Version classiqueVersion mobile

Encyclopédie du management public

 | 
Manel Benzerafa-Alilat
, 
Danièle Lamarque
, 
Gérald Orange

I (de “Impact” à “Isomorphisme”)

Isomorphisme

Nicolas Aubouin et Julia Parigot

Texte intégral

1L’isomorphisme peut se définir comme un processus d’homogénéisation des organisations et des pratiques organisationnelles caractérisé par une convergence des comportements et règles formelles et informelles (DiMaggio, Powell, 1983).

2Quand on évoque les enjeux d’isomorphisme dans le champ du management public, on pense immédiatement aux effets du New Public Management, qu’on caractérise souvent par une forme de translation des pratiques de gestion du privé dans les secteurs publics (Hood, 1991). Cette tendance croissante depuis les années 1990 est une réponse à la crise de légitimité de l’administration publique (Laufer, Burlaud, 1980). Ces enjeux ont été explorés dans différents champs du management des organisations publiques ou parapubliques, que ce soit dans le secteur du sport, autour par exemple des enjeux de diffusion des valeurs de l’État dans les organisations sportives nationales canadiennes (Danisman et al., 2006), de la santé, autour du développement des outils de gestion dans l’hôpital public (Barreda, 2018), dans la construction des partenariats public-privés (Sheppard, Beck, 2018) ou dans le champ de la comptabilité et du rôle des autorités administratives indépendantes (Colasse, Pochet, 2009).

3Les dynamiques d’isomorphisme dans le management public sont en réalité complexes, se diffusant aussi bien dans une logique descendante qu’ascendante entre les organisations publiques et leurs démembrements.

Les logiques isomorphiques : un processus institutionnel poussant à l’uniformisation

4La théorie néo-institutionnaliste (DiMaggio, Powell, 1983) permet d’expliquer, à travers les dynamiques de légitimation, comment les organisations deviendraient plus ou moins similaires ou isomorphes sous la pression de « l’institution », qui, selon Douglass C. North (1990), est un ensemble de contraintes créées par les hommes qui structurent les interactions politiques, économiques et sociales. Ces contraintes s’expriment sous la forme de pressions formelles et informelles exercées sur les organisations par les institutions publiques – l’État central, ses services déconcentrés, ses opérateurs et/ou les collectivités territoriales – ou plus largement par la société et ses attentes culturelles.

5Trois mécanismes principaux sont porteurs de changements institutionnels isomorphiques selon Paul DiMaggio et Walter Powell (1983) ; l’isomorphisme peut être coercitif, normatif ou mimétique :

  • l’isomorphisme coercitif se manifeste par des pressions aussi bien formelles qu’informelles comme le transfert imposé de « bonnes pratiques » qui ont fait leurs preuves dans d’autres contextes pour répondre aux exigences de l’environnement institutionnel comme l’obligation faite à tous les ministères, depuis l’introduction de la Lolf en 2001, de rendre compte de leur performance selon un format identique imposé par le ministère des Finances ;

  • l’isomorphisme normatif s’observe à un niveau plus analytique via l’ensemble des efforts collectifs déployés par des membres d’une profession pour définir leurs conditions et méthodes de travail. Le but étant d’établir une base légitime à leurs activités et un degré d’autonomie suffisant : exemple, l’adoption par les inspections en France des normes internationales d’audit ;

  • l’isomorphisme mimétique prend la forme de l’imitation des comportements, les plus facilement identifiables ou les plus utilisés par les organisations et qui apparaissent comme légitimes dans un champ donné, comme l’introduction en France des marchés de partenariat similaires au Build, Operate Transfer (BOT) britannique. P. DiMaggio et W. Powell (1983) soulignent que cette forme d’isomorphisme s’observe aussi dans des situations d’incertitude dont les causes et/ou les solutions sont inconnues.

6Cette dynamique isomorphique est si forte dans le secteur public que même des organisations alternatives se retrouvent prises dans ce mouvement d’adoption des pratiques institutionnelles. Cette tendance est particulièrement visible dans des secteurs traditionnellement rebelles à ce type d’introduction comme celui de l’économie sociale et solidaire (Petrella, Richez-Battesti, 2010) ou dans le secteur artistique, à l’instar de la mission des Nouveaux territoires de l’art (NTA) (Lextrait et al., 2001).

7Différents travaux de recherche (Aubouin, 2010 ; Parigot, 2019) ont montré que l’appel à des financements publics, mais aussi le besoin du soutien de la tutelle pour légitimer la pratique en tant qu’art à part entière, conduit les porteurs de projets, même alternatifs, à intégrer une partie des normes imposées par l’État telles que la construction de pôles de référence pour la production et la diffusion ou le type de structuration juridique et comptable. Plus largement, les processus isomorphiques dans les mondes de l’art mettent en évidence le rôle que jouent les champs mûrs sur les champs émergents (DiMaggio, Powell, 1983) au sein de l’environnement institutionnel par l’élaboration de règles et de conditions imposées notamment par l’État, auxquelles les organisations doivent se conformer pour obtenir appui et légitimité.

D’une logique descendante à une logique ascendante : la co-transformation des organisations et des modes d’action publique

8Malgré la forte pression institutionnelle poussant à l’uniformisation des formes organisationnelles, d’autres dynamiques institutionnelles cherchent à faire éclater les modèles existants. Ces dynamiques sont apparues en réaction au mouvement d’uniformisation qui s’était amorcé, comme l’illustre le cas de la construction de la mission des NTA.

9Dès l’origine du projet, cette mission avait pour but de renouveler les modes d’action publique. Créée en 2002, elle devait permettre « d’expérimenter une nouvelle politique » (Lextrait et al., 2001) pour accompagner les projets artistiques indépendants (expertise, soutien technique…) sans les institutionnaliser, notamment en cherchant à identifier les spécificités de ces pratiques et en évitant d’appliquer des critères d’évaluation standardisés. Cette logique collective et transversale tranche avec un mode d’intervention traditionnellement descendant et en silo.

10Ainsi, grâce aux NTA, l’État central et ses services déconcentrés ne sont plus les seuls garants d’une politique culturelle qui imposerait la diffusion des valeurs artistiques consacrées par une élite dans une logique de verticalité descendante : ils agissent plutôt pour soutenir des artistes au sein de champs d’expression où ne fonctionnent pas les modes habituels de formation et de consécration selon une logique de verticalité ascendante. Cela se traduit à la fois par la construction de nouvelles conventions sur les modalités de création, production et diffusion des œuvres (pluridisciplinarité, ouverture des espaces, etc.) et par le développement d’instances de représentation professionnelle (exemple, l’Union Fédérale d’Intervention des Structures Culturelles) ou des réseaux locaux (exemple, le réseau Actes if en Île-de-France) qui contribuent à la diffusion des nouvelles normes et conventions.

Isomorphisme et travail institutionnel : quand les acteurs de terrain transforment l’institution

11La littérature sur le travail institutionnel (Lawrence, Suddaby, 2006) met en lumière la capacité des acteurs d’entreprendre un travail dans le but de créer, maintenir, ou déstabiliser les institutions et donc d’agir sur ces dernières, au lieu de seulement en subir la pression. Le cas des NTA permet, là encore, d’observer la façon dont le travail institutionnel des acteurs peut modifier les normes institutionnelles et les trajectoires des politiques publiques à l’image du remaniement considérable du dispositif d’aide à destination de lieux de création pensé initialement par la région Île-de-France suite à la participation des acteurs du réseau Actes if (Parigot, 2019). Dans sa nouvelle version, le dispositif intègre des modalités d’évaluation calquées sur les modes de fonctionnement des lieux du réseau. Cette collaboration révèle tout autant des dynamiques profondes de la transformation de l’action publique que des formes de résistance liées à la remise en cause du pouvoir prescriptif de l’administration.

12Si les mutations de l’État et de ses différents services paraissent de prime abord obéir à une logique isomorphique verticale et directive, on voit que les dynamiques qui les parcourent sont plus complexes : l’institution publique cherche également à s’inspirer des pratiques des acteurs quand ce ne sont pas carrément les acteurs eux-mêmes qui cherchent à bousculer les normes institutionnelles. Autrement dit, l’agence et la structure s’influencent de manière récursive (Zietsma, Lawrence, 2010), modifiant ainsi le champ institutionnel : l’administration publique transforme en même temps qu’elle se transforme au cours du processus d’isomorphisme.

Bibliographie

Aubouin Nicolas, Les nouveaux territoires de l’art et de la gestion : de la construction de nouveaux mondes de l’art à la transformation des modes d’action publique, Berlin, Éditions universitaires européennes, 2010.

Barreda Marlène, « La création d’un “climat d’accountability” dans les hôpitaux publics français, entre légitimité (s) et influence (s) : une approche par la théorie néo-institutionnelle », thèse de doctorat en sciences de gestion sous la direction d’Irène Georgescu, université de Montpellier, 2018.

Colasse Bernard, Pochet Christine, « De la genèse du nouveau Conseil national de la comptabilité (2007) : un cas d’isomorphisme institutionnel ? », Comptabilité-Contrôle-Audit, 2009, vol. 15/2, p. 7‑36.

Danisman Ali, Hinings Robin C., Slack Trevor, « Integration and differentiation in institutional values: An empirical investigation in the field of Canadian national sport organizations », Canadian Journal of Administrative Sciences, 2006, vol. 23/4, p. 301‑317.

DiMaggio Paul, Powell Walter, « The iron cage revisited: Institutional isomorphism and collective rationality in organizational fields », American Sociological Review, 1983, vol. 48/2, p. 147‑160.

Hood Christopher, « A public management for all seasons? », Public Administration, 1991, vol. 69/1, p. 3‑19.

Laufer Romain, Burlaud Alain, Management public, Paris, Dalloz, 1980.

Lawrence Thomas B., Suddaby Roy, « Institutions and institutional work », dans Stewart R. Clegg, Hardy Cynthia, Lawrence Thomas B., Nord Walter R. (dir.), The Sage Handbook of Organization Studies, Londres, Sage Publications, 2006 (2e éd.), p. 215‑254.

Lextrait Fabrice, Duffour Michel, Van Hamme Marie, Groussard Gwenaëlle, Une nouvelle époque de l’action culturelle, rapport à Michel Duffour, secrétariat d’État au patrimoine et à la décentralisation culturelle, Paris, La Documentation française, mai 2001.

North Douglass C., Institutions, institutional change, and economic performance, Cambridge, Cambridge University Press, 1990.

Parigot Julia, « Césure entre création et diffusion théâtrales dans les lieux intermédiaires : coup de théâtre ou modèle tenable ? », Annales des Mines – Gérer et comprendre, 2019, vol. 1, p. 3‑12.

Petrella Francesca, Richez-Battesti Nadine, « Régulation de la qualité dans les services à la personne en France : l’Économie sociale et solidaire entre innovation et isomorphisme ? », Management & Avenir, 2010, vol. 35/5, p. 273‑292.

Sheppard Gail, Beck Matthias, « L’évolution des partenariats public-privé en Irlande : une voie durable ? », Revue internationale des sciences administratives, 2018, vol. 84/3, p. 597‑614.

Zietsma Charlene, Lawrence Thomas B., « Institutional Work in the Transformation of an Organizational Field: The Work and Practice Work », Administrative Science Quarterly, 2010, vol. 55/2, p. 189‑221.

Auteurs

Professeur associé, Paris School of Business, chaire new Practices for Innovation and Creativity (newPIC), chercheur associé, Centre de gestion scientifique Mines Paris-Tech-université PSL.

Professeure associée, Institut supérieur de gestion, Paris.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search