Version classiqueVersion mobile

Encyclopédie du management public

 | 
Manel Benzerafa-Alilat
, 
Danièle Lamarque
, 
Gérald Orange

R (de “Rationalisation des choix budgétaires” à “Risques psychosociaux”)

Recherche-intervention

Alice Anberrée et Frédéric Kletz

Texte intégral

1Héritière des travaux pionniers du début du xxe siècle de Frederick Winslow Taylor et de Elton Mayo (Taylor, 1911 ; Roethlisberger, Dickson, 1939), la recherche-intervention a émergé dans les années 1960 et 1970 aux États-Unis (Clark, 1972 ; Clark, 1976), et avec quelques spécificités en France.

2La recherche-intervention est une modalité d’accès à la connaissance et une méthode de recherche sur les organisations, privées comme publiques, qui part du principe que la complexité des phénomènes organisationnels qui s’y déploient appelle une interaction avec l’objet étudié : « il n’est possible de comprendre vraiment le fonctionnement d’une entreprise qu’en y pénétrant, en y intervenant et, par conséquent, en la modifiant » (Moisdon, 2010).

3C’est bien l’enjeu et l’originalité de la démarche qui sont proposés par ce courant de recherche : loin de se résumer à une posture d’observation froide des phénomènes organisationnels, la démarche repose sur une véritable intervention, dans laquelle le chercheur agit directement sur la matière même qu’il cherche à analyser, en la modifiant, en contribuant à la conception de solutions opérationnelles, et en accompagnant le processus de transformation. Les propriétés d’une organisation ne se donnent pas spontanément et nécessitent pour qu’elles soient dévoilées, si l’on reprend la métaphore de Nelson Goodman, d’être « activées » par une intervention qui la transforme. De cette interaction dépend la révélation de phénomènes organisationnels demeurant sinon largement invisibles : « Les concepts classiques de vérité, d’expérimentation, de falsifiabilité sont profondément à revoir pour parler d’un objet qui ne peut pas être observé en position d’extériorité » (Moisdon, 1984).

4Plusieurs recherches participantes très célèbres en gestion ont été menées – notamment aux États-Unis, d’abord par des professeurs-consultants universitaires (de Harvard, par exemple) – comme celles qui ont donné naissance à des outils du type Balanced Scorecard (Kaplan, Norton, 1992), puis par des équipes de recherche, qui se sont progressivement autonomisées par rapport au monde du conseil, revendiquant l’exploration et l’étude d’objets de recherche propres, aux enjeux fondamentaux et scientifiques, et déployant une méthodologie et une éthique de recherche spécifiques, fondées notamment sur l’indépendance par rapport aux organisations partenaires.

5Ces travaux ont été relayés en France avec la publication en 1984 d’un article princeps présentant le projet sous-jacent, la position du chercheur et sa relation avec l’organisation (Moisdon, 1984).

6C’est avec cette posture qu’ont pu être nouées de nombreuses collaborations avec des organisations variées, privées mais aussi publiques : il s’agit non seulement de mieux comprendre la complexité des phénomènes en question, mais de l’étudier dans son intimité, et d’examiner la façon dont les décisions sont prises dans l’appareil de l’État, des collectivités publiques ou des entreprises publiques, les modes de coopération entre administration et élus, la façon avec laquelle la performance est définie et partagée, ou avec laquelle l’arbitrage entre les différentes dimensions de cette performance est réalisé, et d’accompagner l’évolution de ces différentes dimensions.

7À l’heure des transformations importantes que connaît le secteur public – évolution de la relation aux usagers, numérisation, contraintes budgétaires, reconfigurations organisationnelles, etc. – les administrations font face à des changements qui bouleversent des fonctionnements ancrés dans le temps long, souvent peu conscientisés, et pouvant apparaître comme obsolètes.

8Face à ces sujets, les techniques de recherche classiques (analyses de données et de grandes bases statistiques, entretiens, analyse de documents, observation…) ne suffisent pas, et l’État et les organismes publics ont commencé à faire appel à une recherche plus qualitative, mais sans doute également plus intrusive et exigeante, s’appuyant sur des collaborations étroites dans lesquelles des chercheurs en sciences de gestion contribuent, par un travail conjoint avec les membres de l’organisation, à la conception de solutions organisationnelles, sur des projets de changement grandeur nature. La recherche-intervention permet ainsi de mieux répondre au besoin de comprendre et d’accompagner les bouleversements à l’œuvre, par sa capacité à révéler des pratiques et phénomènes sous-jacents, mais aussi, grâce à sa multi-dimensionnalité, à expliciter rigoureusement, sans caricature, les différentes rationalités en présence sans prendre parti pour l’une ou l’autre. Cette méthode vise la genèse de nouvelles connaissances, et leur prise en charge par les acteurs en présence ou par de nouveaux acteurs dont elle facilite l’apparition. Il ne s’agit pas d’une connaissance déterritorialisée ou apatride, mais une connaissance qui s’inscrit dans un processus de transformation, saisie par des acteurs constitués ou émergents.

9La recherche-intervention, par l’intrication qu’elle noue avec les organisations d’accueil, permet d’appréhender cette complexité, et de construire, outre des connaissances fondamentales à prétention universelle, des savoirs actionnables, directement utiles aux acteurs de terrains, qui contribuent à l’émergence des objets de recherche (Perez, 2008). De nombreux travaux se sont développés ces dernières décennies sur la base de cette adéquation entre besoins des organisations publiques et apports de la recherche-intervention ; voir par exemple, si l’on se cantonne aux publications françaises : Léo Cazin (2017) sur la rupture dans l’identité même d’un hôpital public introduite par une nouvelle politique publique hospitalière ; Jean-Francis Ory (2018) sur le pilotage et la mesure des actions de développement durable et de responsabilité sociale dans le monde universitaire ; Benjamin Dreveton (2003) sur la façon dont une institution publique introduit une démarche de calcul des coûts de ses activités ; Daniel Fixari et Frédérique Pallez (2016) sur les dispositifs de coordination au sein des politiques territorialisées d’innovation ; Florence Noguera (2010) dans l’univers de la Direction générale des impôts autour de la mise en œuvre d’objectifs de qualité de service ; Caroline Tahar (2013) sur la gestion du temps par une mairie dans ses interactions avec ses usagers, etc.

10À travers ces différentes recherches, on voit se profiler quelques grands principes stables et processus récurrents caractérisant la posture de recherche-intervention (Liu, 1991) et mettant l’accent notamment sur son caractère dual : résoudre le problème des membres de l’organisation et faire avancer les connaissances fondamentales. En termes épistémologiques et de validité des connaissances qui en sont issues, la recherche-intervention s’inscrit dans un mode constructiviste, en ce qu’elle exige du chercheur qu’il délaisse « la position de l’observateur neutre et détaché et [s’implique] au plus près de la vie de l’organisation » pour servir un objectif de transformation et contribuer ainsi à construire la réalité à venir des acteurs (Perez, 2008, p. 5).

11Cette méthodologie, exigeante, semble gagner en légitimité au sein de l’univers public, et notamment des grandes administrations, ce qui révèle des changements internes, sans doute profonds avec l’acceptation croissante d’une remise en question de son mode d’organisation, son processus de prise de décision et son mode de relation avec les usagers. C’est bien tout ce champ qui est débattu dans une recherche-intervention. Pour un acteur public, faire appel à la recherche-intervention c’est accepter non seulement de remettre en cause son mode d’organisation, mais également d’interroger sa propre légitimité d’intervention, et faire le pari de son renouvellement et de l’innovation par la transformation de ses représentations et de ses connaissances.

Bibliographie

Cazin Léo, « Regrouper pour mieux gouverner ? Le cas des hôpitaux publics français », thèse de doctorat en sciences de gestion sous la direction de Jean-Claude Sardas et Frédéric Kletz, université Paris Sciences et Lettres, École nationale supérieure des mines, 2017.

Clark Alfred (dir.), Experimenting with Organizational Life: The Action Research Approach, New York, Plenum Press, 1976.

Clark Peter, Action Research and Organizational Change, New York, Harper and Row, 1972.

Dreveton Benjamin, « L’instrumentation de l’organisation publique : du processus de transplantation au processus de construction de l’outil gestion. Le cas de l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie », thèse de doctorat en sciences de gestion sous la direction de Jean-Louis Malo, université de Poitiers, 2003, https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00466518.

Fixari Daniel, Pallez Frédérique, « Une stratégie publique en travaux ? Coordinations et performances dans les systèmes territoriaux d’innovation », Revue internationale des sciences administratives, 2016, vol. 82, n° 3, p. 447‑464.

Goodman Nelson, Of Mind and Other Matters, Cambridge, Harvard University Press, 1984.

Kaplan Robert, Norton David, « The balanced scorecard: measures that drive performance », Harvard Business Review, 1992, vol. 83/7, p. 71‑79.

Liu Michel, « Définition, déroulement et résultats d’une recherche-action », Recherche en soins infirmiers, 1991, n° 25, p. 6‑14.

Moisdon Jean-Claude, « Recherche en gestion et intervention », Revue française de gestion, 1984, nos 47‑48, p. 61‑73.

Moisdon Jean-Claude, « L’évaluation du changement organisationnel par l’approche de la recherche intervention. L’exemple des impacts de la T2A », Revue française des affaires sociales, 2010, n° 1, p. 213‑226.

Noguera Florence, « Les défis posés par la nouvelle gestion publique à la GRH : cas de la Direction générale des impôts », Revue de gestion des ressources humaines, 2010, vol. 78/4, p. 32‑58.

Ory Jean-Francis, « Piloter le développement durable dans l’Université : une expérience de construction d’un tableau de bord de la RSU », Gestion et management public, 2018, vol. 7/2‑4, p. 31‑54.

Perez Yves André, « La pratique de la recherche-intervention dans les organisations : retour sur les modes de production des connaissances gestionnaires à partir du terrain », Humanisme et Entreprise, 2008, vol. 288/3, p. 101‑113.

Roethlisberger Fritz, Dickson William, Management and the worker: an account of a research program conducted by the Western Electric Company, Hawthorne Works, Chicago, Cambridge, Harvard University Press, 1939.

Tahar Caroline, « La gestion des temps et des délais : un enjeu central pour les mairies », Recherches en sciences de gestion, 2013, vol. 95/2, p. 191‑207.

Taylor Frederic Winslow, The Principles of Scientific Management, New York, Harper Brothers, 1911.

Auteurs

Maître de conférences en sciences des organisations, chercheuse au laboratoire interdisciplinaire de recherches en sciences de l’action (Lirsa), Conservatoire national des arts et métiers (Cnam).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search