Version classiqueVersion mobile

La dette publique dans l’histoire

 | 
Jean Andreau
, 
Gérard Béaur
, 
Jean-Yves Grenier

Alternatives : Les sociétés sans dette publique

Endettement public, Trésor impérial et monnaies dans la Chine des xe et xie siècles

Christian Lamouroux

Texte intégral

1Peut-on parler de dette publique dans l’empire chinois ? La réponse, négative, s’impose d’autant plus clairement que l’essentiel des recettes de l’État dynastique provient généralement de l’impôt et des émissions monétaires, un mécanisme conforté par un discours récurrent – un vœu pieux, est-on tenté de dire – appelant l’administration à simplifier ses organes et à réduire ses dépenses ou invitant l’empereur et sa cour à limiter leur train de vie. Pour autant, on sait que la bureaucratie impériale a cherché à accroître ses ressources par des opérations financières dans lesquelles la dette tenait un rôle essentiel. Or, phénomène particulièrement intéressant pour une entreprise comparatiste, l’administration semble surtout avoir régulièrement utilisé le crédit, à l’inverse de ce que nous connaissons en Europe. Très tôt soucieuse de faire obstacle à l’endettement privé qui menaçait en permanence la solvabilité des contribuables, elle s’est faite prêteuse en encaissant régulièrement et massivement les revenus d’un rentier. Peut-on, dans ces conditions, en conclure qu’il n’y a jamais eu d’endettement public ? Il me semble que la Chine a traversé des périodes durant lesquelles l’administration s’est durablement endettée, alors qu’elle ne renonçait pas pour autant à distribuer ses propres prêts. Cette situation atteste qu’existaient d’autres choix, d’autres voies que celle d’un État rentier, et c’est à un de ces moments historiques singuliers qu’est consacrée cette contribution.

2S’il renonce à toute approche de très longue durée, ce travail n’est pourtant pas une étude de cas. Il vise à préciser les conditions dans lesquelles l’organisation bureaucratique a affronté les problèmes du financement de ses activités, au moment même où les fonctionnaires lettrés affirmaient pour la première fois leur hégémonie sur la société et l’État. La dynastie des Song (960-1279) représente ce moment dont nous situerons dans un instant l’importance institutionnelle et politique. C’est alors que différentes voies en matière de financement ont été explorées, que certaines solutions ont été écartées et d’autres durablement adoptées. Afin de fournir quelques repères sur des réalités sans doute assez peu connues, on s’attachera d’abord à rappeler les défis auxquels ont dû faire face les autorités, avant de décrire les circuits et les modes de l’endettement public. On mettra ainsi en lumière les liens financiers existant entre l’administration et les milieux marchands, les rivalités bureaucratiques entre le palais et les administrations du centre et des régions, et le rôle que joue dans ces tensions la monnaie. Celle-ci s’affirme comme un vecteur essentiel de l’autorité de l’État bureaucratique sur les échanges, un outil mis au service de sa volonté de les réguler. Mais elle apparaît tout autant comme un puissant moyen d’accumulation des richesses au service des marchands et, à terme, comme le principal instrument de spoliation aux mains de l’État rentier. Cette approche devrait, croyons-nous, contribuer à mieux éclairer les choix singuliers du financement public dans l’empire chinois.

I. La naissance de l’État bureaucratique et l’« économie de guerre »

  • 1 Sur ces réformes, cf. Jia Yuying, « Lüe lun Song Taizong de guanzhi gaige (Bref examen des réformes (...)
  • 2 Rappelons que la Chine des Song n’est pas divisée en provinces mais en préfectures (zhou, jun, fu), (...)
  • 3 Avec 500 lauréats, le concours de 977, la première année du règne de Taizong, décerne plus de titre (...)

3Alors qu’ils réunifient la Chine des Cinq Dynasties et des Dix Royaumes (907-960), que se sont partagée d’éphémères aristocraties militaires, les Song choisissent de réorganiser l’empire autour d’une bureaucratie civile, dont les premiers éléments remontent à la fondation de l’empire, quelque douze siècles plus tôt. Song Taizong (r. 976-997) entreprend ainsi de restaurer l’autorité de l’administration centrale par une série de réformes institutionnelles. L’historiographie a bien repéré les mesures prises alors1. Elles concernent les trois niveaux d’intervention des organes politiques et administratifs, puisqu’elles tendent à diviser la structure du gouvernement central, à renforcer le pouvoir des intendants fiscaux (zhuanyunshi) dans les circuits administratifs (lu)2, et à instaurer un système centralisé de nomination des préfets et des sous-préfets. Au centre, le souverain exerce directement son autorité sur les trois instances qui se partagent les pouvoirs administratifs, militaires et financiers, répartis respectivement entre le Secrétariat central (Zhongshu), la Cour des affaires militaires (Shumiyuan) et la Commission des finances (Sansi). Dans les régions, les intendants fiscaux, nommés par le centre, sont désormais seuls habilités à contrôler les finances des circuits. Enfin, la gestion des échelons de base que sont les préfectures et les sous-préfectures est régulièrement confiée à des fonctionnaires nommés par le centre sur des affectations temporaires (chaiqian). Ces évolutions institutionnelles s’appuient sur le renouvellement massif du personnel civil que rend possible le développement spectaculaire des examens3.

  • 4 D’une littérature abondante, on retiendra, pour éclairer les principaux enjeux politiques lors de l (...)
  • 5 Ce quasi-tribut annuel est de 200 000 coupons de soieries et de 100 000 onces d’argent.

4Cette politique de consolidation et de redéploiement de l’autorité civile entraîne bien évidemment de fortes tensions avec les militaires4. Celles-ci sont d’autant plus sensibles que les premiers Song doivent impérativement s’appuyer sur leurs armées pour réunifier le territoire et assurer sa défense face au puissant voisin, l’empire kitan des Liao (916-1123), qui a étendu sa domination sur les terres septentrionales de l’ancien empire des Tang (618-907). Les rêves irrédentistes des trois premiers empereurs Song conduisent à des affrontements réguliers qui aboutissent en janvier 1005 à une paix signée « sous les murailles », alors que la cavalerie kitan menace directement la capitale impériale des Song, Kaifeng. Si humiliant que soit le traité qui prévoit le versement d’un tribut annuel aux Liao, il assure à la dynastie une stabilisation définitive de son pouvoir5.

  • 6 Les guerres contre les Tangut commencent vers 1038 et s’achèvent en 1044 par un traité qui impose a (...)
  • 7 C’est l’expression de Shigabe Shizuo, cité par Paul Smith, « Shen-Tung’s Reign (1068-1085) », manus (...)

5La fin des affrontements ne marque pas pour autant une réduction des dépenses. Dès le milieu des années 1030, les crues catastrophiques du fleuve Jaune, dont le lit commence à divaguer – ce qui entraînera d’incessants changements de cours qui ravageront les régions de la grande plaine du Nord jusqu’à la fin de la dynastie –, une nouvelle guerre (cette fois face aux Tangut), suivie d’une nouvelle humiliation, compromettent toute tentative de redressement financier6. À la fin de la décennie 1040, les Mémorandums comptables (kuaiji lu), dont la compilation vise à présenter une synthèse des recettes et des dépenses de l’État, révèlent un déséquilibre budgétaire chronique. Condamnés à maintenir une paix armée, les Song soutiennent de fait une véritable « économie de guerre » : en 1065, les chiffres officiels attestent que les dépenses de défense engloutissent 50 des 60 millions de ligatures de recettes (83 %)7.

  • 8 Sur les problèmes de manipulation, cf. Winston Lo, An Introduction to the Civil Service of Sung Chi (...)

6La situation apparaît d’autant plus critique que la dynastie doit faire face à un autre grand poste de dépense : les fonctionnaires surnuméraires (rongguan). Soucieux de s’assurer la loyauté des élites et de renouveler tant bien que mal le personnel des administrations, les Song ont choisi de rémunérer les non-titulaires d’un poste, en fonction du grade que leur assure la réussite aux examens. À partir des années 1040, ce sous-emploi des fonctionnaires atteint tous les niveaux de la structure bureaucratique, ce qui entraîne des manipulations de la gestion des personnels, un népotisme et un clientélisme que dénoncent bien évidemment les contemporains8. Cette situation encourage Renzong (r. 1022-1063) à accepter une première politique de réformes systématiques en 1044. Ces réformes, qui visent à renforcer le potentiel militaire et à renouveler l’appareil administratif, ne durent que quelques mois et ne touchent qu’indirectement aux finances publiques.

  • 9 Sur ce délicat problème de l’approvisionnement en chevaux, cf. Paul Smith, Taxing Heaven’s Storehou (...)

7À l’avènement de l’empereur Shenzong (r. 1067-1086), les coffres ont été vidés par les deux enterrements de Renzong et de Yingzong (r. 1063-1067), morts à quatre ans d’intervalle, et la situation militaire reste préoccupante. Depuis 1063, les attaques répétées de la dynastie tangut des Xi-Xia (1032-1227) menacent directement le système d’approvisionnement des Song en chevaux de guerre9. Le jeune Shenzong, résolu à mettre un terme aux humiliations répétées que les barbares infligent régulièrement à ses garnisons, appelle auprès de lui des réformateurs. Persuadé qu’avant même de reprendre les armes il faut régler les problèmes financiers, Wang Anshi (1021-1086), leur chef de file, élabore une nouvelle politique que caractérise un activisme économique sans précédent de la part de l’État. Cette politique, que l’empereur conduira lui-même après le départ de Wang en 1076, poursuit deux objectifs : limiter, à l’aide d’une nouvelle organisation financière, la mainmise des « accapareurs » sur les richesses, entendons les grandes familles privilégiées et les grands marchands ; mener, grâce aux ressources dégagées par cette lutte, une réforme de la fonction publique. L’échec de cette politique, qui est abandonnée à la mort de l’empereur, le déchaînement des luttes entre factions qui s’ensuit expliquent, aux yeux de l’historiographie classique, l’affaiblissement de la dynastie et sa chute dans les années vingt du xiie siècle. Les Song du Nord, face à la nouvelle puissance jurchen qui a vaincu les Liao et fondé la dynastie des Jin (1115-1234), doivent abandonner en 1127 la grande plaine au nord du Yangzi et deviennent les Song du Sud.

  • 10 On a pu calculer que 300 millions de ligatures ont été fondues sous les Song du Nord, soit une moye (...)
  • 11 J’ai déjà abordé le rôle des certificats de thé du point de vue de l’intégration financière de la r (...)

8Si schématique soit-elle, notre description a mis volontairement l’accent sur deux aspects des réalités financières du xie siècle : d’une part, des dépenses toujours plus lourdes qu’entraînent l’« économie de guerre » et le développement des institutions bureaucratiques, deux phénomènes que dénonçaient déjà les contemporains ; d’autre part, la conscience de devoir réformer et innover pour faire face aux menaces extérieures et pour consolider, à l’intérieur, le pouvoir de nouvelles élites. Durant cette période, les finances publiques restent au cœur des débats politiques, et leur transformation constitue la matière même de plusieurs réformes. Ces politiques réformistes s’appuient en particulier sur la multiplication des moyens monétaires qui caractérise l’essor de l’économie marchande depuis la fin des Tang. À partir de 1024, le premier papier-monnaie émis par l’État circule à côté de monnaies de cuivre et de fer, dont la fonte atteindra des volumes sans précédent lors des grandes réformes des années 107010. Or, si la circulation de cette monnaie de papier est limitée au seul Sichuan, où elle a été créée et développée par les milieux marchands, d’autres papiers circulent officiellement dans l’empire bien avant cette date. Ces papiers de crédit, garantis par le sel et le thé des monopoles publics, sont utilisés par l’administration dans le cadre des livraisons avantageuses (ruzhong) qu’assurent les réseaux marchands. Leur apparition et leur évolution jusque dans les années 1070 constituent le sujet même de cette contribution11.

II. Endettement public et réseaux commerciaux : le cas du Shaanxi

9Retrouver les éléments d’une histoire de l’endettement public suppose de rendre compte de processus et d’événements au cours desquels les différents niveaux financiers, ceux du centre, des régions et des préfectures, se sont en permanence agencés et réorganisés. Il est dès lors nécessaire, me semble-t-il, de privilégier une approche régionale. J’ai choisi d’étudier le Shaanxi (les circuits de Qinfeng et Yongxing, cf. carte) pour les trois raisons suivantes.

  • 12 Dès l’achèvement de la conquête du Hedong au début de 979, l’empereur Song Taizong avait lancé une (...)
  • 13 Sur la situation militaire et administrative du Shaanxi durant le xie siècle, on dispose d’une mono (...)

10Ancien centre de l’empire des Han et des Tang, qui y avaient installé leur capitale impériale Chang’an (l’actuel Xi’an), le Shaanxi est devenu sous les Song la zone militaire et stratégique la plus excentrée, sur la frontière du Nord-Ouest, face aux puissantes populations tangut. La question de l’approvisionnement des armées du Shaanxi se pose en fait dès 982, alors que des révoltes y éclatent à la faveur des difficultés militaires dans lesquelles se débattent les Song aux prises avec les Liao12. Convaincu à la suite de plusieurs défaites militaires qu’il doit renoncer à l’idée de recouvrer les anciens territoires des Tang, Song Taizong met en place une défense stratégique dans les « Trois Circuits » (Sanlu) du Nord : il s’agit de combattre les Liao dans le Hebei (Hebei et nord du Shandong actuels) et le Hedong (Shanxi actuel), tout en contenant les Tangut dans le Shaanxi. Dès lors, les Song doivent assurer la présence permanente d’importantes garnisons dans ces régions et donc trouver les moyens de financer l’entretien des troupes13.

Territoire administratif des Song du Nord (Principales préfectures impliquées dans la circulation des certificats et des licences de thé et de sel)

Territoire administratif des Song du Nord (Principales préfectures impliquées dans la circulation des certificats et des licences de thé et de sel)
  • 14 Sur la situation monétaire du Sichuan, cf. Christophe Schifferli, « Le système monétaire au Sichuan (...)

11Une autre caractéristique intéressante pour nous est la capacité du Shaanxi à maintenir, du fait de sa position géographique et de son ancienne centralité, des relations économiques et financières privilégiées avec le Sichuan voisin, dont les richesses considérables sont en grande partie transférées vers le centre – en particulier le Trésor impérial (Neizangku) – depuis sa conquête par les Song en 96514. C’est au demeurant pour faciliter ces transferts de richesses que la cour impose un monnayage de fer au seul Sichuan dès la fin du xe siècle, des monnaies de fer qui circuleront également officiellement au Shaanxi à partir de 1041. Cette évolution est d’ailleurs à rattacher à la dernière particularité qui explique notre choix : le Shaanxi fut en quelque sorte le véritable laboratoire de la première réforme de 1044. En effet, plusieurs des promoteurs de cette nouvelle politique furent aux affaires dans la région lors de la difficile période de la guerre au début des années 1040. On a donc beaucoup écrit sur la région, et les sources y sont plus bavardes qu’ailleurs.

  • 15 C’est le bilan qu’en dresse, quelques décennies plus tard, l’historien Sima Guang, Sushui jiwen (Ch (...)

12Au Shaanxi, les problèmes logistiques sont particulièrement sensibles. Il faut assurer l’approvisionnement en céréales et en fourrage malgré un faible peuplement et des lignes de communication très étirées. Plusieurs moyens sont utilisés pour consolider cette zone. L’administration impose le transfert de l’impôt (zhiyi), c’est-à-dire qu’elle recourt à des corvées, à des réquisitions ou à la location de main-d’œuvre, d’animaux et de voitures, et contraint les contribuables à livrer l’impôt, encore largement versé en nature, dans des préfectures qu’elle désigne selon les besoins. Les résultats de cette politique sont calamiteux : les populations refusent de fournir contributions et corvées, elles se révoltent ou s’enfuient, et l’administration doit recourir à des méthodes d’exception qui « ne dépendaient plus des procédures ordinaires », si bien que « les pertes en vies humaines et en animaux s’élevèrent à huit ou neuf pour dix15 ».

  • 16 Liu Chang, « Xianzu Mokanfu jun jiazhuan (Biographie familiale de mon ancêtre, maître du Bureau des (...)
  • 17 Sur ces premières réglementations et l’ensemble des sources disponibles sur le sujet, cf. Guo Zheng (...)
  • 18 Xu Song, Song huiyao jigao (Recueil des documents administratifs des Song, désormais SHY), Shihuo 6 (...)

13Parallèlement à ces méthodes, ruineuses pour la population et difficiles à imposer durablement du fait de leur brutalité, les autorités imaginent d’autres mesures. C’est le système des livraisons avantageuses, une pratique des Cinq Dynasties que Liu Shi (949-997) propose de reprendre. Il demande qu’« on laisse les marchands accéder aux profits du thé et du sel, de façon à ce que [leurs activités] couvrent le Hebei et le Guanzhong. L’État pourra ainsi accroître ses taxes, et les moyens financiers seront en suffisance16 ». En 986, alors que l’empereur engage sa dernière grande offensive contre les Liao, un édit instaure une « réglementation sur les commutations avantageuses (zhebo fa) » qui met en œuvre pour un an les recommandations de Liu dans le cadre de l’approvisionnement militaire des frontières17. Le mécanisme est simple. L’administration remet aux marchands qui livrent leurs grains et leur fourrage sur les frontières des certificats dont la valeur varie en fonction de l’éloignement des préfectures. Ces papiers permettent au porteur qui se rend à la capitale de se faire payer en monnaies ou de demander à l’administration centrale une licence lui permettant de retirer du thé ou du sel dans les comptoirs officiels des régions de production. Ce document autorise la commercialisation dans des zones précises, puisque le sel et le thé restent soumis à de stricts monopoles publics. En 989, une « réglementation sur les commutations équitables (zhezhong fa) » est arrêtée. Elle prévoit que « les marchands sont seulement autorisés à échanger leurs céréales au prix du moment », et limite le transfert à un million de dan de grains18. Assortie de clauses visant à empêcher l’enrichissement personnel des fonctionnaires, cette réglementation instaure un nouveau dispositif qui associe les finances publiques et celles des marchands : les licences sont également délivrées pour des versements en métaux précieux, en monnaies de bronze ou en soieries, à la capitale et dans les comptoirs publics situés dans les zones de production du sel et du thé. L’ensemble du dispositif d’achat à crédit est dès lors en place pour l’essentiel. Je me propose d’abord d’éclairer la première phase de son histoire. Pendant environ un demi-siècle, deux traits caractérisent en effet les évolutions : la centralisation du système et sa monétarisation. Mais, avant de suivre ces évolutions, sans doute faut-il essayer de préciser l’importance de ces achats.

III. L’importance du système des livraisons

14Est-il possible de chiffrer la part que ces systèmes de crédit gagés sur le sel et le thé représentent dans les budgets de l’administration ? Même si plusieurs auteurs ont réuni les données disponibles sur les résultats comptables des monopoles, ces statistiques, ponctuelles et très globales, ne sont guère éloquentes de notre point de vue puisqu’elles ne permettent pas de distinguer la part relative aux livraisons avantageuses, en particulier pour le sel.

  • 19 Wang Shengduo, Liang-Song caizheng shi (Histoire des finances publiques sous les Song), Zhonghua sh (...)
  • 20 Guo Zhengzhong, Songdai yanye…, op. cit., p. 696, donne les chiffres suivants : 22 245 800 ligature (...)
  • 21 Les chiffres donnés par Wang Shengduo sont les suivants : 2 850 000 ligatures en 997 ; 1 500 000 en (...)
  • 22 Li Tao, Xu Zizhi tongjian changbian (Compilation faisant suite au Miroir pour l’aide au gouvernemen (...)

15Pour les thés du Sud, les seuls concernés par les livraisons avantageuses, Wang Shengduo a récemment complété les données collectées par Hua Shan19. Quatre de ces chiffres peuvent être recoupés avec les recettes totales annuelles de l’administration auxquelles se réfère Guo Zhengzhong pour le sel20. La part des revenus du thé dans les recettes totales de l’administration passerait de 13,5 % en 997 à 5 % en 1015, remonterait à 12,5 % en 1021 pour retomber à 4,3 % après 105421. Les variations sont si fortes qu’elles jettent quelque doute sur la validité des données. Notons d’ailleurs que certains chiffres relatifs aux résultats financiers, destinés à alimenter les débats sur le changement de réglementation sur le thé en 1005, sont difficilement utilisables. D’après ces données, les recettes assurées par l’ancienne réglementation auraient été de 5 690 000 ligatures en 1004, mais ce chiffre correspond, si je comprends bien, aux « prix nominaux » des licences et non aux bénéfices nets, dont les chiffres sont donnés pour les années 1006 et 1007 – respectivement 4 100 000 et 2 850 000 ligatures –, alors qu’est en vigueur une nouvelle réglementation22. On remarque enfin que les chiffres absolus des recettes du thé décroissent sensiblement à partir de 1015, alors que les chiffres absolus des revenus de l’État augmentent régulièrement. Le thé du Sud-Est générerait donc de moins en moins de revenus avant l’abandon du monopole en 1059.

  • 23 SHY/SH 4/1 et XZCB, j. 50, p. 1093-1094 (cité par Jiang Tianjian, « Bei-Song Xibei yuanbian… », p.  (...)
  • 24 XZCB, j. 51, p. 1115.
  • 25 XZCB, j. 54, p. 1186. Liang Ding demande la révocation de l’intendant Liu Zong, en constatant que l (...)

16Quoi qu’il en soit, plusieurs indices indiquent que les livraisons dans le Shaanxi sont devenues indispensables à partir du tout début du xie siècle. Certains fonctionnaires proposent encore et toujours des augmentations d’impôts, assorties du transfert physique des versements fiscaux, ou encore l’instauration de colonies militaires dans lesquelles, sur le modèle de l’Antiquité, les hommes sont tour à tour soldats et paysans. Si les livraisons ne sont alors qu’une option parmi d’autres, elles sont fréquemment mises en œuvre. En 1001, par exemple, l’intendant fiscal du Shaanxi Liu Zong (dat. inc.) met en garde contre la tentation ruineuse de recourir aux livraisons payables en sel et en thé23. D’après lui, dans la mesure où l’impôt est insuffisant, l’institution de colonies serait apte à répondre aux besoins annuels de la préfecture militaire de Zhenrongjun. Or, d’après les sources, à peine deux mois plus tard, c’est malgré tout la solution des livraisons avantageuses qui a été retenue puisqu’un administrateur général (tongpan) est nommé dans la préfecture de Yuanzhou dont dépendent les approvisionnements de Zhenrongjun, « du fait de la fréquence des opérations de livraison de céréales et de fourrage24 ». L’année suivante, Liang Ding (955-1006), le commissaire aux dépenses (duzhishi), est incapable d’imposer le strict monopole du sel de Xiezhou et l’augmentation des impôts qui lui semblent nécessaires pour couvrir des dépenses estimées à 705 000 ligatures de monnaies. Il apparaît alors à l’administration que, si elle souhaite un dispositif efficace pour se procurer des grains et des monnaies, il lui faut utiliser le sel du monopole pour rémunérer les livraisons des marchands25. C’est bien ce qu’on constate également au même moment pour le thé, puisqu’il apparaît nécessaire en 1005 de réorganiser complètement la réglementation pour maintenir une collaboration active avec les marchands. À défaut de pouvoir estimer précisément leur part exacte dans les recettes de l’État, on peut donc raisonnablement penser qu’au tournant du siècle les livraisons sont d’ores et déjà considérées par les autorités comme un dispositif performant et indispensable aux finances publiques.

IV. La centralisation du système des livraisons et les tensions financières

17À en croire le premier bilan qu’en dresse l’administration cinq mois seulement après la signature du traité de paix de 1005, les mesures relatives aux livraisons avantageuses semblent avoir été prises dans l’urgence, tout comme les méthodes de prédation évoquées plus haut. Leur application a été placée de fait sous le contrôle des autorités régionales. La situation financière du système est catastrophique et impose une réforme, ce qu’est précisément censé justifier ce texte :

  • 26 Le prix moyen du dou (mesure d’environ 10 litres) aurait été compris entre 30 et 70 de pièces duran (...)

« Depuis les affrontements sur les deux frontières [avec les Liao et les Tangut], les garnisons militaires n’avaient cessé de se multiplier, et l’approvisionnement des troupes en campagne reposait sur des transactions avantageuses (boyi). À partir du moment où les autorités s’employèrent à valoriser les prix des marchandises, les livraisons au Hebei s’effectuèrent par voie d’eau. Il y eut aussi du fret terrestre depuis la capitale sur les distances plus courtes. Au titre de ces livraisons avantageuses, [le prix d’] un dou était en gros augmenté de 65 pièces pour les céréales et de 45 pièces pour le fourrage des chevaux. Comme le retour depuis les marches de l’Ouest était long et inquiétant du fait de la traversée des déserts, que le transport du fret était particulièrement difficile, le prix du dou de millet dans le cadre des tarifs des livraisons avantageuses atteignit plus de 1 000 pièces à Lingzhou, et il ne fut sans doute pas inférieur à plusieurs centaines de pièces dans les autres préfectures26. Aux prix des marchés sur les frontières, on ajoutait un bonus (jiatai) à la livraison. Les prix n’étaient pas fixés, et dans tous les cas c’est l’intendant fiscal qui tranchait au vu de l’urgence de la situation. Si le prix que l’on devait retirer du millet était de 750 pièces, on recevait un certificat (jiaoyin) de 1 000 pièces voire le double, soit 2 000 pièces. Tout dépendait de la nécessité, et on fut très généreux avec les richesses du Sud. Initialement, les marchands considéraient le sel comme une priorité, aussi se précipitaient-ils pour aller [dans le Sud], mais les interdictions sur le sel du Jiang-Huai une fois instaurées, on recourut davantage au thé : si on devait recevoir entre quinze ou seize ligatures et vingt ligatures, on se voyait donner cent ligatures avec le bonus. S’ajoutait encore le supplément pour « déperdition officielle » (guanhao) qui variait selon les endroits.

  • 27 XZCB, j. 60, p. 1335-1336.

Parmi ceux qui acheminaient des grains sur les frontières, il n’y avait pas que des marchands itinérants (xingshang), il y avait généralement des commerçants locaux qui, aussitôt en possession de certificats, se rendaient tout spécialement dans les préfectures actives et importantes pour les vendre. Ceux qui les achetaient n’étaient guère nombreux à se rendre à la capitale. À la capitale, des marchands avaient ouvert des maisons de certificats (jiaoyin pu). Ils étaient rattachés nominalement au Bureau des monopoles (quehuowu), et les détenteurs de certificats s’y rassemblaient. Si c’étaient des marchands itinérants, les maisons leur servaient de garants, et ils se rendaient au Bureau des monopoles de la capitale où ils obtenaient en échange leurs monnaies ou bien des licences contre lesquelles du thé leur serait remis dans les préfectures du Sud. Si ce n’étaient pas des marchands itinérants, les maisons leur achetaient leurs certificats pour les revendre aux marchands de thé. Une fois la paix instaurée et les armées démobilisées, les activités de stockage sur les frontières se trouvèrent plutôt ralenties et les prix baissèrent, alors que les sommes nominales inscrites sur les certificats accordés par l’administration n’avaient pas encore changé. Comme le thé avait remplacé le sel, et que le volume des thés achetés par l’administration ne couvrait pas celui qu’elle avait octroyé, les certificats s’entassèrent, et l’acquisition du thé par les marchands en fut différée de plusieurs années. À la capitale, les certificats avaient de moins en moins de valeur, si bien qu’en retombant au niveau des prix réels des céréales et du fourrage livrés, ils n’offraient plus le moindre bénéfice, ni à l’administration ni aux marchands privés27 ».

  • 28 C’est le cas de Guo Zhengzhong, dans sa monumentale histoire économique du sel.
  • 29 C’est ce que fait Jiang Xidong dans son livre Songdai shangye xinyong yanjiu (Recherches sur le cré (...)

18Il est d’autant plus facile de repérer les aspects financiers du dispositif qu’un texte comme celui-ci met l’accent sur eux. Les sources imposent des catégories auxquelles il est évidemment très important de rester attentif : le système des livraisons est ainsi envisagé sous l’aspect commercial des procédures d’achats publics (hedi) et des paiements différés (shemai). En analysant le crédit, l’historiographie contemporaine met surtout en avant le dynamisme des pratiques commerciales privées ou l’activisme économique de la bureaucratie. Que leur sensibilité les conduise à dénoncer dans le crédit la mainmise sclérosante de la bureaucratie sur le commerce28 ou qu’elle les amène au contraire à y voir une méthode rationnelle de gestion, mise judicieusement en œuvre par l’administration dans sa lutte contre des marchands accusés d’accaparer les ressources de l’empire29, les historiens contemporains ne s’attardent pas sur l’endettement public sous-jacent à la réglementation. Ces multiples opérations de crédit sont d’abord des opérations commerciales.

19S’il est, somme toute, raisonnable de partir de ce point, il faut néanmoins s’interroger, dans la perspective qui est la nôtre, sur deux ordres de faits. On doit comprendre comment, d’une part, la réglementation a favorisé et organisé la multiplicité de ces paiements différés, qui se trouvent directement à l’origine de la crise de 1005, et comment, d’autre part, cette crise a fourni à la Commission des finances l’occasion, après une décennie au moins d’affrontements, d’imposer une réforme susceptible de mettre cet endettement au service de sa politique de centralisation. Examinons tour à tour ces deux niveaux.

20Du point de vue de la réglementation, plusieurs points me semblent importants à souligner. Premièrement, le cadre formel des opérations semble plus contraignant pour les autorités que pour les marchands. Ceux-ci ont la liberté de refuser leurs livraisons dès lors qu’ils ne sont plus assurés d’en tirer un bénéfice, alors que l’administration, si elle veut de son côté éviter la rupture, n’a d’autre choix que de se plier à la logique du profit des marchands. Même si les autorités se réservent le droit de décider des zones et de la nature des livraisons, le choix des lieux de remboursement – capitale ou zone de production – reste ouvert pour les marchands, qui peuvent surtout décider du moment de présentation de leur papier. Au demeurant, autant qu’un facteur de souplesse, le flou qui entoure les délais de paiements constitue un maillon faible, voire à long terme un obstacle à l’établissement de rapports contractuels clairs entre prêteur et emprunteur.

21Notons ensuite que, derrière cette logique générale, les intérêts divergent aussi bien entre les marchands qu’au sein de l’administration. Il y a des commerçants locaux, obligés de céder au plus vite leurs licences du fait de la faiblesse de leurs moyens et de leurs activités, des marchands à long rayon, capables de négocier ces papiers et d’immobiliser des fonds importants avant de les renégocier à la capitale ou dans les préfectures du Sud, des gros marchands de place qui tiennent à la capitale des maisons commerciales enregistrées auprès de l’administration des monopoles, assez puissants pour garantir les transactions à la capitale et servir d’intermédiaires auprès des marchands de thé ou de sel. Quant aux autorités, le texte indique clairement que la valeur des licences était laissée à l’appréciation des intendances fiscales du Nord, en fonction de leurs « besoins », besoins « généreusement » couverts par les richesses des préfectures du Sud ou, en cas de règlements en monnaies, par l’administration centrale. En d’autres termes, la région frontalière finance certaines de ses opérations sur un emprunt, que les marchands arbitrent en fonction de leurs intérêts. Le contrat ainsi passé est honoré par le centre : soit qu’il paie directement, soit qu’il garantisse le nantissement grâce au sel ou au thé qu’il contrôle dans les régions productrices.

22Dans ces conditions, la crise qui éclate au tout début du xie siècle se manifeste sous de multiples aspects. En début de chaîne, sur les frontières, le stockage des céréales se ralentit après la fin des hostilités, et les transactions aussi. Si les gros marchands avaient jusque-là racheté à bas prix les certificats aux marchands locaux, désormais ces papiers s’entassent et se dévalorisent puisqu’il faut attendre plusieurs années pour être servi. En effet, à l’autre bout, c’est une crise des paiements, une banqueroute : l’écart entre la valeur nominale des papiers et les prix des céréales sur les frontières, qui assurait aux marchands de gros profits en sel, en thé ou en monnaies, a entraîné en se creusant une demande qui excède les moyens disponibles : le volume du thé détenu par l’administration du monopole ne suffit plus à honorer les certificats, et les caisses centrales se vident. Il faut donc, pour que le système survive à la période de guerre qui l’a vu naître, offrir aux marchands les bases d’un nouveau contrat et réorganiser les relations entre les différents niveaux administratifs. C’est là l’occasion, pour l’administration centrale, d’imposer ses règles.

  • 30 Wei Tai, Dongxuan bilu (Notes du cabinet oriental), j. 12, Zhonghua shuju, Pékin, 1997, p. 136. Une (...)

23Dès 995, les premières mesures prises dans la décennie 980 pour développer les livraisons avaient été raffinées par le commissaire aux Finances Chen Shu (946-1004). Réputé pour sa politique de renforcement des finances centrales, Chen passe pour être l’auteur de la réglementation dite des « Trois Propositions (Sanshuo fa) » grâce à laquelle les autorités centrales auraient fixé la rétribution des mar-chands en fonction des distances parcourues et des risques encourus. Pour arriver à un résultat satisfaisant pour les deux parties, Chen a consulté plusieurs dizaines de marchands, dont une autre source affirme qu’ils sont à l’origine des « Trois Propositions30 ». Cette présence des marchands dans le processus même de mise en forme des règlements suggère des compromis et la recherche d’un équilibre entre partenaires. Il faut surtout noter que les négociations ont lieu au centre, sans consultation des échelons régionaux qui contrôlaient les tarifs en fonction de leurs « besoins ». La meilleure des descriptions du système attribué à Chen est sans nul doute celle que retrace Shen Gua (1031-1095), lui-même commissaire aux Finances entre 1075 et 1077 :

  • 31 Shen Gua, Mengqi bitan (Notes du Ruisseau des rêves), éd. Hu Daojing, Zhonghua shuju, Hong Kong, 19 (...)

« Lorsque j’étais à la Commission des finances, je me suis procuré les archives relatives aux “Trois Propositions”. L’expression désigne trois opérations : les “achats par transactions avantageuses” représentent une proposition, les “achats à crédit” une autre, et le change simple une autre. On parle d’ “achats par transactions avantageuses” pour les céréales et le fourrage des zones frontières les plus reculées. Comme on voulait absolument que les recettes annuelles de céréales et de fourrage remplissent les quotas réguliers, la Commission des finances adressait chaque année les chiffres aux magasins et entrepôts, et, une fois que ceux-ci avaient mis en réserve des espèces métalliques, des billets de change et des certificats de thé classés “urgent” (ces billets de change désignaient ceux des places avantageuses pour les marchands, le long des voies fluviales, et les certificats ceux des trois intendances et des plantations supérieures), on lançait un appel à livraisons. On parle d’ “achats à crédit” pour les céréales et le fourrage des zones frontières de deuxième ligne. Les marchands y livraient d’abord des céréales et du fourrage, puis se rendaient à la capitale où ils touchaient les billets de change et les licences de thé classés “lent” ou des marchandises diverses (ces billets de change désignent ceux des places le long des routes, là où les échanges de marchandises ne sont pas avantageux, et les certificats de thé ceux des trois intendances et des plantations inférieures). Avec le “change simple”, les marchands versaient sur les frontières des espèces métalliques qu’ils récupéraient ensuite à la capitale. La priorité des “Trois Propositions” allait aux “achats par transactions avantageuses” : une fois que ces chiffres avaient été atteints, on autorisait les “achats à crédit” et le “change simple”. De cette façon, les marchands rivalisaient entre eux pour être les premiers à se rendre dans les zones frontières les plus reculées et y effectuer les “achats par transactions avantageuses”. En conséquence, il y avait en permanence assez de céréales sur les frontières d’abord, et les grains n’étaient pas dispersés à la suite d’une répartition entre les commanderies. Les prix ne pouvaient pas s’envoler et les recettes fiscales étaient importantes dans les différents circuits31 ».

24En plus du différentiel de valeur en fonction des distances, qu’attestent les autres sources, Shen souligne les avantages accordés sur les délais et les lieux de nantissement. Au demeurant, les deux avantages se confortent : les livraisons les plus difficiles sont payées plus, plus vite et sur des places à plus fort trafic commercial. Il faut aussi remarquer que le dispositif de change simple, sur le modèle de la « monnaie volante » des Tang, est toujours en place. Nous aurons à en reparler.

  • 32 SHY/SH 23/24-25, cf. Sun Mian, « Qi fang Jiangnan Jinghu shang yan shu (Mémoire demandant l’ouvertu (...)

25Comment couvrir à la fois les « besoins » des frontières et ceux de l’administration centrale, sans que les prix s’envolent ? Faut-il mobiliser les marchands en renonçant aux monopoles ? Ces questions restent en suspens jusqu’au tournant du siècle. Entre 995 et 1005, une partie de l’administration est toujours tentée de défendre les privilèges des monopoles publics du thé et du sel qui garantissent des revenus, alors que, pour d’autres fonctionnaires, l’ouverture aux marchands de territoires jusque-là réservés aux monopoles publics permettrait de développer efficacement le système des livraisons sur les frontières. En fait, les positions ne sont pas arrêtées. En 996, Chen Shu met autant de fermeté à défendre une régie commerciale du sel concédée aux marchands dans neuf préfectures du Jiang-Huai, une des principales régions productrices, qu’il en mettra à réfuter en 1001 une proposition analogue que soumet Sun Mian (dat. inc.) à propos des régions situées au sud du Yangzi ! En désaccord avec Sun, qui se plaît à imaginer un doublement des revenus du sel sur un ou deux ans, le temps pour les marchands de mettre sur les marchés le sel ou le thé qu’ils ont payés d’avance32, Chen souligne que l’ouverture de nouvelles zones aux marchands dans le cadre de l’approvisionnement des frontières aurait des conséquences néfastes sur l’ensemble de l’organisation financière de l’empire, en particulier sur les moyens monétaires dont disposent le Sud et la capitale :

« Dans les revenus fiscaux des territoires du Jiang[nan] et du [Jing]hu, même s’il y a beaucoup de céréales et de soieries, la monnaie reste rare. Chaque année, on achète du thé qui entre dans le monopole, on achète du cuivre pour fondre des monnaies, on ajuste par des achats les quantités de grains pour augmenter les livraisons et on équilibre avec de l’or et de l’argent, de façon à satisfaire aux versements du Tribut, si bien que chaque avantage de la capitale est payé par les terres du Sud. Si l’on veut mettre un nom sur les ressources, ce sont en fait les revenus monétaires tirés du sel qui contribuent [à ces dépenses].

  • 33 SHY/SH 23/26 (QSW, vol. 3, p. 367).

[…] Les marchands privés ne circuleront qu’à condition que l’administration cesse de vendre le sel. Si l’administration interrompt la vente du sel, qu’elle établit un quota fiscal annuel et qu’en outre les marchands itinérants acquittent ces droits, ce sera vraiment parfait. Mais comment les marchands privés consentiront-ils à livrer leurs grains sur les frontières si dans le Jiang[nan] et le [Jing]hu les autorités vendent encore du sel ? S’ils prennent le risque de livrer leurs propres marchandises, qu’ils se procurent le sel de l’administration et qu’ils le transfèrent d’abord dans le Jiang[nan] et le [Jing]hu, il faut que l’administration et les marchands privés ajustent leur commerce. […] Si les deux circuits, ceux de l’administration et des marchands, sont en permanence en contradiction, l’administration perdra ses bénéfices et les marchands seront en difficulté. Espérer que les marchands livreront leurs grains sans qu’on interrompe aussitôt la vente [du sel de monopole] est une utopie, de même qu’est utopique l’espoir de ne pas perdre de recettes fiscales s’ils livrent leurs céréales33 ».

26En d’autres termes, Chen, s’il n’est pas hostile a priori à une politique de régie commerciale, cherche à maintenir deux priorités : mobiliser efficacement les marchands pour répondre à une situation d’urgence sur les frontières du Nord, sans pour autant que cette mobilisation nuise aux recettes fiscales. Les avances en monnaies ou en nature consenties par les marchands ne peuvent donc plus simplement constituer un expédient au service du dispositif militaire. Elles constituent un instrument financier durable, qui modifie l’architecture générale des finances publiques. Il n’est donc pas surprenant qu’en 1002 l’approvisionnement des frontières soit placé sous la responsabilité directe de la Commission des finances qui, jusqu’à cette date, ne recevait que des comptes rendus d’exécution au titre des « comptabilités extérieures » (waiji). Pour surmonter la crise de 1005, l’administration décide de préserver le principe incitatif du système, les bonus garantis aux marchands, alors même qu’il est à l’origine directe de la banqueroute. Voici les solutions adoptées par le vice-commissaire des Monopoles Lin Te (dat. inc.), qui lui aussi a consulté les marchands :

  • 34 XZCB, j. 60, p. 1336.

« À ceux qui verseront à la capitale de l’or, de l’argent, des brocarts ou des soieries pour une valeur de 50 ligatures de monnaies, on donnera 100 ligatures effectives de thé. Dans le cas de versements de métaux précieux, de soieries, de fourrage ou de céréales dans le Hebei, la règle sera la même qu’à la capitale, sinon qu’on augmentera de 10 ligatures de thé sur la ligne frontière, et de 5 ligatures dans la zone frontalière de deuxième ligne. Sur la ligne frontière et dans la zone frontalière de deuxième ligne du Hedong, il en ira de même avec des augmentations respectives de 8 et de 6 ligatures. Sur la ligne frontière du Shaanxi, ce sera identique, avec une augmentation de 15 ligatures, et dans la zone frontalière de deuxième ligne il y aura une augmentation analogue à celle de la ligne frontière du Hebei. Pour les livraisons effectuées dans les territoires rapprochés de ces trois circuits, on donnera ce qui sera accordé à la capitale34. »

  • 35 XZCB, j. 85, p. 1936-1937.

27Si l’architecture générale reste la même, il est clair que l’administration centrale se réserve cette fois le droit exclusif de fixer les tarifs des livraisons. Toute référence aux « besoins » des intendances fiscales a disparu et, du même coup, ces organes régionaux n’ont plus le pouvoir de modifier les prix pour attirer à eux les livraisons. Ce souci de centralisation se retrouve dans une autre règle, censée simplifier les procédures de perception des taxes commerciales sur les trajets empruntés par les marchandises : à partir d’une date que l’on situe mal, l’ensemble de ces taxes doivent être versées à la capitale après enregistrement dans les divers octrois35.

28Ces principes une fois redéfinis, leur mise en œuvre est nécessairement conditionnée par la réponse apportée en 1005 à la banqueroute. Si les autorités souhaitent préserver leur partenariat avec les marchands, la sortie de la crise doit se faire sans spoliation ni violence. Les grandes lignes de cette politique, telles que les révèle un extrait d’une chronique, à l’année 1015, ont été les suivantes : redonner une couverture aux papiers en circulation grâce à un étalement des paiements sur cinq ans et à la limitation des parts de thé ou de sel, compensés par d’autres produits ; réduire les dépenses et augmenter les recettes fiscales liées aux trafics commerciaux ; répartir équitablement entre les localités le thé pour pouvoir répondre à la demande des marchands. Fort heureusement, le texte précise aussi les effets de la mise en œuvre de cette politique :

« Le thé qui était perçu dans les bureaux [régionaux] des Monopoles fut distribué équitablement entre les localités, et les certificats furent classés par ordre d’arrivée dans les comptoirs et les bureaux. Les grands marchands s’informaient pour connaître les meilleurs endroits, et du matin au soir leurs commis apportaient des certificats aux administrations, aussi furent-ils servis les premiers.

  • 36 Ibid.

Les petits marchands qui étaient déjà en difficulté depuis l’instauration du monopole sur le sel du Huainan furent encore moins capables de circuler eux-mêmes. Durant trois ou quatre ans, les autorités considérèrent que la capitale avait un pressant besoin de monnaies. Les marchands qui détenaient depuis longtemps des certificats se voyaient verser la marchandise dès leur arrivée dans les comptoirs ou les bureaux, mais parfois on leur fixait un délai, soit de quelques mois soit de cent jours. S’ils se présentaient après ce délai, on leur imposait de nouveau un versement supplémentaire de deux dixièmes ad valorem en monnaies métalliques, qu’on a appelé « versement contributif » (tiena). Généralement, les gros marchands pouvaient respecter les délais, alors que les petits les ignoraient ou n’avaient pas les moyens d’acquitter la contribution supplémentaire. Malgré eux, les petits vendaient [leurs certificats] à bas prix aux gros. Comme les administrations recherchaient ce qui favorisait les transferts de ressources (yiyong), en l’espace d’une année il y eut plus d’une dizaine de changements dans les notifications administratives. Cela a attisé la méfiance des marchands qui, inquiets, n’ont pas effectué de versement36 ».

29Contrairement à la citation précédente qui définissait un programme, ce texte se présente comme un compte rendu critique. C’est déjà un bilan, celui des difficultés rencontrées par cette nouvelle réglementation. Deux points essentiels retiendront ici notre attention. D’abord, malgré le renforcement de la centralisation, les administrations locales tirent toujours profit des opérations. Dès lors que les autorités centrales imposent des pénalités afin de régler la circulation des papiers, de maîtriser les paiements ou d’attirer davantage de monnaies vers la capitale qui en a un « pressant besoin », seuls les comptoirs et les bureaux locaux sont de fait capables de faire respecter les délais de dépôt des licences pour le retrait du sel ou du thé. À ce titre, l’administration locale bénéficie du « versement contributif », ce qui signifie que le versement initial pour l’obtention des licences peut se doubler d’un autre versement. Cet arbitrage en faveur de l’administration correspond donc à une pénalité financière pour les porteurs de licences. Or, et c’est le second point, il y a inégalité entre les marchands : seuls les gros marchands peuvent de fait échapper à ces pénalités grâce à leurs informations ou les supporter grâce à leur trésorerie. En pénalisant les petits porteurs, dispersés dans tout l’empire, ces procédures permettent à l’administration de réduire le nombre de ses partenaires et de mieux les contrôler, ce qui tend à conforter la centralisation mais autorise, dans le même temps, les manipulations par les autorités locales.

30Au demeurant, alors que celles-ci sont désormais privées du droit de fixer les « bonus » qu’elles accordaient en fonction de leurs « besoins », elles sont à même, dit le texte, de mettre les notifications administratives au service des « transferts de ressources », une procédure que les intendances fiscales utilisent pour compenser déficits et surplus entre les préfectures de leur circuit. Si, comme je le comprends, les administrations locales adaptent les « versements contributifs » à leurs « besoins », elles sont donc encore capables d’utiliser à leur profit la réglementation. Elles la mettent même en danger, si l’on en croit les autorités centrales qui prennent plusieurs ordonnances pour interdire les « versements contributifs » injustifiés. En fait, d’autres facteurs minent le système. Plusieurs années d’excellentes récoltes entre 1008 et 1016 garantissent des céréales abondantes et bon marché, ce qui incite les autorités, même si elles maintiennent les livraisons avantageuses, à privilégier des « achats harmonieux », c’est-à-dire des achats publics de grains moins coûteux et payés en espèces métalliques. Par ailleurs, comme Chen Shu l’indiquait, il faut bien que les gros marchands aient la certitude de pouvoir commercialiser les denrées de monopoles pour accorder leur confiance dans les papiers mis en circulation. Or, sans surprise, les intérêts des autorités et des marchands s’opposent en permanence, alors que les productions du thé du Sud-Est et du sel de Xiezhou ont sensiblement augmenté.

  • 37 Toghto (Tuotuo), Songshi (Histoire officielle des Song, désormais SS), Zhonghua shuju, Pékin, 1977, (...)
  • 38 Depuis 1005, il est interdit aux marchands de sel de Xiezhou de circuler dans les zones au sud du S (...)
  • 39 C’est la conclusion de Jiang Tianjian (Bei-Song Xibei…, p. 167), qui s’appuie sur les chiffres que (...)

31Les gros marchands, qui dominent le marché, déplorent la mauvaise qualité du thé qu’ils laissent s’accumuler dans les magasins du monopole37, tandis que l’espace de libre commercialisation du sel de Xiezhou se réduit à mesure que l’administration cherche à protéger de toute concurrence son sel de mer dans le Sud38. Si les certificats ne rapportent plus, ils s’accumulent en même temps que les stocks de thé ou de sel et, immanquablement, se dévalorisent. De crainte de voir les gros marchands provoquer une nouvelle banqueroute, les autorités décident le rachat des certificats dévalués à un prix supérieur à celui du marché – 19 ligatures pour les papiers de 100 ligatures –, voire au prix même du marché durant quelques mois en 1014, soit 12 ligatures pour les certificats avec bonus et 11 ligatures pour ceux qui n’en comportent pas. En 1017, la valeur des certificats de 100 ligatures est tombée à 8 ou 9 ligatures, des prix auxquels l’administration rachète à nouveau ses propres papiers, grâce à 300 000 ligatures débloquées par le Trésor impérial. En somme, la centralisation a abouti à une nouvelle crise. Dès lors, le maintien en l’état de la réglementation jusqu’au début des années 1020 s’explique-t-il vraiment par les revenus réguliers qu’elle est censée assurer, comme on l’affirme parfois39 ? En fait, l’argument financier semble peser moins lourd que l’argument politique. En pensant au chaleureux plaidoyer de Ding Wei (966-1037) en faveur de Lin Te, on est plutôt enclin à conclure que la connivence de Ding et de Lin au sein de la toute-puissante clique des « Cinq Démons » explique largement l’absence de toute réforme. On est d’autant plus tenté de le penser que la réglementation ne survivra guère à la disparition de leur protecteur, l’empereur Zhenzong, qui meurt en 1022.

V. La monétarisation du système des livraisons et le trésor impérial

  • 40 Robert Hartwell, « The evolution of the early Northern Sung monetary system, A.D. 960-1025 », Journ (...)

32À partir des dernières années du règne de Zhenzong, la monnaie, qui a très tôt rempli son rôle d’étalon dans le cadre des livraisons, semble de plus en plus impliquée comme moyen de paiement. Cette chronologie n’est guère surprenante dans la mesure où l’on a pu dire que le système monétaire des Song se stabilise vers 1025, grâce à une division en deux zones : monnaie de fer et papier-monnaie au Sichuan, sapèques de bronze dans le reste de l’empire40. D’une part, les monnaies de l’administration centrale sont régulièrement mobilisées pour racheter des bons dont la valeur s’effondre ; d’autre part, les transactions se paient de plus en plus en monnaies, comme l’exige la nouvelle réglementation des paiements en « espèces » (xianqian fa) élaborée en 1023 par Li Zi (dat. inc.) et appliquée au Shaanxi. Or, avant même cette réforme, les autorités avaient officiellement souhaité utiliser la monnaie pour limiter la flambée des prix. En 1018, la Commission des finances déposait déjà cette requête :

  • 41 XZCB, j. 92, p. 2128-2129.

« Pour toutes les livraisons de céréales dans le Shaanxi, nous demandons de nous référer aux normes du Hebei. Chaque volume de grains ou de fourrage aura son prix augmenté, et on donnera un certificat au pro rata de la somme effective. Une fois à la capitale, ce certificat sera payé en espèces monétaires. Si on souhaite recevoir une licence pour un nantissement en thé, celle-ci sera donnée conformément au montant monétaire réel. On ordonnera aux bureaux [régionaux] des Monopoles de délivrer le thé au prix du marché en percevant des ligatures. Il leur est interdit d’allouer du thé en utilisant des certificats de céréales ou de fourrage41 ».

  • 42 XZCB, j. 100, p. 2315, SS, j. 183, p. 4484. Définie par la pensée savante dès les ive-iiie siècles (...)
  • 43 Ces malversations sont évoquées par Jiang Xidong (Songdai shangye…, op. cit., p. 64-65), qui signal (...)

33À la suite de cette demande, un édit accorda « pour chaque versement de 100 ligatures une licence de thé augmentée de 5 ligatures » et « suivit la requête pour le reste ». Grâce à la monnaie, les transactions entre les marchandises sont donc cette fois clairement découplées les unes des autres. Ces procédures préparaient le terrain à la réglementation de Li Zi, puisque c’est ce principe de base qu’il reprend en 1023, en portant simplement le bonus initial de 5 % à 3 % et 7 %, en fonction des distances parcourues pour livrer sur les frontières. Dès lors, pour les marchands, « il est impossible de faire jouer la loi de la valeur » entre les marchandises, ce qui permet de « mettre un terme aux abus des prix nominaux42 » et laisse croire, sans doute un peu vite, aux autorités qu’elles ont davantage de prise sur les prix. Les marchands, de leur côté, semblent peu favorables à des règles qui signifient la disparition des bonus sur les marchandises, et débouchent donc sur une perte financière structurelle, sans compter que, d’après certaines victimes, la difficulté pour l’administration de disposer d’espèces métalliques favorise les retards voire les malversations de sa part : faute de monnaies, les fonctionnaires donnent moins, et certains ne paient même pas43.

  • 44 XZCB, j. 118, p. 2773 et 2781. Li Zi avait entre-temps perdu ses responsabilités.
  • 45 Cf. Guo Zhengzhong, Songdai yanye…, op. cit., p. 917-919.

34Cependant, malgré cette opposition et ces difficultés, la nouvelle réglementation apparaît comme la solution la moins mauvaise dans le cadre des régies commerciales auxquelles sont associés les marchands. Si l’on n’a malheureusement plus que la trace d’un plaidoyer du vice-commissaire aux Dépenses Yang Jie (dat. inc.), qui aurait détaillé en 1036 les « douze avantages » du système pour le thé, on sait que ce dispositif est étendu la même année au Hebei, après une redéfinition de la réglementation par Li Zi44. En tout état de cause, ces règles sur le thé resteront en vigueur dans le Shaanxi jusqu’au milieu des années 1050, avant les nouvelles dispositions de Xue Xiang (1016-1081) sur les achats publics payés au comptant et la disparition complète du monopole du thé du Sud-Est en 1059. Quant au monopole du sel de Xiezhou, il est progressivement assoupli avec l’ouverture au commerce privé de plusieurs territoires nouveaux, une mesure qui précède l’abandon provisoire du monopole entre 1030 et 104045. Ces évolutions laissent penser que l’affirmation du rôle de la monnaie dans le système, même si les fonctionnaires insistent avec complaisance sur la réduction des profits qu’elle implique pour les marchands, autorise de nouveaux compromis entre les partenaires. C’est ce qui explique, semble-t-il, la longévité de la réglementation des paiements en espèces.

  • 46 SHY/SH 36/15.

35La monétarisation permet non seulement de dissocier les paiements des transactions, mais aussi de relocaliser les paiements eux-mêmes, et donc d’attirer officiellement de nouveaux partenaires commerciaux. En 1020, on avait déjà autorisé les marchands qui livraient à Qinzhou à se rendre dans le Sichuan pour se faire payer en espèces46. Sans doute s’agissait-il de transactions limitées, voire d’une simple reconnaissance officielle de pratiques antérieures : après tout, il n’est pas impossible que la grogne de certains marchands ne fût que la traduction d’un réel dépit devant l’arrivée officielle de concurrents puissants et entreprenants, susceptibles de profiter des règles nouvelles. L’affaire se précise au demeurant au 3e mois de 1026 :

  • 47 SHY/SH 36/19. Le délai de trois ans correspond à la durée de validité des billets monétaires.

« L’intendance du Shaanxi considère que les cinq préfectures de Yanzhou, Weizhou, Huanzhou, Qingzhou et Zhenrongjun sont les plus proches de la frontière et manquent régulièrement de céréales et de fourrage. Or les marchands qui se font payer leurs livraisons en allant à la capitale ont des difficultés à en rapporter des marchandises, et dans le même temps des quantités énormes d’argent public sont versées par le bureau des Monopoles. L’intendance demande l’autorisation suivante : les marchands qui auront livré leurs céréales dans les cinq préfectures susmentionnées, selon des règles analogues à celles de Qinzhou, recevront à Yizhou, dans le Sichuan, des espèces métalliques ou des billets, et on les laissera effectuer ces retraits à leur convenance. On attendra que les livraisons atteignent les quantités planifiées de céréales et de fourrage, et on pourra, sur la période de trois années, interrompre au moment voulu les livraisons47 ».

36On ne peut être plus explicite. L’administration régionale, relayée à l’échelon local par un des préfets concernés, souhaite faciliter les liens commerciaux et financiers entre les deux régions. Elle propose donc d’intégrer le marché des certificats aux échanges entre Shaanxi et Sichuan, et d’inciter ainsi les opérateurs du Shaanxi à diversifier leurs lieux de paiement. La décision, si elle reste en deçà de la requête, confirme néanmoins la tendance :

  • 48 SHY/SH 36/19-20.

« On autorisera seulement les marchands à effectuer des livraisons dans la seule préfecture de Weizhou. S’ils souhaitent retirer des espèces métalliques à la capitale, alors, conformément à l’édit relatif aux nouvelles réglementations du 5e mois de 1023, la préfecture remplira les certificats envoyés par l’administration centrale, et les lui retournera en les attribuant aux marchands qui les apporteront jusqu’au bureau des Monopoles de la capitale pour y retirer des espèces métalliques ; s’ils souhaitent retirer des monnaies de fer sur le territoire du Sichuan, alors, conformément aux dispositions pour le remboursement des livraisons de céréales et de fourrage en vigueur avant la réforme, la préfecture leur délivrera des bons pour des montants conformes aux normes des livraisons de Qinzhou, et les marchands retireront pour leur usage des monnaies de fer ou des billets dans les préfectures de Yizhou, de Jiazhou ou de Qiongzhou dans le Sichuan48 ».

37La raison invoquée, depuis les requêtes jusqu’à l’édit, est claire : éviter de vider de leurs monnaies les coffres de la capitale ou des intendances fiscales, et donc mobiliser de nouveaux moyens, grâce à l’espace monétaire particulier du Sichuan avec son fer et son papier-monnaie, pratiques et peu chers. Mais, bien évidemment, cette mobilisation dépend de l’intérêt qu’ont les marchands à livrer. Si l’on conçoit sans difficulté qu’il ait été particulièrement avantageux pour des marchands du Shaanxi, et plus généralement du Nord, de se faire payer au Sichuan pour en rapporter ses soieries, son thé, ses plantes médicinales, à l’inverse on peut s’interroger sur les motivations des marchands du Sichuan. Pourquoi ceux-ci auraient-ils pris le risque d’accepter des certificats de livraison payables dans leurs propres monnaies, alors que chez eux précisément le thé et le sel étaient librement commercialisés ?

  • 49 En 1027, le préfet de Yizhou (Chengdu), Xue Kui, fait adopter une mesure mettant fin à la taxation (...)
  • 50 Citation extraite du Jiaqing Sichuan tongzhi (Monographie générale du Sichuan à l’époque Jiaqing), (...)
  • 51 Tao Jinsheng, Song-Liao guanxi shi yanjiu (Recherches sur l’histoire des relations entre les Song e (...)

38Au-delà des liens anciens entre les deux régions, deux facteurs au moins semblent avoir fait coïncider le dessein des autorités avec les intérêts et les pratiques de ces marchands. La singularité du Sichuan sur le plan monétaire nuisait à la fluidité de ses échanges commerciaux avec le reste de l’empire où circulaient des monnaies de bronze. Dès lors, pour les marchands sichuanais, la décision de l’administration d’affecter à leur région une petite part du paiement des livraisons représentait d’abord une opportunité d’élargir leur territoire commercial en profitant des avantages du système officiel. Ensuite, les marchands du Sichuan étaient engagés dans un commerce régulier de l’argent. D’une part, le métal était avec les soieries l’un des principaux instruments mobilisés dans leurs échanges avec les autres régions. D’autre part, la pression sur la demande d’argent était d’autant plus forte au Sichuan que les autorités centrales, qui n’avaient que faire des ligatures de fer et du papier-monnaie, imposaient souvent le versement intégral ou partiel en or et en argent de plusieurs commutations fiscales, ce qui maintenait d’ailleurs un prix élevé des métaux49. Dans ces conditions, « les marchands se rendaient à la capitale et au Shaanxi pour acheter de l’argent et le rapporter50 ». Le Shaanxi était en effet la route obligée pour accéder aux stocks d’argent que les Song livraient annuellement en tribut aux Liao depuis la paix de 1005, et dont 50 % à 60 % revenaient dans l’empire, précisément contre les soieries et le thé que le Sichuan pouvait fournir en abondance51.

  • 52 On trouve l’ensemble des mesures prises dans XZCB, j. 118, p. 2781.

39Si la diversification des lieux de paiement vise à éviter de trop fortes ponctions sur les réserves monétaires du centre, elle n’est pas la seule réponse apportée. Les marchands obtiennent d’abord un retour partiel à des paiements en denrées des monopoles. Toujours en 1026, les autorités du Shaanxi sont habilitées à « remettre des certificats avec lesquels les marchands se rendent directement dans le Sud-Est pour retirer du thé au tarif de 111 ligatures de thé pour 100 ligatures versées. Aussi les marchands se disputent-ils ces certificats, sans plus verser de fonds à la capitale52 ». L’intensification des liens interrégionaux officiels entre marchands se traduit par une réduction de leurs versements au profit desdites réserves du centre : la réduction des sorties implique la diminution des recettes. Il faut donc rétablir la balance. En 1036, Li Zi supprime la concession faite aux marchands en leur interdisant désormais de se rendre directement dans le Sud-Est sans passer par Kaifeng. Pourtant, le nouveau texte réglementaire établit un autre compromis : il accorde aux marchands la possibilité de ne verser que la moitié de la somme initiale, à condition de présenter un registre avec des garants responsables de l’acquittement du solde dans un délai de six mois, les retardataires voyant doubler la somme due. L’assouplissement des procédures se confirme encore par la disparition des privilèges des maisons de certificats de la capitale : les marchands du Nord peuvent se rendre directement au bureau des Monopoles, sans être obligés de demander leur intercession.

  • 53 XZCB, j. 135, p. 3215, cité par Guo Zhengzhong, Songdai yanye…, op. cit., p. 919.
  • 54 XZCB, j. 141, p. 3390.

40Avec les conflits qui ravagent à nouveau le Shaanxi à partir de 1038, les prix des denrées de monopole s’effondrent encore et toujours à cause du système des bonus. Contraintes de mobiliser tous les revenus disponibles dans l’effort de guerre, les autorités rétablissent d’abord le monopole du sel de Xiezhou au printemps 1040, avant de revenir en 1041 à une régie commerciale qui octroie de gros avantages aux marchands : pour des livraisons de grains et de fourrage, ils reçoivent des bons qui leur permettent de retirer au bureau des Monopoles de la capitale des monnaies, de l’or ou de l’argent, alors que, pour toute autre livraison, ils se voient rétribués avec des licences les autorisant à retirer du sel qu’ils peuvent commercialiser. La situation est vite catastrophique : une fois encore les prix s’envolent, le sel est bradé, car « les marchands rusés et les commerçants madrés profitent des opportunités pour réaliser des bénéfices ; ils s’entendent comme larrons avec les commis des préfectures53 ». Dès 1042, et jusqu’en 1048, le strict monopole est rétabli, ce qui bride les échanges sans résoudre pour autant les problèmes : les marchands en relation avec les bureaux des Monopoles sont à peine une centaine, et contribuent donc fort peu à l’approvisionnement des troupes, constate le chef de file des réformateurs, Fan Zhongyan (989-1052)54. Fan, qui exerce un ascendant direct sur les affaires du Shaanxi en 1043, ne renonce pas à l’usage des certificats de paiement. Il souhaite d’ailleurs compléter le dispositif par l’attribution de titres dans la fonction publique en guise de dédommagement pour les familles riches qui, sans être de statut marchand, ont livré leurs grains. Dans ces conditions, l’administration n’a d’autre choix que de demander l’aide massive du Trésor impérial. Le Trésor est désormais sollicité régulièrement pour couvrir directement les besoins des 400 000 hommes des troupes impériales engagées dans les combats avec les Tangut. Le commissaire aux Finances Zhang Fangping (1007-1091) dresse au début de 1048 le bilan comptable suivant :

  • 55 Cet euphémisme désigne les versements annuels tributaires aux Liao et aux Xi-Xia.
  • 56 Entre 1040 et 1041, l’administration met en circulation dans le Shaanxi des grosses pièces de cuivr (...)
  • 57 Zhang Fangping, « Lun guoji chuna shi (Sur les recettes et les dépenses de l’État) », QSW, vol. 19, (...)

« Les impôts et taxes de la région ne suffisaient pas à couvrir les dépenses. On fit appel aux marchands pour qu’ils livrent des grains et du fourrage. Le commissariat aux Dépenses les remboursait en monnaies et en soieries : compte tenu des règles sur les bonus, les prix étaient en gros multipliés par trois. Du fait de cette réglementation, le sel, le thé ou l’alun étaient bradés, et les bénéfices tirés de ces produits s’évanouirent. Tous les inconvénients retombaient sur les autorités. À partir de 1043, on augmenta les dons faits au Nord-Ouest en argent et en soieries55, le nombre de fonctionnaires en surnuméraire, civils et militaires, au centre et dans les régions, ne cessa d’augmenter, si bien que les ressources de la Commission des finances ne suffirent plus. Au sixième mois de 1042, une sainte grâce de l’empereur octroya exceptionnellement sur son Trésor un million d’onces d’argent et deux millions de coupons de soie grège, et en plus elle accorda une remise intégrale des dettes en monnaies et soieries contractées auparavant auprès du Trésor. Au huitième mois de 1043, on bénéficia à nouveau d’un don gracieux du Trésor impérial de trois millions de coupons de soieries et soies grèges. Avec ces six millions de coupons et d’onces en soieries et en métaux, cela fit une dépense de douze millions de ligatures de monnaies. En 1045, on a envoyé en plus 100 000 ligatures de gros de bronze56 qui avaient été fondus au Jiangnan, soit 1 100 000 ligatures de sapèques, qui sont aujourd’hui, moins de cinq ans après, complètement épuisées à la suite du gonflement des dépenses. En définitive, les approvisionnements sont couverts chaque année par la contribution régulière de près de trois millions de ligatures de monnaies que le Trésor impérial accorde à la Commission des finances pour ses dépenses, et la mobilisation des monnaies et des marchandises des différents circuits administratifs57 ».

  • 58 SHY/SH 39/19.
  • 59 XZCB, j. 67, p. 1497.

41La contribution du Trésor est constante et multiple, puisque ses secours viennent s’ajouter aux fonds qu’il accorde toujours à la Commission pour payer les « achats harmonieux » durant le conflit. En 1043, par exemple, les 800 000 ligatures que la Commission emprunte au Trésor couvrent ces achats dans le Shaanxi, une somme qu’elle s’engage à « rembourser conformément aux chiffres, une fois que les fonds auront été transférés depuis le Sud58 ». Comme en passant, parce que c’est sans doute une évidence, les textes laissent entendre que les allocations versées à la Commission par le Trésor impérial sont d’abord des prêts que seule une « sainte grâce » de l’empereur peut transformer en dons. La pratique est ancienne et régulière, puisqu’on sait que « le prêt annuel d’un à trois millions » que le Trésor avait accordé à la Commission entre 990 et 1017 fut effacé cette année-là devant son incapacité à rembourser sa dette59. Autrement dit, le soutien financier du Trésor dépend aussi des faveurs de l’empereur, et donc de rivalités bureaucratiques qu’il faut évoquer maintenant.

  • 60 Wang Shengduo, « Songchao licai tizhi you Sansi dao Hubu de bianqian (L’évolution du système financ (...)
  • 61 Su Che, « Shang huangdi shu (Essai soumis à l’empereur) », Luancheng ji (Recueil de la cité de Luan(...)

42Sans trop entrer dans le détail de l’organisation des finances publiques, on peut rappeler ici que deux institutions, la Commission des finances et le Trésor impérial, se partageaient la gestion des finances publiques au niveau central depuis le début de la dynastie. La Commission a représenté, on l’a dit, l’un des trois pôles de la centralisation administrative au sortir des désordres et de la division du xe siècle. Elle a organisé la reprise en main des ressources régionales et préfectorales par l’administration civile, en privant les militaires de toute autonomie financière60. Le contrôle des recettes et des dépenses qu’elle devait exercer sur toutes les administrations était en principe si précis qu’un contemporain a pu affirmer que : « Malgré l’immensité de l’empire, la plus petite des dépenses est obligatoirement comptabilisée par la Commission des finances61 ». Cette autorité se fondait clairement sur son autonomie vis-à-vis de l’exécutif politique, que représentait le Secrétariat central (Zhongshu), et du pouvoir militaire, détenu par la Cour des affaires militaires (Shumiyuan). Dès lors, il lui fallait prendre appui sur l’autre force du pouvoir exécutif, l’empereur et son palais, dont le Trésor impérial constituait l’organe financier.

  • 62 Li Weiguo, « Lun Songdai Neiku de diwei he zuoyong (Sur la situation et le rôle du Trésor impérial (...)

43Le Trésor avait été explicitement institué par le fondateur de la dynastie pour permettre de couvrir des dépenses exceptionnelles, en particulier celles qu’il souhaitait engager pour reconquérir les territoires du Nord soumis aux Liao. Alimenté d’abord par les butins que les armées impériales transféraient depuis les royaumes conquis, le Trésor se vit allouer régulièrement des fonds propres, en particulier les surplus des recettes annuelles ou les monnaies nouvellement fondues, dont une part était reversée à la Commission. Pour s’en tenir aux organismes impliqués dans le système des livraisons, on peut ainsi remarquer que deux décisions vinrent renforcer son contrôle sur le bureau des Monopoles : en 1004, on ordonna au bureau de reverser au Trésor l’or et l’argent qui y étaient déposés, puis en 1006 le Trésor de gauche (Zuozang ku), la réserve de l’administration, dut reverser au Trésor l’équivalent monétaire des soies et des soieries que le bureau y déposait. Le Trésor devint, à partir de la paix de 1005, un véritable fonds de réserve, capable de donner à l’empereur le moyen de financer l’administration sous la forme de prêts, et donc de la contrôler62.

  • 63 Outre Wang Shenduo, « Songchao licai tizhi… », art. cit., cf. Li Weiguo, « Lun Bei-Song de tiju zhu (...)
  • 64 Cheng Minsheng, « Lun Songdai caizheng de tedian yu jipin de jiaxiang » (« Les particularités des f (...)

44Dominée par le palais, la Commission des finances était en fait incapable de rassembler l’ensemble des informations relatives aux différents budgets. Les découpages institutionnels, que dénonçaient les contemporains eux-mêmes, le secret dont était entouré le Trésor impérial, l’absence de coordination – en partie voulue pour interdire une trop forte concentration des pouvoirs – interdisaient à l’administration de procéder à une évaluation correcte de l’état des finances publiques, et donc d’assurer une gestion réellement centralisée des ressources de l’empire63. Dans ces conditions, on en est arrivé aujourd’hui à se demander si les déficits chroniques que mentionne régulièrement la Commission ne reflètent pas d’abord sa dépendance financière64. Quoi qu’il en soit, on peut raisonnablement penser que la Commission cherchait à s’opposer à toute politique susceptible d’affaiblir ses positions. Ainsi, en 1049, n’hésite-t-elle pas à relier la situation difficile de l’après-guerre à l’application de la réglementation sur les paiements en espèces. Pour elle, en effet, depuis cette période, les symptômes sont les mêmes : la pression financière épuise les réserves du Trésor… et ruine la Commission des finances :

  • 65 XZCB, j. 165, p. 3976.

« Depuis que la réglementation des paiements en espèces est appliquée, la capitale reçoit peu de monnaies et en débourse beaucoup. En 1047, les recettes en ligatures de monnaies du bureau des Monopoles ont été de 1 190 000 et les dépenses de 2 760 000. Sur la base de cette évaluation, il est à craindre que les ressources soient insuffisantes65 ».

  • 66 Le tableau, principalement basé sur les éléments fournis par Umehara (« Songdai de neizang… »), op. (...)

45En tout état de cause, quelques données chiffrées viennent conforter ce diagnostic général. Le tableau 1, présenté en annexe, rend compte des variations du soutien financier accordé par le Trésor impérial aux circuits du Nord et à la Commission des finances, jusqu’à la disparition de celle-ci en 108266. On restera prudent puisque les sources utilisées n’indiquent pas forcément toutes les interventions du Trésor, et surtout parce que les allocations ne sont pas intégralement dévolues au soutien du système des livraisons. Cependant, les séries sont assez complètes pour trois décennies : 1010-1020, 1030-1040 et 1050-1060. On constate une évolution certaine entre ces trois périodes : durant la première, le destinataire presque exclusif de l’aide est la Commission des finances ; durant les années 1030, les interventions se multiplient au profit direct des circuits du Hebei et du Shaanxi – les chiffres absolus indiquent que l’aide à la Commission est encore légèrement supérieure à celle accordée directement aux circuits, 6 400 000 contre 5 915 000 ligatures ; enfin, durant les années 1050, la Commission des finances ne bénéficie plus qu’exceptionnellement de cette aide directe, qui est alors massivement destinée au Hebei. Même s’il est loisible de penser que la Commission ait pu servir d’intermédiaire au cours de ces transferts, la décision d’affectation des allocations semble dépendre d’abord du palais.

  • 67 Sur ces questions, cf. Wang Shengduo, « Songdai difang caizheng yanjiu (Recherches sur les finances (...)

46Si la monétarisation du système des livraisons s’accompagne à partir des années 1040 d’une affectation des allocations du Trésor vers les régions, est-on en mesure de préciser l’impact de cette réorientation sur les relations entre le centre et les régions ? La réaction de l’administration centrale est peut-être la plus éloquente : elle doit s’appuyer sur les ressources qu’elle contrôle, aussi renforce-t-elle son emprise sur l’impôt. Même si, après tout, les versements effectués par le Trésor au profit des intendances fiscales ne contredisaient pas l’action de la Commission, il faut rappeler que celle-ci ne contrôlait pas directement les intendances. Si chacune d’elles devait garantir un bon rendement fiscal, c’est-à-dire la remontée régulière de l’impôt selon des quotas fixés dès le début du xie siècle sous l’égide de la Commission, elle était aussi censée gérer les ressources et contrôler les dépenses des préfectures placées sous son autorité. En principe, l’intendance était habilitée, on l’a vu, à effectuer des transferts de ressources (yiyong) afin de procéder à des arbitrages (nuorong ou tongrong) entre les déficits et les excédents fiscaux, et d’équilibrer ainsi les comptes de ses préfectures. Chaque circuit présentait ainsi des caractéristiques financières spécifiques puisqu’il lui fallait répondre aux sollicitations de la cour, faire face aux impératifs imprévisibles de la fongibilité budgétaire – que l’on songe aux variations annuelles des récoltes –, et à ses propres dépenses67. Sous cet aspect, l’intendance apparaissait comme une unité comptable autonome, disposant de postes budgétaires propres. Or, quatre mois à peine après le déclenchement du conflit dans le Shaanxi, en 1039, le Secrétariat central exigeait des intendances qu’elles privilégiassent le rendement fiscal dans une ordonnance dont l’académicien Fu Bi (1004-1083) rappelle ainsi les injonctions :

  • 68 XZCB, j. 124, p. 2929.

« Les fonctionnaires rendront compte, sous pli scellé, de l’affectation de chaque dépense sur les ressources et les impôts, en sorte que c’est depuis les régions qu’on satisfera le centre, et depuis la base qu’on servira le sommet. Il est dit encore qu’on continuera à prendre les surplus pour compléter les recettes du tribut. Il est demandé de mettre en garde les intendances fiscales de tous les circuits administratifs en proclamant qu’elles doivent, si elles manquent de moyens, se charger elles-mêmes d’établir un plan pour subvenir à leurs dépenses, et qu’au cas où il leur serait impossible d’opérer des arbitrages financiers, elles sont autorisées à compenser leurs dépenses avec les éventuels surplus financiers des circuits voisins, sans plus pouvoir demander comme autrefois à obtenir des monnaies et de l’argent par un transfert depuis la capitale68 ».

  • 69 Bao Weimin, « Cong Songdai de caizheng shijian… », art. cit., passim.

47Comme l’a montré Bao Weimin69, un mouvement se dessine alors avec le refus systématique de la part de la Commission d’accorder davantage de moyens aux régions et de modifier leurs budgets : elle décide progressivement de ne plus transférer de fonds, sans pour autant autoriser les autorités locales à disposer d’une fraction de l’impôt régulier. Elle choisit donc d’ignorer les déficits des régions et des préfectures, et de laisser progressivement dépérir la capacité d’arbitrage des intendances. En effet, il devenait impossible pour celles-ci d’imposer aux préfectures des versements interpréfectoraux, puisque c’est directement sur ces échelons de base que la pression fiscale du centre ne cessait d’augmenter. Dès lors, en ignorant explicitement les problèmes budgétaires des préfectures, le centre leur abandonnait le pouvoir de trouver elles-mêmes les ressources nécessaires à leur fonctionnement.

48Arrivé à ce point de notre exposé, tentons de résumer l’évolution de l’endettement public alors que les finances de la dynastie entrent définitivement dans le rouge à la suite de la guerre contre les Tangut. Au début de la dynastie, les avances accordées par les marchands et garanties par les denrées de monopole avaient permis aux administrations locales de financer les conflits en imposant au centre de renoncer à une part substantielle des bénéfices des monopoles qu’il lui fallait, bon gré mal gré, partager avec les plus gros marchands. La centralisation et la monétarisation de ces paiements différés permirent à la Commission des finances de limiter le nombre de ses partenaires et de réduire les pertes des monopoles, mais l’usage des monnaies comportait un double coût. Financièrement, les réserves centrales étaient progressivement vidées de leurs monnaies, ce qui explique qu’on a, par exemple, cherché à développer les connexions financières et monétaires entre le Shaanxi et le Sichuan. Politiquement, la Commission des finances devenait clairement débitrice du Trésor impérial, une dette que l’empereur était seul à pouvoir annuler. Dans ces conditions, la Commission dut consolider ses ressources propres en renforçant son contrôle fiscal sur les administrations régionales et préfectorales, et les livraisons durent s’établir sur de nouvelles bases pour répondre à la fois aux besoins des régions et soutenir la nouvelle pression fiscale du centre. C’est dans ce contexte général que s’ouvre, avec la réforme de Fan Xiang, la deuxième phase de l’histoire des livraisons.

VI. Endettement public, tensions monétaires et contrôle bureaucratique

49La réforme de Fan Xiang (?-1060), qui reprend la longue expérience des paiements en espèces, se met en place à partir de 1048. Elle amplifie la monétarisation dans le cadre d’une régie commerciale du sel, grâce à un système de crédit qui mobilise les ressources monétaires des marchands et le sel de l’administration :

  • 70 XZCB, j. 165, p. 3970-3 971. À Xiezhou, on distinguait des « petites » nattes de 116 jin (une cinqu (...)

« L’ensemble des territoires autrefois soumis au monopole du sel est ouvert aux marchands, sans qu’on se préoccupe de savoir si le sel entre au Shu (Sichuan). On supprime les livraisons de céréales et de fourrage dans les neuf préfectures de la zone frontière, et on ordonne d’y verser des espèces métalliques qui seront compensées en sel. Les prix sont augmentés en fonction de l’éloignement des préfectures livrées et du sel recherché, sels de l’est ou du sud. Pour ces sels de l’est et du sud, on autorise aussi des versements en monnaies à Fengxiang et à Hezhong dans le circuit de Yongxing. Les recettes fiscales annuelles en monnaies constituent au total l’équivalent de 375 000 grandes nattes de sel. Des billets prioritaires sont émis, et dès qu’ils auront été vérifiés au lac [de Xiezhou], le sel sera versé d’après les chiffres, ce qui libérera totalement les soldats et la population du service des transports. De plus, comme les préfectures de Yanzhou, Huanzhou, Qingzhou, Weizhou, Yuanzhou, Baoanjun, Zhenrongjun et Deshunjun sont proches des lacs Wu et Bai, les contrebandiers importent clandestinement du sel Qingbai grâce auquel ils tirent des bénéfices et perturbent les règlements, aussi on incitera les gens à livrer là du sel [de Xiezhou], en leur donnant des billets dont on augmentera la valeur, et à leur retour on les dédommagera avec du sel. Le sel livré sera vendu par l’administration elle-même et toute vente privée sera interdite. […] Grâce aux ligatures ainsi perçues, on achètera les grains et le fourrage des neuf préfectures de la zone frontière, en préservant intégralement les monnaies du Bureau des monopoles de façon à pourvoir la capitale70 ».

  • 71 Guo Zhengzhong (Songdai yanye, p. 477) rappelle qu’on trouve en fait les premières traces de ce sys (...)

50Fan Xiang reprend le principe du « billet de sel » (yanchao), terme apparemment utilisé avant 1044 dans le Sud pour désigner un certificat remis uniquement contre un versement monétaire et échangeable uniquement contre du sel71. La réglementation est calquée en partie sur le vieux système de la « monnaie volante » (feiqian) des Tang, qui permettait de transférer dans l’empire des espèces métalliques grâce à une double opération de dépôt dans une préfecture et de retrait dans une autre. Le système des billets de sel crée donc un lien étroit avec le système monétaire local, lequel ne pouvait exister tant que le système des livraisons consistait à livrer sur les frontières des denrées contre des bons. Ce trait n’échappe évidemment pas aux contemporains :

  • 72 Zhang Shunmin (1034-ca 1100), Huaman lu (Notes consignées en vain), (éd. Siku quanshu), p. 20b.

« La réglementation sur les billets a commencé lorsque Fan Xiang prit la direction de l’administration du sel de Xiezhou. La première année, les recettes furent de 1,2 million [de ligatures], et la dernière de 1,65 million. […] La somme de 1,65 million ne représentait pas exclusivement des billets permettant d’obtenir du sel, elle servait conjointement de monnaie « volante ». Aujourd’hui, transférer plus de cent ligatures vers une autre préfecture est considéré comme pénible, or si le transfert s’effectue sous forme de billets, il ne s’agit plus que de quelques feuilles de papier. Dès lors, avec les règlements du monopole sur le sel, on a instauré sur les frontières des offices de commutations avantageuses (zhebowu), on y a installé des fonctionnaires et des agents. Les monnaies qui proviennent des achats [de sel] couvrent les transactions sur les céréales, mais les marchands qui ont vendu ne peuvent aller très loin avec les monnaies qu’ils ont ainsi obtenues, aussi viennent-ils nécessairement acheter des billets. Dès lors, les ressources suffisent pour les achats publics sur les frontières, et la réglementation sur les billets de sel est appliquée72 ».

  • 73 Sur les désordres monétaires dans le Nord-Ouest et l’importance du crédit mis en place par Fan Xian (...)

51De ce fait, les billets de sel résolvent les difficultés des autorités pour transférer des monnaies vers les frontières et celles des marchands pour rapporter leurs monnaies vers les zones intérieures, ce qu’ils font via le commerce du sel. Ces transferts vers et depuis les frontières interviennent cependant dans un contexte monétaire très particulier puisque, à ce moment-là, pas moins de quatre types de monnaies métalliques circulent au Shaanxi. En effet, engagées dans un long conflit, les autorités ont fait circuler à partir de 1040 des « gros » de bronze à côté des sapèques, puis, dès l’année suivante, des « gros » et des sapèques de fer, chacun des « gros » valant dix sapèques73.

  • 74 Wang Yong († après 1227) signale cette persistance. Cf. Yanyi yi moulu (Notes sur les poli-tiques t (...)

52Cette injection de monnaies dont la valeur était arbitraire a d’abord répondu à une situation d’extrême urgence : ces mesures, à l’origine provisoires, ont en particulier servi à payer les troupes. Il s’agissait d’alimenter, comme on pouvait, plusieurs circuits d’échange, plusieurs zones, quel que fût, à terme, le coût d’une telle opération. La solution de la monnaie de fer était sans doute d’autant plus évidente dans le Shaanxi qu’elle y avait circulé durant les Cinq Dynasties et au début des Song74. Les autorités ont-elles pensé qu’elles pourraient maintenir un cloisonnement des échanges sur un territoire qu’elles étaient habituées à se représenter tantôt comme un emboîtement hiérarchique de préfectures, de sous-préfectures et de garnisons, tantôt comme une succession de zones où elles acceptaient de payer plus et mieux, en fonction de leur importance stratégique respective ? Il est difficile de répondre, mais il est clair que la parité entre fer et cuivre, décrétée par l’administration, amenait la population à « valoriser la sapèque de cuivre et à mépriser le gros de fer », alors que le rapport arbitraire entre « gros » et sapèque de cuivre débouchait sur un faux-monnayage chronique :

  • 75 XZCB, j. 164, p. 3955.

« Dans nombre de préfectures, en fondant à peu près trois sapèques de cuivre, on a l’équivalent d’un gros de cuivre qui en vaut dix. […] C’est un grand désordre dans les pièces et les prix s’envolent. C’est un désastre pour l’administration et les particuliers75 ».

  • 76 XZCB, j. 164, p. 3955-3956.

53En 1048, l’année même de la réforme de Fan Xiang, la cour envoie des inspecteurs chargés d’enquêter auprès des administrations locales pour programmer un réajustement monétaire. À cette occasion, plusieurs hauts fonctionnaires, dont le commissaire aux Finances Ye Qingchen (1000-1049), dressent un tableau précis de la situation monétaire qui convainc la cour d’adopter des mesures de réajustement entre les pièces de fer et de bronze, gros et sapèques76. Ces réajustements entre les monnaies métalliques se poursuivent jusqu’à ce qu’un compromis durable soit trouvé en 1059 : le « gros » de bronze et le « gros » de fer, qui gardent leur parité entre eux, vaudront alors deux sapèques de bronze chacun, et les sapèques de fer n’auront plus cours. Or il est important pour notre propos de comprendre, d’une part, la volonté des autorités de conserver le bimétallisme bien au-delà de la guerre et, d’autre part, le rôle que la réforme de Fan Xiang a joué dans ce sauvetage.

  • 77 Ce dispositif est en place dès la première année du conflit avec les Tangut, en 1039 (XZCB, j. 123, (...)
  • 78 QSW, vol. 15, p. 512.

54Pourquoi préserver un bimétallisme synonyme de désordres ? Si, comme le rappelle Ye Qinchen, l’administration locale en a tiré des profits considérables, ce n’est plus guère le cas quatre ans après la fin de la guerre, et a fortiori après 1059. Sans doute faut-il aussi compter avec l’inertie du système, d’autant plus forte que la population du Shaanxi avait déjà manipulé des monnaies de fer. Mais disposer d’une monnaie de fer permet en fait aux autorités de maintenir, voire de renforcer avec le Sichuan les liens que nous avons évoqués. Quand elle le juge utile, l’administration en joue dans son intérêt. Elle impose, par exemple, des transferts fiscaux au Sichuan, tenu de verser directement au Shaanxi les soieries et les métaux précieux que la région devrait envoyer à la capitale au titre de l’impôt annuel77. L’intégration monétaire surtout semble ne pas s’être relâchée depuis les édits de 1026. En 1046, Wen Yanbo (1006-1097) s’inquiète même de la légèreté avec laquelle les autorités préfectorales de Qinzhou, sur la frontière du Shaanxi, ont utilisé le papier-monnaie du Sichuan. Il indique qu’« on a d’ores et déjà engagé en deux fois 600 000 ligatures en billets sans avoir au préalable constitué une réserve en espèces métalliques pour rembourser par la suite les marchands78 ». Or, à la suite de cette affaire, le commissaire aux Finances Tian Kuang (1005-1063) demande et obtient dans un mémoire daté de 1051 que Qinzhou ne soit plus autorisé à utiliser ces papiers pour ses dépenses. Aux yeux de Tian, en effet, l’inertie de la situation est telle que l’administration n’a plus guère de marge de manœuvre :

  • 79 Li You (déb. xiie), Songchao shishi (Institutions et événements de la dynastie des Song), j. 15, ca (...)

« Depuis que Qinzhou a emprunté en deux fois 600 000 ligatures en billets, et ce sans aucune réserve en espèces métalliques, il ne s’agit plus que de papier timbré circulant dans le vide, émis pour couvrir les livraisons en céréales et en fourrage à Qinzhou. Ce papier s’est désormais répandu parmi la population, et il est difficile d’empêcher sa circulation. Les anciens règlements sont d’ores et déjà minés et les dommages sont énormes. Même si l’intendance fiscale recevait et stockait des monnaies supplémentaires pour couvrir les remboursements, et ce sur cinq à sept années de plus, elle n’y parviendrait pas. Par contre, on a exigé que des billets soient imprimés au titre du 13e terme, qu’ils soient échangés pour être mis en circulation, et ce sur du vide et sans aucun crédit, voilà où nous en sommes finalement79 ».

55Or, depuis 1048, la réforme de Fan Xiang, qu’a chaudement recommandée Tian, fournit à l’administration du Shaanxi ses propres papiers, avec un avantage important sur le Sichuan qui n’a que du fer : la convertibilité des billets en sel de Xiezhou assure le change des monnaies qui circulent au Shaanxi, et ces transferts monétaires concernent surtout les monnaies de bronze. Or, même si ce retour du bronze vers l’intérieur du territoire ne cesse de le rendre plus rare, plus convoité, et donc de déprécier la monnaie de fer dans la région, la circulation de cette mauvaise monnaie reste garantie par le crédit des billets de sel. Autrement dit, les billets permettent de transformer la monnaie de fer du Shaanxi en monnaie de bronze dans les zones intérieures. En servant de garantie financière à la monnaie de fer, les billets tendent à limiter sa dépréciation et à stabiliser le système monétaire du Shaanxi. C’est bien le diagnostic de Sun Jue (1028-1090) :

  • 80 Changbian shebu (Complément à la Compilation pour faire suite au Miroir pour l’aide au gouvernement(...)

« La monnaie de fer ne pouvait pas circuler : elle fut utilisée seulement en prenant appui en permanence sur les billets de sel. L’administration pouvait jouer à la hausse et à la baisse sur la valeur des billets de façon à équilibrer les fluctuations de la monnaie de fer, et c’est ainsi que celle-ci put circuler : les billets et les pièces ne circulaient qu’en étant nécessairement liés80 ».

56On peut pourtant se demander si Sun, lorsqu’il écrit ces lignes, pense vraiment à la réforme de Fan Xiang. Celle-ci est en effet loin d’avoir fait l’unanimité. L’hostilité qu’elle rencontre s’était déjà manifestée à travers le scepticisme de la cour : celle-ci n’a en effet accepté la mise en œuvre de la nouvelle réglementation que quatre ans après sa première formulation par Fan en 1044, et encore n’était-elle appliquée qu’à titre probatoire, puisqu’une décision finale devait intervenir en principe en 1053 seulement. Or, cette année-là, Fan est démis de ses fonctions d’intendant pour une faute sans rapport apparent avec les enjeux du monopole, et remplacé par Li Can (1006-1079), dont les options sont précisément aux antipodes de celles de son prédécesseur :

  • 81 XZCB, j. 174, p. 4204. Fan Xiang est démis pour avoir abusivement occupé des terres contrôlées par (...)

« Depuis que l’armée était en campagne, les intendances militaires de tous les circuits administratifs empruntaient souvent des fonds à la Commission des finances pour soutenir les troupes, ce qu’on appelait les fonds d’appui militaire (suijun qian), or on continua à emprunter alors que les troupes avaient été démobilisées. Can administrait Qingzhou. Il vérifia les comptes, recueillit 80 000 ligatures qui avaient été empruntées et les remboursa intégralement, à la suite de quoi il demanda dans un mémoire la suppression de cette réserve. Par ailleurs, les soldats étaient très nombreux et leur approvisionnement pénible et insuffisant. Can considéra que la population était dans la pénurie. Il ordonna alors qu’elle évalue elle-même ce que lui rapportaient les céréales, et accorda sur les fonds de l’administration des avances qui seraient remboursées une fois les céréales récoltées, ce qu’on appela les « avances sur pousses vertes » (qingmiao qian). Après quelques années, les vivres de l’armée furent régulièrement en surplus. Par la suite, la réglementation sur les « pousses vertes » reprit cette procédure. Comme la cour souffrait des énormes augmentations des dépenses annuelles qu’entraînait la réglementation sur les livraisons, Can demanda à disposer de « monnaies volantes » dans les préfectures de la frontière, de façon à équilibrer les prix des achats de céréales, et on interrompit pendant un temps les livraisons. Jusqu’au départ de Can, les économies sur les fonds du bureau des Monopoles se comptèrent par dizaines et centaines de milliers81 ».

57Tout est dit ici. Li Can est hostile aux emprunts que peut contracter son administration et partisan, par contre, de ces prêts à court terme à la population qui seront généralisés dans tout l’empire à partir des réformes des années 1070, sous le nom même qu’il leur donne. Li est donc logiquement partisan d’une suspension de la politique d’emprunts à la Commission et d’abandon des livraisons, même s’il n’hésite pas à reprendre le principe essentiel de la « monnaie volante », un dispositif qui permet à l’administration centrale de réaliser, tous s’accordent sur ce point, de substantielles économies.

  • 82 XZCB, j. 181, p. 4376.
  • 83 SS, j. 181, p. 4419.

58Les deux termes du choix se précisent au cours des années qui suivent. Faut-il que les autorités s’installent systématiquement sur le terrain des marchands pour les concurrencer ? Plusieurs préfectures en ont la tentation en 1055 en utilisant le sel de Xiezhou dans des opérations commerciales et financières (huiyi) qui « empiètent souvent sur [celles des] marchands82 », pratiques que condamne la Commission des finances. Faut-il plutôt qu’elles garantissent les bénéfices de ceux qui acceptent de placer leurs monnaies dans les billets de sel ? C’est bien la politique de Fan Xiang lorsqu’il instaure à la capitale et dans le Shaanxi des bureaux de régulation des billets après son retour aux affaires en 1058, afin de maintenir le cours du sel à un prix attractif pour leurs détenteurs : les bureaux achètent le sel lorsque le prix de la natte risque de tomber sous les dix ligatures, alors que les prix des billets restent à six ligatures83. En somme, faut-il que les administrations s’abandonnent à un activisme commercial et financier ou doivent-elles développer une alliance financière avec les marchands ?

59Les mesures imposées par Fan semblent aller dans ce sens : le crédit accru des billets de sel contribue à garantir l’approvisionnement durable du Shaanxi, à stabiliser les prix et à équilibrer le cours des monnaies. Le retrait de la sapèque de fer peut intervenir sans dommage en 1059, une année marquée également par la fin du monopole public sur le thé du Sud-Est et la libération de son commerce. En concédant les profits du thé aux marchands, l’administration consolide d’autant mieux son alliance avec eux qu’un consensus se dessine aussi autour de l’emploi des billets de sel et de l’importance des transferts qu’ils autorisent. C’est finalement autour de l’usage de ces papiers monétaires que vont se cristalliser les tensions entre les administrations et les hésitations des fonctionnaires, avant de déboucher sur des divergences radicales entre les factions qui s’affronteront durant les réformes des années 1070.

  • 84 Je suis ici l’exposé systématique de Guo Zhengzhong sur la politique de Xue Xiang (cfSongdai yany (...)
  • 85 Cette ambiguïté a d’ailleurs conduit à deux interprétations du rôle de ce comptoir : cf. la discuss (...)

60L’intendant Xue Xiang, qui restera huit ans en charge de l’administration du sel de Xiezhou après la mort de Fan Xiang, incarne parfaitement le renversement qui s’opère au cours des années 106084. Si Xue confirme le mécanisme des billets qui sont attribués contre des monnaies, il augmente leur volume ainsi que leur usage en les mobilisant dans le cadre du commerce des chevaux de guerre. Inévitablement, les papiers s’accumulent et se déprécient. Protégé du réformateur Wang Anshi, Xue échappe aux sanctions et devient même un des hommes clefs de la nouvelle politique lancée par Wang à partir de 1069. Dès le début des réformes, il impose plusieurs mesures relatives aux billets de sel : il en augmente à nouveau le volume, en distingue de nouveaux types, et met surtout en place un nouveau comptoir local du sel dans le circuit de Yongxing. Le statut du comptoir est ambigu : il protège certes le cours des billets, puisqu’il rachète ceux qui sont en excédent, mais, en vendant du sel, il concurrence manifestement les activités des marchands85. Il apparaît en fait comme un laboratoire où est mis en œuvre le mécanisme de rachat qui garantit à l’administration de tirer profit des papiers de crédit.

61Pour comprendre comment a été scellé le sort des emprunts publics sur le sel, il faut replacer la dernière phase de leur histoire dans le contexte bureaucratique dont nous avons évoqué les principales tensions. Devant la capacité des marchands à monétiser les bons distribués par les monopoles publics, et donc l’affaiblissement de la monnaie officielle face à ces monnaies de marchands, l’administration centrale voit encore se réduire son autorité et ses moyens financiers. Dès lors, les réformes engagées à partir des années 1070 ont pour objectif explicite d’instaurer une nouvelle structure bureaucratique, capable de mettre un terme à l’« accaparement » (jianbing) des ressources par les « grandes familles et les riches marchands ».

  • 86 XZCB, j. 240, p. 5827. La littérature sur les activités de l’Agence est particulièrement abondante  (...)

62Sur le plan institutionnel, les nouvelles autorités s’emploient à priver progressivement l’ancien centre de contrôle et de décision qu’est la Commission des finances de son autorité : à partir de 1070, la plupart de ses compétences passent à la Cour des affaires agricoles (Sinongsi). En 1072, le Bureau des transactions marchandes (Shiyisi) est créé. Devenue surintendance dès 1073, la nouvelle structure regroupe en son sein les principaux organismes en charge des échanges commerciaux, le bureau des Monopoles, la Cour centrale de la taxe commerciale (Zaijing shangshui yuan), le Comptoir général des ventes et celui des achats (Zamaichang, Zamaiwu). Cette politique s’appuie sur la confiance quasi partisane de l’empereur Shenzong ; aussi le bureau et la surintendance sont-ils en mesure de compter sur les moyens que le souverain peut mobiliser grâce au Trésor impérial : il accorde un million de ligatures pour financer le lancement du bureau. Mais la principale force du projet est sans doute d’avoir vu dans les réseaux marchands une structure susceptible de générer de nouveaux profits. Les opérations techniques du bureau sont confiées à un ensemble de courtiers et de membres des guildes de la communauté marchande de Kaifeng. Ces marchands sont autorisés à utiliser les fonds du gouvernement pour acheter des marchandises soit pour leur propre compte, soit pour celui de l’État, une mesure si inhabituelle, semble-t-il, que Wang Anshi doit expliquer devant l’étonnement de Shenzong que : « C’est parce que la gestion du commerce public est affaire de détails tracassiers que le bureau emploie des marchands comme inspecteurs (goudangguan)86 ».

63Les succès permettent l’élargissement territorial des opérations dès la fin de 1073. En 1074, sept bureaux, qui dépendent de la surintendance, sont en activité dans les régions. Ils financent des agents privés qui achètent pour le compte de l’administration ; et, à la fin de cette année, sans surprise, les billets de sel du Shaanxi, de même que le thé du Hunan ou les soieries du Liang-Zhe, sont désignés comme une cible de choix :

  • 87 XZCB, j. 257, p. 6280. Il est frappant de constater que le texte emploie encore l’expression « effe (...)

« Le commissaire aux Finances Zhang Dun demanda que le Trésor impérial accorde un prêt de cinq millions de ligatures, et qu’on donne l’ordre à la Surintendance des transactions marchandes de choisir des hommes capables qui seront envoyés séparément dans tous les circuits pour effectuer des livraisons en achetant des licences de sel, de façon à profiter de la faiblesse des prix et à organiser des achats publics des grains. Un édit accorda un prêt de 2 millions de ligatures87 ».

64Le Nord-Ouest avait d’ailleurs vu circuler dès 1073, en plus des billets de sel, des billets monétaires (xianqian chao) émis d’autant plus facilement par l’administration centrale qu’elle pouvait désormais les gager sur les profits tirés de la fonte des monnaies métalliques qui lui étaient versées – 6 millions de ligatures de bronze sont fondues en moyenne chaque année durant les réformes. Les marchands qui étaient ainsi payés obtenaient, en changeant ces papiers à Kaifeng, des monnaies nouvelles. Dès lors, les billets de sel, en concurrence avec d’autres papiers garantis par les monnaies de la capitale, ne sont plus qu’un élément du système de crédit public grâce auquel l’administration, qui tire seule profit du système, finance ses opérations dans les régions :

  • 88 Liu Anshi (1048-1125), Jin yan ji, j. 8, cité par Gao Congming, Songdai huobi…, op. cit., p. 155.

« Initialement, avec la réglementation sur les billets, on souhaitait attirer sur les frontières des gens qui livreraient des denrées et des monnaies, en leur donnant des billets contre lesquels on délivrerait du sel : il s’agissait d’approvisionner la frontière. Certains endroits étaient chers et d’autres bon marché, les marchands profitant des opportunités allaient et venaient pour commercer, les particuliers et l’administration en tiraient profit. Aujourd’hui les autorités vérifient elles-mêmes dans quelles préfectures les prix sont bas pour y effectuer des achats, et dans quels endroits les prix sont au contraire élevés pour vendre, si bien que les marchands ne circulent plus et qu’il n’y a plus d’équilibre entre pénurie et surplus. […] Les billets de sel servent à disputer des profits à la population88 ».

  • 89 En 1082, le magasin Yuanfeng disposait d’une réserve de 13 000 000 ligatures. C’est lui qui bénéfic (...)

65Les administrations régionales et locales étaient parallèlement encouragées à développer les prêts publics à court terme que Li Can avait inaugurés vingt ans auparavant. La rhétorique d’une plus juste répartition des richesses cachait de plus en plus difficilement l’entreprise financière destinée à générer des revenus. L’État bureaucratique avait choisi de devenir rentier. Grâce à ce choix, le gouvernement avait à nouveau sous sa dépendance directe le principal organe financier de l’administration – la Cour des affaires agricoles dont les compétences reviennent définitivement en 1082 au ministère du Cens (Hubu) –, et disposait d’une réserve dont il partageait le contrôle avec l’empereur, le magasin Yuanfeng89. Il pouvait ainsi reprendre à son propre compte la politique des prêts du Trésor, tout en s’affranchissant pour un temps de celui-ci et donc du palais.

Conclusion

66Pendant le siècle qui a suivi l’avènement des Song, le financement d’un dispositif militaire très lourd a largement dépendu des avances consenties par les marchands dans le cadre des systèmes de livraisons avantageuses. Cet endettement public a directement conditionné la construction de la machine bureaucratique civile, puisqu’il a été un enjeu de pouvoir entre l’administration centrale et les administrations des régions stratégiques, entre l’administration et le palais. En contribuant à la monétarisation des échanges, au développement du crédit et à la stabilisation de monnaies locales souvent fragiles, le dispositif favorisait aussi l’apparition de nouvelles formes de domination : il aiguisait la rivalité entre le pouvoir politique de la bureaucratie et le pouvoir économique et financier des marchands. Deux options sont ainsi restées en concurrence jusque dans les années 1060 : une alliance financière avec les marchands dans le cadre de régies commerciales, censées garantir aux administrations régionales et locales des avances et aux marchands des profits ; un strict monopole des denrées à forte valeur commerciale, censé réduire les pertes financières de l’administration centrale et limiter le pouvoir des marchands.

67Le vaste mouvement de réformes mené à partir des années 1070 pour assurer définitivement la centralisation politique a tenté de modifier en faveur de l’administration centrale les circuits de l’échange et de placer sous son contrôle direct le crédit. Or, si cette entreprise a été elle aussi conduite avec les marchands, ce fut dans un cadre bien éloigné du contrat imaginé par le système des livraisons. Celui-ci respectait l’autonomie et les intérêts des partenaires, alors que cette fois l’alliance se trouvait soumise à une structure bureaucratique, l’administration des transactions marchandes, dont l’objectif explicite était de tirer profit, en rentier, des circuits du crédit. De ce fait, le gouvernement central pouvait reprendre le contrôle des finances publiques et renforcer sa position vis-à-vis du palais. Mais, comme ses adversaires le dénonçaient régulièrement, le coût social de cette opération politique n’était pas mince. Désormais, la population devait supporter les entreprises commerciales et financières conduites par les fonctionnaires comme de véritables obligations fiscales. De leur côté, les marchands se retrouvaient assignés pour un temps à un rôle dicté par l’ordre bureaucratique, en découvrant ainsi la tentation de renoncer à des activités autonomes contre les privilèges que confère la sphère du pouvoir administratif.

68Quant au système des livraisons, on peut se demander si, tout au long du siècle, il n’a pas été perçu différemment par les administrations locales – qui voyaient dans ces avances des opérations commerciales ponctuelles, comparables à celles qu’elles menaient elles-mêmes – et le centre, enclin à se défier d’un mode de financement qui lui coûtait cher. Au demeurant, en cherchant à limiter systématiquement la mainmise financière des « accapareurs », les réformes radicales des années 1070 aboutirent à saper localement l’activité économique elle-même, ce qui explique sans doute aussi leur échec. L’expérience des livraisons ne fut cependant pas oubliée puisqu’un système analogue (kaizhongfa) devait réapparaître durablement dans le Nord-Ouest sous les Ming (1368-1644). C’est lui qui, à la fin de l’empire, favorisa l’essor des dynasties des grands banquiers du Nord.

Annexes

Variation (en milliers de ligatures) du soutien financier accordé jusqu’en 1082 par le Trésor impérial aux circuits du Nord et à la Commission des finances90

Années

Hebei

Shaanxi

Com. fin.

Autres

1003

1 800

1004

300

1006

300

1007

50

1008

80

130

1010

300

1011

300

1012

250

1 650

1013

73

1014

650

1015

550

1016

1 100

1017

500

1018

200

1 300

1019

2 800

1020

14

1021

500

1022

200

1026

200

1028

200

1031

660

1033

1 300

1034

330

1 500

1035

700

1 100

1036

500

1037

975

550

1038

1 300

1039

300

1040

900

2 200

1041

1 100

1042

6 800

1043

800

1045

220

1050

2 160

550

1052

410

100

1053

330

1054

850

1055

1 000

330

1056

460

1058

130

1061

1 260

1070

1 500

1071

200

1072

500

1074

2 600

2 500

200

1076

275

1082

1 000

Notes

1 Sur ces réformes, cf. Jia Yuying, « Lüe lun Song Taizong de guanzhi gaige (Bref examen des réformes dans la fonction publique sous Taizong) », Song shi yanjiu lunwenji (Recueil d’articles de recherches sur l’histoire des Song), Hebei jiaoyu chubanshe, Shijiazhuang, 1989, p. 94-106.

2 Rappelons que la Chine des Song n’est pas divisée en provinces mais en préfectures (zhou, jun, fu), qui dépendent directement du gouvernement central, même si l’administration fiscale, la gestion des ressources ou l’ordre public imposent leur regroupement en circuits administratifs, sous la responsabilité d’intendants fiscaux, judiciaires ou militaires.

3 Avec 500 lauréats, le concours de 977, la première année du règne de Taizong, décerne plus de titres de « docteurs » qu’il n’en a été accordés durant les seize premières années de la dynastie, ce qui a pour effet immédiat d’accroître considérablement le nombre de candidats : celui-ci passe de 5 200 en 977 à 10 260 en 982, pour atteindre 17 300 en 992. Cf. John Chaffee, The Thorny Gates of Learning in Sung China – A Social History of Examinations, Cambridge University Press, Cambridge (al.), 1985, p. 49-50, et le tableau p. 192-193.

4 D’une littérature abondante, on retiendra, pour éclairer les principaux enjeux politiques lors de l’avènement de la nouvelle dynastie, la thèse inédite, déjà ancienne, de Edmund H. Worthy Jr, The Founding of Sung China, 950-1000 : Integrative Changes in Military and Political Institutions, Princeton University, 1976. Sur les rapports avec les militaires au début de la dynastie, cf. Christian Lamouroux, « Militaires et financiers dans la Chine des Song – Les institutions comptables à la fin du xe siècle », Bulletin de l’École française d’Extrême-Orient, vol. 87, 2000, p. 285-302.

5 Ce quasi-tribut annuel est de 200 000 coupons de soieries et de 100 000 onces d’argent.

6 Les guerres contre les Tangut commencent vers 1038 et s’achèvent en 1044 par un traité qui impose au profit du nouvel État des Xi-Xia, qui se reconnaît vassal des Song, un versement annuel de 130 000 coupons de soies, 50 000 onces d’argent, 20 000 livres de thé. Dès 1042, les Liao avaient profité de la situation pour imposer une augmentation annuelle du tribut de 100 000 coupons de soie et de 100 000 onces d’argent.

7 C’est l’expression de Shigabe Shizuo, cité par Paul Smith, « Shen-Tung’s Reign (1068-1085) », manuscrit inédit du chapitre de la Cambridge History of China, vol. 5, The Sung (à paraître), p. 3. Je remercie Paul Smith d’avoir mis généreusement à ma disposition cette synthèse sur laquelle s’appuie en partie cette présentation générale. Cf. également Christian Lamouroux, « “Il momento Song” : Aspetti politici, demografici ed economici », in Storia della scienza, vol. 2, La scienza in Cina, Enciclopedia Italiana, Rome, 2001, p. 281-289. Rappelons que la monnaie circule sous forme de ligatures de pièces de bronze ou de fer. En fait, le nombre de pièces par ligature variait selon les lieux, les moments et l’objet de la transaction, si bien que l’administration elle-même en était arrivée, dès la fin du xe siècle, à distinguer deux ligatures officielles : une ligature pleine de 1 000 pièces et une ligature réduite de 770 pièces.

8 Sur les problèmes de manipulation, cf. Winston Lo, An Introduction to the Civil Service of Sung China, University of Hawaii Press, Honolulu, 1987, p. 60-62 et 158-165.

9 Sur ce délicat problème de l’approvisionnement en chevaux, cf. Paul Smith, Taxing Heaven’s Storehouse. Horses, Bureaucrats, and the Destruction of the Sichuan Tea Industry 1074-1224, Harvard University Press, Cambridge (Mass.) et Londres, 1991, chap. 1.

10 On a pu calculer que 300 millions de ligatures ont été fondues sous les Song du Nord, soit une moyenne de 2 millions par an, avec un pic à l’époque des réformes de Wang Anshi (6 millions par an). Cf. Zhihong Liang-Oberst, « Chinese Economic Statecraft and Economic Ideas in the Song Period (960-1279) », thèse, Columbia University, 1996, p. 345-347. Je remercie Pierre-Étienne Will d’avoir mis à ma disposition cette thèse inédite.

11 J’ai déjà abordé le rôle des certificats de thé du point de vue de l’intégration financière de la région du Jiang-Huai. Cf. Christian Lamouroux, « Organisation territoriale et monopole du thé dans la Chine des Song (960-1059) », Annales ESC, 1991, 5, p. 977-1007.

12 Dès l’achèvement de la conquête du Hedong au début de 979, l’empereur Song Taizong avait lancé une offensive contre les Liao, afin de reprendre le contrôle des seize préfectures qui leur avaient été cédées en 936.

13 Sur la situation militaire et administrative du Shaanxi durant le xie siècle, on dispose d’une monographie très utile : Jiang Tianjian, « Bei-Song Xibei yuanbian junliang wenti (Les problèmes de l’approvisionnement militaire des frontières du Nord-Ouest sous les Song du Nord) », in Bei-Song duiyu Xi-Xia bianfang yanjiu lunji (Recherches sur la défense frontalière des Song du Nord face au Xi-Xia), Huashi chubanshe, Taipei, 1993, p. 147-267.

14 Sur la situation monétaire du Sichuan, cf. Christophe Schifferli, « Le système monétaire au Sichuan vers la fin du xe siècle », T’oung Pao, 72/4, 1986, p. 269-290.

15 C’est le bilan qu’en dresse, quelques décennies plus tard, l’historien Sima Guang, Sushui jiwen (Choses entendues autour de la rivière Su), j. 2, Shijie shuju, Taipei, 1982, p. 14.

16 Liu Chang, « Xianzu Mokanfu jun jiazhuan (Biographie familiale de mon ancêtre, maître du Bureau des évaluations) », in Quan Songwen (Prose complète des Song, désormais QSW), Ba-Shu shushe, Chengdu, 1988-1994, vol. 30, p. 371, cité par Jiang Tianjian, « Bei-Song Xibei yuanbian… », p. 154. Le Guanzhong, qui désigne la vallée de la Wei où est situé Xi’an, représente le cœur du Shaanxi.

17 Sur ces premières réglementations et l’ensemble des sources disponibles sur le sujet, cf. Guo Zhengzhong, Songdai yanye jingji shi (Histoire économique du sel sous les Song), Renmin chubanshe, Pékin, 1990, p. 720-740, 904-920.

18 Xu Song, Song huiyao jigao (Recueil des documents administratifs des Song, désormais SHY), Shihuo 62/3, Xin wenfeng chuban gongshe, Taipei, 1976, cité in Guo, Songdai yanye…, op. cit., p. 726-727. Un dan équivaut à environ 75 kg. L’opération porte donc sur 75 000 tonnes de céréales.

19 Wang Shengduo, Liang-Song caizheng shi (Histoire des finances publiques sous les Song), Zhonghua shuju, Pékin, 1995, p. 709-713. Hua Shan, « Cong chaye jingji kan Songdai shehui (La société des Song considérée à partir de l’économie du thé) », Song shi lunji (Recueil sur l’histoire des Song), Qilu shushe, Jinan, 1982 (article publié en 1957), p. 109. Rappelons que le thé du Sichuan ne commence à être soumis à un monopole public qu’à partir de 1074.

20 Guo Zhengzhong, Songdai yanye…, op. cit., p. 696, donne les chiffres suivants : 22 245 800 ligatures en 997 ; 28 002 000 en 1015 ; 26 530 000 en 1021 ; 45 000 000 entre 1046 et 1048 ; 39 000 000 entre 1049 et 1054.

21 Les chiffres donnés par Wang Shengduo sont les suivants : 2 850 000 ligatures en 997 ; 1 500 000 en 1015 ; 3 300 000 en 1021 ; 1 670 000 entre 1054 et 1056.

22 Li Tao, Xu Zizhi tongjian changbian (Compilation faisant suite au Miroir pour l’aide au gouvernement, désormais XZCB), Zhonghua shuju, Pékin, 1979-1995, j. 66, p. 1482. Hua Shan estime qu’en 1004 l’administration était en réalité déficitaire de 9 000 ligatures (c’est le chiffre donné par Ding Wei, qui polémique sur les résultats de la réglementation, cf. XZCB, j. 85, p. 1938). De son côté, Zhu Zhongsheng fait remarquer que les chiffres donnés par le Song huiyao (SH 30/3-4) pour les recettes de cette même période sont très différents de ceux de Li Tao : 730 850 ligatures pour l’ancienne réglementation et 7 092 960 ligatures dès la deuxième année qui suit la réforme, cfBei-Song cha zhi shengchan yu jingying (La production et l’exploitation du thé sous les Song du Nord), Xuesheng shuju, Taipei, 1985, p. 303.

23 SHY/SH 4/1 et XZCB, j. 50, p. 1093-1094 (cité par Jiang Tianjian, « Bei-Song Xibei yuanbian… », p. 158). Liu Zong déclare qu’il faudrait « dépenser en licences de thé et de sel plus de 500 000 [ligatures de] monnaies »…

24 XZCB, j. 51, p. 1115.

25 XZCB, j. 54, p. 1186. Liang Ding demande la révocation de l’intendant Liu Zong, en constatant que les dépenses de dix préfectures du Shaanxi ne sont plus couvertes autrement que par les subventions du Trésor impérial.

26 Le prix moyen du dou (mesure d’environ 10 litres) aurait été compris entre 30 et 70 de pièces durant le premier siècle de la dynastie [cf. He Zhongli, « Guanyu Bei-Song qianqi de liangjia (Les prix des céréales au début des Song du Nord) », Zhongguo shi yanjiu, 1985, 1, p. 33-41].

27 XZCB, j. 60, p. 1335-1336.

28 C’est le cas de Guo Zhengzhong, dans sa monumentale histoire économique du sel.

29 C’est ce que fait Jiang Xidong dans son livre Songdai shangye xinyong yanjiu (Recherches sur le crédit commercial sous les Song), Hebei jiaoyu chubanshe, Shijiazhuang, 1993, cf. p. 63-83, 96-99.

30 Wei Tai, Dongxuan bilu (Notes du cabinet oriental), j. 12, Zhonghua shuju, Pékin, 1997, p. 136. Une autre source confirme cette consultation des marchands : cf. SHY/SH 36/4.

31 Shen Gua, Mengqi bitan (Notes du Ruisseau des rêves), éd. Hu Daojing, Zhonghua shuju, Hong Kong, 1987, j. 11/190, p. 120-121.

32 SHY/SH 23/24-25, cf. Sun Mian, « Qi fang Jiangnan Jinghu shang yan shu (Mémoire demandant l’ouverture aux marchands du commerce du sel dans le Jiangnan et le Jinghu) », in QSW, vol. 4, p. 725-727.

33 SHY/SH 23/26 (QSW, vol. 3, p. 367).

34 XZCB, j. 60, p. 1336.

35 XZCB, j. 85, p. 1936-1937.

36 Ibid.

37 Toghto (Tuotuo), Songshi (Histoire officielle des Song, désormais SS), Zhonghua shuju, Pékin, 1977, j. 183, p. 4482.

38 Depuis 1005, il est interdit aux marchands de sel de Xiezhou de circuler dans les zones au sud du Shaanxi, où ils concurrenceraient le sel du Sud. Dès lors, les détenteurs de licences de sel de Xiezhou doivent réduire leur champ d’action à l’ouest, dans des zones où ils se retrouvent souvent concurrencés par l’excellent sel Qingbai produit sur les lacs Wu et Bai en territoire tangut. Cf. Li Huarui, Song-Xia guanxi shi (Histoire des relations entre les Song et les Xia), Hebei renmin chubanshe, Shijiazhuang, 1998, p. 324-328.

39 C’est la conclusion de Jiang Tianjian (Bei-Song Xibei…, p. 167), qui s’appuie sur les chiffres que donne le SS (j. 183, p. 4481-4482) à propos de la réforme sur le thé de Lin Te : 2 000 000 de ligatures en 1012, 3 000 000 en 1013, 3 900 000 en 1014, et 1 600 000 en 1015.

40 Robert Hartwell, « The evolution of the early Northern Sung monetary system, A.D. 960-1025 », Journal of the American Oriental Society, 87/3, 1967, p. 280-289.

41 XZCB, j. 92, p. 2128-2129.

42 XZCB, j. 100, p. 2315, SS, j. 183, p. 4484. Définie par la pensée savante dès les ive-iiie siècles avant l’ère chrétienne, la loi de la valeur (qingzhong zhi fa, littéralement la « loi d’équilibre ») rend compte des rapports de valeur entre deux marchandises en termes d’équilibre entre leurs quantités respectives sur les marchés : lorsqu’il y a beaucoup de grains sur les marchés, ils sont dits « légers » par rapport à la monnaie qui pèse « lourd ». À l’inverse, si les grains sont rares et donc « lourds », il faut beaucoup de monnaie pour les acheter : par conséquent, celle-ci est dite « légère ». Les marchands peuvent mettre en œuvre cette loi entre deux marchandises (ici le thé ou le sel d’un côté, et les céréales de l’autre) et accaparer ainsi des produits réputés dépendre de monopoles publics. Seul le souverain, en introduisant sa monnaie dans la circulation ou en l’en retirant, est capable de rétablir l’équilibre et de remettre en circulation les marchandises pour le plus grand profit de la population.

43 Ces malversations sont évoquées par Jiang Xidong (Songdai shangye…, op. cit., p. 64-65), qui signale qu’il faut quatre mois pour effectuer en 1029 le transfert de 110 000 des 200 000 ligatures accordées au Hebei pour des achats.

44 XZCB, j. 118, p. 2773 et 2781. Li Zi avait entre-temps perdu ses responsabilités.

45 Cf. Guo Zhengzhong, Songdai yanye…, op. cit., p. 917-919.

46 SHY/SH 36/15.

47 SHY/SH 36/19. Le délai de trois ans correspond à la durée de validité des billets monétaires.

48 SHY/SH 36/19-20.

49 En 1027, le préfet de Yizhou (Chengdu), Xue Kui, fait adopter une mesure mettant fin à la taxation de l’argent qui entre au Sichuan pour couvrir ces commutations, et mentionne la flambée des prix du métal. Cf. SHY/SH 37/10-11.

50 Citation extraite du Jiaqing Sichuan tongzhi (Monographie générale du Sichuan à l’époque Jiaqing), j. 68, par Lin Wenxun, Songdai Sichuan shangpin jingji shi yanjiu (Recherches sur l’histoire de l’économie marchande au Sichuan sous les Song), Yunnan daxue chubanshe, Kunming, 1994, p. 132.

51 Tao Jinsheng, Song-Liao guanxi shi yanjiu (Recherches sur l’histoire des relations entre les Song et les Liao), Lianjing chuban shiye gongsi, Taipei, 1984, p. 55.

52 On trouve l’ensemble des mesures prises dans XZCB, j. 118, p. 2781.

53 XZCB, j. 135, p. 3215, cité par Guo Zhengzhong, Songdai yanye…, op. cit., p. 919.

54 XZCB, j. 141, p. 3390.

55 Cet euphémisme désigne les versements annuels tributaires aux Liao et aux Xi-Xia.

56 Entre 1040 et 1041, l’administration met en circulation dans le Shaanxi des grosses pièces de cuivre et de fer à côté des sapèques : le cours initial est de 1 « gros » pour 10 sapèques, puis 1 pour 5, 1 pour 3, et enfin 1 pour 2.

57 Zhang Fangping, « Lun guoji chuna shi (Sur les recettes et les dépenses de l’État) », QSW, vol. 19, p. 105. Dans ce mémoire, Zhang précise les besoins annuels, dont 2 400 000 ligatures de monnaies et 12 millions de dan de grains (900 000 tonnes). Ce dernier chiffre résulte d’une base de calcul ambiguë, puisque Zhang part explicitement d’une ration mensuelle de 2,5 dan (plus de 187 kg) par individu, soit plus de 6 kg par jour, ce qui, peut-on penser, correspond plutôt à une ration familiale.

58 SHY/SH 39/19.

59 XZCB, j. 67, p. 1497.

60 Wang Shengduo, « Songchao licai tizhi you Sansi dao Hubu de bianqian (L’évolution du système financier sous la dynastie des Song : de la Commission des finances au ministère du Cens) », Song-Liao-Jin shi luncong, vol. 2, 1992, Zhonghua shuju, Pékin, p. 132-152. Sur la lutte entre civils et militaires, cf.. Lamouroux, « Militaires et financiers… », art. cit.

61 Su Che, « Shang huangdi shu (Essai soumis à l’empereur) », Luancheng ji (Recueil de la cité de Luan), j. 21, Shanghai guji chubanshe, Shanghai, 1987, p. 466.

62 Li Weiguo, « Lun Songdai Neiku de diwei he zuoyong (Sur la situation et le rôle du Trésor impérial sous les Song) », Song-Liao-Jin shi luncong, vol. 1, Zhonghua shuju, Pékin, 1985, p. 192-215. Li donne plusieurs exemples de plaidoyers contre cette logique des prêts (cf. p. 212). Outre l’article de Umehara Kaoru, « Songdai de neizang yu zuozang (Trésor impérial et Trésor de gauche sous les Song) » (traduction en chinois de « Sôdai no naisô to sasô », publié en 1971), Shihuo yuekan, 6/1-2, 1976, p. 34-66, cf. Robert Hartwell, « The Imperial Treasuries : finance and power in Song China », Bulletin of Sung-Yuan Studies, 1988, 20, p. 18-89.

63 Outre Wang Shenduo, « Songchao licai tizhi… », art. cit., cf. Li Weiguo, « Lun Bei-Song de tiju zhusi kuwu si (Sur le Bureau d’inspection des magasins des administrations métropolitaines sous les Song du Nord) », Zhongguo shi yanjiu, 1986, 3, p. 29-38.

64 Cheng Minsheng, « Lun Songdai caizheng de tedian yu jipin de jiaxiang » (« Les particularités des finances publiques à l’époque des Song et leurs déficits apparents »), Zhongguo shi yanjiu, 1984, 3, p. 27-40.

65 XZCB, j. 165, p. 3976.

66 Le tableau, principalement basé sur les éléments fournis par Umehara (« Songdai de neizang… »), op. cit., ne peut prétendre à l’exhaustivité. L’absence d’éléments chiffrés a, semble-t-il, interdit à Umehara de prendre en compte des données aussi fondamentales que l’allocation annuelle que le Trésor verse à la Commission de 990 à 1017, et j’ai moi-même intégré quelques données qu’il avait négligées.

67 Sur ces questions, cf. Wang Shengduo, « Songdai difang caizheng yanjiu (Recherches sur les finances locales sous les Song) », Wenshi, 27, 1989, p. 89-132 ; et Bao Weimin, « Cong Songdai de caizheng shijian kan Zhongguo de chuantong zhongyang jiquan tizhi de tezheng (Les particularités du pouvoir centralisé dans la Chine traditionnelle vues à partir des pratiques financières sous les Song) », in Yang Weisheng (éd.), Xu Gui jiaoshou congshi jiaoxue keyan gongzuo wushi zhounian jinian wenji, Hangzhou daxue chubanshe, Hangzhou, 1995, p. 217-227, et « Songdai difang zhou-jun caizheng zhidu shulüe (Esquisse du système financier à l’échelon préfectoral sous les Song) », Wenshi, 41, 1996, p. 53-75.

68 XZCB, j. 124, p. 2929.

69 Bao Weimin, « Cong Songdai de caizheng shijian… », art. cit., passim.

70 XZCB, j. 165, p. 3970-3 971. À Xiezhou, on distinguait des « petites » nattes de 116 jin (une cinquantaine de kg), et des « grandes » de 220 jin (environ 110 kg), qui servaient généralement d’unité de compte dans les régies commerciales : cf. Guo Zhengzhong, Zhongguo de quanheng duliang – San zhi shisi shiji (Poids et mesures en Chine : iiie-xive siècles), Zhongguo shehui kexue chubanshe, Pékin, 1993, p. 153.

71 Guo Zhengzhong (Songdai yanye, p. 477) rappelle qu’on trouve en fait les premières traces de ce système dans les circuits administratifs du Jiangxi et du Jiangdong. L’expression désignerait alors un « versement contributif » (tiena) – des sources indiquent un montant d’un tiers de la valeur initiale –, exigé pour compenser, on l’a dit, un prix du billet jugé trop bas par rapport au prix du sel, en particulier du fait d’une dévaluation consécutive à la circulation trop lente des papiers.

72 Zhang Shunmin (1034-ca 1100), Huaman lu (Notes consignées en vain), (éd. Siku quanshu), p. 20b.

73 Sur les désordres monétaires dans le Nord-Ouest et l’importance du crédit mis en place par Fan Xiang, je suis en partie Gao Congming, Songdai huobi yu huobi liutong yanjiu (Recherches sur les monnaies et la circulation monétaire sous les Song), Hebei daxue chubanshe, Baoding, 2000, chap. 4, p. 123-164.

74 Wang Yong († après 1227) signale cette persistance. Cf. Yanyi yi moulu (Notes sur les poli-tiques transmises pour assurer paix et protection), j. 3, Zhonghua shuju, Pékin, 1981, p. 24-25.

75 XZCB, j. 164, p. 3955.

76 XZCB, j. 164, p. 3955-3956.

77 Ce dispositif est en place dès la première année du conflit avec les Tangut, en 1039 (XZCB, j. 123, p. 2892) ; il est encore évoqué en 1054 (j. 176, p. 4253).

78 QSW, vol. 15, p. 512.

79 Li You (déb. xiie), Songchao shishi (Institutions et événements de la dynastie des Song), j. 15, caiyong (éd. Congshu jicheng), p. 233.

80 Changbian shebu (Complément à la Compilation pour faire suite au Miroir pour l’aide au gouvernement), j. 12, cité par Gao Congming, Songdai huobi…, op. cit., p. 144.

81 XZCB, j. 174, p. 4204. Fan Xiang est démis pour avoir abusivement occupé des terres contrôlées par des tribus frontalières, au risque de provoquer leur soulèvement.

82 XZCB, j. 181, p. 4376.

83 SS, j. 181, p. 4419.

84 Je suis ici l’exposé systématique de Guo Zhengzhong sur la politique de Xue Xiang (cfSongdai yanye…, op. cit., p. 934-940).

85 Cette ambiguïté a d’ailleurs conduit à deux interprétations du rôle de ce comptoir : cf. la discussion que Guo Zhengzhong consacre à réfuter l’interprétation de son propre maître, Dai Yixuan, in Songdai yanye…, op. cit., p. 938-939.

86 XZCB, j. 240, p. 5827. La littérature sur les activités de l’Agence est particulièrement abondante ; on trouvera plusieurs références in Christian Lamouroux, « Commerce et bureaucratie – Les intermédiaires commerciaux dans la Chine des Song (xe-xiie siècles) », Études rurales, vol. 161-162, 2002 (p. 183-213).

87 XZCB, j. 257, p. 6280. Il est frappant de constater que le texte emploie encore l’expression « effectuer des livraisons », alors que l’opération consiste à se procurer des licences avec les fonds du Trésor.

88 Liu Anshi (1048-1125), Jin yan ji, j. 8, cité par Gao Congming, Songdai huobi…, op. cit., p. 155.

89 En 1082, le magasin Yuanfeng disposait d’une réserve de 13 000 000 ligatures. C’est lui qui bénéficiait des profits tirés des droits commerciaux et taxes sur les transactions, dont « les licences de livraison du sel dans le Nord-Est », auxquels s’ajouta, à partir de 1083, un versement annuel du Trésor impérial de 500 000 ligatures (cf. SS, j. 179, p. 4373). Rappelons que d’autres magasins de ce type apparaissent entre la fin des années 1080 et la fin des Song du Nord.

90 Pour les sources et les calculs d’équivalence entre argent, soieries et monnaies, cf. Christian Lamouroux, « From the Yellow river to the Huai – New Representations of a River network and the Hydraulic crisis of 1128 », in Mark Elvin et Ts’ui-jung Liu (éd.), Sediments of Time – Environment and Society in Chinese History, Cambridge University Press, Cambridge-New York, 1998, p. 565-567 (le tableau des données, que je redonne ici, a été rendu incompréhensible à la suite de l’inversion malencontreuse des colonnes).

Table des illustrations

Titre Territoire administratif des Song du Nord (Principales préfectures impliquées dans la circulation des certificats et des licences de thé et de sel)
URL http://books.openedition.org/igpde/docannexe/image/1831/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k

Auteur

Ancien membre de l’École française d’Extrême-Orient et responsable du Centre EFEO de Pékin entre 1996 et 1999, Christian Lamouroux est directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales et co-directeur du Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine. Ses recherches et son enseignement portent principalement sur l’histoire institutionnelle, sociale, économique et financière de la Chine des Song (960-1279). En plus d’une trentaine d’articles consacrés à l’histoire de cette époque et des traductions, il a publié en 2003 Fiscalité, comptes publics et politiques financières dans la Chine des Song – le chapitre 179 du Songshi (Paris, Collège de France-Institut des Hautes Études chinoises).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search