Version classiqueVersion mobile

Encyclopédie du management public

 | 
Manel Benzerafa-Alilat
, 
Danièle Lamarque
, 
Gérald Orange

M (de “Management de projets” à “Motivation de service public”)

Méthodes qualitatives

Patrick Germain-Thomas et Frédéric Kletz

Texte intégral

1Le terme de recherche qualitative (qualitative research) apparaît dans les années 1960, au sein de travaux universitaires portés par une nouvelle génération de sociologues s’inscrivant dans la tradition des premiers auteurs de l’École de Chicago qui, dès l’entre-deux-guerres, prônait l’engagement des chercheurs dans une enquête de terrain impliquant une immersion dans les contextes sociaux liés à leurs objets d’étude (la ville, la délinquance, l’immigration, par exemple), à l’image des investigations ethnographiques conduites en anthropologie. En 1967, deux représentants de cette deuxième École de Chicago, Barney G. Glaser et Anselm A. Strauss, signent la naissance d’une réflexion épistémologique sur les méthodes d’enquêtes qualitatives, en publiant un ouvrage traduit en français sous le titre La Découverte de la théorie ancrée (2010).

La spécificité des enquêtes qualitatives

2Les enquêtes qualitatives n’ont pas pour objectif de mesurer des phénomènes au moyen de variables chiffrées et d’outils statistiques, mais de comprendre les points de vue des individus participant aux interactions sociales au sein des domaines pris en compte. Elles sont centrées sur les représentations des acteurs, la façon dont ils définissent les situations au sein desquelles ils sont engagés, leurs intentions et le sens qu’ils donnent à leur action. Elles visent à tempérer les excès du « gouvernement par les nombres » mis en évidence par Alain Supiot (2015), et remédier à ce que B. Glaser et A. Strauss (2010) stigmatisent, à l’extrême, comme une forme de quantitativisme « dépourvu d’esprit critique ».

3Cette différenciation marquée entre les démarches quantitatives et qualitatives sur le plan des objectifs se retrouve en termes de méthodologies : les premières visent la validation statistique de propositions élaborées à l’avance, elles reposent sur des données chiffrées et s’appuient sur une construction préalable et une segmentation a priori des objets étudiés ; les secondes partent bien d’une problématique initiale et affinent leur questionnement tout au long de la collecte de données, elles redéfinissent leur objet de façon continue, au fur et à mesure de la découverte de nouvelles informations, et elles s’émancipent autant que possible de l’emprise des « catégories conventionnelles », ainsi que le souligne Howard Becker (2002), un autre sociologue de la deuxième génération de l’École de Chicago.

4Selon une optique qualitative, on ne recherche pas une représentativité statistique des résultats, ni une hypothétique exhaustivité des données. Le recueil de l’information par les chercheurs s’effectue principalement au moyen d’entretiens avec les acteurs et par observation – appelée « observation participante » dans les cas où le chercheur est impliqué lui-même dans les activités étudiées –, et elles sont complétées par une compilation des ressources documentaires disponibles à propos de l’objet d’étude (qui peuvent inclure des analyses chiffrées). L’échantillon des enquêtes qualitatives est donc de taille plus réduite que celui des sondages par questionnaire, ces enquêtes ne cherchant pas à faire apparaître les traits généraux d’une population – ses caractéristiques, opinions ou comportements –, mais à comprendre la manière de penser et d’agir d’un petit nombre d’acteurs en situation.

5La démarche d’échantillonnage n’en est pas moins réfléchie, il s’agit de diversifier le plus possible les cas étudiés, de prendre en compte une large gamme de contextes, d’éviter de passer à côté de circonstances significatives et, ainsi que le souligne H. Becker (2002), de « maximiser la probabilité du cas étrange » jusqu’à la constatation d’un phénomène de « saturation », lorsque les informations apportées par la prise en compte de nouveaux cas ou la réalisation d’entretiens supplémentaires s’avèrent d’une faible valeur marginale. La réalisation des entretiens elle-même demande un réel savoir-faire, qui s’acquiert en grande partie par l’expérience. Le chercheur ne s’appuie pas sur un questionnaire standardisé mais sur un guide d’entretien qui comporte une liste de thèmes à aborder et des relances spécifiques à ne pas omettre, et qui préserve une grande marge de manœuvre pour s’adapter aux différents interlocuteurs. Le plus important est d’instaurer une posture de confiance avec la personne interviewée – grâce à une forme de neutralité bienveillante qui lui garantit l’absence de jugement et à des garanties sur le sens et l’utilité de l’enquête –, afin de l’inciter à la spontanéité et de l’entraîner dans une réflexion dotée de transparence et de sincérité.

6La notion de théorie ancrée, dans le titre de l’ouvrage de B. Glaser et A. Strauss, reflète l’ambition d’une interprétation des données issues du terrain de l’enquête qui permet d’établir des constats valides en relation avec les problématiques traitées. H. Becker (2020) montre qu’en comparaison de démonstrations purement mathématiques et abstraites, les enquêtes empiriques, y compris celles qui s’appuient sur des statistiques, limitent leur ambition à proposer des raisonnements plausibles, « ce sont des énoncés confirmés par des arguments raisonnables et par des données qui suggèrent des conclusions plausibles, crédibles » (Becker, 2020). Cependant, à condition que les modalités du recueil de l’information et les interprétations des chercheurs soient clairement explicitées et mises en débat, ces enquêtes sont dotées d’une réelle valeur heuristique. Leurs apports dans l’analyse du fonctionnement des organisations sont conséquents, voire irremplaçables, y compris dans le domaine du management public où elles peuvent être utilisées en complémentarité d’analyses quantitatives.

Les apports des enquêtes qualitatives dans le management public

7Dans ce cadre, les enquêtes qualitatives se trouvent particulièrement utilisées et adaptées au contexte de l’action publique. Les politiques publiques sont des construits qui appellent à des démarches d’évaluation aussi bien sur leurs effets que sur leur mode d’élaboration. Il en est de même plus généralement pour l’ensemble du domaine du management public, qui représente « ce que devient le management lorsque le public prend conscience de l’effet de l’action de l’organisation sur son environnement économique et social » (Burlaud, Laufer, 1980).

8Pourtant, il n’a pas été facile d’introduire ces approches dans un secteur où pendant longtemps, l’approche quantitative était jugée comme précieuse pour assurer le suivi des politiques menées, comme l’illustre la montée en puissance de l’instrumentation statistique au sein de l’appareil de l’État, très bien documentée par une abondante littérature (Desrosières, 1993 ; Rey, 2016 ; Salais, 2004). Ces travaux montrent comment la statistique est devenue l’instrument privilégié pour l’évaluation des politiques publiques, qualifiée de « politique des indicateurs » (Salais, 2004) : « l’appréciation des résultats des politiques publiques à travers une batterie limitée d’indicateurs synthétiques a été systématiquement mise en avant, au niveau national comme européen, et a eu tendance à être présentée comme le meilleur moyen d’en apprécier les “performances” » (Elbaum, 2012, p. 65).

9Le paradigme dominant de la politique des indicateurs au sein de l’appareil de l’État a été accompagné, en miroir, par le renforcement parallèle, du côté des chercheurs, des démarches quantitatives d’évaluation. Ceux-ci ont privilégié également des méthodes quantitatives, reposant sur des enquêtes par sondage ou l’analyse de bases de données de plus en plus riches et sophistiquées, pour évaluer l’efficacité des politiques publiques.

10Les enjeux véhiculés par ces approches quantitatives, qu’elles soient portées directement par l’État ou réalisées par des équipes de recherche pour évaluer l’action de l’État, sont nombreux, elles ne servent pas seulement à l’exploration du réel mais elles participent aussi de sa structuration : « l’information statistique ne tombe pas du ciel comme un pur effet d’une “réalité antérieure” à elle. Bien au contraire, elle peut être vue comme le couronnement provisoire et fragile d’une série de conventions d’équivalence entre des êtres qu’une multitude de forces désordonnées cherche continuellement à différencier et à disjoindre » (Desrosières, 1993, p. 397).

11Bien qu’elle soit bien antérieure, la notion de gouvernementalité introduite par Michel Foucault renvoie largement à cette même idée, en cherchant à caractériser la construction d’une forme de rationalité politique qui se constitue au cours du xviie siècle, et qui repose sur un processus de rationalisation et de technicisation, s’appuyant « sur deux éléments fondamentaux : une série d’appareils spécifiques de gouvernement, et un ensemble de savoirs, plus précisément de systèmes de connaissance » (Lascoumes, 2004). C’est bien dans ce système de connaissance que les enquêtes et études produites par les chercheurs s’inscrivent.

12Et face à la tradition des méthodes quantitatives d’évaluation des politiques publiques ont émergé des approches différentes, reposant cette fois sur des enquêtes et des évaluations plus qualitatives, qui remettent en cause la portée des évaluations statistiques et quantitatives, et critiquent leur caractère mutilant par rapport à la complexité des phénomènes étudiés, s’agissant de politiques publiques (Bessire, Fabre, 2014 ; Bureau, 2010 ; Emery, Giauque, 2005 ; Perret, 2006).

13Derrière ces débats, se niche la question fondamentale du mode d’accès à la connaissance : comment accéder au réel, à la connaissance (aussi bien pour les parties prenantes que pour les chercheurs) ? Les méthodes quantitatives ne suffisent pas, et c’est ainsi que tout un éventail d’enquêtes qualitatives sont venues étoffer l’arsenal des méthodes à disposition de l’État pour apprécier, évaluer, légitimer et discuter des performances et des effets de ses politiques et de son mode d’organisation. L’action publique caractérisée par un savoir complexe, des décisions dont la légitimité et les effets peuvent toujours être discutés ou contestés, constitue un espace dans lequel, à l’instar des travaux de l’école de Chicago vus plus haut, la finesse de l’enquête qualitative vient enrichir et utilement compléter les données statistiques et quantitatives.

Bibliographie

Becker Howard Saul, Les Ficelles du métier, Paris, La Découverte, 2002.

Becker Howard Saul, Faire preuve, Paris, La Découverte, 2020.

Bessire Dominique, Fabre Pascal, « New public management et évaluation de la recherche publique : L’invention du “produisant” », Finance Contrôle Stratégie, 2014, vol. 17, n° 4, https://journals.openedition.org/fcs/1554.

Burlaud Alain, Laufer Romain, Management public : Gestion et légitimité, Paris, Dalloz, 1980.

Desrosieres Alain, La politique des grands nombres, Paris, La Découverte, 1993.

Elbaum Mireille, « La “politique des indicateurs” : contenu et limites », Politiques sociales et familiales, 2012, vol. 110/1, p. 65‑75.

Glaser Barney Galland, Strauss Anselm Leonard, La Découverte de la théorie ancrée, Paris, Armand Colin, 2010.

Lascoumes Pierre, « La Gouvernementalité : de la critique de l’État aux technologies du pouvoir », Le Portique. Revue de philosophie et de sciences humaines, 2004, p. 13‑14, https://journals.openedition.org/leportique/625.

Perret Bernard, « De l’échec de la rationalisation des choix budgétaires (RCB) à la loi organique relative aux lois de finances (Lolf) », Revue française d’administration publique, 2006, vol. 117/1, p. 31‑41.

Rey Olivier, Quand le monde s’est fait nombre, Paris, Stock, 2016.

Supiot Alain, La Gouvernance par les nombres, Paris, Fayard, 2015.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search