Version classiqueVersion mobile

Le choix de la CEE par la France

 | 
Laurent Warlouzet

Première partie. La France face à la réorganisation de l’Europe : les défis du marché commun et de la ZLE (1955-‎‎1958)‎

Introduction

Texte intégral

  • 1 Alan Milward The European Rescue of the Nation-State, Routledge, Londres 1992, p. 196-223 ; Andrew (...)
  • 2 Craig Parsons, A certain Idea of Europe, Cornell UP, Ithaca, 2003.
  • 3 Wolfram Kaiser, Christian Democracy and the Origins of European Union, Cambridge UP, Cambridge, 200 (...)

1Les historiens de la construction européenne se sont longtemps interrogés sur les raisons qui ont poussé la France à accepter le traité de Rome. Les Anglo-Saxons en particulier se sont affirmés dans ce débat avec des thèses très tranchées. D’un côté, certains estiment que la France choisit le Marché commun par pur intérêt économique, afin d’ouvrir progressivement son économie à l’extérieur et pour renouveler les bases de sa prospérité1. D’un autre côté, c’est l’idéalisme européen d’un petit groupe d’acteur qui est mis en valeur, soit celui du président du Conseil Guy Mollet2, soit celui d’un groupe transnational chrétien-démocrate3, qui prime sur les considérations de contraintes extérieures ou intérieures. Cette partie met en avant trois types d’explications : la logique institutionnelle des négociations européennes, le poids de la contrainte extérieure – représentée notamment par le projet de zone de libre-échange (ZLE), et le rôle décisif d’un petit groupe d’acteurs qui impose le choix du Marché commun face à des élites françaises extrêmement sceptiques, pour des raisons à la fois économiques et politiques.

2Dans un premier temps, la France négocie un traité de Rome qu’elle signe sans enthousiasme en mars 1957. Ensuite, entre avril 1957 et avril 1958, la France s’enfonce dans une crise financière et politique grave qui semble menacer l’avenir même de la CEE, et ce alors que s’ouvre la négociation de la ZLE. C’est finalement le retour au pouvoir du général de Gaulle en mai 1958 qui impose une rupture profonde dans les négociations européennes, avec le rejet de la ZLE et la mise en œuvre pleine et entière de la CEE.

Notes

1 Alan Milward The European Rescue of the Nation-State, Routledge, Londres 1992, p. 196-223 ; Andrew Moravcsik, The Choice for Europe. Social Purpose and State Power from Messina to Maastricht, UCL Press, Londres, 1999, p. 103-122 ; Frances Lynch, France and the international economy. From Vichy to the Treaty of Rome, Routledge, Londres, 1997.

2 Craig Parsons, A certain Idea of Europe, Cornell UP, Ithaca, 2003.

3 Wolfram Kaiser, Christian Democracy and the Origins of European Union, Cambridge UP, Cambridge, 2007.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search