. notice 29.

25303. Jean Sachet

26Il était le fils de la veuve de Guy de Tours, Marie Monnet (ALA B 574 f° 64). Son institution traduit le maintien du contrôle de cette famille sur la recette de Cornouaille en dépit des difficultés qu’elle avait connues au début des années 1530. Son compte pour l’année 1539-1540 a été conservé (ALA 1J 446).

27Pas d’autres activités financières connues en Bretagne.

28Il eut pour commis Guillaume du Lyon (mention le 10 juillet 1534, ALA B 570 f° 112) et Jean Avril. Ce dernier reçut commission de J. Sachet pour neuf années commençant le 15 novembre 1537 et dut présenter des cautions, à savoir Alain Avril, sr de Lourmaye, Jean Fleho de Hennebont et Bertrand Lucas, marchand de Quimper (acte du 27 septembre 1537, ALA B 12838 f° 473).

29Il rendit ses comptes avec régularité et son nom n’est mentionné que très rarement dans les livres de la Chambre.

30304. Jean Avril

31Cf. notice 359.

32Les receveurs du fouage 555

ÉVÊCHÉ DE DOL

Receveurs du fouage de l’évêché de Dol

Receveurs du fouage de l’évêché de Dol

33305. Jean Seauleau / Seauliau

34Pas d’autres activités financières connues antérieurement en Bretagne. Il fit également la recette des impôts dans l’évêché de Dol en 1495-1496 (B.N. fr 8310 f° 87).

35306. Jacques de Lorignière

36Il fait partie des officiers promus par Anne après la mort de Charles VIII (ALA E 128/22). Il était valet de chambre de la reine depuis au moins 1496 aux gages de 120 l. par an (B.N. fr 8269).

  • 3 Il était peut-être le frère de François Daville, receveur du fouage de Rennes en 1490. Son dernier (...)

37Il n’exerça pas la recette personnellement et il eut pour commis Pierre Daville3 et Guillaume Diépais (ALA B 4295 f° 116) qui rendirent compte à la Chambre à sa place.

38307. Michel Carré

39Après la mort de Pierre Daville, Jacques de Lorignière semble avoir eu du mal à lui trouver un successeur : ceci expliquerait que la recette ait été temporairement assurée par Michel Carré puis par Gilles du Cobast, commis de Jean de Lespinay (ALA B 4295 f° 117).

40Cf. notice 355.

41308. Gilles du Cobast

42Il fut commis par Jean de Lespinay à cette recette. Pas d’autres activités financières connues.

43309. Guillaume Diépais

44Commis de Jacques de Lorignière. Ce dernier aurait donc gardé la responsabilité de cette recette jusqu’en 1505 (ALA B 4295 f° 116).

45310. Jean-Baptiste de Servy

46Il fut également commis à la recette du régale de Nantes du 12 novembre 1487 au 27 mars 1490 (ALA B 4297). Le 26 septembre 1503, il était signalé comme clerc du trésorier général Jean de Lespinay (ALA B 14 f° 127-128).

47Il offre l’exemple d’un officier poursuivi tant sous le règne d’Anne que sous celui de François Ier. La mort de la première et l’absence de contrainte de la part des instances de contrôle lui permirent pendant plus de dix années d’échapper à toute mesure répressive. Il avait été en effet suspendu en 1514 par Jean de Lespinay qui commit Jean Paubert à sa place mais il bénéficia ensuite, jusqu’en 1529, d’une tolérance étonnante puisqu’à cette date son dernier compte n’était toujours pas conclu et que la Chambre estimait sa dette à environ 60 000 l. (ALA B 569 f° 6). Le 27 mai 1530, la prise de sa personne fut ordonnée et la saisie mise sur ses biens (ALA B 569 f° 56). Preuve des complicités dont il pouvait bénéficier, Jean Hux le jeune, receveur ordinaire de Nantes, à qui cette saisie fut confiée, prétendit ne pas connaître les biens qui lui appartenaient. Bien que le procureur lui eût indiqué que Servy possédait une propriété à Saint-Herblain et une maison dans la grande rue à Nantes, il ne fit pas beaucoup d’efforts pour mettre la saisie à exécution. Le 19 janvier 1536, lorsqu’il comparut devant la Chambre, Servy se vit reprocher que « neanmoins la saisie mise sur ses biens il a icelx perceu et cueilly » (ALA B 570 f° 185). Condamné ce même jour à jurer l’arrêt dans la ville close de Nantes, il conclut son dernier compte le 9 mai 1539, soit près d’un quart de siècle après sa suspension (ALA B 4295 f° 117).

48C’est en fait sa mort survenue avant le 6 octobre 1540 qui provoqua une accélération des procédures à l’encontre de ses héritiers. Ses propriétés furent mises en vente dès le mois d’octobre 1540 pour le paiement de la somme de 3 575 l. 6 s. 5 d. monnaie. Sa veuve, Marie Blanchet, renonça à ses biens ainsi qu’à la succession de sa fdle Jeanne Baptiste mais demanda qu’on lui versât son droit de douaire ainsi que « quelques deniers ou biens pour satisfaire à l’enterrement dudit deffunt et de sa fdle et pour les serviteurs qui ont esté à la maison pour trecter ledit deffunt » (ALA B 574 f° 89). Seule la dernière demande fut satisfaite dans l’arrêt rendu par la Chambre, le 17 décembre 1540, contre les opposants à la vente des biens (ALA B 574 f° 91-94). Le 26 mai 1542, sa propriété de la Chauvinière à Saint-Herblain fut acquise par Me Jean de la Faye pour la somme de 1 350 l. monnaie (ALA B 574 f° 203-209).

49La vente de ses maisons posa davantage de problèmes : celle de Dol fut placée sous la garde de Pierre de Marceaulx, fermier du billot de Dol en 1542, et celles de Nantes, situées l’une à côté de l’autre dans la paroisse Saint-Denis (l’une s’appellait la Porte Blanche) furent d’abord affermées à Me Vincent Mouillart en 1544 pour 20 l. (ALA B 575 f° 63) puis mises en vente en janvier 1546 (ALA B 575 f° 199). L’affaire n’était toutefois toujours pas réglée le 17 juin 1549. Du fait d’un procès entre les enchérisseurs – Vincent Mouillart, Jean Courrais et Pierre le Feuvre –, commission fut donnée à deux marchands de Nantes, Jean Allaire et Pierre Bernard d’en faire la gestion (ALA B 576 f° 147). Ces derniers s’acquittèrent de cette tâche jusqu’au 4 mai 1551, date à laquelle la Chambre accepta, à leur demande, de les décharger de cette commission « pour ce que en icelle maison ne loge que pouvres personnes n’ayant aulcuns biens et lesquelz se absentent incontinant de ladite maison lors qu’ilz voient que se approuche le temps de payer le louaige des maisons, mesmes que lesdits suppliants sont personnes aigées et caducqs et ne sont à present portatifs pour exercer ladite commission qui requiert personnes délibérées pour solliciter, aller et venir souvent audit lieu de la porte blanche pour la conservation des deniers provenans dicelle » ... (ALA B 577 f° 70-71). Les gens des comptes, après avoir obligé les commissaires à rendre compte de leur gestion (Pierre Bernard rendit compte de cette charge pour le temps de deux années de 1549 à 1551 le 12 mai 1552, ALA B 4295 f° 391), confièrent la garde de la maison de la Porte Blanche au receveur ordinaire de Nantes qui fut chargé de l’affermer. Le 20 décembre 1560, elle fut à nouveau mise en vente pour obtenir paiement de 2 940 l. toujours dus par les héritiers de Jean-Baptiste de Servy (ALA B 582 f° 51).

50311. Jean Paubert

51Il était commis de Jean de Lespinay (ALA B 4295 f° 117).

52Pas d’autres activités financières connues. Son compte fut conclu par sa sœur, Julienne, le 13 juillet 1525.

53312. François Bonnet

54Son temps d’exercice n’est pas connu avec précision. Ses héritiers ne rendirent compte que pour les fouages de l’année 1517 et 1518. Le 7 février 1536, la Chambre cherchait encore à savoir, même si elle soupçonnait Pierre de Callac de l’avoir fait, qui avait perçu les fouages de l’année 1519 (ALA B 571 f° 51-52).

55Il fut également fermier des impôts et billots de l’évêché de Saint-Malo en 1518 avec Jacques de Saint-Cire, Jean Parajau l’Aîné et Jean Parajau le Jeune (ALA B 24 f° 176), fermier des impôts de l’évêché de Nantes avec Jean Parajau le Jeune, Jean et Hamon Goulart en 1519 (ALA B 28 f° 190). Divers éléments suggèrent par ailleurs qu’il était un proche collaborateur de Lespinay : en 1511, il était procureur de Jean de Lespinay le Jeune dans une affaire de paiement d’arriérage de rente (CAR. d’Hozier 382) ; c’est en tant que commis de Lespinay qu’il exerça la recette de Dol, les deux hommes bénéficiant le 19 juin 1518 d’un mandement commun contre Jacques de Saint-Cire, fermier de l’impôt de ce même évêché en 1517 pour non paiement de 400 l. (ALA B 24 f° 146).

  • 4 S’agit-il du même Jean Bonnet qui fut receveur du fouage de Vannes en 1487 ? J. Kerhervé, Cat., t. (...)

56Il décéda sans avoir régularisé sa situation à la Chambre. Sa succession fut assumée d’abord par Jean Bonnet, son père4 qui permit la conclusion de ses premiers comptes sans pouvoir payer toutefois les restes dus, restes estimés pour deux années finies en novembre 1518 à 3 508 l. 11 s. monnaie (ALA B 570 f° 80). En conséquence, le 16 mars 1534, les gens des comptes ordonnèrent la saisie sur les biens qui lui appartenaient, à savoir les lieux de la Guillebaudière et de la Sauzaie dont la gestion fut confiée au receveur de Nantes (id.). Il est toutefois peu probable qu’elle ait été mise à exécution puisque l’ordre en fut renouvelé par la Chambre le 10 juillet 1538 (ALA B 573 f° 108-109).

57Ce retard est peut-être dû au décès de Jean Bonnet, survenu avant le 10 mai 1536. Il mit les gens des comptes face à trois groupes d’héritiers : Anne Blanchet, la veuve de François Bonnet (elle s’était remariée avec Alexandre Tempéran) ; les deux enfants de Jean B., à savoir son fils prénommé lui-aussi Jean et sa fille Jeanne (épouse de René de La Bourdonnaie). Les arguments dont ils usèrent face à la Chambre offrent un panorama complet des techniques habituellement mises en œuvre par les héritiers des officiers pour se soustraire aux poursuites. Ainsi, Jeanne Bonnet ne se présenta que comme héritière sous bénéfice d’inventaire et son mari, René de La Bourdonnaie, usa même de violence contre l’huissier, Jean Aubin, venu lui transmettre une assignation à comparaître (ALA B 571 f° 71). Jean Bonnet, pour sa part, soutint, que bien qu’il eût été en possession de quelques héritages qui appartenaient à son père – dont les lieux de la Roche et de La Bardoulaie –, il ne les avait pas reçus directement de lui et qu’il n’avait donc pas à en rendre compte. Anne Blanchet, enfin, fit apparaître un acte de renonciation à ses biens le 10 mai 1536 (ALA B 571 f° 72) quand le procureur lui demanda de payer le reste dû par François Bonnet pour une moitié « du fait qu’elle est demeurée sur la possession de ses biens après sa mort ». Les héritiers s’entr’accusèrent d’avoir capté les biens des défunts, Jean Bonnet offrant même aux gens des comptes de leur apporter la preuve que Anne Blanchet était restée en leur possession.

58Face à cette situation embrouillée, la Chambre s’en prit d’abord à René de La Bourdonnaie qui fut incarcéré pendant plus de quatre mois – de novembre 1536 au 23 février 1537 – au Bouffay. Il n’obtint sa libération qu’après avoir promis de demeurer à Nantes jusqu’à la conclusion des comptes de F. Bonnet – il choisit pour domicile celui de son procureur Antoine Symonain – et après avoir fourni des cautions, à savoir son propre père et un nommé Guillaume Aguaisse (ALA B 571 f° 227). Dans le même temps les gens des comptes diligentèrent une enquête contre Jean Bonnet pour savoir dans quelle mesure il avait joui des biens de son père, l’amenant à présenter un inventaire de ceux-ci et à reconnaître « qu’il avait receu quelque vaisselle d’argent comme negociateur de son père » (ALA B 571 f° 221-223).

59Cette double pression eut de l’effet puisqu’elle amena R. de La Bourdonnaie, d’une part, et Jean Bonnet, d’autre part, à conclure effectivement les derniers comptes de F. Bonnet, portant la dette de ce dernier à 4 210 l. 6 s. 6 d. et provoquant la mise en vente des lieux de La Roche, de La Bardoulaie et de La Prévotaie situés dans la juridiction de Ploërmel. Malgré la vigilance du pouvoir royal qui intervint à deux reprises dans ce dossier, une première fois, le 2 juin 1537, pour s’inquiéter de l’état des poursuites (ALA B 571 f° 371) après que le roi eut fait don de 3 808 l. 12 s. sur les restes dus par François Bonnet à Jean de Bonneval et François du Puy du Fou (ALA B 578 172) et une deuxième fois, le 13 mars 1543, pour savoir dans quelles conditions F. Bonnet avait accédé à la recette de Dol (ALA B 574 f° 302), cette vente n’était toujours pas effectuée le 23 avril 1544, du fait de l’opposition de Jean et Jeanne Bonnet (ALA B 575 f° 33). Le 10 juin 1544, la Chambre autorisa le premier nommé à faire la levée des fruits de La Bardoulaye pendant la saisie à la condition de payer une caution (ALA B 575 f° 69). Et, signe d’impuissance, elle accepta le 15 novembre 1544, que le dossier fut renvoyé devant les juges de Ploërmel « pour les grans et urgens affaires » dont elle avait à s’occuper par ailleurs (ALA B 575 f° 90), au grand dam du procureur des comptes qui en était encore, quatre années plus tard, à demander que les 4 210 l. 6 s. 6 d. dus par François Bonnet, déchargés du compte de Noël Barbillon ancien receveur des restes, fussent inscrits au rôle remis à Florimond Le Charron (ALA B 576 f° 97). Dernier signe de l’inefficacité des poursuites : Henri II fut contraint de renouveler le don de 3 808 l. 12 s. fait par François Ier en 1536 aux héritiers de Bonneval et de F. du Puy du Fou en 1554 (ALA B 578 f° 172).

60313. Jacques de Callac

61Il perçut les fouages de novembre 1520 à novembre 1522. Il avait pour commis Pierre de Callac (ALA B 27 f° 262) qui était peut-être son frère.

62En 1515, il était huissier à la Chambre des comptes (ALA B 132 f° 330-331).

63Il appartenait à une famille déjà en activité sous François II et qui vit plusieurs de ses membres siéger à la Chambre des comptes (Cf. notice 384). Il était fds de François de Callac (J. Kerhervé, Cat., t. III, notice 49, p. 715) et était, tout comme lui, sr de La Salle en Melrand (ALA B 26 f° 193). Il décéda avant janvier 1523 et son compte fut rendu par Guyon de Callac, curateur de son fds Olivier (ALA B 4295 f° 117).

64314. Pierre de Callac

65Il résigna cet office en faveur de Jean du Fresne (C.A.F., 18 375, acte du 7 juin 1525) au moment où il devint clerc à la Chambre des comptes.

66Pour l’ensemble de sa carrière, cf. notice 408.

67315. Jean du Fresne

68Il fut commis de François Bonnet à cette recette (ALA B 26 f° 20) avant de bénéficier de la résignation de Pierre de Callac le 7 juin 1525 (C.A.F., t. V, p. 713, 18 375).

69Il avait, à son actif, une carrière financière importante marquée par la participation à plusieurs fermes dont celle du devoir de traite des choses mortes de Ploërmel en 1521 avec Jacques de Saint-Cire (ALA B 27 f° 8) et en 1522 avec Jean du Guiny (ALA B 27 f° 154), celle des bêtes vives de 1525 (mention du 14 janvier 1525, ALA B 29 f 8) au moins jusqu’en 1533 (ALA B 35 f° 125). Il prit également la ferme des ports et havres entre Couesnon et Arguenon avec Jean et Hamon Goulart de 1518 à 1524 (ALA B 569 f° 4), celle des impôts et billots dans les évêchés de Rennes en 1524 (ALA B 29 f° 202), de Dol et Saint-Malo en 1531(ALA B 32, mention du 14 décembre 1530), celle du billot de Rennes et de Saint-Malo en 1540 (ALA B 574 f° 219). En 1536, suite à un mandement royal, il prit en charge la traite de l’ensemble des marchandises envoyées hors de Bretagne (ALA B 576 f° 99).

70Il ne rendit pas ses comptes avec une extrême régularité et encourut à plusieurs reprises la menace d’être suspendu de son office (notamment le 25 février 1534, ALA B 570 f° 54). Le 15 octobre 1538, du fait de l’impossibilité pour son procureur Pierre Coquais de présenter de nouveaux acquits, la saisie fut mise sur ses biens sans que l’on sache si elle devint effective. Après sa mort, survenue avant le 9 avril 1540, sa veuve continua à rendre ses comptes. Ainsi, le 15 avril 1550, présenta-t-elle son compte du billot de Saint-Malo pour les quartiers de janvier, février et mars 1540 (ALA B 576 f° 180).

71Il était marié avec Marie Parajau dont on ne connaît pas avec précision le degré de parenté avec le trésorier général. Les relations qu’il entretenait avec celui-ci étaient cependant étroites puisqu’il accepta de se porter caution pour lui le 27 septembre 1528 après son éviction de la trésorerie (ALA B 568 f° 75). Au moment de sa destitution, en 1528, J. Parajau avait déjà reçu de lui 2 000 l. sur les fouages de Dol de l’année 1529 pour les transmettre au trésorier de l’extraordinaire (ALA B 568 f° 68). On peut remarquer qu’il ne suivit pas Parajau dans sa relative disgrâce et qu’il subit seulement un contrôle plus étroit de sa gestion.

72Il était sr de Landerullo et son fils se prénommait Gilles (on retrouve un receveur des fouages de Dol portant les mêmes nom et prénom à partir de 1557, ALA B 4296 f° 120).

73Voir aussi notice 253.

74316. Toussaint Commaillé

75Il succéda à du Fresne à la fois comme receveur ordinaire de Dinan – en profitant du don de cette seigneurie à Claude d’Annebaud pour lequel il avait précédemment géré la recette de Guingamp – et comme receveur du fouage de Dol. Il ne conserva cette dernière charge que trois années et il fut pourvu en mai 1544 de l’office, créé pour lui, de contrôleur général des traites sur les côtes de Bretagne, Normandie et Picardie (C.A.F.). En 1550, il était contrôleur général de la marine du Ponant.

76Il servit occasionnellement de procureur à d’autres officiers, notamment Jean Quétier, fils de Jacques Quétier, ancien maître de la Chambre aux deniers d’Anne, au nom duquel il intervint à la Chambre en octobre 1553 (ALA B 579 f° 20).

  • 5 Leur fils Pierre fut conseiller au Parlement de Bretagne, évêque de Tréguier et de Rennes, Saulnie (...)

77Il avait épousé Perrine Vivien, fille de Jean Vivien qui était en 1510, secrétaire du comte de Laval. Sa fille Claude épousa Pierre Cornulier, trésorier de France et général des finances de Bretagne, en 1563 et fut ainsi à l’origine de la fortune d’une des familles les plus importantes de Bretagne tant dans les domaine financiers, judiciaire qu’ecclésiastique5.

78Il était sr de la Touche (paroisse de Nozay), Potier du Courcy, op. cit., t. I, p. 282. Il fut autorisé en décembre 1553 à acquérir des terres nobles en Bretagne (enregistrement par la Chambre le 13 novembre 1555, ALA B 579 f° 229).

79Cf. notice 254 et 272.

80317. Jean Rocaz

81Il exerça cette recette pendant treize années consécutives puis la délaissa de 1557 à 1562 avant de la reprendre pour un seul compte en novembre 1563 (ALA B 4296 f° 120-121).

82Pas d’autres activités financières connues.

83Il appartenait à une famille d’origine espagnole qui s’était implantée à Nantes dans la première moitié du xve siècle – elle fut anoblie par le duc dès 1446 – et qui, dans la première moitié du xvie siècle, plaça plusieurs de ses membres dans l’administration bretonne tant à la chancellerie (un secrétaire en chancellerie se nomme Rocaz dans les années 1530) qu’à la Chambre des comptes avec Bernard Rocaz de 1542 à 1551. Ce dernier était peut-être le frère de Jean (cf. notice 417).

  • 6 Il s’agit de l’une des filles d’Alain Avril (cf. notice 359).

84Il était le fils de Jean Rocaz, sieur de La Villatte. Ses deux frères se prénommaient Bernard et Guy. Il épousa Michelle Avril6. Dans le Turnus Brutus, il est indiqué qu’il présenta Me Bertrand Rocaz, sr de Villatte, comme caution mais sans doute faut-il y voir une erreur de transcription et lire Bernard au lieu de Bertrand (ALA B 12 838 f° 476, acte du 27 septembre 1546).

85Il était sr du Haut-Verger.

86Références : La famille Le Lou et ses alliances, Revue de Bretagne et de Vendée, 1911, p. 185-211 et ADM, 93 J 986.

ÉVÊCHÉ DE LÉON

Receveurs du fouage de l’évêché de Léon

Receveurs du fouage de l’évêché de Léon

87318. Jean Davy

88Il contrôla cette recette sous Charles VIII. Dès le 24 juillet 1491, par un acte passé à Tours il avait institué Jean de Keraudi, demeurant à Landerneau, comme commis (ALA E 156/31).

89Il prit également la ferme de l’impôt dans l’évêché de Léon en 1495-1496 (B.N. fr 8310 f° 76). De 1496 à 1498 il fut commis pour faire le paiement de la grant nef de Morlaix appelée la Maréchale (ALA E 208). C’est probablement également lui qui était en charge du grenier à sel de Chinon en 1510 (ALA B 19 f° 92, mention du 8 mai 1510).

90Il était notaire et secrétaire royal depuis au moins 1494 et il le demeura jusqu’en 1499 (Lapeyre et Scheurer, Notaires et secrétaires royaux, p. 108, notice 192).

91Il est représentatif des officiers français qui essayèrent constamment de se soustraire au contrôle de la Chambre des comptes de Bretagne. Dès le 18 juillet 1501, il était signalé comme ayant fait appel à la Chambre des comptes de Paris (ALA B 51 f° 52). En 1510, Olivier Barraud bénéficia d’un mandement de la chancellerie bretonne pour le faire venir de France « pour repondre aux difficultés qui sont sur son compte de la recette de Leon » (ALA B 19 f° 60). En 1517 encore, il figurait sur la liste des officiers poursuivis sur ordre de François Ier pour refus de comparaître à Nantes (ALA B 51 f° 190-191). Toutes ces injonctions aboutirent tardivement à la mise en vente de ses biens qui est signalée le 24 juillet 1538 (ALA B 573 f° 116).

92Son épouse s’appelait Marie Chambellan.

93319. François Daville

94En 1498, après la mort de Charles VIII, cette recette fut demandée par Pierre Pinart (ALA E 128/22). Le fait que Daville l’ait finalement emporté pourrait peut-être s’expliquer par les titres qu’à l’instar de nombreux Rennais il avait à faire valoir dans l’aide apportée à Anne en 1490-1491 (vers 1500, il demandait paiement de 1 163 l. 8 s. 2 d. qui lui étaient dus par déduction de ses comptes ainsi que 4 350 l. « pour vins baillez à la royne durant qu’elle estoit à Rennes et aussi pour autres choses payées pour feu Colinet du Marchy » ALA E 209/24). Sa nomination marque de toute façon la reprise du contrôle de cette recette par des financiers originaires du duché.

95Son compte fut rendu par Pierre Daville, tuteur de ses enfants (ALA B 4296 f° 233).

96Cf. notice 334.

97320. Jean Carré

98Il dut son accession à cette recette à son office de valet de chambre et d’apothicaire de la reine (ALA B 18 f° 113) et à son origine familiale : il était le fils de Michel Carré qui était très bien en cour auprès d’Anne de Bretagne (cf. notice 355).

  • 7 Pierre Ler était déjà en activité avant 1491 et avait perçu plusieurs fouages dans l’évêché de Cor (...)

99Pas d’autres activités financières connues. Il eut pour commis Pierre Ler (mention le 23 septembre 1506 – ALA B 16 f° 108 –, le 7 juin 1508 – ALA B 17 f° 657 – et Jean/Yvon de la Forêt (mention du 10 novembre 1513, ALA B 21 f° 233) qui rendit le compte de Jean Carré pour l’année 1516 (ALA B 4296 f° 234).

  • 8 Cela avait poussé Jean Carré à demander et à obtenir le droit de saisir ses biens dès le 17 juin 1 (...)
  • 9 Mention faite dans la marge des livres de la Chambre le 10 juin 1541, ALA B 574.

100Son nom figure sur la liste des officiers poursuivis sur ordre de François Ier en 1517 parce qu’ils n’avaient pas régularisé leur situation financière à la Chambre des comptes de Bretagne (ALA B 51 f° 190-191). Cette mention vient peut-être des difficultés qu’il rencontra, à propos des fouages de 1507, avec son commis Pierre Ler qui, contrairement au contrat passé avec lui, ne rendit pas compte à la Chambre et ne paya pas les restes dus (ALA B 19 f° 189)8. Le rappel à l’ordre de 1517 eut, dans son cas, des conséquences positives : il amena sa veuve, Marie Pellien, à conclure le compte litigieux de 1507 le 26 mai 1522 puis à présenter deux apurements – sans autre précision – le 2 décembre 1524 (ALA B 4296 f° 234). Le nom de Jean Carré, réapparaît ensuite dans les livres de la Chambre à la fin des années 1530, du fait probablement de la réouverture des anciens dossiers à partir de 1535. Il fut d’abord demandé, le 16 avril 1539, à ses héritiers – sa veuve Marie Pellien et sa fille Gillette Carré, épouse de Jean de Romelin –d’apurer les déports de son dernier compte (ALA B 573 f° 231). Les poursuites s’égarèrent dans des querelles entre héritiers, dont on ne connaît pas l’issue. Elles reprirent à partir du 10 juin 1541 à cause d’un autre apurement, celui du compte de 1507 conclu en 1522, pour lequel 558 l. 8 s. 4 d. monnaie avaient été mis en déport (ALA B 574). L’affaire fut prise en main par Gilles Carré – qui intervint à la fois comme procureur de Marie Pellien et comme héritier de son frère – et réglée par la présentation d’un apurement, à une date non précisée9. Ce qui n’empêcha pas la Chambre de demander, le 23 avril 1544, à Gillette Carré de vérifier les mêmes déports (ALA B 575 f° 37), ce qui tendrait à prouver ou que la Chambre s’était trompée en faisant ces poursuites ou que Gilles Carré n’avait réglé qu’une partie des sommes en souffrance.

101321. Yvon de La Forêt

102Commis du précédent. Il succéda dans cette charge à Pierre Ler. Il rendit le dernier compte de Jean Carré à la Chambre pour l’année 1516 le 22 avril 1518 (ALA B 4296 f° 234).

103Il eut une activité financière importante : il fut en 1503 sous-fermier du devoir d’impôt dans la juridiction de Morlaix et de Lanmeur (ALA B 14 f° 76) ; il fit partie d’une compagnie fermière où se retrouvaient Jean de Kergouet, Yvon de La Bouexière, Vincent Marec, Vincent de Guizcanou qui prit, sans que l’on en connaisse toutes les dates, plusieurs fermes d’impôts et de billots dans les évêchés de Cornouaille, Léon, Saint-Malo et Saint-Brieuc dans les dix premières années du xvie siècle (ALA B 19 f° 98). On le retrouve ensuite comme fermier des brefs en 1521 (ALA B 26 f° 207) puis à nouveau comme fermier des impôts et billots des évêchés de Léon et de Tréguier en 1522 avec Pierre Lonoré (ALA B 27 f° 33).

104Pas mentionné dans les poursuites.

105La famille de La Forêt appartenait à la noblesse des environs de Plougasnou (cf. Jean Kerhervé, Cat., t. III, notice 16, p. 662-663).

106322. Charles Jouhan

107Il exerça cette recette d’abord en tant que commis de Lespinay pour l’année 1518 puis en son propre nom, de 1519 – où il semble associé avec Michel Moysan – à 1535. En 1523, il eut pour commis Guillaume de Beaudiez (ALA B 28 f° 45). Le 4 février 1523, il bénéficia, suite à sa propre requête, d’un mandement royal lui accordant 6 d. monnaie par livre – au lieu des 4 d. versés à certains de ses prédécesseurs – sur la recette des fouages dont il avait la charge « en ayant regart à la grande et longue estendue de terre et pays sterille qui est oudit evesché de Leon auquel convient audit receveur tenir deux tabliers et y commettre à ses despens clercs soubz luy pour faire ladite recepte » (ALA 51 f° 253).

108Il fut huissier de la Chambre des comptes de 1514 au moins jusqu’au 8 avril 1526, date à laquelle il résigna cet office en faveur de Bernard de Saint-Do (ALA B 52 f° 105). Cette charge ne l’empêcha ni de gérer la recette de Léon ni de prendre des fermes : il fut fermier du convoi en 1521 avec Jean et Hervé Le Guriec (ALA B 569 f° 23), fermier du devoir d’impôt et billot de l’évêché de Tréguier en 1523 avec de Beaudiez (ALA B 28 f° 45), fermier du billot de Léon en 1526 (ALA B 569 f° 5) et fermier des mines d’argent de Bretagne (mention du 28 janvier 1533, ALA B 570 f° 14). Il fut aussi commis à ravitaillement de Brest en juillet 1526 (ALA B 568 f° 41) et chargé du paiement, de 1518 à 1523, des frais d’édification du quai de Roscoff (ALA B 569 f° 161). En fin de carrière, il se replia sur un office moins exposé, celui de contrôleur de la recette ordinaire de Brest et de Saint-Renan qu’il avait acquis dès 1526 mais qu’il ne parvint à exercer qu’à partir de 1543 (ALA B 575 f° 38). Au moment de sa mort, il était présenté comme commis à la recette ordinaire de Brest (ALA B 576 f° 118).

109Il était un proche de Lespinay et surtout de son successeur Parajau en faveur duquel il se porta caution en 1528 après sa destitution de la trésorerie générale (ALA B 568 f° 75). Ces liens, ajoutés à son manque de zèle à rendre ses comptes, firent de lui l’une des victimes du processus de contrôle des années 1530.

  • 10 Jouhan, en arrêt à Nantes, était au domicile de Saint-Do ; ce dernier prétendit, le 28 janvier 153 (...)

110Le 5 novembre 1529, il lui fut demandé de conclure son troisième exercice des fouages de Léon et de rendre compte de la commission que lui avait confiée Lespinay en 1518. Son passif fut alors estimé à 50 000 l. (ALA B 569 f° 5). Son dossier s’alourdit par la suite en raison de la plainte des habitants de Roscoff qui disaient n’avoir rien reçu des 1 200 l. qu’il avait été chargé de percevoir en leur nom pour les travaux des quais de leur ville. En conséquence, le 18 avril 1532, la Chambre ordonna, après plusieurs refus de comparaître, de s’emparer de sa personne et le menaça de le suspendre de son office (ALA B 569 f° 168). Près d’un an plus tard, le 27 février 1533, on le retrouve en arrêt à Nantes où, pour le contraindre à payer ce qu’il devait, il fut condamné à tenir prison au Bouffay. Les deux huissiers10 et le sergent chargés de le mener à son lieu de détention ne purent l’empêcher de se réfugier à l’église des Carmes de Nantes. Il fallut qu’une délégation de la Chambre composée d’un maître des comptes – Me Jacques Viart –, de deux clercs – Antoine Dessefort et Jean Boulomer – et du procureur Alain de La Bouexière se rendît sur place pour qu’il acceptât le lendemain de se constituer prisonnier au Bouffay (ALA B 570 f° 20-22).

  • 11 Le 13 avril 1534, le s’ du Bois d’Illiers fut assigné de 4 000 1. sur ce que devait Jouhan pour se (...)

111Il est difficile de savoir combien de temps il resta en ce lieu et s’il bénéficia d’un élargissement à la fin de l’ouverture. On sait qu’en novembre 1535, la Chambre convoqua le chartronnier du Bouffay, Jean des Vignes, pour savoir qui avait ordonné sa mise en liberté. Il apparut alors qu’il y avait eu interférence entre les instances du contrôle et que des commissaires – sans autre précision –, probablement après avoir forcé Jouhan soit à compter, soit à payer une partie de ses restes11 l’avaient élargi sans en avertir les gens des comptes (ALA B 570 f° 152-153).

112Le maintien de cette pression permit cependant la conclusion de ses comptes mais non une modification radicale de son comportement : il continua à rendre avec un décalage de trois à quatre années des comptes d’une durée elle-aussi variable, allant de un an et demi pour son compte de l’année 1536 à cinq ans pour son cinquième compte – de novembre 1530 à novembre 1535. Toutefois cette intensification du contrôle l’amena peut-être à délaisser la recette de Léon fin 1536-début 1537.

  • 12 À identifier avec le personnage, s’ de Pennanec’h, docteur en droit de l’université de Ferrare, qu (...)
  • 13 On ne peut savoir par contre s’il obtint la levée d’une autre saisie mise sur la métairie de Maes (...)

113Ce renoncement n’arrêta pas les poursuites contre lui : le 2 mai 1549, il lui fut encore demandé d’apurer 114 l. déportés à son compte du fouage conclu en juin 1540 ainsi que 2 270 l. 16 s. 8 d. monnaie déportés à l’apurement de son troisième compte conclu à la même période (ALA B 576 f° 118). À sa mort survenue avant le 20 mai 1550, la Chambre ordonna aux officiers de justice de Brest d’envoyer à Nantes un inventaire de ses papiers et de ses biens (ALA B 576 f° 198). Sa succession fut assumée par la suite par Me Gabriel Jouhan, docteur es droits12 qui obtint le 9 avril 1554 que la Chambre levât l’arrêt mis sur une créance de 290 l. que Charles Jouhan avait sur un nommé Jean de la Fyte, en raison du paiement de 400 l. 18 s. 6 d. ob fait au receveur des restes Florimond le Charron le 31 décembre 1548 (ALA B 578 f° 132).13

114Il était sr du Bourroun/Bouriot (ALA B 568 f° 75) et habitait à Saint-Renan (ALA B 37 f° 63-65).

115323. Michel Moysan

116Il exerça la recette des fouages de Léon en 1519 en même temps que Charles Jouhan mais ce qui est étonnant c’est qu’ils rendirent tous les deux compte à la Chambre.

117Après plusieurs « deffailles, » il présenta son apurement de cette recette le 10 novembre 1540 (ALA B 4296 f° 234).

118Pour l’ensemble de sa carrière, cf. notice 10. 324. Natalis / Noël Hays

119Guillaume Nouel fut son commis à la recette des fouages de Léon (ALA B 52 f° 232).

  • 14 Le 5 juin 1530, il avait pour tâche de s’occuper des réparations à faire au château de Piremil – A (...)

120Il mena une carrière financière notable qui commença comme clerc et commis du receveur ordinaire de Nantes dans les années 152014. Il profita ensuite des difficultés d’officiers mis en cause par les instances du contrôle. Il semble avoir d’abord essayé de succéder à Étienne Tissart comme payeur des gens des comptes ; il obtint même l’aval de ces derniers qui présentèrent sa candidature au roi le 7 mai 1529 (ALA B 568 f° 94) mais pour des raisons imprécises – qui tiennent sans doute aux poursuites lancées contre Tissart – il ne parvint pas à entrer en possession de cette charge. Il se replia alors sur la recette des aides de Bretagne où il succéda à Jean Goulart – dont il était un proche (cf. notice 256) – le 12 décembre 1533 (ALA B 570 f° 62). Il fut, dans le même temps, commis à la recette des fouages de Vannes (mention le 8 mars 1533, ALA B 35 f° 46) sous Michel Cosson (cf. notices n° 15 et 380). Sans qu’on en ait la preuve formelle, il est ainsi permis de penser que l’accession de Noël Hays à la recette des fouages de Léon fut à la fois le fruit de la mise à l’écart de C. Jouhan et de la protection dont il put bénéficier de la part de Michel Cosson. Le 5 novembre 1537, Jean Avril le choisit comme commis au paiement des gens des comptes (ALA B 571 f° 364).

121Cette attirance pour les offices ne l’empêcha pas de s’intéresser également aux fermes : il prit notamment celle du devoir d’impôt dans l’évêché de Vannes en 1531 (ALA B 33 f° 39) et en 1533 (ALA B35, mention du 13 décembre 1533). Il participa aussi à la ferme de la prévôté de Nantes en 1540 avec François Jallier, Antoine Bretin, Robin Pillais mais, du fait de la mise en recette de ce revenu par François Ier, il ne put véritablement en bénéficier (ALA B 574 f° 127-128). Son accession à la Chambre des comptes, le 25 mars 1542, à la place de Marc de la Rue, qui avait résigné en sa faveur son office de maître, mit fin à sa carrière de percepteur. Cette promotion récompensait une réussite certaine sur le plan financier.

122Deux indices permettent de conclure qu’il était un professionnel de la finance : dans la requête qu’il présenta au roi pour être indemnisé de la perte subie du fait du changement de statut de la ferme de la prévôté, il affirma, comme Bretin, mais à la différence des autres consorts « ne se mesler de marchandie et ne savoir combien il y a perdu mais dit qu’il se feust mesler deladite ferme où il eust peu gagner » (ALA B 574 f° 128). Il se porta par ailleurs caution de trois autres receveurs à savoir Jean Avril, payeur des gens des comptes par acte du 28 septembre 1537 (ALA B 12 838 f° 472), Noël Barbillon, receveur des fouages de Tréguier par acte du 29 décembre 1534 (ALA B 12 838 f° 460) et Antoine Perruguet, pour la même charge que le précédent par acte du 8 novembre 1544 (ALA B 12 838 f° 477). Il présenta, pour sa part, Antoine Bretin, Jean Goulart et un nommé Guillaume Duron comme pièges par acte du 17 octobre 1549 (ALA B 12 838 f° 493).

123Il avait épousé Anne Tannyou, fille de Lambert Tannyou, essayeur de monnaies à Nantes (ALA B 1893 f° 9). Il décéda entre juillet et décembre 1552 (ALA B 577 f° 209).

124Il était sr de la Vincendière et était originaire du Poitou. Voir aussi notice 450.

125325. Hervé Le Vestle

126Il exerça seul cette recette pendant seize années consécutives jusqu’en 1557 puis de 1558 à 1561 et enfin de 1562 à 1568 (ALA B 4296 f° 236). A partir de 1558, cette recette fut – en raison de la mise en place des receveurs alternatifs – gérée en association par Le Vestle et Jean Avril dont le commis Louis Talabardon conclut les comptes pour les années 1558, 1560-1562. Un nommé Hervé Le Vestle, probablement fils du précédent, était encore mentionné comme receveur des fouages de Léon au début des années 1570.

127Gilles du Botmo, sr de Kerguiriou, et Jean Le Marchand, demeurant à Quimper, se portèrent cautions pour lui par acte du 16 septembre 1543 (ALA B 12 838 f° 478). Il accepta lui-même d’être caution de Jean Avril pour la recette des fouages de Cornouaille le 28 mai 1541 (ALA B 12 838 f° 478).

128Cf. notice 135 pour l’ensemble de sa carrière.

ÉVÊCHÉ DE NANTES

Receveurs du fouage de l’évêché de Nantes

Receveurs du fouage de l’évêché de Nantes

129326. Henri Bohier

130On peut très certainement l’identifier au frère cadet de Thomas Bohier, trésorier et receveur général de Bretagne de 1491 à 1494. Bien qu’à cette date, il fût déjà valet de chambre du roi, notaire et secrétaire royal, élu en Basse-Auvergne, il n’en était alors qu’au début d’une carrière qui devait le conduire aux plus hautes charges et notamment à l’office de général des finances de Languedoc, Lyonnais, Forez, Dauphiné et Provence de 1510 à 1522.

131Il ne semble pas avoir exercé d’autres charges en Bretagne.

132Il était marié à Claude Picot, demi-sœur de Michelle Gaillart, elle-même fille de Michel Gaillart, général des finances.

133Pour l’ensemble de sa carrière, voir Lapeyre et Scheurer, Les notaires et secrétaires du roi, t. I, notice 73, p. 43-44).

134327. Martin Ayrolde

135Il appartenait à une famille italienne d’armuriers installée à Angers et à Tours sous le règne de Louis XI et il était probablement le fils de Jacquemin, l’un des quatre premiers maîtres armuriers de Tours dans les années 1470 (Bernard Chevalier, « Tours ville royale », 1356-1520, Paris, 1975, p. 259-262). Il fut prévôt de Tours et élu des aides. Son frère Jacques était notaire et secrétaire royal.

  • 15 Jacquemin Ayrolde avait épousé Perrine, fille de Jean II Briçonnet.

136Pas d’autres charges connues en Bretagne. Il faut noter qu’il réussit à conserver cette recette après la mort de Charles VIII, confirmant ainsi l’influence acquise par les grandes familles tourangelles15 auprès d’Anne de Bretagne.

137Son nom figure sur la liste des officiers français poursuivis sur ordre de François Ier en 1517 pour n’avoir pas réglé leur situation en Bretagne (ALA B 51 f° 190-191). Dans ce cas aussi, ce mandement eut de l’effet puisque Martin Ayrolde conclut en juin 1520 son compte pour l’année 1499 ainsi qu’un apurement pour les années 1494-1496 (ALA B 4296 f° 10). Le dossier ne fut pas clos pour autant et son héritier, Me Jacques de Saintis, était signalé défaillant à deux reprises à la Chambre, le 13 juin 1534 (ALA B 570 f° 97) et le 21 avril 1535 (ALA B 571 f° 28), pour apurer les déports de son dernier compte.

138Sur l’activité de la famille Ayrolde, voir Bernard Chevalier, Tours ville royale, 1356-1520, Paris, 1975, p. 259-262 et Lapeyre et Scheurer, op. cit., notice 21, p. 14.

139328. Pierre Le Royer

  • 16 Ainsi dans le compte d’Olivier Barraud, il était gratifié de 20 1. pour un voyage fait en compagni (...)

140Il commença sa carrière au service du général Jean François de Cardonne dont il était l’un des clercs en 1495-1496, accomplissant pour lui différentes missions dans le duché16. C’est en tant que clerc du même général qu’il perçut le fouage de l’évêché de Tréguier en octobre 1494 (ALA B 4296 f° 263). Le 22 juillet 1497, il fut institué contrôleur des mortes-payes – aux gages de 240 l. par an – suite à la résignation de Tanguy de La Gaubertière (ALA B 51 f° 34). En 1501, il était signalé également comme miseur et commis au paiement des œuvres, réparations et fortifications de Bretagne et le compte des dépenses qu’il fit, cette année-là, pour les fortifications de Saint-Malo a été conservé (ALA E 215/24). Il fut enfin général des mortes-payes, secrétaire et « contrerolleur » général de la guerre, office pour lequel il bénéficiait d’une maintenue en 1515 (ALA B 22 f° 58).

141Il eut René Le Peletier comme commis à la recette des fouages de Nantes (mention le 8 août 1513, ALA B 21 f° 142 et le 30 janvier 1516, ALA B 22 f° 220).

142Il avait épousé Anne Le Roy et il décéda avant le 10 décembre 1519, date à laquelle le roi fit don de l’office de miseur des réparations des place-fortes à Michel Moysan (ALA B 574 f° 48-50). Avant sa mort, il avait déjà été l’objet de l’attention des instances de contrôle puisque dès janvier 1515, après la présentation de son compte de miseur des œuvres et réparations une information avait été ouverte à propos des abus que lui et ses commis avaient perpétrés. Ce n’est pourtant qu’après son décès que les poursuites débutèrent, marquées par l’intervention du pouvoir royal qui demanda, le 17 février 1521, que ses comptes du fouage de Nantes fussent transmis à Paris (ALA B 12 838. f° 31). Il faut attendre ensuite 1529 pour que l’on ait des informations le concernant. Sa succession était alors assumée par Me Pierre du Moustier, huissier du conseil de Bretagne et par Audebert Valleton – qui avait acquis les droits de tous les héritiers de la femme de Le Royer – de qui l’on exigeait, le 26 novembre 1529, qu’ils apurent les déports de ses comptes des fouages. Valleton s’exécuta le 4 mai 1530. Cela ne mit pas fin aux poursuites et, le 22 novembre 1531, le procureur demanda, apparemment sans succès, que l’on instituât une commission pour enquêter sur les fraudes commises par Le Royer quand il était en charge des réparations (ALA B 569 f° 137). Audebert Valleton, quant à lui, se vit encore demander, le 10 novembre 1534, de conclure l’apurement présenté en mai 1530 (ALA B 570 f° 103). Son décès semble avoir, par la suite, mis fin aux poursuites.

  • 17 Un acte de 1514 fait mention de Jean, Pierre et Guillaume Le Royer du pays du Maine.

143Il était probablement d’origine tourangelle ou angevine17.

144329. Audebert Valleton

  • 18 La sœur de Pierre Le Royer, Marie, avait épousé un nommé Jean Valleton – peut-être frère d’Audeber (...)

145Sans que l’on connaisse la nature de ses liens avec le précédent, on peut supposer, qu’en acceptant d’assumer sa succession face à la Chambre, il réussit, par là-même, à récupérer son office de receveur des fouages de Nantes18. Il eut pour commis Gilles Davy – qui lui servit également de procureur – et Thomas Verdereau qui eurent charge de rendre certains de ses comptes (ALA B 570 f° 165).

146On ne lui connaît pas d’autres charges financières en Bretagne. À noter toutefois que le 23 mars 1531, il était présenté comme commis du trésorier général, qui était alors Palamède Gontier (ALA B 569 f° 100).

147Il figure parmi les officiers régulièrement poursuivis à partir de 1529 pour les comptes de Le Royer mais aussi pour les siens et ses « défailles » amenèrent la Chambre à le suspendre le 27 novembre 1529, sans que la menace eût été vraiment mise à exécution puisque Valleton comparut et jura l’arrêt, dès le 2 décembre 1529, jusqu’à entier règlement de son dossier. Ses engagements ne furent que de courte durée et en 1530, 1531, il fut signalé plusieurs fois absent aux ajournements. Ces carences conduisirent les gens des comptes à interdire en 1532 à son commis Gilles Davy de lui verser les gages de son office. De surcroît, le 18 mai 1534, le roi fit don de 1 200 l. à Louis du Bois, sr des Arpentils et lieutenant de Nantes, à prendre sur les 2 028 l. 13 s. 1 d. monnaie dont Valleton était resté redevable par l’apurement d’un compte conclu en mai 1527 (ALA B 570 f° 102). Il semble donc que, si la Chambre parvint à le faire conclure ses comptes – et ce dans des délais de plus en plus rapprochés –, elle eut, par contre, plus de difficultés à l’amener à présenter ensuite les apurements.

  • 19 Journal d’un Bourgeois de Paris, p. 382, 21 janvier 1535 : « dans l’apres dinée furent bruslez tro (...)

148Valleton décéda avant le 26 avril 1535 (ALA B 570 f° 139) mais la donation de ses biens, dont ceux situés dans la paroisse de Gagny, à Louis de Retour, valet de chambre du connétable de Montmorency le 12 janvier 1538 (C.A.F., t. III, 10 664) résulta non de ses activités de financier mais de sa foi protestante qui en fit l’une des premières victimes des persécutions religieuses en France : il fut brûlé à Paris19.

149Audebert Valleton était marié à Marie Buzelin dont il eut deux fils, Pierre (écolier à Paris), et Palamède, notaire et secrétaire du roi. Un nommé François Valleton fut miseur du château de Brest (la vente de ses biens situés en la prévôté et comté de Paris est signalée le 12 mai 1518, ALA B 24 f° 123) et il avait un fils prénommé Jean.

150Il demeurait à Paris – cf. Hamon, op. cit., t. II, p. 817 – mais il avait aussi un domicile rue Saint-Guedas à Nantes (ALA B 570 f° 86).

151330. Gilles Davy

152Commis du précédent. Il rendit compte à la Chambre des fouages de l’année 1534, ce qui peut laisser supposer que Valleton ne les perçut pas effectivement.

153Le 6 septembre 1533, il avait acquis un office de changeur de « toutes espèces d’or et monnaie à Nantes » (ALA B 35 f° 217) et en 1542, il prit la ferme des billots de Saint-Malo (ALA B 575 f° 38). Entre-temps, il avait été chargé de recevoir les deniers levés par la commission de 1535 sur les terres nobles tenues par des roturiers (ALA B 574 f° 106).

154Il était apparenté à la famille Valleton puisqu’il avait épousé Anne Morin dont la mère était une Valleton.

155331. Pierre Tousselin / Touzelin

156Il conserva cette recette pendant vingt-quatre années. Il avait pour commis Audebert Tousselin (ALA B 575 f° 115) qui se chargea aussi de la perception de l’emprunt de la ville de Nantes en 1543 (ALA B 575 f° 39).

157On ne lui connaît pas d’autres activités financières en Bretagne. Il appartenait aux milieux marchands de Tours qui travaillaient pour les maisons royales : le 28 mai 1541,

15811 obtint de la Chambre des comptes de Bretagne un extrait du compte de Clérembaud Leclerc du temps où celui-ci était argentier de la reine Claude afin d’avoir paiement d’une somme qui y était inscrite à son nom (ALA B 574 f° 116).

159Le 19 janvier 1536, il présenta Gratian « Barguam », sieur de La Villardière et Macé Tousselin, sieur de la Boitière, demeurant à Tours comme pièges et cautions jusqu’à la somme de 4 000 l. (ALA B 12 838. f° 475).

160II était sr des Bruettes (B 12 838 f° 475). Sa femme s’appelait Jeanne Marchai/ Marchant (ALA B 580 f° 62). Il mourut avant 1556.

161Il demeurait à Tours mais la famille Tousselin était aussi implantée à Nantes : le 18 septembre 1535, un individu dénommé lui-aussi Pierre Tousselin, habitant en cette ville, se porta caution pour lui (ALA B 12 838 f° 475). Il était sr des Bruettes (ALA B 12 838 f° 475).

162332. Pierre du Juglart

163Il présenta Michel Tousselin comme piège par un acte du 17 octobre 1549 (ALA B 12 838 f° 493).

ÉVÊCHÉ DE RENNES

Receveurs du fouage de l’évêché de Rennes

Receveurs du fouage de l’évêché de Rennes

164333. Jean Lasnier

165Il est représentatif de ce personnel non breton – il était angevin (ALA B 16 f° 97) –qui s’imposa dans le duché après sa prise de contrôle par Charles VIII et dont l’activité en Bretagne se limita au règne de celui-ci. Il prit aussi la ferme des impôts de l’évêché de Rennes en 1495-1496 (B.N. fr. 8310) et celle de la prévôté de Nantes du 1er octobre 1494 au 1er octobre 1498 (ALA B 4297 f° 603, mais il avait peut-être été commis à cette charge).

166Son nom figure dans la liste des officiers poursuivis sur ordre de François Ier en 1517 (B 51 f° 190-191). Pas de mention par la suite.

167Ses antécédents sont peu connus : on note simplement, dans le compte pour l’artillerie de Charles VIII en 1489-1490-1491, la mention d’un nommé Robert Lasnier, marchand demeurant à Tours, qui reçut 1 200 l. « pour l’achapt de 2 400 quartiers d’if qu’il a baillez et livrez pour le fournissement de ladicte artillerie au feur de 10 st chacun quartier d’arc » (A. I.-et-V. 1F 1126 f° 104). Potier du Courcy mentionne une famille Lasnier, originaire d’Anjou, dont furent issus deux maires de la ville d’Angers en 1560 et 1622 et deux conseillers au Parlement de Bretagne en 1587 et 1603. Elle possédait des biens dans la paroisse de la Chevrolière dans l’évêché de Nantes (voir aussi Saulnier, op. cit., notices 780 et 781, p. 576 et 577).

168334. François Daville

169Il s’était porté candidat pour cette charge aussitôt après la mort de Charles VIII (ALA E 128/22). La mention de deux receveurs permet cependant de conclure que l’on revint au début du règne d’Anne à une partition de l’évêché entre Rennes et le tablier de Vitré.

170La nomination de Daville signifia le retour en force des officiers bretons connus avant 1491 et fut la marque de la confiance accordée à la famille Daville elle-même puisque François, outre cette recette, prit en charge celle de Léon en 1499 et que Pierre Daville fut commis de Jacques de Lorignière à Dol. Daville et Le Breton assurèrent la perception des impôts de cet évêché de 1498 jusqu’à au moins 1500 (ALA B 4296 f° 46).

171François Daville appartenait à une famille de la bourgeoisie rennaise déjà bien affirmée avant 1491. En 1492, il prit la ferme des peaux et laines de Rennes (Archives municipales, liasse 1058), la ferme de cloison des draps de 1493 à 1495 (liasse 1059).

172Il décéda avant le 18 mars 1503 (ALA B 14 f° 38). Pas mentionné dans les poursuites des années 1520-1530.

173335. Gilles Le Breton

174Il était très certainement en charge des tabliers de Rennes et de Fougères. Cf. notice 26.

175336. Michel Thierry

  • 20 Ce compte est indiqué comme son premier par Béchameil de Nointel, alors qu’il en avait perçu déjà (...)

176Il fut commis par Jean de Lespinay pour faire la perception du fouage ordonné en octobre 1500. C’est peut-être lui qui exerça la recette, à titre personnel, de 1506 à 1515 – en prenant en charge la totalité de la recette de l’évêché à partir du fouage ordonné en novembre 1507 (mais les documents sont imprécis pour les années 1508-1514)20.

  • 21 Son père Julien avait contrôlé cette recette jusqu’au 1er décembre 1491.

177Sous Charles VIII, il prit en charge la recette ordinaire de Rennes21 et fut miseur de la ville en 1494-1495 (Leguay, La ville de Rennes..., op. cit., p. 323). La restauration des pouvoirs d’Anne lui permit d’élargir ses activités puisque, outre la recette ordinaire de Rennes, il prit également la ferme de la prévôté de Nantes (mention le 29 juillet 1508, ALA B 17 f° 99).

178Il était le fils cadet de Julien Thierry (J. Kerhervé, Cat, t. I, notice 25, p. 104-108) et de son mariage avec Marguerite Boivin, il eut au moins deux enfants, François et Hélène (ALA B 29 f° 66).

179Il était sr de la Prévalaye.

180Cf. notice 245.

181337. Clément Dautie

  • 22 Comme son père Jean Dautie. Les livres de raison de Jean et Clément Dautie ont été conservés, A. I (...)

182Il fut receveur sous François Daville et Jean Champion du fouage ordonné en septembre 1501 (ALA B 4296 45). Il présentait le même profil qu’eux : il appartenait à la bourgeoisie marchande de Rennes22, il prit lui-aussi part à la gestion de sa cité puisqu’il fut miseur de 1496 à 1498 avec Eonnet Delessart (A.M. de Rennes, liasse 1059).

  • 23 Michel Carré, quant à lui, avait épousé en second mariage une dénommée Gillette Dautie – ALA B 569 (...)

183Il était apparenté à la famille Carré (cf. notices n° 42 et 355) : il s’était marié, le 5 juin 1485, avec Jamette Carré, fille de Martin Carré (ALA B 14 f° 115)23. Il décéda le 9 octobre 1503 (A. I-et-V., 2 Eb 15). Il eut cinq enfants : Jeanne, Gillette, Julien, Gilles et Pierre (que l’on retrouve comme contrôleur de la ville de Rennes à partir de 1529, A.M. Rennes, liasses 1066-1067). Sa fille aînée, Jeanne (née le 21 septembre 1491, elle avait pour parrain, Jean de Lespinay, trésorier de Bretagne) épousa Me Etienne Becdelièvre, sr de Bucy, dont le fils Gilles devint conseiller au présidial de Rennes puis conseiller au Parlement de Bretagne.

184Pas mentionné dans les poursuites des années 1520-1530.

185338. Pierre Le Breton

186Il perçut trois fouages au tablier de Vitré pour les années 1500, 1501, 1502 (ALA B 4296 f° 66). Il semble avoir été le dernier receveur de Vitré avant René Chevalerie dans les années 1540.

187Pas d’autres activités financières connues.

188Il était peut-être le neveu de Gilles (ALA E 128/22).

189Son compte fut conclu par sa veuve Georgette Poussemel (ALA B 4296 f° 66).

190339. Jean Champion

191Il perçut le fouage d’une partie de l’évêché de Rennes d’abord en association avec François Daville pour celui qui fut ordonné en septembre 1501 puis seul pour celui d’octobre 1505.

192Il appartenait à une famille de monnayers rennais déjà connue avant 1491 (J. Kerhervé, Cat., t. I, notice 6, p. 75) et qui continua son activité au début du xvie siècle en combinant les spéculations municipales et les charges publiques. Il prit la ferme du devoir d’appétissage de Rennes de 1496 à 1498 (A.M. de Rennes liasse 1059). En 1507-1508, il figurait parmi les notables de Rennes devant lesquels les fermes étaient baillées (liasse 1062). En 1503, il fut sous-fermier du devoir d’impôt dans la juridiction d’Auray avec Charles Guillemot (ALA B 14 f° 140)

  • 24 Il fut miseur de Rennes de février 1492 à février 1493 – A.M. de Rennes, liasse 1058 –, maître des (...)
  • 25 Il fut lui-aussi procureur des bourgeois en 1529-1530 – A.M. de Rennes, liasse 1066 –, en 1534-153 (...)

193D’autres membres de cette famille sont connus : Gilles Champion, maître des monnaies de Rennes (ALA B 570 f° 7, sa veuve Jeanne Le Coursin, tutrice de son fils Georges Champion, fut défaillante à la Chambre, le 28 janvier 1533 pour apurer 569 l. 11 s. 2 d. monnaie), Pierre Champion, sr des Croix, qui fut l’un des éléments moteurs de la cité de Rennes avec les Thierry à la fin du xve et au début du xvie siècles (Leguay, Un réseau urbain..., op. cit., p. 376)24 et Michel Champion, sr de Chartres25.

194Le compte de Jean Champion pour le fouage ordonné en octobre 1505 fut conclu par Pierre Champion le 16 juillet 1511. Le 26 janvier 1536, la Chambre demandait à Michel Champion d’en apurer les déports (ALA B 570 f° 186), cela semble avoir été fait le 15 avril 1539 (ALA B 4296 f° 46).

195340. Bernard Tregouet

196Il offre un cas exceptionnel de longévité d’officier puiqu’il conserva cette recette durant près de vingt-huit années de 1516 à 1544. Cette stabilité s’explique peut-être par la protection de la famille des Rieux : en mai 1530, il était en effet signalé « comme gérant et portant le fait de Suzanne de Bourbon », mère de Claude de Rieux (ALA B 570 f° 143).

  • 26 Guillemyn devint vers cette époque secrétaire en chancellerie ; il fut aussi chargé de la recette (...)

197Il eut pour commis Jean Ledo de 1517 à 1521 (ALA B 568 f° 180) – il rendit compte personnellement à la Chambre pour cette période –, Yvon Guillemyn (lui aussi agent de la dame de Rieux, ALA B 569 f° 140) d’au moins 1525 à 153726 et son propre fils François Tregouet (ALA B 575 f° 113).

198Il fut fermier de la prévôté de Nantes avec Jean Tregouet l’aîné, Jean Pineau... de 1513 à 1516 (ALA B 23 f° 227), fermier du billot dans l’évêché de Vannes (ALA B 25 f° 113) et de l’impôt dans celui de Saint-Malo (ALA B 25 f° 146) en 1520 avec Jean Tregouet le Jeune. Il prit également en charge la perception des emprunts dans l’évêché de Rennes en 1542 (ALA B 575 f° 113).

199C’est Yvon Guillemyn (mention le 6 novembre 1531, ALA B 569 f° 140) qui fit face aux poursuites menées par la Chambre contre Tregouet dans les années 1530 sans que cela entraînât de sanctions particulières à son encontre.

  • 27 Il promit, en même temps, d’élire domicile au tablier de Rennes, ALA B 12 838 f° 460.
  • 28 « Lesquelz Maillard, Robert et Marie ont attesté lesditz Tregouet, Tannerot, Loyleu et Guillemyn s (...)

200La liste de ses pièges et cautions – à l’exception des deux premiers dont l’origine est imprécise – fait apparaître un officier dont les relations se partageaient entre Rennes et Vitré : le 15 février 1536 (l’acte est fait à Rochefort), il présenta pour lui Me Jean Cotherel, sieur de Trégonnaud, et Michel des Landes, sieur de Landelles27. Cela ne parut pas suffisant au général des finances A. Bullioud : il dut, le 23 juin 1537, fournir une nouvelle série de noms : Guillaume Loyleu, sieur de la « Mongnyonaye », bourgeois et marchand de Vitré, Jean Tannerot, sieur de La Robinardière, marchand de Rennes, Me Yves Guillemyn, sieur de La Buzardière, secrétaire du roi en la chancellerie et conseil (ALA B 12 838 f° 473). Preuve du renforcement du contrôle des officiers en cette fin des années 1530, il fut contraint de trouver des témoins confirmant sa solvabilité ainsi que celle de ses pièges pour une somme de 40 000 l. monnaie « ou de renforcer d’autres pieges », ce qui l’amena à présenter Julien Maillard, sieur de Cathelin, René Robert, sieur de la Gralonnière, Guillaume Marie, Josselin Capelier (miseur de Rennes de 1532 à 1534, A.M. de Rennes liasse 1066), Pierre Dautie, contrôleur de Rennes28.

  • 29 Il participa avec eux à la ferme de la prévoté de Nantes de 1513 à 1516. Bernard Tregouet était tu (...)

201Il épousa Marie de « Muzillac » (ALA B 575 f° 156) et était probablement apparenté à une importante famille de receveurs, portant le même nom, dont deux membres, prénommés tous les deux Jean, prirent un très grand nombre de fermes dans les trente premières années du xvie siècle29.

202Il décéda avant le 24 décembre 1545.

203Il était sr de Saint-Saudien et du Bocay dans la paroisse de Noyal-Muzillac (Potier du Courcy, op. cit., t. III, p. 176).

204341. Robinet Goubin

205Béchameil de Nointel indique qu’il fit la recette du fouage dans l’évêché de Rennes pour l’année 1520 et que son compte fut conclu par sa veuve en 1526 (ALA B 4296 f° 47). On ne sait à quel titre il agit. Trois hypothèses peuvent être formulées : soit il fut commis de Tregouet pour une année, soit il y eut à nouveau partition momentanée de l’évêché de Rennes, soit enfin il reçut cette charge pendant une brève suspension de Tregouet. L’information disponible ne permet pas de conclure dans un sens ou dans un autre.

206Cf. notice 246.

207342. René Chevalerie

208Il prit en charge la recette du tablier de Vitré à partir du fouage de 1545 et l’exerça d’abord seul jusqu’en 1554 et ensuite en alternance avec son frère Amaury Chevalerie puis Juibert de Launay. Il perçut le fouage jusqu’en 1570 (ALA B 4296 f° 68).

209Il fut fermier des ports et havres des évêchés de Vannes, Tréguier, Cornouaille, Léon et Saint-Brieuc de 1551 à 1557 (ALA B 4297 f° 586).

210René Chevalerie présenta son propre père Georges, sieur de Lespine (celui-ci l’avait autorisé à prendre cette recette), ainsi que Jean Besnardaie et Bertrand Hardy, marchand de Vitré, comme pièges et cautions par un acte du 25 septembre 1545 (ALA B 12 838 f° 475).

  • 30 Il figura en 1540 parmi les enchérisseurs pour cette même prévôté – ALA B 574f° 273-27.

211Il était le fds de Georges Chevalerie et de Jeanne Le Moyne. C’est son père qui avait posé les bases de la fortune de la famille en multipliant, à partir du début des années 1530, les spéculations fermières : il fut notamment fermier du devoir d’impôt et billot dans l’évêché de Saint-Malo avec Guillaume Loyleu en 1534 (ALA B 36, mention du 4 novembre 1534), fermier de l’impôt dans l’évêché de Nantes en 1535 (ALA B 37 f° 171) puis du billot dans l’évêché de Rennes en 1538 (ALA B 38 f° 187). En novembre 1535, il était sous-fermier du devoir de la prévôté de Nantes au quartier de la Guerche (ALA B 37 f° 173)30 et il prit la ferme de la prévôté de 1548 à 1551. Il s’intéressa enfin à la ferme des ports et havres et à celle de la traite des bêtes vives qu’il prit de 1542 à 1545 (ALA B 575 f° 223) puis de 1548 à 1551 (ALA B 578 f° 88).

212Les biens de René et d’Amaury Chevalerie furent saisis le 23 juillet 1552 pour n’avoir pas présenté les comptes de leur père pour les fermes prises de 1548 à 1551 mais cette saisie fut levée dès le 18 décembre 1553, après régularisation du dossier (ALA B 578 f° 88).

213La famille Chevalerie était originaire d’Anjou et possédait les seigneuries du Boisanger (paroisse de Balazé), de l’Épine, du Plessis et de L’Esperonnière (Potier du Courcy, op. cit., t. I, p. 245). Georges Chevalerie fut autorisé, le 24 avril 1545, par le dauphin Henri à acquérir des terres nobles jusqu’à la valeur de 500 l. monnaie de rente (ALA B 575 f° 154). Il fut anobli, avec sa postérité, en juillet 1547 (ALA B 53 f° 160).

214343. Julien Godart

215Avec lui, la partition de l’évêché de Rennes est à nouveau marquée. Il conserva cette charge jusqu’à sa mort survenue entre 1553 et 1557. Ses trois derniers comptes furent rendus par Jeanne Lombart qui est présentée, dans les listes de Béchameil de Nointel, tantôt comme sa veuve, tantôt comme la veuve d’un dénommé Michel Godart (ALA B 4296 f° 50).

216Il présenta Me Louis Godart et Michel Godart comme pièges par un acte du 16 octobre 1545 (ALA B 12 838 f° 474).

217Les Godart était une famille de Vitré (mention de Michel Godart dans Clouard E., « Deux bourgeois de Vitré. Journal inédit – 1493/1583 – », Revue de Bretagne, 1914, p. 70-91, p. 133-142, p. 197-237).

ÉVÊCHÉ DE SAINT-BRIEUC

Receveurs du fouage de l’évêché de Saint-Brieuc

Receveurs du fouage de l’évêché de Saint-Brieuc

218344. Philippe Bertho / Berthault

219Pas d’autres activités financières connues dans le duché avant 1491. Il eut pour commis Alain Le Forestier et Jean de Langan.

220Les héritiers de J. de Langan et d’A. Le Forestier (à savoir Mathurin Le Forestier, héritier de Alain par représentation de son père Raoul, et Raoul Piron héritier de Jeanne de Langan, fille de Jean) furent convoqués en 1544 pour apurer les déports d’un compte qu’ils avaient présenté en mars 1500, ce qu’ils firent le 16 avril 1548 (ALA B 4296 f° 142).

221Il appartenait peut-être à une famille originaire du pays de Lamballe. Cf. J. Kerhervé, Cat., t. III, notice 42, p. 641.

222345. Jean Régnier

223Il eut également pour commis Alain Le Forestier et Jean de Langan à qui il fut demandé le 23 avril 1544 d’apurer des déports de 83 l. 19 s. 2 d. pour un compte conclu en mars 1500 (ALA B 575 f° 36).

224Pour l’ensemble de sa carrière, cf. notice 41.

225346. Thébaud Goures

226Son institution fut la conséquence de la prise de contrôle de la nomination des officiers par Anne après la mort de Charles VIII. Cette recette avait été pourtant demandée par Gilles Le Breton et son neveu « à defaut de Vannes » (ALA E 128/22) ; le fait que ces derniers ne l’aient pas obtenue laisse deviner les subtils marchandages qui eurent lieu lors de la période de restauration qui s’ouvrit en 1498.

227Pas d’autres activités financières connues.

  • 31 Pour sa carrière, cf. J. Kerhervé, Cat., t. II, notice 25, p. 416.

228Il eut plusieurs commis dont Jean de Langan et Alain Le Forestier de 1502 à 1505, Vincent Le Blanc31 à une date incertaine – il était peut-être associé aux deux précédents – et Pierre Le Mintier, Jean Chastel l’aîné, Jean de Langan et Jean Espivent vers 1507-1508 (ALA B 17 f° 38). Béchameil de Nointel signale en outre que « Pierre » de Lespinay (erreur sur le prénom ?), fils de Jean, fut également son commis pour l’année 1506 (ALA B 4296 f° 142).

229La réouverture des dossiers des anciens officiers après 1535 entraîna la convocation de son fils Olivier à la Chambre le 7 mai 1539. Il lui fut demandé de conclure le compte de Thébaud pour l’année 1504 ainsi que d’apurer les déports de son septième compte. Face à ces demandes, il exigea que les héritiers des commis de son père, à savoir Jean de Langan, Pierre/Raoul Le Mintier et Vincent Le Blanc, fussent également assignés à comparaître. Face à Pierre Le Blanc, fils de Vincent, qui soutint qu’il n’était pas sujet à la juridiction de la Chambre, Olivier Goures réclama qu’il fût obligé à lui rendre compte des impôts et fouages de Saint-Brieuc suivant un arrêt déjà donné en ce sens par les gens des comptes le 19 mars 1504 (ALA B 575 f° 45). De même, il obtint le 28 juin 1543 que la veuve de Le Mintier, commis de son père en 1507, fût obligée de traiter devant la Chambre « selon le pouvoir qui lui est donné de juger les problèmes entre receveurs » (ALA B 574 f° 352).

230Toutes ces procédures aboutirent à quelques résultats : le 23 avril 1550, Olivier Goures put présenter un apurement d’un montant de 360 l. 15 s. pour un compte de son père conclu le 16 avril 1540 (ALA B 576 f° 182).

231Il descendait probablement de Jean Goures, receveur de Châtelaudren et de Goélo dans les années 1420 (Cf. J. Kerhervé, Cat., t. II, notice 4, p. 543) et, à tout le moins, il se rattachait à cette famille, domiciliée à Etables, comme le confirme la maintenue qu’il obtint le 30 octobre 1523 « sur un enfeu, banc et accoudouer estant en l’eglise parochiale d’Estable » (ALA B 28 f° 194).

232347. Étienne Jallier

233Il prit cette recette avant la mort de Goures sans que l’on sache exactement dans quelles conditions s’effectua le passage entre les deux officiers.

  • 32 Un extrait de ce compte, qui fut transmis à la commission Le Rouge, figure dans les registres de l (...)

234Sa carrière commença en mettant à profit la création des offices de payeur du personnel des principales institutions bretonnes. Il fut commis de Jean Croquesel quand celui-ci était payeur des gens du Parlement (mention le 8 juillet 1508, ALA B 17 f° 90) ; il travailla ensuite au service de Philibert Tissart et de Guillaume Loysel de janvier 1512 à janvier 1519 quand ceux-ci étaient commis – sous Nicolas Duval ? – au paiement des gens des comptes (ALA B 576 f° 65). C’est à ce titre qu’il fut chargé de la perception des restes des comptables (ALA B 568 f° 131) et probablement aussi du financement des travaux de réparation de la Chambre qui furent réalisés grâce à ces mêmes restes32. Il fut enfin commis de Gilles Carré au paiement des gens du conseil (mention du 27 mai 1517, ALA B 23 f° 18).

235L’origine de Jallier est difficile à déterminer avec précision. Les procès qu’il eut avec les héritiers de sa femme, Madeleine le Comte – qui mourut avant le 2 août 1515 –, révèlent que la famille de cette dernière était domiciliée pour partie à Angers – notamment Me Jacques Le Comte, Me Jean du Pin et sa femme Marguerite Le Comte – et pour partie à Nantes – dont Jean Vivien, marchand, époux de Jeanne Le Comte – (ALA B 22 f° 129). On ne sait pas non plus s’il y avait des liens entre lui et François Jallier, receveur ordinaire de Nantes à la fin des années 1540 (cf. notice 190).

236Il n’est pas mentionné parmi les officiers poursuivis dans les années 1520-1530 ni pour ses comptes des fouages ni pour les commissions qu’il exerça, la charge de rendre compte du paiement des gens des comptes incombant notamment aux héritiers de Loysel et de Tissait.

237348. Guillaume Percherel

238Il commença sa carrière dans l’évêché de Saint-Malo où il fut successivement commis de Michel Carré à la recette des impôts et fouages (mention du 29 juillet 1508, ALA B 17 f° 98), fermier des impôts et billots en 1509 (ALA B 18 f° 28), en 1513 (ALA B 21 f° 37) et 1517 avec Jean Hade (ALA B 23 f° 191, mais l’association de ces deux hommes dut concerner également d’autres années) et en 1522 (ALA B 27 f° 179).

239Il fit l’objet de peu de poursuites : il fut seulement demandé à son fils Jean Percherel le 19 décembre 1529 (ALA B 569 f° 18) et le 29 mars 1530 de conclure l’un de ses comptes – sans autre précision – puis d’en apurer les déports s’élevant à 78 l. 10 s. 2 d. oboles (ALA B 569 f° 41). Pas de mention par la suite.

240Sa femme s’appelait Jeanne Faverel. Il eut au moins deux fils, prénommés tous les deux Jean. L’aîné fut commis de Gilles Carré à la recette des fouages de Saint-Malo (ALA B 570 f° 102).

241Il était sr du Couedic (juridiction de Ploërmel ?).

242349. Jean de Néant

243Il conserva cette recette pendant plus de trente années. Il l’exerça sous différentes formes : d’abord seul jusqu’en 1552, en association avec Guillaume de Néant – en 1552, 1553 et 1554 –, en alternance avec Pierre Cornullier à la fin des années 1550 puis à nouveau seul jusqu’en 1564 (ALA B 4296 f° 145-146).

244Il fut fermier du billot de l’évêché de Vannes avec Jean Tregouet le jeune en 1519 (ALA B 24 f° 246).

245Il fit l’objet de quelques poursuites pour sa propre gestion en 1534 et, le 6 juillet de cette année-là, il est mentionné dans la liste qui fut remise à Julien Bertho, receveur des restes, pour des comptes rendus depuis le 21 mai 1533 (ALA B 570 f° 111).

  • 33 À identifier probablement avec l’individu du même nom qui fut fermier de l’impôt dans la juridicti (...)

246La liste de ses pièges trace le portrait d’un officier dont les relations semblaient se limiter à l’évêché de Saint-Brieuc : il présenta, par acte du 28 septembre 1537, Christophe Toumegoët, sieur de La Grange33, Louis Poulain, sieur de La Guesnière, Henri de Lesmelin, Julien Léon, sieur de La Haye (ALA B 12 838 f° 476). Il se porta lui-même caution pour son fils Guillaume (acte du 27 septembre 1546, ALA B 12 838 f° 476).

247Il était marié à Laurence Poulain (ALA B 571 f° 571). Son père s’appelait également Jean de Néant et était sr du Val (ALA B 37 f° 136).

ÉVÊCHÉ DE SAINT-MALO

Receveurs du fouage de l’évêché de Saint-Malo

Receveurs du fouage de l’évêché de Saint-Malo

248350. Jean Langlois / Langlays

249Il prit également à ferme la recette de Dinan jusqu’en 1495 (B.N. fr. 8310 f° 32) et l’impôt de l’évêché de Rennes entre 1498 et 1503 (ALA B 14 f° 80).

250Il fut partiellement indemnisé de la somme de 3 980 l. qui lui était due à la fin du règne de Charles VIII en recevant 800 l. en 1501 (état fait le 16 février 1501 et remis à Pierre Thierry, commis au paiement des dettes de Bretagne, ALA E 209/35).

251351. Guillaume Picaud

252Il avait commencé son activité avant 1491 : il avait été successivement maître particulier de la monnaie de Nantes de 1486 à 1488, receveur ordinaire de Nantes de 1488 à 1491 et receveur du fouage dans les diocèses de Nantes et de Saint-Malo en 1491.

253Le 10 mai 1531, la saisie fut mise sur ses biens – dont le lieu de Bréront – pour non apurement de ses comptes de receveur ordinaire et de maître des monnaies de Nantes. La difficulté pour la Chambre fut de trouver ses héritiers. Après enquête, le procureur s’attaqua à sa veuve, Jeanne Bazire, remariée après son décès à Jean Lescouble. Il lui fut demandé, le 13 juin 1531 (ALA B 569 f° 118), d’apurer les déports de son dernier compte (sans autre précision). Cinq années plus tard, le 19 janvier 1536 (ALA B 570 f° 182), le dossier n’était toujours pas clos ; les poursuites étaient maintenues contre Patrice Picaud, fille de Guillaume, après la mort de Jeanne Bazire survenue avant le 18 avril 1532 (ALA B 569 f° 163).

254Il avait été anobli en 1479 et était sr du Tertre.

255Cf. J. Kerhervé, Cat., t. II, notice 21, p. 324-325

256352. Laurent / Roland Budé / Bude

257Il fut receveur de 1493 jusqu’au moins 1496.

258Il fit la perception des impôts de cet évêché en 1495-1496. Il était aussi, à la même période, trésorier receveur général chargé du paiement des officiers fondeurs et des canonniers ordinaires de l’artillerie du roi (B.N. fr. 8310 f° 174).

259On peut peut-être l’identifier avec le personnage du même nom, né le 29 avril 1469, dont le père, Jean Budé, fut notaire et secrétaire royal et commis notamment au paiement des 60 lances commandées par le sr de Rieux en 1495. Une famille Budes était attestée dans l’évêché de Saint-Brieuc depuis 1423 : on ne sait s’il en faisait partie (Saulnier, op. cit., p. 180-181).

260Voir Lapeyre et Scheurer, Les notaires et secrétaires du roi, t. II, planche XXV.

261353. Jean Le Febvre / Fèvre

262Il fut commis à la recette des impôts et fouages de Saint-Malo par Olivier Barraud (mention du 30 avril 1540, ALA B 573 f° 407).

263En 1535, la commission Poyet condamna les héritiers de ce dernier à payer 3 534 l. 11 d. monnaie encore dus par Le Fevre (ALA B 573 f° 407-408).

264Un individu portant le même nom était secrétaire de Louis XI au début des années 1480. Il était un notable d’Angers, comme Olivier Barraud, ce qui pourrait permettre de l’identifier avec notre receveur – ou son fils – (Lapeyre et Scheurer, op. cit., notice 392, p. 192).

265354. Thomas de Riou

266Avec lui, on revint à une partition de l’évêché de Saint-Malo : Thomas de Riou aurait eu la charge de l’archidiaconé de Porhoët. Il dut probablement son institution à trois éléments : la restauration des pouvoirs d’Anne de Bretagne en 1498, la protection du prince d’Orange dont il avait géré une partie des biens en Bretagne et sans doute aussi à l’argent qui lui était dû depuis au moinsl491 (en 1501, il réclamait encore à la reine 22 972 l., ALA E 209/24 f° 11. Il fut partiellement remboursé en 1501, ALA E 209/35).

267Il était déjà en activité avant 1491 et fut, sans doute à titre de compensation pour les dépenses qu’il avait faites au service d’Anne, maintenu à la tête de l’argenterie de son écurie jusqu’en 1493 (A.N. KK 83 f° 18).

268Pour l’ensemble de sa carrière, cf. J. Kerhervé, Cat., t. III, notice 50, p. 655-656.

269355. Michel Carré

270Il perçut le fouage de l’archidiaconé de Dinan dès octobre 1498, faisant ainsi partie des receveurs promus par Anne de Bretagne après la mort de Charles VIII (ALA E 128/22). Il dut cette nomination à deux éléments : son origine rennaise et son appartenance à l’hôtel de la reine où il occupait la charge d’apothicaire depuis 1494 aux gages de 200 l. par an (B.N. fr 8269 f° 403).

271Pas d’autres activités financières connues.

272Dès 1487, il figurait sur une liste d’habitants de Rennes taxés pour un emprunt fait au nom du duc François II. Sous le règne de Charles VIII, après la réorganisation de l’hôtel d’Anne, les bourgeois rennais mirent à profit sa présence auprès de la reine, pour le faire intervenir en leur faveur : le 30 juin 1494, le miseur de Rennes lui versa 10 écus pour avoir fait sceller à Lyon un mandement ordonnant que la chancellerie siègeât une partie de l’année à Rennes (A. M. de Rennes, liasse 1059, f° 9). Il devint après la mort d’Yves Brulon, procureur des bourgeois de Rennes, charge qui l’amena à représenter la ville aux États tenus à Vannes en 1508.

273Il avait épousé en second mariage Gillecte Dautie qui était vraisemblablement la sœur de Clément Dautie (cf. notice 337). Il était le père de Jean Carré (cf. notice 320) et de Gilles (voir ci-dessous).

274Michel Carré mourut le 12 avril 1509 (A.M. de Rennes, liasse 1062). Ses derniers comptes furent conclus par sa veuve. C’est son fils Gilles qui eut la charge, dans les années 1530, d’apurer les déports de ses comptes

275356. Gilles Carré

276Fils du précédent.

277Il portait le titre de receveur des fouages de l’évêché de Saint-Malo et mit fin à la partition de cette charge entre Dinan et Porhoët. Il eut pour commis Jean Hade et Guillaume Percherel (ALA B 27 f° 138). Le 8 novembre 1519, il bénéficia d’une remise de six deniers par livre sur ses recettes du fouage (ALA B 51 f° 210).

278Pour l’ensemble de sa carrière, cf. notice 42.

279357. Julien Bazire

280Il était commis de Nicolas Berthereau (ALA B 570 f° 153) et présenta à la Chambre le compte pour l’année 1533 (ALA B 4296 f° 34).

281Il fut également commis à la miserie des réparations et avitaillements de Saint-Malo (ALA B 573 f° 115), fermier du billot de l’évêché de Saint-Malo en 1534 (ALA B 36 f° 30). En 1537, il fut chargé de la perception des deniers dans les villes de Saint-Malo et de Dinan pour le paiement de 80 hommes de guerre (ALA B 576 f° 146).

282Il était sr du Vaulabert (ALA B 37 f° 90).

283358. Nicolas Berthereau

284Il profita de la destitution de Gilles Carré pour obtenir cet office. Il était en fonction dès le 23 mai 1532, date à laquelle ordre fut donné au trésorier de l’Epargne de lui verser 500 l. pour les réparations de la ville de Saint-Malo (C.A.F., t. II, 4583, p. 147). Le 14 septembre 1538, il fut autorisé par le roi à résigner son office de receveur à survivance en faveur de Jean et Simon Avril sans payer le quart habituel de cet office (C.A.F., t. III, 10282).

285On ne lui connaît pas d’autres charges financières en Bretagne.

  • 34 Le 19 juin 1533, le roi lui fît don ainsi qu’à Cosme Clausse de 500 écus soleil à prendre sur les (...)

286Il était secrétaire de la Chambre du roi34. Il obtint, le 4 septembre 1537, l’office de bailli et concierge du Palais Royal à Paris après la résignation du sr de la Rochepot « avec bail à main ferme des maison, chambre, terrasses et dependances estans audict palais pres la chapelle où l’on chante la messe des presidens » (C.A.F., t. III, 9290). Le 11 septembre de la même année, il bénéficia d’un don de 600 l. parisis sur l’ordinaire de Paris, avec la jouissance des places, bancs et sièges des procureurs et avocats en la grande salle du Palais (C.A.F., t. VI, 21332). Il fut associé à plusieurs missions diplomatiques notamment en juillet 1537, avec Jean d’Albon, sr de Saint-André, et Guillaume Poyet pour négocier la trêve de Monzon (C.A.F., 20 juillet 1537, 9194) et, à une date indéterminée (en 1538 ou 1539), avec le connétable de Montmorency, Guillaume Poyet, Gilbert Bayard pour traiter de la paix avec Charles-Quint (C.A.F., 29749). Il dut sa carrière au connétable de Montmorency dont il était l’un des secrétaires et l’homme de confiance (Brigitte Bedos Rezak, Anne de Montmorency, seigneur de la Renaissance, Paris, 1990, p. 80-82).

287Il était sr de Villiers-Le-Sec. Le 23 mars 1538, il fit hommage au roi pour la seigneurie de Boissonnay, mouvant de Châteauneuf-sur-Loire, qui lui appartenait grâce à sa femme Marie de Saint-Mesmin (C.A.F., t. VI, 21755).

288359. Jean et Simon Avril

289Ils rendirent compte de cette charge tantôt séparément (Jean pour les années 1539-1540, Simon pour l’année 1541), tantôt ensemble (de 1542 à la fin des années 1570).-Ils font partie de l’une des familles bretonnes qui s’est le plus affirmée dans le domaine financier sous le règne de François Ier. La description de leur activité ne peut se faire sans présenter en premier lieu leur père Alain Avril. Ce dernier était sans doute le petit-fils de Philippe Avril, domicilié dans la région de Redon, dont les héritiers étaient signalés défaillants aux montres de l’évêché de Vannes les 21 avril 1472 et 4 septembre 1481 (De Laigue, cité par Michel Duval). Le 22 mars 1503, un certain Alain Avril était miseur de Redon sans que l’on sache s’il s’agit de notre personnage (ALA B 14 f° 43).

290L’activité d’Alain Avril peut être suivie à partir du début des années 1520. Elle fut marquée surtout par la prise d’un très grand nombre de fermes : fermes des impôts et billots de Saint-Brieuc en 1522 (ALA B 27 f° 32), des évêchés de Vannes, Saint-Malo et Saint-Brieuc en 1523 (ALA B 28 f° 57), de l’évêché de Cornouaille en 1525, 1527, 1533 ; fermes des impôts de Saint-Malo en 1526 (ALA B 30 f° 65), des évêchés de Nantes, Vannes, Cornouaille et Saint-Brieuc en 1533... On le trouve aussi comme fermier des sècheries de Cornouaille du 1er octobre 1530 au 30 septembre 1536 (ALA B 121), fermier des brefs du 1er octobre 1533 au 30 septembre 1536 (ALA B 571 f° 43) et du 1er octobre 1539 au 30 septembre 1542 (ALA B 4297 f° 586), fermier des ports et havres de Bretagne du 1er octobre 1524 au 1er octobre 1527 (ALA B 4297 f° 585) et du 1er octobre 1530 au 1er octobre 1533 avec Arthur Avignon (ALA B 34 f° 144). Il fut commis à faire la recette des mêmes ports et havres d’octobre 1536 à septembre 1537 en attendant que les fermiers en titre fussent en mesure de fournir des pièges ; c’est A. Bullioud qui le déchargea de cette tâche lors de sa venue en Bretagne en 1537. En 1534, il prit l’office de trésorier des États, le conservant jusqu’en 1540, année au cours de laquelle il le résigna – à survivance – en faveur de son fils Jean (le premier compte de celui-ci commence en 1545, A.D. I. et V. C 2857-2859).

291La carrière de ses deux fils, Jean et Simon, se développa dans le sillage de la sienne (il est probable qu’ils commencèrent leur carrière comme consorts dans les fermes prises par leur père). Ainsi Jean fut-il fermier de l’impôt et billot dans les évêchés de Tréguier et Cornouaille en 1538 (ALA B 38 f° 177), fermier des brefs de Bretagne du 1er octobre 1536 au 30 septembre 1539 (ALA B 573 f° 241) du 1er octobre 1542 au 30 septembre 1545 (ALA B 573 f° 375). Il rechercha, parallèlement, à participer à la recette des fouages, devenant en 1537 commis de Jean Sachet, receveur de Cornouaille (il lui succéda à partir de 1540) puis bénéficiant de la résignation de Berthereau pour l’évêché de Saint-Malo. Le 5 juin 1537, il accéda à la charge de receveur et payeur des gens des comptes après la résignation d’Etienne Tissait (ALA B 571 f° 303-304). Il prit enfin la suite de son père comme payeur des États avant de céder cette charge à son propre fils prénommé lui-aussi Jean.

292La carrière de son frère Simon semble plus modeste puisqu’en dehors de la recette des fouages de Saint-Malo, il n’est signalé que comme receveur des aides de Bretagne, charge dans laquelle il succéda à Noël Hays en 1537 (ALA B 12 838, f° 473), comme receveur des emprunts à Saint-Malo et Dinan en 1542 (ALA B 575 f° 66) et comme fermier des ports et havres de 1548 à 1551 avec Georges Chevalerie et Hervé Le Vestle (ALA B 577 f° 174). Le 18 juillet 1541, Jean Avril résigna (à survivance) son office de payeur des comptes en sa faveur mais on ne sait s’il l’exerça véritablement puisque sept années plus tard, le 11 avril 1548, le même Jean Avril faisait une nouvelle résignation au profit de son fils Jean (ALA B 576 61).

  • 35 Il fut notamment fermier des brefs de 1527 à 1530 avec Jean Le Cleuziou, ALA B 571 f° 41.

293Dans toutes leurs charges, Jean et Simon bénéficièrent de l’appui de leur père qui se porta caution pour eux, la Chambre des comptes n’acceptant même que Jean devînt leur payeur qu’après qu’il en eut été expressément autorisé par Alain Avril (ALA B 571 f° 364). Les autres pièges et cautions qu’ils présentèrent font apparaître une famille liée aux milieux financiers bretons : pour la charge de payeur des gens des comptes, Jean, outre son père, présenta Me Noël Hays, receveur des fouages de Léon (ALA B 12 838 f° 472) ; pour celle des fouages de Cornouaille, il présenta Hervé Le Vestle (cf. notice 135), Bertrand Rozens, sieur de La Forêt, de Quimper, Yvon Le Cluziou35, François Lestic, de Paimpol (cf. notice 280) et Me Guillaume Rouxel de Saint-Brieuc (ALA B 12 838, notice 1587, acte du 28 mai 1541) ; pour la recette de Saint-Malo, Jean et Simon, présentèrent François Le Coutelier, sieur de Penhoët et du Brossay dans l’évêché de Nantes (à identifier sans doute avec celui qui fut commis à la marine sous Jean Parajau, ALA B 574 f° 292).

294Les Avril exercèrent d’importantes fonctions au service des Laval : Alain fut trésorier et receveur général de Guy XVI – il est attesté en tant que tel en 1526 et son fils Jean occupa les mêmes fonctions auprès de François de Coligny (Gui XIX de Laval). Simon, quant à lui, était fermier de la Roche-Bernard, domaine des Laval, en 1545-1546 (A. Pacault, op. cit., t. II, p. 452 et note 79 p. 498).

  • 36 Cet anoblissement récompensa sa longue carrière financière – sa fidélité aux Rieux ? – et peut-êtr (...)

295Alain Avril était sr de la Boissière, de « Crymeur » et surtout de Lourmaye (en Nivillac). Il épousa Marthe de la Grée, veuve de Jean de Bellebarbe, dont il eut sept enfants : Jean (époux de Marie de Bellebarbe, fille de Jean de B.), Simon (époux de Vincente de Bellebarbe, fille de Jean de B.), Michelle (épouse de Jean Rocaz, cf. notice 317), Françoise (épouse de Julien Picaud, cf. notice 243), Claude (épouse de Gilles du Fresne), Mathieu et Jeanne. Alain Avril fut anobli en juillet 1547 pour « avoir touzjours honorablement et noblement vescu » et s’être « diligemment et curieusement employé pour le service du roi en plusieurs et maintes manières, mesmement pour le bien publique dudit pays de Bretagne » (ALA B 53 f° 40-41)36. Son fils aîné Jean lui succéda comme sr de Lourmaye ; il bénéficia, le 22 août 1555, du don du droit de rachat – il s’élevait à 120 l. – dû au roi après la mort d’Alain Avril (celui-ci décéda vers 1551) et de Marthe de la Grée, son épouse, ainsi que des droits de lods et ventes pour l’acquisition qu’il avait faite avec son père de la seigneurie de La Grée et des salines de Laval en Guérande (ALA B 580 f° 212, enregistrement par la Chambre le 22 octobre 1557). Simon était sr de Tregouet en Beganne, terre qu’il aurait achetée à Renée de Rieux, sœur de Claude et épouse de Pierre de Tournemine.

296Le fils de Jean, sieur de la Grée, devint conseiller au parlement en 1568 puis premier président aux comptes de Bretagne. Il mourut en 1590 (Saulnier, op. cit., t. I, notice 33, p. 48-49).

ÉVÊCHÉ DE TRÉGUIER

Receveurs du fouage de l’évêché de Tréguier

Receveurs du fouage de l’évêché de Tréguier

297360. Julien Rivault

298Cf. notice 269.

299361. Pierre Le Royer

300Il était associé à Julien Rivault.

301Cf. notice 328.

302362. Jean Briçonnet

303Il prit en charge cette recette du 15 novembre 1496 au 1er avril 1498 (ALA B 575 f° 113). Il fut également receveur des aides de Bretagne (B. N. fr 8 310 f° 165).

304Plusieurs Briçonnet portaient ce prénom : l’un fut trésorier du roi de Naples, l’autre fut trésorier général des finances de Provence et Dauphiné ; il peut s’agir ici d’un membre plus modeste de cette importante famille qui montra son intérêt pour la Bretagne puisque, en-dehors de ce receveur, on note aussi la présence de Nicolas B., comme contrôleur des finances du duché (Cf. notice 20).

305Voir Guy Bretonneau, Histoire généalogique de la maison des Briçonnet (1620) ; Cl. Bassereau, Jean Briçonnet l’aîné (1420 ? – 1493) et Jean Briçonnet le jeune (?-1502), bourgeois de Tours et financiers au xve siècle, 1951 (Thèse de l’École des Chartes déposée aux Arch. dép. d’Indre-et-Loire).

306363. Pierre Gibon

307Dans la liste d’officiers dont la nomination relevait de la compétence d’Anne en 1498, il est indiqué que « Tréguier est donné à Pierre Gibon, fils Grisso » (ALA E 122/28). Il exerça cette recette pendant sept années et demie jusqu’au 14 novembre 1505 en association avec Pierre de Lanvaux (ALA B 4296 f° 263). Le 29 juin 1506, il fut institué secrétaire en chancellerie suite à la résignation de son frère aîné, Jean (Rosmorduc, op. cit., t. IV, p. 174-175) ; cela peut expliquer qu’il ait abandonné par la suite cet office de receveur.

308Pas d’autres activités financières connues.

309Il était le fils de Jean II Gibon, sr du Grisso, homme de confiance de la reine Anne, procureur et auditeur à la Chambre des comptes jusqu’en 1504 (Cf. notice 423).

310Il était sr de Kerbescond dans la paroisse de Séné (évêché de Vannes). Il mourut en décembre 1533, laissant au moins une fille, Françoise, épouse de Me Geoffroy de la Tertrée (ALA B 2333).

311364. Pierre de Lanvaux

312Il continua à percevoir le fouage de Tréguier jusqu’en 1508 puis on le retrouve encore mentionné pour le fouage ordonné en 1512 (ALA B 4296 f° 263). Il perçut probablement le fouage d’une partie de cet évêché, d’abord avec Pierre Gibon puis avec Yvon Derien.

313Son compte pour les années 1505-1508 fut rendu par Jean de Rosmadec (ALA B 4296 f° 263).

314Pas d’autres activités financières connues.

315C’est peut-être le même personnage qui était secrétaire en chancellerie en 1503 et qui bénéficia, le 3 mai 1503, du don des offices de procuration de Châteauneuf-du-Fou, Daoulas et Huelgoat (ALA B 14 f° 58) et d’une maintenue le 29 mars 1503 sur l’office de procureur de Muzillac (ALA B 14 f° 46). Le 27 juillet 1505, Louis XII autorisa Anne de Bretagne à accorder l’office de procureur de la cour et juridiction de Ploërmel à ce même Pierre de Lanvaux, secrétaire (ALA B 15 f° 78).

316On ne sait quels étaient ses liens avec Olivier de Lanvaux dont le père se prénommait également Pierre (cf. notice 433). Cependant, leur commune implantation dans la région de Ploërmel, le fait aussi que Olivier de Lanvaux se retrouva en 1515 doté de l’office de procureur de Ploërmel que Pierre avait occupé précédemment laissent à penser qu’ils appartenaient tous les deux à la même famille. Cela confirmerait la faveur dont jouissait cette dernière sous Anne de Bretagne et l’influence qu’elle exerçait dans deux institutions importantes du duché – à savoir la Chambre des comptes pour Olivier et la chancellerie pour Pierre (il est l’un des secrétaires dont la signature se retrouve le plus souvent dans les registres jusqu’en 1514).

317365. Yvon Derien

318Le 15 janvier 1508, il bénéficia d’une confirmation du don de l’office de receveur des fouages d’une partie de l’évêché de Tréguier (ALA B 17 f° 7).

319Il était déjà en activité en 1491, date à laquelle il perçut le fouage de la moitié est de l’évêché de Cornouaille avec Jean Soulaine (J. Kerhervé, Cat., t. III, notice 60, p. 579). On retrouve ensuite trace de son activité sous le règne d’Anne durant lequel il fut fermier des sècheries de Cornouaille avec Alain Rolland, Alain Le Garz, Henri Le Baud, François Guillart, fermier des ports et havres et des brefs de Bretagne avec François Guillart du 1er octobre 1509 au 30 septembre 1512 (ALA B 18 f° 220), fermier de la traite des choses mortes de Ploërmel du 1er décembre 1512 au 30 novembre 1515 avec Jean de Kergouet (ALA B 21 f° 80), fermier de l’impôt des vins au bailliage de Poher avec Guillaume Le Cozic en 1510 (ALA B 18 f° 220) et receveur ordinaire de Morlaix du 28 octobre 1508 au 15 juin 1513 (cf. notice 292).

320Il mourut avant le 23 avril 1517 (ALA B 23 f° 198).

321366. Jean de Kermelec

322Il fut commis d’Yvon Derien et rendit compte à la Chambre pour les années 1515-1517 (ALA B 4296 f° 263). Il fut peut-être également commis de Thébaud Guillart mais on ne peut se prononcer avec certitude d’autant que dans les registres de chancellerie une erreur semble avoir été commise en mentionnant J. de Kermelec « commis à la recette des impôts et fouages de Saint-Brieuc sous feu Me Thébaut Guillart » (mention du 28 octobre 1525, ALA B 29 f° 186).

323On ne lui connaît pas d’autres charges financières en-dehors de la recette ordinaire de Morlaix où il succéda au même Derien.

324Cf. notice 294.

325367. Thébaud Guillart

326Il prit la recette de Tréguier à partir de 1518, chargeant l’un de ses commis, Salmon Josson, d’en rendre compte à la Chambre (ALA B 4296 f° 263-264). Ses autres commis furent Alain et Jean Olivier (ALA B 28 f° 127).

327On le trouve associé à Pierre Lonoré avec lequel il prit notamment la ferme de la traite des blés des évêchés de Nantes et de Vannes du 1er octobre 1509 au 1er octobre 1511 (ALA B 19 f° 60) et celle des impôts et billots de l’évêché de Cornouaille en 1520 (ALA B 25 f° 90). Il fut par ailleurs receveur ordinaire de Carhaix du 20 juin 1521 au 21 décembre 1523 (cf. notice 123).

328Il était très certainement apparenté à François Guillart, trésorier des guerres ainsi qu’à son frère, lui-aussi prénommé François, membre de la Chambre des comptes (cf. notices n° 298 et 299). Ils eurent tous les trois un même héritier, Charles Guillart (ALA B 573 f° 131).

329Pas de poursuites à son encontre à propos de cette recette.

330On peut très certainement l’identifier avec le personnage du même nom qui, le 27 juin 1523, obtenait « une maintenue et sauvegarde sur les maisons et métairies de Coetcour-den situées en la paroisse de Pestivien et d’un village vulgamment appelle Kerinallen » (ALA B 28 f° 113).

331Il décéda avant le 28 octobre 1525 (ALA B 29 f° 186) et peut-être même vers décembre 1523 (mois où s’achève son compte de receveur ordinaire de Carhaix).

332368. Jean Hux l’Aîné

333Il accéda à cette recette après le décès de Thébaud Guillart. Il la conserva jusqu’à son accession à la Chambre des comptes. Robert du Galais, sr du Tertre, bénéficia, le 13 avril 1534, du quart de la résignation que Jean Hux avait faite de son office de receveur des impôts et fouages de l’évêché de Tréguier au profit de Noël Barbillon.

334Pour l’ensemble de sa carrière, cf. notice 446.

335369. Noël Barbillon

336Il bénéficia de la résignation de Jean Hux (ALA B 570 f° 73-74). Il eut pour commis Roger Pitois (mention le 15 juillet 1538, ALA B 573 f° 111).

337Il présenta Me Noël Hays, Antoine Symonain et Roger Pitois comme pièges par acte du 26 décembre 1534 (ALA B 12 838 f° 476-477).

338Pour l’ensemble de sa carrière, cf. notice 14.

339370. Humbert Geslin

340Il eut pour commis Jean Pavy qui rendit son dernier compte à la Chambre (ALA B 4296 f° 265). Il exerça cette recette en alternance avec Antoine Perruguet.

341Il fut aussi fermier de la prévôté de Nantes avec Antoine Bretin.

342Antoine Perruguet et Pierre Gelin, marchands de Nantes se constituèrent « debiteurs insolidum de l’evenement de ladicte recepte », Perruguet se portant également comme piège (acte du 19 juin 1541, ALA .B 12 838 f° 477).

343Il était marié avec Marguerite Bretin, fille de François Bretin (ALA B 1893 f° 19).

344371. Antoine Perruguet

345Pas d’autres activités financières connues.

346Il présenta Me Noël Hays et Me Mathurin Balue, docteur es droits comme pièges par acte du 8 novembre 1544 (ALA B 12 838 f° 477).

  • 37 Il fournit en tant que tel des draps de soie à Pierre Cosnoal lors de la venue de François Ier à N (...)

347Il était marchand à Nantes37 Il était probablement le fils d’Antoine Perruguet, qui devint garde des monnaies de Nantes après le décès de Guyon Franchepierre le 30 mai 1522 (ALA B 51 f° 241-242).

348Son nom est mentionné à plusieurs reprises lors des réunions du conseil des bourgeois de Nantes dans les années 1530-1540.

349372. Jean Le Lou l’Aîné

350Il fut institué receveur de Tréguier, le 15 janvier 1550, après le décès de Humbert Geslin (ALA B 53 f° 110-111).

  • 38 On trouve ensuite Michel Le Loup, fermier avec Jean Guichart du 1er octobre 1534 au 1er octobre 15 (...)

351C’est probablement lui qui prit la ferme de la prévôté de Nantes du 1er octobre 1531 au 1er octobre 1534 (ALA B 33)38. Le 2 février 1550, un nommé Jean Le Lou était mentionné, avec Robin Pillais, comme maître des salorges du sel du roi établies à Nantes (ALA B 576 f° 190) mais il peut s’agir de son fils qui portait le même prénom que lui.

352Il appartenait à une famille de marchands de Nantes connue à partir de la première moitié du xvie siècle. On peut sans doute l’identifier avec le personnage du même nom, époux de Jeanne de Mirande, dont le fils Michel fut maître des comptes à partir de 1572 puis maire de Nantes en 1573. Sa fille Perrine épousa François Phélipeaulx (cf. notice 449) puis Antoine Perruquet.

353Il demeurait dans le quartier de La Fosse en la paroisse Saint-Nicolas. Sa fortune lui permettait, le 26 juin 1557, de faire un prêt de 4 000 l. à la ville (A.M. de Nantes, CC 379-24).

354Référence : La famille Le Lou et ses alliances, Revue de Bretagne et de Vendée, 1911, p. 185-211 ; Frédéric Saulnier, op. cit., t. II, notice 812, p.

ÉVÊCHÉ DE VANNES

Receveurs du fouage de l’évêché de Vannes

Receveurs du fouage de l’évêché de Vannes

355373. Antoine Du Puys

356Pas d’autres activités financières connues en Bretagne. Il eut pour commis Alain de Kernerec qui rendit compte à la Chambre.

357Il est tentant de l’identifier avec le personnage du même nom qui fut successivement clerc de la guerre en 1488, commis au paiement de 100 arbalétriers sous les ordres du comte de Ligny en 1493, clerc de la Chambre des comptes à partir du 1er mai 1493 et enfin notaire et secrétaire royal (Lapeyre et Scheurer, « Les notaires et secrétaires du roi », notice 236, p. 124). La date de sa mort que Lapeyre et Scheurer situent entre le 6 janvier 1496 et le 19 janvier 1497 correspondrait à celle de notre receveur qui perçut le fouage de l’évêché de Vannes jusqu’en 1496.

358Il était marié à Marie Dafville ou Dahuille, fille de Louis, clerc à la Chambre des comptes (Lapeyre et Scheurer, op. cit.).

359Un nommé Barthélémy Dupuy était chargé de la revue de l’artillerie et des hommes à Dinan le 1er juillet 1489 avec Jean de La Primaudaie (A. I. et V. 1F 1126 f° 24).

360374. Pierre Du Puys

361Probablement de la même famille que le précédent. Il rendit lui-même compte à la Chambre.

362Il décéda avant le 19 janvier 1510 date à laquelle sa veuve obtenait un exécutoire pour une somme de 1 000 l. sur Alain de Kernerec (ALA B 19 f° 21).

363On peut sans doute l’identifier avec le personnage du même nom, mentionné dans le compte de l’artillerie de Charles VIII pour les années 1489-1490-1491, qui recevait 25 l. pour deux voyages faits « devers le roy apporter lectres de msgr Desquerdes son lieutenant general es Picardie et Arthois touchant affaires de son armée estant esdits pays et en Flandres » (A. I.-et-V. 1F 1 126 f° 124).

364375. Alain de Kernerec

365Il figurait parmi les candidats à cette charge après la mort de Charles VIII avec Olivier de Cousquer (agissant « pour un sien parent »), Jean Pineau, Raoullin Moutonnier et Gilles Le Breton (ALA E 128/22) et il emporta la recette pour les châtellenies d’Auray, Hennebont et la vicomté de Rohan. Il garda cette charge jusqu’à la fin de l’année 1508.

366Il fut également receveur ordinaire de Vannes du 1er octobre 1491 au 1er octobre 1494 puis receveur de Rhuys de 1499 à 1511 (Cf. notices n° 63 et 94). Le 6 octobre 1506, il était mentionné comme commis à la recette du devoir de la traite des blés (ALA B 16 f° 123).

367Il était toujours vivant en 1516 et il obtint le 26 avril de cette année-là un exécutoire sur ses anciens clercs et commis (ALA B 23 f° 10), ce qui peut attester l’existence de poursuites à son encontre dès cette époque. Le 4 décembre 1529, sa fille Guyonne de Kernerec, mariée à François Kerret, se voyait demander de rendre ses comptes de la recette de Vannes (ALA B 569 f° 13). Le dossier fut pris en main par une commission des finances (sans que l’on sache avec précision laquelle) qui mit la fille de Kernerec hors de procès après qu’elle eut fait apparaître, le 29 janvier 1536, un acte de renonciation à la succession de son père. Malgré cet arrêt, la Chambre continua les poursuites et décida le 1er décembre 1542 de conclure ses comptes et « d’executer » le reste sur les biens du receveur (ALA B 574 f° 283).

368Alain de Kernerec avait épousé Jeanne du Bollan (ALA B 569 f° 163).

369376. Jean Pineau l’Aîné

370Il dut partager la recette de l’évêché de Vannes d’abord avec Alain de Kernerec puis avec Jacques Bellec jusqu’en 1509 (le 1er août 1509, il était encore mentionné comme receveur du fouage pour la moitié de l’évêché de Vannes, ALA B 18 f° 147) l’assumant peut-être seul ensuite (mais les documents ne permettent pas de se prononcer avec certitude).

371Il fait partie des officiers qui présentent l’une des plus importantes carrières au début du xvie siècle, même si certaines confusions sont possibles avec l’un de ses fils qui se prénommait lui aussi Jean (cf. notice 97). Il fut fermier du billot dans l’évêché de Vannes en 1505 avec Jacques Bellec (ALA B 15 f° 7), en 1509 (ALA B 18 f° 31), en 1510 avec Jean Thomelin et Pierre Pineau (ALA B 18 f° 231), fermier du billot de Cornouaille en 1515 (ALA B 22 f° 80), fermier des brefs de Bretagne avec Gilles de Kermoro et Charles Eudo de 1512 à 1515 (ALA B 22 f° 209). Son activité de fermier fut couronnée par la prise de la ferme de la prévôté de Nantes avec Pierre Cosnoal et Jean Tregouet du 1er octobre 1513 au 1er octobre 1516 (ALA B 21 f° 224). Parallèlement, il s’intéressa à la gestion du domaine : il prit la recette de Vannes du 14 avril 1504 au 14 avril 1507, celle de Guérande de 1507 à 1519 et celle de Rhuys en 1517 et 1518, cédant, dans ces deux derniers cas, sa charge à ses deux fils, Pierre et Jean.

372Dans une liste remise à Charles Luillier, receveur des restes (A I. et V. 1F 1120), il est indiqué qu’il était resté redevable de 1 402 l. 12 s. 6 d. pour son dernier compte des fouages conclu en juillet 1521. On peut se demander, au vu de ce document, s’il ne fut pas amené à délaisser la recette de Vannes du fait de l’accroissement du contrôle à partir de 1517. Malgré cet abandon de toute responsabilité, il était toujours poursuivi dans les années 1530 pour conclure ses comptes de la recette ordinaire de Guérande (cf. notice 201). Son dossier fut pris en charge par les commissaires et c’est probablement à lui qu’il est fait allusion dans une lettre du 29 mars 1537, adressée par Marc de La Rue, maître des comptes, au chancelier de France, lettre dans laquelle on peut lire (La Rue fait le bilan des sommes qui restent à recouvrer dans le duché) : « il y a oultre msgr une partie de 3 000 l. provenant d’une condamnation donnée contre un nommé Jean Pineau dit de Kerjent et un nomme Tregouet en laquelle ilz ont esté condemnez par arrest des commissaires qu’il vous a pieu leur deleguez, tant pour amande que pour la restitution des deniers du roy par eulx mal retenuz. Nous les tenons tous deux en prison et arrest et leurs biens en criées et subastations mais il n’a encores esté possible en recouvrer aucune chose combien qu’ilz aient bien et forces heritages suffizans et croy bien, msgr, qu’ilz ont envoyé à la court pour essaier à avoir quelque grâce et que c’est ce qui leur fait delayer de payer » (A.N. J 967 110). Malgré la présentation d’un apurement de son dernier compte des fouages de Vannes le 12 juillet 1540 (ALA B 4296 f° 175), J. Pineau n’avait pas régularisé tous ses comptes avant son décès survenu avant le 26 novembre 1543 (ALA B 575 f° 11). Par la suite, la Chambre s’attaqua à son fils Jean auquel il fut demandé le 18 novembre 1545 de justifier une somme de 529 l. portée au compte des fouages pour l’année 1516, de présenter compte pour la recette de Vannes de 1505 et 1506 et d’apurer les comptes rendus pour Guérande (ALA B 575 f° 186). Faute de règlement, les biens de Jean Pineau l’aîné furent mis en vente en mai 1549, suscitant l’opposition de Jean, Perrine et Jeanne Pineau (ALA B 576 f° 116). Il est difficile de savoir si cette vente fut véritablement effectuée ou si elle resta au stade de la menace afin d’inciter les héritiers à faire preuve de plus de diligence. Claude Pineau, son petit-fils, permit la conclusion d’une partie de son dossier (Cf. notice 201).

373Jean Pineau était écuyer. Il obtint le droit en novembre 1527 de prendre le nom de Kerjean au lieu de Pineau (C.A.F., 2809). Il possédait les manoirs et métairies de Kerrouaud, de Tressenaye ainsi que le manoir de Treherman avec Jean, sr de Rieux, à Questembert (De Laigue, La noblesse bretonne, op. cit., p. 606).

374377. Jacques Bellec

375Il perçut au moins le dernier terme du fouage de l’année 1509 dans les juridictions d’Auray, Hennebont et dans la vicomté de Rohan et son compte fut conclu par Pierre Cosnoal, procureur de sa femme (ALA B 4296 f° 174).

376Il prit par ailleurs plusieurs fermes dont celle des impôts et billots de l’évêché de Vannes en 1503 avec Louis Le Roux (ALA B 14 f° 60), en 1505 avec Jean Pineau (ALA B 15 f° 99), celle des brefs avec Gilles et Guillaume Bellec (mention le 16 décembre 1504, ALA B 14 f° 165), celle des billots dans la juridiction d’Hennebont en 1510 (ALA B 19 f° 26).

377Il appartenait à cette famille Bellec qui se distingua par de nombreuses activités financières dans les vingt premières années du xvie siècle (cf. Guillaume Bellec, notice 84).

378378. Pierre Pineau

379Il succéda à son père pour la perception des fouages des années 1518 et 1519 (ALA B 4296 f° 175) et probablement aussi dans la recette ordinaire de Guérande. Comme pour son père et son frère, il est difficile de faire la part des activités exercées par l’un ou l’autre membre de la famille – d’autant que la Chambre elle-même semble parfois s’y perdre, attribuant par exemple à Pierre la responsabilité de la recette de Rhuys, qui fut en fait exercée par son frère Jean. Cette confusion apparente n’a pas grande importance tant il est patent, que dans ce cas, c’est l’activité de la famille Pineau, dans son ensemble, qui est intéressante.

380Son activité se développa dans le sillage de celle de son père – avec lequel il dut collaborer pour plusieurs fermes – et en association avec son frère. On le trouve ainsi cité comme fermier du devoir d’impôt dans les évêchés de Cornouaille et de Léon en 1513 (ALA B 21 f° 48), en 1515 (ALA B 22 f° 142). En 1516, il bénéficia d’un exécutoire « comme commis de Jean Pineau son frère, fermier general du devoir d’impôt de l’évêché de Nantes et receveur général des fouages et impostz de l’evesché de Vennes et aussi fermier general de l’impost de l’evesché de Cornouaille et Leon, pareillement fermier du billot de l’evesché de Vennes, aussi soubz fermier de l’impost de la juridiction d’Anceny » (ALA B 23 f° 100).

381Tout comme son père et son frère, il fut victime des poursuites engagées dans les années 1520-1530. Le 4 février 1530, Alain Mandart informa les autres membres de la Chambre des comptes que Pierre Pineau « naguere receveur des impostz et fouages de l’evesché de Vennes est debteur envers le roy de plusieurs grosses sommes de deniers et à appurer, tant de la recepte de Vennes que de la recepte ordinaire de Guerande, et que ledit Pineau est à present es faubourgs de ceste ville, lequel est vacabond et non solvable et a requis ledit Pineau estre prins de sa personne et contitué prinsonnier ». Les gens des comptes, après avoir examiné son dossier où il apparaissait qu’il était resté redevable de 5 919 l. 15 s. 10 d. pour son compte des fouages de Vannes conclu le 15 décembre 1524, qu’il devait compter de plusieurs années de la recette de Guérande et qu’il était, de surcroît, totalement insolvable, le mirent en arrêt au Bouffay (ALA B 569 f° 28). Cette mesure semble avoir eu peu d’effets, ce qui conduisit les gens des comptes à menacer Pineau de le mettre à la pension de 18 d. par jour le 23 juin 1530 (ALA B 569 f° 61), à s’en prendre à son père après son décès survenu avant le 19 janvier 1536 (ALA B 570 f° 183). Là encore les menaces semblent avoir eu peu de résultats, ce qui entraîna la saisie des biens de Pierre Pineau le 5 juin 1536 (ALA B 571 f° 137), saisie renouvelée le 8 juillet 1538 (ALA B 573 f° 106).

382379. Antoine Dessefort

383Son institution marque la fin du contrôle des familles de l’évêché de Vannes sur cette recette. Cf. notice 410.

384380. Michel Cosson

385Il eut pour commis Noël Hays (mention le 8 mars 1533, ALA B 35 f° 46) puis Roger Pitois. Il résigna son office à survivance en faveur de son fils aîné Jean le 23 novembre 1548 (ALA B 580 f° 89).

386Pour l’ensemble de sa carrière, cf. notice 410.

Notes

1 Le 22 juin 1551, Anne Tissart était citée comme l’une des héritières de Léon Tissart, ancien abbé de Buzay, qui avait été lui-même tuteur des enfants de Philibert, ALA B 577 f° 87.

2 Il s’agissait de 2 513 1. monnaie déportées au dernier compte de Lesné ainsi que de 2 524 l. 16 s. 3 d. dont il était resté redevable par ce même compte et de 8 908 1. 15 s. 10 d. ob. 1/3 de denier dus après la conclusion du cinquième compte.

3 Il était peut-être le frère de François Daville, receveur du fouage de Rennes en 1490. Son dernier compte fut rendu par Jacques Daville, tuteur et garde de ses enfants, ALA B 4 295 f° 116.

4 S’agit-il du même Jean Bonnet qui fut receveur du fouage de Vannes en 1487 ? J. Kerhervé, Cat., t. III, p. 673.

5 Leur fils Pierre fut conseiller au Parlement de Bretagne, évêque de Tréguier et de Rennes, Saulnier, op. cit., p. 262-263.

6 Il s’agit de l’une des filles d’Alain Avril (cf. notice 359).

7 Pierre Ler était déjà en activité avant 1491 et avait perçu plusieurs fouages dans l’évêché de Cornouaille et de Léon pour le compte de grands officiers – J. Kerhervé, Cat., t. III, notice 48, p. 577.

8 Cela avait poussé Jean Carré à demander et à obtenir le droit de saisir ses biens dès le 17 juin 1509 – ALA B 18 f° 113.

9 Mention faite dans la marge des livres de la Chambre le 10 juin 1541, ALA B 574.

10 Jouhan, en arrêt à Nantes, était au domicile de Saint-Do ; ce dernier prétendit, le 28 janvier 1533, « ne l’avoir peu trouver car ledit Jouhan n’a aucun domicile en ce pays », ALA B 570 f° 14.

11 Le 13 avril 1534, le s’ du Bois d’Illiers fut assigné de 4 000 1. sur ce que devait Jouhan pour ses comptes des années 1530 et, 1531 et non plus seulement sur ses comptes antérieurs à 1530.

12 À identifier avec le personnage, s’ de Pennanec’h, docteur en droit de l’université de Ferrare, qui devint conseiller au Parlement de Bretagne en 1570, Saulnier, op. cit., t. II, notice 723, p. 534-535.

13 On ne peut savoir par contre s’il obtint la levée d’une autre saisie mise sur la métairie de Maes An Pont que C. Jouhan possédait dans fa juridiction de Lesneven, le greffier de la Chambre n’ayant pas recopié la réponse qui a été faite à sa requête (ALA B 579 f° 39-40).

14 Le 5 juin 1530, il avait pour tâche de s’occuper des réparations à faire au château de Piremil – ALA B 568 en date du 5 juin.

15 Jacquemin Ayrolde avait épousé Perrine, fille de Jean II Briçonnet.

16 Ainsi dans le compte d’Olivier Barraud, il était gratifié de 20 1. pour un voyage fait en compagnie de Montauban aux États réunis à Vannes, sur commandement du général, B.N. fr. 8310 f° 250-251.

17 Un acte de 1514 fait mention de Jean, Pierre et Guillaume Le Royer du pays du Maine.

18 La sœur de Pierre Le Royer, Marie, avait épousé un nommé Jean Valleton – peut-être frère d’Audebert –, officier de l’officialité de Paris.

19 Journal d’un Bourgeois de Paris, p. 382, 21 janvier 1535 : « dans l’apres dinée furent bruslez trois lutheriens à la croix du Tirouer, rue Sainct Honnoré, desquelz l’un estoit le recepveur de Nantes, nommé Valeton, avec lequel furent bruslez ses livres, qui avoient esté trouvez en sa maison près ladite croix du Trayoir, et un autre nommé maistre Nicole » – il s’agit de Nicole L’Huillier –, « clerc du greffe de Chastelet » ; un récit de sa mort a été publié par T. Crespin, Histoire des martyrs, Toulouse, 1885, t. I, p. 304.

20 Ce compte est indiqué comme son premier par Béchameil de Nointel, alors qu’il en avait perçu déjà deux fouages auparavant, pour la moitié de l’évêché de Rennes. Son institution laisse supposer des rivalités entre les principales familles rennaises pour le contrôle de la recette de cet évêché et probablement aussi des hésitations à propos du maintien ou non de l’unité de la perception.

21 Son père Julien avait contrôlé cette recette jusqu’au 1er décembre 1491.

22 Comme son père Jean Dautie. Les livres de raison de Jean et Clément Dautie ont été conservés, A. I. et V., 2 Eb 15.

23 Michel Carré, quant à lui, avait épousé en second mariage une dénommée Gillette Dautie – ALA B 569 f° 176

24 Il fut miseur de Rennes de février 1492 à février 1493 – A.M. de Rennes, liasse 1058 –, maître des monnaies – mention le 3 décembre 1518, ALA B 24 f° 246 – et procureur des bourgeois de 1513 à 1515 A.M. de Rennes, liasse 1064.

25 Il fut lui-aussi procureur des bourgeois en 1529-1530 – A.M. de Rennes, liasse 1066 –, en 1534-1535 – ibid., liasse 1067. C’est à ce titre qu’il fut chargé, au nom des habitants de la cité, de remettre un superbe présent à François III lors de son entrée dans cette ville en 1532(Dom Morice, Preuves, t. III ; 1009-1010).

26 Guillemyn devint vers cette époque secrétaire en chancellerie ; il fut aussi chargé de la recette de l’émolument du scel de la chancellerie de Bretagne. Par acte du 2 septembre 1539, il présenta Robin Tonnerot, sieur de la Robinardière, bourgeois marchand de Rennes comme piège – ALA B 12 838 f° 491.

27 Il promit, en même temps, d’élire domicile au tablier de Rennes, ALA B 12 838 f° 460.

28 « Lesquelz Maillard, Robert et Marie ont attesté lesditz Tregouet, Tannerot, Loyleu et Guillemyn sont assemblement solvables plus de 20 000 l. et ledict Josselin et Dautie ont dict et recordé que ledict Tregouet est riche en terre de 800 1. de rente et que lesditz Tonnerot, Loyleu et Guillemyn sont riches de 15 000 1. monnaie » – acte du 13 septembre 1537, ALA B 12 838 f° 474.

29 Il participa avec eux à la ferme de la prévoté de Nantes de 1513 à 1516. Bernard Tregouet était tuteur de Marie Tregouet, fille de Jean Tregouet et de Marie Bellec en 1530, ALA B 1582.

30 Il figura en 1540 parmi les enchérisseurs pour cette même prévôté – ALA B 574f° 273-27.

31 Pour sa carrière, cf. J. Kerhervé, Cat., t. II, notice 25, p. 416.

32 Un extrait de ce compte, qui fut transmis à la commission Le Rouge, figure dans les registres de la Chambre à la date du 11 mars 1532, ALA B 568 f° 188-189.

33 À identifier probablement avec l’individu du même nom qui fut fermier de l’impôt dans la juridiction de Moncontour en 1510, ALA B 19 f° 43.

34 Le 19 juin 1533, le roi lui fît don ainsi qu’à Cosme Clausse de 500 écus soleil à prendre sur les saisies faites par le maître des ports à Lyon, C.A.F., 5944.

35 Il fut notamment fermier des brefs de 1527 à 1530 avec Jean Le Cleuziou, ALA B 571 f° 41.

36 Cet anoblissement récompensa sa longue carrière financière – sa fidélité aux Rieux ? – et peut-être les mission dont il s’acquitta, comme celle qui lui aurait été confiée en 1532 pour apaiser les troubles suscités en Bretagne par l’union du duché à la France – Cf. Michel Duval, Le budget des États de Bretagne au xvie siècle d’après les comptes d’Alain et Jean Avril (1535-1575), M.S.H.A.B., t. LX, 1983, p. 51-67.

37 Il fournit en tant que tel des draps de soie à Pierre Cosnoal lors de la venue de François Ier à Nantes en 1532. Il en demanda paiement à la Chambre le 4 décembre de la même année, ALA B 568 f° 212.

38 On trouve ensuite Michel Le Loup, fermier avec Jean Guichart du 1er octobre 1534 au 1er octobre 1537 (ALA B 36 mention du 18 novembre 1534).

Table des illustrations

Titre Receveurs du fouage de l’évêché de Cornouaille
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2136/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Titre Receveurs du fouage de l’évêché de Dol
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2136/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 303k
Titre Receveurs du fouage de l’évêché de Léon
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2136/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Receveurs du fouage de l’évêché de Nantes
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2136/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Receveurs du fouage de l’évêché de Rennes
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2136/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2136/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Receveurs du fouage de l’évêché de Saint-Brieuc
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2136/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Titre Receveurs du fouage de l’évêché de Saint-Malo
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2136/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 242k
Titre Receveurs du fouage de l’évêché de Tréguier
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2136/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Titre Receveurs du fouage de l’évêché de Vannes
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/2136/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 171k

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540