Version classiqueVersion mobile

Entreprises de haute technologie, État et souveraineté depuis 1945

 | 
Patrick Fridenson
, 
Pascal Griset

Introduction

Patrick Fridenson et Pascal Griset

Texte intégral

  • 1 Les télécommunications seront abordées de manière bien plus complète dans P. Griset (dir.), Les ing (...)

1Dans le monde entier, la notion de « haute technologie » s’est imposée dans l’espace public depuis les années 1960. Aujourd’hui, le Larousse Encyclopédique la définit comme « les moyens matériels et les organisations structurelles mettant en œuvre les découvertes et les applications scientifiques les plus récentes », définition qui a au moins le mérite de montrer que le champ d’industries et donc de produits et de services couverts par la haute technologie est en évolution constante au cours du temps. Si elle intègre un ensemble d’éléments dont le sens est directement relié à l’excellence technique, elle dépasse pourtant très largement ce domaine. Intimement liées aux exigences de compétitivité, qui débouchent sur des enjeux de souveraineté et d’indépendance nationale, les hautes technologies ont aussi pris une dimension politique et souvent relèvent de processus de décision engageant conjointement entreprise privée et puissance publique. L’évolution de ce domaine industriel, aux contours incertains, est un enjeu majeur pour l’économie et la société des pays émergents comme des pays développés. C’est à sa compréhension et à son histoire depuis 1945 que ce livre s’attache1.

  • 2 Cf. en particulier, pour les travaux de langue française, F. Caron, La dynamique de l’innovation. C (...)
  • 3 E. von Hippel, “Lead Users : A Source of Novel Product Concepts”, Management Science, July 1986, p. (...)
  • 4 P. Mounier-Kuhn, L’informatique en France de la seconde guerre mondiale au plan Calcul. L’émergence (...)
  • 5 B. Weil, P. Fridenson et P. Le Masson, « Concevoir les outils du bureau d’études : Dassault Système (...)

2Étudier l’histoire des hautes technologies, c’est donc partir de l’œuvre de Thorstein Veblen puis surtout de Joseph Schumpeter et s’appuyer sur les nombreux travaux en cours en histoire, gestion, économie, droit, géographie, sociologie et science politique sur les processus et les dynamiques de l’innovation2 pour cerner un domaine de pointe en leur sein. Cela implique d’enquêter sur les rôles spécifiques des petites entreprises et des grandes, sur les relations entre les donneurs d’ordres et les équipementiers, sur l’accès à des financements appropriés pour affronter l’incertitude, prendre les risques et construire un marché, sur les demandes respectives des militaires et des civils, notamment les consommateurs pionniers3, sur les ressources que peuvent fournir les établissements d’enseignement supérieur et les organismes de recherche (y compris l’émergence de disciplines en lien direct avec les hautes technologies)4, sur l’articulation entre les entreprises qui choisissent les hautes technologies et l’attractivité comme les choix collectifs des territoires où elles s’implantent. Cela implique aussi d’enquêter sur l’évolution des capacités organisationnelles des entreprises, sur leurs pratiques de conception, sur les outils qu’elles utilisent ou créent pour intégrer les imaginaires, les usages, les contraintes émanant d’une grande diversité d’acteurs5, sur leur management des ressources technologiques. Cela implique encore de repérer les intérêts convergents et les relations d’affaires grâce auxquelles elles peuvent nouer des réseaux entre elles ou avec des syndicats patronaux, des organismes associatifs ou bien des acteurs publics, ouvrant la voie à ce que François Caron appelle « une société maillée ». Cela implique en outre de se demander quelles sont les connexions possibles entre ces firmes de haute technologie et le secteur en expansion continue des services, et d’autre part les relations entre ces firmes et les autres domaines industriels, que leurs produits peuvent soit rendre obsolètes, soit subvertir ou entraîner. Cela nécessite enfin d’enquêter sur les ressources et les choix des pouvoirs publics aux différentes échelles – locale, régionale, nationale, internationale – où ils interviennent et, à partir de là, sur l’évolution des rapports entre le privé et le public, entre les entreprises, les administrations et la recherche publique : de l’indépendance à la coopération ou à la domination, de la méconnaissance aux essais de division du travail et aux synergies. Que l’on ne croie pas une seule seconde qu’il s’agisse ici d’une approche purement économique des entreprises de haute technologie ou des projets publics. Les historiens savent que les conflits entre les parties prenantes, l’éducation acquise par les populations, l’immigration, les voyages, les médias, les controverses entre groupes d’experts, les usages des produits et des services, les cultures ou encore la diversité régionale peuvent constituer des éléments essentiels dans l’acquisition et l’expansion des hautes technologies. De plus, toutes ces transformations doivent être reliées à la nouvelle donne de la géopolitique : l’ascension des États-Unis au rang de puissance mondiale dominante, l’instauration de l’Alliance atlantique, les conflits Est-Ouest, la construction continue d’une Europe intégrée.

  • 6 G. Franck, À la conquête du marché américain, Paris, Odile Jacob, 1997.
  • 7 R. Maintz, F. Neidhardt, P. Weingart, U. Wengenroth (Hg.), Wissensproduktion und Wissenstransfer. W (...)

3Nous avons choisi de faire porter ce questionnement général sur deux pays aussi différents que liés : la France et les États-Unis depuis 1945. Différents non seulement par la population, la superficie, les ressources, le rapport aux colonies puis aux pays émergents, la réglementation, le régime politique, l’histoire, les religions et la culture, la place des guerres, mais surtout, pour ce qui concerne notre sujet, par les rapports entre les établissements d’enseignement supérieur et les instituts de recherche et les entreprises, entre le militaire et le civil, entre la finance, l’industrie et l’État. Liés par des rapports scientifiques et techniques d’échange et de domination, par des relations économiques inégales, par la présence de firmes multinationales des deux côtés de l’Atlantique6 et par l’appartenance à des organisations internationales (Alliance atlantique, OECE-OCDE, GATT, multiples organismes techniques et, de façon plus générale, les espaces communs d’un monde longtemps qualifié par les dirigeants politiques de non communiste). Ce livre permet ainsi, au-delà de la concurrence ou de la domination, de faire ressortir les différences des trajectoires nationales, de cerner les échanges d’idées, de connaissances, de méthodes, de savoir-faire, de personnes entre les deux pays, de mettre en exergue les problèmes communs qu’ont à affronter les différents acteurs – nationaux ou multinationaux – présents dans les mêmes branches de haute technologie en France et en Amérique du Nord, et de dépasser les approches sectorielles et les logiques de métier pour monter en généralité dans les interprétations que les sciences sociales peuvent tirer des interactions entre production et transfert des savoirs, environnement économique et social etespace public7, ainsi que des échecs, des succès, des apprentissages du privé comme du public en ce domaine des hautes technologies.

  • 8 G. Galvez-Behar, “The propertisation of science : suggestions for an historical investigation”, Com (...)
  • 9 Pour la chimie organique en France à partir de 1914, J. Sakudo, Les entreprises de la chimie en Fra (...)
  • 10 F. Jacq, Pratiques scientifiques, formes d’organisation et représentations de la science dans la Fr (...)

4Mettre l’accent sur les développements intervenus depuis 1945, c’est, nous l’avons dit, un des choix de ce livre. Les différents contributeurs n’ont pas pour autant perdu de vue les bases, les héritages, les contraintes, les incitations qui résultent des expériences antérieures, notamment depuis le xixsiècle. Les règles et pratiques en matière de propriété scientifique et industrielle8, les modalités de la fiscalité, l’intérêt des armées pour la science, la capacité des États à reconnaître le caractère stratégique d’un secteur9, à prendre en compte la dimension technologique de l’indépendance nationale, le poids de la puissance économique ou la fécondité de la recherche10 se sont affirmés au rythme des chocs du politique, des conflits et des crises, avec des périodes de forte avancée et des phases de recul ou du moins d’assoupissement. Ce que ce livre expose, c’est donc aussi les manières dont, après le choc de la Seconde Guerre mondiale, des individus, des sociétés, des pouvoirs publics malgré les logiques spontanément divergentes des différents ministères, soit se sont engagés dans des voies finalement sans issue, soit sont parvenus à standardiser procédés et produits dans les hautes technologies, soit ont été capables, dans certains cas, non seulement de faire preuve de créativité, mais de comprendre quelles ressources antérieures pouvaient être mobilisées, coalisées ou développées, ou bien quelles ruptures pouvaient être indispensables pour répondre à de nouveaux besoins ou exploiter des potentialités. Ils se sont mis ainsi au diapason de la science moderne qui, comme l’a dit Dominique Pestre dans l’article que nous venons de citer, n’est plus seulement « une accumulation de savoirs », mais devient « un outil pour refaire le monde ».

5Aiguillonnés par un rapport officiel de 2004 qui pointait le risque pour la France de prendre du retard par rapport à d’autres pays en matière de hautes technologies, nous nous sommes tournés vers le Comité pour l’histoire économique et financière de la France, fondé en 1986 et dont l’intérêt ancien pour l’industrie s’est élargi après la mise en sommeil de l’Institut pour l’histoire de l’industrie en 2000. Dans le cadre du Comité, nous avons d’abord organisé à Bercy de 2006 à 2008 un séminaire mensuel qui réunissait chercheurs et praticiens privés et publics pour explorer dans une perspective historique les différentes facettes de la montée des hautes technologies et débattre avec des témoins de l’industrie, de la banque, de l’État ou de la recherche. Chaque séance a donné lieu à un compte rendu, ensuite mis en ligne sur le site de l’Institut de la gestion publique et du développement économique (IGPDE) du ministère français de l’Économie, des Finances et de l’Industrie.

  • 11 A. Beltran et P. Griset, Histoire d’un pionnier de l’informatique. 40 ans de recherche à l’INRIA, L (...)
  • 12 C. Bonneuil et F. Thomas, Gènes, pouvoirs et profits. Recherches publiques et régimes de production (...)
  • 13 F. Jacq, Pratiques scientifiques…, op. cit., chapitre I ; G. Hecht, Le rayonnement de la France. Én (...)
  • 14 G. Azoulay et D. Pestre (dir.), C’est l’espace ! 101 savoirs, histoires et curiosités, Paris, Galli (...)
  • 15 J. W. Cortada, The digital hand, t. I, II, III, New York, Oxford University Press, 2004, 2006, 2008(...)
  • 16 P. Griset, Du Cemagref à l’Irstea, Paris, Quae, 2011.
  • 17 À resituer lui-même dans un cadre plus large. S. Frioux et V. Lemire (dir.), « L’invention politiqu (...)
  • 18 D. Edgerton, Warfare State : Britain 1920-1970, Cambridge, Cambridge University Press, 2005, et Bri (...)

6Sur la lancée des recherches exposées dans le séminaire et des débats animés qui s’y sont déroulés, le Comité pour l’histoire économique et financière de la France a ensuite réalisé, toujours à Bercy, un colloque international de deux jours sur « entreprises de haute technologie, souveraineté et État ». Comme le séminaire, ce colloque a pris appui sur le renouveau et l’essor de l’histoire des techniques et de celle des sciences, de l’histoire des entreprises et de celle des usages, et sur la nouvelle histoire de l’État. Reliant passé et présent, nous publions dans ce livre les communications révisées par leurs auteurs, les interventions d’une série de grands témoins et la transcription revue de la table ronde finale entre acteurs du privé et du public. Nous ne nous dissimulons pas les lacunes de ce livre, qui résultent de la disponibilité des chercheurs et des travaux pour le colloque : en ce qui concerne les branches, l’informatique11, les biotechnologies12, le nucléaire civil13, une partie du spatial14 et en ce qui concerne des approches transversales, la diffusion des technologies de l’information et de la communication dans les entreprises, les administrations et les associations15, l’étude des politiques et pratiques de ressources humaines dans les entreprises ou les instituts publics de haute technologie, enfin l’impact des hautes technologies sur l’environnement et les réactions qu’il a pu susciter chez une partie des scientifiques16, des salariés et des autres acteurs de la société civile17. De même, il aurait été utile, pour approfondir la forte dimension européenne du livre, de pouvoir donner ici une vue d’ensemble des trajectoires de la Grande-Bretagne et de l’Allemagne18.

7Assumant ses choix, ses partis pris (dont celui de la fréquente présence d’approches différentes d’un même secteur et celui de la reconnaissance des logiques de métier que nous évoquions plus haut) et les limites que nous venons d’énoncer, ce livre est divisé en quatre parties.

  • 19 P. Griset (dir.), « La modernisation des télécommunications », Entreprises et Histoire, n° 61, déce (...)

8Une première partie examine les réponses historiques à la question : « État, recherche et entreprises de haute technologie : un triangle vertueux ? ». Le cadrage international est apporté par l’article de John Krige sur la volonté de contrôle des États-Unis à l’égard de l’Europe, en particulier la France, en matière d’accès et de diffusion de hautes technologies de 1945 à la fin des années 1960. Les textes sur la France se situent sur plusieurs registres complémentaires. Julie Bouchard étudie le maniement de la rhétorique du retard à la fois par l’État, les experts et les médias qui accompagne la percée des grands programmes publics. Un témoin, Bernard Esambert, distingue parmi ces grands programmes ceux qui ont échoué, ceux qui ont réussi et ceux qui sont passés par la case Europe pour devenir pertinents. Le cas des télécommunications19 – emblématique au plan mondial – fait l’objet de deux approches différentes. Pour les télécommunications terrestres, Yves Bouvier, avec l’histoire de la Compagnie générale d’électricité, présente une croissance de firme fondée sur la commande publique et sur le partenariat privilégié avec un centre public de recherche. Hervé Moulin, dans le cas (postérieur) des télécommunications spatiales, montre comment un grand programme national ne se révèle pas comme une stratégie pertinente et comment, en revanche, le passage à une stratégie européenne dont la fusée Ariane va devenir le vecteur et le symbole permet la réunion de compétences appropriées et la constitution d’une masse critique. On retrouve deux approches différentes en ce qui concerne les chercheurs du plus grand organisme de la recherche publique, le Centre national de la recherche scientifique. Denis Guthleben donne une vue d’ensemble de l’évolution très complexe par laquelle, par-delà la culture initiale et récurrente de recherche fondamentale du Centre, a pu s’établir dans certains domaines ce qu’il appelle avec tact un mariage de raison entre le CNRS et l’industrie. Muriel Le Roux, se focalisant sur la chimie des substances naturelles, met en valeur un type, minoritaire mais fécond, d’entrepreneur scientifique qui parvient à contourner les barrières réglementaires et culturelles entre recherche publique, entreprise et marché et apporte finalement des revenus financiers considérables à l’organisme public. Un témoin, Jean-Paul Maury, interroge les choix successifs faits par l’État dans les télécommunications, les stratégies des acteurs privés et la pénétration de la culture d’entreprise dans le service public, et considère que l’arrivée d’Internet, le rythme d’élargissement des demandes et des technologies, la pleine intégration des télécoms au marché concurrentiel et internationalisé impliqueraient le retour d’une politique industrielle aux plans européen et français.

9Une deuxième partie concerne spécifiquement ressources stratégiques et enjeux militaires. L’accent est mis à la fois sur les rapports entre scientifiques, ingénieurs, entreprises, militaires et autres acteurs des États, et sur les liens entre haute technologie et guerre. Les secteurs choisis sont l’aéronautique et l’armement nucléaire. Philip Scranton compare les pratiques américaine, britannique et française en termes de technique et d’organisation pour le développement du moteur à réaction. Il montre que si le problème est commun – l’ampleur du saut technologique que constitue ce moteur pour l’aéronautique, l’énormité des incertitudes à résoudre, la hauteur des sommes investies par les militaires dans l’exploration des solutions – les approches et les réalisations diffèrent. Marc-Daniel Seiffert, lui, s’intéresse aux pratiques de coopération européenne dans l’aéronautique civile et cerne les cheminements longs et complexes au terme desquels s’est édifiée la compétitivité d’Airbus face à ses concurrents américains. Dominique Pestre, étudiant la mise en place du programme militaire français de dissuasion nucléaire à l’écart du « parapluie américain », analyse les grandes tensions dont il a été le siège et cerne les conditions hiérarchiques, gestionnaires et politiques, ainsi que la pénétration par les militaires des territoires scientifiques, qui ont finalement permis la conception des armes nucléaires françaises. Un témoin, Maurice Laparra, montre comment la France a pu établir et maintenir des entreprises de haute technologie mondialement compétitives dans l’aluminium, grâce à des stratégies de long terme. Mais des prises de contrôle successives à partir de 2003 ont rayé la France de la carte de cette industrie.

  • 20 Nous empruntons évidemment cette notion de conversion au premier livre de l’historien Michel Margai (...)

10Une troisième partie porte sur un ensemble de thèmes liés : accès aux hautes technologies, financement, demande, marché. La question qu’elle pose est celle de l’écologie des entreprises de haute technologie et de leurs produits. Deux articles contrastent les dynamiques de financement pour ce secteur entre les États-Unis et la France. Patrick Fridenson relate comment la croissance du moteur de recherche sur Internet, Google, n’a pu s’ancrer que grâce à des capital-risqueurs, qui ont à la fois apporté des capitaux et suggéré des recrutements, y compris d’universitaires, puis à l’entrée de l’entreprise en bourse. Marie Carpenter montre, au contraire, comment la modernisation des télécommunications en France, le téléphone pour tous et l’introduction de nouveaux services n’ont été possibles que grâce à la conversion d’une fraction des élites dirigeantes20 et à un pilotage ingénieux par l’État de crédits publics et d’appels successifs aux marchés financiers internationaux. Deux autres articles permettent de comparer les étapes d’une construction d’une culture de l’innovation dans deux secteurs avancés. L’un est dans le privé. Éric Godelier étudie comment la présence durable de la multinationale pétrolière française Total dans le domaine du gaz naturel est passée par la construction délicate et progressive d’une culture de l’innovation propre à ce secteur (dont aujourd’hui l’expansion est considérable) qui l’a rendu légitime aux yeux du reste de l’entreprise. L’autre secteur est directement imbriqué avec le service public et ses usagers. Sophie Chauveau, s’intéressant à la transformation de la transfusion sanguine en secteur de haute technologie, met l’accent sur les difficultés de l’État français à faire face à la montée des coûts, à la présence nouvelle de multinationales américaines et à la crise profonde provoquée par la pandémie du Sida. Ce n’est qu’à l’issue de cette crise et d’une réforme de l’État que la transfusion s’inscrit de plain-pied dans l’innovation thérapeutique. Enfin, l’article d’Isabelle Gaillard est consacré à la diffusion des téléviseurs en France. Elle analyse de près la construction d’un marché de produit nouveau, centré sur une technologie de plus en plus avancée, au croisement entre des consommateurs pionniers, le recours pour les consommateurs de masse au crédit régulé par l’État et la concurrence internationale.

11Une quatrième partie concerne structures des entreprises et logiques territoriales. Trois échelles sont ici examinées. L’une est locale. Michel Grossetti et Jean-Marc Zuliani montrent comment la conjonction de volontés locales et de politiques nationales a permis, sur la longue durée, la construction à Toulouse d’un système industriel de haute technologie. L’autre échelle est nationale. Christophe Lécuyer, spécialiste des semi-conducteurs, explique comment la transformation des techniques de production des entreprises des États-Unis a permis à la nation américaine de se faire une nouvelle compétitivité dans les hautes technologies et de tirer parti des apports des universités. La troisième échelle est européenne. David Burigana revient sur l’industrie aéronautique, déjà abordée dans la deuxième partie, pour montrer que, sans se départir de son ancrage territorial, cette branche a aussi réussi à faire face au double défi de la compétitivité et des hautes technologies en parvenant à nouer des coopérations internationales, et ce en premier lieu en Europe. Arthe Van Laer prend le cas de la transmission électronique des données pour confronter l’émergence de politiques européennes de haute technologie et l’hégémonie américaine.

12La table ronde finale permet à cinq acteurs français d’aujourd’hui de faire des comparaisons à l’échelle du monde, d’exposer leurs vues sur le bilan des forces et faiblesses françaises en matière de haute technologie et de s’interroger sur les politiques publiques possibles à l’échelle nationale et européenne. Ils tentent également d’évaluer les implications des perspectives actuelles de développement durable.

  • 21 G. Colletis et Y. Lung (dir.), La France industrielle en question. Analyses sectorielles, Paris, La (...)

13Le séminaire, le colloque et le livre que vous avez sous les yeux n’auraient pas été possibles sans le soutien constant que leur a apporté le Comité pour l’histoire économique et financière de la France. Nous remercions en particulier Anne de Castelnau, qui en avait alors la responsabilité exécutive, et Patricia Bas, qui nous a fait bénéficier de sa compétence, de ses conseils et de sa patience. Nos remerciements vont aussi aux économistes de l’Université Bordeaux IV, animés par Yannick Lung, dont les articles et les livres sur la dynamique des changements technologiques et institutionnels, avec une attention particulière sur leur dimension spatiale (dynamique de proximité, politique de développement régional, pays émergents du Sud), ont aidé les historiens que nous sommes à insérer les branches de hautes technologies dans les forces et les faiblesses de l’économie française au sein de la phase actuelle de la mondialisation21.

  • 22 D. Edgerton, The Shock of the Old : Technology and Global History since 1900, Londres, Profile, 200 (...)

14Ce livre espère convaincre ses lecteurs que les entreprises de haute technologie, le soutien ou les commandes que peuvent leur apporter les différents pouvoirs publics, le rôle des universités et de la recherche, les changements de la société civile et de l’opinion à leur égard sont des sujets d’intérêt majeur dont l’importance doit déborder le cadre des spécialistes. S’ils ont su aussi montrer que les technologies plus anciennes peuvent rester essentielles pour la croissance22, les historiens, dans une démarche interdisciplinaire, contribuent aujourd’hui à faire entrer dans la lumière ce secteur décisif pour l’avenir. Ce livre n’est, en France, qu’une première pierre dans l’édifice nécessaire. C’est à tous les chercheurs disponibles qu’il appartient de continuer à le bâtir.

Notes

1 Les télécommunications seront abordées de manière bien plus complète dans P. Griset (dir.), Les ingénieurs des télécommunications dans la France contemporaine : réseaux, innovation et territoires, xixe-xxe siècle, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, à paraître.

Les questions relatives à l’énergie, qui incluent très largement les hautes technologies, ne sont pas traitées dans cet ouvrage. Elles ont en effet donné lieu à d’importants travaux du Comité pour l’histoire économique et financière de la France publiés dans A. Beltran, C. Bouneau, Y. Bouvier, D. Varaschin et J.-P. Williot (dir.), État et énergie. xixe-xxe siècle, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2009.

2 Cf. en particulier, pour les travaux de langue française, F. Caron, La dynamique de l’innovation. Changement technique et changement social, Paris, Gallimard, 2010 ; P. Le Masson, B. Weil et A. Hatchuel, Les processus d’innovation. Conception innovante et croissance des entreprises, Paris, Hermès-Lavoisier, 2006 ; A. Hatchuel et B. Weil (dir.), Les nouveaux régimes de la conception. Langages, théories, métiers, Paris, Vuibert, 2008.

3 E. von Hippel, “Lead Users : A Source of Novel Product Concepts”, Management Science, July 1986, p. 791-805 ; F. Caron, « L’offre créatrice : perspective historique. La France de 1880 à 1929 », in Institut de l’entreprise (dir.), L’offre créatrice. Inventer le client, Paris, Éditions d’Organisation, 1987, p. 87-105. Pour un exemple : H. Weber, “Consumers as innovative actors? The role of users in the shaping of German GSM telephony”, Le Mouvement Social, n° 228, juillet-septembre 2009, p. 117-130.

4 P. Mounier-Kuhn, L’informatique en France de la seconde guerre mondiale au plan Calcul. L’émergence d’une science, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2010.

5 B. Weil, P. Fridenson et P. Le Masson, « Concevoir les outils du bureau d’études : Dassault Systèmes, une firme innovante au service des concepteurs. Entretien avec Pascal Daloz », Entreprises et Histoire, n° 58, avril 2010, p. 150-164.

6 G. Franck, À la conquête du marché américain, Paris, Odile Jacob, 1997.

7 R. Maintz, F. Neidhardt, P. Weingart, U. Wengenroth (Hg.), Wissensproduktion und Wissenstransfer. Wissen im Spannungsfeld von Wissenschaft, Politik und Öffentlichkeit, Bielefeld, Transcript Verlag, 2008.

8 G. Galvez-Behar, “The propertisation of science : suggestions for an historical investigation”, Comparativ. Zeitschrift für Globalgeschichte und vergleichende Gesellschaftsgeschichte, avril 2011, p. 80-97, et de façon plus générale l’ensemble de ce numéro spécial.

9 Pour la chimie organique en France à partir de 1914, J. Sakudo, Les entreprises de la chimie en France de 1860 à 1932, Bruxelles, P.I.E. Peter Lang, 2011.

10 F. Jacq, Pratiques scientifiques, formes d’organisation et représentations de la science dans la France de l’après-guerre : la « politique de la science » comme énoncé collectif (1944-1962), thèse de doctorat de socio-économie de l’innovation, École des mines de Paris, 1996. D. Pestre, « Dix thèses sur les sciences, la recherche scientifique et le monde social, 1945-2010 », Le Mouvement Social, n° 233, octobre-décembre 2010, p. 13-29.

11 A. Beltran et P. Griset, Histoire d’un pionnier de l’informatique. 40 ans de recherche à l’INRIA, Les Ulis, EDP Sciences, 2007.

12 C. Bonneuil et F. Thomas, Gènes, pouvoirs et profits. Recherches publiques et régimes de production des savoirs de Mendel aux OGM, Paris, FPH-Quae, 2009.

13 F. Jacq, Pratiques scientifiques…, op. cit., chapitre I ; G. Hecht, Le rayonnement de la France. Énergie nucléaire et identité nationale après la seconde guerre mondiale, Paris, La Découverte, 2004 ; S. Topçu, L’agir contestataire à l’épreuve de l’atome. Critique et gouvernement de la critique dans l’histoire de l’énergie nucléaire en France (1968-2008), thèse de doctorat d’histoire, EHESS, 2010.

14 G. Azoulay et D. Pestre (dir.), C’est l’espace ! 101 savoirs, histoires et curiosités, Paris, Gallimard, 2011.

15 J. W. Cortada, The digital hand, t. I, II, III, New York, Oxford University Press, 2004, 2006, 2008 et A. Bounfour (dir.), « De l’informatique aux systèmes d’information dans les grandes entreprises », Entreprises et Histoire, n° 60, septembre 2010, en particulier, pour la France, les articles d’A. Beltran, A. Giandou, P. Griset, F. Hochereau, P. Mounier-Kuhn.

16 P. Griset, Du Cemagref à l’Irstea, Paris, Quae, 2011.

17 À resituer lui-même dans un cadre plus large. S. Frioux et V. Lemire (dir.), « L’invention politique de l’environnement », Vingtième Siècle, n° 113, janvier-mars 2012, en particulier D. Boullet, « La politique de l’environnement industriel en France (1960-1990) : pouvoirs publics et patronat face à une diversification des enjeux et des acteurs », et G. Massard-Guilbaud, « La France, une “société vert clair” ? Retour sur The Light Green Society: Ecology and Technological Modernity in France, 1960-2000 ». Et pour les États-Unis : L. Winner, La baleine et le réacteur. À la recherche de limites au temps de la haute technologie, Paris, Descartes et Cie, 2002.

18 D. Edgerton, Warfare State : Britain 1920-1970, Cambridge, Cambridge University Press, 2005, et Britain’s War Machine : Weapons, Resources and Experts in the Second World War, Londres, Allen Lane, 2011 ; U. Wengenroth, “The German Chemical Industry after World War II”, in L. Galambos, T. Hikino, V. Zamagni (éd.), The Global Chemical Industry in the Age of the Petrochemical Revolution, New York, Cambridge University Press, 2007, p. 141-167.

19 P. Griset (dir.), « La modernisation des télécommunications », Entreprises et Histoire, n° 61, décembre 2010.

20 Nous empruntons évidemment cette notion de conversion au premier livre de l’historien Michel Margairaz, publié par le Comité pour l’histoire économique et financière de la France en 1991.

21 G. Colletis et Y. Lung (dir.), La France industrielle en question. Analyses sectorielles, Paris, La Documentation Française, 2006 ; C. Bouneau et Y. Lung (dir.), Les territoires de l’innovation, espaces de conflits, Pessac, Éditions de la MSHA, 2006 ; C. Bouneau et Y. Lung (dir.), Les dynamiques des systèmes d’innovation, Pessac, Éditions de la MSHA, 2009 ; M.-C. Bélis-Bergouignan, B. Jullien et M. Yildizoglu (dir.), Industries, innovations, institutions. Éléments de dynamique industrielle, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, 2011.

22 D. Edgerton, The Shock of the Old : Technology and Global History since 1900, Londres, Profile, 2006.

Auteurs

Directeur d’études à l’EHESS, ancien élève de l’École normale supérieure, il se consacre à trois domaines de recherches : l’histoire des entreprises, l’histoire du travail et l’histoire des fonctions économiques de l’État contemporain en Europe occidentale, en Amérique du Nord et au Japon (xixe-xxie siècle). Il est membre du Comité pour l’histoire économique et financière de la France, administrateur de l’Association pour l’histoire de l’informatique et des télécommunications et membre du Comité pour l’histoire de la Poste. Il a publié plusieurs articles sur l’histoire de différentes hautes technologies et est coauteur avec Maurice Lévy-Leboyer et Véronique Rostas de Une entreprise dans le siècle. Histoire du groupe Thomson, Jouy-en-Josas, Campus Thomson, 1995. Il est rédacteur en chef de la revue Entreprises et Histoire. Récemment, il a codirigé le Dictionnaire historique des patrons français, Paris, Flammarion, 2010 et coécrit avec Philip Scranton Reimagining Business History, Baltimore, Johns Hopkins University Press, à paraître début 2013.

Professeur d’histoire contemporaine à la Sorbonne (Université Paris IV), historien des entreprises.
Agrégé d’histoire et docteur en histoire de l’Université Paris IV, il est plus particulièrement spécialiste de l’histoire économique et technique de l’information. Il préside la section 42 du Comité national de la recherche scientifique. Au sein de l’UMR IRICE, il anime le Centre de recherche en histoire de l’innovation (Université Paris IV). Il collabore régulièrement aux travaux de la Society for the History of Technology (SHOT) ainsi qu’au réseau de recherche européen “Tensions of Europe”. Il est membre du Comité pour l’histoire économique et financière de la France. Ancien auditeur à l’Institut des stratégies industrielles, il est actuellement vice-président de l’Association pour l’histoire de l’informatique et des télécommunications et membre du Comité pour l’histoire de la Poste. Il participe au comité de rédaction des revues Hermès (CNRS) et Flux (ENPC). Parmi ses publications : Les révolutions de la communication, xixe-xxsiècle, Paris, A. Colin, 1991 (prix 1992 de l’Institut européen des affaires) ; Technologie, entreprise et souveraineté : les télécommunications transatlantiques de la France, Éditions Rive droite, 1996 (prix de l’Institut d’histoire de l’industrie) ; L’industrie, une passion française, avec Georges Pébereau, Paris, PUF, 2005 ; Histoire d’un pionnier de l’informatique. 40 ans de recherche à l’Inria, avec Alain Beltran, Les Ulis, EDP Sciences, 2007.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search