Version classiqueVersion mobile

Encyclopédie du management public

 | 
Manel Benzerafa-Alilat
, 
Danièle Lamarque
, 
Gérald Orange

E (de “Économies” à “Externalisation”)

Ethnographie

Nicolas Aubouin et Lena Boisard Le Coat

Texte intégral

1L’ethnographie peut être définie comme « toutes formes d’enquête qui reposent sur une implication personnelle et de longue durée du chercheur dans le groupe ou l’organisation qu’il étudie » (Buscatto, 2010). Elle repose principalement sur une observation directe in situ (participante ou non), la conduite d’entretiens et la tenue rigoureuse d’un journal de terrain faisant état des faits bruts comme des éléments réflexifs relatifs aux interactions du chercheur avec son terrain de recherche. Pour Stéphane Beaud et Florence Weber (2017), trois conditions doivent être réunies pour la mise en œuvre d’une enquête ethnographique, par ailleurs régie par une série de règles déontologiques : que le milieu enquêté se caractérise par un degré élevé d’interconnaissance ; que l’enquêteur se donne les moyens d’une analyse réflexive de son propre travail d’enquête, d’observations, d’analyse ; que l’enquête soit suffisamment longue pour que s’établissent et se maintiennent des relations personnelles entre enquêteur et enquêtés. L’ethnographie permet d’appréhender les processus dans leur complexité et leurs multiples dimensions, de croiser les points de vue des acteurs étudiés et d’analyser des données de différents ordres, incluant la participation et l’expérience du chercheur comme matière empirique et des registres variés de discours (du discours officiel aux propos informels et quotidiens, voire la confidence).

Révéler la face cachée du management public

2Héritières de toute une tradition d’études dans le champ de l’ethnologie (Levi-Strauss, 1955), les méthodes ethnographiques sont désormais mobilisées dans des domaines de recherche très variés, dont le management en général (Guigo, 1992) et le management public, en particulier. Dans ce contexte spécifique, elles y révèlent le plus souvent la face cachée tant du fonctionnement des organisations publiques que des enjeux de gestion, comme, par exemple, les nouvelles exigences dans les emplois d’exécution des services publics (Cartier, 2001), le travail au sein du Conseil d’État (Latour, 2004), les tensions entre réformes hospitalières et qualité des soins (Belorgey, 2010), la complexité de la sélection des locataires dans les parcs HLM (Bourgeois, 2013) ou encore les enjeux de la gestion des peines dans les établissements pénitentiaires (Bouagga, 2013). L’observation in situ des enjeux du management public permet ainsi de mettre en lumière des normes peu visibles et des pratiques « souvent peu dicibles du fait de leur caractère naturel, anecdotiques, parfois même cachées car contraires aux demandes managériales ou aux normes sociales habituelles » (Lae, 1989).

3Pour Vincent Dubois (2012), le recours à l’ethnographie dans l’action publique trouve son intérêt soit en montrant le rôle prépondérant des agents de terrain dans la mise en œuvre d’une politique – ce que Michael Lipsky a mis en avant dès 1980 au travers de la notion de street level bureaucrats (Lipsky, 2010) – soit en alimentant l’idée selon laquelle « l’analyse d’une politique publique doit comprendre l’expérience de ses destinataires ». La pratique de l’ethnographie dans l’action publique révèle alors deux tendances : « la diversification croissante des situations locales et des pratiques bureaucratiques » et « la part importante laissée à l’initiative ou au moins à l’appréciation des échelons inférieurs et (…) du personnel d’exécution en contact avec le public ». Il défend l’idée d’une ethnographie contribuant à l’analyse critique des politiques publiques, et en particulier des conséquences de « politiques symboliques » (Edelman, 1985, cité par Dubois, 2012) sur les agents de terrain, permettant d’« humaniser » les destinataires des politiques, tout en restituant la complexité des débats.

Mettre en lumière l’organisation publique « en train de se faire »

4Plus largement, l’ethnographie met en évidence trois dimensions clés de la recherche en gestion publique : elle permet un accès direct aux pratiques des observés dans leur contexte de réalisation et, à la différence d’autres méthodes, de « rapporter les déclarations des enquêtés à leur contexte d’énonciation » (Beaud, Weber, 2017) ; elle tente de rendre visibles les processus de construction des rationalités individuelles ; elle permet de rendre compte de la diversité et de la multiplicité de pratiques liées aux activités humaines. Plus encore, étudier les organisations publiques « en train de se faire », à partir de l’analyse répétée et rigoureuse de situations « micro-sociales », permet de révéler des phénomènes plus larges sur le fonctionnement d’une organisation, voire d’une société dans son ensemble.

5À condition de dépasser les oppositions entre les approches verticales micros et macros ou descendantes ou ascendantes, et de « faire varier les échelles et les niveaux d’analyse », l’ethnographie constitue pour Vincent Dubois (2012) « plus qu’une précision de méthode, un programme qui vise à restituer les chaînes d’interdépendance et les circuits de domination ou en l’occurrence, pour reprendre les termes de Pierre Bourdieu, à reconstituer les “séries causales qui mènent des lieux les plus centraux de l’État jusqu’aux régions les plus déshéritées du monde social” (Bourdieu, 1993, p. 219) ».

Questionner la posture du chercheur en management public

6Enfin, l’ethnographie est une démarche réflexive du chercheur par rapport à son propre objet de recherche, qui met aussi en lumière les « biais sociaux » du travail de recherche en management public. Elle implique une analyse des relations entretenues entre l’enquêteur et les enquêtés, ainsi que de l’influence du chercheur sur son terrain (Geertz, Paulme, 2002). Il est alors nécessaire de mener un travail d’objectivation et de mise en lumière des conditions sociales de possibilités de cette expérience, en particulier des déterminismes liés à la trajectoire universitaire, sociale, personnelle du chercheur (Bourdieu, 2003), et des « caractéristiques objectives de l’enquêteur, telles que perçues par les enquêtés » (Beaud, Weber, 2017).

7À ces conditions de compréhension, voire d’acceptation du regard de l’ethnologue dans le cadre de sa recherche, Marie Buscatto (2010) ajoute également la capacité de l’ethnographie à proposer un usage critique des techniques d’enquête qui repose sur une démarche entre engagement et distanciation, notamment lorsque l’implication du chercheur est poussée, comme c’est le cas dans un dispositif de recherche-intervention (Moisdon, 1984) ou de thèses Cifre (Conventions industrielles de formation par la recherche), par exemple.

8Le développement de ce type de recherche de thèses dans les structures publiques et para-publiques ouvre alors des possibilités d’un développement de l’ethnographie en management public. Cela peut donner lieu à des formes poussées d’observation-participante et de recherche-intervention, où la « double appartenance professionnelle » (Ouvrard, Rio, 2016), permet de travailler non pas sur des acteurs mais avec eux, pas seulement objets d’études, commanditaires de la recherche ou bénéficiaires des conclusions, mais sujets contributeurs de la réflexion. L’expérience de praticien et les missions confiées par l’employeur constituent alors « une source empirique de première main » (Ouvrard, Rio, 2016). À condition, bien sûr, que le doctorant ne soit pas « absorbé » par son terrain et qu’il garde sa position d’observateur-réflexif sur ses propres pratiques de recherche.

Bibliographie

Aubouin Nicolas, « Book review : La Fabrique de l’ethnographie. Dans les rouages du travail organisé », Revue socio-économie du travail, 2013, n° AB/35.

Beaud Stéphane, Weber Florence, Guide de l’enquête de terrain : produire et analyser des données ethnographiques, Paris, La Découverte, 2017.

Belorgey Nicolas, L’hôpital sous pression : enquête sur le « nouveau management public », Paris, La Découverte, 2010.

Bouagga Yasmine, « Humaniser la peine ? Ethnographie du traitement pénal en maison d’arrêt », thèse de doctorat en sociologie sous la direction de Didier Fassin, 2013, École des hautes études en sciences sociales (EHESS), https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00997760/document.

Bourdieu Pierre, « L’objectivation participante », Actes de la recherche en sciences sociales, 2003, vol. 150/5, p. 43‑58.

Bourgeois Marine, « Choisir les locataires du parc social ? Une approche ethnographique de la gestion des HLM », Sociologie du travail, 2013, vol. 55, n° 1, p. 56‑75.

Buscatto Marie, La fabrique de l’ethnographe. Dans les rouages du travail organisé, Toulouse, Octarès Éditions, 2010.

Cartier Marie, « Nouvelles exigences dans les emplois d’exécution des services publics. L’observation des épreuves orales du concours de facteurs », Genèses, 2001, vol. 42, n° 1, p. 72‑91.

Dubois Vincent, « Ethnographier l’action publique », Gouvernement et action publique, 2012, vol. 1, n° 1, p. 83‑101.

Geertz Clifford, Paulme Denise, Savoir local, savoir global : les lieux du savoir, Paris, PUF, 2002.

Guigo Denis, « Perspectives ethnologiques dans les organisations modernes », L’Homme, 1992, vol. 31, n° 121, p. 47‑65.

Lae Jean-François, Travailler au noir, Paris, Métailié, 1989.

Latour Bruno, La fabrique du droit : une ethnographie du Conseil d’État, Paris, La Découverte, 2004.

Lévi-Strauss Claude, Tristes Tropiques, Paris, Plon, 1955.

Lipsky Michael, Street-Level Bureaucracy: Dilemmas of the Individual in Public Service, 30th Anniversary Edition, New York, Russell Sage Foundation, 2010.

Moisdon Jean-Claude, « Recherche en gestion et intervention », Revue française de gestion, 1984, vol. 47, n° 48, p. 61‑73.

Ouvrard Pauline, Rio Nicolas, « Acteur et/ou chercheur de son objet ? La recherche doctorale en SHS à l’épreuve de la double appartenance professionnelle », dans Ouvrard Pauline, « Le nouvel esprit de l’urbanisme, entre scènes et coulisses. Une ethnographie de la fabrique du territoire de Saint-Nazaire à Nantes », thèse de doctorat en aménagement de l’espace et urbanisme sous la direction de Laurent Devisme et Élisabeth Pasquier, université de Nantes, p. 632‑650.

Auteurs

Professeur associé, Paris School of Business, chaire new Practices for Innovation and Creativity (newPIC), chercheur associé, Centre de gestion scientifique Mines Paris-Tech-université PSL.

Doctorante, université de Nantes.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search