Version classiqueVersion mobile

Entreprises de haute technologie, État et souveraineté depuis 1945

 | 
Patrick Fridenson
, 
Pascal Griset

Accès aux hautes technologies, financement, ‎demande, marché

L’État et l’innovation thérapeutique : la transfusion sanguine en France depuis les années 1960

Sophie Chauveau

Texte intégral

  • 1 E. Fillion, À l’épreuve du sang contaminé. Expériences de l’hémophilie et reconfiguration du monde (...)

1La transfusion sanguine en France est plus volontiers associée à l’histoire du sang contaminé, qui a constitué une crise sanitaire majeure, qu’à la conception et à la diffusion d’innovations thérapeutiques. Pourtant cette activité a connu des bouleversements importants contribuant à l’émergence et à l’épanouissement des industries du vivant en France. En outre, les innovations dans le domaine de la transfusion sont moins bien connues que celles survenues par exemple dans la chirurgie ou l’industrie pharmaceutique. Pourtant, leur impact n’est pas négligeable : si l’on ne se réfère qu’au traitement de l’hémophilie, les innovations dans la préparation des dérivés sanguins et dans leur protocole d’utilisation ont permis de transformer l’hémophilie, autrefois maladie fatale, en maladie chronique1.

  • 2 S. Chauveau, Du don au marché…, op. cit. ; S. Lederer, Flesh and Blood : A Cultural History of Tran (...)

2Toutefois, l’étude des innovations dans le champ de la transfusion sanguine ne saurait se réduire à l’analyse des transformations qu’elles ont induites dans la vie des malades ou les pratiques des médecins. De même, il n’est pas possible de s’en tenir à la description des changements intervenus dans la collecte du sang et la préparation des dérivés sanguins, ou encore au rôle des différents acteurs que sont les médecins, les malades et les pouvoirs publics. C’est l’économie même de la transfusion sanguine qui est modifiée par les innovations thérapeutiques, et pas seulement l’économie au sens d’un marché ou d’une organisation d’échanges, mais aussi l’éthique même de ces activités, les règles de l’obtention du sang par le don de bénévoles se trouvant elles-mêmes mises en cause2. Ainsi, la compréhension de la genèse des innovations dans le domaine de la transfusion et leur diffusion ne peut se faire sans se référer aux principaux caractères de l’économie morale de la transfusion sanguine en France.

  • 3 D. Fassin, « Les économies morales revisitées », Annales HSS, 6, novembre-décembre 2009, p. 1237-12 (...)

3Par « économie morale », nous entendons l’analyse d’organisations et de transactions qui n’est pas limitée à une approche matérialiste, mettant en perspective des acteurs, des organisations, des pratiques, des règles, y compris celles des prix ou du don, et qui prend aussi en considération les normes et les valeurs comme l’attachement au principe du non-profit ou l’exigence de qualité propres à ces organisations3. Il ne s’agit pas seulement d’intégrer la dimension sociale des activités de transfusion à la description de la collecte et de la production de dérivés sanguins, mais également d’y associer l’analyse des principes organisant ces activités. Ainsi, la notion d’économie morale permet de lier une approche économique et une approche politique des activités de transfusion.

4L’organisation de la transfusion sanguine en France se réfère tout d’abord à une mission conçue comme un service public dont la réalisation est déléguée à des associations et à des services hospitaliers. Dans l’entre-deux-guerres, la collecte de sang est organisée à l’initiative de médecins au sein des hôpitaux où ils exercent. Très rapidement, ces médecins créent des associations ou des fondations afin de recenser des donneurs bénévoles et réguliers. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, ce modèle associatif se généralise : d’une part, les centres de transfusion sanguine (CTS) sont gérés par des associations loi de 1901 agréées par le ministère de la Santé, d’autre part, les donneurs de sang se réunissent en associations pour promouvoir le don gratuit, bénévole et volontaire. Le sang ainsi collecté est distribué par les centres de transfusion dans les hôpitaux. Les activités des établissements de transfusion sont financées en grande partie par les recettes des cessions de sang : le prix de ces cessions est déterminé par l’administration en fonction du coût de la collecte, du contrôle et du conditionnement des flacons de sang.

  • 4 K. Healy, Last Best Things…, op. cit. ; C. Waldby and R. Mitchell, Tissue Economies. Blood, Organs (...)

5Dès la fin des années 1950, la diffusion de nouveaux procédés de fractionnement du sang, permettant de préparer des dérivés à partir du plasma sanguin, accélère l’industrialisation de la transfusion sanguine. Les découvertes conjointes en hématologie et en immunologie conduisent à l’élaboration de dérivés sanguins plus adaptés aux besoins de la médecine et des malades. Les techniques de stockage et de conservation des produits sanguins favorisent l’accroissement et la diversification des usages des produits sanguins. Enfin, à partir des années 1970, certains groupes de malades, principalement les hémophiles, se mobilisent pour que l’usage des dérivés sanguins les plus innovants et les plus performants soit encouragé. L’ensemble de ces transformations peut se lire comme un processus de « commodification » des produits sanguins, au sens où une substance d’origine humaine, placée hors des économies marchandes par principe, devient, grâce à des transformations techniques et organisationnelles, un bien de consommation4. Ce bouleversement des activités de transfusion sanguine, qui est aussi un changement d’économie, est à l’origine de tensions nouvelles entre le monde des donneurs de sang, les médecins, les malades et l’État. Par ailleurs, l’inadaptation des organisations à l’industrialisation de la transfusion sanguine n’autorise pas une prise en charge satisfaisante des risques liés à l’usage médical du sang. C’est en partie l’une des origines de l’affaire du sang contaminé.

  • 5 Sur la notion de « ressource », voir P. Steiner, La transplantation d’organes. Un commerce nouveau (...)

6Nous souhaiterions ici explorer plus en détail le rôle de l’État en France dans la genèse et l’accompagnement des innovations dans les activités transfusionnelles. Notre hypothèse est que l’État en France n’a pas eu jusqu’à une période récente une compréhension des spécificités de l’économie morale de la transfusion. Son intervention a été sélective, privilégiant soit la défense de l’éthique de la transfusion, soit la promotion d’une industrie des dérivés sanguins conçue comme un secteur de haute technologie. La prise en considération des contraintes économiques spécifiques à cette activité s’est opérée à l’épreuve des faits, sans anticipation sur les besoins propres à la transfusion. Enfin et surtout, l’État a exercé pleinement ses attributions dans la transfusion sanguine à rebours, en opérant une nationalisation progressive de cette activité : ce déplacement des responsabilités a été conçu comme une réponse à l’impératif sanitaire et à la gestion du sang comme ressource5.

7L’organisation de la transfusion sanguine en France a été le support d’innovations majeures dans la préparation des dérivés sanguins. L’émergence de traits spécifiques à l’économie de la transfusion a généré des tensions dans les organisations qui ont été résolues par l’affirmation de la souveraineté nationale et en particulier la nationalisation d’une partie des activités transfusionnelles.

I. Les innovations dans le champ de la transfusion sanguine

8A priori, l’organisation des activités transfusionnelles telle qu’elle se déploie dès la fin des années 1940 est peu propice à l’innovation. La collecte du sang est effectuée par de nombreux centres dispersés à l’échelle du territoire, de manière à satisfaire au mieux les besoins. Quelques établissements plus importants, à l’échelle régionale, préparent le plasma sec au début des années 1950 avant d’accueillir des équipements pour le fractionnement du plasma. Les relations entre ces différents établissements se limitent à des échanges de produits sanguins. Il en est de même avec les hôpitaux, principaux utilisateurs des flacons de sang et des dérivés. Seul le Centre national de la transfusion sanguine (CNTS) est reconnu comme le lieu où s’effectuent les recherches sur les techniques de la transfusion et les composants du sang. Dans les faits, la recherche en hématologie est plus dispersée, notamment dans les hôpitaux parisiens, mais ces travaux ne concernent pas tous directement la transfusion.

  • 6 J.-P. Gaudillière, Inventer la biomédecine. La France, l’Amérique et la production des savoirs du v (...)

9Néanmoins, de la fin des années 1940 à la fin des années 1960, le monde de la transfusion en France contribue à plusieurs innovations majeures, permises par une meilleure connaissance du sang et de ses composés. Ces travaux s’inscrivent dans un processus de molécularisation, une notion utilisée par les historiens des sciences pour rendre compte des bouleversements propres à la biomédecine au milieu du xxe siècle. Cette transformation de la recherche médicale se définit comme « l’émergence de pratiques qui privilégient la réduction des paramètres de la maladie aux niveaux dits fondamentaux : ceux de la cellule, des molécules et des macromolécules. Le phénomène participe des processus de technicisation des interventions qui font que, dans l’hôpital de pointe, se multiplient les machines, les spécialités et les procédures standardisées, amenant les personnes à s’effacer encore un peu plus, au profit de corps molécularisés6 ».

10Dans le cas de la transfusion sanguine, le perfectionnement des techniques de prélèvement et de caractérisation des produits sanguins est exemplaire de ces changements. C’est surtout la préparation des fractions plasmatiques, qu’il s’agisse de l’albumine puis dès les années 1960 des facteurs anti-hémophiliques, qui fait du sang un assemblage de molécules. L’influence des techniques américaines et le va-et-vient entre les travaux des hématologistes français et américains ainsi que les médecins de la transfusion sont décisifs. Les innovations stimulent la diversification de l’offre de produits sanguins. Elles renforcent la dimension thérapeutique de la transfusion sanguine, si l’on songe aux retombées en immunologie, et ses propriétés instrumentales, la transfusion autorisant des interventions chirurgicales très lourdes comme les opérations à cœur ouvert ou encore les premières greffes. L’automatisation des tâches, en particulier pour la qualification des unités de sang collectées, et la conception des fractions anti-hémophiliques sont exemplaires de ces transformations.

A. Automates et informatique dans la transfusion sanguine

  • 7 S. Chauveau, Du don au marché…, op. cit., p. 81 et 84.

11La création des centres de transfusion sanguine depuis la fin des années 1940 a permis d’accroître les collectes de sang. Très tôt en effet, il apparaît que l’ouverture de lieux fixes pour le don du sang est souhaitable et permet de mieux gérer les ressources qu’au cours des collectes mobiles. Au début des années 1960, pratiquement tous les départements en France ont un centre de transfusion sanguine. Certains d’entre eux ont une activité très soutenue, notamment dans les grandes agglomérations7. En effet, chaque flacon de sang collecté est soumis à une série de tests destinés à identifier le sang collecté, c’est-à-dire à déterminer les groupes sanguins auxquels il appartient – ce sont les opérations de groupage –, et à vérifier que ce sang n’est pas porteur de maladies, en particulier la syphilis.

12Dans des établissements comme le CNTS ou le Centre départemental de transfusion sanguine (CDTS) de Paris, le nombre des groupages journaliers est de plusieurs centaines au milieu des années 1960 : 600 à 700 pour le CNTS, près de 1 000 au CDTS. Cela signifie la manipulation de milliers de tubes tous les jours et de multiples actes de retranscription par un personnel nombreux de techniciennes et de techniciens de laboratoire. Les transcriptions de groupe, le moment où la technicienne a identifié le groupe sanguin pour l’inscrire sur une carte ou un flacon ou une poche, ne tolèrent aucune erreur. L’utilisation des carbones ne suffit pas pour prévenir les erreurs. Le CNTS choisit d’automatiser toutes les opérations à partir du moment où le sang est recueilli dans un flacon ou une poche jusqu’au moment de la transcription du groupe. Dans un premier temps, le Teknicon, appareil à détermination automatique de groupes sanguins, a été utilisé. Cet appareil de conception américaine mélange automatiquement les réactifs utilisés pour le groupage. Puis le résultat est inscrit sur un graphique de manière quantitative. Cette machine peut aussi faire le dépôt des agglutinats sur une feuille de buvard.

  • 8 C. Matte, « L’automatisation dans les centres de Transfusion sanguine », Revue Française de Transfu (...)
  • 9 J.-P. Soulier, « Détermination automatique des groupes sanguins », Le donneur de sang bénévole, jan (...)

13Cela n’était pas suffisant : le docteur C. Matte, qui travaille au CNTS, a été chargé de concevoir un appareil plus complet8. Avec une subvention du CNRS, le CNTS a mis au point le principe et la maquette d’un automate. La machine reproduit les réactions de Beth-Vincent et de Simonin, qui sont les deux procédures utilisées obligatoirement pour déterminer les groupes sanguins. Le nouvel automate réalise 12 réactions simultanées au lieu de 8 avec les premières machines. L’appareil est doté d’une mémoire qui lui permet de lire deux séries de 12 réactions, et donc de faire la comparaison entre les deux séries avant de déterminer les groupes sanguins. La capacité totale de l’appareil est de 360 groupages dans l’heure, au lieu de 40 pour le Teknicon et de 100 pour le Teknicon quantitatif9. L’appareil pourrait ensuite être relié à un ordinateur ou une perforatrice pour permettre la transcription et la vérification automatique des résultats. Ce projet a ensuite été présenté à plusieurs industriels en 1967, et le CNTS a choisi d’en confier la fabrication à l’Électronique Marcel Dassault, qui achève le prototype en 1969. L’appareil prend le nom de Groupamatic, il est adopté par plusieurs CTS au cours des années 1970.

  • 10 J. Guimbetière, « Informatique et mécanographie », Revue française de Transfusion, XII-2, 1er fasci (...)
  • 11 C. Ropartz, « Fichier des donneurs et cartes perforées », Transfusion, II-1, 1959, p. 63-71.
  • 12 J.-P. Soulier, « Détermination automatique… », art. cit.

14Les automates ne sont pas les seuls outils innovants qui bouleversent le travail des centres de transfusion. L’introduction de l’informatique dès les années 1960 permet de mieux gérer les informations relatives aux donneurs de sang. Deux problèmes se posent en effet. Tout d’abord, il faut classer les données individuelles de chaque donneur, et en particulier les résultats des groupages sanguins10. Dès la fin des années 1950, le CTS de Rouen expérimente le fichier Synoptic qui permet d’entrer près de 200 données par individu, mais ne peut pas gérer plus de 10 000 à 15 000 fiches. Ce CTS utilise également les cartes perforées pour son fichier de donneurs des collectes mobiles. La conception du fichier utilisé à Rouen a été confiée à l’Institut mécanographique de statistiques et d’applications comptables ou IMSAC. La fiche porte le nom, la date de naissance, le sexe et l’adresse du donneur ainsi que la date et le lieu du dernier don, le groupe sanguin, les résultats d’examens sérologiques, le nombre de convocations à envoyer au donneur. Grâce à ce système, les donneurs sont bien convoqués tous les deux mois et il est possible de faire des statistiques11. L’informatisation permet ainsi d’identifier des donneurs compatibles jusque dans des groupes érythrocytaires rares, en particulier pour les opérations à cœur ouvert ou lorsqu’il faut transfuser un malade déjà sensibilisé par des transfusions antérieures12.

  • 13 H. Morsel (dir.), Histoire générale de l’électricité en France, tIII, Paris, Fayard, 1996 ;
    J. W. (...)

15Les automates et les fichiers informatiques sont des innovations développées à partir de transferts de technologies venues des États-Unis. La démarche adoptée dans le monde de la transfusion dans les années 1960 qui consiste à naturaliser ces technologies en les adaptant aux besoins spécifiques de la gestion des ressources sanguines s’observe dans de nombreux autres secteurs d’activités en France13. En revanche, l’élaboration de procédés de préparation des fractions anti-hémophiliques s’inscrit plutôt dans une histoire déjà bien documentée de la biomédecine.

B. Les fractions anti-hémophiliques

  • 14 S. Chauveau, Du don au marché…, op. cit., p. 138-141.

16L’hémophilie est une maladie du sang qui se caractérise par une déficience en facteurs de coagulation et qui frappe exclusivement les garçons. Jusque dans les années 1950, le pronostic vital est réservé, en outre les séquelles de la maladie font des hémophiles des handicapés. Les injections de sang total constituent le principal traitement de ces malades. Toutefois l’identification des différentes protéines du plasma à partir de la fin des années 1940 permet de concevoir des traitements mieux adaptés. Deux Français jouent un rôle majeur dans l’élaboration de ces traitements : Jean-Pierre Soulier et Émile Remigy14.

  • 15 J.-P. Soulier, Notions actuelles concernant le problème de l’hémophilie, Paris, Les Conférences du (...)

17Jean-Pierre Soulier (1915-2003) est un pédiatre et un hématologiste. Il a séjourné aux États-Unis à la fin de la Seconde Guerre mondiale et il y prend connaissance des premiers travaux sur le fractionnement du plasma15. Cette technique permet de séparer les différentes protéines constitutives du plasma : il est alors possible de caractériser plus précisément ces protéines et de mieux définir leurs propriétés. Ainsi la description de la fraction I du plasma fait apparaître son activité anti-hémophilique. Les hématologistes et les chimistes s’emploient dès lors à la mise au point de procédés permettant d’obtenir une fraction plasmatique plus pure, préalable nécessaire à l’identification des facteurs anti-hémophiliques. En 1958 le facteur VIII est isolé : son rôle dans l’hémophilie de type A soupçonné depuis longtemps est identifié.

  • 16 D. Ménaché, F. Josso, M. Steinbuch et J.-P. Soulier, « État actuel de la préparation et de l’utilis (...)

18Dès 1955 toutefois, c’est un autre Français, Émile Remigy (1925-1961), médecin et chef du laboratoire du CTS de Nancy, qui met au point le premier procédé d’extraction des fractions anti-hémophiliques à partir de plasma cryoprécipité. Le plasma cryoprécipité est un plasma congelé soumis à une décongélation lente, ce qui provoque la concentration (ou précipitation) de plusieurs de ses composants. Disparu prématurément en 1961, Émile Remigy n’a pas eu le temps de concevoir l’industrialisation de cette méthode. À partir de 1963 au CNTS16, la fraction anti-hémophilique A est donc préparée en suivant la méthode de Birgen et Margareta Blombäck, les deux médecins suédois qui ont isolé le facteur VIII.

  • 17 S. Resnik, Blood Saga. Hemophilia, AIDS and the Survival of a Community, Berkeley, University of Ca (...)
  • 18 A. Parquet-Gernez et F. Bauters, « Cryoprécipités riches en facteur VIII. Étude in vitro et in vivo (...)

19À la fin des années 1960, le CNTS adopte, en le modifiant un peu, le procédé de préparation des cryoprécipités imaginé par Judith Pool en 1965 à Stanford, à partir du plasma de donneurs sains. Comme Émile Remigy, Judith Pool observe que la lente décongélation du plasma laisse un résidu très concentré en facteur VIII17. Le procédé consiste en une succession d’opérations de centrifugation, de congélation dans l’alcool éthylique et de décongélation lente. Le produit final se caractérise par une concentration en facteur anti-hémophilique très nettement supérieure à celle d’un plasma normal18. Le facteur VIII n’est que l’un des traitements de l’hémophilie. Au milieu des années 1960, J.-P. Soulier identifie un autre facteur de coagulation dont le déficit est responsable de l’hémophilie de type B. Pendant quelques années, le CNTS est le seul lieu de production au monde de cette fraction dite PPSB (prothrombine, facteur Stuart et facteur anti-hémophilique B). La production reste cependant très peu développée et seuls les besoins chirurgicaux sont couverts.

20La préparation des fractions anti-hémophiliques met en jeu une ingénierie de chimistes, et c’est en cela qu’elle participe de la molécularisation de la transfusion sanguine. L’essor de ces activités est contemporain d’une industrialisation croissante de la transfusion sanguine en France. Ces bouleversements reposent sur la quête de moyens techniques pour valoriser au mieux les unités de sang collectées, non sans créer des tensions au sein de l’organisation.

II. Une économie sous tension : la transfusion sanguine des années 1970 et 1980

21À partir des années 1970, l’organisation de la transfusion sanguine en France est soumise à des tensions nouvelles. La diversification de l’offre de dérivés sanguins exige une industrialisation des activités, autrement dit des moyens matériels et financiers accrus. Les contraintes de la collecte du sang et le souci de satisfaire la demande en produits conduisent à rechercher comment valoriser au mieux les unités de sang. Dès lors, les établissements de transfusion doivent trancher entre deux modes d’organisation.

  • 19 K. Healy, Last Best Things…, op. cit., p. 93-94.

22Le premier type d’organisation se construit autour de l’obtention de la ressource sanguine. Celle-ci est tributaire du don et du bénévolat et il est nécessaire de disposer d’un nombre suffisant de donneurs. L’organisation de transfusion privilégie l’absence de profit et s’efforce de ménager ses fournisseurs, le don du sang y est pratiquement conçu comme un droit. Ce mode de gestion de la ressource sanguine est plus fréquemment présent dans les organisations non lucratives que sont les centres de transfusion en France ou les établissements de la Croix-Rouge. Le second type d’organisation fait de la satisfaction des malades et des utilisateurs de produits sanguins le principe directeur. Ces producteurs de dérivés sanguins sont des industriels qui n’hésitent pas à payer la matière première, sang ou plasma19. En France, les établissements de transfusion sanguine relèvent plutôt du premier modèle. Ils empruntent également de nombreux traits à l’hôpital public et sont d’ailleurs soumis pour plusieurs d’entre eux aux règles de gestion hospitalières.

  • 20 S. Chauveau, Du don au marché…, op. cit., p. 415-435.

23Pris entre les malades et les donneurs, les CTS développent dans les années 1970 des pratiques de valorisation des unités de sang20. Cette orientation est suivie en dépit des problèmes de financement et au risque d’une détérioration de la qualité des dérivés sanguins, voire d’une incapacité à gérer les risques nouveaux.

A. La valorisation des unités de sang

  • 21 En France, l’Institut Mérieux et la société Diamant commercialisent des gammaglobulines en officine (...)
  • 22 À l’exception notable des concentrés de plaquettes.

24La valorisation des unités de sang collectées consiste à en tirer le plus grand nombre de dérivés sanguins, et si possible des dérivés dont les prix de cession sont les plus élevés. Le tarif des produits sanguins est fixé par l’État : les prix de cession rémunèrent l’ensemble des opérations effectuées sur les flacons ou les poches de sang. En France, les tarifs des fractions plasmatiques sont assez élevés, en particulier pour les facteurs anti-hémophiliques. L’absence d’acteurs venus de l’industrie privée ne permet pas de faire jouer la concurrence sur ces produits, qui sont meilleur marché à l’étranger21. Les produits sanguins labiles qui regroupent différentes présentations de sang conservé sont plutôt bon marché22, alors même que la mise en œuvre de tests de dépistage peut s’avérer assez coûteuse. Cette stratégie de valorisation des unités de sang est confortée durant les années 1970 par la diffusion continue d’innovations et la réorientation des activités des CTS.

25Tout d’abord, le processus d’informatisation et d’automatisation du travail se poursuit. La diffusion du Groupamatic et l’utilisation croissante de l’ordinateur permettent ainsi de mieux organiser le travail d’identification des unités de sang et de suivi des donneurs. Deux nouveautés facilitent ces tâches. Tout d’abord la poche de sang en plastique jetable remplace progressivement le flacon de verre. Certes, la poche de sang est plus coûteuse, mais elle permet d’éliminer les opérations de lavage et de stérilisation des flacons de verre. Le stockage est plus aisé. La poche de sang contribue à la valorisation des unités de sang, en réduisant les manipulations nécessaires à la séparation des fractions plasmatiques. La poche de sang est particulièrement adaptée pour la préparation des cryoprécipités de facteur VIII car elle supporte bien les opérations de centrifugation et de congélation/décongélation. Enfin, les prélèvements de plasma seul se font presque systématiquement dans des poches plastiques dès la fin des années 1960.

  • 23 S. Chauveau, Du don au marché…, op. cit., p. 478-481.

26Ce sont principalement les firmes américaines qui fabriquent ces articles jusqu’au début des années 1970. Ces sociétés, présentes dans la préparation des dérivés sanguins et pour plusieurs d’entre elles dans la collecte des produits sanguins, ont conçu des poches en plastique dès les années 1950. Puis des firmes européennes se lancent à leur tour comme, d’abord en Allemagne puis en France, la société Dubernard Hospital. Celle-ci commercialise en 1973 la poche Hemopack qu’elle présente comme la « première poche de sang de fabrication exclusivement française23 ».

  • 24 Ibid., p. 482-485.

27L’informatisation des données est rendue possible par la généralisation de l’usage des automates et l’utilisation de nouvelles étiquettes. Le Groupamatic conçu au sein du CNTS est construit par la firme Roche Bio-électronique. Cet automate est largement employé dès le milieu des années 1970 : c’est la première étape d’une informatisation des données relatives aux donneurs de sang. Très vite en effet, les résultats des groupages sont traités par ordinateur puis, à partir de 1977, sont expérimentés les premiers étiquetages automatiques CODABAR24. Il s’agit d’étiquettes portant un code à barres pour identifier le donneur et l’unité de sang. Ces objets et ces appareillages bouleversent le travail dans les CTS : ils permettent d’associer plus facilement un donneur à un prélèvement, ils contribuent à une identification fiable, un meilleur suivi des produits et un repérage des groupes sanguins rares.

28Outre la technique, les mutations de l’économie des produits sanguins incitent à l’adoption de pratiques de valorisation de la poche de sang. Les attentes des malades et les choix des pouvoirs publics en matière de tarification des opérations liées à la transfusion sont déterminants.

  • 25 Ibid., p. 389-399 ; C. Chevandier, L’hôpital dans la France du xxsiècle, Paris, Perrin, p. 278 sq (...)
  • 26 Ces protocoles consistent en l’injection de quantités massives de fractions anti-hémophiliques de m (...)

29Du côté des malades et des prescripteurs, les années 1970 sont marquées par plusieurs évolutions majeures. L’accroissement du nombre des lits, les efforts d’équipement des hôpitaux et les progrès de la chirurgie contribuent à une augmentation de la demande en produits sanguins. Cela est particulièrement net dans le cas parisien. Le recours à la transfusion se fait de manière plus systématique, sans que se pose d’ailleurs la question de la rareté de la ressource sanguine, le volume des collectes permettant de satisfaire les besoins des hôpitaux et rien ne s’opposant d’ailleurs au transport de sang d’un point à un autre du territoire25. Par ailleurs de nouvelles attentes s’affirment. Ainsi, les hémophiles et leurs médecins recherchent des traitements plus efficaces et plus pratiques à utiliser, certains médecins de l’hémophilie vont même jusqu’à proposer des protocoles de soins qui normalisent en quelque sorte la maladie en recourant à des pratiques qu’ils qualifient de « prophylactiques26 ».

  • 27 S. Chauveau, Du don au marché…, op. cit., p. 430 sqq.

30En outre, les pouvoirs publics promeuvent des usages des produits sanguins et des tarifs qui ne peuvent qu’influencer la pratique des CTS. Le recours au concentré globulaire, un sang privé en partie de son plasma, est justifié par son plus grand intérêt sur le plan médical. L’emploi des concentrés globulaires permet de dégager des volumes accrus de plasma pour d’autres usages27. La question des tarifs est beaucoup plus complexe. En effet, si ce sont les pouvoirs publics qui les fixent, le calcul des prix fait l’objet de discussions avec les représentants des organisations de transfusion sanguine. Le coût élevé des préparations anti-hémophiliques est ainsi justifié par le fait qu’il faut de nombreuses unités de sang, donc des collectes importantes, pour préparer en suffisance ces produits. En revanche les procédés utilisés et les appareillages nécessaires à la préparation des fractions anti-hémophiliques ne justifient pas la fixation des prix de cession à un niveau aussi élevé. Ces prix ont un effet incitatif pour les CTS qui se trouvent encouragés à préparer ces dérivés de manière à accroître leurs disponibilités financières mises à mal par une rémunération insuffisante des autres produits sanguins. Au total, les choix tarifaires des pouvoirs publics, certes influencés par plusieurs des responsables de la transfusion, expliquent largement les orientations de la production de dérivés sanguins. Ce faisant, l’État se montre plutôt attentif à la contrainte industrielle, ignorant les exigences de qualité pour les produits sanguins ou le respect des valeurs fondatrices de la transfusion sanguine.

B. Innovations, risque et pouvoirs publics

  • 28 S. Chauveau, Du don au marché…, op. cit., p. 502-508 ; S. Chauveau, “From Human Blood to Blood Prod (...)

31Au cours des années 1970, plusieurs responsables de la transfusion sanguine se sont alarmés des dérives des organisations, des dysfonctionnements ou encore de la détérioration de l’offre de produits. Si l’État encourage l’innovation dans le secteur de la transfusion, en soutenant le CNTS dans son projet de modernisation, avec en particulier la création d’une implantation aux Ulis, il laisse encore bien des responsabilités aux établissements de la transfusion, en particulier en ce qui concerne le contrôle de la qualité des dérivés sanguins ou leur standardisation. Dans la deuxième moitié des années 1970, certains responsables du ministère de la Santé se sont inquiétés de l’absence de contrôle des dérivés sanguins à l’image de ce qui se pratique pour les médicaments. Nombre de dérivés sanguins pourraient être assimilés à des médicaments : ils sont préparés à partir de fractions plasmatiques, ils se conservent aisément et certains sont même délivrés en officine. La mise en œuvre de tels contrôles s’avère très rapidement impossible, bien que leur nécessité soit avérée. En effet, nombre de dérivés sont définis par leur dosage en fraction plasmatique ou en protéine, dosage qui en détermine le prix. Des contrôles rapides montrent que d’un établissement à l’autre, ces dosages sont très variables pour des produits facturés au même prix. Les médecins de la transfusion rejettent tout projet d’autorisation de mise sur le marché des dérivés sanguins au prétexte qu’il ne s’agit pas de médicament mais de produits issus du corps humain et que les pharmaciens sont incompétents en matière de transfusion28.

32Il existe de fait des tensions très fortes entre l’activité des organisations de transfusion qui présente de plus en plus les traits d’une industrie et l’attachement des médecins de la transfusion et des donneurs de sang à des valeurs considérées comme intangibles, faisant du sang un produit à part. Faute de volonté politique, les pouvoirs publics ne parviennent pas à imposer des mesures pourtant nécessaires. L’irruption de risques nouveaux rend très rapidement cette situation insupportable et contraint à terme à la réforme.

  • 29 S. Chauveau, L’affaire du sang contaminé (1983-2003), Paris, Les Belles Lettres, 2011.
  • 30 K. Healy, Last Best Things…, op. cit., p. 95-109.

33L’affaire du sang contaminé est d’abord révélatrice de l’incapacité de l’administration de la santé à promouvoir des décisions nécessaires auprès de médecins et de professionnels jaloux de leurs prérogatives dans un contexte d’urgence et d’incertitude. La nécessité de procéder à la sélection des donneurs s’impose très difficilement. L’absence de tests de dépistage oblige en effet à choisir les donneurs en fonction d’investigations cliniques que de nombreux médecins se refusent à conduire, par peur de choquer les donneurs ou par conviction personnelle, un donneur de sang ne pouvant pas être dangereux29. Malgré plusieurs rappels du ministère de la Santé, la sélection des donneurs ne devient vraiment efficace que quelques mois avant la diffusion des premiers tests de dépistage. La gestion du risque par les pouvoirs publics et les médecins de la transfusion révèle que l’obtention de la ressource sanguine a été prioritaire sur la qualité des produits30.

34Dans le cas des produits destinés aux hémophiles, la recherche de solutions pour garantir la sécurité des produits a été orientée vers la mise au point de procédés d’inactivation du virus… La destruction des lots suspects étant difficile à envisager pour des raisons plus financières que sanitaires. La priorité accordée à l’innovation a certes à terme offert aux organisations de transfusion sanguine la possibilité de développer et de maîtriser des savoirs dans le champ de la sécurité des produits mais au prix d’un scandale de santé publique.

35Les contradictions de l’économie de la transfusion sanguine apparaissent au grand jour avec l’affaire du sang contaminé. Il s’agit en effet d’une véritable industrie, où l’innovation doit permettre de répondre aux attentes des malades. Les contraintes nées du régime des prix pèsent sur l’activité des établissements. Les valeurs attachées au don du sang influencent également les modalités d’obtention de la ressource. L’économie morale de la transfusion sanguine apparaît peu compatible avec des exigences de sécurité, de qualité et d’innovation. Les réformes des années 1990 corrigent en partie ces dysfonctionnements.

III. Les réformes des années 1990 : souveraineté et « nationalisation » du sang

  • 31 D. Benamouzig et J. Besançon, « Administrer un monde incertain : les nouvelles bureaucraties techni (...)
  • 32 J.-F. Girard, Quand la santé devient publique, Paris, Hachette, 1998 ; D. Tabuteau, La sécurité san (...)
  • 33 L’analyse de ces défaillances reste peu documentée en France à la différence de ce qui se passe aux (...)

36L’affaire du sang contaminé est à l’origine des réformes de l’administration de la Santé en France au tournant des années 1990. Ces réformes ont été portées par un groupe de hauts fonctionnaires et de médecins plutôt proches des idéaux de la social-démocratie, soucieux de restaurer la confiance dans l’autorité publique tout en en corrigeant les défaillances. Cela a conduit notamment à la décision de créer de nouvelles structures, les agences sanitaires, et de leur confier des tâches jusque-là dévolues aux administrations centrales31. Dans le même temps, la sécurité sanitaire est devenue une des priorités des politiques de santé publique32. Toutefois, l’État promeut davantage la mise en place de nouvelles organisations que l’analyse approfondie des défaillances des organisations existantes33. La gestion de la ressource sanguine ainsi reprise en main aboutit à une « nationalisation » du sang qui n’est pas le simple produit d’un changement organisationnel. Il s’agit d’affirmer la souveraineté nationale et de contrôler une économie originale.

A. La sécurité sanitaire

37Les réformes engagées à partir de 1992 sont en partie inspirées par la nécessité de garantir la sécurité des produits de santé. Cette exigence, la sécurité sanitaire, impose l’élaboration de pratiques particulières dans le champ de la transfusion sanguine et la création d’organisations à même de prendre en charge ces nouvelles activités.

  • 34 S. Chauveau, Du don au marché…, op. cit., p. 791 sqq.

38L’organisation de la transfusion sanguine est reprise en main par l’État. En 1992, l’Agence française du sang reçoit pour mission de réorganiser les établissements et de contrôler que ces derniers agissent en conformité avec les règles propres à la transfusion sanguine. Cette mission de « police sanitaire » permet de promouvoir de nouveaux comportements de manière à accroître la sécurité des produits sanguins. L’AFS s’attache en particulier à la rédaction et à l’application de bonnes pratiques transfusionnelles, depuis la collecte du sang jusqu’à son administration à un receveur. Ces bonnes pratiques constituent un ensemble de normes et de standards qui faisaient jusqu’à présent défaut. Le suivi des produits sanguins est en outre permis par la mise en place d’un réseau de vigilance afin de donner l’alerte au moindre incident34.

39Au-delà des pratiques, la sécurité sanitaire constitue un stimulant majeur pour la mise au point de produits nouveaux et de procédés. Cet effort d’innovation est soutenu par les pouvoirs publics avec la création d’une véritable instance chargée de coordonner la recherche au sein de l’AFS. Depuis 1998, l’Établissement français du sang promeut également une politique de la recherche avec des financements sur projets. Dans le cas des dérivés sanguins issus du plasma, la recherche est en particulier pilotée par le Laboratoire français du fractionnement qui a vu le jour en 1993.

40La sécurité des produits sanguins repose d’abord sur la sélection des donneurs. Celle-ci s’effectue lors des entretiens pré-don puis lors des tests auxquels sont soumises les unités de sang prélevées. Après la généralisation du dépistage du sida s’est posée la question du dépistage du virus de l’hépatite C : à la différence du sida, cette maladie est restée longtemps confidentielle, en dépit de sa gravité. Le dépistage n’est rendu obligatoire qu’en 1990, bien que depuis plus de dix ans des médecins de la transfusion travaillent sur les tests. Par ailleurs, de nouveaux tests utilisant le génie génétique sont développés au cours des années 1990, en particulier pour le sida.

  • 35 S. Chauveau, Du don au marché…, op. cit., p. 859-866 ; P. Hervé, J.-Y. Muller et P. Tibergien (dir. (...)

41Toutefois, pour certains virus et autres agents infectieux, les tests ne sont pas toujours disponibles. Il faut donc utiliser des procédés déjà éprouvés comme les techniques d’inactivation virale ou la séparation des éléments du sang de manière à isoler les vecteurs des agents infectieux. L’inactivation virale se fait par chauffage, par adjonction de détergents ou encore par l’utilisation de produits biochimiques ou photochimiques. Ces procédés posent toutefois problème : leur utilisation reste soumise à la réalisation d’essais cliniques de manière à vérifier que l’inactivation virale ainsi réalisée ne présente pas de danger pour l’homme. La déleucocytation, comme son nom l’indique, consiste à séparer les leucocytes des autres éléments du sang : en effet, les leucocytes sont les vecteurs d’agents infectieux comme les prions35.

42Par ailleurs, les exigences de sécurité incitent à concevoir des dérivés sanguins nouveaux ou à modifier les indications. Le recours à l’albumine est ainsi encouragé en substitution au plasma dans de nombreuses indications, le risque viral étant fortement réduit avec l’albumine. Dans le cas des traitements de l’hémophilie, l’exigence de sécurité ne se limite pas au seul risque viral : ce sont les effets à long terme de l’utilisation de ces dérivés qu’il faut modifier dans la mesure où ces thérapies affectent les réponses immunitaires des malades.

43Pour les pouvoirs publics, l’impératif sanitaire a conduit à réformer l’administration de la santé et à mettre en place de nouvelles organisations, au premier rang desquelles se trouvent les agences sanitaires. La reprise en main par les pouvoirs publics des activités transfusionnelles se trouve ainsi légitimée par l’idée que seul l’État, sous des formes organisationnelles très diverses, est à même de se porter garant des conséquences des innovations dans le champ thérapeutique. Ce faisant, la politique de sécurité sanitaire conduit également à promouvoir une économie différente de la transfusion sanguine.

B. Une nouvelle économie

  • 36 P. Steiner, La transplantation d’organes…, op. cit., p. 154-178.

44Depuis les années 1990, l’organisation de la transfusion sanguine doit répondre à des attentes multiples. Elle doit mettre en œuvre des règles de sécurité sanitaire, elle doit offrir en suffisance des produits sanguins, elle doit se conformer à la législation européenne. Cette organisation a ainsi pris en charge la « commodification » du sang humain sans porter atteinte aux principes éthiques de la transfusion, et en particulier à la règle du don volontaire, anonyme et gratuit. Les réformes engagées dans les années 1990 ont donné à l’État des responsabilités plus importantes dans la gestion des activités de la transfusion, à tel point que l’on a parfois parlé d’« étatisation » ou de « nationalisation » du sang en France. Sous ces vocables se trouve plutôt désignée à nos yeux une transformation de l’économie morale de la transfusion sanguine qui a fait du sang une ressource, au sens utilisé par Philippe Steiner à propos des organes employés pour les transplantations36.

45La transfusion sanguine doit tout d’abord s’adapter à un ensemble de contraintes d’ordre industriel et économique. L’intégration des tests de dépistage dans le processus de qualification des unités de sang impose en effet une réorganisation de l’ensemble des tâches. Le problème s’est posé en particulier avec l’introduction des tests dits de dépistage génomique viral (DGV). La nécessité de disposer de plateaux techniques de haut niveau pour de telles manipulations a accéléré la réorganisation des activités au sein de l’EFS, au profit de quelques plateaux très qualifiés. Le coût de ces tests pèse également sur le coût final des unités de sang.

  • 37 B. Hauray, L’Europe du médicament : politique, expertise, intérêts privés, Paris, Presses de Scienc (...)

46La politique des prix en matière de produits sanguins a connu des inflexions majeures dès le milieu des années 1980. Le financement des tests de dépistage exigeait un relèvement des prix des produits labiles. L’ouverture à la concurrence pour les produits sanguins stables a imposé une nouvelle répartition des coûts de manière à rendre plus compétitifs ces dérivés sanguins. Ces derniers ont en outre changé de statut. L’introduction en droit français de la directive européenne 89/381 du 14 juin 1989 fait de ces produits des médicaments. Soumis à la législation européenne en matière de médicaments37, les dérivés sanguins sont susceptibles d’être exportés puisque le statut de médicament en libère les échanges. Réciproquement, l’importation de ces mêmes produits n’est plus soumise à autorisation, dès lors que ceux-ci sont préparés avec du plasma issu des dons de bénévoles.

47Les produits sanguins ont ainsi changé de nature. Produits issus du corps humain, soumis à des transformations, susceptibles d’être échangés comme n’importe quel autre bien, les dérivés sanguins apparaissent soumis à un processus de « commodification ». Ils n’en conservent pas moins des spécificités importantes en raison même de leur origine humaine et des règles d’obtention du sang, auxquelles sont très attachés les donneurs ainsi que l’État en France. Les mutations récentes des usages des produits sanguins ne sauraient remettre en question un certain nombre de principes éthiques, à commencer par la non-rémunération du don et l’absence de profit sur les produits sanguins – qui s’applique toujours aux produits labiles.

48La recomposition des relations entre l’État, les médecins et les techniciens de la transfusion, les malades et les donneurs de sang permet dès lors de traiter le sang comme une ressource, dont la disponibilité n’est ni illimitée ni immédiate. L’obtention de cette ressource est soumise à des règles éthiques et techniques, sa transformation et sa mise à disposition des malades et des médecins sont aussi codifiées de telle sorte que les produits sanguins échappent à la banalisation. Cette gestion de la ressource sanguine contribue enfin à la réaffirmation de la souveraineté de l’État en matière de santé publique, celui-ci se portant garant du respect de l’éthique de la transfusion.

Conclusion

49L’organisation de la transfusion sanguine en France a été bouleversée par le développement et la diffusion des innovations de procédés et de produits. L’activité, longtemps centrée sur la collecte de sang, est devenue une véritable industrie et une économie, devant composer avec les règles des tarifs des produits sanguins tout en s’efforçant de satisfaire les besoins de la population. Au cours des années 1970, les exigences des médecins et des malades ont contribué à transformer le statut des produits sanguins, certains étant désormais considérés comme des médicaments. Ces changements profonds dans les activités de la transfusion ont généré des tensions multiples, révélatrices de la complexité de l’économie morale de la transfusion en France, qui emprunte aussi bien au marché qu’à d’autres formes d’échanges comme le don. La prise en compte des conséquences des innovations et en particulier la gestion des risques ont bouleversé cette économie. Aujourd’hui la gestion de la ressource sanguine reste une prérogative de l’État en France qui s’efforce de concilier des exigences techniques, économiques, éthiques et politiques.

Notes

1 E. Fillion, À l’épreuve du sang contaminé. Expériences de l’hémophilie et reconfiguration du monde sanitaire, Paris, Éditions de l’EHESS, 2009 ; D. Carricaburu, L’hémophilie au risque de la médecine. De la maladie individuelle à la contamination collective par le sida, Paris, Economica/Anthropos, 2000 ; S. Chauveau, Du don au marché. Politiques du sang en France (années 1940-années 2000), mémoire d’habilitation à diriger les recherches, EHESS, 2007, p. 550-575.

2 S. Chauveau, Du don au marché…, op. cit. ; S. Lederer, Flesh and Blood : A Cultural History of Transplantation and Transfusion in Twentieth-Century America, Oxford, Oxford University Press, 2008 ; K. Healy, Last Best Gifts : Altruism and the Market for Human Blood and Organs, Chicago, University of Chicago Press, 2006.

3 D. Fassin, « Les économies morales revisitées », Annales HSS, 6, novembre-décembre 2009, p. 1237-1266 ; P. Fridenson, « Variations pour une histoire différente des relations entre confiance et marché à l’époque contemporaine », in A. Hatchuel, O. Favereau et F. Aggeri (dir.), L’activité marchande sans le marché ? Colloque de Cerisy, Paris, Presses des Mines, 2010, p. 77-88.

4 K. Healy, Last Best Things…, op. cit. ; C. Waldby and R. Mitchell, Tissue Economies. Blood, Organs and Cell Lines in Late Capitalism, Durham, Duke University, 2006.

5 Sur la notion de « ressource », voir P. Steiner, La transplantation d’organes. Un commerce nouveau entre les humains, Paris, Gallimard, 2010, p. 154 sqq.

6 J.-P. Gaudillière, Inventer la biomédecine. La France, l’Amérique et la production des savoirs du vivant (1945-1965), Paris, La Découverte, 2002, p. 13.

7 S. Chauveau, Du don au marché…, op. cit., p. 81 et 84.

8 C. Matte, « L’automatisation dans les centres de Transfusion sanguine », Revue Française de Transfusion, XII-2, 1er fascicule, 1969, p. 203-207 ; C. Matte, « Détermination automatique des groupes sanguins. Réalisation d’un appareil expérimental », Revue Française de Transfusion, XII-2, 2fascicule, 1969, p. 213-232.

9 J.-P. Soulier, « Détermination automatique des groupes sanguins », Le donneur de sang bénévole, janvier 1969.

10 J. Guimbetière, « Informatique et mécanographie », Revue française de Transfusion, XII-2, 1er fascicule, 1969, p. 209-214.

11 C. Ropartz, « Fichier des donneurs et cartes perforées », Transfusion, II-1, 1959, p. 63-71.

12 J.-P. Soulier, « Détermination automatique… », art. cit.

13 H. Morsel (dir.), Histoire générale de l’électricité en France, tIII, Paris, Fayard, 1996 ;
J. W. Cortada, The Digital Hand. How Computer changes the Work of American Manufacturing, Transporting and Retail Industry, New York, Oxford University Press, 2003 ; P.-É. Mounier-Kuhn, L’informatique en France, de la Seconde Guerre mondiale au Plan Calcul. L’émergence d’une science, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2010.

14 S. Chauveau, Du don au marché…, op. cit., p. 138-141.

15 J.-P. Soulier, Notions actuelles concernant le problème de l’hémophilie, Paris, Les Conférences du Palais de la Découverte, 1949, p. 22-23.

16 D. Ménaché, F. Josso, M. Steinbuch et J.-P. Soulier, « État actuel de la préparation et de l’utilisation des fractions anti-hémophiliques en France », Transfusion, IX-3, 1966, p. 237-243.

17 S. Resnik, Blood Saga. Hemophilia, AIDS and the Survival of a Community, Berkeley, University of California Press, 1999, p. 40 sqq.

18 A. Parquet-Gernez et F. Bauters, « Cryoprécipités riches en facteur VIII. Étude in vitro et in vivo », Revue française de Transfusion, XII-4, 1969, p. 439-450.

19 K. Healy, Last Best Things…, op. cit., p. 93-94.

20 S. Chauveau, Du don au marché…, op. cit., p. 415-435.

21 En France, l’Institut Mérieux et la société Diamant commercialisent des gammaglobulines en officine. Celles de l’Institut sont préparées en France avec du plasma collecté en partie en France : en 1976, le ministère de la Santé retire à l’entreprise les autorisations de vente de ces produits. Celles de Diamant sont importées. S. Chauveau, Du don au marché…, op. cit., p. 404-415.

22 À l’exception notable des concentrés de plaquettes.

23 S. Chauveau, Du don au marché…, op. cit., p. 478-481.

24 Ibid., p. 482-485.

25 Ibid., p. 389-399 ; C. Chevandier, L’hôpital dans la France du xxsiècle, Paris, Perrin, p. 278 sqq.

26 Ces protocoles consistent en l’injection de quantités massives de fractions anti-hémophiliques de manière à prévenir tout accident hémorragique. Les produits injectés sont des concentrés de facteur VIII, peu disponibles en France, et assez coûteux. Ce protocole est très discuté chez les médecins français de l’hémophilie.

27 S. Chauveau, Du don au marché…, op. cit., p. 430 sqq.

28 S. Chauveau, Du don au marché…, op. cit., p. 502-508 ; S. Chauveau, “From Human Blood to Blood Products. Blood Collection and Blood Derived Products in France after 1950 : A Third Way of Standardising Therapeutic Agents ?”, in C. Bonah, C. Masutti, A. Rasmussen and J. Simon (éd.), Harmonizing Drugs. Standards in 20 th century Pharmaceutical History, Paris, Éditions Glyphe, 2009, p. 181-201.

29 S. Chauveau, L’affaire du sang contaminé (1983-2003), Paris, Les Belles Lettres, 2011.

30 K. Healy, Last Best Things…, op. cit., p. 95-109.

31 D. Benamouzig et J. Besançon, « Administrer un monde incertain : les nouvelles bureaucraties techniques. Le rôle des agences sanitaires en France », Sociologie du Travail, 47, 2005, p. 301-322.

32 J.-F. Girard, Quand la santé devient publique, Paris, Hachette, 1998 ; D. Tabuteau, La sécurité sanitaire, Paris, Berger-Levrault, 1994 ; D. Tabuteau, Les contes de Ségur. Les coulisses de la politique de santé (1988-2006), Paris, Ophrys, 2006 ; T. Alam, « Les mises en forme savantes d’un mythe d’action publique : la sécurité sanitaire », Genèses, 2010, n° 78, p. 48-66.

33 L’analyse de ces défaillances reste peu documentée en France à la différence de ce qui se passe aux États-Unis : K. Wailoo, J. Livingston and P. Guarnaccia (ed.), A Death Retold. Jesica Santillan, the Bungled Transplant, and Paradoxes of Medical Citizenship, Chapel Hill, The University of North Carolina Press, 2006 ; C. L. Bosk, Forgive and Remember : Managing Medical Failure, Chicago, University of Chicago Press, 2003.

34 S. Chauveau, Du don au marché…, op. cit., p. 791 sqq.

35 S. Chauveau, Du don au marché…, op. cit., p. 859-866 ; P. Hervé, J.-Y. Muller et P. Tibergien (dir.), La transfusion sanguine demain, Paris, John Libbey Eurotext, 2005.

36 P. Steiner, La transplantation d’organes…, op. cit., p. 154-178.

37 B. Hauray, L’Europe du médicament : politique, expertise, intérêts privés, Paris, Presses de Sciences Po, 2006.

Auteur

Professeure d’histoire des sciences et des techniques à l’Université de Technologie de Belfort-Montbéliard.
Ancien membre de l’Institut universitaire de France, elle consacre l’essentiel de ses recherches aux mutations du secteur de la santé en France au xxe siècle. Elle a récemment publié L’affaire du sang contaminé (1983-2003), Paris, Les Belles Lettres, 2011, et elle prépare un autre ouvrage sur les utilisations thérapeutiques des éléments du corps humain.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search