Version classiqueVersion mobile

La dette publique dans l’histoire

 | 
Jean Andreau
, 
Gérard Béaur
, 
Jean-Yves Grenier

Imitations : La dette publique en litige

Dette publique et structure de la fiscalité au Río de la Plata (1810-1860)

Juan Carlos Garavaglia

Texte intégral

  • 1 MEXIQUE : Carmagnani Marcello : « Finanzas y Estado en México, 1820-1880 », in Jáuregui L. y Serran (...)
  • 2 Halperín Donghi T., Guerra y finanzas en los orígenes del Estado argentino (1791-1850), Editorial d (...)
  • 3 Sur les États-Unis, voir Studenski P. et Krooss H., Financial History of the United States, McGraw- (...)

1Le Río de la Plata, ancienne vice-royauté espagnole, devint indépendante en 1810 avec un système fiscal très particulier. Jusqu’à cette date, la plupart de ses ressources fiscales provenaient de la Caisse royale de Potosí ; entre 1791 et 1805, 60 % de la fiscalité de la vice-royauté étaient alimentés par les envois réguliers d’argent en provenance de Potosí. Mais, à partir de 1810, les guerres entre les hommes de Buenos Aires et les royalistes du Haut Pérou interrompirent les liens réguliers entre le Río de la Plata et le Haut Pérou, et les rentrées d’argent du Potosí commencèrent à décroître. Buenos Aires devait trouver d’autres sources de financement. Aussi, comme partout en Amérique latine à partir de ces années-là, les revenus issus du commerce extérieur devinrent la clé de voûte du système fiscal. Les cas du Mexique, du Brésil, du Chili, de la Colombie et d’autres pays en sont la preuve évidente1. Très rapidement, la dépendance à l’égard de la fiscalité sur le commerce extérieur s’accentua au Río de la Plata ; en 1817, 82 % des revenus fiscaux en provenaient2. Ce système étant généralisé à une bonne partie de l’Amérique (en incluant les États-Unis avant la guerre de Sécession), on pourrait parler d’un système américain d’imposition pour le xixe siècle, de la même manière que Enrique Fuentes Quintana parlait du système latin d’imposition pour les pays latins de l’Europe à cette époque3.

I. La fiscalité de la province de Buenos Aires 1820-1860

2Les événements de mai 1810 à Buenos Aires, avec la constitution d’une junta de notables locaux, eurent comme principale conséquence l’amorce du processus d’indépendance des Provinces unies du Río de la Plata, l’ancienne vice-royauté du même nom ; mais le territoire de la nouvelle nation en formation ne correspondait pas au territoire de l’ancienne colonie espagnole. En effet, pour des raisons complexes, se produisit un processus de démembrement territorial. L’ancienne vice-royauté donna naissance à quatre « nations » : l’Argentine, le Paraguay, la Bolivie et l’Uruguay. Dans le cas argentin, le chemin de la construction nationale fut long et complexe. Les années 1810-1820 furent une période « intermédiaire » avec la création des Provinces unies du Río de la Plata qui connurent trois formes de gouvernement successives (junta, triumvirat et directoire) et au moins deux tentatives constitutionnelles, en 1815 et en 1819. À cette époque, le territoire de l’Uruguay et une partie de ce qui deviendra la Bolivie et qui s’appellait encore le Haut Pérou (son nom postérieur vient de Simón Bolívar) étaient inclus dans les Provinces unies. À partir de 1820, la province la plus riche – et de loin –, celle de Buenos Aires, acquit une autonomie qui perdura jusqu’en 1862. Cette longue autonomie autorise d’étudier cette province comme une unité en soi. En effet, au cours de la période qui débute en 1820 – avec une brève interruption entre 1826 et 1827 –, toutes les provinces étaient autonomes et indépendantes. Ce n’est qu’à partir de 1831 que ces provinces autonomes devinrent la « Confédération argentine », même si chacune conserva une bonne partie de son indépendance et continua de battre sa propre monnaie, rédigea sa Constitution et délégua seulement la conduite des affaires étrangères à la province « sœur » de Buenos Aires. Cette confédération est finalement très semblable à la première confédération des États-Unis.

  • 4 Registro Oficial de la Provincia de Buenos Ayres, Buenos Aires (dorénavant ROPBA), volume 4, 1825, (...)

3Les tableaux 1 et 2 montrent la répartition des recettes fiscales de Buenos Aires en 1825 et 18544.

Tableau 1 : Recettes de la province de Buenos Aires, 1825

Pesos argent

 %

Douanes

2 143 215

87,6

Contribution directe

74 540

3,1

Papier timbré

144 578

6

Police*

40 602

1,6

Frais de port

31 050

1,3

Autres

9 812

0,4

Total

2 466 830

100

* Les recettes de « police » correspondent à une série très variée de taxes urbaines comme les pontages, les amendes, l’éclairage public, etc.

Tableau 2 : Recettes de l’État de Buenos Aires, 1854

Pesos papier

 %

Entrées maritimes et terrestres

41 627 408

75,7

86,2

75,7

Sorties de produits agricoles

5 764 829

10,5

12,2

Contribution directe

932 145

1,7

13,8

Papier timbré

4 706 000

8,6

10,8

Marchés

879 356

1,6

Pont de Barracas

195 800

0,4

PTT

111 012

0,2

Autres

763 113

1,4

1,4

Total

54 979 663

100

100

100

  • 5 Il s’agit, par ordre de valeur, des peaux (peaux de vaches et de chevaux), de la viande séchée, du (...)
  • 6 Burgin M., Aspectos económicos del federalismo argentino, Hachette, Buenos Aires, 1960, p. 341-342.

4Quelles conclusions doit-on tirer de ces deux tableaux qui décrivent des situations distantes de près de trente ans ? D’abord, le poids des recettes dérivées du commerce extérieur est écrasant : 87,6 % en 1825 et 86,2 % en 1854 du total des recettes fiscales sont en étroit rapport avec le mouvement du commerce extérieur. Mais les données plus détaillées de 1854 montrent qu’il y a une très nette différence entre le montant des recettes sur l’importation des marchandises (75,7 % du total) et celui sur l’exportation des produits de la région de la Pampa5 à partir du port de Buenos Aires (10,5 %). Ceci signifie qu’à Buenos Aires (comme d’ailleurs au Brésil, au Chili et en Colombie), étant donné qu’on ne pouvait pas faire payer les groupes dominants agraires, on se retourna vers les consommateurs. Mais ce ne sont pas seulement ceux de la province de Buenos Aires qui payèrent ces impôts indirects à travers l’achat des produits importés mais tous ceux de la Confédération argentine puisque le port de Buenos Aires représente plus de 90 % du commerce extérieur de la confédération. En 1837-1839, un tiers des marchandises entrées à Buenos Aires étaient alors réexportées vers les provinces intérieures6. Une autre lecture du même tableau 2 montre que les producteurs agraires finançaient seulement 12,2 % du budget de l’État (exportations agricoles et contributions directes), les consommateurs règlant le reste (le papier timbré est la deuxième rubrique avec 8,6 % du total).

5Pour mieux comprendre le poids de Buenos Aires, le tableau 3 donne quelques chiffres en pesos d’argent (chaque peso d’argent représente 20 pesos papier en 1841). Les recettes de toutes les provinces de la Confédération n’atteignaient pas 25 % du total des recettes confédérales.

  • 7 CORRIENTES, SANTA FE, CÓRDOBA et JUJUY : Meader E., Evolucion demográfica argentina desde 1810 a 18 (...)

6La population de la province de Buenos Aires était bien sûre la plus élevée, supériorité qui est cependant moindre que celle de la même province pour les recettes fiscales7.

7Intéressons-nous maintenant à la composition du budget de la province de Buenos Aires en 1841.

  • 8 Les données du tableau 5, concernant le budget de l’année 1841, ont été publiées dans ¡Viva la Fede (...)
  • 9 Voir : RÉPUBLIQUE FÉDÉRALE D’AMÉRIQUE CENTRALE : Pinto Soria J.-C., « La independencia y la federac (...)
  • 10 Voir notre travail « La apoteosis del Leviathán : el Estado en Buenos Aires durante la primera mita (...)

8Cette somme de 50 318 083 pesos papier est égale à 2 515 904 pesos d’argent8. On voit bien le poids des dépenses militaires et, de nouveau, le cas de Buenos Aires n’est pas exceptionnel dans le cadre du processus de construction de l’État en Amérique ibérique : la République fédérale d’Amérique centrale (1823-1840), le Guatemala, l’Équateur, la Bolivie, le Brésil ont aussi des dépenses militaires très lourdes et qui représentent presque toujours plus de 50 % du budget de l’État9. Dans le cas de Buenos Aires, les chiffres de 1841 sur le personnel de l’État sont encore plus significatifs : 96 % des « fonctionnaires » sont des militaires ou des policiers, avec un total de 11 534 hommes, c’est-à-dire un adulte sur cinq ou six par rapport à la population masculine en 183810.

  • 11 BUENOS AIRES : Burgin M, Aspectos económicos del federalismo…, op. cit., p. 254 ; ENTRE RÍOS : Chia (...)

Tableau 3 : Recettes de quelques provinces de la Confédération argentine11

Recettes fiscales*

Province

Année

1 965 347

Buenos Aires

1841

102 807

Entre Ríos

1838

101 442

Corrientes

1841

60 238

Santa Fe

1841

139 551

Córdoba

1841

25 526

Tucumán

1838

14 173

Jujuy

1840

* Il s’agit de pesos d’argent.

Tableau 4 : Population de quelques provinces de la Confédération argentine

Province

Population

Année

Buenos Aires

153 576

1838

Entre Ríos

47 671

1848

Corrientes

61 782

1841

Santa Fe

41 261

1858

Córdoba

102 248

1839

Tucumán

57 876

1846

Jujuy

30 000 (est.)

1851

Tableau 5 : Composition du budget de la province de Buenos Aires

Pesos papier

Sans dette ( %)

Chambre des représentants

47 305

0,15

Département

du gouvernement

2 180 036

7

Département des

Affaires étrangères

1 551 690

5

Département de la Guerre

24 180 936

81

Département des Finances

22 358 115

6

Total

50 318 083

100

II. La dette publique de Buenos Aires : des emprunts de guerre à la consolidation de 1822

  • 12 Voir Rejistro Oficial de la República Argentina… (dorénavant RORA), La República, tome I, Buenos Ai (...)
  • 13 Probablement sans beaucoup des résultats concrets, cf. la session de l’Assemblée du 26/3/1813, dans (...)
  • 14 RORA, tome I, p. 180.
  • 15 Voir Garavaglia J.-C., Les Hommes de la pampa. Une histoire agraire de la campagne de Buenos Aires (...)

9Le 15 mai 1812, presque deux ans jour pour jour après le coup d’État contre les autorités espagnoles (mai 1810), le triumvirat décide de créer une contribution extraordinaire, rappelant que, après la défaite de Huaqui (21/6/1811), « les ressources des richesses des Provinces du Haut Pérou » n’arrivent plus pour supporter les dépenses militaires des armées en campagne (dans le Haut Pérou et dans la Banda Orientale, c’est-à-dire en Uruguay). Il est alors décidé de taxer les commerçants, les propriétaires de maisons en ville, les épiciers, les boulangers, les apothicaires et les cafés, et d’imposer une taxe sur l’entrée du bétail dans les abattoirs12. Cette contribution porte seulement sur la ville de Buenos Aires mais on cherche à l’étendre en 1813 à l’ensemble des Provinces unies13. Comme on l’a déjà vu, 60 % des recettes de l’État dans la période 1791-1805 arrivaient de Potosí ; la diminution des flux d’argent en provenance de la région du Haut Pérou, à cause de la guerre d’indépendance, explique ce besoin urgent de ressources supplémentaires. À la même époque, un changement du rapport entre les pièces d’argent et d’or (le taux passe de 16 à 1 à 17 à 1)14 exerce certains effets inflationnistes. Ainsi commence, pour la première fois depuis un siècle, un processus de montée des prix courants15.

  • 16 Il s’agit du premier congrès des députés envoyés par les différentes « provinces » à Buenos Aires.
  • 17 Pour prendre en compte les observations de Alain Guery, il faut préciser exactement les termes du d (...)
  • 18 Techniquement, ce sont en réalité des bons du Trésor.
  • 19 RORA, tome I, p. 237.

10Le 5 juillet 1813, l’Assemblée des Provinces unies du Río de la Plata16, devant l’augmentation des dépenses militaires exigées par les guerres d’indépendance, émet le premier emprunt d’État17 : un total de 198 100 pesos est souscrit par 152 marchands de Buenos Aires. Ils reçoivent un « pagaré » (billet à ordre18). Ces billets portent un intérêt de 3 % (six mois) ou de 6 % (douze mois) ; ils sont reçus par l’administration à partir de six mois après la date d’émission pour le paiement des impôts et, peu après, on décide de les accepter en paiement des droits d’importation19, ce qui permet leur circulation avec endossement entre les commerçants étrangers résidant à Buenos Aires.

  • 20 Amaral S., « Las formas sustitutivas de la moneda metálica en Buenos Aires (1813-1822) », Cuadernos (...)
  • 21 Il faut se rappeler que, en janvier 1816, on arrive à la suspension des payements de la part de l’É (...)
  • 22 RORA, tome I, p. 413-414, 423-424 et 434.
  • 23 On pouvait payer jusqu’à la moitié des droits d’importation avec ces titres de la dette, l’autre mo (...)
  • 24 Hansen E., La moneda agentina, Buenos Aires, 1916, et Amaral S., « Las formas sustitutivas… », op.  (...)
  • 25 RORA, tome I, p. 424.
  • 26 En réalité, le décret du 16 septembre 1819, dit « en clase de papel moneda », RORA, tome I, p. 533- (...)
  • 27 Les dispositions sur ce sujet ont beaucoup changé durant ces années. Le 24/3/1819, on décide d’incl (...)

11Entre 1813 et 1821, seize emprunts sont émis qui donnent lieu à un complexe système de circulation de billets de la dette. Ces billets – formes de substitution de la monnaie métallique, selon l’expression d’un historien20 – circulent endossés à côté de la monnaie métallique. Il y eut également des emprunts forcés et « non négociables », comme ceux de 1815 et 1816, aux moments les plus difficiles de la guerre d’indépendance21. Pour d’évidentes raisons, en 1817 (moment où le processus inflationniste s’accélère), on décrète l’amortissement des crédits d’État22. Ce premier essai de consolidation de la « dette publique » comprend non seulement les anciens billets des emprunts forcés, mais aussi toutes les dettes de l’État. Dans le cas des emprunts, on revient vers les dettes anciennes comme l’emprunt de 1813 et on échange les billets de 1815 et 1816 contre des billets endossables, remboursables et reçus par l’administration en paiement des impôts et – partiellement23 – des droits d’importation. Cette décision affecte surtout les marchands étrangers, en particulier britanniques. À cause de ces mesures, Emilio Hansen et Samuel Amaral considèrent qu’on est très proche de la création d’un vrai papier-monnaie24 (soulignons que l’on autorise aussi le fractionnement des billets de la dette déjà amortie25). À partir de 1818, les emprunts donnent lieu à l’émission de billets utilisables pour des paiements partiels des droits d’exportation. En septembre 1819, pour la première fois, est émis un emprunt qui donne naissance à des lettres ou traites intitulées « lettres papier-monnaie ». Immédiatement sont émis chaque mois 100 000 pesos sur l’administration des douanes, et le décret dit clairement qu’on doit accepter ces billets « en qualité de papier-monnaie »26. En 1820, on perfectionne le système en émettant des billets de 100 pesos chacun. Désormais, les commerçants étrangers ne paient qu’un tiers des droits d’importation en argent, tout le reste étant constitué par les différents billets et titres de la dette27. Résultat : l’État reçoit chaque jour moins d’argent liquide en provenance de ces impôts ! Et c’est ainsi qu’on aboutit en 1821 à la consolidation de la dette publique.

  • 28 L’« officier de la flotte » français inconnu qui rédigea en 1841 l’article tout à fait remarquable (...)

12Avant d’évoquer la consolidation de la dette publique, rappelons certains faits. En février 1820, le directoire tombe définitivement et les Provinces unies disparaissent de fait. Une forme particulière de confédération se met en place progressivement à partir du traité de Pilar en 1820 et perdure jusqu’au traité appelé Pacte fédéral en 1831. Les provinces ont, pendant trois décennies, une autonomie institutionnelle presque totale et une très forte indépendance politique28 (seules les affaires extérieures sont confiées au gouverneur de la province de Buenos Aires). Désormais, notre travail se concentre sur l’histoire financière de la province de Buenos Aires, la plus riche de la Confédération argentine. Richesse et pouvoir qui expliquent la domination exercée par la province sur cette dernière, grâce en particulier à la présence politique d’un « homme fort » tel que Juan Manuel de Rosas, gouverneur de Buenos Aires, presque sans interruption, de 1830 à 1852. Après la chute de Rosas en 1852, la province s’appelle « Estado de Buenos Aires » (État de Buenos Aires), et elle se donne une Constitution en tant qu’État indépendant au moment même où les autres provinces s’organisent constitutionnellement dans le cadre de la Confédération argentine. Mais la défaite militaire des autres provinces en 1861 et la « réorganisation nationale » sous l’unique direction des hommes de Buenos Aires aboutissent à la réintégration de la province de Buenos Aires dans la Confédération. C’est alors que naît vraiment la République argentine.

  • 29 L’article 2 de la loi électorale du 14 août 1821 dit : « Tout homme libre, naturel du pays ou avec (...)
  • 30 Sauf l’interruption de 1826-1827 provoquée par la brève aventure présidentielle de Rivadavia.

13Retournons maintenant en arrière. Après la défaite de Cepeda en 1820 contre les armées des provinces du littoral (Santa Fe et Entre Ríos), Buenos Aires, comme le reste des provinces des anciennes Provinces unies, s’organise comme un mini-État indépendant : chambre des représentants élue au suffrage universel masculin29, gouverneur élu par la chambre, Haute Cour de justice, etc. Ce cadre institutionnel qui connaîtra une longue vie30 est à l’origine du futur État national argentin.

  • 31 En effet, c’est à partir de 1821 que ce département est organisé avec ses trois divisions fondament (...)
  • 32 ROPBA, octobre 1821, p. 114-116.
  • 33 ROPBA, octobre de 1821, p. 116, note 4.

14Au mois d’août 1821, Manuel José García est nommé secrétaire d’État de « Hacienda » (Économie et Finances) par le gouverneur Martín Rodríguez. On lui doit des réformes économiques fondamentales pour l’avenir de la province de Buenos Aires : organisation du département de « Hacienda »31, première loi budgétaire, consolidation de la dette publique et formation d’une banque provinciale privée. C’est lui qui tente, avec un succès relatif mais indéniable, de mettre en peu d’ordre dans la situation chaotique de la dette publique. Il commence par dresser un état des lieux avec l’appui de la Commission de Hacienda de la Chambre de représentants récemment créée. La dette publique totale était de 1 598 224 pesos dont un premier tiers correspondait aux différents bons et billets en circulation, un second aux dettes courantes (achats d’armes, contrats avec des fournisseurs, etc.) et le troisième aux 16 emprunts enregistrés entre 1813 et 1821 (plus d’autres dettes mineures)32. Le responsable de la commission, Antonio de Dorna soulignait dans ses annotations marginales que, probablement, la dette réelle « arrive à deux millions de pesos, sans dépasser cette somme33 ».

  • 34 Nicolau J.-C., La reforma económico-financiera…, op. cit., p. 102-104.
  • 35 ROPBA, novembre 1821, p. 148-149.
  • 36 ROPBA, octobre 1821, p. 119-121.
  • 37 Il s’agit très probablement de Théorie de l’économie politique, fondée sur les faits résultant des (...)
  • 38 La Abeja Argentina, tome I, 1, avril 1822, « De la amortización », p. 12-16, et « Del crédito públi (...)
  • 39 En 1825, il est fait une nouvelle émission de 260 000 pesos.
  • 40 Le 9 décembre 1824, les armées indépendantistes dirigées par le général Sucre vainquent définitivem (...)
  • 41 Nicolau J.-C., La reforma económico-financiera…, op. cit., p. 154-155.
  • 42 Voir Gaceta Mercantil, 1823, 1824, 1826 et 1831.

15Le secrétaire García présente donc un plan d’amortissement et de consolidation de cette dette. Une Commission permanente du crédit public est créée à la chambre ; la province devait garantir avec ses biens immobiliers et ses ressources le montant de la dette publique ; on procéderait à l’émission de titres de la dette publique, c’est-à-dire de bons qui donneraient droit à la perception d’une rente ; le secrétaire recommande aussi vivement la création d’une caisse d’amortissement destinée au rachat de tous les anciens billets émis pendant la période précédente34. Finalement, la dette publique de la province est consolidée par la Chambre des représentants avec la loi du 19 novembre 1821. Cette loi établit, dans son article 1er, que « toute la dette intérieure de l’État, de n’importe quelle condition et classe, antérieure au 1er juillet, est consolidée » ; l’article 3 affirme que toutes les dettes anciennes (antérieures au 25 mai 1810, date de l’indépendance) seront transformées en bons de la dette à 4 % d’intérêt ; en revanche, les dettes postérieures à 1810 ainsi que les capitaux empruntés par l’État seront transformés en bons à 6 %35. La Caisse d’amortissement devrait racheter les anciens billets de la dette et émettre les nouveaux emprunts. Elle s’obligeait à payer la rente (les intérêts) chaque trimestre sur ces fonds ; le montant total des bons était de 2 millions de pesos pour les fonds à 4 % et de 3 millions pour les fonds à 6 %36. García fut très influencé par l’œuvre de Charles Ganilh37 dont il traduisit certains passages (sur la dette, le crédit public et le processus d’amortissement) publiés dans le journal La Abeja Argentina en 182238. La consolidation de la dette a eu un assez faible succès puisque en 1823 on dut émettre un nouveau fonds de 1 800 000 pesos (puis peu après un autre de 300 000 pesos)39. À la fin de 1824, seuls un peu plus de 600 000 pesos de la dette publique totale avaient été amortis. L’ancienne dette, proche de 2 millions de pesos en 1821 (selon les informations de Antonio Dorna, citées précédemment), se montait trois ans plus tard à 6 500 000 pesos. Le même Dorna nous informe, en 1824, de la destinée de ces fonds : 62 % vont aux dépenses militaires (surtout des salaires arriérés liés à la réforme d’une grande partie des officiers de l’armée des guerres d’indépendance, désormais terminées)40, 12 % au paiement de la dette envers le gouvernement espagnol, 7 % à d’anciens emprunts, etc.41. Du fait des insuffisances de la circulation monétaire locale, ces bons vont circuler activement et seront cotés en fonction des vicissitudes du marché de Buenos Aires : en 1823, les bons à 6 % étaient cotés à 45 % de leur valeur nominale, mais ils parviennent à 90 % une année plus tard, une fois établie la confiance dans le système de consolidation de la dette. Pendant la guerre contre le Brésil, ils retombent à 45,5 %, mais ils sont de nouveau en hausse après la paix, pour atteindre 78 % en 183142. La consolidation de la dette aura donc permis, grâce à l’introduction des bons, une multiplication des échanges marchands.

16Ces mesures économiques s’accompagnent d’un nouveau tarif douanier (qui diminue fortement certains droits d’importation) ; d’une loi sur les contributions directes (dont l’impact est très faible sur la structure de l’imposition et les recettes de l’État malgré les efforts du gouvernement) ; et de la création d’une Banque provinciale d’émission et d’escompte. Par ailleurs, un emprunt à l’étranger est négocié à partir de 1822. Les fonds ainsi obtenus de Baring Brothers de Londres (3,5 millions de pesos sur un montant total de 5 millions) arrivent à Buenos Aires en 1824.

  • 43 Halperín Donghi T., Guerra y finanzas…, op. cit., p. 156.
  • 44 Le 13 novembre 1827, il y avait en circulation 10 215 639 pesos (voir Diario de Sesiones de la H. J (...)
  • 45 Burgin M., Aspectos económicos del federalismo…, op. cit., p. 101-104.

17Mais le succès de l’expérience ne dura que trois ans, connus par la suite sous le nom de « la feliz experiencia » (« l’heureuse expérience »). Une nouvelle guerre, cette fois avec le Brésil à propos de la Banda Orientale (1825-1828), en sonna le glas. Le blocus du port de Buenos Aires provoqua l’arrêt du commerce extérieur et donc la chute des revenus fiscaux dont la crise financière de l’État fut la conséquence, au moment même où les actions militaires contre l’empire brésilien exigeaient des dépenses extraordinaires. Les impôts sur les importations ne représentèrent plus que 20 % des recettes des années 1825-182843 (contre 70-75 % pour les périodes de paix). La guerre consomme les maigres ressources en provenance des autres impôts, les fonds qui restaient de l’emprunt Baring et ceux empruntés à la Banque provinciale (devenue entre-temps « Banco Nacional », Banque nationale). Mais, au lieu de recourir comme par le passé aux emprunts forcés sur les commerçants, on émit du papier-monnaie (sans garantie métallique, évidemment). De cette façon, la Banque nationale put prêter des fonds au gouvernement, mettant en circulation des billets sans garantie transférés à l’État. À la fin de l’année 1828, près de 14 millions de pesos sont ainsi en circulation44. La conséquence est une accélération de l’inflation à partir de février 1826 – moment où est décrétée l’inconvertibilité –, et le peso papier se déprécie par rapport au peso en argent et aux monnaies en or (onzas de oro). L’once vaut 17 pesos en janvier 1826, 51 pesos au même mois de 1827 et 63 pesos une année plus tard. Les finances provinciales sont dans une situation catastrophique à la fin du conflit avec le Brésil en août 1828. La dette consolidée s’élève à plus de 12,5 millions de pesos (et 14 % seulement de cette somme était amorti) ; à la fin de l’année, le déficit de la trésorerie dépassait 13 millions de pesos45.

III. La dette publique pendant la dictature de Juan Manuel de Rosas (1830-1852)

18Juan Manuel de Rosas gouverna pendant vingt-deux ans, avec une interruption entre 1832 et 1834. Son long gouvernement est marqué par une situation de guerre presque permanente (guerres civiles et conflits internationaux). Par conséquent, le poids des dépenses militaires sur le budget de l’État atteint alors son maximum. Toute analyse sur la dette publique à cette époque doit tenir compte de ce fait.

19Les années 1829-1832 furent également marquées par une des plus graves sécheresses de l’histoire agraire du Río de la Plata, faisant périr des centaines de milliers de têtes. La cherté de la viande – première composante de l’alimentation – affecta le niveau de vie des couches populaires en ville et les petits et moyens producteurs de bétail virent leurs maigres revenus fondre comme neige au soleil. Les exportations des produits d’origine animale (95 % du total des exportations du Río de la Plata) furent aussi durement touchées. L’inflation toucha surtout les rémunérations fixes ou peu flexibles des salariés, des fonctionnaires – surtout les militaires – et des artisans urbains, mais aussi les revenus des producteurs agricoles. Les grands propriétaires (les hacendados), les commerçants spécialisés dans le commerce extérieur et les spéculateurs utilisèrent le papier-monnaie à l’intérieur de l’espace du Río de la Plata et reçurent des lettres de change sur Londres libellés en livres sterling pour leurs exportations. Avec ces lettres, ils achetèrent à Manchester, Gênes, Hambourg ou Bordeaux des marchandises expédiées au Río de la Plata. Et, ils acquittèrent une partie des droits d’entrée de ces marchandises avec les bons, rachetés sur le marché à 40 % ou 50 %.

20C’est dans ce cadre qu’il faut essayer de comprendre la politique fiscale assez désordonnée, difficile à suivre pour des raisons de sources, de cette première expérience de gouvernement de Juan Manuel de Rosas. Cette politique dut, en outre, faire face à l’opposition des provinces (très méfiantes à l’encontre de la position dominante de la province de Buenos Aires) et aux tiraillements internes du « parti » fédéral. Rosas quitta le gouvernement en 1832-1834 pour entamer une campagne militaire contre les Indiens de la pampa, tout en suivant de très près les luttes politiques menées par ses amis à Buenos Aires. Cette période troublée (les querelles internes au groupe fédéral débouchant presque sur une confrontation armée en 1833) se termina avec le triomphe complet des alliés de Rosas ; la Chambre des représentants concèda les pleins pouvoirs constitutionnels au nouveau gouverneur. En décembre 1834, Rosas devint dictateur « légal » et entama ainsi son second mandat qui se poursuivit jusqu’en février 1852.

  • 46 Burgin M., Aspectos económicos del federalismo…, op. cit., p. 213-225.
  • 47 Comme un peu partout en Amérique latine, les groupes politiques du Río de la Plata avaient des posi (...)

21Quand Rosas arriva au pouvoir pour la première fois, en 1829, la situation était catastrophique. La désorganisation monétaire était totale ; la dette envers la Banque nationale dépassait déjà 18 millions de pesos (il s’agit de papier-monnaie mis en circulation par ordre du gouvernement sans aucune garantie métallique) ; le paiement de l’emprunt Baring était abandonné et le déficit de la trésorerie se montait à environ 15 millions de pesos. La dette, consolidée et flottante, approchait les 20 millions de pesos46. Rosas ne pouvait guère agir et sa retraite en 1832 fut une réponse rusée à une situation devenue incontrôlable. Ses successeurs, Balcarce et surtout Viamont, ont essayé de faire mieux, mais le premier était trop proche des ennemis jurés des fédéraux (les « unitaires »47) et le second n’a pas eu le temps de cueillir les fruits d’un programme économique trop « déflationniste » au goût des hacendados, des grands commerçants et des exportateurs, qui avaient su mettre à profit le processus inflationniste.

  • 48 La somme exacte était de 7 053 909, 7, plus 17 835,7 disponibles pour être destinés à l’amortisseme (...)
  • 49 ROPBA, 1er janvier 1837, p. 3-74.

22C’est en réalité en 1835 que débuta vraiment la dictature légale de Rosas. C’est alors que fut mise en œuvre sa politique économique très pragmatique et au jour le jour. En janvier 1836, le Registro Oficial de la Provincia publia un état de la dette publique consolidée de Buenos Aires. Elle se montait à 27 360 000 pesos dont seulement un peu plus de 7 050 000 pesos étaient amortis48. Le discours de Rosas à la chambre, en janvier 1837, donna les grandes lignes de sa politique économique : en finir avec la dette envers la Banque nationale (en supprimant cette institution, accusée d’être « unitaire » !) ; éponger le déficit de l’État provincial ; rembourser partiellement la dette publique (en 1836, un tiers des revenus fiscaux furent consacrés à l’acquittement de ses intérêts) ; stabiliser la monnaie et surtout ne pas avoir recours à des émissions incontrôlées ; réformer les tarifs douaniers pour favoriser la production locale ; vendre une partie des terres fiscales49. Ce programme était assez réaliste mais, comme en 1825, les événements politiques changèrent complètement la donne.

23Ces événements se répartissent en deux grandes catégories : les conflits internationaux (avec la Confédération péruviano-bolivienne et, surtout, avec la France en 1838-1840) et les luttes intérieures face aux « unitaires » et autres opposants au régime (soulèvements des grands propriétaires du sud de la campagne de Buenos Aires en 1839 ; invasion de la province par le général « unitaire » Lavalle, allié des Français ; insurrections dans la ville de Buenos Aires). Le premier résultat du conflit avec la France fut le blocus du port de Buenos Aires et l’arrêt du commerce international. Cet arrêt eut des conséquences bien connues depuis la précédente guerre avec le Brésil : chute de la fiscalité sur le commerce extérieur et crise financière de l’État, au moment où la guerre contre le général Lavalle (arrivé aux portes mêmes de la ville de Buenos Aires) exigeait des dépenses extraordinaires. Il ne restait qu’à émettre du papier-monnaie avec les conséquences que l’on imagine : le prix de l’once d’or à Buenos Aires atteignit des sommets !

  • 50 Les sources des graphiques sont les suivantes : Exportations : Rosal M.A. et Schmit R., « Del refor (...)
  • 51 1825-1828 : guerre avec l’Empire brésilien ; 1838-1840 : intervention française ; 1846-1847 : inter (...)

24Les graphiques50 1 et 2 montrent l’évolution des exportations (en suivant la courbe des peaux de vaches, principale exportation du Río de la Plata) et l’impact des différents blocus51 sur le commerce extérieur. Ils montrent en particulier le lien entre les blocus et la cotation de l’once d’or à Buenos Aires.

25À côté des émissions successives de papier-monnaie, le gouvernement fut obligé d’accroître la dette publique. Le 1er octobre 1840, le trésorier de la province, Juan Antonio de Albarracín, dressea un tableau très détaillé de l’état de la dette publique provinciale.

Graphique 1 : Onces en pesos papier 1810-1852

Graphique 1 : Onces en pesos papier 1810-1852

Graphique 2 : Peaux de vache [unités] (exportations : 1810-1854)

Graphique 2 : Peaux de vache [unités] (exportations : 1810-1854)
  • 52 Burgin M., Aspectos económicos del federalismo…, op. cit., p. 267-268.
  • 53 Voir les p. 70-72 du Budget du département de Hacienda dans ¡Viva la Federación ! Presupuesto Gener (...)
  • 54 Il faut se rappeler que, en 1840, le Royaume-Uni a consacré 42 % de ses dépenses aux intérêts de la (...)

26Le montant total des intérêts de la dette (plus une faible part d’amortissement) dûs pour cette année-là atteignait la somme de 3 755 199 pesos papier, et les émissions totales de la dette publique consolidée dépassaient les 54 millions de pesos papier (elles étaient d’un peu plus de 27 millions en 1835) ; mais 15 millions ayant déjà été amortis à cette date, la dette non amortie s’élevait à environ 39 millions de pesos52. Les titres de la dette de la dernière émission se vendaient en 1840 aux commerçants et spéculateurs à un taux qui atteint jusqu’à 55 % de leur valeur nominale. Soulignons par ailleurs que les intérêts étaient scrupuleusement payés. Cependant, il n’est pas sûr que ce montant corresponde vraiment au total de la dette publique à cette date-là, parce que la dette à court terme non consolidée était également considérable. En effet, ce même budget du département de Hacienda de 1841, dans un chapitre dénommé « dette particulière exigible »53 (ou parfois « dette arriérée »), donne un total de 15 552 824 pesos. Si on ajoute à cela le million de pesos dû pour les intérêts des billets de la trésorerie et les 120 000 pesos de « dévolution des droits de douane », le montant total de dépenses en rapport avec la dette atteint presque 20 millions de pesos dans le budget de 1841, soit 39 % du budget de cette année-là (mais les intérêts stricts de la dette à long terme représentaient seulement 10 % du budget)54. Il convient d’ajouter que les amortissements de cette dette à long terme sont, comme on l’a vu, presque inexistants cette année-là et que la dette contractée en vertu de l’emprunt Baring n’est même pas prise en compte.

Tableau 6 : Budget mensuel de l’amortissement et des intérêts de la dette publique en 1841

Émissions de Bons de la dette

Date d’émission

Amortissements

Intérêts

Total

2 000 000*

1821

833

6 666

7 499

25 360 000

1821 à 1834

21 133

126 800

147 933

17 000 000

1837

14 166

85 000

99 166

5 000 000

1840

8 333

25 000

33 333

5 000 000

1840

25 000

25 000

54 360 000

44 465

268 466

312 931

* Il s’agit de la seule émission à 4 %, toutes les autres étant à 6 %.

Source : Budget du département de Hacienda dans ¡Viva la Federación ! Presupuesto General. Sueldos y gastos ordinarios y extraordinarios de la Provincia de Buenos Aires, Imprenta del Estado, Buenos Aires, 1841, p. 22-23. On n’a pas pris en compte les réaux dans ces différents chiffres (le peso était divisé en 8 réaux) ; la somme totale consignée par le document comptable est en réalité de 312 933,2 (312 933,2 x 12 mois = 3 755 199 pesos).

  • 55 Burgin M., Aspectos económicos del federalismo…, op. cit., p. 268.
  • 56 Burgin M., Aspectos económicos del federalismo, op. cit., p. 277.
  • 57 Sur l’inflation et le système monétaire, voir Halperín Donghi T., « Bloqueos, emisiones monetarias (...)

27L’émission de Bons de la dette de 1840 était la dernière faite du gouvernement de Rosas. Ainsi, grâce aux amortissements successifs postérieurs, la dette à long terme non amortie était en 1850 proche de 15 millions de pesos et, logiquement, les Bons de la dette arrivèrent à être au pair à partir du mois de septembre 1846 (en septembre 1848, ils étaient à 101,5 %)55. Rosas, à partir de la défaite de ses ennemis en 1840, avait décidé que l’inflation était plus profitable pour financer les déficits publics que de nouvelles émissions de Bons de la dette. De cette façon, le papier-monnaie mis en circulation pendant les années 1837-1846 atteignit la somme colossale de 110 millions de pesos, contre les 15 millions qui étaient en circulation en 183656. L’inflation, qui affecta beaucoup les rémunérations fixes, toucha très faiblement ceux qui pouvaient jouer avec un système monétaire à trois vitesses : papier-monnaie fiduciaire ; monnaie métallique (on peut établir une distinction entre l’argent utilisé dans les échanges avec l’intérieur, soumis à l’influence de l’argent bolivien, et l’or utilisé dans les échanges avec le Brésil) ; lettres en livres sterling57.

28Après la chute de Rosas en 1852, la province de Buenos Aires, gouvernée maintenant par les « unitaires », les adversaires les plus farouches de l’ancien dictateur, demeura isolée par rapport aux autres provinces de l’ancienne confédération pendant presque dix ans. Le fait de contrôler les revenus du commerce extérieur grâce au port de Buenos Aires donnait à cette province une grande supériorité. Aux moments les plus durs de l’affrontement entre Buenos Aires et les autres provinces, des Bons de la dette furent de nouveau émis. Le budget de 1861 nous montre l’état de la dette publique à long terme (il n’y a pas de renseignements sur la dette à court terme).

  • 58 Registro Oficial del Gobierno de Buenos Aires, juin 1860.
  • 59 Comme dans le cas du tableau 6 précédent, il y une petite différence dans la somme totale – différe (...)
  • 60 Registro Oficial del Gobierno de Buenos Aires, novembre 1860, p. 204.
  • 61 Le montant total de dépenses du budget 1861 était de 93 333 735 pesos papier ; voir Registro Oficia (...)

29La différence entre le montant total de 1840 et celui de 1861 s’élevait à 12 millions de pesos, amortis par la loi du 2 juillet 1858 (le chiffre total d’émissions de Bons de la dette, depuis 1821, était en réalité de 96 360 000 millions de pesos). Selon un document officiel, la somme amortie à partir de la première émission de 1821 atteignait, le 30 juin 1860, 55 millions de pesos – en sus des 12 millions déjà mentionnés58. Le montant total des sommes consacrées aux amortissements et aux intérêts de la dette publique pour l’année 1861 était de 5 855 200 pesos59. Mais il faut aussi prendre en compte le paiement de l’ancien emprunt Baring qui reprend à partir de 1857. Il faut ainsi ajouter 89 615 livres sterling, c’est-à-dire 8 961 500 pesos papier de 186160. Si l’on prend en compte les deux chiffres précédents – plus 220 000 pesos dûs à un particulier –, on atteint un total de 15 millions de pesos, soit 10 % du budget de l’année61 – pourcentage plutôt bas par rapport aux périodes précédentes (même s’il est vrai que l’on ne sait pas grand-chose de la dette à court terme).

  • 62 Registro Oficial del Gobierno de Buenos Aires, novembre 1860, p. 205-206.

Tableau 7 : Budget mensuel de l’amortissement et des intérêts de la dette publique en 186162

Émission de Bons de la dette

Date d’émission

Amortissements

Intérêts

Total

2 000 000*

1821

833

6 666

7 499

40 360 000

1821 à 1840

33 633

201 800

235 433

10 000 000

1856

8 333

50 000

58 333

12 000 000

1858

10 000

60 000

70 000

20 000 000

1859

16 666

100 000

116 666

84 360 000

69 465

418 466

487 931

* Il s’agit de la seule émission à 4 %, toutes les autres étant à 6 %.

  • 63 El Banco de la Nación Argentina en su cincuentenario, Buenos Aires, 1941.
  • 64 En novembre 1861, l’once était à 439 pesos, sa valeur la plus haute depuis 1826.
  • 65 Voir Irigoin A., « Moneda, impuestos e instituciones. La estabilización de la moneda corriente en e (...)

30Cependant, les « libéraux » opposés à Juan Manuel de Rosas ont continué, sans vergogne, la même politique que leur ennemi quant aux émissions de papier-monnaie : le déficit budgétaire a été soldé surtout par des émissions répétées de papier-monnaie inconvertible, et non par des Bons de la dette. En effet, entre 1853 et 1861, ont été mis en circulation 265 millions de pesos (et plus de 185 pour les seules années de 1859-1861, période des affrontements militaires les plus intenses entre Buenos Aires et la confédération)63. Les émissions de Bons de la dette ont été de 52 millions pendant les années 1852-1860. Malgré cela, même si la dépréciation du peso resta inévitable64, l’économie provinciale a plutôt bien supporté le choc65.

31Pendant tout le xixe siècle, les taxes sur le commerce extérieur permirent à cette province de résoudre les difficultés financières dues aux luttes civiles argentines. Tout le mystère de la domination des « porteños » sur leurs frères de l’intérieur réside dans cette situation si singulière. Et elle explique aussi la franche hostilité qu’ont ressentie ces frères à leur égard.

Bibliographie

Álvarez J., Temas de historia económica argentina, Buenos Aires, 1929.

Amaral S., « El descubrimiento de la financiación inflacionaria. Buenos Aires, 1790-1830 », Investigaciones y ensayos, Academia de la Historia, Buenos Aires, 1988.

Amaral S., « Las formas sustitutivas de la moneda metálica en Buenos Aires (1813-1822) », Cuadernos de Numismática, VIII (27), Buenos Aires, 1981.

Ayala Mora E., « La fundación de la república : panorama histórico, 1830-1859 », in Ayala Mora E. (éd.), Nueva Historia del Ecuador, vol. 7, Corporación Editora Nacional/Grijalbo, Quito, 1990.

Barragán R., Tramas sociales y étnicas. El estado boliviano y la ciudad de La Paz en el siglo XIX. 1825-1880, thèse en cours, EHESS, Paris.

Bravo M.C., « El campesinado tucumano : de labradores a cañeros. De la diversificación agraria al monocultivo », Población y Sociedad, 5, Tucumán, 1997.

Burgin M., Aspectos económicos del federalismo argentino, Hachette, Buenos Aires, 1960.

Carmagnani M., « Finanzas y Estado en México, 1820-1880 », dans Jáuregui L. et Serrano Ortega J.A., Las finanzas públicas en los siglos XVIII-XIX, El Colegio de México, Mexico, 1998.

Carmagnani M., Sviluppo industriale e sottosviluppo economico. Il caso cileno (1860-1920), Fondazione Luigi Einaudi, Turin, 1971.

Chiaramonte J.-C., « Finanzas públicas de las provincias del Litoral », Anuario del IEHS, 1, Tandil, 1986, p. 159-198.

Chiaramonte J.-C., Mercaderes del Litoral, Economía y sociedad en la provincia de Corrientes en la primera mitad del siglo XIX, FCE, Buenos Aires, 1991.

Chiaramonte J.-C., Cussianovich G.E., Tedeschi de Brunet S., « Finanzas públicas y política interprovincial : Santa Fe y su dependencia de Buenos Aires en tiempos de Estanislao López », Boletín del Instituto de Historia Argentina y Americana « Dr Emilio Ravignani », 3a. serie, 8, 1993, p. 77-114.

Comín F., Historia de la Hacienda pública, I, Europa, Crítica, Barcelona, 1996.

Converso F.E., « El comercio y las finanzas públicas. Córdoba 1836-1855 », mss., 1988.

Deas M., « Los problemas fiscales en Colombia durante el siglo XIX », El poder y la gramática y otros ensayos sobre historia, política y literatura colombianas, Tercer Mundo Editores, Bogotá, 1993.

Delgado F., « Ingresos fiscales de la provincia de Jujuy (1834-1852) », Data, 2, La Paz, 1992, p. 99-115.

Fuentes Quintana E., « El estilo tributario latino : características principales y problemas de su reforma », Las reformas tributarias en España. Teoría, historia y propuestas, édité par Francisco Comín, Crítica, Barcelone, 1990.

Garavaglia J.-C., « La apoteósis del Leviathán : el Estado en Buenos Aires durante la primera mitad del XIX », Latin American Research Review, 38 (1), Austin, 2003.

Garavaglia J.-C., Les Hommes de la pampa. Une histoire agraire de la campagne de Buenos Aires (1700-1830), Editions de l’EHESS/Maison des sciences de l’homme, Paris, 2000.

Halperín Donghi T., « Bloqueos, emisiones monetarias y precios en el Buenos Aires rosista (1833-1850) », Historia y Promesa. Homenaje a J. Basadre, Lima, 1978.

Halperín Donghi T., Guerra y finanzas en los orígenes del Estado argentino (1791-1850), Editorial de Belgrano, Buenos Aires, 1982.

Hansen E., La moneda agentina, Buenos Aires, 1916.

Irigoin A., « Moneda, impuestos e instituciones. La estabilización de la moneda corriente en el Estado de Buenos Aires durante las décadas de 1850 y 1860 », Anuario del IEHS, 10, Tandil, 1995, p. 189-218.

Irigoin A., « Inconvertible Paper Money, Inflation and Economic Performance in Early Nineteenth Century Argentina », Journal of Latin American Studies, 32, Londres, 2 000.

Marichal C., « Liberalismo y política fiscal : la paradoja argentina, 1820-1862 », Anuario del IEHS, 10, Tandil, 1995, p. 101-122.

Mateo J., « El “redescubrimiento” de la demografía histórica en la historia económica social », dans Anuario del IEHS, 12, Tandil, 1997, p. 35-55.

Meader E., Evolucion demográfica argentina desde 1810 a 1869, EUDEBA, Buenos Aires, 1969.

Murilo de Carvalho J., Un théâtre d’ombres. La politique impériale au Brésil, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, Paris, 1990.

Nicolau J.-C., La reforma económico-financiera en la Provincia de Buenos Aires (1821-1825). Liberalismo y economía, Fundación Banco de la Provincia de Buenos Aires, Buenos Aires, 1988.

Pinto Soria J.-C., « La independencia y la federación (1810-1840) », dans Pérez Brignoli H., Historia general de Centro América, Quinto Centenario/Flacso, Madrid, 1993, tome III.

Pompejano D., La crisi dell’Ancien Régime in America Centrale. Guatemala 1839-1871, Francoangeli, Milan, 1993.

Rosal M.A. et Schmit R., « Del reformismo borbónico al librecomercio : las exportaciones pecuarias del Rio de la Plata (1768-1854) », Boletín del Instituto de Historia Argentina y « Dr Emilio Ravignani », 20, 1999.

Studenski P. et Krooss H., Financial History of the United States, McGraw-Hill, New York, 1963.

Sources imprimées

Diario de Sesiones de la H. Junta de Representantes de la Provincia de Buenos Aires, Buenos Aires, 1827.

El Banco de la Nación Argentina en su cincuentenario, Buenos Aires, 1941.

Registro Oficial del Gobierno de Buenos Aires, Buenos Aires, 1852-1861.

Recopilación de Las Leyes y Decretos promulgados en Buonos Aires desde el 25 de mayo de 1810 hasta fin de diciembre de 1835, Buenos Aires, 1835.

ROPBA Registro Oficial de la Provincia de Buenos Ayres, Buenos Aires, 1821-1851

RORA Rejistro Oficial de la República Argentina…, La República, tome I, Buenos Aires, 1879.

¡Viva la Federación ! Presupuesto General. Sueldos y gastos ordinarios y extraordinarios de la Provincia de Buenos Aires, Imprenta del Estado, Buenos Aires, 1841.

Notes

1 MEXIQUE : Carmagnani Marcello : « Finanzas y Estado en México, 1820-1880 », in Jáuregui L. y Serrano Ortega J.A., Las finanzas públicas en los siglos XVIII-XIX, El Colegio de México, Mexico, 1998 ; BRÉSIL : Murilo de Carvalho J., Un théâtre d’ombres. La politique impériale au Brésil, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, Paris, 1990 ; Chili : Carmagnani Marcello, Sviluppo industriale e sottosviluppo economico. Il caso cileno (1860-1920), Fondazione Luigi Einaudi, Turin, 1971 ; COLOMBIE : Deas M., « Los problemas fiscales en Colombia durante el siglo XIX », in El poder y la gramática y otros ensayos sobre historia, política y literatura colombianas, Tercer Mundo Editores, Bogotá, 1993.

2 Halperín Donghi T., Guerra y finanzas en los orígenes del Estado argentino (1791-1850), Editorial de Belgrano, Buenos Aires, 1982.

3 Sur les États-Unis, voir Studenski P. et Krooss H., Financial History of the United States, McGraw-Hill, New York, 1963 ; le travail cité de E. Fuentes Quintana est « El estilo tributario latino : características principales y problemas de su reforma », in Francisco Comin (éd.), Las reformas tributarias en España. Teoría, historia y propuestas, Crítica, Barcelone, 1990.

4 Registro Oficial de la Provincia de Buenos Ayres, Buenos Aires (dorénavant ROPBA), volume 4, 1825, et Registro Oficial del Gobierno de Buenos Aires, volume 33, 1856.

5 Il s’agit, par ordre de valeur, des peaux (peaux de vaches et de chevaux), de la viande séchée, du suif, de la laine et d’autres sous-produits de l’élevage.

6 Burgin M., Aspectos económicos del federalismo argentino, Hachette, Buenos Aires, 1960, p. 341-342.

7 CORRIENTES, SANTA FE, CÓRDOBA et JUJUY : Meader E., Evolucion demográfica argentina desde 1810 a 1869, Eudeba, Buenos Aires, 1969, p. 38, 42, 45 et 55 ; TUCUMÁN : Bravo M.C., « El campesinado tucumano : de labradores a cañeros. De la diversificación agraria al monocultivo », Población y Sociedad, 5, Tucumán, 1997 ; BUENOS AIRES : Moreno J.-L. et Mateo J., « El “redescubrimiento” de la demografía histórica en la historia económica social », dans Anuario del IEHS, 12, Tandil, 1997, p. 35-55.

8 Les données du tableau 5, concernant le budget de l’année 1841, ont été publiées dans ¡Viva la Federación ! Presupuesto General. Sueldos y gastos ordinarios y extraordinarios de la Provincia de Buenos Aires, Imprenta del Estado, Buenos Aires, 1841.

9 Voir : RÉPUBLIQUE FÉDÉRALE D’AMÉRIQUE CENTRALE : Pinto Soria J.-C., « La independencia y la federación (1810-1840) », dans Pérez Brignoli H., Historia general de Centro América, Quinto Centenario/Flacso, Madrid, 1993, tome III, p. 113 ; GUATEMALA : Pompejano D., La crisi dell’Ancien Régime in America Centrale. Guatemala 1839-1871, Francoangeli, Milan, 1993, p. 23-71 ; BOLIVIE : Barragán R., Tramas sociales y étnicas. El estado boliviano y la ciudad de La Paz en el siglo XIX. 1825-1880, thèse en cours, EHESS, Paris ; ÉQUATEUR : Ayala Mora E., « La fundación de la república : panorama histórico, 1830-1859 », in Ayala Mora E. (éd.), Nueva Historia del Ecuador, vol. 7, Corporación Editora Nacional/Grijalbo, Quito, 1990, p. 157. BRÉSIL : Murilo de Carvalho J., Un théâtre d’ombres…, op. cit.

10 Voir notre travail « La apoteosis del Leviathán : el Estado en Buenos Aires durante la primera mitad del XIX », Latin American Research Review, 38 (1), Austin, 2003, p. 135-168.

11 BUENOS AIRES : Burgin M, Aspectos económicos del federalismo…, op. cit., p. 254 ; ENTRE RÍOS : Chiaramonte J.-C., « Finanzas públicas de las provincias del Litoral », Anuario del IEHS, 1, Tandil, 1986, p. 159-198 ; CORRIENTES : Chiaramonte J.-C., Mercaderes del Litoral, Economía y sociedad en la provincia de Corrientes en la primera mitad del siglo XIX, FCE, Buenos Aires, 1991 ; JUJUY : Delgado F., « Ingresos fiscales de la provincia de Jujuy (1834-1852) », Data, 2, La Paz, 1992, p. 99-115 ; CÓRDOBA : Converso F.E., « El comercio y las finanzas públicas. Córdoba 1836-1855 », mss., 1988 ; SANTA FE : Chiaramonte J. C, Cussianovich G.E., Tedeschi de Brunet S., « Finanzas públicas y politica interprovincial : Santa Fe y su dependencia de Buenos Aires en tiempos de Estanislao López », Boletín del Instituto de Historia Argentina y Ameri-cana « Dr Emilio Ravignani », 3a. serie, 8, 1993, p. 77-114 ; TUCUMÁN : dans Burgin M., Aspectos económicos del federalismo…, op. cit., p. 169-173.

12 Voir Rejistro Oficial de la República Argentina… (dorénavant RORA), La República, tome I, Buenos Aires, 1879, p. 168-169.

13 Probablement sans beaucoup des résultats concrets, cf. la session de l’Assemblée du 26/3/1813, dans RORA, tome I, p. 207.

14 RORA, tome I, p. 180.

15 Voir Garavaglia J.-C., Les Hommes de la pampa. Une histoire agraire de la campagne de Buenos Aires (1700-1830), Editions de l’EHESS/Maison des sciences de l’homme, Paris, 2000, p. 296-324.

16 Il s’agit du premier congrès des députés envoyés par les différentes « provinces » à Buenos Aires.

17 Pour prendre en compte les observations de Alain Guery, il faut préciser exactement les termes du décret de l’Assemblée du 5 juillet 1813 : « 1° L’Assemblée Générale ordonne : les capitalistes des différents classes compris dans l’État doivent avancer la somme de 500 000 pesos à titre de prêt… », « 4° Chaque emprunteur recevra un billet à l’ordre scellé avec le sceau de l’État… » (c’est nous qui soulignons), voir RORA, tome I, p. 223. Il est évident qu’ici le mot « État » a, d’abord et surtout, le sens de « territoire » et, ensuite seulement, celui d’« administration ». Cet emprunt devait être de 500 000 pesos, mais on n’a souscrit que 198 100 pesos ; voir Nicolau J.-C., La reforma económico-financiera en la Provincia de Buenos Aires (1821-1825). Liberalismo y economía, Fundación Banco de la Provincia de Buenos Aires, Buenos Aires, 1988, p. 64-65.

18 Techniquement, ce sont en réalité des bons du Trésor.

19 RORA, tome I, p. 237.

20 Amaral S., « Las formas sustitutivas de la moneda metálica en Buenos Aires (1813-1822) », Cuadernos de Numismática, VIII (27), Buenos Aires, 1981.

21 Il faut se rappeler que, en janvier 1816, on arrive à la suspension des payements de la part de l’État (voir RORA, tome I, p. 343). Il ne faut pas oublier non plus que Buenos Aires est maintenant la seule grande capitale qui continue à être indépendante dans le contexte hispano-américain et que la menace d’une intervention espagnole est très présente.

22 RORA, tome I, p. 413-414, 423-424 et 434.

23 On pouvait payer jusqu’à la moitié des droits d’importation avec ces titres de la dette, l’autre moitié devant l’être en argent comptant (RORA, tome I, p. 413).

24 Hansen E., La moneda agentina, Buenos Aires, 1916, et Amaral S., « Las formas sustitutivas… », op. cit.

25 RORA, tome I, p. 424.

26 En réalité, le décret du 16 septembre 1819, dit « en clase de papel moneda », RORA, tome I, p. 533-534.

27 Les dispositions sur ce sujet ont beaucoup changé durant ces années. Le 24/3/1819, on décide d’inclure aussi les droits d’exportation, mais dans des conditions assez particulières (RORA, tome I, p. 489) ; en août 1819, on change encore, en réduisant à deux sixièmes le montant obligatoire payé en argent pour les droits d’importation (RORA, tome I, p. 523-524). Nouveau changement en avril 1820, RORA, tome I, p. 549 : désormais, seulement un tiers des droits est perçu en argent.

28 L’« officier de la flotte » français inconnu qui rédigea en 1841 l’article tout à fait remarquable de la Revue des Deux Mondes intitulé « Affaires de Buénos-Ayres » avait bien compris la situation quand il évoque la situation des provinces du Río de la Plata : « Chaque État s’efforça d’isoler son existence de celle des autres États, et de former une unité indépendante. C’est un fait que jamais les treize provinces ne constituèrent un tout compact, un corps de nation bien uni et soumis à une loi générale. On les vit seulement s’associer et s’allier partiellement deux à deux, trois à trois, sous l’empire d’un danger commun… La collection des traités et conventions des États en fait foi », p. 354.

29 L’article 2 de la loi électorale du 14 août 1821 dit : « Tout homme libre, naturel du pays ou avec son domicile à Buenos Aires, à partir de l’âge de 20 ans, et même avant s’il était émancipé, pourrait être électeur », voir Recopilación de la Leyes y Decretos promulgados en Buenos Aires desde el 25 de mayo de 1810 hasta fin de diciembre de 1835, Buenos Aires, 1835, p. 173. De fait, sauf les esclaves – autour de 15 % de la population –, la plupart des hommes adultes étaient des électeurs.

30 Sauf l’interruption de 1826-1827 provoquée par la brève aventure présidentielle de Rivadavia.

31 En effet, c’est à partir de 1821 que ce département est organisé avec ses trois divisions fondamentales : la trésorerie, l’agence comptable et les douanes (receptoría) ; cf. ROBPA, août 1821, p. 39-41.

32 ROPBA, octobre 1821, p. 114-116.

33 ROPBA, octobre de 1821, p. 116, note 4.

34 Nicolau J.-C., La reforma económico-financiera…, op. cit., p. 102-104.

35 ROPBA, novembre 1821, p. 148-149.

36 ROPBA, octobre 1821, p. 119-121.

37 Il s’agit très probablement de Théorie de l’économie politique, fondée sur les faits résultant des statistiques de la France et de l’Angleterre, Deterville, Paris, 1815, ou Des systèmes d’économie politique, de la valeur comparative des leurs doctrines et de celle qui paraît la plus favorable aux progrès de la richesse, Treuffel et Würtz, Paris, 2e éd., 1821.

38 La Abeja Argentina, tome I, 1, avril 1822, « De la amortización », p. 12-16, et « Del crédito público », p. 16-20.

39 En 1825, il est fait une nouvelle émission de 260 000 pesos.

40 Le 9 décembre 1824, les armées indépendantistes dirigées par le général Sucre vainquent définitivement les Espagnols à la bataille d’Ayacucho ; à partir de ce moment, seuls Cuba et Puerto Rico vont rester liés à l’Espagne.

41 Nicolau J.-C., La reforma económico-financiera…, op. cit., p. 154-155.

42 Voir Gaceta Mercantil, 1823, 1824, 1826 et 1831.

43 Halperín Donghi T., Guerra y finanzas…, op. cit., p. 156.

44 Le 13 novembre 1827, il y avait en circulation 10 215 639 pesos (voir Diario de Sesiones de la H. Junta de Representantes de la Provincia de Buenos Aires, 1827), et on continue à en émettre, pour arriver à presque 14 millions à la fin de 1828 ; Burgin M., Aspectos económicos del federalismo…, op. cit., p. 96-104.

45 Burgin M., Aspectos económicos del federalismo…, op. cit., p. 101-104.

46 Burgin M., Aspectos económicos del federalismo…, op. cit., p. 213-225.

47 Comme un peu partout en Amérique latine, les groupes politiques du Río de la Plata avaient des positions farouchement antinomiques autour du problème de la constitution d’une république « unitaire » et centraliste d’inspiration française ou d’une république fédéraliste, ou confédérale, de lointaine inspiration nord-américaine.

48 La somme exacte était de 7 053 909, 7, plus 17 835,7 disponibles pour être destinés à l’amortissement ; voir ROPBA, Buenos Aires, janvier 1836.

49 ROPBA, 1er janvier 1837, p. 3-74.

50 Les sources des graphiques sont les suivantes : Exportations : Rosal M.A. et Schmit R., « Del reformismo borbónico al librecomercio : las exportaciones pecuarias del Rio de la Plata (1768-1854) », Boletín del Instituto de Historia Argentina y Ameri-cana « Dr Emilio Ravignani », 20, 1999. Cotation de l’once : Alvarez J., Temas de historia económica argentina, Buenos Aires, 1929.

51 1825-1828 : guerre avec l’Empire brésilien ; 1838-1840 : intervention française ; 1846-1847 : intervention anglo-française.

52 Burgin M., Aspectos económicos del federalismo…, op. cit., p. 267-268.

53 Voir les p. 70-72 du Budget du département de Hacienda dans ¡Viva la Federación ! Presupuesto General…, op. cit.

54 Il faut se rappeler que, en 1840, le Royaume-Uni a consacré 42 % de ses dépenses aux intérêts de la dette publique ; cf. Comín F., Historia de la Hacienda pública, I, Europa, Crítica, Barcelona, 1996, p. 155.

55 Burgin M., Aspectos económicos del federalismo…, op. cit., p. 268.

56 Burgin M., Aspectos económicos del federalismo, op. cit., p. 277.

57 Sur l’inflation et le système monétaire, voir Halperín Donghi T., « Bloqueos, emisiones monetarias y precios en el Buenos Aires rosista (1833-1850) », Historia y Promesa. Homenaje a J. Basadre, Lima, 1978, Amaral S., « El descubrimiento de la financiación inflacionaria. Buenos Aires, 1790-1830 », Investigaciones y ensayos, Academia de la Historia, Buenos Aires, 1988, et Irigoin A., « Inconvertible paper money; Inflation and economic performance in early nineteenth century Argentina », Journal of Latin American Studies, 32, London, 2000.

58 Registro Oficial del Gobierno de Buenos Aires, juin 1860.

59 Comme dans le cas du tableau 6 précédent, il y une petite différence dans la somme totale – différence due aux réaux –, le chiffre mensuel consigné par le document comptable est en réalité de 487 933 pesos, plus deux tiers de réal.

60 Registro Oficial del Gobierno de Buenos Aires, novembre 1860, p. 204.

61 Le montant total de dépenses du budget 1861 était de 93 333 735 pesos papier ; voir Registro Oficial del Gobierno de Buenos Aires, novembre 1860, p. 170.

62 Registro Oficial del Gobierno de Buenos Aires, novembre 1860, p. 205-206.

63 El Banco de la Nación Argentina en su cincuentenario, Buenos Aires, 1941.

64 En novembre 1861, l’once était à 439 pesos, sa valeur la plus haute depuis 1826.

65 Voir Irigoin A., « Moneda, impuestos e instituciones. La estabilización de la moneda corriente en el Estado de Buenos Aires durante las décadas de 1850 y 1860 », Anuario del IEHS, 10, Tandil, 1995, p. 189-218 ; Marichal C., « Liberalismo y política fiscal : la paradoja argentina, 1820-1862 », Anuario del IEHS, 10, Tandil, 1995, p. 101-122.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : Onces en pesos papier 1810-1852
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1842/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Graphique 2 : Peaux de vache [unités] (exportations : 1810-1854)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1842/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 602k

Auteur

Juan Carlos Garavaglia, directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, est l’actuel directeur du Centre d’Études et Recherches sur les Mondes Américains [CERMA/EHESS]. Il a publié : En busca de un tiempo perdido. La economía de Buenos Aires en el país de la abundancia, 1750-1865, Prometeo Libros, Buenos Aires, 2004 (en collaboration avec Raúl O. Fradkin) ; « El despliegue del estado en Buenos Aires : de Rosas a Mitre », Desarrollo Económico, vol. 44, n° 175, Buenos Aires, 2004 ; « Capitalismo agrario en la frontera. Buenos Aires y la región pampeana en el siglo XIX », en collaboration avec Jorge Gelman, Historia Agraria, 29, Murcie, 2003.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search