Version classiqueVersion mobile

Le choix de la CEE par la France

 | 
Laurent Warlouzet

Remerciements

Texte intégral

1Ce livre est issu d’une thèse de doctorat soutenue en 2007 à l’Université Paris IV-Sorbonne (Quelle Europe économique pour la France ? La France et le Marché commun industriel, 1956-1969, 2007, 1107 p.). Par rapport à cette dernière, cet ouvrage est deux fois plus court et bénéficie d’une bibliographie actualisée.

2Mes remerciements s’adressent en premier lieu à mon directeur de thèse, Éric Bussière, qui m’a permis de mener ce projet à bien, ainsi qu’aux membres du jury de soutenance : Gérard Bossuat, Bernard Bruneteau, Pascal Griset, Piers Ludlow et Sylvain Schirmann. Je remercie également Michel Dumoulin, Robert Frank, Michel Margairaz, Kiran Patel et George-Henri Soutou pour leurs suggestions et leur soutien à divers moments de ce travail. Je suis également reconnaissant au Bureau de la Recherche de l’Institut de la gestion publique et du développement économique, en particulier à Anne de Castelnau, Catherine Guillou et Garance Valin, pour leur appui et pour avoir permis à cette recherche d’être publiée aux Éditions du Comité pour l’histoire économique et financière de la France.

3La recherche ne saurait être un exercice solitaire. Mon engagement dans la création et le développement de l’association RICHIE (Réseau international de jeunes chercheurs en histoire de l’intégration européenne : http://www.europe-richie.org/​index-fr.html) avec un groupe de chercheurs provenant d’horizons variés a été une contribution décisive à l’européanisation de ce sujet de recherche. Plus généralement, de très nombreux collègues m’ont aidé à trouver des sources et de nouvelles idées. Je remercie plus particulièrement pour leurs commentaires et leurs apports bibliographiques : Alain Chatriot, François Denord, Wolfram Kaiser, Christina Knudsen, Ivo Maes, Michel Mangenot, Sigfrido Ramirez, Katja Seidel et Frédéric Turpin.

4Développer un projet de recherche en histoire est bien sûr impossible sans le recours à de très nombreux archivistes. Je suis tout particulièrement redevable à Jocelyne Collonval et Jean-Marie Palayret (archives de l’Union européenne), à Dominique Parcollet (archives de Sciences Po), à Pascal Geneste (Archives nationales) et à Laurent Fournié (archives économiques et financières) qui m’ont permis de découvrir de nouveaux fonds. De même, en termes d’archives orales, je suis reconnaissant à tous ceux qui ont bien voulu m’accorder leur témoignage, en particulier à Michel Albert qui a accepté de rédiger une préface. Enfin, je ne saurais oublier d’associer à ces remerciements mes amis, mes parents et Florence pour leur soutien constant.

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search