Version classiqueVersion mobile

Le choix de la CEE par la France

 | 
Laurent Warlouzet

Préface

Michel Albert

Texte intégral

1Laurent Warlouzet, maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université d’Artois (Arras) a soutenu en 2007 sa thèse de doctorat à Paris IV-Sorbonne sous la direction d’un jury particulièrement prestigieux qui lui a accordé mention « très bien » avec félicitations du jury à l’unanimité. Cette thèse est intitulée Quelle Europe économique pour la France ? La France et le Marché commun industriel, 1956-1969.

2Aujourd’hui, les Éditions du Comité pour l’histoire économique et financière de la France publient le livre que Laurent Warlouzet vient de tirer de sa thèse, sous un titre quelque peu différent : Le choix de la CEE par la France. L’Europe économique en débat de Mendès France à de Gaulle (1955-1969). Son premier mérite est de présenter une bibliographie actualisée et bien exploitée, dans un esprit critique libéré des substrats idéologiques habituels en la matière.

3La première partie du livre, chronologique, éclaire le grand débat qui a précédé la création du Marché commun. D’un côté, un petit nombre de militants européistes, inspirés notamment par Jean Monnet et Robert Schuman. Ils bénéficient en France de l’autorité intellectuelle de Robert Marjolin pour défendre le projet d’intégration économique tant auprès de l’administration que du patronat. D’autre part les adversaires du traité du Marché commun s’appuient notamment sur deux personnalités politiques majeures, Paul Ramadier et Pierre Mendès France, ce dernier redoutant les risques d’une immigration italienne massive en France ainsi que la perte de nos préférences coloniales. Ils sont paradoxalement alliés à un establishment qui refuse l’ouverture des frontières parce qu’il est profondément persuadé que l’économie française serait incapable d’affronter sans protection la concurrence de l’économie allemande.

4Entre ces deux thèses, c’est finalement le général de Gaulle qui arbitrera en appliquant pleinement ce traité de Rome qu’il avait refusé de soutenir. Ce ralliement a été fortement inspiré par Jacques Rueff. D’ailleurs le traité de Rome, contrairement à son appellation courante de traité de « Marché commun », est en réalité intitulé « Traité instituant la Communauté économique européenne ». Entre les deux formulations, il y a le résultat de tout un effort de compromis qui permit, en regard de la libération des échanges, d’instituer un processus d’élimination des distorsions de concurrence les plus flagrantes et un début de coordination des politiques économiques notamment avec une politique régionale pouvant bénéficier tout particulièrement au moins développé des six pays membres, l’Italie.

5Les controverses n’ont pas pris fin pour autant. C’est même à leur élucidation que Laurent Warlouzet consacre toute la seconde partie de son ouvrage, dont l’intérêt ne cesse de grandir à mesure qu’il s’avance sur les terrains de l’économique et du social, beaucoup moins défrichés que l’histoire politique et diplomatique.

6Ces controverses sont dans une large mesure suscitées et animées par le « messianisme français » du général de Gaulle, qui va jusqu’à provoquer la crise de la chaise vide en 1965, pour combattre les risques d’évolution de la CEE vers la supranationalité et promouvoir au contraire une Europe inter-gouvernementale dominée par la France et protégée par le droit de veto. Face à cette conception française, la Commission européenne, particulièrement active sous la présidence de Walter Hallstein, se rattache à une vision fédéraliste de la construction européenne et promeut surtout, faute de pouvoir faire mieux, une politique de la concurrence inspirée par l’ordolibéralisme, philosophie économique largement inconnue en France et qui ne s’est pleinement incarnée que dans le « modèle rhénan » du capitalisme.

7Tout cela est très sérieusement étudié et solidement présenté, en particulier ce qui concerne la priorité des priorités pour la France, à savoir la politique agricole commune (PAC). En outre, l’auteur est parvenu à rédiger avec autant de finesse que de compétence les aspects les plus délicats de son étude. C’est particulièrement vrai des deux derniers chapitres

8Le chapitre VI intitulé « L’Europe «organisée» de Marjolin » comporte des guillemets qui suggèrent opportunément que les conceptions françaises en matière d’organisation économique n’ont été que modérément acceptées. Pour avoir été responsable, successivement sous la vice-présidence de Robert Marjolin et de Raymond Barre, de la politique économique à moyen terme, je peux témoigner que, pour nos collègues allemands, le mot « planification », même atténué par l’adjectif « indicative » était proprement insupportable, tant il évoquait pour eux des souvenirs de la période hitlérienne.

9De même, le chapitre VII sur la politique industrielle est prudemment intitulé « Les projets de politique industrielle communautaire ». En effet, quand nous préconisions, nous Français, une politique industrielle européenne, nous n’étions pas toujours conscients de ce que cette expression avait de détestablement dirigiste aux yeux de la plupart de nos partenaires, qui ne manquaient pas de nous rappeler les mécomptes de la politique sidérurgique, du plan calcul ou du Concorde. C’est pourquoi je me réjouis que l’auteur parle prudemment de projets plutôt que de politique.

10On comprend ainsi que Laurent Warlouzet ne s’est pas contenté d’exploiter des points de vue français. Il a aussi tenu compte de conceptions exprimées par nos partenaires. C’est pourquoi ce livre si important mériterait de faire école et de susciter le lancement d’une collection européenne croisant d’autres ouvrages sur les mêmes sujets.

Auteur

Membre de l’Institut

© Institut de la gestion publique et du développement économique, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search