Version classiqueVersion mobile

Entreprises de haute technologie, État et souveraineté depuis 1945

 | 
Patrick Fridenson
, 
Pascal Griset

État, recherche et entreprises de haute technologie : ‎un triangle vertueux ?‎

Un État stratège et intelligent

Bernard Esambert

Texte intégral

1Je dois ma présence ici, parmi vous, au fait que j’ai été le conseiller industriel et scientifique de Georges Pompidou, Premier ministre, de Maurice Couve de Murville, également Premier ministre, puis surtout de Georges Pompidou, président de la République. J’ai donc suivi pendant sept à huit ans les grands projets industriels et scientifiques que je vais évoquer dans un instant et sur lesquels nous vivons encore dans une large mesure. C’est donc en qualité de témoin de cette époque que je suis invité à verser ma larme sur cette période finale des Trente Glorieuses, à laquelle la France a contribué de façon importante, j’y reviendrai.

2Que la trilogie État, entreprises de haute technologie et recherche-développement (R & D) soit à l’origine de développements qui, par leur ampleur technologique, contribuent à la souveraineté des États, est confirmé par le succès des grands programmes initiés à la fin de ces Trente Glorieuses en France. Je vais les passer en revue très rapidement. Je déclinerai également dans cette trilogie ce qu’a été et ce que doit être, à mes yeux, le rôle des États et des entreprises et comment il convient d’organiser, d’orienter et de doper le troisième côté du triangle qu’est la R & D.

3Ce que l’on peut constater, en ce qui concerne le passé, un passé qui remonte donc à la fin des années 1960 et au début des années 1970, c’est qu’à l’époque, tous les grands programmes qui ont réussi ont utilisé de façon massive ce triangle vertueux et les trois côtés ou sommets de ce triangle. En revanche, les programmes qui ont échoué, en tout cas deux parmi les plus spectaculaires, ont échoué justement parce que l’une des composantes de cette trilogie n’était pas au rendez-vous. De nombreux grands programmes, comme par magie – mais cette magie s’explique et je tâcherai de la raisonner – ont donc conduit à des réalisations spectaculaires. Je vais en prendre, simplement à titre d’exemple, cinq ou six.

I. Les grands programmes qui ont réussi

4Le premier, le plus caractéristique, est celui du nucléaire civil qui a débouché sur le fait que la France désormais produit l’essentiel de son électricité par des centrales nucléaires et que son taux de dépendance au pétrole, au gaz naturel et au charbon est l’un des plus bas de tous les pays développés. Tout cela est né de ce triangle vertueux qui a joué de façon absolument extraordinaire en ce qui concerne cette filière du nucléaire civil, au travers d’un État stratège bien entendu, puis des différentes structures que celui-ci avait créées, d’ailleurs bien avant l’arrivée au pouvoir de Georges Pompidou.

5L’État d’abord, pour en dire un mot, avait commencé à jeter les soubassements d’une politique nucléaire civile et militaire sous la IVRépublique ; inutile de citer Maurice Bourgès-Maunoury, Pierre Mendès France et quelques autres. Lorsque le général de Gaulle est arrivé au pouvoir en 1958, il a trouvé un certain nombre de structures dont il a amplifié le développement et la R & D, grâce d’ailleurs au CEA qui, lui, avait été créé après la Libération. Cet ensemble a essaimé dans différents projets, un peu partout en France, sur des prototypes, des essais de structures nucléaires et sur une filière française qui, face à la filière américaine qui commençait à exporter et à avoir une part importante du marché mondial, s’est trouvée handicapée par son côté purement hexagonal. C’est l’arrivée de Georges Pompidou à l’Élysée qui a permis de débloquer la situation à l’automne 1969. L’État a pris un virage, celui des centrales à eau légère, dès cette époque et un certain nombre de centrales ont été lancées par l’État qui a joué le rôle de commanditaire. Centrales dont le nombre s’est accru, notamment à l’occasion de la première crise pétrolière, puisque c’est en février 1974, à l’occasion d’un conseil restreint à l’Élysée, le dernier de ceux que Georges Pompidou a présidés, quelques semaines avant sa disparition, que le nombre des centrales nucléaires construites en France a été porté à une douzaine, alors que cinq ou six étaient déjà en construction depuis 1969. Le fait de l’État est donc manifeste. Il a joué un rôle absolument majeur dans ce développement en initiant un important programme de R & D depuis 1945 puis au travers d’une première amplification sous l’égide du général de Gaulle, à partir de 1958, et d’un virage de nature industrielle à partir de 1969. Les entreprises, elles, étaient des entreprises publiques, souvent des déclinaisons du CEA adossées à de nombreuses sociétés sous-traitantes, mais sous-traitantes de haute qualité, de haute technicité. C’est cet ensemble qui a donné à cette filière sa dimension.

6Pour la première fois d’ailleurs, je crois, dans l’histoire d’une filière industrielle, tous les aspects du marché et de la stratégie de cette filière ont été pris en considération, c’est-à-dire que l’on a bien sûr construit des centrales nucléaires à eau légère, d’abord sous licence américaine de Westinghouse, sous réserve d’une francisation qui a d’ailleurs eu lieu comme prévu au bout de dix ans. Mais la politique a porté également sur l’approvisionnement de la France en minerai d’uranium, sur la transformation de ce minerai d’uranium, au travers de processus complexes, en combustible, sur les centrales, le retraitement et le stockage des déchets. Autrement dit, ce qui a été recherché à l’époque, c’est que soit mis fin à la dépendance que nous connaissions en matière de pétrole par un contrôle total de la chaîne du nucléaire, de la mine d’uranium au retraitement en passant par l’enrichissement de l’uranium. Donc voici un premier exemple, je crois, assez spectaculaire.

  • 1 Centre national d’études spatiales.

7Le second concerne le spatial. Là encore, du côté de l’État il y a continuité parfaite des débuts de la VRépublique à l’arrivée de Georges Pompidou à l’Élysée, puisque c’est dans les années soixante puis en 1971, 1972 et surtout 1973 qu’un certain nombre de satellites, notamment le satellite franco-allemand Symphonie, et le lanceur Europa II puis Europa III, sont conçus, par interaction entre l’État et la R & D développée dans les entreprises. Des entreprises d’ailleurs peu nombreuses à l’époque et n’ayant pas forcément pignon sur rue, ce qui incitera plus tard l’État à créer Arianespace. Au niveau européen, des agences joueront un rôle important par leur souplesse de fonctionnement. Elles seront jugées à leur résultat, à partir d’un cahier des charges inspiré par la France. Tout ceci débouchera sur une politique de satellites et sur une politique de lanceurs (Ariane) en 1973 encouragées par le fait que les Américains refusaient de lancer nos satellites potentiellement commerciaux. Après l’échec des politiques antérieures, un nouveau lanceur L3S, originaire des cartons du CNES1, des entreprises et des bureaux d’études, deviendra celui qui assure, encore aujourd’hui, à peu près la moitié des lancements dans le monde. Là encore, l’État stratège, des entreprises créées d’ailleurs ex nihilo pour plusieurs d’entre elles à l’époque, et un effort de R & D qui s’est développé sur plus d’une décennie ont permis ce succès.

  • 2 Société pour l’étude et la réalisation d’engins balistiques.

8Troisième exemple, l’aéronautique civile. De nouveau la continuité du rôle de l’État est manifeste, mais également le rôle d’un homme éminent, dont on ne parle pas assez à mes yeux et qui mériterait que les historiens s’intéressent davantage à lui, Henri Ziegler, qui a été le premier président de l’Aérospatiale mais qui, bien avant que l’Aérospatiale n’existe, avait joué un rôle extraordinairement important en insufflant ses connaissances et son dynamisme à l’État. C’est Henri Ziegler, notamment, qui en 1968-1969 – je me souviens avoir présidé à Matignon une réunion sur ce thème en sa présence – a poussé l’État à lancer le projet Airbus. Les entreprises étaient nombreuses et dispersées. Elles ont été concentrées et fusionnées pour créer principalement la Société nationale industrielle aérospatiale à partir de Sud-Aviation, Nord-Aviation et la SEREB2. Il y avait également un intense effort de recherche-développement au sein des trois structures fondatrices de l’Aérospatiale et des entreprises extérieures qui apportaient leur appui à une politique qui après quelques balbutiements, convergera sur Airbus.

  • 3 Société nationale d’étude et de construction de moteurs d’aviation.
  • 4 Office national d’études et de recherches aéronautiques.
  • 5 Société résultant de la fusion de la SNECMA et de la SAGEM.

9Le quatrième exemple concerne la propulsion dans le domaine de l’aéronautique, justement. Nous retrouvons, là encore, la volonté de l’État, la création progressive, à partir de plusieurs sociétés, de la SNECMA3, de la recherche-développement au sein de la SNECMA, dans des laboratoires publics, à l’ONERA4 notamment, tout ceci débouchant en 1973 sur un réacteur construit d’ailleurs à égalité avec General Electric, le CFM-56 sur lequel vous avez une chance sur deux de voler dès que vous prenez un avion. Quand vous empruntez un Airbus, il est très souvent équipé de deux CFM-56 et un A340 a quatre CFM-56. C’est un succès absolument étonnant qui fait actuellement la fortune ou en tout cas les bons résultats de Safran5, qui lui aussi illustre bien le rôle qu’ont joué les trois composantes de départ dans ce projet.

10Jamais les Américains n’auraient accepté, et notamment General Electric qui était parti d’un réacteur militaire pour apporter sa quote-part de 50 % à ce projet commun, d’avoir comme partenaire la SNECMA de l’époque, si celle-ci n’avait pas eu ce soubassement technique et scientifique qui lui a permis de faire jeu égal avec les Américains. Cela a d’ailleurs donné lieu à une bataille absolument dantesque, à l’époque, parce que le Pentagone s’est opposé à ce projet et il a fallu d’innombrables démarches auxquelles j’ai participé auprès du président des États-Unis de l’époque, Richard Nixon, et de son entourage pour que celui-ci finalement, à l’occasion du sommet de Reykjavik, donne une réponse positive à Georges Pompidou sur le lancement de l’appareil, et contredise ainsi le Pentagone.

  • 6 Centre national d’études des télécommunications.
  • 7 Compagnie générale d’électricité.

11Autre programme, les télécommunications. C’est en 1968 que le problème du « 22 à Asnières » a été pris sérieusement en considération, parce que, de nouveau, l’État, la recherche-développement au CNET6 et ailleurs et les entreprises, notamment la CGE7, sur laquelle je reviendrai, étaient au rendez-vous. C’est ce qui a permis dès 1968 d’accroître de 30 % par an le volume des investissements dans le téléphone et surtout de lancer dès l’époque un commutateur de haute technologie, qualifié de « temporel ». On ne parlait pas encore de numérique, mais de « temporel » et de « spatial » pour l’analogique. Donc, là encore, le triangle était au rendez-vous et il a permis, à partir de 1968, de passer d’un taux de croissance de quelques maigres pour cent à un taux de croissance de l’ordre de 30 % par an. Tout ceci s’est poursuivi sous Valéry Giscard d’Estaing, sous François Mitterrand et a fait que nous n’avons, bien entendu, plus aucun retard dans ce domaine. Nous étions à l’époque le cinquantième pays dans le monde au niveau de l’équipement téléphonique et, selon une histoire bien connue, la moitié de la France attendait le téléphone et l’autre moitié la tonalité.

12Le dernier exemple que j’utiliserai concerne le TGV. Il a été lancé à l’occasion du conseil restreint qui a accru massivement le nombre des centrales nucléaires, c’est-à-dire début 1974. Pourquoi ? Parce qu’un grand nombre de décisions ont été prises en faveur des transports en commun moins consommateurs d’énergie que la voiture, pour faire face à la première crise pétrolière. Mais en réalité, tout ceci avait été préparé de longue date par l’État et les entreprises avec l’appui d’une intense R & D. L’État avait stimulé l’entreprise (c’est-à-dire la SNCF) et les fabricants (Alsthom qui était encore Alcatel-Alsthom), notamment en poussant un projet concurrent, sur des distances différentes d’ailleurs, l’aérotrain, cher à Jean Bertin. Jean Bertin avait joué d’une certaine façon, c’est la philosophie que l’on peut trouver a posteriori à son rôle, un effet poil à gratter vis-à-vis de la SNCF qui trouvait d’un très mauvais goût que cet ingénieur, certes polytechnicien mais pas ingénieur des Ponts comme la majorité des ingénieurs de la SNCF, ait créé un engin aussi spectaculaire et novateur que l’aérotrain. Il avait aussi inventé le naviplane, le moteur linéaire… C’était un inventeur né. Donc grâce à Bertin, et nous avons été un certain nombre à le soutenir tant sa créativité nous séduisait, la SNCF a fait sa mue vers les hautes technologies (je caricature sans doute un peu, les gens de la SNCF me contrediront, cela va de soi) et a étudié et préparé le lancement du TGV qui a eu lieu en 1974. La condition était que le TGV Paris-Marseille soit en mesure de fonctionner en 1980, date de saturation de la ligne existante, et je crois que c’est ce qui a eu lieu.

II. Les grands programmes qui ont échoué

13Des projets pour lesquels le triangle était incomplet, je vais en citer deux.

14En premier lieu, la télévision en couleur, le projet SECAM, que j’ai essayé de vendre à l’époque partout dans le monde, sans grand succès, avec une équipe de haute volée d’ingénieurs et de commerciaux. Mais le seul problème, c’est que nous étions tous malheureusement à l’écart de l’entreprise qui fabriquait ce système de télévision. La recherche-développement existait : il y avait le procédé SECAM dont nous pensions à l’époque qu’il était le meilleur au monde, face au NTSC américain et au PAL allemand. Mais il n’avait pas de support industriel. Quelques ingénieurs, hauts fonctionnaires, se propulsaient un peu partout, organisaient des projections qui mettaient en avant les qualités du SECAM. Mais l’entreprise était évanescente car elle ne s’intéressait pas tellement au projet. Le projet, après un compromis laborieux entre l’Italie et la France, PAL/SECAM et quelques autres avatars en Union soviétique, n’a pas débouché sur un grand programme comme ceux que j’ai cités.

  • 8 Compagnie internationale pour l’informatique.

15Autre exemple d’échec, le plan Calcul, où l’État était présent (ô combien !). Il avait créé la délégation à l’Informatique, il a poussé à l’utilisation de l’informatique mais aussi à la création d’un outil industriel en matière de calculateurs et de matériels informatiques de toute nature. La R & D était présente aussi, impulsée par une délégation à l’Informatique remarquablement animée qui distribuait des crédits importants. Mais il n’y avait pas d’entreprise, parce que les deux structures qui auraient pu être leaders sur ce créneau, la CGE et Thomson, d’abord ne s’entendaient pas entre elles et, en plus, ne croyaient pas trop à ce projet. Il y avait deux côtés du triangle, la volonté certaine de l’État (et de cela je peux témoigner) d’avancer, la recherche-développement, nos matériels étant souvent aussi bons que les calculateurs américains – mais ils n’avaient pas le même marché, bien entendu. Il n’y avait pas d’entreprise de haute technologie, mise à part la CII8, trop jeune et trop novice, puis sur le tard un triumvirat européen monté à la hâte. Lorsque Valéry Giscard d’Estaing est arrivé à l’Élysée, il y a mis fin et a mis en scène Bull, lié au groupe américain Honeywell ; puis Bull s’est heurté au programme de nationalisation initié par les socialistes en 1981 et il a fallu d’ailleurs à l’époque que j’aille aux États-Unis convaincre Honeywell de rester dans Bull malgré les nationalisations, et ceci à la demande du premier ministre et de son ministre de l’Industrie de l’époque, Pierre Dreyfus. Ce fut une négociation un peu difficile qui a finalement débouché sur le maintien de cette alliance. Honeywell est resté dans le capital de Bull, à hauteur de 20 %, lui a apporté ses grandes machines à vendre et symétriquement les calculateurs de Bull ont continué à être commercialisés par Honeywell, mais finalement ce programme s’est également dissous loin de ses objectifs.

III. Réflexions sur la trilogie

16Voilà quelques exemples de programmes de l’époque. J’en reviens à la trilogie et au rôle de l’État.

17L’État doit être visionnaire et stratège mais pas forcément interventionniste, en tout cas, pas sur tous ces programmes. Visionnaire, cela a été de toute évidence le cas pour le spatial, pour le nucléaire, et pratiquement pour tous les projets que j’ai passés en revue très rapidement. Stratège également, puisqu’il a réussi à orchestrer le concept de départ, le rôle des entreprises, un effort de R & D au travers de toutes les structures qui pouvaient y participer ; mais pas interventionniste car les contrats étant passés, ce sont les entreprises qui ont joué leur rôle. Côté recherche-développement, on peut observer qu’elle était plus orientée vers la technologie que vers la recherche fondamentale, mais la recherche fondamentale n’en était pas absente.

  • 9 Association des ouvriers en instruments de précision.
  • 10 International Telephone and Telegraph.

18On n’aurait pas pu imaginer et lancer ces grands programmes s’il n’y avait pas eu en amont cette recherche fondamentale et d’ailleurs la distinction entre recherche fondamentale et recherche appliquée est souvent fallacieuse. Du côté des entreprises elles-mêmes, comme vous pouvez le constater au travers de cette énumération, elles ont été soit complètement privées, soit publiques ou semi-publiques. Elles ont même été créées par l’État le cas échéant mais ensuite l’État leur a laissé l’initiative nécessaire pour se développer. Il y en a une sur laquelle je reviens, parce qu’elle a joué un rôle un peu particulier dans deux de ces programmes, qui est la CGE. Elle a joué un rôle dans le nucléaire et un rôle surtout dans les télécoms. Dans les télécoms, elle a été le réceptacle des commandes à partir de 1968 et elle a intégré de nombreux ingénieurs du CNET. Elle avait la bénédiction de l’État mais elle en voulait toujours davantage. Son rôle de lobbyiste n’est plus à démontrer. Il a parfaitement fonctionné sur les télécoms mais à un point tel qu’il n’était pas souhaitable à l’époque de lui laisser le quasi-monopole de ce secteur. Nous devions trouver un deuxième champion des télécommunications. Il y avait une coopérative ouvrière qui fonctionnait d’ailleurs très bien : l’AOIP9 et deux filiales du groupe américain ITT10. On pensait surtout à Thomson et puis aussi bien votre serviteur que son successeur à l’Élysée ont échoué.

19L’autre rôle de la CGE s’est situé dans le nucléaire où elle a cru qu’elle pourrait faire aussi bien que dans les télécommunications. Le gros atout de la CGE dans les télécommunications, pour dire un mot de la recherche-développement, c’était qu’il y avait Marcoussis, qui était un énorme centre de très grande qualité. Ce centre n’avait pas son équivalent dans le nucléaire. Le rôle de la CGE en tant qu’industriel du nucléaire n’était pas évident et finalement c’est Creusot-Loire qui lui a été préféré, à l’issue d’un appel d’offres parfaitement objectif et malgré le lobbysme intense qu’ont développé à l’époque les dirigeants de la CGE.

20Un élément apparaît à mes yeux comme essentiel dans le succès de cette trilogie, c’est le rôle des ingénieurs, parce que c’est l’époque où l’on peut presque parler de la création d’une république des ingénieurs – j’invite les historiens à s’y intéresser. Sans ces ingénieurs qui étaient à la tête de tous les grands projets que je viens de citer, proches du président de la République – et j’avais la chance d’être au cœur du dispositif –, du Premier ministre et des ministres concernés, ceux-ci ne se seraient pas développés. C’est d’une certaine façon le parachèvement de la création quelque deux siècles plus tôt des grandes écoles et des grands corps techniques de l’État que l’on peut constater au travers du succès de tous ces grands programmes, comme si les organes de l’Ancien Régime et de la Révolution, puis Napoléon avaient eu la prescience qu’en créant ces structures centrées sur la technologie (les grandes écoles et les corps techniques de l’État) tout ceci déboucherait un jour (c’était d’une certaine façon leur vocation à l’époque) sur des objectifs ambitieux pour la nation.

21Aujourd’hui, j’espère que l’on saura tirer parti de ces exemples au niveau européen. La France jouant bien sûr, comme toujours, on ne l’empêchera jamais d’être en tête dans ce domaine, le rôle d’éclaireur de pointe mais à condition qu’elle sache tendre la main à ses voisins avec lesquels elle pourra, j’espère, lancer de nouveaux grands programmes. Et d’ailleurs, une ministre française de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a présenté récemment une stratégie nationale de recherche et d’innovation annonciatrice peut-être de ce que pourrait être une telle politique, mais je regrette, encore une fois, que le côté européen des choses ne soit pas davantage mis en valeur et surtout stratégiquement présent dans l’esprit des dirigeants actuels.

22Les grands programmes « gaullo-pompidoliens » ont été européanisés pour beaucoup d’entre eux dès le départ à l’époque, mais aujourd’hui, il est clair qu’ils ne peuvent qu’être européens, même si, au sein de l’Europe, un État peut jouer un rôle plus important que les autres. C’est celui que je souhaite à notre pays.

Notes

1 Centre national d’études spatiales.

2 Société pour l’étude et la réalisation d’engins balistiques.

3 Société nationale d’étude et de construction de moteurs d’aviation.

4 Office national d’études et de recherches aéronautiques.

5 Société résultant de la fusion de la SNECMA et de la SAGEM.

6 Centre national d’études des télécommunications.

7 Compagnie générale d’électricité.

8 Compagnie internationale pour l’informatique.

9 Association des ouvriers en instruments de précision.

10 International Telephone and Telegraph.

Auteur

Bernard Esambert est ancien élève de l’École polytechnique et ingénieur au corps des Mines.
Après plusieurs postes au ministère de l’Industrie et notamment à la direction chargée de la politique pétrolière, il a rejoint les cabinets de Georges Pompidou et de Maurice Couve de Murville, Premiers ministres, puis a été nommé conseiller industriel et scientifique de Georges Pompidou, président de la République.
Il a ensuite dirigé pendant seize années le groupe Edmond de Rothschild en France, vice-présidé les groupes Lagardère et Bolloré, présidé l’École polytechnique, l’Institut Pasteur, le Centre français du commerce extérieur (CFCE).
Il a publié : Le 3conflit mondial, Paris, Plon, 1977 ; La guerre économique mondiale, Paris, Olivier Orban, 1991 ; Pompidou, capitaine d’industries, Paris, Odile Jacob, 1994 et de nombreux articles sur la guerre économique et la mondialisation.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search