Version classiqueVersion mobile

Le choix de la CEE par la France

 | 
Laurent Warlouzet

Deuxième partie. Les Europe économiques en débat : les décideurs français et la CEE (1959-1969)‎

Introduction

Texte intégral

1À partir de 1959, le rejet de la ZLE assure le succès du modèle de la CEE. Les débats de 1956-1958 sur l’organisation générale de la coopération économique en Europe sont désormais tranchés. L’enjeu réside dorénavant dans l’application du traité de Rome, qui peut supporter plusieurs interprétations en matière d’intégration économique européenne.

2Pendant les onze premières années d’application du traité de Rome, de 1958 à 1969, la politique de la France est marquée par une doctrine européenne gaulliste qui limite les initiatives de Paris en matière d’intégration économique européenne (chapitre IV). La Commission fait preuve d’une très grande liberté d’action au début. En son sein, un groupe dominé par les Allemands cherche à promouvoir une Europe ordolibérale, fondée sur une conception très ambitieuse de la politique de la concurrence (chapitre V). Cette dynamique s’oppose frontalement aux projets d’Europe organisée du commissaire français Robert Marjolin, qui donnent un rôle plus important à l’intervention des autorités publiques dans l’économie (chapitre VI). À partir de 1965, le gouvernement français et son administration deviennent plus actifs dans le domaine de l’intégration économique européenne. En lien avec certains réseaux français et transnationaux de Bruxelles, il tente de promouvoir une politique industrielle européenne sous différentes formes (chapitre VII).

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search