Version classiqueVersion mobile

Entreprises de haute technologie, État et souveraineté depuis 1945

 | 
Patrick Fridenson
, 
Pascal Griset

État, recherche et entreprises de haute technologie : ‎un triangle vertueux ?‎

La recherche, interface privilégiée entre la Compagnie générale d’électricité et l’État (années 1950-années 1990)

Yves Bouvier

Texte intégral

1L’analyse historique des rapports entre les entreprises privées et l’État a guidé bon nombre de chercheurs ces dernières années. Mais ce thème, comme beaucoup d’autres objets historiques, est un puits sans fond : plus les études se multiplient, plus la complexité et l’ambiguïté du sujet s’affirment. Si les logiques sectorielles contribuent à cette diversité, certaines industries faisant l’objet d’attentions plus évidentes de la part des pouvoirs publics en raison de leur intérêt stratégique ou de leur poids économique, le caractère protéiforme des institutions présentes invite à segmenter les rôles. En effet, ni l’État ni les entreprises ne se réduisent à être des acteurs économiques et financiers et les dimensions sociales, culturelles et politiques ont été progressivement intégrées. Surtout, ni l’État ni les entreprises ne peuvent être appréhendés uniquement dans leur globalité du fait des tensions, voire des divisions internes. Alors que les attributs de l’État ont fait l’objet de nombreuses études pour distinguer ses fonctions de client, de législateur, de prescripteur, de régulateur ou d’opérateur, la même démarche n’a pas été appliquée aux entreprises. Pour la France de la seconde moitié du xxsiècle, les grands programmes technologiques sont associés à l’État qui les finance, les pilote, les conduit. La place des acteurs publics dans la définition des politiques industrielles et des objectifs ne saurait être minorée mais la réalisation de ces programmes, c’est-à-dire la partie proprement industrielle, a toujours été assurée par des entreprises. Dans ces relations, la fonction recherche est hautement stratégique puisqu’elle est associée à l’innovation qui est le cœur de l’action modernisatrice. La recherche s’inscrit également dans des rapports de pouvoir entre, d’un côté, l’État et les entreprises publiques qui souhaitent façonner l’industrie et, de l’autre, des entreprises industrielles privées qui ont les équipes et la volonté de préserver leurs secrets de fabrication et leur capacité d’initiative. Les causes de l’intervention de l’État dans l’économie et l’industrie ne sauraient être résumées en quelques lignes. Rappelons simplement que le constat de la faiblesse de l’industrie avait été fait au cours de la Première Guerre mondiale et que plusieurs groupes de réflexion avaient préconisé un rôle accru de l’État dans les années 1930. Le régime de Vichy ne se contenta pas d’instaurer les comités d’organisation mais, pour les télécommunications par exemple, chercha à lancer des programmes de recherche assurant une indépendance technologique nationale. Le Conseil national de la Résistance mentionne bien, dans son programme du 15 mars 1944, « l’organisation rationnelle de l’économie » et le « retour à la nation des grands moyens de production monopolisés » pour « défendre l’indépendance politique et économique de la nation », mais reste discret sur la recherche et l’innovation technique qui sont pourtant les clés de cette indépendance.

2Cette tension entre le poids de l’État et la tradition industrielle de l’innovation correspond exactement à la situation de la Compagnie générale d’électricité en 1945. La CGE est, à cette date, un groupe puissant qui s’est imposé comme l’un des plus dynamiques dans le secteur de la construction électrique grâce à ses capacités de recherche. Fondée en 1898 par l’ingénieur centralien Pierre Azaria, l’entreprise avait en effet investi, à la veille de la Première Guerre mondiale, dans des technologies indépendantes (disjoncteurs des Ateliers de constructions électriques de Delle). Elle avait prolongé cette stratégie dans les années 1920 (transformateurs de la Société savoisienne de constructions électriques) et n’avait pas hésité à faire de l’indépendance technologique une stratégie de long terme pour certains équipements électriques en refusant les regroupements de l’entre-deux-guerres (Alsthom en 1928). Les laboratoires d’Ivry-sur-Seine et de Villeurbanne avaient acquis une solide réputation dans l’élaboration de nouveaux matériels. D’autres secteurs industriels au sein du groupe de la CGE, en particulier les accumulateurs et les télécommunications, n’avaient pas bénéficié des mêmes investissements de développement.

I. La recherche dans les mains de l’État (1945-1970)

3Les années qui suivent la Seconde Guerre mondiale sont marquées par la prééminence incontestée de l’État dans l’industrie, prééminence qui relève d’un large consensus politique issu tant de la Résistance que du traumatisme de la crise des années 1930. Les équilibres antérieurs sont toutefois modifiés bien plus profondément que par les seules nationalisations. Ainsi, la nationalisation de l’électricité par la loi du 8 avril 1946 créant Électricité de France ne représentait « que » 10 % du chiffre d’affaires de la CGE en 1946 et aucune modification de structure ne fut envisagée au sein du groupe. Il n’en demeurait pas moins qu’EDF était devenue l’acteur dominant de la filière électrique.

  • 1 C. Bouneau, Entre David et Goliath. La dynamique des réseaux régionaux en France du milieu du xixe (...)

4Les activités de fabrication des équipements électriques, représentées par des entreprises comme Alsthom, Merlin Gerin ou la CGE, n’étaient pas directement concernées par la nationalisation, mais la création d’EDF modifia les stratégies technologiques et commerciales de ces entreprises. Concernant les commandes passées par EDF à la CGE, la dépendance vis-à-vis de l’entreprise publique s’accrut avec la fermeture des marchés à l’international au début des années 1950. Sur un plan plus stratégique, la direction des études et recherches d’EDF, l’une des trois directions créées par la loi de 1946 et confiée à Pierre Ailleret, prit la responsabilité d’organiser la recherche au niveau de la filière électrique tout entière. La standardisation des matériels de transport puis des équipements de production s’inscrivait dans la logique de l’unification du réseau électrique français. L’interconnexion générale du territoire français ne datait que de 1938 et le premier objectif fut d’harmoniser et d’unifier un réseau de transport particulièrement disparate1. Or il s’agissait précisément du champ privilégié de la CGE qui fournissait câbles, sectionneurs, disjoncteurs et transformateurs. Toute la stratégie de la CGE qui était fondée sur le maintien de l’indépendance technologique et donc sur l’innovation aurait pu être validée par la nouvelle configuration. Mais EDF ne se contenta pas de passer des commandes. Non seulement les spécifications étaient édictées par l’entreprise publique mais la recherche sur les nouveaux matériels était également assurée en partie par EDF dans son laboratoire de Clamart. Les équipements les plus spectaculaires, au premier rang desquels le hall 1 MV, n’ont toutefois été installés que dans les années 1970 aux Renardières (Seine-et-Marne).

  • 2 Note du 14 mai 1956. Arch. nat. (AN) F90 bis 2833/CAC 820295-7.
  • 3 P. Griset, 50 ans d’innovation au CNET, Paris, CNET, 1994, p. 3.

5L’équilibre du secteur de l’industrie électrique est remis en cause par l’apparition d’une entreprise publique tandis que c’est une volonté affirmée qui provoque le même mouvement dans les télécommunications. Autant la création d’EDF est une rupture puisque émerge un nouvel acteur doté de pouvoirs étendus, autant les télécommunications sont une administration ancienne qui initie une nouvelle politique. La création du CNET (Centre national d’études des télécommunications), en mai 1944, fut confirmée à la Libération. Le constat d’une industrie française souffrant d’une recherche insuffisante pour permettre l’élaboration de nouveaux équipements était largement partagé. Rappelons que dans le domaine des transmissions, plusieurs sociétés françaises étaient reconnues : Société anonyme des transmissions, Câbles de Lyon, Lignes téléphoniques et télégraphiques… En revanche, dans le domaine de la commutation, les centraux fabriqués en France l’étaient tous sous licence étrangère, américaine (ITT) ou suédoise (Ericsson). Or les centraux étaient installés pour une période allant de 25 à 50 ans. Le choix d’un central de commutation créait donc une forme d’irréversibilité dans le réseau, comme cela avait été le cas à partir de 1926 et des commandes aux filiales d’ITT en système Rotary. La seule entreprise qui, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, avait cherché à rompre cette dépendance technologique était la CGE avec sa branche l’Industrielle des téléphones. Le central L43 (du nom de l’ingénieur Lesigne et de l’année 1943 qui était celle du lancement du projet) ne tint pas ses promesses. Jugé plus économique que les centraux d’ITT, le L43 devait équiper massivement le réseau français. Dès la fin de l’année 1950, alors même que le premier prototype ne fut mis en service qu’en juillet 1951 à Nancy, le ministère des PTT décida d’adopter ce système pour équiper le réseau téléphonique français en centraux modernes. Une douzaine d’exemplaires du L43 furent mis en service jusqu’en 1960, même si l’administration considéra, dès 1956, « prudent de restreindre les cas d’utilisation du matériel L432 » et négocia, en 1958, une indemnisation auprès de l’industriel. Au final, le L43 fut un échec tant pour la CIT que pour le CNET3. Pour l’administration des télécommunications, l’échec du L43 signifiait qu’aucun matériel de technologie indépendante n’allait être mis en service dans le réseau avant vingt ans. Il fallait donc accepter de commander une autre génération de matériels de technologie étrangère, le crossbar. Pour la CGE, cette aventure malheureuse du central L43 avait tout de même permis de doubler le chiffre d’affaires de la CIT dans la commutation au cours des années 1950 et d’occuper la place de seule société française cherchant à développer un matériel indépendant.

  • 4 P. Griset, « Les relations du CNET avec l’industrie », in Le Centre national d’études des télécommu (...)

6C’est pourquoi, lorsque le CNET s’engagea dans la coordination des recherches de ses fournisseurs, avec la création des sociétés Sotelec pour les transmissions (1947) et Socotel pour la commutation (1959), la CGE émargea tout naturellement au premier rang des bénéficiaires des contrats d’études. Le principe de ces deux structures était simple : l’administration répartissait les études entre ses différents fournisseurs et prenait en charge une partie des dépenses de recherche. Dans le domaine de la commutation, un laboratoire commun avait même été envisagé, dans la lignée des Bell Laboratories qui faisaient figure de modèle au niveau international, mais, face au refus des filiales françaises d’ITT d’intégrer Socotel, ce dispositif fut abandonné. Après l’échec des recherches communes, le CNET accepta de financer les études sur la base de groupes de travail reproduisant la segmentation des industriels. La CGE et l’AOIP (Association des ouvriers en instruments de précision) furent placées sur les champs les plus novateurs puisque, comme entreprises françaises, elles étaient les seules susceptibles de porter des technologies indépendantes. Ainsi, la CGE, à travers sa filiale CIT (Compagnie industrielle des télécommunications), s’engagea dans la commutation électronique et plus précisément dans la commutation temporelle. Le projet Platon a fait l’objet de plusieurs publications4 et il n’est pas nécessaire d’en retracer ici le détail. Rappelons simplement que le CNET implanta un laboratoire à Lannion (Côtes-du-Nord) et que la CGE y créa une filiale pour l’industrialisation du prototype du central téléphonique temporel. Mis en service en décembre 1969, ce premier central dotait la France d’une technologie de pointe avec une dizaine d’années d’avance sur la concurrence internationale. Indéniablement, l’ensemble des impulsions vint bien du CNET qui, par des marchés d’études et la normalisation, imposa ses vues et son calendrier aux manufacturiers, dont la CGE. Pourtant, il serait trop simple de conclure à la passivité des entreprises sur ce sujet : la CGE a réalisé des investissements conséquents à partir de 1965 et chercha à acquérir, si ce n’est une indépendance, du moins une autonomie vis-à-vis du CNET dans la fabrication de ces centraux.

7Ainsi, que ce soit sur son métier traditionnel (l’équipement électrique) ou pour ses secteurs en fort développement (les télécommunications), la CGE se trouvait dépendante des pratiques de standardisation et de définition des recherches des acteurs publics. La prééminence d’un modèle intégré, tant pour l’énergie (EDF) que pour les télécommunications (CNET-DGT), n’alla pas jusqu’à la création de manufacturiers publics mais la CGE, comme les autres entreprises de ces secteurs, était entièrement dépendante des commandes de l’État. Comment, dès lors, éviter la nationalisation rampante – et honteuse ? Les dirigeants de la CGE qui avaient tant protesté contre la nationalisation de l’électricité en 1946 se devaient de « tenir leur rang », ce qui signifiait affirmer la capacité d’initiative du groupe.

II. La recherche désintéressée, vitrine ou paravent (1955-1975) ?

8Avec la mise sous tutelle de la recherche liée à ses métiers, la CGE chercha une autre façon de présenter son potentiel de recherche. Mais le vaste champ des applications et des projets industriels étant occupé par les coopérations avec les entreprises et instituts publics, il ne restait plus que le champ de la recherche amont (généralement appelée « recherche fondamentale » par les acteurs de l’époque) pour exister de façon indépendante.

9Le centre de recherche de la CGE à Marcoussis (Seine-et-Oise) fut officiellement inauguré en 1961 mais la décision remontait à octobre 1957, lorsque le conseil d’administration fixa trois lignes à ce centre de recherche :

  • 5 PV du conseil d’administration de la CGE, 9 octobre 1957.

« d’une part de préparer par des recherches à long terme de nouvelles activités industrielles, d’autre part de poursuivre des études de base lorsqu’elles intéressent plusieurs de nos entreprises et dépassent les moyens individuels de chacune d’elles, enfin d’étudier les ensembles dont la fabrication intéresse plusieurs de nos entreprises5 ».

  • 6 Fait exceptionnel, la séance du conseil d’administration de la CGE du 27 juin 1962 ne se tint pas a (...)
  • 7 J. Dauvin (1898-1987), polytechnicien (1919) sorti dans le service des PTT. En 1941, il prit la têt (...)

10À cette date, le centre de recherche ne disposait d’aucun site en propre et se retrouvait donc fragmenté entre les différentes filiales. Cinq sections furent ouvertes dans les trois premières années : télécommunications (ondes hertziennes, systèmes spatiaux, guide d’ondes, en 1957), semi-conducteurs (1957), études physico-chimiques et atomiques (1957), applications de l’électricité et de l’électronique à l’automobile (1958) et électrochimie (1960). Le terrain de 110 hectares de Marcoussis, acheté pour 132 MF en 1957, se couvrit de bâtiments puisque les 25 000 m² furent disponibles pour accueillir environ 500 personnes à partir de 19626 et plus de 1 000 en 1969. La répartition des recherches entre Marcoussis et les filiales était largement déterminée par les prévisions de leur durée : les filiales étudiaient et mettaient au point les matériels pour leur activité future à moyen terme (cinq ans) tandis que le centre de recherche de Marcoussis prenait en charge les recherches de base et les recherches appliquées à échéance lointaine (entre cinq et quinze ans). Naturellement, c’était également à Marcoussis qu’étaient menées les recherches dans les domaines industriels nouveaux puisque aucune filiale n’était concernée. L’effort était loin d’être anecdotique puisqu’il représentait, dès la mise en service du centre de Marcoussis, environ 20 % des dépenses de recherche. En 1962 en effet, les effectifs de la CGE employés dans la recherche-développement atteignaient 2 400 personnes dont 525 ingénieurs (125 à Marcoussis et 400 directement dans les filiales). Les surfaces consacrées à la recherche totalisaient 84 000 m² (26 000 m² à Marcoussis et 58 000 m² dans les laboratoires des filiales). Le premier responsable du centre fut Jean Dauvin, ancien directeur de la Recherche des PTT7.

  • 8 P. Mandel, « La participation de la CGE à la création de la Station de télécommunications spatiales (...)
  • 9 Y. Bouvier, « Alcatel et les télécommunications spatiales. La lente constitution d’un pôle industri (...)

11La première réalisation notable du centre de recherche fut l’élaboration du système de suivi du satellite Telstar pour la station de communication spatiale de Pleumeur-Bodou. Si le projet et les plans de cette station étaient bien américains, quelques détails restaient à la charge des industriels français. La CGE créa, à la demande du CNET, deux groupes de travail dans le cadre de son centre de recherche. Le premier, à Marcoussis, comprenait 35 ingénieurs et techniciens pour l’étude des voies d’émission et de réception ainsi que pour les équipements terminaux. Cette équipe réussit à mettre au point le tube à ondes progressives de l’amplificateur de puissance de l’émetteur qui ne fut disponible qu’au tout dernier moment8. Le second groupe de travail, comprenant environ 60 personnes à Pleumeur-Bodou, exécutait les travaux d’édification de la station terrienne. La mobilisation des équipes du CNET pour la construction de la station et la participation de la CGE permirent, lors de la première retransmission télévisée du 11 juillet 1962, de célébrer une réussite française en mettant soigneusement de côté l’ampleur de l’apport américain9.

12Assurément, la CGE sut parfaitement communiquer autour de ce centre de recherche fondamentale. Dès l’exposition Electrama, qui se tint du 12 au 28 juin 1959 au CNIT de La Défense, le centre de recherche représentait un quart du vaste stand de la CGE et pouvait présenter des équipements de haute technologie comme le système de diffusion troposphérique (antenne de 10 mètres), une machine à tirer les monocristaux de silicium extra-pur pour la fabrication des transistors et diodes, et un exemple de transmission à grande distance par guide d’ondes. Dès l’origine donc, la stratégie de recherche fut couplée à une communication volontariste qui tendait à faire disparaître la recherche menée par les filiales derrière cette vitrine-paravent qu’était le centre de Marcoussis. La mise en exergue du centre de recherche rencontra la volonté de valorisation des entreprises portée par le ministère de la Recherche. Ainsi, dans la préface d’une brochure de 1964 présentant le centre de Marcoussis, Gaston Palewski, ministre d’État chargé de la Recherche scientifique et des Questions atomiques et spatiales, écrivait :

  • 10 Le Centre de Recherches de Marcoussis de la CGE, brochure institutionnelle. Archives Crédit agricol (...)

« La nécessité de la recherche s’impose aux nations modernes. Ce n’est plus seulement pour elles une question de rayonnement ou de prestige intellectuel, c’est aussi une des conditions principales de leur expansion économique, l’un des moyens de leur politique et, de plus en plus, l’un des critères de leur existence nationale. […] Mais il va de soi que la recherche financée par l’État doit trouver son prolongement et son application dans l’industrie et dans l’économie. Il faut que, simultanément, s’accroissent et s’équipent les laboratoires industriels et que les entreprises, publiques ou privées, se convertissent à l’état d’esprit qu’exigent les conditions actuelles de la concurrence, elle-même de plus en plus aiguillonnée par la nouveauté scientifique et technique. Je suis heureux de rendre à la Compagnie générale d’électricité et à ses animateurs l’hommage dû à une entreprise qui joue dans ce domaine un rôle pionnier, qui a su adapter sa structure et ses programmes aux conditions du monde moderne et qui montre, en ouvrant le centre de recherche de Marcoussis, à quel point la recherche, fût-elle la plus désintéressée en apparence, est essentielle à la poursuite du progrès industriel10 ».

  • 11 A. Chatriot, V. Duclert (dir.), Le gouvernement de la recherche. Histoire d’un engagement politique (...)

13Derrière l’hommage convenu du ministre, se profilent tout à la fois la reconnaissance du nouveau rôle de l’entreprise privée dans le domaine de la recherche et la dimension européenne qui s’impose comme échelle pertinente des politiques industrielles. Le contexte général est celui de la mise en place d’une politique de la recherche avec la création de la Délégation générale à la recherche scientifique et technique (DGRST) en 196011. En prenant acte de cette nouvelle politique, la CGE peut tout à la fois capter les financements publics et constituer des équipes de niveau international. Instituées en 1956 mais pratiquées seulement à partir de 1965, les avances remboursables étaient un dispositif d’aide publique permettant de couvrir au maximum 50 % des dépenses projetées. En cas de succès, le remboursement par l’industriel était échelonné sur le produit des ventes du matériel développé. En cas d’échec, l’État et l’industriel perdaient chacun leur mise. Les deux principaux secteurs bénéficiaires de ces aides furent la mécanique et la construction électrique et électronique. Par ailleurs, la DGRST lança en février 1962, via le fonds de la recherche scientifique et technique, des actions concertées, c’est-à-dire des programmes pour lesquels il semblait souhaitable de faire converger les efforts des organismes de recherche des secteurs public et privé. La CGE émargeait à toutes ces modalités de financement.

  • 12 Archives Crédit agricole, fonds Crédit lyonnais, DEEF 62 595, Note de l’Eurosyndicat Investment Res (...)

14Toutefois créer une structure de recherche fondamentale au niveau du groupe de la CGE n’alla pas sans tensions internes. En effet, contrairement aux pratiques alors présentes dans la gouvernance du groupe, le centre de Marcoussis supposait de développer une gestion supra-filiales et surtout supra-métiers. Le financement de la construction et de l’aménagement du site n’allait pas de soi et la CGE autofinança ces frais de premier établissement pour un montant de 17,5 MF entre 1959 et 196212. Pour ce qui était des travaux menés, du paiement des chercheurs, du renouvellement et de la maintenance des équipements, un financement concerté au niveau du groupe s’imposait. Le risque était grand de déconnecter ces recherches des activités industrielles. Pour que les filiales industrielles se sentent concernées et pour assurer le financement du fonctionnement de ce centre de recherche, Pierre Lalanne, directeur général de la CGE, imposa un système de redevances annuelles pour les filiales concernées. La « solidarité de groupe » ainsi instituée était fonction du chiffre d’affaires et du secteur d’activité.

Tableau 1. Montant des redevances versées par les filiales pour financer le centre de recherche de Marcoussis en 1962

Redevances annuelles

Administrateurs communs

Compagnie générale d’électro-céramique (CGEC)

60 000 F

Lalanne

Compagnie industrielle des télécommunications (CIT)

580 000 F

Hua, Lalanne

Compagnie générale d’entreprises électriques (CGEE)

120 000 F

Lalanne, Richer

Société des accumulateurs fixes et de traction (SAFT)

276 000 F

Lalanne

Source : PV du conseil d’administration de la CGE, 11 avril 1962.

15Ce dispositif ne fut pas fondamentalement modifié en 1968. À cette date, la CGE se transforma en holding et le centre de recherche devint une société anonyme au capital de 100 000 francs sous le nom de Laboratoires de Marcoussis. Lucien Gobin (1915-1995, X 1936) succéda alors à Jean Dauvin à la tête de la nouvelle structure.

  • 13 J. Robieux, « Le laser, source d’énergie à entropie nulle », in F. Cardot (dir.), La France des éle (...)
  • 14 SARL au capital de 10 000 F (47 % CGE, 3 % d’autres sociétés du groupe CGE, 47 % Saint-Gobain, 3 % (...)
  • 15 PV du conseil d’administration de la CGE, 11 février 1970.

16Si la création du centre de recherche de Marcoussis avait été l’occasion d’une médiatisation intense, les premières réalisations furent également célébrées dans la presse : participation à la réalisation de l’électronique du satellite FR1 en 1965, accord avec Air Liquide pour l’étude et la réalisation de câbles supraconducteurs, réalisation d’une pile à hydrogène de 1 kW (celle-ci fut exposée au Palais de la découverte, à Paris, lors d’une exposition organisée par la DGRST), fabrication du plus puissant laser solide d’Europe et du plus puissant laser à gaz continu du monde, installation d’un télémètre à laser pour la poursuite des satellites à l’observatoire de Saint-Michel de Provence… La principale réussite du centre de recherche de Marcoussis fut assurément la maîtrise de la technologie des lasers, succès associé à la personnalité de Gérard Lehmann (1909-2005, centralien de la promotion 1931). Découvert en 1960 au sein des laboratoires de Standard Telephone and Cables, le laser est un produit de l’électronique quantique nécessitant la maîtrise de fréquences de plusieurs centaines de milliards de hertz13. Les fréquences élevées, puisqu’elles raccourcissent les longueurs d’onde, permirent de grandes concentrations de puissance. Dès 1964, lors de l’exposition Mesucora, cinq lasers fabriqués par les équipes de Marcoussis furent présentés en fonctionnement. Moins de deux ans plus tard, le 1er février 1966, la CGE et Saint-Gobain créèrent la Compagnie industrielle des lasers (CILAS)14. C’est également grâce à un laser de grande puissance des Laboratoires de Marcoussis que le centre de Limeil du CEA put obtenir, de façon répétitive, un dégagement de neutrons d’une cible de deutérium. Cette expérience représentait une première mondiale et une étape majeure vers la fusion nucléaire par bombardement laser15. À bien des égards, les lasers furent le seul produit grand public des Laboratoires de Marcoussis. Les compétences acquises et la médiatisation permise par cette technologie furent les deux principales raisons de l’aura des Laboratoires de Marcoussis, tant dans le milieu de la recherche qu’auprès des décideurs politiques.

17Le centre de recherche de Marcoussis fut donc une interface ambiguë entre la CGE et l’État : regroupant des équipes de pointe aux qualités indéniables, le centre fut aussi une opération de communication permettant à la CGE de se poser en industriel ambitieux et à l’État de louer les capacités d’innovation permises par une politique de financement de la recherche. Il devint un espace de visite pour les partenaires industriels mais également pour les chefs d’État étrangers en visite en France comme le président indonésien Suharto en 1972 ou celui de Roumanie, Nicolae Ceauşescu, en 1980. L’équilibre entre une recherche industrielle pilotée par l’État et une recherche amont financée en partie par la CGE fut remis en cause par une triple redéfinition de l’interface.

III. La triple redéfinition de l’interface (1970-2000)

18La place de la recherche dans les relations entre la CGE et l’État représentait un enjeu industriel évident et une confrontation symbolique entre l’entreprise privée et la puissance publique. Ce sont bien les enjeux industriels qui firent évoluer cette interface.

19Nous avons évoqué précédemment le projet Platon de commutation temporelle. Avec le transfert des équipes et brevets à la CGE, l’administration des télécommunications reconnaissait que son rôle n’était pas la fabrication des équipements. Les premiers centraux E10 placés dans le réseau (Perros-Guirec en décembre 1969, Lannion en juin 1970, Paimpol, Guingamp puis Poitiers) furent l’occasion de collaborations étroites entre trois équipes d’ingénieurs : ceux du CNET qui furent de moins en moins présents, les ingénieurs de la SLE-Citerel et de CIT-Alcatel, les deux filiales de la CGE impliquées dans l’industrialisation du procédé, et les ingénieurs des directions régionales des télécommunications qui avaient la responsabilité du bon fonctionnement du réseau. Les mises en exploitation de centraux E10 sonnèrent le glas du rôle d’initiateur du CNET. En 1974, celui-ci perdit ses prérogatives stratégiques, ce qui revint à confier la recherche technologique, et en particulier l’amélioration des équipements, aux seuls industriels. Les équipes du CNET purent rejoindre l’industrie privée (ceci fut particulièrement vrai pour les fibres optiques) et celles qui restèrent eurent pour fonction les vérifications des équipements des industriels. Le financement de la recherche par le CNET n’avait pas disparu, comme le montrent les contrats d’études obtenus par CIT-Alcatel pour la mise au point du E10B et plus encore du central E12 (central de transit à commutation temporelle). Dans ces nouveaux équipements, la part du logiciel s’avéra rapidement plus importante que les composants. Les équipes de CIT-Alcatel s’approprièrent les recherches dans ce nouveau domaine de software. Au début des années 1980, les télécommunications captaient 60 % des crédits investis dans la recherche par la CGE. Si les Laboratoires de Marcoussis furent décisifs dans l’industrialisation des fibres optiques grâce à des accords précoces avec Corning Glass ainsi que pour la production de composants spécialisés d’optronique, les recherches permettant les gains les plus importants (électronisation des unités de raccordement d’abonné des centraux téléphoniques) furent menées au sein des laboratoires de CIT-Alcatel. Le passage du prototype à l’exploitation se fit donc par le retour de la recherche au sein des laboratoires industriels dans le secteur des télécommunications.

  • 16 Y. Bouvier, « Qui perd gagne : la stratégie industrielle de la Compagnie générale d’électricité dan (...)
  • 17 R. Belot, P. Lamard (dir.), Alsthom à Belfort. 130 ans d’aventure industrielle, Boulogne-Billancour (...)
  • 18 Le Courant, magazine d’information des ingénieurs et des cadres d’Alsthom, n° 7, janvier 1982, p. 4 (...)

20Le processus fut sensiblement différent dans l’équipement électrique. Certes, la place croissante des technologies de l’information, que ce soit pour le contrôle-commande des équipements ou pour la gestion informatisée des réseaux électriques, favorisa également la réintégration des recherches, mais la restauration des capacités d’innovation par les industriels fut liée au mode de gestion du programme nucléaire. La CGE avait concouru, lors des appels d’offres lancés par EDF dans la première moitié des années 1970, avec la technologie des réacteurs à uranium enrichi à eau bouillante. Systématiquement battue par Schneider qui présentait l’offre des réacteurs à eau pressurisée de Westinghouse, la CGE accepta de réduire ses prix avant de finalement jeter l’éponge en 197516. En contrepartie, la CGE concentra sous son égide l’ensemble des fabrications des turboalternateurs (Alsthom, Compagnie électromécanique). Avec l’accélération du programme nucléaire et les commandes nombreuses qui en découlèrent, EDF imposa une réduction des prix de ces gros matériels. Alsthom dut alors rationaliser sa production et développer de nouveaux procédés pour maintenir une marge bénéficiaire. La création du Centre d’essais et de recherche sur les matériaux (CERM) au sein de l’usine Alsthom de Belfort en 1975 est la preuve de l’intensification des travaux de recherche dans les domaines de la métallurgie et de la chimie17. Avec 40 personnes dont 12 ingénieurs en 1981, le CERM menait également des missions d’expertise sur des matériels installés ou en cours de montage18. Les turbines Arabelle (1 500 MW) et Mirabelle (1 000 MW) sont les résultats de cette politique. À Saint-Ouen, l’usine de fabrication des transformateurs était équipée, au milieu des années 1980, d’un laboratoire d’essais pour le matériel terminé mais également d’un laboratoire de recherches permettant de dépasser les tensions de 2 MV. Dans le domaine du gros équipement électrique, c’est donc l’État-client qui, par une pression sur les prix, força la CGE à entreprendre des recherches.

  • 19 A. Van Laer, « Vers une politique de recherche commune : du silence du traité CEE au titre de l’Act (...)
  • 20 G. Pébereau, P. Griset, L’industrie, une passion française, Paris, PUF, 2005, p. 173-200.
  • 21 L. Citti, « Un grand groupe industriel et l’innovation : Alcatel-Alsthom », in P. J. Bernard et J.- (...)

21État-opérateur et État-client furent ainsi à l’origine d’une relocalisation de la recherche stratégique dans les filiales de la CGE. Ce processus rencontra également un soutien dans les transformations de l’entreprise à partir du début des années 1980. En effet, l’européanisation de la recherche, avec les programmes Esprit en 1984 (la CGE reçut 50 MF pour 12 programmes en 1984 et participait à 14 projets en 1985), Eurêka en 1985 (le groupe obtint le label pour deux projets de recherche dès 1985 : un atelier d’optronique et un projet de laser de puissance) et Race en 1988, plaça le financement des recherches industrielles à une autre échelle19. La reprise des filiales européennes d’ITT par la CGE en janvier 1987 après près de deux années de négociations20 relevait du même mouvement de structuration de l’industrie européenne des télécommunications. Dans le domaine de la commutation, la convergence des centraux issus de CIT-Alcatel (E10) et d’ITT (S12) imposait un nouvel effort de développement, contribuant à renforcer les équipes d’ingénieurs dans les filiales. Leader mondial dans les équipements de télécommunications mais également dans la partie conventionnelle des réacteurs nucléaires ou sur des créneaux plus spécifiques comme les accumulateurs alcalins, la CGE était un conglomérat industriel qui avait été renforcé par la nationalisation (1982) et la privatisation (1987). La CGE prit le nom d’Alcatel-Alsthom en 1990 et les Laboratoires de Marcoussis adoptèrent une déclinaison de cette nouvelle dénomination en se transformant en Alcatel-Alsthom Recherche. Depuis les années 1980, les équipes de Marcoussis s’étaient spécialisées dans l’optronique (par de fréquentes collaborations avec les Câbles de Lyon et la Cilas) ainsi que dans les études chimiques pour les batteries. Les économies d’énergie et les supraconducteurs21 avaient également été des champs de recherche entre le milieu des années 1970 et le début des années 1980. Enfin, les compétences informatiques acquises par le développement de logiciels de gestion des réseaux et de maintenance complétaient le panorama de la recherche.

Conclusion

22Dans les rapports entre un grand groupe industriel et l’État, la recherche contribue à complexifier les relations en étant une interface mouvante. Les contrats de recherche ne peuvent être assimilés aux relations d’un prescripteur à ses fournisseurs et la CGE, bien que dépendante des pouvoirs publics dans ses deux domaines clés, ne négligea jamais ce qui avait fait sa force dans l’entre-deux-guerres. De la Seconde Guerre mondiale au milieu des années 1980, l’indépendance technologique de la CGE fut un mythe entretenu par la création et la médiatisation des Laboratoires de Marcoussis. Les recherches à portée industrielle étaient pilotées, dans leur domaine respectif, par EDF et le CNET. La CGE sut toutefois constituer des équipes de qualité à Marcoussis et put ainsi mettre en avant des capacités propres de recherche tout en captant les crédits publics consacrés à l’innovation. Les années 1970 sont celles d’un retour progressif de la recherche chez les industriels et tant Alcatel que Alsthom se réapproprièrent, non sans difficultés, cet « impératif d’innovation ». Inscrites dans des processus industriels, les recherches menées à la CGE étaient également des enjeux, voire des outils de communication.

23En redonnant une place à la recherche au plus près des métiers, la CGE consolidait ses positions mais contribuait également à affaiblir ses structures. En effet, devenues relativement autonomes quant au développement de leurs propres produits, les filiales pouvaient également quitter plus facilement le conglomérat. C’est ainsi que les années 1990 furent celles de l’éclatement de la CGE : séparation d’Alsthom, autonomie de Cegelec puis de Nexans… Le conglomérat qui avait imposé ses logiques pendant plus de deux décennies se fissurait face à l’internationalisation et à l’autonomie des filiales. Désormais spécialisés dans l’optronique mais sévèrement touchés par la crise au début des années 2000, les Laboratoires de Marcoussis sont l’héritage d’une stratégie de recherche dont l’ambition était autant réelle qu’affichée.

Notes

1 C. Bouneau, Entre David et Goliath. La dynamique des réseaux régionaux en France du milieu du xixe au milieu du xxe siècle, Bordeaux, Éditions de la MSHA, 2008.

2 Note du 14 mai 1956. Arch. nat. (AN) F90 bis 2833/CAC 820295-7.

3 P. Griset, 50 ans d’innovation au CNET, Paris, CNET, 1994, p. 3.

4 P. Griset, « Les relations du CNET avec l’industrie », in Le Centre national d’études des télécommunications. Naissance et genèse d’un centre public de recherche, 1944-1974, Neuilly-sur-Seine, CRCT, 1990, p. 283-313. Voir également Y. Bouvier, « Histoire récente d’un pôle régional innovant dans l’industrie des télécommunications : Lannion et le Trégor depuis les années 1960 », Histoire, Économie et Société, 2007, n° 2, p. 49-59.

5 PV du conseil d’administration de la CGE, 9 octobre 1957.

6 Fait exceptionnel, la séance du conseil d’administration de la CGE du 27 juin 1962 ne se tint pas au siège de la CGE, rue de La Boétie, mais dans les locaux du tout nouveau Centre de recherches de Marcoussis.

7 J. Dauvin (1898-1987), polytechnicien (1919) sorti dans le service des PTT. En 1941, il prit la tête de la Direction de la recherche et du contrôle technique (DRCT) au ministère. À ce titre, il pilote la mise en place du CNET en 1944 mais est écarté en octobre 1944 en raison de ses proximités avec le régime de Vichy. Voir M. Atten, « La construction du CNET (1940-1965) », Réseaux, 1996, numéro hors-série « Histoire, recherche, télécommunications. Des recherches au CNET, 1940-1965 », p. 48-55.

8 P. Mandel, « La participation de la CGE à la création de la Station de télécommunications spatiales de Pleumeur-Bodou », Regards sur la France, « Le CNET et les télécommunications spatiales », n° 17-18, janvier-mars 1963, p. 103.

9 Y. Bouvier, « Alcatel et les télécommunications spatiales. La lente constitution d’un pôle industriel », Flux, n° 43, janvier-mars 2001, p. 6-16 ; M. Guillou, La France et les télécommunications par satellites, des années 1950 aux années 1970. Une ambition contrariée, thèse de doctorat d’histoire, université Paris-Sorbonne, 2010.

10 Le Centre de Recherches de Marcoussis de la CGE, brochure institutionnelle. Archives Crédit agricole, fonds Crédit lyonnais, DEEF 74 034.

11 A. Chatriot, V. Duclert (dir.), Le gouvernement de la recherche. Histoire d’un engagement politique, de Pierre Mendès France à Charles de Gaulle (1953-1969), Paris, La Découverte, 2006.

12 Archives Crédit agricole, fonds Crédit lyonnais, DEEF 62 595, Note de l’Eurosyndicat Investment Research Bureau, décembre 1964.

13 J. Robieux, « Le laser, source d’énergie à entropie nulle », in F. Cardot (dir.), La France des électriciens, 1880-1980, actes du 2colloque de l’AHEF (Paris 16-18 avril 1985), Paris, PUF, 1986, p. 315.

14 SARL au capital de 10 000 F (47 % CGE, 3 % d’autres sociétés du groupe CGE, 47 % Saint-Gobain, 3 % d’autres sociétés du groupe Saint-Gobain), la Cilas avait son siège social à Villarceaux, sur la commune de Nozay (Essonne) à proximité immédiate de Marcoussis. La Cilas fut transformée en société anonyme et son capital porté à 5 MF.

15 PV du conseil d’administration de la CGE, 11 février 1970.

16 Y. Bouvier, « Qui perd gagne : la stratégie industrielle de la Compagnie générale d’électricité dans le nucléaire, des années 1960 à la fin des années 1980 », in Y. Bouvier, A. Beltran, C. Bouneau, D. Varaschin et J.-P. Williot (dir.), État et énergie. xixe-xxe siècle, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2009, p. 393-406.

17 R. Belot, P. Lamard (dir.), Alsthom à Belfort. 130 ans d’aventure industrielle, Boulogne-Billancourt, ETAI, 2009.

18 Le Courant, magazine d’information des ingénieurs et des cadres d’Alsthom, n° 7, janvier 1982, p. 4-6.

19 A. Van Laer, « Vers une politique de recherche commune : du silence du traité CEE au titre de l’Acte unique », in C. Bouneau, D. Burigana, A. Varsori (dir.), Les trajectoires de l’innovation technologique et la construction européenne. Des voies de structuration durable ?, Bruxelles, Peter Lang, 2010, p. 77-96.

20 G. Pébereau, P. Griset, L’industrie, une passion française, Paris, PUF, 2005, p. 173-200.

21 L. Citti, « Un grand groupe industriel et l’innovation : Alcatel-Alsthom », in P. J. Bernard et J.-P. Daviet (dir.), Culture d’entreprise et innovation, Paris, Presses du CNRS, 1992, p. 140.

Auteur

Maître de conférences d’histoire contemporaine à l’Université de Savoie (Chambéry).
Agrégé d’histoire, il a soutenu sa thèse La Compagnie générale d’électricité : un grand groupe industriel et l’État. Technologies, hommes et marchés d’un groupe de haute technologie, 1898-1992, à l’Université Paris-Sorbonne, en 2005. De 2003 à 2009, il a été secrétaire scientifique du Comité d’histoire de l’électricité de la Fondation EDF. Il mène des recherches sur l’histoire des entreprises dans les secteurs de l’énergie et des télécommunications. Il a ainsi publié, avec Véronique Faburel, Paluel, 20 ans d’énergie, Arras, Artois Presses Université, 2008, et, avec Alain Beltran, Christophe Bouneau, Jean-Pierre Williot et Denis Varaschin, les actes du séminaire État et énergie. xixe-xxsiècle, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2009. Dans le domaine du patrimoine industriel il a également coordonné, avec Denis Varaschin, Le patrimoine industriel de l’électricité et de l’hydroélectricité, Université de Savoie, 2009, ainsi que le numéro de la revue Flux consacré au patrimoine de la communication des entreprises (n° 82, 2010).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search